État des lieux de la géomatique libre francophone

Posté par (page perso) . Modéré par rootix.
0
3
déc.
2007
Communauté
Cet article a pour objectif de présenter les actions et les projets en géomatique (open source bien sur !).
La géomatique est le domaine qui crée, gère, analyse et diffuse les données spatiales avec des applications dédiées (dans le domaine des Systèmes d'Information Géographique). On remarquera trois thèmes fondamentaux dans la géomatique : organisation, application et données. Ces trois problèmatiques sont au coeur de l'article qui suit.

En effet, voici un an (16 mois plus exactement) Autodesk a libéré un de ses logiciels de webmapping (MapGuide OS) accélérant la création d'un fondation internationale pour défendre et promouvoir la géomatique open source. Cette fondation est l'OSGeo. L'OSGeo

Présentation

La Fondation Open Source Geospatiale, ou OSGeo, est une fondation américaine (similaire aux associations loi 1901 en France) dont la mission est d'aider et de promouvoir le développement collaboratif des données et des technologies géospatiales ouvertes. La fondation fournit une aide financière, organisationnelle et légale à la communauté géospatiale libre la plus large. Elle sert également d'entité légale indépendante envers qui les membres de la communauté peuvent contribuer sous la forme de code, de financement et d'autres ressources afin de s'assurer que leurs contributions seront maintenues au bénéfice du public. OSGeo sert également d'organisation, d'assistance et de défense pour la communauté géospatiale libre, et fournit un forum commun et une infrastructure partagée pour améliorer la collaboration entre projets.

Les buts détaillés suivants constituent la mission générale :
  • De fournir des ressources pour les projets de la fondation - par exemple, une infrastructure, finance, légalité.
  • De promouvoir les données géographiques librement disponibles - les logiciels libres sont inutiles sans données.
  • De promouvoir l'utilisation de logiciels open sources dans l'industrie de la géomatique (pas uniquement ceux de la fondation).
  • D'encourager l'implémentation des standards ouverts et de l'interopérabilité basée sur ces standards dans les projets de la fondation.
  • D'assurer un haut degré de qualité dans les projets de la fondation dans le but de construire et préserver la “Marque” de la fondation.
  • De rendre la fondation et ses logiciels plus accessible à l'utilisateur final - par exemple des fichiers compilés, de la documentation.
  • De fournir une aide pour l'utilisation des logiciels de l'OSGeo dans l'éducation par l'intermédiaire de développement de programmes d'enseignement, d'assistance et d'aide.
  • D'encourager la communication et la coopération entre les communautés sur différents langages (par exemple Java/C/Python) et sur différents systèmes d'exploitation (par exemple Win32, Unix, MacOS).
  • D'aider l'utilisation et la contribution aux projets de la fondation à travers la communauté mondiale par l'internationalisation des logiciels et l'assistance des communautés.
  • D'organiser une conférence annuelle de l'OSGeo, éventuellement en coopération avec des efforts établis (par exemple EOGEO).
  • De récompenser les services de la communauté de l'OSGeo par le prix Sol Katz.

L'OSGeo a déjà intégré les projets Mapbender, Community Mapbuilder, MapGuide, OpenLayers (ce mois ci) et d'autres sont en cours d'intégration (en incubation dans la terminologie OSGeo) : Geotools, GDAL/OGR, GRASS, MapServer, OSSIM, GeoNetwork, QGIS, FDO, gvSIG, GEOS.

L'incubation est un processus dans lequel on vérifie surtout que le code source est bel et bien libre et que les développeurs ont accepté et respectent la politique de licence du projet.

On fait entre autres un “source code provenance review” qui consiste à réviser la provenance de tous les fichiers et s'assurer que le copyright et la licence de chacun est bel et bien compatible avec la licence du logiciel en question. Par exemple, certains fichiers ou fonctions peuvent avoir été copiés de librairies externes et on s'assure que le code original qui a été copié était sous une licence compatible permettant d'en inclure une copie dans le logiciel OSGeo sous évaluation.

Une autre exigence est que le projet doit démontrer qu'il a une communauté d'utilisateurs et de développeurs *dynamique* et *ouverte*, qui fonctionne par consensus, d'où l'exigence de former un comité de gestion du projet (Project Steering Committee - PSC). Pour résumer, on veut s'assurer que le projet est bien vivant, ouvert, et qu'il va le demeurer.

