Le format JPEG sous le coup d'un brevet

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags : aucun
0
27
avr.
2004
Justice
Depuis 2002, la société texane Forgent Networks revendique la paternité du format JPEG en vertu du brevet américain qu'elle possède depuis l'acquisition en 1987 de Compression Labs.

Après avoir poursuivi en justice une trentaine de sociétés (Canon, Kodak, Fuji, Kyocera, HP, Panasonic, Ricoh, Toshiba, Adobe, Macromedia...), elle a tiré 90 millions de dollars de revenus de son brevet.

On se souvient encore de l'affaire Unisys/GIF...

NdM : merci à Mayfoev, patg68 et Pireer Mtora

Aller plus loin

  • # youpi un nouveau troll!!!

    Posté par . Évalué à -8.

    JPEG CAPUE SAIPALIBRE
    • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

      Posté par . Évalué à 1.

      il faut aussi noter que le GIF est tombé dans le domaine public depuis pas trés longtemps ....
      • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

        Posté par . Évalué à 1.

        mais pas dans tout les pays il me semble
      • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        il faut aussi noter que le GIF est tombé dans le domaine public depuis pas trés longtemps

        Encore un qui confond droits d'auteurs et droit des brevets. (Au fait, je ne crois pas que le brevet sur le GIF ait déjà expiré en Europe.)
        • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

          Posté par . Évalué à 2.

          (Au fait, je ne crois pas que le brevet sur le GIF ait déjà expiré en Europe.)

          Etant donné qu'il n'y a pas de brevets logiciels en Europe, on voit mal comment il pourrait y avoir un brevet sur le GIF (en l'occurrence, le brevet américain portait sur la compression LZ utilisée par le GIF).
        • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

          Posté par . Évalué à 0.

          il va falloir que tu m'expliques ou tu as "peché" que je confonds droits d'auteur et celui des brevets.
          Le droit des auteurs protège un logiciel contre la copie (notion de copyright), de même qu'il y a les droits d'auteurs pour les livres, etc etc et qui interdit la reproduction de l'ouvrage.
          Les brevets protège le droit d'utilisation, et là en l'occurence, je faisais remarqué que comme le formet GIF était tombé dans le domaine public depuis pas trés longtemps (peut-etre pas dans tous les pays effectivement) on pouvait l'utiliser sans crainte d'un procés ou de royalties a payer dans les pays ou il appartient au DP, en analogie avec le format JPEG qui semble être breveté ....
          T'es sur que tu ne confonds pas brevets et droit d'auteur ?
          ;-)
          • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

            Posté par . Évalué à 4.

            Je crois qu'il voulait simplement dire que « domaine public » fait référence au droit d'auteur et non aux brevets. Tu peux avoir un logiciel qui a perdu sa « couverture » par un brevet mais qui est toujours couvert par le droit d'auteur et n'est donc pas dans le domaine public.
            • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

              Posté par . Évalué à 1.

              ok, mais un brevet aussi peut tomber dans le domaine public !
              -> http://www.inpi.fr/front/content/ART_325_137.php(...)
              c'est l'INPI qui le dit en plus ...
              Par contre, je ne crois pas que la notion de copyright s'applique au domaine public. L'auteur peut décider de mettre son oeuvre dans le DP, mais peut ne pas le faire, auquel cas le copyright s'applique toujours.
              Alors qu'avec les brevets, quoi qu'il arrive, au bout de 20 ans ca tombe dans le DP ...
              • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

                Posté par . Évalué à 2.

                Non, un auteur ne peut pas mettre son oeuvre dans le domaine public. La propriété intellectuelle est inaliénable.

                Vous confondez les droits d'auteur qui portent sur une oeuvre de l'esprit (le logiciel), et la protection d'une méthode (l'algoritme) par un brevet.

                Le logiciel ne peut pas être copié, mais l'algoritme peut très bien etre implémenté dans un autre logiciel. Ce sont des cas différents.
            • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Oui, sauf qu'ici on parle d'un format de fichier pas d'un logiciel... De plus c'est un peu inexact, car ce qui était breveté était l'algo de compression utilisé... Donc le brevet portait sur un algorithme et non pas un logiciel ni même sur le format de données.
              • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

                Posté par . Évalué à 0.

                Pour moi la différence essentielle entre le brevet et le droit d'auteur c'est que le brevet protège une simple idée et donc pas forcément une idée implémentée alors que le droit d'auteur protège un logiciel existant !

