Forum Linux.général Virtualiser une installation Windows 7 OEM pour Qemu/KVM (Libvirt)

Posté par  . Licence CC By‑SA.
5
22
jan.
2022

Bonjour et bonne année.

J'ai récupéré un vieux PC portable HP (un Pavilion dv7 avec 8 Go de RAM) installé avec un tout aussi vieux Windows 7 que je voudrais virtualiser pour Qemu/KVM sous Libvirt. Le disque est un modèle à 5400 tours/min de 750 Go, dont je veux récupérer les deux premières partitions: celle de démarrage (200 Mo) et celle de Windows 7, que j'ai réduite à 200 Go (occupée à 80 Go). La dernière partition est celle de récupération, aussi appelable depuis le firmware EFI.

Il m'a fallu un temps considérable pour nettoyer la partition système (Win7) et la réduire. J'ai réussi à construire (avec la commande dd notamment) un disque virtuel d'environ 200 Go ne contenant que lesdites partitions mais j'obtiens un écran bleu au démarrage avec le message STOP … 7B (« Inaccessible boot device »), ce qui me paraît normal, puisque les pilotes correspondants ne sont pas installés sur l'image.

Comment puis-je préparer la virtualisation de mon système selon les critères que je viens d'énoncer, sachant que:

  1. je ne veux pas activer le réseau et garder ma VM isolée de tout réseau,
  2. je n'ai pas le média d'installation (le CD, quoi)… à l'exception de la partition de restauration HP (20 Go).

La dernière fois que je me suis éreinté à ce genre de sport, c'était en 2005 avec une installation Windows XP et un portable Dell Inspiron 6000… Les choses ont un tantinet changé depuis, je crois, hein?

Merci d'avance pour votre aide.

  • # Désinstaller les pilotes avant de faire l'image

    Posté par  . Évalué à 6.

    Hello FantastIX,

    De ce que j'en ai compris dans mes différents tests (non fonctionnels) il faut supprimer l'ensemble des pilotes des périphériques physiques avant de faire l'image.
    Après je ne sais pas quels pilotes Windows va utiliser. Peut-être qu'il faudra que tu passes par la réparation de Windows pour gérer les pilotes (pour le coup sous Windows 7, je ne sais pas si c'est aussi aboutit que sur Windows 10)

    Je suis intéressé par l'évolution de ton projet et les points de blocages que tu peux rencontrer

    Julien_c'est_bien (y'a pas que Seb)

    • [^] # Re: Désinstaller les pilotes avant de faire l'image

      Posté par  . Évalué à 4.

      concernant Windows 10, j'ai vu qu'il y avait une version un peu spéciale :
      - peu de soft pas très utiles installés (store, edge, …), ce qui diminue grandement le volume à virtualiser et la charge CPU ?
      - une sorte de Long Term Support (LTS) ;
      - les licences sont nettement moins chères ;
      - cette version me semblerait intéressante pour virtualiser sous Linux, une application à moindre frais.

      Son petit nom : "windows 10 IOT Enterprise LTSC" ; il existe 2 variantes : 2019 et 2021(prochainement). On peut trouver la licence sous forme numérique sur certaines boutiques en ligne pour moins de 50€.

      j'ai du prendre sur moi pour découvrir tout cela. Si ca peut aider certains d'entre nous.

    • [^] # Re: Désinstaller les pilotes avant de faire l'image

      Posté par  . Évalué à 2.

      […] mes différents tests (non fonctionnels)

      Heuu… c'est pas très rassurant, ça :-D ?

      il faut supprimer l'ensemble des pilotes des périphériques physiques avant de faire l'image.

      Je suis pas très chaud pour modifier la version installée du système, vu le temps que ça m'a pris pour en faire l'image… Penses-tu qu'il y a moyen de "supprimer" ces pilotes de l'image virtuelle?

      • [^] # Re: Désinstaller les pilotes avant de faire l'image

        Posté par  . Évalué à 1.

        Mes différents tests ont été non fonctionnels car je n'avais pas supprimé les pilotes justement… enfin en théorie car sur les 3 ou 4 expériences que j'ai menée c'est lors de la dernière que j'ai appris le problème lié aux pilotes (il y a peut-être d'autres problèmes mais n'ayant pas passé l'étape des pilotes…)

        Je ne penses pas que tu puisses te contenter de supprimer les fichiers dans l'image directement, il est préférable de lancer ton Windows 7 et de supprimer les pilotes depuis l'utilitaire windows

        Toutefois en rédigeant ce commentaire, je me suis dit qu'un démarrage en mode sans échec devrait te permettre de démarrer l'image que tu as déjà créée

        Ici un petit rappel des possibilités :
        https://lecrabeinfo.net/acceder-aux-options-de-demarrage-avancees-de-windows-7.html

        Tu me diras :-)

        Julien_c'est_bien (y'a pas que Seb)

  • # alors !

    Posté par  . Évalué à 4.

    Salut,

    Pour virtualbox / vmware, tu peux utiliser disk2vhd en cochant "prepare to use for virtual pc" (de mémoire il enlève tous les drivers).

    Tu peux ainsi normalement booter ton VHD.

    jamais essayé avec qemu par contre !

