HP s'engage derrière MySQL et JBoss

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags : aucun
0
5
juin
2004
Commercial
A Palo Alto (Californie), ce mardi 1er juin, HP vient d'annoncer qu'il avait signé des accords avec MySQL AB et JBoss pour certifier, soutenir et vendre conjointement leurs solutions open-source sur les serveurs HP.

MySQL et JBoss intègrent ainsi le programme réservé aux partenaires du constructeur, HP Partner Program : HP en assurera le support et la certification sur ses serveurs Proliant.

HP propose donc deux types de solutions à base de Linux :
- une solution open-source qui comprend les logiciels MySQL, JBoss, Apache et OpenLDAP
- une solution à base de solutions propriétaires basée sur BEA et Oracle.

L'intérêt pour HP est de proposer et de supporter la gamme la plus complète de solutions afin de toucher un nombre plus important de clients.
Pour Dan Kusnetzky, analyste chez IDC, HP devait s'adapter à une demande grandissante en solutions Open Source chez ses clients. Et se devait d'apporter des offres de supports "confortables". Il ne s'agit toutefois que d'un premier pas : selon lui, "HP n'assure pas encore le support de JBoss et MySQL sur son OS HP-UX, et n'offre pas les logiciels pré-installés".

L'intérêt, selon moi, pour la communauté est une plus grande visibilité des solutions open-source pour des clients toujours un peu frileux de se lancer dans ce qui n'est pas strictement supporté par des contrats bétonnés et le soutien d'une société pouvant apporter des compétences techniques permettant de faire évoluer ces produits.

Aller plus loin

  • # gni?

    Posté par . Évalué à -1.

    C'était pas deja le cas pour MySQL ?
  • # GNU/HP/Linux :-)

    Posté par . Évalué à 8.

    Et dire que certains pensent encore que la politique HP est du tout microsoft!
    Non, HP a juste une politique différent d'IBM. Pour HP, autant s'associer avec tout les acteurs logiciels, plutôt que de s'engager qu'avec un seul editeur........... Afin de ne pas avoir les mains liées ni à Microsoft, ni à RedHat, ni à autres
    • [^] # GNU/HP/Linux /Bullshit :(

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Plus siplement, ils fournissent aux clients ce qu'ils demandent.

      Les entreprises sont très «risques-phobiques» par essences, elle préfèrent donc récupérer la connaissance que les commerciaux remontent du terrain une fois que ça été confirmé, re-confirmé elles se lancent. HP est maqué avec Microsoft tant qu'ils pensent que cela leur permet de maximiser leur profit, et ils préfèrent du logiciel libre quand ils sentent le vent tourner.

      Le logiciel libre est la nouvelle mode, voir balle en argent qui va résoudre tous les problèmes pour les entreprises au même titre que microsoft dans les années 80 ou SAP dans les années 90.
      • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

        Posté par . Évalué à 1.

        Le problème est que la vague du libre passera après tout le monde. Les entreprises sont toujours très frileuses et attendent toujours la dernière minute.
      • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Exactement.

        Dans mon entreprise, mes supérieurs ont peur du logiciel libre, parce qu'ils sont incapable de comprendre qu'un logiciel *gratuit*, communautaire peut être aussi bien voire mieux qu'un logiciel propriétaire. C'est quelques chose qui dépasse leur capacités cérébrales. Ils ont été educqués comme ça, faut pas leur en vouloir de pas comprendre !

        Donc il faut des contrats archi-hyper bétonnés, et il faut des HP, des références. Sinon ils te sortent "Moi je veux pas prendre de risque en informatique, je veux faire comme tout le monde : un serveur NT) Ben ouais, mais c plus la majorité...

        « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

        • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Depuis 1960 et la réussite de American airlines avec «SABRE» les entreprises espèrent reproduire ce saut mesuré en productivité de 25% avec l'informatique.
          Pour info SABRE à failli permettre à american airlines de tuer toute la concurrence (d'où la riposte amadeus par Air France qui aimait pas voir ses vols disparaître des écrans de réservations).

          De balle en argent en balle en argent (la documentation du code automatique, les nouveaux paradigmes de langages, les ERPs, les bases relationnelles, java et les architectures imbitables ...) les DSI croient en l'informatique comme le saint Graal alors qu'ils n'ont aucune étude pour montrer les gains réellement obtenus en terme de productivité (>10%) depuis. À défaut de vouloir être performants, ils sont prêts à supporter des sur-coûts liés à une utilisation anti-performante de l'informatique afin de ne pas pouvoir se faire distancer par la concurrence «au casoù».

          Or, les conférenciers du libre leur vendent le logiciel libre comme la dernière cartouche miraculeuse aidé en cela par des anciens vendeur d'unix qui réactivent au passage leur mode des années 70 (portabilité, ré-utilisabilité, pérennité, standard et interopérabilité).


          Alors les DSI d'agenouillent et pensent trouver la lumière, que de gentils gourous viennent leur apporter.
          http://www.libroscope.org/article.php3?id_article=8(...)

          Mais est ce que lelogiciel libre est LA solution logicielle universelle en informatique ?

          «l'utopie questionne là ou l'idéologie récupère» Paul Ricoeur

          Le logiciel libre est avant tout une communauté de professionnels (FLOSS Free libre open source survey étude commandée par la CE). Des professionels qui font sur leur temps libre ce qu'ils ne peuvent faire en entreprise : du bon travail. Et le principe du logiciel est que cela se sache. Il me semble que le logiciel libre avant d'être du code est aussi une preuve de concept de ce qu'est le «bel ouvrage», et qu'il est avant tout fait par des gens compétents

          http://www.libroscope.org/article.php3?id_article=3(...)
          http://www.libroscope.org/article.php3?id_article=96(...)

