Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
0
5
juin
2003
Justice
Un article intéressant sur Transfert récapitulant l'état des forces en présence dans le combat final contre les brevets logiciels et soulignant à nouveau certains des principaux problèmes posés par les brevets.

À lire et à utiliser pour informer votre entourage.

No pasaran !

Note du modérateur : extrait « La Communauté européenne s'est bâtie sur l'idée de notre auto-suffisance énergétique d'abord, avec la CECA, puis alimentaire ensuite avec la PAC. Ici, il s'agit de notre auto-suffisance informationnelle, une des ressources vitales de ce siècle, comme le charbon pouvait l'être au siècle passé »
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    J'aimerais faire quelquechose, mais quoi ? Je ne crois pas beaucoup aux pétitions, mais j'ai déjà signée celle d'Eurolinux (ça peut pas faire de mal)
    J'en parle déjà autour de moi, mais je connais personne qui soit dans la politique.
    Que faire, que faire ?
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 9.

      Écrire à un député européen français de droite ou mieux, le rencontrer. Pas la peine de te fatiguer avec ceux de gauche, c'est déjà bon.

      Pour se faire, tu pourrais te mettre en relation avec Pascal Lambert (pascal.lambert@noos.fr) qui a l'air motivé pour coordonner cela...
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par . Évalué à 5.

        J'ajouterais: inutile d'écrire aux députés acquis à la cause adverse ou aux amis de McCarthy, c'est une perte de temps. Mieux vaut se concentrer sur les députés qui voteront sans savoir.. (qui auront à peine écouté les débats et risquent facilement de gober ce qu'on leur raconte, que le brevet logiciel aiderait l'innovation, etc)

        Notons aussi que c'est pas parce que ce sont des députés européens qu'il ne faut pas prévenir aussi les députés francais (un certain nombre sont déjà au courant)

        Sinon, un petit lien:
        http://swpat.ffii.org/index.fr.html(...)
        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par . Évalué à 8.

          Merci pour le lien, mais si je te rejoins sur la priorité des personnes à contacter, se faire entendre auprès des députés même acquis à la cause de McCarthy ou considérés comme reste quand même une nécessité:

          D'abord il n'est pas du tout sûr que les tous les partisans du Brevet Logiciel soient tous conscients de ce que cela implique. Il y a probablement beaucoup de gens qui sont maintenant réellement convaincus que c'est une chance pour l'innovation européenne parce qu'on leur a bourré le mou avant nous, et en tout état de cause, ce n'est pas en jouant la minorité silencieuse que l'on risque de les faire changer d'avis ...
        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par . Évalué à 0.

          Si je comprends bien, il vaut mieux selon toi essayer de faire bouger les gens qui ont le plus de chance de penser comme nous. Concept intéressant, mais tu ne m'en voudras pas de contacter des gens qui ne sont pas sensibilisés au problème. A ton rythme, le monde doit bouger lentement. M
          • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Si je comprends bien Visiblement non :-) Il conseille justement de contacter les gens qui ne sont pas vraiment au courant et dit juste que ce n'est pas la peine de contacter ceux qui ont déjà décidé fermement qu'ils sont pour.
          • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

            Posté par . Évalué à 1.

            A mon avis, il voulait dire que vu le peu de temps qu'il nous reste, il est plus efficace de dialoguer avec des gens peu au courrant et donc susceptible d'accepter plus facilement nos thèses qu'avec d'autres députés possédant déjà leur propre opinion et donc logiquement plus difficle à convaincre.
            Je suis d'accord avec lui sur ce fait étant donné la contrainte de temps. Dans d'autres conditions, il est bien entendu nécessaire d'informer le plus grand nombre.
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 2.

