Journal [Presse] Mon Journal Offert : On paie combien de fois les journaux ?

21
10
oct.
2011

Il y avait cette affiche qui me taquinait l'œil à chaque fois que je quitte les cours : « Tu as entre 18 et 24 ans ? Tu peux avoir le Nice-Matin offert tous les mercredis ! » et je me disais que je m'en fichais, je ne lis jamais la presse sauf quand un Canard ou un Charlie traîne, c'est pas en me l'offrant que je vais me mettre à lire.

Et puis on me parle de Mon Journal Offert. Est-ce que ça aurait un rapport ? Google Mon Journal Offert, je tombe sur le site du ministère de la culture… J'ai peur.

Bon, donc pour résumer, les journaux vendent toujours de moins en moins bien, snif ouin c'est triste, donc Christine Albanel a proposé des mesures pour payer les journaux (gros raccourci). Et Mon Journal Offert, ça propose aux djeuns de 18 à 24 ans d'avoir un numéro par semaine d'un quotidien. Chouette youpi youplaboum.

La campagne « Mon Journal Offert » fait suite aux Etats généraux de la presse écrite (réunis d’octobre 2008 à janvier 2009) qui ont jugé prioritaire le développement de la lecture de la presse à l’école, mais également pour tout jeune de 18 ans qui, selon le Président de la République, Nicolas Sarkozy, « doit pouvoir bénéficier, l’année de sa citoyenneté, d’un abonnement gratuit à un quotidien de son choix, le journal étant payé par l’éditeur, le transport par l’Etat ».

C'est l'histoire d'un État qui finance un échantillon gratuit pour que les étudiants paient par la suite :

Les deux premières saisons de « Mon journal offert » ont permis à plus de 60 titres de la presse quotidienne nationale, régionale et départementale d’abonner 200.000 jeunes à un quotidien de leur choix, une fois par semaine pendant un an. Près de 400.000 demandes d’abonnement avaient été enregistrées en quelques semaines.

Les premiers résultats d’ une enquête menée en juin et juillet 2011 montrent que l’abonnement a produit des effets sur la fréquence de lecture du quotidien auquel on s’est abonné : elle s’est intensifiée passant de 23% à 35% pour la lecture plus d’une fois par semaine et de 17% à 58% pour la lecture une fois par semaine.
L’opération a développé chez les abonnés une plus grande sensibilité à l’actualité : 64% déclarent s’y intéresser plus régulièrement qu’avant l’opération. Par ailleurs, les abonnés intéressés par un abonnement payant soulignent que leur champ d’intérêt s’est modifié en s’élargissant à des thématiques lointaines ou mal connues avant l’opération.

Magnifique, c'est génial, offrez le quotidien à 200 000 djeuns et on gagne 41% dans la catégorie « je suis abonné à une feuille de chou à l'année et je la lis une et une seule fois par semaine », ainsi que 12% dans la catégorie « je la lis plus d'une fois par semaine ». Ça veut dire quoi, qu'avant ça on s'abonnait à un journal et on le lisait moins d'une fois ?

Bref, la presse se meurt, il faut la sauver. Enfin, c'est la même presse qui nommait l'iPad comme leur messie avant de déchanter.
Et je trouve ça dégoûtant de proposer aux plus jeunes des produits gratuits car payés par les impôts des parents. La carte musique 12-25 par exemple.

  • # Comme par hasard..

    Posté par . Évalué à 10.

    ... y'a ni le Canard Enchaîné, ni Charlie Hebdo.

    Ce serait intéressant de faire la liste des journaux proposés pour en arriver aux 2 ou 3 gros groupes de presse qui sont indirectement subventionnés. Histoire de voir à qui, finalement, l'opération profite.

    Ceci dit, ce n'est guère différent des journaux gratuits: dans un cas, c'est le gouvernement qui paie pour faire lire ce qu'il a envie qu'on lise, dans l'autre cas, ce sont des entreprises.

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Comme par hasard..

      Posté par . Évalué à 4.

      Quelqu'un parmi les lecteurs de ce billet s'est il "fendu" d'un message au ministère de la Culture pour demander justement pourquoi pas "Le canard" ? (c'est une vraie question)

      Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

      • [^] # Re: Comme par hasard..

        Posté par . Évalué à 10.