          Hiérarchie de compétence VS hiérarchie de statut

          À mon avis le clash entre le libre et le propriétaire se joue sur un aspect plus fondamental que les standards où les noyaux monolithiques ou autres mais sur le plan de la culture. Les logiciels libres se reposent essentiellement sur des paradigmes qui ont été proposé depuis les années 60 (réutilisabilité du code, indépendance de la PF matériel, petit et modulaire, documentation (man man)) par des entreprises comme IBM, microsoft, burrough, Cap Gemini, Sun...

          La différence entre le monde du libre (pratiqué par les contributeurs) et le monde professionels, c'est qu'en entreprise on est chef parce que l'on a le statut, dans le libre parce que son projet à survécu (pas de fork possible en entreprise). Les gens du libre en entreprise, une fois «chef» avec une famille à nourrir et qui savent ce que veut dire la survie au plus apte, n'ont pas forcément envie de perdre leur 3500€/mois quand un jeune loup au dent longue arrive.

          Ce n'est pas la compétence qui rapporte, mais le statut. Pour garder son statut il ne faut pas faire d'erreur, donc il ne vaut mieux ne rien faire. Le grand confilt et non des moindres en entreprises et le conflit compétence/statut, et entre nous, le repompage de boulot des autres j'en ai vu et pas qu'un peu.

          Heureusement, le logiciel libre s'adapte : nous avons des gourous qui ne jurent que par les grands codeurs et la transparence (qui habituellement ne suivent pas leurs préceptes) et qui demandent à être écoutés pour leur statut.

          Pour ma part, je pense que le prosélytisme des années 90 a été une grosse erreur. La communauté aurait mieux fait de croître à son rythme en prenant le temps de former les nouveaux venus à la culture du libre, qui est un sujet évidemment peu traité, puisque «tout lemonde sait que le logiciel libre c'est surtout du code et des licences»

          PS désolé pour les fautes d'orthographes, c'est du watermarking :) pour repérer les copies en fait :D
          • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            La différence entre le monde du libre (pratiqué par les contributeurs) et le monde professionels, c'est qu'en entreprise on est chef parce que l'on a le statut, dans le libre parce que son projet à survécu (pas de fork possible en entreprise). Les gens du libre en entreprise, une fois «chef» avec une famille à nourrir et qui savent ce que veut dire la survie au plus apte, n'ont pas forcément envie de perdre leur 3500?/mois quand un jeune loup au dent longue arrive.


            Je trouve ta conception de l'entreprise très réductrice et passablement démodée. L'ère où c'était le patron qui décidait dans l'entreprise est définitivement révolue...(cf, Alain MINC, « www.captitalisme.fr», notion de "capitalisme managérial" en vogue dans les années 70-80,etc)

            Aujourd'hui, ce sont principalement les financiers qui prennent les décisions... Et c'est une chance pour le libre à mon avis, vu que pas mal de financiers croiront à tort que le libre est gratuit :-)

            Cependant, il existe aujourd'hui des sociétés où l'on prône la méritocratie. J'ai ai connu deux, dont celle qui m'emploie aujourd'hui. On n'y est pas chef parcequ'on est vieux, faux-cul, riche, par copinage ou autre!... mais juste parcequ'on le mérite.

            La notion de "chef" à mon avis est très largement dépassée et n'a pas d'avenir en entreprise. En tant qu'animateur de l'équipe informatique de ma boîte, nous prenons les décisions ensemble, et nous récoltons les fruits de notre travail ensemble: il n'y a rien de caché au niveau des chiffres, du planning ou autre... Les gens savent par avance le montant de leur prime de projet si celui-ci aboutit comme prévu..

            Je n'interviens qu'en arbitre final, je ne fait que donner une direction à l'équipe. Et surtout, je suis là pour gérer les problèmes humains en fait...

            Je ne suis pas chef pour autant: une frégatte n'avance pas sans ses matelots... Donc, tout marche à la motivation, au plaisir; Je reste convaincu qu'on ne fait bien que ce que l'on aime faire :)

            Pour ce qui est des autres entreprises, je ne sais pas trop quelle est ton expérience, mais la mienne m'a montrée que l'idée que tu annonces: « Pour garder son statut il ne faut pas faire d'erreur, donc il ne vaut mieux ne rien faire» est complètement fausse. Si tu ne fais rien, ça se sait, et tu sautes.

            Et si tu fais une erreur, c'est humain, ça arrive. Je sais que les «chefs» comme tu les appellent préfèrent largement quelqu'un qui a fait une erreur à la poule mouillée qui n'a rien fait du tout.

            Pour ma part, je pense que le prosélytisme des années 90 a été une grosse erreur. La communauté aurait mieux fait de croître à son rythme en prenant le temps de former les nouveaux venus à la culture du libre, qui est un sujet évidemment peu traité, puisque «tout lemonde sait que le logiciel libre c'est surtout du code et des licences»

            Je te trouve excéssivement dur par rapport à ceux qui ont fait et qui continuent de faire des efforts pour amener les gens à utiliser les logiciels libres.