                C'est une différence énorme, le droit d'auteur défend surtout les auteurs et leurs oeuvres alors que le brevet défend surtout l'investisseur !
                • [^] # Re: youpi un nouveau troll!!!

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Non un brevet ne porte pas sur une idée et heureusement... Un brevet porte sur une ou plusieurs inventions techniques, un brevet protège une invention réel, tangible, pas une vue d'esprit.
  • # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

    Posté par . Évalué à -1.

    On se souvient encore de l'affaire Unisys/GIF...

    Bah ceux qui s'en souviennent ont compris que le format PNG remplace avantageusement le GIF (du moins pour les images statiques)ET le JPG. Point barre.

    Faudra pas dire qu'on vous a pas prévenus que ca pourrait arriver !

    Et merci au Libre de nous sauver de l'impasse, une fois de plus.
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Non, PNG ne remplace pas "avantageusement" le JPG.

      Le PNG, c'est de la compression exacte. Pas de perte de donnée, donc, taille de fichiers plus gros que le jpeg bien compressé.

      Les deux sont différents, l'un ne remplace pas l'autre.
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par . Évalué à 1.

      Il paraît que le format PNG compresse sans perte, tandis que JPEG compresse avec perte. Si c'est exact, il est donc totalement illusoire de vouloir remplacer JPEG par PNG. Ça serait comme vouloir remplacer OGG Vorbis par Flac...

      Dans ces conditions, existe-t-il des alternatives valables à JPEG et pour les mêmes types d'applications (compression avec pertes pour les photos par exemple), si possible totalement libres de droits ?
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par . Évalué à 3.

      Le PNG ne remplace pas du tout le JPG.

      Le JPG est un format de compression adapté aux images réelles (comme une photo), qui comportent des dégradés et des nuances de couleurs. Il compresse mal les images de type icône ou interface graphique, qui ont des bords très marqués. C'est pour ça en particulier qu'il ne faut pas faire de capture d'écran en JPG : ça bave et c'est moche.

      Le PNG a surtout été conçu pour sauvegarder les images à palette (2->256 couleurs), sans perte, au départ en remplacement du GIF. Il peut aussi sauvegarder en 24 bits (voire plus il me semble) mais à ce moment-là la compression est faible. Le PNG est recommandé pour les captures d'écran.
      • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

        Posté par . Évalué à -1.

        Je trouve que le JPEG fonctionne au contraire tres bien pour les captures d'ecran car il s'agit de grosses images dont on a besoin qu'elles aient une taille minime. Avec 75% de qualite les defauts sont visibles mais sans plus. En revanche pour les degrades c'est pas l'extase.
  • # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    La similitude avec l'industrie pharmaceutique est décidément frappante: on n'invente plus guère de nouvelle molécule comme on n'invente plus guère de nouveau format ou fonction.

    À quoi bon d'ailleurs? Pourquoi trouver une nouvelle molécule pour lutter contre la fièvre quand on a l'aspirine et un nouveau format pour les photos sur Internet quand on a le JPEG?

    Les firmes pharmaceutiques sortent des dérivés brevetés et sans avantage thérapeutique réel des molécules qui tombent dans le domaine public pour conserver leurs profits. De même, les sociétés informatiques posent et dénichent des brevets sur tout et n'importe quoi pour remplir leurs caisses.

    Dans les deux cas, les entreprises cherchent à s'assurer une rente sur l'existant. Elles ne peuvent plus faire de profits sur de nouveaux produits car il n'y a plus rien à inventer! Elles refusent de disparaître après avoir assumé leur rôle, quand il n'y a plus de domaine où innover, quoiqu'en dise PetitMou. Ce sont désormais de purs parasites qui s'accrochent comme des tiques au corps social. (Les firmes pharmaceutiques ne sont-elles pas les premières responsables du « trou de la sécu »?).

    L'industrie du disque fonctionne d'ailleurs de la même manière, qui veut qu'on la subventionne au lieu de produire des œuvres réllement originales.

    Sur l'industrie pharmaceutique, le site de Martin Winckler: http://martinwinckler.com(...)

    Sur l'industrie du disque, des articles dans Libé: http://www.liberation.fr/page.php?Article=200131&AG#(...)
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par . Évalué à 1.

      Elles ne peuvent plus faire de profits sur de nouveaux produits car il n'y a plus rien à inventer!

      Ca avait déjà été dit à l'office américain des brevets au XIXe siècle... Et le XXe a été effectivement désert en découvertes !

      ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

      • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Ce n'est pas moi qu'il l'ai dit au XIXe. Si cette assertion était fausse auparavant, cela ne prouve pas qu'elle le soit aujourd'hui.

        Si on pousse le raisonnement jusqu'au bout, à supposer que l'humanité existe encore à cette époque et que la technique progresse au même rythme qu'aujourd'hui, y aura-t-il encore quelque chose à « inventer » dans dix, vingt, trente, trois-cent mille ans? Ou dans soixante millions d'années? J'en doute. Pour ce qui est de l'industrie pharmaceutique, en tout cas, il semble bel et bien que la recherche sur de nouvelles molécules marque aujourd'hui le pas.

        Dans d'autres domaines, il faut bien s'entendre sur ce qu'est une « invention ». Est-ce quelque chose d'à la fois nouveau et utile ou de simplement nouveau? Dans le premier cas, les OGM ne sont pas une invention, puisqu'ils sont non seulement inutiles, mais dangereux.

        En informatique, il y a forcément un réservoir énorme d' « innovation », bien entendu. Mais si un jour apparaissent par exemple des interfaces 3D, je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout sûr qu'elles soient adoptées par les utilisateurs. Parfois, l'invention dépasse l'homme.

        Prends enfin l'exemple du livre. Lorsqu'il est apparu sous la forme de codex, c'est à dire de volume relié et non plus de rouleau, il n'a plus fallu que deux innovations, le papier et l'imprimerie, pour qu'il prenne sa forme définitive. Qui pourrait prétendre désormais « innover » dans ce domaine?
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > Dans le premier cas, les OGM ne sont pas une invention

          Quels arguments ? quelle définition d'invention ? on créé quelque chose qui n'existe pas, suite à une R&D non négligeable. Je ne suis pas contre dégager les manips génétique du cadre de brevets, je suis même ouvert à une définition de "invention" ou "innovation" qui les écarte, mais pour l'instant je n'ai pas trouvé cette dernière.


          > puisqu'ils sont non seulement inutiles, mais dangereux.

          Inutile c'est *vraiment* contestable. Ce qui les rend inutiles c'est vraiment le mode de distribution (plus ou moins stériles et interdiction d'en faire des semis si jamais on le pouvait), mais ils certains ont un rendement bien supérieur et d'autres ont des qualités non négligeables.
          Faut pas prendre les cultivateurs pour des idiots, si il y en a qui utilisent ça c'est bien que ce n'est pas inutile.

          Quant à dangereux je suis tout à fait prêt à le dire aussi mais c'est un peu une affirmation gratuite pour l'instant. On va dire "potentiellement dangereux". Mais de toute façon je ne vois pas ce que ça vient faire dans la question des brevets.

          > Qui pourrait prétendre désormais « innover » dans ce domaine?

          Tout le monde (tiens, l'e-book ? le livre cassette ?)
          Je pense que du temps des rouleaux tout le monde aurait aussi pensé qu'on était au stade ultime de l'évolution face à l'amélioration depuis la pierre gravée, et ainsi de suite. Croire que ce qu'on a actuellement est le stade ultime c'est être bien prétentieux. Surtout que le livre est loin d'être un modèle d'ergonomie.
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par . Évalué à 1.

          Prends enfin l'exemple du livre. Lorsqu'il est apparu sous la forme de codex, c'est à dire de volume relié et non plus de rouleau, il n'a plus fallu que deux innovations, le papier et l'imprimerie, pour qu'il prenne sa forme définitive. Qui pourrait prétendre désormais « innover » dans ce domaine?

          Prétendre innover est un grand mot, je resterais donc modeste.

          Le problème du livre comme support répond à plusieur problématique.

          La première qui me vient à l'esprit est la nature du support en lui même. La feuille de papier. Il y a pour sûr quelque chose de mieux à faire, des tentatives avec des matières plastique ont été faites car nous sommes toujours dans une ère pétrolière, mais cela ne répond pas vraiment au besoin du livre (poid, epaisseur des pages, etc.).

          De manière général, l'homme bien que persuadé de sa supériorité et de son intelligence ne se connait pas lui même et ne connait pas l'univers qui l'entoure... comment peut il dans ces conditions être arrivé à l'apogé d'une technique quelle qu'elle soit ?
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par . Évalué à 1.

          petit rappel pour ceux qui auraient oublié, a priori, l'informatique n'en est qu'à ses balbutiements...c'est une science qui a une 40aine d'année, on peut imaginer que ce n'est qu'un début... si il n'y avait plus rien à inventer dans l'informatique aujourd'hui, ca se saurait :)
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par . Évalué à 1.