      Je pense que l'article sur les brevets logiciels du lmag 50 ferait une bonne lettre pour un mailling concernant tout les députés/sénateurs ayant un interret pour la téchnologie.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        pour ce qui est de faire du mailing à destination de votre/vos sénateurs/députés/maires/ministres/européens (cochez selon...) ca existe depuis suffisemment longtemps (chercher le gaffophone ...) pour que ces gens soient au courant de ce qu'est le spam, certains arrivant même à bien se protéger...

        donc arrêter d'inonder les boites aux lettres de nos élus de machins inutiles qu'ils ne liront jamais : prenez le temps de prendre un rendez-vous irl ou d'aller les voir pendant telle ou telle permanence, ce sera beaucoup plus utile !

        Merci
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        tu peux nous la scanner? ;)
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Cet article de transfert est l'un des tout meilleurs que je n'ai jamais lu.
      Faites le connaitre aux journalistes, à vos députés, à leurs femmes et à leurs amis.
      Donnez-leur aussi le lien sur le dossier : http://abul.org/brevets/(...) qui détaille et complète ce très bon article de synthèse.
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

    Posté par . Évalué à 10.

    > No pasaran !

    please, evitez d'employer cette expression. Il y a des gens qui savent ce qui est arrivé a ceux qui la criaient ... Ca fait tres mauvais effet !


    hors sujet - > []
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

    Posté par . Évalué à 3.

    Un petit rappel pour les gens qui veulent pouvoir prétendre être totalement impartiaux:

    http://www.brevets-logiciels.com(...)

    Beaucoup de mauvaise foi, évidement, mais quelques liens interressants, et le bon goût de référencer DLFP sur leur site ...
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 1.

      Vu sur ce site, en accédant à la page "Les Logiciels Libres > Définitions" :

      Warning: Failed opening '/Local/Library/WebServer/php/logger.inc.php3' for inclusion (include_path='') in /home/sites/site7/web/htm/definition.php3 on line 12

      hors sujet, mais le site a tout l'air de tourner sur un Linux :)
      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 2.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          On le connait, c'est un type qui défend son biftek ! whois brevets-logiciels.com Organization: Breese Pierre Breese 3 avenue de l'opera paris, FR 75001 FR Phone: 33147036777 Fax..: 33147036778 Email: fp@breese.fr Vous avez le site de son buisiness : http://www.breese.fr/ et sa photo : http://www.breese.fr/pres/htm/staff.htm (bon, elle n'est pas récente !) Il essaie de s'infiltrer par tous les moyens là où on parle de brevets logiciels.
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 5.

      Je viens de lire le site.

      On y lit des phrases telles que celle-ci :

      "Le brevet permet aussi aux sociétés émergentes de se positionner sur le marché face à des entreprises déjà établies et moins innovantes. Le brevet permet à une start-up de préserver son développement et de s'imposer face à des entreprises plus puissantes économiquement."

      Aucune démonstration ou explication. En partant comme ca, on raconte ce qu'on veut :

      "Le brevet empêche les sociétés émergentes de se positionner sur le marché face à des entreprises déjà établies et moins innovantes. Le brevet empêche une start-up de préserver son développement et de s'imposer face à des entreprises plus puissantes économiquement."

      Ca a la même valeur ..
      • [^] # Un problème pas si simple ...

        Posté par . Évalué à -1.

        A propos de brevet, c'est pas évident du tout. C'est pas noir ou blanc comme un peu tout dans la vie. Moi je suis pour des brevets de courtes durée du style moins de 5 ans ou 3 ans ....

        Apres cette periode qui permet à l'entreprise innovente de se developper, le brevet doit tomber dans le domaine public.

        Ca presente l'avange de :

        * proteger les petites entreprises creatives face au rouleaux compresseurs

        * eviter que les grosses societe ne rachete les brevets (pour longtemps) et etouffent le marché.


        Bien sur se pose l'enorme probleme de "koi" breveter.

        J'espere qu'on ne va pas tomber dans une derive americaine ou les leaders du marché possedent tout mais je voudrais encore moins que les fous furieux communistes du style les gentils casseurs d'evian en fassent leur nouveau cheval de bataille. ils sont tres habiles pour recuperer tous ce qui peut l'etre
        • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

          Posté par . Évalué à 2.