            Je pense qu'il y a eu surtout un déficit de personnes « formées » à cette culture dans ces années là. Mais la tendance s'inverse, et ça va faire boule de neige à n'en pas douter. Ne pas oublier que notre communauté est ridiculement petite par rapport à la communauté des passionés de modélisme, des philatelistes, des cinéphiles et autres... :-)

            De mon côté, je ne force personne à utiliser les logiciels libres. Par contre, je ne rate aucune occasion pour en parler, pour préciser aux gens ce que c'est. Parmis les "windowsiens" qui sont passés derriere mes écrans, la pluspart ont un jour ou l'autre fini par me poser des questions sur les LL, et en y répondant franchement, la pluspart d'entre eux repartent avec une knoppix pour faire joujou :) (oui j'en ai toujours une d'avance). Je pense que si la pluspart des utilisateurs de LL font comme moi (et je suis convaincu que c'est le cas); les LL s'imposeront peu à peu.

            Mes deux cents.
            • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

              Posté par (page perso) . Évalué à -4.

              > On n'y est pas chef parcequ'on est vieux, faux-cul, riche, par copinage ou
              > autre!... mais juste parcequ'on le mérite.

              puis peu après :

              > Je n'interviens qu'en arbitre final, je ne fait que donner une direction à l'équipe.
              > Et surtout, je suis là pour gérer les problèmes humains en fait...

              par pitié, n'en jette plus.

              > Je ne suis pas chef pour autant: une frégatte n'avance pas sans ses matelots...

              en gros tu restes quand même le capitaine à bord...

              et bin dis donc, toi t'es pas le genre de gars à t'envoyer des coups de pieds dans les tibias !
            • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              la notion de chef est démodée

              Cela me rappelle un repas avec un ancien proche d'action directe qui disait que la preuve de la réussite du libéralisme (Mr Minc & co) était que l'on avait fait disparaître du vocabulaire la lutte des classes en espérant la faire disparaître (c'est comme arrêter de parler de la pauvreté et penser qu'elle n'existe plus), et un quart d'heure derrière passe une responsable du PS locale qui voulait nous faire part de sa grande révélation : la disparition de la lutte des classes, ironique non .? Je ne partage pas forcément les idées de ce monsieur, mais cette histoire m'a bien amusée.

              Les premiers signes d'une propagande politique en marche sont les modifications du vocabulaire (1984), et notamment, tout les mots permettant de gommer le pouvoir sont bienvenues, le «chef» ne dis plus «je veux» mais «nous voulons».

              Si tu n'aimes pas le mot chef je peux utiliser «manager» en référence à A.D. Chandler et la main invisible des managers, c'est plus moderne en tendance organisationnelle. Dans le libéralisme, il n'y a plus de pouvoir chez les hommes, les marchés s'ajustent avec la demande rationellement (ouarf), et la personne qui licencie, n'a aucune responsabilité ou pouvoir, il ne fait que subir les mains invisibles des clients, du marché et autres .

              J'aime ce monde hypocrite et déresponsabilisant ou plus personne n'a ni pouvoir ni responsabilité sauf le groupe, et ou pourtant la reproduction sociale et si évidente que même sciences po et l'ENA se sentent obligé de prendre des mesures ;)


              Entre nous, SABRE n'a pas été imposé dans le consensus, non seulement Robert Crandall a fait licencier paquet de monde (25% c'est pas rien), mais en plus il a viré des chefs pour avoir les mains libres. De mes expériences des communautés de développement, j'ai souvent vu des caractériels qui faisaient peu de concessions faire avancer un projet. Le pouvoir n'est pas une mauvaise chose en soi, il est nécessaire et souhaitable. Seul son mode d'exercice être sujet à discussion, et là encore je ne crois pas à la balle en argent, ie. la solution universelle. Que tu ais trouvé une solution dans ton evironnement, tant mieux, et pour ma part je recherche de tels envirronement, néanmoins la recherche de l'exercice du pouvoir pour lui même est une composante trop importante de notre société pour que je crois à sa disparition ainsi qu'à la fin des guerres en moins de 3 siècles.

              computer programing is an aristocracy that need no excuse (F. Brooks chef de projet OS/360 dans les années 60)
      • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

        Posté par . Évalué à 5.

        Il ne faut pas être si fataliste et fermé. Pour que le Libre soit reconnu dans son degré professionnel, il faut bien qu'il trouve sa place dans ce monde.
        HP propose, le client dispose. Et proposer c'est déja beaucoup, cela permet à tous les clients d'avoir une réel possibilité de choisir .. même si c'était à l'origine pour que ceux qui le voulaient déja puissent l'avoir.
        Aucun signe que le Libre ne s'en trouve pour autant vérolé ... qu'il parraisse une solution miracle, c'est excessif, sa réputation qui était jusqu'alors relative par rapport au monde propriétaire se retrouve mutée en caractéristiques absolues : il commence par être une excellente alternative par rapport au Microsoft-tout-en-un-et-autre, et devient le nouveau miracle par rapport à tout et rien.
        Le Libre est victime d'un marketing induit .. à son profit. Rien de grave en soi.

        Mais pour moi, le gros risque qui "menace" le Libre pour son passage au monde professionnel, c'est qu'il est excessivement présenté pour ses binaires gratuits plutot que ses sources ouvertes. Je m'explique : Le Libre est (devenu) un réel modèle de conception avant tout. Mais ça n'apparait que très peu. On a parfois l'impression que les LL sortent de nulle part, l'immaculée conception elle-même. Ce qui fait son atout et qu'il faut défendre devient un argument mineur, et parfois même un contre-argument lorsqu'il est pris en compte que tardivement, ce qui lui fait valoir un manque de garanties : "Comment quelques particuliés qui conçoivent cette application en loisir peuvent ils rivalisés techniquement avec cette grosse société qui a de gros moyens financiés ?" => Le modéle de conception oublié lors de sa présentation revient en boomerang en contre-argument.
        Personnellement, c'est pourquoi lorsque je présente par exemple OOo (l'exemple devenu typique) à qui que ce soit, je me focalise principalement sur sa conception comme argument- juste aprés un petit "c'est gratuit" pour captivé l'attention - et en bouclant à la fin par un "et en plus, c'est gratuit". Je suis satisfait, si mon interlocuteur retient au moins :
        - "Qui ? Une large communauté qui s'aggrandi continuellement le conçoit"
        - "Pourquoi ? Parce qu'ils sont passionnés et compétents, convaincu par le Libre, et veulent concevoir des applications d'une grande qualité technique"
        - "Comment ? Puisque les sources sont disponibles, tout le monde contribuent puisqu'ils le peuvent"
        - "Quoi ? On a alors une application librement modifiable, diffusable et utilisable, d'une très grande qualité qui rivalise largement avec Machin"