        L'offre ne s'applique qu'à des quotidiens.
        Le Canard Enchaîné et Charlie Hebdo sont des hebdomadaires.
        Un exemplaire par semaine reviendrait à un abonnement gratuit et non à un «échantillon gratuit» comme pour les quotidiens.

      • [^] # Re: Comme par hasard..

        Posté par . Évalué à 7.

        En même temps, il s'agit d'habituer à une lecture quotidienne. Charlie et le canard sont des hebdos.
        Par contre, j'adore: l'Equipe est proposée. Je pense qu'elle doit être dans le top 3.
        >les abonnés intéressés par un abonnement payant soulignent que leur champ d’intérêt s’est modifié en s’élargissant à des thématiques lointaines ou mal connues avant l’opération.

        "oui maintenant je suis fan du curling féminin pakistanais"

        • [^] # Re: Comme par hasard..

          Posté par . Évalué à 7.

          Habituer à une lecture quotidienne en offrant un quotidien un seul jour par semaine ? En voilà une drôle de manière :-)

    • [^] # Re: Comme par hasard..

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Ceci dit, ce n'est guère différent des journaux gratuits: dans un cas, c'est le gouvernement qui paie pour faire lire ce qu'il a envie qu'on lise, dans l'autre cas, ce sont des entreprises.

      Pardon??? Il y a une très très grande différence : dans un cas, c'est obligatoire (loi), dans l'autre ça ne l'est pas (tu n'es pas obligé d'acheter le produit de l’entreprise qui met la pub dans le journal)

      Quand une chose est obligatoire, il est obligatoire que à serve à tous, pas qu'à quelques entreprises incapables de s'adapter, on a notre mot à dire en échange de l'impôts obligatoire. Pour les entreprises, c'est de gré à gré, on a rien à dire.

      Ca fait bizarre de lire qu'il n'y a guère de différence...

      • [^] # Re: Comme par hasard..

        Posté par . Évalué à 1.

        Mh, très juste. Il n'y a pas de différence pour celui qui accepte le journal subventionné, mais pas pour celui qui le refuse, effectivement.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Comme par hasard..

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Ce n'est pas le problème. Celui qui accepte ou refuse n'est qu'un pion (une excuse pour faire passer la pilule au citoyen.
          Regarde plutôt qui paye et qui reçoit la thune.

        • [^] # Re: Comme par hasard..

          Posté par . Évalué à 2.

          non, il y a une autre différence, et c'est celle-là qui est importante : Si c'est l'état qui finance, c'est indirectement toi. Dans le cas d'une entreprise privé, c'est pas toi.

          • [^] # Re: Comme par hasard..

            Posté par . Évalué à 0.

            sauf quand tu achètes plus cher les produits de cette entreprise privée pour qu'elle fasse sa pub dans le journal

            • [^] # Re: Comme par hasard..

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Personne ne te met un flingue sous la tempe ni de fais un procès si tu n'achètes le produit de cette entreprise.

              Dans le cas d'une entreprise privée, ce n'est pas toi, après tu es libre d'aller acheter un truc de cette entreprise privée (et dans ce cas, oui, tu payes la pub), mais ça devient un libre choix et les autres (qui n'achètent pas) ne payent toujours rien (au contraire de cette subvention)

              • [^] # Re: Comme par hasard..

                Posté par . Évalué à 7.

                Tu peux même acheter en sens inverse de la pub.. Ça m'arrive parfois: Tiens, ce produit m'intéresse, mais ça fait deux semaines qu'ils nous gavent de pub, je vais aller chez le concurrent qui a le mérite d'être silencieux depuis longtemps.

                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Comme par hasard..

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      ... y'a ni le Canard Enchaîné, ni Charlie Hebdo.

      Outre le fait que ce sont des hebdomadaires comme dit plus bas, ça m'étonnerait fort que le canard accepte des subventions, vu que ça irait contre leur politique d'indépendance.
      Quant à Charlie, ce n'est plus ce que c'était (bon j'avoue ne pas avoir lu depuis que Charb est à la tête), et ça ne fait plus grincer les dents du pouvoir autant qu'à l'époque de Choron (Sarko a même été les défendre pendant l'affaire des caricatures).

      Quant à comparer l'aide au financement de quotidiens (qui restent du journalisme - enfin pour certains -) par l'état à celui des « journaux » gratuits - qui sont des dépêches AFP réécrites - par des entreprises... C'est quand même osé.

