Du logiciel libre dans les Universités (PACA, Rhône-Alpes, DOM-TOM)

Posté par (page perso) . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags : aucun
0
13
sept.
2006
Éducation
NdM : La saga du libre dans les universités continue. Merci Benoît.

L'Université de Tahiti mentionne que l'association LoLiTa y organise régulièrement des conférences.

Le centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe de l'Université des Antilles et de la Guyane fonctionne sous le logiciel libre Joomla!.

L'Université de la Réunion dispose d'un cours « Administration sous logiciel libre » dans son DESS Informatique, et l'utilisation de logiciels libres fait partie du C2I.

L'Université de Provence Aix-Marseille 1 mentionne les logiciels libres dans ses ressources multimédia. La plate-forme technologique PRISM de l'IUT d'Arles « intègre la dimension de développement durable et de commerce équitable initiée et mise en oeuvre par l'usage et la pratique de logiciels libres ». Enfin la VIATICE indique où les télécharger.

L'Université de la Méditerrannée Aix-Marseille 3 dispose d'une page de « veille sur les logiciels libres ».

L'Université de Nice a annoncé LoLiTo, le premier Colloque International Logiciel Libre et Tourisme (qui est reporté). Linux Azur et Polytech'Nice-Sophia (EPU) ont organisé la journée Méditerranéenne des Logiciels Libres (JM2L) le 6 Mai 2006.

L'INSA Lyon utilise le logiciel libre CAS pour la centralisation de l'authentification, et ses futurs ingénieurs IF travaillent sur un logiciel libre de montage audiovisuel. Parmi les formations notons aussi l'utilisation du logiciel libre OpenConf [NdM du 14/09 : logiciel gratuit mais malheureusement non libre]. Les élèves de l'INSA Lyon vous accueillerons au Groupe de Pingouins Libres.

L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

L'INPG de Grenoble doit offrir « de nouvelles formations dans le domaine des logiciels libres (...) » (annonce début 2006).

L'Université Joseph Fourier de Grenoble parle de « renforcer la visibilité du logiciel libre », et l'IREM utilise le logiciel libre XCas à des fins pédagogiques.

L'Université Lyon 2 explique GNU/Linux.

L'Université Jean-Monnet de Saint Étienne explique (inexactement) le logiciel libre. Voir aussi les libres réflexions du président de l'Université sur les logiciels libres. L'ISTASE propose une formation télécom et réseaux avec au programme les logiciels libres.

Nota bene : après ces 3 dépêches, reste à traiter les universités franciliennes.

Aller plus loin

  • # Discrets et efficaces

    Posté par . Évalué à 9.

    Merci Benoît,
    Je suis directeur d' UFR à l'Université Paul-Valéry Montpellier III et je peux vous dire que le libre y progresse. Notre service informatique, enthousiaste et inventif, distribue gracieusement des CD avec des programmes libres fonctionnant sous Windows. J'ai fait voter le passage aux logiciels libres dans mon UFR en novembre dernier. Nous n'achetons plus de logigiels propriétaires. Je ne désespère pas de convertir mes collègues aux charmes de Linux. Pour ceux qui le souhaitent, je commence à installer, en Dual Boot avec Windows XP, une Ubuntu Dapper. Certains ont été étonnés du rendu d'un bureau XFCE 4.4 avec 256 MB sur un Pentium IV de première génération.
    Bonne soirée.
    michel_bcn
  • # Université de Perpignan

    Posté par . Évalué à 2.

    L'Université de Perpignan a l'air elle aussi assez intéressée par les logiciels libres :
    http://wikicriup.univ-perp.fr/
  • # Mylife

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Je suis à l'IUT d'Arles dont tu parles ici et je vais apporter deux/trois précisions.

    Deja, AFAIK cette plateforme à été initiée par un lycée de Arles et non l'IUT, le lycée Pasquet donc (je connais plus les détails mais une recherche google sur "linux lycee pasquet arles" marche pas mal).

    Dans notre IUT donc, il y a deux DUT : Informatique, et Services et Reseaux de Communication (mon mien \o/ ).

    Le batiment est tout neuf, je crois qu'il etaient justement dans les locaux d'un lycée auparavant. Le cout du batiment est tel que les fonds restants, pour s'equiper en matos informatique, est assez misérable (il y a eu plus de credits depensés pour cabler le batiment que pour acheter les PCs ).