        Pour moi, il est inconcevable de promouvoir le Libre en laissant de coté son modèle de conception. Son modéle de conception DOIT être présenté, accepté .. et utilisé (en grand utopiste) par le monde professionnel pour qu'il réussisse vraiment son passage dans cette univers (de bizness et de marketing).
        • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Si les condition
          • sources ouvertes
          • communauté de professionels
          • qualité
          • documentation
          • respect des standards
          • étaient suffisantes, alors minix devrait être largement devant linux, ainsi que BSD.
          • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

            Posté par . Évalué à 10.

            Selon Tanenbaum (http://www.cs.vu.nl/~ast/brown/(...)) il s'agit d'un concours de circonstances : les développeurs de Berkeley UNIX étaient en procès avec AT&T pour une histoire de copyright ce qui a délayé son passage en code libre.

            "This delay in getting free BSD out there gave Linux the breathing space it needed to catch on. If it hadn't been for the lawsuit, undoubtedly BSD would have filled the niche for a powerful, free UNIX clone as it was already a stable, mature system with a large following."

            [Ce délai dans la libération de BSD a donné à Linux la bulle d'air nécessaire pour démarrer. S'il n'y avait pas eu le procès, sans aucun doute BSD aurait rempli la niche d'un puissant clone libre d'UNIX, déja stable, un système mature avec une large base.]

            Aussi, Tanenbaum explique qu'il n'a jamais eu l'intention d'intégrer à Minix les fonctionnalités demandées par les utilisateur car il voulait préservé son caractère simple et pédagogique. Son attitude protectionniste sur Minix est quelque peu regrettable car il avait là l'occasion de rendre un micro noyau déja fonctionnel célèbre. Sur ce coup là, Linus a été plus intelligent ;-)
            • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

              Posté par . Évalué à 4.

              Pas délayé, différé. Pour le reste, OK, je plusse. Il faut cependant pondérer les propos de Tanenbaum en se souvenant qu'il existe un contentieux, bénin mais réel, entre lui et Linus Torvalds qui fait qu'on peut se demander s'il n'a pas tendance à toujours vouloir rejouer le match...

              Si toutefois cela est juste, on peut se réjouir que cela ait permis à un OS régi en grande partie par la GPL de s'imposer à la place d'autres pour lesquels la question des licences semblait se poser de manière moins aigüe.
              • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

                Posté par . Évalué à 4.

                Il faut cependant pondérer les propos de Tanenbaum en se souvenant qu'il existe un contentieux, bénin mais réel, entre lui et Linus Torvalds qui fait qu'on peut se demander s'il n'a pas tendance à toujours vouloir rejouer le match...

                C'est un myth. Il me semble que les choses avaient été nettement éclaircie avec "l'affaire brown" (pour rappel: http://www.cs.vu.nl/~ast/brown/followup/(...)) ... Il n'y pas vraiment de contentieux entre eux 2, mais une simple divergence d'opinion sur ce que doit être l'architecture d'un noyau ...
                Tanenbaum défend son point de vue théorique en tant que professeur, tandis que Linus défend son point de vue pratique en tant que développeur ... Et à coté, faut aussi mentionner que GNU développe le HURD en accord avec les idées de Tanenbaum, et pourtant personne n'en fait une guerre entre Stallman et Linus ...
                • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Je n'ai jamais parlé de guerre. J'ai seulement suggéré qu'il pourrait subsister une petite aigreur. J'ai utilisé l'adjectif bénin.
        • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

          Posté par . Évalué à -2.

          C'est quoi tous ces commentaires de plusieurs dizaines de lignes ? Linxufr serait-il devenu un site de réflexion ??????
          • [^] # Re: GNU/HP/Linux /Bullshit :(

            Posté par . Évalué à -1.

            Je suis bien d'accord et permettez-moi de rétablir le niveau :

            Tristan Nitot sucks, GNU/Linux rules.

            Voilà.
  • # PostgreSQL

    Posté par . Évalué à 3.

    Pourquoi PostgreSQL n'est pas plus populaire que ça ?
    C'est vraiment un mistère pour moi tant ce SGBD est formidable.

    Quelqu'un a une réponse ?
    C'est "seulement" car mysql est dispo sous Windows ?
    • [^] # Re: PostgreSQL

      Posté par . Évalué à 5.

      Tout est relatif au domaine d'utilisation. Il y a pour moi énormément de facteurs.