      Bon et sinon je rappelle que ces quotidiens sont très souvent disponibles gratuitement dans les bibliothèques (universitaires ou de villes).

    • [^] # Re: Comme par hasard..

      Posté par . Évalué à 5.

      Je ne pourrais pas retrouver les articles en question, mais j'ai vu des articles de 20minutes (articles qui faisaient intervenir les deux partis intéressées par le sujet) d'une qualité nettement plus grande que que peut sortir la plupart des quotidiens.

      Croire qu'il faut payer pour avoir de la qualité c'est aussi vrai dans le journalisme que dans le logiciel.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Comme par hasard..

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Croire qu'il faut payer pour avoir de la qualité c'est aussi vrai dans le journalisme que dans le logiciel.

        Ce n'est pas une réponse à mon commentaire, mais je suppose qu'il s'adresse à moi.

        Outre que je n'ai jamais dit qu'il fallait payer pour avoir de la qualité (ni le contraire), on parle là de financement (exclusif) par la publicité, et ça a un sacré rôle sur l'indépendance, et donc la qualité.

        • [^] # Re: Comme par hasard..

          Posté par . Évalué à 3.

          Mozilla est financer en énorme majorité par de la publicité indirectement. Tu trouve vraiment que Mozilla n'a pas d'indépendance face à Google ?

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Comme par hasard..

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Oulah, t'aimes bien comparer les choux et les patates toi !

            On parle de média d'information et de groupes de presse - secteur en crise - à but lucratifs et de leur dépendance à la publicité, qui peut être supprimée du jour au lendemain; et toi tu compares ça à une fondation à but non lucratif qui fait des logiciels et son partenariat sur plusieurs années avec une unique entreprise, et qui en plus a de quoi voir venir.

            • [^] # Re: Comme par hasard..

              Posté par . Évalué à 2.

              Dans le cas Mozilla/Google on peut quand même se poser la question. Les choix technologiques ne sont pas innocents: suppression du "HTTP://" devant les URL, par exemple. Comme dans Chrome. Ce qui favorise la confusion "Internet = Web", très profitable à Google.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

              • [^] # Re: Comme par hasard..

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Le lundi 10 octobre 2011 à 17:00 +0200, Grunt a écrit :
                > très profitable à Google.

                pourquoi ?

                • [^] # Re: Comme par hasard..

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Parce qu'ils ne font presque que du web ? Parce qu'ils ont des ChromeBook à vendre ?

                  Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                • [^] # Re: Comme par hasard..

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Parce que c'est le seul protocole de messagerie instantanée, de streaming vidéo, de publication de fichier, de publication de textes et d'images, de recherche, d'échange de courriel, qui permette de les assaisonner avec de la publicité et du tracking de données personnelles à haute dose.

                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Comme par hasard..

              Posté par . Évalué à 2.

              Excuse moi je pensais que tu parlais de l'asservissement d'une entité par un mécène unique.

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Comme par hasard..

        Posté par . Évalué à 2.

        Si tu regardes bien, ce sont des articles du monde. De mémoire c'est marqué en haut dans un bandeau.

        • [^] # Re: Comme par hasard..

          Posté par . Évalué à 2.

          Je doute qu'ils aient le droit de publier des articles du monde dans leur journal papier (ce serait se tirer une balle dans le pied de la part du monde).

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Comme par hasard..

            Posté par . Évalué à 3.

            Le monde c'est pas 20 minutes en terme de volume de lecture ...

          • [^] # Re: Comme par hasard..

            Posté par . Évalué à 1.

            On peut pourtant très bien imaginer un ou deux articles du journal papier de la veille (ou de l'avant veille, Le Monde étant publié le soir) que Le Monde vendrait à 20 minutes pour publication dans la version papier. Ça permettrait à 20 minutes d'avoir du contenu de qualité sans pour autant plomber les archives payantes du Monde.fr, le tout en renflouant un peu les caisses du journal. Sur certains sujets, on est pas à 24h près et le lectorat du Monde ne doit pas trop lire 20 minutes et vice-versa, donc l'impact sur les vente du Monde serait assez marginal (et je doute même qu'il soit mesurable)

            • [^] # Re: Comme par hasard..

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Le Monde vendrait à 20 minutes pour publication dans la version papier_.

              ils le font pour un torche cul financé par la pub distribué à paris, je crois que c'est Direct Soir.