    (et longtemps que je n'ai pas fais la manip)

    par contre, ce qui marche assez bien généralement c'est de migrer en windows 10 et il ne crashe généralement pas au boot, et reinstalle ses pilotes (par contre re-activation selon la licence etc…)

    • [^] # Re: alors !

      Posté par  . Évalué à 2.

      […] migrer en windows 10 […]

      Juste… non.

      Pour virtualbox / vmware, tu peux utiliser disk2vhd en cochant "prepare to use for virtual pc" (de mémoire il enlève tous les drivers).

      Est-ce que les pilotes sont éliminés de l'installation physique ou bien de l'image qui est créée? Parce que si ça ne fonctionne pas, je tiens à conserver l'installation d'origine intacte. Bon, même si j'ai fait une image du disque physique, ça me prendra plusieurs heures de tout restaurer, surtout si je ne suis pas certain à 100% de ce qui doit être restauré… (comme d'hab avec Windows, évidemment.)

      • [^] # Re: alors !

        Posté par  . Évalué à 3.

        de l'image qui est créée, pas de l'installation physique à partir de laquelle tu créées le .vhd

        • [^] # Re: alors !

          Posté par  . Évalué à 2.

          Extra ça! Me voilà avec au moins deux plans à tester. Merci pour tes suggestions.

    • [^] # Re: alors !

      Posté par  . Évalué à 3.

      Dans un contexte vmware, autant aller directement avec leur convertisseur
      Christophe, sur developpez.com, présente cet utilitaire et quatre ou cinq autres pour faire du hot p2v ; mais il fait aussi un tour d'horizon de diverses autres approches (et je découvre comment l'outil de sauvegarde inclus dans Windows peut être mis à profit) dont disk2vhd https://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/ Par contre, pas de qemu dans sa page, mais VirtualBox à la rigueur.

      “It is seldom that liberty of any kind is lost all at once.” ― David Hume

  • # Pourquoi récupérer l'existant ?

    Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 22/01/22 à 20:13.

    Salut,

    Quel est le point bloquant nécessitant de récupérer l'existant ? Un linux vieillit pas trop mal, meme avec un changement de matériel, pour windows c'est bien prise de tete.
    De toute facon une licence OEM deja utilisée ne sera pas valide en virtualisé.

    Une licence OEM de windows 10 se trouve à moins de 15 EUR. Ca vaut sans doute mieux de tester et partir de zéro.

    • [^] # Re: Pourquoi récupérer l'existant ?

      Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 23/01/22 à 11:24.

      Quel est le point bloquant nécessitant de récupérer l'existant ?

      Des raisons précises qu'il ne me semble pas pertinent de développer ici.

      pour windows c'est bien prise de tete.

      On est bien d'accord.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par  . Évalué à 5.

    Ce commentaire a été supprimé par l’équipe de modération.

    • [^] # Re: Problème de licence

      Posté par  . Évalué à 1.

      Ce que tu souhaites faire va donc à l'encontre de la licence

      Merci. Je suis au courant :-).

  • # clonezilla

    Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 23/01/22 à 10:16.

    puis 2 possibilités

    • tu clones la machine physique vers le support final (un clonezilla sur la machine physique, et un sur la machine virtuel)

    • tu clones vers un disque de sauvegarde, dans une image, donc ne prendra que l'espace occupée, moins la compression de l'image, puis tu restaures cette image sur la VM

    • [^] # Re: clonezilla

      Posté par  . Évalué à 2.

      Cela semble intéressant mais je ne suis pas sûr de te suivre. Peux-tu détailler un chouïa les étapes? Si tu as un tuto, je suis preneur.

      • [^] # Re: clonezilla

        Posté par  . Évalué à 2.

        clonezilla est un outil de clonage qui demarre depuis une clef USB ou une image ISO

        il permet de faire une sauvegarde complete d'un disque en ne prenant que les données et pas l'intégralité du disque

        plusieurs scénarios sont possibles.

        par exemple tu démarres un clonezilla sur la machine physique, tu demandes de faire un clone de type DISK vers IMAGE (tu sauvegardes alors ta machine vers un support externe (clef USB, disque Dur, partage reseau)

        puis depuis la VM, tu démarres clonezilla, tu demandes à faire une operation DISK vers IMAGE (ou IMAGE vers DISK), puis tu demandes une restauration de cette IMAGE vers le disque de la VM

        il y a aussi une option client/serveur où tu démarres directement clonezilla sur les 2 machines qui devront etre sur le meme réseau, et de là tu demanderas à cloner le disque de l'autre machine

        • [^] # Re: clonezilla

          Posté par  . Évalué à 2.

          puis depuis la VM, tu démarres clonezilla, tu demandes à faire une operation DISK vers IMAGE (ou IMAGE vers DISK), puis tu demandes une restauration de cette IMAGE vers le disque de la VM

          Si je comprends bien, cette opération présuppose que j'aie déjà une VM opérationnelle pour y lancer Clonezilla, c'est bien ça? Quel type cette VM, dans ce cas? Windows, Linux ou bien osef?

          • [^] # Re: clonezilla

            Posté par  . Évalué à 2.

            non,

            ca présuppose que tu as une VM vierge,dans laquelle tu lances l'ISO de clonezilla, pour aller chercher l'image ou le disque de la machine physique, pour remplir le disque de la VM et la rendre bootable

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.