      Dans les entreprises, il faut déja savoir que la guerre entre Oracle et DB2 (60% du marché à eux 2 il me semble, avec une répartition proche du 50/50 entre les deux) ne laisse que très peu de place à d'autres acteurs, tellement il est difficile de rivalisé avec la masse de marketing déployé par IBM et Oracle, et aussi, au support et à la main-d'oeuvre déja disponible de part leur grande ancienneté sur le marché (quasiment 25 ans) et à leur position de pionniés dans le domaine.
      Microsoft avec son SQL Server arrive à se caser encore une fois de par le facteur du tout-en-un, ou comme solution par défaut chez ceux n'ont ni l'envie ni le besoin de se renseigner et pour qui un nom connu suffit comme référence.
      MySQL s'est fait sa place pour une tout autre raison : le triplet Apache/PHP/MySQL(/GNU/Linux) l'a introduit et a largement contribué à le promouvoir. MySQL est devenu par sa renommé une bonne solution par défaut pour les bases de données simples, très orienté stockage et/ou web dynamique.

      Avec tout ça, PostgreSQL ne peut avoir une place que d'outsider. D'un point de vue purement marketing, il n'a rien qui peut jouer en sa faveur même pas la gratuité de sa license (dans le monde des bdd c'est un facteur minime au vue des moyens déployé pour le personnel et le support), et d'un point de vue technique, il va lui en falloir énormément pour compensé ce premier défaut afin de devenir populaire. En résumé, le trop faible "contexte" de PostgreSQL ne lui prête aucune place dans le marché des bdd qui se suffit déja à lui même, ce sera un travail de très long terme pour qu'il arrive à se caser en se construisant un large cercle d'initiés compétents et une réputation technique qui le précéde vraiment.

      Autrement :
      Dans le cadre d'une utilisation personnelle, dans bien des cas, MySQL suffit.
      Dans un cadre Pédagogique, Oracle est extrémement répandu comme solution par défaut dans les organismes de formation par exemple, l'argument de base étant qu'il est tellement complexe(/compliqué) que de commencer par le connaitre suffit bien souvent à pouvoir par la suite s'adapter à tous les autres SGBD.
      • [^] # Re: PostgreSQL

        Posté par . Évalué à 3.

        Pas tout à fait d'accord....

        MySQL est un très bon produit libre...

        Par rapport à PostgreSQL, il a, à mon avis, comme avantages :
        - facile à installer sur toutes les plateformes.
        - facile à utiliser.
        - peu de maintenance.
        - configuration facile.

        Nous l'utilisons pour des projets profressionnels pour nos gros clients et MySQL est tout simplement un très bon produit meme si il lui manque quelques fonctionnalités !!!

        Donc, je veux pas relancer la guerre mysql/postgreSQL mais MySQL ne mérite pas le dénigrement étant donné qu'il s'agit la d'un bon produit.

        http://about.me/straumat

        • [^] # Re: PostgreSQL

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          j'ai du mal à voir où est la difficulté d'installation pour Postgres. Je viens d'installer ce soir mysql et postgres et c'est aussi simple dans les deux cas.
          Pour la facilité d'utilisation, aucune difficulté avec Postgres alors qu'avec mysql, l'absence de fonctionnalités de base comme les sous-requêtes complexifie énormément les requêtes un peu complexes. Quand à l'absence de transaction, c'est tout simplement rédhibitoire si on veut être un tant soit peu sérieux lors de la mise à jour de plusieurs tables et donc pour ma part, j'évite autant que possible mysql et privilégie Postgres dont la puissance, la stabilité et le respect de la norme ANSI SQL sont indéniables.
          • [^] # Re: PostgreSQL

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour un "petit" SGDB, ce qui m'énerve avec MySQL c'est sa gestion des dates. Faire une soustraction entre deux dates est une horreur (du moins avec la version 3, j'ai pas regardé avec la version 4). Idem pour la partie i18n.

            Pour les transactions, etc je ne critiquerai pas MySQL. C'est tout simplement pas sa cible.
            • [^] # Re: PostgreSQL

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Pour les transactions, etc je ne critiquerai pas MySQL. C'est tout simplement pas sa cible.

              c'est pour cela que je m'interroge quand je lis: "Nous l'utilisons pour des projets profressionnels pour nos gros clients".
              Gros clients mais petits projets ? pas d'insertion ou de mises à jour de tables relationnelles à gérer ?
        • [^] # Re: PostgreSQL

          Posté par . Évalué à 0.

          > MySQL est un très bon produit libre...

          Oui.

          > - facile à installer sur toutes les plateformes.

          Je le disais, PostgreSQL n'est pas dispo sous Windows (il l'est mais pas facilement).
          Sous linux un rpm/yum/apt/.... install postgresql n'est pas difficile.

          > - facile à utiliser.

          PostgreSQL aussi.

          > - peu de maintenance.

          Pareil. Sauf que pour optimiser il faut faire des vacuum (nickel dans un cron toutes les semaines).

          > - configuration facile.

          Pareil si tu fais avec PostreSQL ce que tu peux faire avec MySQL. Rien ne t'oblige a tripatouiller toutes les options de PostgreSQL.

          > Nous l'utilisons pour des projets profressionnels pour nos gros clients et MySQL est tout simplement un très bon produit meme si il lui manque quelques fonctionnalités !!!

          Tout a fait d'accord. MySQL est un très bon produit. J'utilisais MySQL en premier et longtemps, mais maintenant je préfère PostgreSQL. Pas parce qu'il serait plus rapide ou plus facile ou ... mais il a plus de fonctionnalité et de temps à autre c'est un plus. Et qui peut le plus, peut le moins.

          > MySQL ne mérite pas le dénigrement étant donné qu'il s'agit la d'un bon produit.

          Je ne dénigre pas MySQL. Je m'étonne de sa forte popularité alors que PostgreSQL est nettement plus "riche". Pas de quoi en faire un fromage.
        • [^] # Re: PostgreSQL

          Posté par . Évalué à 6.