          J'espere qu'on ne va pas tomber dans une derive americaine ou les leaders du marché possedent tout mais je voudrais encore moins que les fous furieux communistes du style les gentils casseurs d'evian en fassent leur nouveau cheval de bataille. ils sont tres habiles pour recuperer tous ce qui peut l'etre

          Et bien, on lit aussi sur le même site :

          "Contrairement à une idée reçue, les critères de brevetabilité ne présentent pas de différences fondamentales entre les USA et l'Europe. Une invention brevetable aux USA le sera également en Europe et vice versa."

          Voilà de quoi nous rassurer :-/
        • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

          Posté par . Évalué à 1.

          Juste comme ça, ça coute combien de breveter un truc ? Elle pourra s'offrir un brevet la start up ?
          • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

            Posté par . Évalué à 8.

            L'interret d'un brevet pour une start-up est de se la péter lorsqu'elle cherche un financement ou pour gruger les impots.

            Niveau protection fasse à un gros, cela ne vaut rien.

            Le gros : "File moi une licence pour ton jolie brevet."
            Le petit : "Non !"
            Le gros : "Aller cross licenssons nous !"
            Le petit : "Pas besoin !"
            Le gros : "sisi, regarde : tu effreinds ce brevet, celui-là, celui-ci... et si cela suffit pas j'en ai encore une centaine d'autres. Tu ne veux toujours pas cross-licencer ?"
            Le petit : "Euh..."

            "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

          Posté par . Évalué à 4.

          <blockquote> J'espere qu'on ne va pas tomber dans une derive americaine ou les leaders du marché possedent tout mais je voudrais encore moins que les fous furieux communistes du style les gentils casseurs d'evian en fassent leur nouveau cheval de bataille. ils sont tres habiles pour recuperer tous ce qui peut l'etre</blockquote>

          A propos de casseurs et de G8 je conseille la lecture de cette humeur de quelqu'un qui était sur place :

          http://www.cuk.ch/articles/humeur/#661(...)
          • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

            Posté par . Évalué à -2.

            Qu'est ce qu'on en a a foutre de tes états d'ames ? A supposer que ces fachos de suisses en est une ... (ame). Les Black Bloc te souhaitent te font un petit coucou (suisse) KDO, et j'en suis pas un!
        • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

          Posté par . Évalué à 4.

          En informatique, le brevet ne sert à rien ! Les bonnes idées viennent des maths et restent des idées !

          La difficulté vient de l'implémentation protégé par le droit d'auteur (c'est la forme qui est protégée car bien plus difficile à faire que le fond). C'est aggréger les idées qui est complexe (et coder !) pas les avoir.

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

            Posté par . Évalué à 1.


            En informatique, le brevet ne sert à rien ! Les bonnes idées viennent des maths et restent des idées !

            Pas forcément, une amélioration de l'ergonomie et des interfaces homme-machine peut être une bonne idée en informatique.
            Cela nécessite donc une législation en plus de celle concernant les bonnes idées venant des maths.
            • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

              Posté par . Évalué à 2.

              Renforcé la protection dans ce domaine ne sert pas l'innovation. Ce qui est compliqué ce n'est pas d'innover, c'est de coder et que tout marche ensemble ! La difficulté n'est pas au même niveau que dans les autres domaines d'ingénéries.

              "La première sécurité est la liberté"

              • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

                Posté par . Évalué à 3.

                Arf, trouver un nouvel algorithme, inventer une nouvelle interface sont bien plus difficile que de pisser ensuite les lignes de code qui vont bien.
                • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  L'algorithmes sont des mathématiques et ne sont pas brevetables car justement du domaine des idées et non des solutions à un problème donné.

                  La nouvel interface une fois trouvé, je suppose qu'elle parrait "bète" pour la plus part des gens. (sur le thème : "pourquoi ne pas y avoir pensé plus tot"). C'est donc bien une "application de l'art" et pas vraiment un truc nouveau.

