Création de l'ADULLACT

Posté par  . Modéré par Pascal Terjan.
Étiquettes : aucune
0
14
sept.
2002
Communauté
A l'initiative de plusieurs villes, communautés urbaines, conseils généraux et régionaux et le soutien de plusieurs associations est créé un mouvement de développement collaboratif nommé ADULLACT - Association Des Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales.

Les administrations publiques dont les collectivités territoriales développent des logiciels métiers au sein de leur service donnant satisfaction mais sans garantie de suivi.

L'Etat invite fortement les administrations publiques à utiliser des logiciels libres.

Adullact a pour vocation de fédérer l'ensemble des compétences qui développent des logiciels libres

Aller plus loin

  • # Excellente Initiative

    Posté par  . Évalué à 10.

    Les sociétés de logiciel propriétaire ont comme gros avantage de fournir un guichet unique en matière d'achat, maintenance, upgrade et conseil.

    Tous ces services sont, en général, orientés vers le produit phare de la boite.

    Les tâches que s'est assignée ADULLACT peut remplir les mêmes rôles pour les entités publiques trop souvent dépendantes des contrats accordés a des sociétés de consultances.

    Sociétés de consultance que la course a la fusion (IBM ne vient-il pas encore d'avaler une grosse société de consultance) peut parfois amener a des, possibles, conflits d'intérêt.
    • [^] # Re: Excellente Initiative

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

      Je trouve effectivement plus intelligent que les différents services publics se réunnissent pour mettre en commun leur capacité en matiéres informatiques. Peut-être cela aurait-il du être fait plus tôt, mais mieux vaut tard que jamais.
      Cependant, il y a quelque chose que j'ai du mal à comprendre:
      Les administrations publiques dont les collectivités territoriales développent des logiciels métiers au sein de leur service donnant satisfaction mais sans garantie de suivi.
      Si je comprends bien, jusqu'à présent les administrations concevait des softs (ce qui n'est pas gratuit, le salaire d'un informaticien n'est pas celui d'un technicien de surfaces...) mais les abandonnait plus ou moins par la suite. Ce n'est pas un peu stupide? Que faisaient les informaticiens aprés avoir dévelloper leurs softs (attention, ce n'est pas eux que je critique)?
      Cependant, je trouve un peu dommage que ce soit les communes, région... qui se mobilisent pour faire cela alors même que l'état leurs suggére de le faire. Un petit coup de mains de la part de ce dernier ne serait pas inutile non?
      • [^] # Re: Excellente Initiative

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

        Le plus souvent, dans l'administration, quand on débloque des crédits pour réaliser un logiciel, c'est une société de service qui le réalise. Le logiciel est fourni (pour windows...) sous forme de binaires et les sources, si elles sont fournies, sont celles qui correspondent à l'AGL (outils de développement) du prestataire de service et sont difficilement réutilisables ailleurs. Donc, au bout d'un moment, l'AGL n'existe plus, le développeur non plus et on oublie ce logiciel qui ne fait que causer des soucis... évidement !

        On m'a même rapporté qu'un logiciel développé sur fonds publics était maintenant revendu fort cher par la société qui l'avait développé.
        • [^] # Re: Excellente Initiative

          Posté par  . Évalué à 2.

          Ce n'est pas très loin de la vérité hélas. Que de projets abandonnés en cours de route. Il y a surement des logiciels qui peuvent être conçus de manière générique afin qu'ils puissent servir à une classe d'établissements publics ou para-publics. Hopitaux, Mairies, Conseils Généraux etc. Ce qu'il faudrait c'est une sorte de Sourceforge, qui repertorie tous ces logciels.
  • # sans vouloir faire mon chieur...

    Posté par  . Évalué à 5.

    ... et sans remettre en cause l'initiative qui est intéressante, monter un projet sur ce sujet et avoir un bandeau "Des logiciels libres par tous et pour tous" qui se révèle être un .GIF...

    Qui prend son bâton de pélerin et va leur parler de PNG ?
    • [^] # Re: sans vouloir faire mon chieur...

      Posté par  . Évalué à 10.

      Ce qui est plus amusant quand on regarde la frame sous-jacente, c'est qu'ils sont hébergés chez "Seldon Internet et e-commerce" (http://www.seldon.fr/(...)). Qui visiblement ne sait pas mettre en place un virtual host ;-))
    • [^] # Re: sans vouloir faire mon chieur...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

      Il y encore plus inquiétant : http://validator.w3.org/check?uri=http%3A%2F%2Fwww.adullact.org%2F&(...)
      Le site n'est pas conforme aux normes...
      Les frames ont des adresses externes au site... bizarre...
      Il est très important que tous les sites publics montrent l'exemple.
      J'ose espérer que ceci n'est que provisoire ;-)
      • [^] # Certes, ça fout les boules à mort...

        Posté par  . Évalué à 0.

        Mais enfin dans ce cas et puisque tu es très porté sur le HTML "propre", on peut regarder la page d'accueil de l'ABUL, qui certes est valide mais :

        - utilise des JPEG pour certains logos (bof)
        - utilise des tables pour la mise en page (et même pour ce qui devrait être une bête liste à puces comme le menu de gauche)
        - est d'une accessibilité douteuse pour la raison susdite (et d'autres également comme l'absence de marquage sémantique - pas de tags <h1>, <h2>, <ul>, etc.)

        Voilà, plutôt hors-sujet, mais comme ton sujet de troll discussion favori est le respect des standards du W3C par les sites liés depuis Linuxfr, je me disais que ce serait bien d'évoquer la poutre qui traîne dans le coin.... Les règles importent, mais aussi leur esprit ;)
        • [^] # Re: Certes, ça fout les boules à mort...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

          Je ne suis ni le webmestre de l'ABUL, ni l'administrateur système, d'ailleurs ils sont plusieurs pour faire cela. Le site n'est pas parfait, certes, mais il passe au validator, on ne peut pas le dire de beaucoup d'autres. C'est comme un programme qui compile avec des warnings. Ce n'est pas très bon, je n'aime pas ça mais ça passe. Avec des erreurs, ça ne passe plus.
          Le site devrait aussi être accessible aux aveugles et je sais très bien qu'il n'est pas parfait de ce point de vue aussi.
          Il ne faut pas confondre exigences et recommandations. Le site de l'ABUL répond aux exigences,c'est déjà beaucoup mieux que la moyenne.
          • [^] # Re: Certes, ça fout les boules à mort...

            Posté par  . Évalué à 9.

            Ce qui est parfaitement idiot dans ton discours, c'est que tu te préoccupes de la validité avant de te préoccuper de l'accessibilité. Or, la validité n'est qu'un moyen, et l'accessibilité est un but (accessibilité aux handicapés, aux aveugles, mais aussi aux petites configs, etc.). Un site non-valide mais accessible vaut mieux, objectivement et concrètement, qu'un site valide mais non-accessible.

            Tu te focalises sur les standards énoncés par le W3C sans ne jamais te poser la question des raisons qui ont présidé à l'élaboration des standards, et de l'esprit que ceux-ci veulent transporter. C'est comme vénérer les lois tout en ignorant la Constitution.
            • [^] # Re: Certes, ça fout les boules à mort...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

              Non, je ne m'en fiche pas de l'accessibilité !
              Le respect des normes est déjà un grand pas vers l'accessibilité. Il faut commencer par là.
              Un site qui ne peut être vu qu'avec IE5 n'est pas accessible à tous !
              Et puis le fond de ma pensée, c'est qu'il faudrait lancer la grande mode du site conforme. Ça n'arrangerait pas les affaires de Bill.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.