Pour plus de détails sur les exigences, voir la “Project Graduation Checklist”

Finalement, OSGeo assigne un “mentor” à chaque projet qui sert de guide dans la période d'incubation. On peut considérer l'incubation comme un audit qualité et organisationnel.

La représentation francophone

Le but de l'OSGeo est de promouvoir l'utilisation des projets de l'OSGeo en encourageant un puissant partenariat local et une présence dans différentes régions géographiques et linguistiques. En plus d'être une puissante voix locale de l'OSGeo, ce partenariat et cette présence au niveau local enrichira et améliorera les initiatives globales de part ses missions primordiales :
  • Fournir un réseau de membres pour l'aide (support) et les opportunités en matière d'emploi
  • Localisation et Internationalisation des logiciels
  • Développement d'applications prototypes pour démontrer les possibilités de l'Open Source géospatiale à des audiences locales ou régionales
  • Personnalisation et préparation de logiciels pour des besoins locaux et régionaux
  • Éducation, aide et développement de contenu d'e-learning dans les langues locales
  • Aide aux standards libres et accès aux données géospatiales dans la région
  • Promouvoir l'OSGeo et améliorer sa visibilité dans divers forums.

Ainsi une Représentation francophone s'est mise en place à la suite du salon internationnal de la géomatique open source, FOSS4G-2006 à Lausanne et a été officiellement reconnu par l'OSGeo lors du FOSS4G-2007 à Victoria, Colombie-Britannique (Canada). Deux types de projets ont été réalisé par cette Représentation Francophone : une présence aux salons de la géomatique et la traduction du journal de l'OSGeo en français.

Concernant le volume 1 du journal, vous pouvez le télécharger librement à cette adresse, le volume 2 étant en relecture finale sera publié sous peu. Au niveau des salons, l'OSGeo-fr a été présent au Géoévénement 2007, salon français de la géomatique et à participer à la mise en place du village open source, réunissant une dizaine de société travaillant dans le monde de la géomatique open source. Un espace central était réservé pour faire des conférences, que vous trouverez dans la bibliothèque de l'OSGeo (affichez la page en anglais pour voir la liste des références en français).

Les projets Open sources en géomatique :

QGIS 0.9

Quantum GIS (QGIS) est un Système d'Information Géographique Open Source facile à utiliser qui fonctionne sous Linux, Unix, Mac OSX, et Windows. QGIS permet d'explorer et de créer des données spatiales sur votre ordinateur. Il gère la plupart des formats de données spatiales (par exemple ESRI ShapeFile, geotiff). QGIS utilise des plugins pour réaliser certaines tâches comme afficher des traces de votre GPS. QGIS est un logiciel Open Source et gratuit.

Les changements majeurs de cette version sont :
  • Liaisons avec Python - C'est l'amélioration majeure de cette version, il est maintenant possible de créer des plugins en utilisant python. Il est également possible de créer des applications SIG écrit en python qui utilisent les bibliothèques de QGIS.
  • Suppression du système de compilation automake - QGIS nécessite maintenant CMake pour la compilation.
  • Plusieurs nouveaux outils GRASS (Merci à http://faunalia.it)
  • Mise à jour du créateur de carte
  • Correction du crash pour les shapefile 2.5D
  • Les bibliothèques de QGIS ont été restructurées et mieux organisées.
  • Amélioration du GeoReferenceur

Mapserver 5.0

UMN MapServer est un serveur cartographique prenant en charge un grand nombre de formats de fichier. Il est possible de l'utiliser en mode CGI ou à travers des langages de script tels que PHP, Ruby, Java, C#, etc à l'aide de mapScript. MapServer constitue donc un environnement de développement d'outils plus qu'un outil en lui même prêt à être installé et à être utilisé directement.

