GNUMail et Pantomime 1.3.0

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, palm123, fwhcat et Benoît Sibaud. Modéré par Yvan Munoz. Licence CC by-sa
40
30
juin
2018
GNUstep

Thunderbird vous épuise ? Kmail vous torture ? Evolution vous clone ? Sylpheed, Balsa ou Geary ne vous font pas planer, la tambouille qui fait marcher Mutt vous écœure et vous avez épuisé, enfin, la liste de clients de messagerie de Wikipédia… Tout n’est pas perdu, cette liste est incomplète : GNUMail, le courrielleur du projet GNUStep est toujours vivant !

Il y a deux ans, la petite équipe autour de GNUStep en a repris la maintenance à Ludovic Marcotte, l’auteur originel (dont l’énorme boulot mérite d'être souligné), tourné vers d’autres horizons.

Deux versions de réparation qui apportent beaucoup de stabilité sont déjà sorties.

GNUMail est construit autour du cadriciel Pantomime en charge de tout le travail de connexion, envoi, récupération et stockage. Pantomime a été réutilisé dans une vingtaine de projets (AOL Desktop pour macOS, Kodak EasyShare, Eggplant, iSightWeb, MailDrop, ChronoSync…), il est fiable et rapide (écrit en C et en Objective-C).

Comme toutes les applications GNUStep, GNUMail utilise plusieurs fenêtres spatiales que l’on peut ouvrir plusieurs fois, y compris la fenêtre principale, et qui se rouvrent toujours là où vous les avez placées. Si ça vous paraît bizarre, essayez : si ça n’est pas pour le grand public, c’est une des forces de l’héritage NextStep pour les utilisateurs avancés.

interface de GNUMail
Sur cette capture d’écran figurent les menus déplaçables et épinglables, le panneau des préférences, la fenêtre des boîtes aux lettres, deux exemplaires de la « fenêtre principale » ouverte sur deux dossiers différents, la console qui permet de voir ce qui est en cours. Rassurez‐vous, la plupart du temps on ouvre seulement la fenêtre principale.

Comme la plupart des applications GNUStep, GNUMail est scriptable avec Smalltalk et Guile, un dialecte de Scheme.

Changements

Beaucoup de petits détails modifiés, qui réparent des bogues ou améliorent l’ergonomie. Rien qui ne mérite d’être listé, mais l’ensemble porte sur l’amélioration des filtres et sur des problèmes agaçants liés à l’UTF-8, les comptes POP et la signature. Et une disparition : X-Face ! Cette fonction de courriel quasi‐obsolète (inutilisée en tout cas), n’est plus disponible. La licence du code n’était pas claire.

Les API ont été mises à jour afin d’être plus proches de Cocoa (Apple). Les spécificités de GNUStep se réduisent, la portabilité est améliorée (GNUMail tourne parfaitement sur macOS, y compris les versions PowerPC, avis aux amateurs de vieilles bécanes).

Enfin, le code a subi un nettoyage, et le débogage et la vitesse ont été améliorés.

  • # 6.8 !!!

    Posté par . Évalué à 8 (+6/-0).

    6.8Mo, c'est le poids du binaire pour MacOSX.
    Ca fait des lustres que je n'avais pas vu d'application aussi légère en poids :)

    BeOS le faisait il y a 15 ans !

    • [^] # Re: 6.8 !!!

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+11/-0). Dernière modification le 30/06/18 à 21:03.

      Ça change un peu des logiciels qui reposent sur Node.js

    • [^] # Re: 6.8 !!!

      Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+0/-1).

      Le binaire on s'en fout un peu non? Ou tu voulais dire le paquet?

      [gnumdk@arch ~]$ ls -lh /usr/bin/geary
      rwxr-xr-x 1 root root 4,4M 26 avril 08:51 /usr/bin/geary

      • [^] # Re: 6.8 !!!

        Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

        Sous MacOSX les gens ont tendance à confondre les deux puisque l'application se lance en cliquant sur le paquet qui d'ailleurs se copie tel quel dans le dossier des Applications.

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: 6.8 !!!

          Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

          Certes. Mais les bundles tels qu'utilisés aujourd'hui sous Mac OS X ont bien été hérités de NeXTSTEP.

          BeOS le faisait il y a 15 ans !

  • # Vintage

    Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

    Wouaou, ça c'est du look vintage, ça ressemble aux applications X-windows que j'utilisais sur les stations VMS dans les années 90. C'est développé avec quoi, au niveau graphique (j'y connais rien…) ?
    En tout cas, j'aime bien !

    • [^] # Re: Vintage

      Posté par . Évalué à 8 (+6/-0).

      GNUStep, l'implémentation libre de NextStep/OpenStep, l'ancêtre de MacOS X, aka l'OS qui le faisait déjà il y a 10 ans alors que BeOS n'en n'était qu'à ses balbutiements.

      Le look était à la pointe de ce qu'il était possible de faire en 1988 et à des années lumières de ce que les stations UNIX sous X Window proposaient dans les années 90 (sous Motif ou pis en core Openlook).

      BeOS le faisait il y a 15 ans !

    • [^] # Re: Vintage

      Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+3/-0).

      Pour plus d'informations sur ce merveilleux système, il y a des paquets de vidéos qui en parlent: "NeXT NeXTstation Turbo Color Computer from 1992 running NEXTSTEP 3.3" et des tas d'autres dont une démonstration du système par Steve Jobs lui même. Et un bon vieux site Web

    • [^] # Re: Vintage

      Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+8/-0). Dernière modification le 02/07/18 à 16:03.

      On peut appliquer des thèmes, changer les icônes et utiliser un menu façon Mac (dans une barre en haut d'écran). Et sur un Mac, comme ça utilise les APIs Cocoa, on obtient nativement le look Mac.

      Les applications GNUStep restent pensées pour les développeurs ou les utilisateurs avancés. L'ergonomie est donc différente. Ainsi le "look vintage" est un critère de productivité avancé car il signifie pour celui qui se penche derrière toi sur l'écran « je suis un barbu, ne pose pas de question tu ne comprendra pas ma réponse ! »
      C'est très pratique.
      De ce point de vue, Mutt est aussi efficace, sauf que tout le monde doute de ta santé mentale et de tes capacités.

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.