                  Concernant le pissage de code : ce qui est complexe est aussi que ce code s'intègre correctement dans le reste du programme et soit sans bugs, maintenable...

                  De plus, les innovations d'interfaces ne sont pas courante du tout. C'est vraiment un cas exeptionnel.

                  "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à 1.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Un problème pas si simple ...

          Posté par . Évalué à 2.

          Apres cette periode qui permet à l'entreprise innovente de se developper

          La plupart des brevets logiciels ne couvrent aucune innovation digne de ce nom, ils ne servent qu'à créer une ponction artificielle sur d'autres entreprises, et à verrouiller le marché.

          les fous furieux communistes du style les gentils casseurs d'evian en fassent leur nouveau cheval de bataille. ils sont tres habiles pour recuperer tous ce qui peut l'etre

          Faut arrêter de boire.
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 3.

      Oh, mais quelle drôle de coïncidence ! Ce site est hébergé par "Breese Majerowicz, conseils en propriété industrielle, European patent & trademark attorneys".
      Des avocats ! C'est clair que c'est pas leur boulot qui est menacé !
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je ne pense pas que ce site mérite la moindre publicité. Dans sa présentation des logiciels libres il dit que c'est du communisme et lance des phrases comme "La contestation du principe de propriété n'est pas nouvelle : ce dogme a produit les ravages économiques que l'on connaît dans les pays de l'Est" et "L'application de ce principe obsolète au domaine de la propriété industrielle aurait les mêmes conséquences désastreuses."

      Et dans Arguments :

      > Les logiciels libres permettent de réduire les coûts

      Les contrefaçons aussi. Faut-il pour cette raison inciter à l'achat de contrefaçon de stylos MONTBLANC, afin d'abaisser le budget de fournitures de bureau ?
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 2.

      http://www.brevets-logiciels.com(...)

      J'ai bondi au plafond quand j'ai lu ce site !!!

      Dans la rubrique "Logiciels Libres", lisez notamment les parties "Analyse économique" (2 pages) et "Analyse juridique".

      Vous y apprendrez notamment que "Les logiciels libres ne respectent pas le droit fiscal", sont "contraires à l'esprit d'entreprise".

      Le modèle des LL"privilégie les activités de distribution et de prestations annexes, au détriment de la création", "entraîne une déresponsabilisation des acteurs", "il s'agit d'un modèle anticoncurrentiel", "il brade les résultats de la recherche financée par le contribuable" etc... On y retrouve la métaphore mensongère du paysan obligé de brader sa production à vil prix au seul bénéfice du distributeur.

      On y fustige aussi la "pensée unique" des activistes du LL. Un argument qui revient très souvent (sans doute un point sensible pour faire voter les députés, apparemment) est la "valorisation de la recherche publique". À les en croire, presque tous les LL viennent de chercheurs payés par le contribuable.

      Dommage que je ne possède pas de brevets sur des méthodes triviales (genre "Présentation de pages Internet avec texte apparaissant après un clic sur un champ d'un menu"). J'assignerais volontiers les auteurs du site en contrefacon, histoire de leur apprendre vraiment à quoi servent les brevets...
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par . Évalué à 3.

        À les en croire, presque tous les LL viennent de chercheurs payés par le contribuable.

        Justement. Qu'est-ce qui est le plus inadmissible ? Que le fruit du travail d'un chercheur payé par le contribuable devienne public, ou qu'il soit complètement verrouillé par un brevet (vérrouillé au point d'interdire à qui que ce soit de le réinventer) ?

        Il doit profiter à qui l'argent du contribuable ?
        A des sociétés américaines et japonaises (qui de toutes façons auront largement de quoi faire pression sur les boites européennes grace aux 30000 brevets logiciels déja déposés) ?
        A des avocats ?
        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par . Évalué à 0.

          A des sociétés américaines et japonaises (qui de toutes façons auront largement de quoi faire pression sur les boites européennes grace aux 30000 brevets logiciels déja déposés) ?