    Le serveur central est un cluster sous debian, réalisé avec deux pcs de bureaux grâce à l'admin qui a du se demerder après un gros crash du premier avec le raid5 quitue toussa. Il fait serveur apache/php/postgresql, controlleur de domaine samba pour les comptes et, (sympathique) offre un accès ssh depuis l'exterieur.

    Par contre, les pcs de bureaux sont en dual boot debian/windows 2000 mais les debians sont juste installes et jamais configurés donc inutilisables il me semble.
    En iut informatique, on utilise pas mal de LL (cvs, outils libres pour faire du C etc) mais dans notre formation, à base de Photoshop/Flash/Illustrator, que dalle. Les profs demandent des powerpoints et des .docs, on nous parle de gimp comme un soft de merde, et, le pire, on fait du reseau sous windows 2000, ce qui est franchement chiant (monter un vieux dns, serveur dhcp ou iis sous nt4, et devoir redemarrer les nt4 et les win2000 a chaque changement d'ip ou de pribiliges sur un compte c'est assez lourd).
    Même si c'est la réalité du marché ca aurait été sympa de toucher un peu à linux, d'utiliser ooo, ou d'avoir une initiation a gimp ou inkscape (qui sont installes, merci l'admin de ce côté - excepté les openoffice en 1.0)

    Une note positive tout de même on a eu droit l'année dernière à une conférence sur le libre, (http://anolis.iut-arles.up.univ-mrs.fr/iutinfo/ le lien a l'air mort) et c'etait très sympathique :)
    • [^] # Re: Mylife

      Posté par (page perso) . Évalué à -4.

      >on nous parle de gimp comme un soft de merde

      En même temps, ils n'ont pas tord sur ce point... C'est un outils graphique pour geek. Ergonomie, fonctionnalité, toussa : on est loin, trés loin d'un photoshop... (à quand les effets modifiables sur les layers par exemple..)
      • [^] # Re: Mylife

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Ca ne vaut peut-être pas photoshop, mais ce n'est pas un "soft de merde", loins de la, et inkscape non plus.

        Sinon rectification pour plus haut, le département IUT informatique fait plusieurs tps sous linux
  • # EPU Nice-Sophia

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    L'ecole polytechnique universitaire de Nice-Sophia Antipolis ratachee a l'universite de Nice-Sophia Antipolis prete pour la duree des etudes au sein de l'ecole (3 ans) un ordinateur portable equipe de Linux seulement (Actuellement Fedora Core 5) et laisse libre aux etudiant d'installer a leur risque et perils une autres distrib !

    De meme, cette ecole organise tout les deux ans avec Linux Azur une JMLL dont celle avec Richard Stallman il y a 2 ans.
  • # L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

    Posté par . Évalué à 9.

    Encore heureux qu'on ne puisse pas réserver les salles occupées !

    arf arf, facile --> []
    • [^] # Re: L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      C'est petit, c'est petit... :o)

      <mode="je parle en mon nom et pas en celui de l'établissement">
      L'ensemble de l'architecture Systèmes et Réseaux repose sur une majorité de briques libres ; 96% des serveurs du CRI sont des Debian stable ; les Salles Libre-Service (SLS) ont 45 postes en Debian stable + backports ; le bureau virtuel est sur une base Zope/Plone ; l'ENT est en chantier et c'est un ESUP (comme à l'INSA) ; un pack logiciel, correspondant peu ou prou à WinLibre, est installé sur tous les postes dont le CRI s'occupe ; le directeur n'utilise plus qu'OpenOffice 2 ; l'extranet utilise CAS ; les listes sont sur un sympa ; etc ; et enfin, le LST, c'est n'est pas l'ENS Lyon (c'est un petit bout). Si vous voulez des infos sur l'informatique de l'ENS Lyon, c'est là : http://www.ens-lyon.fr/CRI/wiki/
      </mode>

      • [^] # Re: L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        le bureau virtuel [de l'ENS Lyon] est sur une base Zope/Plone

        Ce qui veut dire que l'établissement a refusé la proposition (s'il y a eut) du bureau virtuel de la région Rhone-Alpes (bvra) ?