            • [^] # Re: Comme par hasard..

              Posté par . Évalué à 2.

              Le monde a aussi un mensuel maintenant. Ils tirent potentiellement des bénéfices de leurs articles sur au moins un moi.

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # produits gratuits car payés par les impôts des parents...

    Posté par . Évalué à 1.

    Tu as une drôle de conception des impôts et des subventions.
    La fiscalité peut être un outil de redistribution (ou pas ) entre les générations mais aussi entre les classes sociales.

    • [^] # Re: produits gratuits car payés par les impôts des parents...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      La fiscalité peut être un outil de redistribution (ou pas ) entre les générations mais aussi entre les classes sociales.

      Effectivement : redistribution des personnes "dans la moyenne de l'age" et "dans la moyenne du revenu" (ceux qui payent des impôts) à "dans le haut de l'âge" et "dans le haut du revenu" (ceux qui récupèrent la thune : des vieux croûtons incapables de s'adapter à la technologie moderne). Non, non, je n'ai pas inversé, les "jeunes" étant qu'une excuse pour ramener l'argent dans les caisses des groupes de presse, les "jeunes" savent s'informer de manière moderne (pas un format qui fait chier les voisins tellement c'est grand, pas plein d'articles qui sont imprimés mais pas lu car pas son centre d’intérêt, pas un train de retard sur l'actualité car ça a été imprimé la veille et que le monde a changé depuis, et j'en passe)

      Désolé, mais ma conception de redistribution entre les générations et entre les classes sociales n'est pas dans ce sens.

      • [^] # Re: produits gratuits car payés par les impôts des parents...

        Posté par . Évalué à 1.

        Le problème ce n'est pas le support mais comment faire payer ? Les investigations ne sont pas gratuites.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: produits gratuits car payés par les impôts des parents...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Parce que tout sur Internet est gratuit?

          Allez, pour le plaisir, quelques pistes :

          • la pub. Ben oui, vu le coût par vue bien plus faible avec Internet que le papier (regarde juste le coûts d'impression et distribution... Le prix en Euro de ton journal le compense à peine), ça peut être rentable.
          • paiement. Ben oui, sur Internet, l'équivalent du vendeur de journal qui encaisse le fric existe. Parait qu'il y en a qui le font déjà même. Si si. Par contre, faut fournir de la qualité pour que les gens mette du fric plus que matter la pub chez le concurrent, bref il fat une valeur ajoutée.

          bref, comme avant, mais en moins cher du fait du gain sur comment amener l'information au lecteur. Le problème d'Internet, c'est surtout qu'il y a de la concurrence sur la qualité qui se met en place...

          • [^] # Re: produits gratuits car payés par les impôts des parents...

            Posté par . Évalué à 1.

            La pub te paye à peine l'hébergement.

            Le paiement est la solution, mais très peu de gens payent, en tout cas, moins que ceux qui achète du papier.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: produits gratuits car payés par les impôts des parents...

              Posté par . Évalué à 2.

              La pub te paye à peine l'hébergement.

              Alors, là, j'ai aucun chiffre sous les yeux, mais j'ai clairement du mal a le croire : tous les millions de gens qui font des sites avec 3 informations reprises chez les autres et 10 pubs, ca leur coute du pognon et ils font ca pour le bien de l'humanité ?
              Je le répète : j'ai du mal à y croire !

  • # Mon cas

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Je reçois Libération gratuitement grâce à ce système depuis environ un an. Au début je lisais un peu, mais maintenant, je ne lis plus du tout. Je regarde déjà les infos sur internet puis à la TV (journaux télévisés, c dans l'air, LCP, etc). Et là, j'ai droit à un support pas pratique (de grandes pages encombrantes pénibles à tourner) qui me reparle de la même chose.

    Bref, ça n'aura pas permit de me convertir à la presse classique et maintenant j'ai un tas de journaux qui s'entasse.

    • [^] # Re: Mon cas

      Posté par . Évalué à 7.

      Te plains pas, moi je ne lis pas du tout la presse papier, mais du coup j'ai rien pour allumer mes barbeucs'...

      • [^] # Re: Mon cas

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Tu ne reçois donc pas de spam dans ta boite aux lettres ? Pourtant chez moi le sticker's stop pub, bien qu'efficace, ne filtre pas tout.

        Il y a aussi les enveloppes des relevés de banque et autres EDF qui font de bons marques pages.