          Evite les amalgames États-Unis/Japon. À part Sony qui dispute sérieusement la palme des entreprises liberticides, les boîtes japonaises ne sont pas plus néfastes que les boîtes européennes.

          Si aux US les étudiants les plus brillants deviennent avocats, au Japon ils finissent un équivalent d'ingénieur ou chercheurs, ce qui fait une grosse différence.
          • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

            Posté par . Évalué à 1.

            Consulte la liste des brevets logiciels déja déposés, environ 20000 l'ont été par des entreprises américaines et environ 10000 par des entreprises japonaises.

            C'est pourquoi je cite les Etats Unis et le Japon dans cet ordre.

            S'il y a un amalgame à faire, puisque c'est toi qui en parle, les Etats Unis et le Japon ont quand même un point commun (mais tu peux contester, hein) : ils ne font pas partie de l'Europe.
            • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

              Posté par . Évalué à 4.

              S'il y a un amalgame à faire, puisque c'est toi qui en parle, les Etats Unis et le Japon ont quand même un point commun (mais tu peux contester, hein) : ils ne font pas partie de l'Europe.

              Certes, mais les échanges sont tellement centralisés autour des EU que favoriser les échanges Europe-Asie feront le plus grand bien aux deux parties. La mondialisation n'est pas mauvaise en soi, c'est la concentration des pouvoirs et des richesses qui s'opère qui l'est.

              Stigmatiser le Japon comme un ennemi économique de l'Europe n'arrangera pas les choses.
              • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

                Posté par . Évalué à 2.

                Il n'est pas question d'échanges ici, mais d'exercer des brevets, donc de limiter la marge de manoeuvre des entreprises européennes.

                Je ne stigmatise personne comme un ennemi économique de l'Europe, je m'inquiète pour les sociétés européennes (et accessoirement pour mon avenir professionnel).
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 7.

      Mon passage préféré:

      Les militants du logiciels libres ne représentent pas les milieux industriels, créateurs d'emplois et de richesse durables en Europe. Actionnés par des théoriciens du " logiciel libre " n'ayant aucune expérience du monde de l'entreprise ou de l'innovation, et ils développent une construction intellectuellement séduisante, mais déconnectée de la réalité industrielle.

      Parmi les grandes entreprises françaises impliquées dans la logiciel libre, on trouve Bull, France Telecom, Thalès, ... (pour la plupart, cf le consortium ObjectWeb, entre autres).
      Des gens dont le métier primaire est de vendre des services, (alors qu'il était avant de vendre des logiciels dans certains cas, dont celui de Bull), et de le faire dans un contexte industriel.
      Il n'y a pas de doute, c'est clair que dans ces boites là, ce ne sont que des adolescents boutonneux, des chercheurs payés par des fonds publics, des consommateurs de logiciels gratuits: bref, que des gens n'ayant aucune logique industrielle, aucune connaissance du métier, du marché, rien, des gros branquignolles.
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

    Posté par . Évalué à 2.

    Arlene McCarthy, un rapport avec le sénateur americain du même nom?

    http://www.wikipedia.org/w/wiki.phtml?search=mccarthy&go=Go(...)

    Sinon, bien que soutenant toutes les initiatives contre les brevets sur les logiciels, je dois avouer mon scepticisme devant la tournure des évènements et je sens que l'on va se taper une directive européenne stupide de plus.

    Ce qui amène la question que faire si la directive passe?
    1. la révolution?
    2. une grève génerale des informaticiens en Europe?
    3. un paradis informatique dans les Caraibes à l'image des paradis fiscaux?
    4. porter plainte contre tout ce beau monde pour collusion dans le but de porter atteinte à la liberte des citoyens européens? ou autre concept du genre.
    5. s'assoir et sur contre la connerie humaine?

    Des idées? des suggestions?
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 2.

      Simplement prendre les brevets un par un, les amener devant un tribunal et montrer qu'ils ne sont pas valables à cause d'une publication antérieure ou tout simplement car ils ne sont pas innovants.