        Le Bvra en question fonctionnant avec des serveurs MS Windows et tout ce qui s'en suit (Exchange, Sharepoint, ...) est largement promu par plusieurs universités et écoles de la région, ce qui n'incite pas forcément à l'usage de logiciels libres, malheureusement.
        • [^] # Re: L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ce qui veut dire que l'établissement a refusé la proposition (s'il y a eut) du bureau virtuel de la région Rhone-Alpes (bvra) ?

          [mode=encore une fois, c'est moi qui parle, pas l'ENS Lyon]
          Oui et non. Notre BV était en place bien avant qu'ils ne se décident pour le bvra. La transition nous faisait perdre près de 2 ans d'historique et les utilisateurs n'auraient pas forcément appréciés.
          [mode]

          largement promu par plusieurs universités et écoles de la région

          Hrmf, heu non. Je ne peux pas m'étaler ici, mais la réalité est trés différente des plaquettes auto-promotionnelles de Lyon II.
        • [^] # Re: L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Le BVRA est un vieux troll poilu qui s'est joué sur un coup de poker (parce que je ne crois pas aux histoires de pots de vins que j'ai entendu ici et là). Disons simplement que certains ont voulu justifiier d'un investissement hors de prix en le rendant obligatoire aux autres.
    • [^] # Re: L'ENS Lyon utilise un système de réservation de salles libre.

      Posté par . Évalué à 2.

      Mais non, il parlait de salles sous licence GNU.


      Je te rejoind... [ ]
  • # Bonne initiative mais...

    Posté par . Évalué à 7.

    Le logiciel libre à Lyon 2, c'est limite de la science fiction quand même :)

    Les trois dépeches ont-elles été réalisées par des recherches sur le web ou par de demandes d'infos aux diverses universités ? Les liens mentionnés sont parfois anecdotiques et certains projets libres importants n'apparaissent pas (ENT libre ESUP, projets libres hébergés sur soucesup, etc).

    Il pourrait être intéressant de contacter directement les CRI / DSI des divers établissements pour être un peu plus exhaustif, qu'en pensez-vous ?
    • [^] # Re: Bonne initiative mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Le logiciel libre à Lyon 2, c'est limite de la science fiction quand même :)

      Surtout que l'article cité a été écrit par François, un membre de l'ALDIL, élève à Lyon II.

      Il pourrait être intéressant de contacter directement les CRI / DSI des divers établissements pour être un peu plus exhaustif, qu'en pensez-vous ?

      Je te plussoie (dis, tu pense à Galette au lieu de trainer sur ce lieu de débauche ! ;).
    • [^] # Re: Bonne initiative mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      > Les trois dépeches ont-elles été réalisées par des recherches sur le web ou par de demandes d'infos aux diverses universités ? Les liens mentionnés sont parfois anecdotiques et certains projets libres importants n'apparaissent pas (ENT libre ESUP, projets libres hébergés sur soucesup, etc).

      Recherche web sur les sites des universités + infos que je connaissais déjà + commentaires des dépêches précédentes

      > Il pourrait être intéressant de contacter directement les CRI / DSI des divers établissements pour être un peu plus exhaustif, qu'en pensez-vous ?

      Que c'est un travail un peu plus conséquent, très intéressant, mais que je n'ai pas personnellement le temps de réaliser. L'objectif de ces dépêches était aussi de faire remonter d'autres infos via les commentaires, compléments et réactions.
  • # Quelques infos supplémentaires concernant l'INSA Lyon

    Posté par . Évalué à 4.

    Au département Télécommunications, Services & Usages[1] de l'INSA Lyon, les machines des salles de TP ainsi que celles en libre service tournent sous Mandrake 10.1. Une migration vers Debian est en cours ou a été réalisée pendant l'été (avec bureau XFCE, OpenOffice 2, etc.).

    Pendant la première semaine, les étudiants qui entrent au département suivent une formation Passeport Informatique et Télécoms [2] (PIT, 4h théorique, 28h pratique) qui les initie à l'utilisation de GNU/Linux, de la ligne de commande et des scripts bash.

    La plupart des TP de développement en 3TC (1ère année du cycle ingénieur) sont réalisés en console avec Vi, gcc et GNU/Make. Les développements en Java sont réalisés soit sous Vi, soit sous Eclipse, et font notamment intervenir Ant et JBoss. Le développement Web s'appuie sur Apache, PHP et MySQL (incluant la configuration)

    Les TP réseaux sont aussi réalisés dans des environnements GNU/Linux (en faisant également intervenir des équipements propriétaires).