    • [^] # Re: Mon cas

      Posté par . Évalué à 2.

      Personnellement j'achète un hebdomadaire, ce qui correspond bien mieux à mon rythme de lecture et j'y trouve des choses différentes de l'info quotidienne (que ce soit papier, internet, télé).

    • [^] # Re: Mon cas

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Ouai enfin y'a quand même de belles différences avec les journaux papiers et le reste:

      • Déjà il y a une presse locale, qui est inexistante - à ma connaissance - sur le net et à la télé, hormis le bref France 3 région, et quelques rares sites à la visibilité pas toujours évidente (on peut cependant citer indymedia qui a un concept - et parfois des articles - intéressants, mais ça reste limité aux grandes villes pour l'info régionale). Au niveau radio, l'information régionale est beaucoup plus présente, surtout dans les radios associatives.

      • Ensuite la presse écrite permet à des journalistes seuls de s'exprimer de manière beaucoup plus fouillée, ou d'exprimer des opinions plus personnelles (modulo la ligne éditoriale, et les modifs faites par le rédacteur en chef ou autre). Ça s'applique donc au web aussi dans ce cas.

      • À part C dans l'air et quelques rares émissions, l'analyse est rarement poussée à la télévision (en tout cas pas dans le journal télévisé).

      • Il y a certes aussi la pression du scoop, mais pas celle de relayer l'info dans la minute comme sur le net, et une culture de vérification (enfin bref de journalisme) qui est bien souvent inexistante sur le web.

      • les pages pas pratiques peuvent être lues dans les transports, sur la plage en plein soleil, dans une salle d'attente, pendant des heures sans rien à recharger, sont légère à transporter, peuvent se trouver pratiquement n'importe où, ne fatiguent pas les yeux, se recyclent plutôt bien...

      Bref tout ça pour dire que si tu n'aimes pas la presse papier c'est une chose. Mais que c'est dommage de penser que c'est juste relayer l'info (si c'est juste pour se tenir informé des gros trucs, le net et un flux type AFP, ou un bulletin info type France Info au matin sont amplement suffisants en effet). Il y a un travail de terrain, de vérifications, de confrontation, d'analyse, etc. Ça peut se trouver sur le net, mais c'est rare (et bien souvent les articles viennent de sites de journaux papiers). Ça peut se trouver à la télé, mais c'est très rare, les contraintes de place, d’audience, etc n'étant pas les mêmes; et surtout la diversité n'est pas du tout la même.

      Après il y a le cas récent de ce qu'on appelle le journalisme citoyen, qui est une grosse évolution amenée par Internet, mais qui est à mon avis un complément. Enfin, c'est un autre sujet de débat.

      • [^] # Re: Mon cas

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        "les pages pas pratiques peuvent être lues dans les transports, sur la plage en plein soleil, dans une salle d'attente, pendant des heures sans rien à recharger, sont légère à transporter, peuvent se trouver pratiquement n'importe où, ne fatiguent pas les yeux, se recyclent plutôt bien..."

        Sauf que dans mon cas :
        - je vais au boulot soit en vélo soit en voiture : je ne peux pas lire dans les transports.
        - sur la plage en plein soleil : je n'habite pas au bord de la mer. Et je pense que Toulouse Plage est fini...
        - dans une salle d'attente ok, mais je n'y vais pas souvent...
        - Je ne recharge jamais ma TV, elle reste branchée

        Plus sérieusement, toute la journée je lis des papiers scientifiques, alors le soir je n'ai pas spécialement envie de continuer à lire mais plutôt à me vautrer sur mon canap pour me relaxer en regardant des émissions TV, qui me permettent aussi de préparer à manger ou faire la vaisselle en même temps (à condition de trouver la force pour me lever de mon canap, bien sûr). On peut même discuter en même temps quand on est plusieurs devant la TV.

        Je suis d'accord sur le fait qu'il n'y a pas beaucoup d'émissions intéressantes mais entre LCP, France 5, et en seconde partie de soirée France 3 ou France 2, je trouve quand même pas mal de contenu intéressant et sur un support plus reposant pour moi.

      • [^] # Re: Mon cas

        Posté par . Évalué à 1.

        Déjà il y a une presse locale, qui est inexistante - à ma connaissance - sur le net et à la télé (...)