      Malheureusement, c'est infaisable en pratique. Même les bureaux de dépôts de brevets ne sont plus capable de faire ce boulot correctement tellement ils sont noyés.
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par . Évalué à 1.

        Techniquement on peux tous les faire sauter en même temps.
        A un moment au début du siècle les Pays-Bas ont supprimé leur legislation sur les brevets au motif que cela revenait à constituer un monopole (même temporaire) puis ils l'ont retablie.
        Cela pourrait être envisageable de faire la même chose aujourd'hui puisque instauré des brevets de 20 reviens nettement à donner le monopole d'une technologie à une société et donc le monopole du marché ce qui est contraire aux règles de la concurrence européenne.

        <troll_poilu>
        Finalement tout n'est pas à jeter dans la legislation européenne :)
        </troll_poilu>
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 1.

      encore une fois, tout va se passer dans le silence , car aujourd'hui les medias sont occupés par les retraites, et les reformes dans l'education.. donc encore une fois j ai l'impression que ce qu il manque à la communauté c est un reel rapport avec les media de mass tel la television, la radio, on a internet c est deja ca.
      Que faire si la loi passe ?
      La revolution : fodrait deja qu on arrive a organiser deux ou trois manifs
      Une greve general des informaticiens en europe : bonne idee , fodrait encore que la grève soit suivie

      c'est maintenant que tout ce joue , il faut ecrire aux deputes , faire parler de tout ca grace au media de mass .. et peut etre aller manifester.
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par . Évalué à 1.

        je suis pour une manif. mais avant faudrait savoir si ca sera suivi
        une petite manif devant le parlement ou l'assemblee, ou alors des trucs bien relous genre 100 mecs qui s'assoient en plein milieu d'un carrefour pour bloquer la circulation dans paris (ou toute autre ville ...)
        au dela de 10 carrefours bloques dans une ville, ca passera a la tele ...
        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par . Évalué à 1.

          je me reponds: c'est quand meme desolant de devoir en arriver la, mais parti comme ca l'est, on va se faire en***** si on fait rien.
          et comme il semblerait que les paroles ne servent a rien, agissons
          • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

            Posté par . Évalué à 1.

            Après on aurra droit aux journaux:
            "Ras le bol des blovcages de carrefour ! Ras le boll des geeks! Les geeks c'est tous des feignants qui manifestent au lieu de bosser !"
            • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

              Posté par . Évalué à 3.

              c'est sur que des operations pour mettre au courrant le grand public devront se faire sans veritablement gener le grand public car apres on aurra personne avec nous, il faudrait essayer de nous donner une bonne image , et a partir de la faire passer notre point de vue .

              des propositions ? Une grande manifestation du style install partie , demonstration de jeux libres de soft libres , diffusion de petite pub en faveur du libre, aussi bien a la radio , que sur le net , nous permetrais de gagner pas mal de pesronnes a notre cause.. enfin je penses
              et vous qu en pensez vous ?
              • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

                Posté par . Évalué à 2.

                j'ai jamais dit qu'il fallait gener le grand public pour l'informer, mais si des trucs passent pour les brevets, faudra bien se bouger !
              • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

                Posté par . Évalué à 1.

                La rubrique de "20 minutes" qui donne la parole à une association à la fin du journal pourait être un bonne tribune. Il me semble que c'est une rubrique assez lue. Il faudrai que de grosse assoc' (AFUL, April,...) propose un texte car elles ont plus de chance de passer grâce à leur taille.
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        ce qu il manque à la communauté c est un reel rapport avec les media de mass tel la television, la radio

        Il faudrait déjà que les médias classiques veuillent s'intéresser à ces problèmes. Sur Internet on a Indymedia.org comme vrai moyen de communication libre, mais ça ne touche pas grand monde.
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par . Évalué à 1.

        "encore une fois, tout va se passer dans le silence , car aujourd'hui les medias sont occupés par les retraites, et les reformes dans l'education.."