      Elles ne peuvent plus faire de profits sur de nouveaux produits car il n'y a plus rien à inventer!

      Cette affirmation ma parait être une grave erreure d'interprétation. Je suis certain que des théoriciens et industriels (si on peut les appeler ainsi) de l'époque de Platon pensaient également avoir fait le tour à leur époque.

      Et pourquoi ne pas dire non plus que l'on paye les chercheurs à ne rien faire, s'il n'y a plus rien à découvir et à inventer ?

      Pendant ce temps il reste grand nombre de maladies incurables, grand nombre de source d'énergies inexploitées et ne parlons pas de logiciels, de formats auxquels nous n'avons toujour pas pensé.

      Bien sûr il reste toujours plus facile et plus "rentable" de faire du neuf avec du vieux que de créer quelque chose de totalement inovant. C'est à mon sens un mauvais principe, mais pour en revenir au secteur medicale, pensez-vous qu'il pourrait survivre avec des aides d'un état ou d'associations seules ? Non, bien sûr que non, il faut vendre pour pouvoir financer la recherche.

      En conclusion... les dépots de brevet pour récolter le plus de fonds avant de mourrir n'est pas vraiment un acte de bravour, mais je pense que cette mentalité tendra a disparaitre et ne fera bientôt plus partie que d'un mauvais souvenir de l''ère informatique au fur et à mesure que le libre s'imposera avec une prise de conscience collective.

      Vendre des produits oui, mais à leur juste valeur, le plus important restant de vendre des services, des formations, de la qualité en somme.
      • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Les maladies incurables dont tu parles sont justement une conséquence du progrès technique. Le cancer était quasi inconnu à l'époque de Platon.

        La société technicienne veut résoudre par la technique les problèmes engendrés par la technique. À ce sujet, voire Jacques Ellul http://www.ellul.org(...) ou Nicholas Georgescu-Roegen http://www.decroissance.org(...)

        Quand au livre électronique, laissez-moi rire: il n'existe qu'à l'état de prototype dont personne ne veut.

        Autre exemple: le vélo. À part quelques améliorations marginales, il a la même forme depuis 1885, date à laquelle on lui a adjoint une chaîne.
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par . Évalué à 2.

          Les maladies incurables dont tu parles sont justement une conséquence du progrès technique. Le cancer était quasi inconnu à l'époque de Platon.

          Tout a fait d'accord, il existe une dérive des progrets techniques (cf einstein => la fission => la bombe H).

          Pour le cancer, il y a encore un paradoxe...
          Cette maladie pourrait selon des généticiens permettre de ralonger de manière impressionnante la vie des cellules (donc notre vie). J'ai participé à une conférence ou cela nous était expliqué, mais je n'ai pas de lien à vous proposer...

          En deux mots. Les cellules cancereuse n'ont plus de Time To Live pour reprendre un terme informatique. Celle-ci peuvent se reproduire à l'infini sans se détruire (d'où les tumeurs), alors qu'une cellule normale qui se duplique, "vieilli" et fini par mourrir. Pour vivre plus longtemps, "il suffirait" que nos cellules se comportent comme des cellules cancereuses, mais avec un cycle de duplication controlés.

          Bref tout ça pour dire que "bonne ou mauvaise" il restera toujours des innovations jusqu'a la fin de l'humanité... on pourra simplement confronter leur utilité.
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par . Évalué à 3.

          Le cancer était quasi inconnu à l'époque de Platon.

          Parce qu'on mourrait plus jeune, il y a des chances...

          Autre exemple: le vélo. À part quelques améliorations marginales, il a la même forme depuis 1885, date à laquelle on lui a adjoint une chaîne.

          Hum. Le dérailleur, les freins, les roues à bâton, le VTT, le vélo pliant, le tandem, le casque (ce n'est marginal que losqu'on ne tombe pas!), le pneu, les freins à tambour, les suspensions... Oui, c'est "marginal", ça permet juste d'aller 5 ou 6 fois plus vite et de diminuer par 10 la gravité des accidents...

          J'avais un prof de philo qui pensait qu'en sciences, on avait découvert tout ce qui était fondammental (théorie de la relativité, évolution des espèces, etc.).