          Donc, je veux pas relancer la guerre mysql/postgreSQL mais MySQL ne mérite pas le dénigrement étant donné qu'il s'agit la d'un bon produit.

          Personne de suffisement compétent ne devrait se permettre (et ne s'est permis) de dire que MySQL n'est pas un bon produit.
          MySQL et PostgreSQL sont différents pour des utilisations différentes, en fonction de besoins différents.
          Ainsi, MySQL est très proche du systéme, il s'en sert, il ne le recouvre/remplace pas, permettant une administration via l'OS, aussi bien pour géré les utilisateurs que les sauvegardes par exemple, il cohabite facilement avec Apache et d'autres services sur le même serveur.
          Tandis qu'Oracle par exemple est à l'opposé, il vise à se détaché le + possible de l'OS. En général, rien ne cohabite raisonnablement sur un serveur avec Oracle excepté l'OS lu-même et les outils d'administration minimum, Oracle est quasiment conçu pour monopolisé la totalité des ressources d'une machine et les gérer comme il l'entend (il ne se soucie pas de laisser quoique ce soit aux autres services qui ne lui sont pas nécessaires) .. d'ailleurs ça ne m'étonnerai en rien que tot ou tard Oracle sache profiter de Linux pour sortir un pack OS+BDD complétement lié et optimisé ensemble.

          Et comme mentionné dans les autres posts, MySQL a longtemps "négligé" quelques fonctionnalités de base tel les sous requêtes, ou les contraintes relationnelles, et pour moi, on ne peut pas construire de grosses applications, des vrais, celles ou les traitements de données - massifs, très fréquents et nombreux - doivent être fait par le SGBD lui même (en PL/SQL souvent, que MySQL ne gére partiellement que depuis peu d'ailleurs), c'est bien souvent une nécessité de conception. Mais peu importe, il n'est pas fait pour ça justement, et je ne l'utiliserais jamais pour ça, je continuerai de l'utiliser pour des simples besoins de stockages de données structurés, ou pour une utilisation en web dynamique => en fonction de mes besoins. Mais son approche de conception (proche de l'OS et utilisant les fonctionnalités de l'OS) est particuliérement interressante, son développement est très dynamique, et en plus, il cherche vraiment à respecter le SQL2, et rien n'empêchera d'élargir le cadre de son utilisation s'il se révéle être une réponse, une solution plus adaptés en fonction des besoins spécifiques.

          Et MySQL ne doit donc SURTOUT pas cherché à être Oracle ni DB2 ni PostgreSQL, il est une solution parfaite pour beaucoup de besoins ou il serait difficile de trouver quelque chose d'aussi performant et adapté, il a la première place dans ce qu'il peut faire. Tandis que la place de PostgreSQL se trouve entre DB2 et Oracle, et là, c'est pour d'autre besoins, et là, c'est beaucoup plus difficile de s'imposer, ou de se faire simplement accepter.
      • [^] # Re: PostgreSQL

        Posté par . Évalué à 1.

        Merci pour cette très bonne réponse.

        > Dans le cadre d'une utilisation personnelle, dans bien des cas, MySQL suffit.

        Utiliser PostgreSQL pour de petits projets n'est pas plus compliqué que t'utiliser MySQL pour de petits projets. Mais on peut être intimidé par le volume de la doc de PostgreSQL.

        Mais pour cette news, on parle d'une solution "professionnelle" !

        > Dans un cadre Pédagogique, Oracle est extrémement répandu

        Il est bien dommage que souvent les écoles choisissent Oracle à PostgreSQL. M'enfin, c'est sûrement plus facile de trouver un emploi lorsqu'on a "tripatouillé" Oracle que PostgreSQL.
        • [^] # Re: PostgreSQL

          Posté par . Évalué à 3.

          sans vouloir chercher à mettre le bazar, mais sachant que je connais les 3 sgbd en question (plus d'autres), mais que je travaille sur Oracle, juste quelques précisions et rectifications:
          - tout d'abord, Oracle est leader sur le marché de moyennes et grosses bases de données (et largement devant DB2). SQL Server - cette merde - est par contre légèrement en tête devant Oracle pour les petites bases, sans doute à cause de son (et aussi de l'incompétence des admin windows) .... voilà
          - si Oracle est devenu - et reste - leader dans le monde professionel, c'est pas un hasard: c'est le seul à proposer toutes les fonctionnalités de tous les sgdbs réunis: gestion des transactions, code procédural stocké (plsql), haute disponibilité, procédures de backup, etc.... et ce, bien avant tous les autres. D'ailleurs, Oracle est depuis toujours, et continue, à fournir des fonctionnalités nouvelles qui font rire tout le monde, mais deviennent des standards quelques années après. Exemple à nouveau, le trois tiers: Oracle l'a vendu fin des années 1990, on s'est foutu de notre gueule.... Oracle propose maintenant (10g) le concept de "grid computing", ça a fait rire tout le monde il y a un an, et on commence seulement à comprendre l'intérêt de ce concept (exemple le plus flagrant: le CERN)

          Je pense qu'il est futile de comparer des produits qui ne correspondent absolument pas aux mêmes besoins: exemple, mon site internet, un truc très costaud: toutes les données entreprise sont stockées sur Oracle, tandis que les données volatiles sont sur MySql... ce dernier est très performant en sélection.... tandis que le premier est le seul à pouvoir garantir l'intégrité, la disponibilité de nos données....

          la licence Oracle est certes très (trop) chère, mais pour le moment:
          - pour stocker des volumes sérieux : > 1 To
          - pour assurer une dispo 24/24, 7/7 365 jours par an
          - pour assurer la pérennité et la cohérence de ces données, sans requérir des coûts d'exploitation exorbitants
          -> y'a rien d'autre pour le moment.

          et ceux qui essaient: IBM, Microsoft, se rendent bien compte que ç'est pas si facile que ça.....
          • [^] # Re: PostgreSQL

            Posté par . Évalué à 1.