    Les quelques applications qui ne tournent que sous Windows (ou pour lesquelles nous ne disposons pas des licences pour Linux) sont lancées dans une machine virtuelle Vmware.

    Enfin, le serveur web du département tourne sous Plone.

    [1] http://telecom.insa-lyon.fr/
    [2] http://tc-net.insa-lyon.fr:8080/lutece/jsp/site/Portal.jsp?p(...)
    • [^] # Re: Quelques infos supplémentaires concernant l'INSA Lyon

      Posté par . Évalué à 2.

      Encore quelques infos supplémentaires:

      Les ordinateur du premier cycle (cycle de prépa intégrée, avant le cycle ingénieur) tournent presque[1] tous sous linux, (fedora core 4). Les TP d'informatique du début d'année expliquent le fonctionnement de linux, d'openoffice et du shell. Ensuite, les TP suivants, toujours sous linux, utilisent MySQL, puis pour la programmation, FreePascal.

      A rappeler, les conférences OpenOffice ont été organisées à l'INSA de Lyon, le directeur, M Storck a aussi fait une apparition lors d'une keynote.

      [1] presque car pour la CAO,un logiciel propriétaire sous Windows est encore utilisé.
    • [^] # Re: Quelques infos supplémentaires concernant l'INSA Lyon

      Posté par . Évalué à 1.

      J'ai donné mon avis sur la question dans le fil suivant :
      http://linuxfr.org/comments/753078.html#753078

      En fait je crois que cela ne concerne vraiment que le département info, pour le reste l'INSA est peut-être pas si en retard.
      • [^] # Re: Quelques infos supplémentaires concernant l'INSA Lyon

        Posté par . Évalué à 3.

        Tout à fait. Je peux te dire qu'en TC, par exemple, on fait très très très peu de Windows (pas de prog, juste un TP Active Directory dont personne n'a fait plus du quart), au grand regret de certains étudiants qui pensent avoir des lacunes pour bosser dans l'industrie.

        Cela dit, ce qui est important c'est de comprendre le fonctionnement d'un OS, pas forcément de connaître sur le bout des doigts la base de registres ou la compilation du noyau : ça s'apprend vite par soi même. Idem pour le réseau : il est plus important de connaître parfaitement le routage IP que de savoir taper des commandes sur un Cisco.

        Je suis pour ma part très content de pouvoir travailler sous Linux sans passer pour un extra-terrestre ou faire chier tout le monde.
        • [^] # Re: Quelques infos supplémentaires concernant l'INSA Lyon

          Posté par . Évalué à 1.

          Oui, tu soulèves là le point que je reproche le plus à mon département. Par exemple, l'équipe a réussi l'exploit de nous apprendre 4 environnements de développement différents (KDevelop, JBuilder, Delphi et Visual Studio) sans jamais vraiment utiliser les outils sous-jacents. Cet apprentissage constitue une perte de temps énorme, autant de temps qui n'est pas passé a travailler sur la compréhension de principes.

          D'expérience il me semble que voir ce qui se passe dessous est beaucoup plus pédagogique que d'utiliser un IDE.

          Moi j'aimerais bien pouvoir travailler sous Linux (les quotas de 50Mo me permettent pas d'installer les outils que je veux, et les TP sont souvent Windows only), même en passant pour un extra-terrestre.

          Donc pour ceux qui ont pris peur en lisant mes posts : mes commentaires concernaient le département informatique, dont aussi bien les outils que la pédagogie laissent à désirer. L'INSA de Lyon dans son ensemble, je sais pas trop ce que ça vaut, à part que la formation en informatique au premier cycle a très mauvaise réputation (du pascal en amphi avec peu de TP d'après ce qu'on m'en a dis, mais je laisse ceux qui l'ont vu de leur propres yeux en juger).
          • [^] # Re: Quelques infos supplémentaires concernant l'INSA Lyon

            Posté par . Évalué à 2.

            Je suis moi-même passé par le premier cycle, et *oui*, l'informatique y passe pour une matière subalterne (les élèves présents en amphi d'informatique étaient parfois.... très peu nombreux), aux yeux des étudiants comme des profs des autres matières.

            De 2002 à 2004, le programme était le suivant :

            1PC -> bases de données relationnelles, SQL (à l'époque, on faisait ça sous Access, beurk. Ca a changé pour MySQL et c'est pas plus mal)
            -> programmation en LAT : langage interne, traduction du pascal en français et simplification (ça a disparu aussi depuis le passage à Linux).

