Fedora 30 bêta est là !

Posté par (page perso) . Édité par Xavier Teyssier, Xavier Claude, Davy Defaud, tankey, patrick_g et ZeroHeure. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa.
Tags :
37
2
avr.
2019
Fedora

En ce mardi 2 avril, les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d’apprendre la disponibilité de la version bêta de Fedora 30.

Malgré les risques concernant la stabilité d’une version bêta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 30 et réduisez du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

La version finale est pour le moment fixée pour le 30 avril ou le 7 mai.

Sommaire

Expérience utilisateur

  • passage à GNOME 3.32 ;
  • les extensions du gestionnaire de fichiers Nautilus migrent vers Python 3 ;
  • le bureau léger LxQt bénéficie de la mise à jour vers la version 0.14.0 ;
  • le nouvel environnement de bureau DeepinDE est proposé, un bureau qui se veut moderne, performant, simple et élégant ;
  • encore un nouvel environnement, Pantheon Desktop qui débarque dans Fedora ; c’est celui utilisé par elementaryOS, qui réutilise les technologies de GNOME mais est écrit plutôt en Vala et se veut plus proche de l’expérience utilisateur de macOS ;
  • GnuGPG 2 devient l’implémentation de GPG par défaut.

Gestion du matériel

  • pour les utilisateurs d’une carte graphique Intel, l’affichage durant le démarrage est continu, sans remise à zéro de ce dernier ; cela rend l’expérience plus fluide et jolie ;
  • les architectures ARMv7 disposeront par défaut d’un démarrage en UEFI.

Internationalisation

Les groupes de composition des langues sont remplacées par les langpacks. Ce dernier était utilisé depuis Fedora 24 pour installer les traductions des paquets nécessaires à l’utilisateur. Maintenant, il gère également les entrées de saisie et les polices de caractères pour une expérience plus cohérente.

Administration système

  • mise à jour de Bash à la version 5.0 ;
  • le shell Fish évolue également à la version 3.0 ;
  • l’outil Vagrant est maintenant à la version 2.2 ;
  • DNF dispose de l’algorithme de compression zchunck en plus de xz ou gzip pour les métadonnées des dépôts, ce qui permet la prise en charge des deltas pour optimiser la taille des téléchargements ;
  • les entrées de démarrage, pour choisir la version du noyau à lancer, vont passer au format BootLoaderSpec par défaut afin de ne plus employer grubby pour réaliser cette tâche, car il est ancien et peu flexible ; le but est d’uniformiser la manière de représenter les noyaux à démarrer entre les architectures, car ils n’utilisent pas tous GRUB ; seule l’architecture ARMv7 n’est pas encore concernée, car u-boot ne gère pas ce format de représentation ;
  • cryptsetup utilise dorénavant les métadonnées de LUKS2 par défaut ;
  • dbus-broker devient l’implémentation par défaut de DBus ;
  • FreeIPA n’est plus utilisable avec Python 2 ;
  • suppression de beaucoup de paquets dépendants ou relatifs à Python 2, la fin approche et devrait se terminer pour Fedora 31 ;
  • le fichier /etc/sysconfig/nfs est maintenant obsolète en faveur de /etc/nfs.conf pour permettre la configuration depuis un point central en étant plus conforme à la manière dont les outils comme Ansible ou systemd traitent ce genre de configuration ;
  • de nombreux outils sont dépréciés : Apache Avalon, Apache Jakarta Commons HTTP client, Apache Jakarta ORO and Regexp, Apache Maven branche 2.x et Sonatype OSS Parent ; ils ne sont en effet plus maintenus depuis un moment et cette étape permet la transition pour leur suppression définitive, avec les éventuels paquets qui en dépendent ;
  • MongoDB est supprimé, la licence nouvellement adoptée SSPL n’étant pas considérée comme libre ;
  • en cas de connexion distante via SSH, l’information sur la langue à utiliser est toujours propagée du client vers le serveur pour la session en cours ; dorénavant, si le serveur distant ne dispose pas de la langue cible, C.UTF-8 sera demandée ;
  • krb5 modernise sa gestion des algorithmes cryptographiques en supprimant la gestion de DES, 3DES, CRC-32 et MD4 pour les clés de session ou clés à long terme ; MD5 et RC4 sont marqués comme obsolètes et dangereux, en attendant une suppression ultérieurement.

Développement

  • mise à jour de GCC qui fait du 9 ;
  • glibc n’est pas en reste avec la version 2.29 ;
  • petit coup de Boost à la version 1.69 ;
  • Les fonctions obsolètes et non sûres de libcrypt sont supprimées et encrypt, encrypt_r, setkey, setkey_r, and fcryp renvoient systématiquement une erreur ;
  • mise à jour de Ruby qui vaut 2.6 carats ;
  • les programmes Java pourront danser dans la machine virtuelle OpenJDK 12 ;
  • le langage de l’éléphant PHP impose sa version 7.3 ;
  • Go avance à la version 1.12 ;
  • l’environnement d’Erlang passe à la version 21 ;
  • alors que le compilateur Haskell GHC et Stackage LTS passent respectivement à la version 8.4 et 12 ;
  • Python progressbar2 devient la version de référence pour le module des barres de progressions.