Retrouvez une présentation complète des évolutions dans l'article Mapserver 5.0 : sortie d'une version majeure

OpenLayers

OpenLayers est une bibliothèque écrite en JavaScript qui permet de développer facilement et rapidement une interface cliente indépendante de tout serveur cartographique. Elle propose par défaut le chargement de données aux formats standards de l'OGC WMS, WFS, de fonds propriétaires Google, Yahoo, Virtual Earth, de données aux formats industriels KML, GeoRSS, GML, etc. Parmi les fonctionnalités proposées, on trouvera le zoom avant et arrière, le déplacement (pan), l'affichage des coordonnées, d'une vue générale, d'une liste de couches (encore sommaire mais qui évoluera), le tuilage des couches et la mise en cache des tuiles côté client. Une mise en cache côté serveur est possible avec TileCache.

Cette version présente un certain nombre de développements majeurs, dont :
  • Date Line Wrapping : les tuiles recouvrent toute la terre
  • Nouveautés/améliorations pour les formats
    • KML
    • GeoRSS Simple
    • GeoJSON
  • Nouveautés/améliorations pour la digitalisation des entités :
    • Bouton pour déplacer les entités
    • Bouton pour Modifier les Entités
    • Support de dessin/création de polygones réguliers
    • Support de Mercator Sphérique pour les couches commerciales

  • Des tonnes et des tonnes de corrections de bugs.

OpenLayers est sorti du processus d'incubation et est désormais un projet OSGeo à part entière.

GvSIG, GEOS

Le bureau de L'OSGeo a accepté la candidature du projet gvSIG et GEOS pour l'entrée dans le processus d'incubation. La phase d'incubation est le premier pas à faire pour devenir un projet OSGeo.

gvSIG est un SIG de bureau multiplateforme qui traite des données raster et vecteur et gère les protocoles internet WMS, WCS et WFS.

GEOS (Geometry Engine - Open Source) est un port C++ pour la Suite Java Topologie (Java Topology Suite - JTS). Le but est de retrouver toutes les fonctionnalités de JTS en C++. Cela inclut les “Simple Features for SQL” d'OpenGIS pour les fonctions de prédiction spatiales et les opérateurs spatiaux mais également des fonctions topologiques spécifiques à JTS telles que la fonction IsValid().

GEOS est utilisé par les projets PostGIS, MapServer, MapGuide et GDAL/OGR pour les traitements géométriques.

FOSS4G : le salon internationnal de la géomatique open source

Les conférences du FOSS4G2007 (Free and Open Source Software for Geospatial) se sont déroulées 24 au 28 septembre 2007 à Victoria (Canada), organisées par l'Open Source Geospatial Foundation (OSGeo).

Les vidéos et présentation sont disponibles sur le site de l'événement : http://www.foss4g2007.org.

La prochaine conférence aura lieu à Cap-Town en Afrique du Sud fin septembre-début octobre 2008.

Aller plus loin

  • # L'avis de l'expert ;)

    Posté par . Évalué à 8.

    Enfin pour avoir travaillé avec une bonne partie de ces outils, la qualité des briques de bases est exceptionnelle (postgis/gdal/ogr le triolet fondamental, sans lesquels rien n'est possible - notez qu'ils s'appuient eux aussi sur des briques plus élémentaires). Le seul manque c'est la non gestion de l'espace géodésique, géré par oracle spatial par exemple. (Pour les néophytes, pour l'instant tout est fait en espace euclidien, généralement orthonormé, ce qui pose quelques problèmes quand on manipule des objets représentant une sphère[[Ellipsoïde]]: tout est comme si la terre était plate :) )

    Ce n'est pas extrêmement grave, mais je me rappelle avoir vu un des noms de la géomatique (libre) française poser des questions a ce sujet dans la mailing list de postgis, comme quoi certains en ont réellement besoin. Pour ma part, j'aimerais bien voir ca arriver pour le confort intellectuel.

    Par contre le bas blesse (très grave) du côté des ateliers GIS, d'une manière générale, tout ce qui est interface utilisateur. Il est certe tradition dans le milieu de la géomatique (particulièrement le proprio, des soft ou l'unité de prix est le millier d'euro) de participer au concours de celui qui fera pire que tout le monde, et (presque) tous les éditeurs proprio y arrivent très bien, mais malheureusement les libristes ne dérogent que difficilement a la règle. (enfin sauf les petits styles 3lyz ou dryade, mais ce ne sont pas des outils complets)

    Attention je ne dis pas que c'est un scandale, ce genre d'appli est un exercice très (très très) difficile et a vrai dire, c'est déjà génial d'en avoir un bout qui fonctionne, mais je trouve triste de retrouver les mauvais côté des ténors pachidermiques du milieu.