        Il suffit d'informer les gens qui manifestent aujourd'hui pour les retraites et pour l'education et de leur expliquer pourquoi les brevets logiciels sont dangereux (premier pas vers la propriete privee des idees), et ensuite d'essayer de faire front commun. A plusieurs on est plus fort que tout seul.

        Alors a quand une banderole "Contre les brevets" dans les manifestations ? Pour la revolution je suis pour aussi, mais ca va etre plus difficile.
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 2.

      S'exiler en Norvège ou ils refusent le DCMA et l'EUCD (oui, il ne sont pas dans l'EU) et ou ils ont aquité Jon Johansen (http://linuxfr.org/2003/01/07/10880.html) ? Il y a eu une époque ou les Etats-Unis etaient le pays de la liberté pour tous les opprimés, quel sera le paradis des codeurs opprimés ??
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    http://brevets-logiciels.info/wiki/wakka.php?wiki=ComparaisonsEtAna(...)


    Mes 2cents pour la cause...

    (si ce wiki pouvait être ajouté aux lienspar un modérateur, ce serait sympa. )
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : Suppositions...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Que se passerait-il si les brevets étaient adoptés ? Destruction des entreprises, main-mise des USA sur l'informatique européenne, ruine ou destruction des entreprises européennes, chômage, fermeture des ecoles d'informatiques au profit de centres de formation propriétaires... Les USA ont déjà ruiné l'Amérique du Sud, ils s'attaquent maintenant à l'Europe. Tout cela ne peut avoir qu'une suite logique : la violence. Elle peut prendre toutes les formes y compris la guerre. C'est un scénario catastrophe, certes, mais pas invraissemblable, hélas. Il vaut mieux agir maintenant plutôt que d'entrer dans cette logique.
  • # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

    Posté par . Évalué à 4.

    et un petit encart dans le journal le monde, commencant par: Mr le president Mr le premier ministre Mr les deputés francais et europeen.

    cela ne doit pas couter des masses, et c'est rapide a mettre en place c'est a dire que meme un particulier peu passer une annonce, il "suffit" juste de trouver un article bien ecrit pas trop long. je serais pres a payer pour cela.
    • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

      Posté par . Évalué à 1.

      l'idée est intéressante, mais est on sûr que l'article sera publié et que celui ci sera lu ?
      Quel est le cout d'une telle publication ? la place que l'on peut envisager ? j'entends par là, la publication d'une simple lettre ou d'un article complet.
      peut être que des associations type april ou autres accepteraient d'aider au financement et à la redaction d'un tel article.
      • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

        Posté par . Évalué à 1.

        et un spot a la télé ca reviendrait a combien, car on peu voir grand , on est beaucoup, c est ca qui fait notre force.
        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par . Évalué à 2.

          Oui, ça pourrait commencer par un gars bien nourri et très enthousiaste qui court dans tous les sens en gueulant comme un cochon qu'on égorge et qui dit (tout essouflé) "J'ai quatre mots pour vous : J'AIME LES BREVETS LOGICIELS !"

          L'abus de brevets logiciels provoque des maladies graves.
        • [^] # Re: Brevetabilité du logiciel : dernière ligne droite

          Posté par . Évalué à 2.

          Ah c'est sûr que M. et Mme Michu quand ils verront ce spot après le Bigdil lèveront la tête de leur pot au feu et iront manifester leur opposition aux brevets logiciel en montant une barricade dans la rue en bas de chez eux !

          Un spot ne sert à rien, il faudrait a minima une campagne de pub qui te coûterait la peau du cul (et là on a beau être nombreux, quand il faudra mettre la main à la poche, on le sera beaucoup moins!) pour un résultat que je peux prédire comme quasi nul.

          Le français moyen (que je suis) est-il directement touché par les brevets logiciels ? Non. Alors...

          Seul le lobbying auprès des élus, d'associations de PME peut (ou aurait pu ?) changer quelque chose.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.