Projet Fedora

  • l’environnement de compilation minimal ne dépend plus du paquet glibc-all-langpacks, afin de gagner en poids ;
  • la compilation de modules Python dans Fedora sera plus proche de ce qui se fait en amont sans nécessiter de recourir à des outils tels que redhat-rpm-macros pour cela ;
  • pour ceux intéressés par le standard SWID, des drapeaux dans les paquets RPM ont été activés pour permettre leur traçabilité et faciliter leur mise en œuvre dans des dépôts ou lister les paquets correspondant à un drapeau, par exemple via dnf ;
  • la compilation des programmes Python est en deuxième phase de réécriture pour reposer sur moins d’hypothèses, et ainsi être plus fiable et plus maintenable ;
  • Les drapeaux group des paquets sont supprimés pour près de 9 600 d’entre eux ; depuis mars 2017, il ne fallait plus les utiliser ; maintenant, c’est fait ;
  • l’édition de liens supprime tous les liens excessifs entre bibliothèques et les exécutables, seules les fonctions réellement nécessaires sont liées, ce qui améliore les performances au lancement de l’application ;
  • les scriptlets qui étaient obsolètes sont supprimés, comme ldconfig, afin de gagner du temps à l’installation des paquets et une génération des paquets plus rapide ;
  • les shebangs Python ambigus concernant la version de Python à employer génèrent des erreurs, #!/usr/bin/python devant devenir #!/usr/bin/python2 ou #!/usr/bin/python3 dans les paquets fournis par Fedora ; ceci est fait pour forcer la transition propre vers Python 3 qui doit intervenir d’ici janvier, cela ne concerne pas les scripts Python de l’utilisateur ;
  • le projet améliore la façon d’avoir des statistiques sur l’utilisation de Fedora ; actuellement, le tout reposait sur la collecte de données via les miroirs pour connaître le nombre d’installation en vigueur, ce qui n’était pas fiable ; pour éviter cela, chaque requête tous les sept jours vers un dépôt officiel sera enregistrée par machine, cela évitera les problèmes liés à la vie privée ;
  • activation de Python Generators par défaut, ceci est la généralisation de la nouveauté de Fedora 28 ; ainsi, un empaqueteur n’a plus à spécifier dans le paquet RPM les dépendances Python nécessaires à l’exécution du paquet, et l’utilisateur ne se retrouvera pas avec une erreur en cas d’oubli de ladite dépendance car résolue en amont.

Tester !

Durant le développement d’une nouvelle Fedora, comme cette version bêta, le projet propose quasiment chaque semaine des journées de tests. Le but est de tester pendant une journée une fonctionnalité précise comme le noyau, Fedora Silverblue, la mise à niveau, GNOME, l’internationalisation, etc. L’équipe qualité élabore et propose une série de tests, en général simples à exécuter. Il suffit de les suivre et d’indiquer si le résultat est celui attendu. Dans le cas contraire, un bogue devra être ouvert pour permettre l’élaboration d’un correctif.

C’est très simple à suivre et requiert souvent peu de temps (15 minutes à une heure maximum) si vous avez une bêta exploitable sous la main.

Les tests à effectuer et les rapports sont à faire via la page suivante. J’annonce régulièrement sur mon blog les journées de tests planifiées.

Si l’aventure vous intéresse, les images sont disponibles par torrents ou via le site officiel.
En cas de bogue, n’oubliez pas de relire « rapporter un bogue », la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla, ou de contribuer à la traduction sur Zanata.

Bons tests à tous !

Aller plus loin

  • # Petites fautes

    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 02/04/19 à 22:38.

    Bonjour,

    Merci pour cet article ! :)

    Deux fautes :
    - l'affichage durant le démarrage est continue ➔ continu ;
    - les shebangs Python sont ambigües ➔ ambigus (si shebang est masculin) ou ambiguës (si shebang est féminin).

  • # Environnement de développement

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Mise à jour de GCC qui fait du 9

    Et son camarade de classe Clang/LLVM taille maintenant du 8

  • # Code multi-version

    Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 03/04/19 à 07:58.

    Les shebangs Python ambigües concernant la version de Python à employer génèrent des erreurs, #!/usr/bin/python devant devenir #!/usr/bin/python2 ou #!/usr/bin/python3 ;

    Et on fait comment alors pour indiquer que le contenu est compatible avec l'un ou l'autre suivant ce qu'il y a de disponible, et ne pas avoir 2 fichiers avec juste un caractère de différence à devoir dire aux gens de choisir suivant leur plateforme?

    • [^] # Re: Code multi-version

      Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 03/04/19 à 08:33.

      Pardon, je me suis trompé de section pour ce point là.

      C'est en effet lors de la création d'un paquet de Fedora que cela intervient uniquement. Pour forcer la transition propre vers Python 3 qui doit intervenir d'ici janvier. Et Fedora fournit dans ce cas là des paquets pour les deux versions suivant le besoin.

      Cela ne concerne pas les applications que l'utilisateur installe via un autre moyen.

      Si un modérateur pouvait déplacer ce point vers la section concernant le projet Fedora et non les développeurs. Puis ajouter la précision, ce serait super, merci. :)

      • [^] # Re: Code multi-version

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Si un modérateur pouvait déplacer ce point vers la section concernant le projet Fedora et non les développeurs. Puis ajouter la précision, ce serait super, merci. :)

        C'est fait

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.