    Sinon il y a aussi un gros souci du côté des standards : les serveurs WMS type mapserver (serveurs de cartographie) sur le papier, c'est génial, en pratique, c'est lourd lent et un poil usine a gaz, il faut être un génie de l'administration système (évidement ce qui est extrêmement rare dans la carto) pour faire un truc qui tourne sans des latences très désagréables. Sans compter la complexité côté client. Tout le monde a été déçu, et ca va encore faire du mal au GIS libre pendant un bon bout de temps. (Très forte envie de faire sa propre solution). Notez les serveurs de cartos proprios ne sont pas forcément mieux, mais c'est toujours dommage d'avoir les même problèmes que les solutions proprios.
  • # téléchargement journal

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Il manque le lien du journal OSGeo en français dont parle la dépêche qui est téléchargeable à partir de http://www.osgeo.org/journal/volume1
    lien direct : http://www.osgeo.org/files/journal/final_pdfs/fr/OSGeoJourna(...) (PDF 15,7 Mo)

    et sinon la Liste_des_logiciels_SIG sur wikipedia est relativement complète, même si des pages mériteraient d'être créées (avec les classiques photos d'écran permettant de se rendre compte de ce qu'il est possible de faire)
  • # OpenStreetMap

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Je rajoute un lien vers OpenStreetMap, dont le but est de fournir des données cartographique libre.

    OpenStreetMap a choisi de ne pas utiliser les outils "classiques" dont parle ce journal (à part OpenLayer), mais il est possible d'exporter les données dans un format que ces logiciels comprennent.

    Le projet est en train de décoller en France, mais il reste évidement énormément à faire. Une réunion entre contributeurs est prévue mercredi 12 décembre à Paris si vous voulez venir parler du projet autour d'une bière. (bar Le Sous-Bock à côté des Halles)

    http://www.openstreetmap.org/
    • [^] # Re: OpenStreetMap

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Merci pour cette information, j'en parle au responsable du comité "données Libre" de la Représentation Francophone de l'OSGeo.

      Nous somme en train de définir des objectifs et des moyens d'actions pour l'année 2008, et bien entendu, nous voulons contribuer à OSM ;)

      J'y viendrai peut être ...

      Y.
  • # Mega intéressant !

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Tout cela est méga intéressant, merci pour les infos.

    Question : est qu'il existe des bases de données libres au format GDF ? (http://www.ertico.com/en/links/links/gdf_-_geographic_data_f(...)


    Comment se comparent-elles avec Open Street Map, par exemple ?

    J'ai fait un petit tour et il semble que la majorité des projets sont très "web-based". Mais existe-t-il des softs qui permettraient de faire un système de navigation entièrement libre ? (genre si je couple un maemo mapper avec openstreet map et éventuellement d'autres briques ? http://gnuite.com:8080/nokia770/maemo-mapper/ )

    En tout cas, merci pour la news !
  • # Autre article sur FOSS4G et l'Open Source

    Posté par . Évalué à 1.

    Un article par Thierry Badard de l'Université Laval (Québec) retrace aussi l'historique de l'Open Source en géospatial, de la dernière conférence FOSS4G et souligne la contribution des joueurs francophones...

    http://francais.directionsmag.com/articles.php?article_id=25(...)

    Dans l'ensemble des articles, nouvelles et billets de blogue que nous publions sur Directions Magazine français, les sujets les plus populaires sont toujours l'Open Source ... et Google!
  • # Cartes marines

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Existe t il une solution libre pour visualiser des cartes marines?
    Logiciel voir cartes?
    Ce serait pour coupler à un GPS dans un bateau.
    • [^] # Re: Cartes marines

      Posté par . Évalué à 1.

      Bonsoir

      Est ce que tu as essayé gpsdrive ?

      Je ne sais pas s'il y a des cartes marines disponibles.

      A bientôt
      G
  • # Sympa d'avoir oublié les copains

    Posté par . Évalué à 3.

    http://www.postgis.fr/

    Et oui il y a tout pour bien faire, des tuto et des paquets en français.

    Rhaaa lala...

    "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.