            > -> y'a rien d'autre pour le moment.
            Informix, Sybase ?
          • [^] # Re: PostgreSQL

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Salut Antoine,

            Tout d'abord merci pour ton analyse pertinente. Il m'est assez rare de discutter d'Oracle / PostgreSQL / whatever avec quelqu'un qui parle en connaissance de cause ;-)...

            Je suis d'accord avec toi lorsque tu exposes pourquoi Oracle est devenu une référence. En revanche, je ne suis pas d'accord avec la remarque " - et reste - ".

            Pourquoi?

            Parceque effectivement Oracle est resté très longtemps loin, très loin, devant les autres SGBDR sur le plan technique. Ça lui a valu sa renommée méritée. Mais aujourd'hui c'est devenu vraiment serré avec PostgreSQL.

            Je dirais qu'il manque aujourd'hui à PostgreSQL très peu de choses (two phase commit, qui rendra possible les réplications à la Oracle: maitre<>maitre, synchrone, bases réparties...(dev en cours), Point In Time Recovery (dev en cours), nested transactions (dev en cours), et qques autres points: cf news sur PostgreSQLFr.org "le meilleur est à venir"...) pour rivaliser complètement avec Oracle, et qu'il y a par ailleurs des choses avec lesquelles Oracle ne peut pas pas rivaliser (extensibilité impressionante: on peut par exemple créer ses propres types de données, ses propres méthodes d'index, ses propres aggrégats et même ses propres langages procéduraux!!!; multitude de clients disponibles (tant applicatifs que langages avec lesquels on peut converser avec le serveur PG), etc... cf:

            Songez aussi que PostgreSQL dans sa mouture actuelle, n'a commencé réellement qu'en 1996( cf http://www.postgresql.org/docs/7.4/static/history.html(...))... Alors que Larry Ellison a crée Oracle en 1976... Imaginez ce que sera PG dans à peine qques années...

            Quant à la comparaison MySQL / PostgreSQL, elle n'est évidement pas pertinente, il manque bien trop de choses à MySQL pour rivaliser avec PG.

            Quand on dit que MySQL est plus facile à utiliser que PG, je dis haut et fort que c'est l'inverse: les limitations de MySQL au niveau SQL (requetes imbriquées par exemple, ou transactions mono-tables...) rendent plus difficile les choses pour le codeur SQL!!!

            Tout le reste est identique, tant au niveau de l'install que de l'admin...

            Reste que PostgreSQL est un vrai projet libre, avec une vraie organisation libre (comme Samba par exemple). Il n'y a pas de société derrière. « Oui mais c'est une licence BSD » : je sais :-) mais c'est historique ...

            Enfin, Antoine, laisse moi répondre à tes affirmations. N'y voie absolument rien de personnel, mais sur ces points tu ne fais qu'entretenir des rumeurs et je ne peux pas laisser passer ça :

            • "pour stocker des volumes sérieux > 1 TB "
              c'est de l'intox gratuite, va faire un tour sur :
              http://www.postgresql.org/users-lounge/limitations.html(...) :
              « Limitations of PostgreSQL:
              Maximum size for a database : unlimited (4 TB databases exist) ». Tu peux regarder des exemples d'utilisation sur advocacy.postgresql.org si tu veux.



            • "- pour assurer une dispo 24/24, 7/7 365 jours par an":
              Tu peux le faire avec PostgreSQL, tout comme avec d'autres bases de données libres ou commerciales. Pour moi ce n'est pas un argument en faveur d'Oracle uniquement.



            • "- pour assurer la pérennité et la cohérence de ces données, sans requérir des coûts d'exploitation exorbitants":
              Pour cela, il faut que tu passes sous PostgreSQL :-)... C'est libre et gratuit, même sous Windows et en natif ( cf article PostgreSQLFr.org : "Guide pratique de compilation de PostgreSQL sous Windows", traduit par Guillaume Lelarge (comme 98% des traductions du site: merci Guillaume!!!). Ne m'oblige pas à parler de la tarification délirante d'Oracle ;-)



            Enfin, nous comptons avoir un stand PostgreSQLFr.org (houla! je m'engage peut être un peu trop là... :-/ ) .... Nous espérons pouvoir vous monter des démos probantes... ce sera une excellente occasion pour discutter de tout cela IRL :-)

            Cordialement,
            • [^] # Re: PostgreSQL

              Posté par . Évalué à 1.

              Bonsoir

              moi aussi, je suis agréablement surpris d'avoir une réponse de la part d'un connaisseur, dans ce monde peuplé de méchants trolls verts qui ne font que polémiquer à qui mieux mieux :-)))) pas taper !!


              j'ai effectivement eu bcp de plaisir à bosser avec Postgres, même à ses débuts... (et j'en ai toujours).