        Moui... Bof ! Perso, à chaque fois que je feuillete le Dauphiné Libéré, j'arrive à la fin en me disant "bah dis-donc, beaucoup de pages pour absolument AUCUNE info interessante !". Perso, j'en ai rien à branler que l'association culturelle amicale des fédérations des associations culturelles amicales ait fait sa réunion annuelle dans une ambiance chaleureuse, ou bien que l'equipe 2 des jeunes du club de curling de tripotons-le-petit à perdu face à trifouillis-les-oies "avec les honneurs".

        En général, si c'est une information sur un évenement proche et interessant, bah on est au courant avant le journal...

        Ensuite la presse écrite permet à des journalistes seuls de s'exprimer de manière beaucoup plus fouillée, ou d'exprimer des opinions plus personnelles (modulo la ligne éditoriale, et les modifs faites par le rédacteur en chef ou autre). Ça s'applique donc au web aussi dans ce cas.

        Comme tu l'as dit, ca s'applique aussi sur le web. Sauf que sur le web, ca reste vrai : pas de ligne editoriale (si ton article ne correspond pas a la ligne editoriale du site, bah tu crée le tiens), pas de modif par le redacchef, pas de pression politique, etc...

        À part C dans l'air et quelques rares émissions, l'analyse est rarement poussée à la télévision (en tout cas pas dans le journal télévisé).

        Rien à redire, a part que, comme tu l'as dit, il existes quelques (trop rares) émissions de fond.

        Il y a certes aussi la pression du scoop, mais pas celle de relayer l'info dans la minute comme sur le net, et une culture de vérification (enfin bref de journalisme) qui est bien souvent inexistante sur le web.

        Euh... tu parle de la presse écrite il y a 10 ans ou de la presse ecrite actuelle ? J'ai franchement l'impression que cette culture du journaliste qui fait son boulot a bel et bien disparu !

        Perso, ce qui me fait vraiment fuir la presse papier, c'est son manque d'indépendance : ils appartiennent TOUS aux memes gros industriels (à part un seul, que je lis dès que je peux)

  • # Des limites de la condition humaine

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Je n'ai déjà pas le temps de lire toutes les foutaises qu'on trouve sur internet, alors si en plus il faut que je me tape celle de la presse !

  • # Subventionnement

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    De tête cette opération est financée à 50% par les deniers publics et à 50% par les journaux.

    Cependant, ne pas oublier que ces journaux sont déjà largement financés par les deniers publics, tout comme les journaux en ligne type Médiapart, Rue89 etc. (fonds de 20 millions d'euros réparti entre ceux qui font une demande). En effet il existe un fonds spécifique, créé par l'état, dénommé "fonds d'aide à la modernisation de la presse quotidienne", renouvelé tous les ans, qui est destiné à accompagner la presse dans la modernisation. Ce fonds, comme son nom l'indique, est réservé aux quotidiens. A noter que les quotidiens papier, non contents de récupérer une bonne part de ce fonds, ont aussi droit au fonds d'aide au développement des services de presse en ligne (celui utilisé par les journaux en ligne). Bref, qui a dit indépendance des médias ?

    Quelques chiffres pour 2008/2009 :
    - 1,3 millions d'euros pour France Soir
    - 1,9 pour l'Humanité
    - 1,3 pour La Croix
    - 14,6 pour la presse régionale

    Pour 2004-2005 :
    - 1,6 millions pour Libération
    - 2 millions pour Le Figaro
    - 17,8 millions pour la presse régionale

    Pour 2009-2010, le rapport n'indique plus les bénéficiaires des fonds...

    Et ce sans compter les nombreuses autres aides : tarifs postaux réglementés, abattement (20% quand même) sur les cotisations sociales par les entreprises de presse, déduction forfaitaire sur l'impôt sur le revenu pour être journaliste (7600 euros), fonds d'aide à la distribution de la presse française à l'étranger, etc.

    Ces fonds, attribués annuellement, provoquent également d'autres problèmes : de nombreux salariés de ces journaux n'ont que des contrats précaires (CDD de 12 mois), et ne sont repris qu'en cas de renouvellement de la subvention. Chaque année c'est donc la surprise : sera-t-on repris ou non ?

    Bref la presse française est (très) largement subventionnée par l'état, ce qui non seulement laisse douter de son indépendance et sa viabilité économique, mais en plus de son indépendance politique.

    « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.