            2PC -> pascal, pointeurs
            -> kylix

            On finissait par un petit projet informatique.

            En gros l'apprentissage de l'informatique au PC était ridicule (surtout en regard d'autres matières genre la méca), bien qu'il y ait de très bons profs (mais *aussi* de très mauvais, genre des profs de maths qui ont de vagues notions de Pascal). Ca a certainement changé mais les échos que j'ai eu par la suite ne vont pas forcément dans le bon sens.

            A noter que pour le libre au premier cycle de l'INSA Lyon, on doit beaucoup à P. Pollet qui a lutté contre le vent pour imposer Linux sur le desktop et les logiciels libres quand c'était possible.
  • # Universités d'Aix-Marseille

    Posté par . Évalué à 4.

    L'université de la Méditerranée c'est Aix-Marseille 2 (pas 3!). Pour moi je travaille à l'université Paul Cézanne (alias Aix-Marseille 3), où la direction des services informatiques, quoiqu'utilisant linux (mais pas exclusivement) pour ses serveurs, ne fait guère de promotion du libre. Pourtant certaines composantes comme par exemple la faculté d'économie appliquée tentent de passer au libre pour la bureautique (OpenOffice bien sûr), non sans se heurter à une inertie incroyable des utilisateurs/trices finaux (finauds?).
    Il y a aussi bien sûr ceux qui militent pour le libre à titre individuel, dont je suis!
  • # Universités d'Aix-Marseille

    Posté par . Évalué à -2.

    L'université de la Méditerranée c'est Aix-Marseille 2 (pas 3!). Pour moi je travaille à l'université Paul Cézanne (alias Aix-Marseille 3), où la direction des services informatiques, quoiqu'utilisant linux (mais pas exclusivement) pour ses serveurs, ne fait guère de promotion du libre. Pourtant certaines composantes comme par exemple la faculté d'économie appliquée tentent de passer au libre pour la bureautique (OpenOffice bien sûr), non sans se heurter à une inertie incroyable des utilisateurs/trices finaux (finauds?).
    Il y a aussi bien sûr ceux qui militent pour le libre à titre individuel, dont je suis!
  • # A signaler aussi à l'Université Louis-Pasteur de Strasbourg,

    Posté par . Évalué à 1.

    - L' ENT Univr-X pour le supérieur et la région Alsace [1]
    - L'ENT Liberscol pour le secondaire [2]
    (Ces ENT libres-GPL intègrent aussi de nombreux logiciels libres distants via le protocol NX )

    - Une interface électronique d'expérimentation [3]
    - Une sélection de logiciels scientifiques libres [4]

    [1] http://ulpmm-projets.u-strasbg.fr/projets/univrx/wiki/WikiSt(...)
    [2] http://ulpmm-projets.u-strasbg.fr/projets/liberscol
    [3] http://www.liberlab.net/
    [4] http://www.libersciences.net/
  • # Un de plus!

    Posté par . Évalué à 1.

    Le lycée Pasquet d'Arles (Bouches-du-Rhône) fonctionne à 100% sur logiciels libres, sous Debian.
    Absences et retards, cahier de texte, suite bureautique, navigateur... sont disponibles sur un réseau de plus de 200 PC que d'autres auraient mis à la décharge il y a longtemps!
  • # Guadeloupe: Université Antilles Guyane

    Posté par . Évalué à 2.

    En Guadeloupe, les Logiciels Libres ont également une bonne place dans l'enseignement des étudiants. A Fouillole (Pointe-à-Pitre), les postes sont équipés en Dual boot (Windows/Mandriva).

    L'université inaugure cette année un LMD (Licence-Maîtrise-Doctorat) qui succède au fameux IUP (Institut Universitaire Professionel) et les LL font partie intégrante de l'enseignement dispensé par les enseignants.

    Il me semble que d'une manière générale, les LL sont de ++ présent dans l'enseignement que ce soit en temps que tel (pour leur license) ou simplement à des fins pratiques (shell, unix, TCP/IP...).

    Cett tendance positive, qui dénote aussi un enseignement de ++ proche des réalités du monde professionnel permet d'envisager la filière universitaire que ce soit pour un étudiant ou pour un employeur en recherche de collaborateurs.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.