              Néanmoins, et même si je n'ai pas (plus) d'actions Oracle, mon expérience actuelle me fait maintenir mes propos, je me permettrais d'argumenter certaines de tes remarques:
              - "...Je dirais qu'il manque aujourd'hui à PostgreSQL très peu de choses (two phase commit, qui rendra possible les réplications à la Oracle: maitre<>maitre, synchrone, bases réparties...(dev en cours), Point In Time Recovery (dev en cours), nested transactions (dev en cours), et qques autres points: cf news sur PostgreSQLFr.org "le meilleur est à venir"...) pour rivaliser complètement avec Oracle, et qu'il y a par ailleurs des choses avec lesquelles Oracle ne peut pas pas rivaliser (extensibilité impressionante: on peut par exemple créer ses propres types de données, ses propres méthodes d'index, ses propres aggrégats et même ses propres langages procéduraux!!!; multitude de clients disponibles (tant applicatifs que langages avec lesquels on peut converser avec le serveur PG), etc... "

              -> tu m'accorderas (et tu le reconnais), qu'Oracle a toujours eu une certaine avancée par rapport aux autres SGBD, et a même plutôt tendance à imposer aux autres des techologies et fonctionnalités... je cite à nouveau le cluster actif, qui dans le monde professionel, est un atout de poids, sachant que c'est une techno très chaude (!!!), qui commence seulement à fonctionner de manière satisfaisante ... (alors, je n'imagine même pas DB2, qui commence seulement, ou MySQL....). Bon, c'est vrai que ça n'intéresse pas grand monde, mais c'est un atout indéniable. Et je reparle à nouveau de la notion de "grid computing", qui sera à mon avis un standard dans les SGBDs d'ici qq années... lorsque le produit Oracle (11 ou 12 :-)))) sera stabilisé, scalable, ....
              Par contre, et sur qq points, je dois reconnaître que Postgres propose des fonctionnalités intéressantes (notamment, et comme tu l'indiques, cette ouverture aux languages procéduraux - alors qu'Oracle ne propose que Java et PL/SQL - et d'autres L3G via les appels externes)

              -"pour stocker des volumes sérieux > 1 TB "
              c'est de l'intox gratuite, va faire un tour sur :


              -> désolé, je persiste et signe: même Microsoft présente des benchs TPC avec des volumes > au terra... mais de là à faire de la production (avec des données qui ont de l'importance), je ne pense pas que même Postgres s'engagerait ... (en fait, seul TerraData a été un concurrent sérieux dans les VLDBs)

              - " pour assurer une dispo 24/24, 7/7 365 jours par an"
              -> à nouveau, le clustering actif (RAC), les solutions de bases "standby", les mécanismes de backup, .... n'ont pas d'équivalent ailleurs

              - "- pour assurer la pérennité et la cohérence de ces données, sans requérir des coûts d'exploitation exorbitants":
              -> et là, je vais surement me faire incendier, mais je donne mon avis: le fait que le produit Oracle soit payant (!!), est un argument de poid dans le monde de l'entreprise.... en cas de gros bug détecté sur une base en production, qui n'a pas de contournement, il est important d'avoir un service de support, avec possibilités d'escalade, qui n'existe pas avec le logiciel libre .... j'ai déjà vécu ça, et certains de mes clients ont eu la vie sauve grâce à ça (imagine une base de prod sensible bloquée 2 jours, ça peut tuer une boîte).


              Pour conclure, je partage ton avis sur bcp de points, et je crois qu'au final, la compétition technique qui est engendrée dans le monde du SGB est bonne pour tout le monde: les bases open essaient de rattraper Oracle, qui est ainsi obligé d'évoluer toujours plus... le tout, pour atteindre des niveaux de scalabilité, de fiabilité, qui satisfont tout le monde: le petit site web sur mysql/php, comme les bases bancaires critiques sur lesquelles les sociétés capitalistes font transiter leurs flux financiers....

              Cdlt
      • [^] # Re: PostgreSQL

        Posté par . Évalué à 3.

        Dans les entreprises, il faut déja savoir que la guerre entre Oracle et DB2 (60% du marché à eux 2 il me semble, avec une répartition proche du 50/50 entre les deux) ne laisse que très peu de place à d'autres acteurs

        Souvent il suffit de montrer que ça marche pour convaincre un manager. Dans ma boite jusqu'à présent c'était Oracle partout. Pas question d'utiliser autr chose, "les prestations sont proportionnelles au prix, si c'est gratuit ça doit être de la merde" (entendu réellement). On dépensait une fortune en license pour des fonctionnalités qu'on utilise même pas. Et puis pour un projet on était à cours de licenses et le financier ayant un peu les doigts raides, avec un collègue on a suggéré Postgres. Après quelques tests de charge vu que ça se passait bien ça a été adopté. Maintenant petit à petit tout va être migré sur du Postgres. Le financier est ravi.
        • [^] # Re: PostgreSQL

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.


          Dans ma boite jusqu'à présent c'était Oracle partout.[...] Maintenant petit à petit tout va être migré sur du Postgres. Le financier est ravi.


          Peux tu s'il te plaît nous en dire un peu plus?...

          Sur PostgreSQLFr.org nous serions absolument ravis de recevoir de ta part le questionnaire suivant rempli : http://www.postgresqlfr.org/comment.php(...)

          D'ailleurs c'est valable pour tout le monde ici! ;-)

          Merci!
    • [^] # Re: PostgreSQL

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Mysql peut surtout dire merci à tous les FAI qui le proposent... Un lien entre l'expérience de dev du site perso sur la vie de toutou et un décision technologique en entreprise ?! mais nooooon. D'ailleurs Windows ne s'est pas du tout répandu comme çela ...
    • [^] # Re: PostgreSQL

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu me diras....pourquoi aussi on parle autant de PostgreSQL alors que personne ne parle de Firebird qui est aussi bien !

      http://about.me/straumat

      • [^] # Re: PostgreSQL

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Parce que firebird comme sapdb sont apparus en opensource bien après PostgreSQL.
        Quant à savoir s'ils sont aussi bien, cela reste peut être à démontrer. En tout cas les 3 sont largement supérieur à Mysql.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.