          Il y a des idées comme ça qui sont intemporelles : "la jeunesse d'aujourd'hui ne vaut rien par rapport à notre génération", "nous avons inventé et découvert le principal, il ne reste plus que les détails"... Etrange manque de perspectives... Avant Internet, on devait penser qu'on avait fait le tour des applications potentielles d'un micro-ordinateur...
          • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Et l'humanité est proche de sa fin grâce à l'effet de serre selon le Pentagone, qui n'est pas un repère de doux rêveurs que je sache...

            http://www.cidehom.com/article.php?_a_id=769(...)
            • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ou encore:

              http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3238,36-362409,0.html(...)

              Alors, les histoires de dérailleur, moi...
            • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

              Posté par . Évalué à 2.

              L'humanité est surtout proche de sa fin par la connerie.

              Je ne connais pas beaucoup de prédateur en haut de l'échelle assez stupide pour se décimer directement (guerre, génocide) ou indirectement (destruction de son environnement) à part l'homme bien sûr... enfin une poignée d'homme...

              Le problème est toujours le même (pour essayer de recoler au sujet)
              Les groupes de pression ou Lobby ne sont pas influent par le nombre, mais plutôt par leur grande gueule si vous me permettez.

              Donc pour que ces décideurs puisse avoir un peu plus de sous pourquoi ne pas détruire la planète ? Ils s'en foute, il ne seront plus là.
              Le nombre d'exemple est impressionnant :

              Pourquoi ne roulons nous pas avec un moteur à eau ? Parce que les puissances pétrolières ont trop a perdre bien sûr.

              Et face à ces groupes, il y a nous... pauvres petits êtres sain de corps et d'esprit, mais nous ne pouvons rien faire, nous sommes trop petit face à eux... on est juste des millions de fois plus nombreux.
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          > Les maladies incurables dont tu parles sont justement une conséquence du
          > progrès technique. Le cancer était quasi inconnu à l'époque de Platon.

          Je reformule : "la connaissance de ces maladies incurables est une conséquence du progrès". Ben oui, avant on ne connaissait pas non plus les microbes, les bactéries et les virus, c'est pas pour ça qu'il n'y avait pas de malades.

          > Autre exemple: le vélo. À part quelques améliorations marginales, il a la même
          > forme depuis 1885, date à laquelle on lui a adjoint une chaîne.

          Ah ? et le vélo-moteur ? la moto ?

          Sans compter que le vélo a été plus ou moins dépassé par une autre invention : la voiture. Oui la voiture n'est pas une évolution du vélo, mais c'est justement l'invention qui a du pas mal le mettre au rebus.

          Ton exemple est faussé, tu parles d'invention et tu dis que X n'a pas évolué. On a justement fait des inventions : donc des trucs qui ne sont pas des vélos mais qui permettent de se déplacer tout de même : voiture, moto, patins à roulettes, quad, je ne sais quoi encore
        • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

          Posté par . Évalué à 1.

          Autre exemple: le vélo. À part quelques améliorations marginales, il a la même forme depuis 1885, date à laquelle on lui a adjoint une chaîne. et le dérailleur.

          Il n'y a pas d'amélioration du vélo car l'Union Cycliste Internationale a décidé qu'il n'y en aurai pas. Ainsi, les cylcistes ce sont-ils tourner vers des apprentis sorciers (je n'ose pas appeler cela médecine) pour améliorer les performances.

          Pour ce qui d'améliorations techniques du vélo vous pouvez consulter le site : http://www.ihpva.org/chapters/france/(...)
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      [QUOTE]À quoi bon d'ailleurs? Pourquoi trouver une nouvelle molécule pour lutter contre la fièvre quand on a l'aspirine et un nouveau format pour les photos sur Internet quand on a le JPEG?[/QUOTE]

      Le problème vient du brevet : pourquoi avoir une durée de protection de 20 ans ? En 5 ans la plupart des médicaments intéressants sont amortis et donc ont 15 ans de profits pour les sociétés.

      Le libre est la meilleure illustration que les brevets sont non seulement inutiles mais néfastes car contre-productifs.

      Et s'il n'y avait pas eu aux Etats-unis le droit de les contourner (reverse-ingeneering) dans les années 80, où en serait le PC maintenant, et GNU/Linux ??

      A bas les brevets, vivons dans un monde libre (et j'ai pas dit libertaire ni libertin ...)
      • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

        Posté par . Évalué à 1.

        Je serais un rien plus modéré :
        Au lieu de crier "A bas les brevets" je propose "Sélectionnons nos outils, nos systèmes et par extension tout ce qui nous touche dans notre quotidien afin de limiter l'impact des brevets.

        PNG ne compresse pas aussi bien que JPEG ?
        Tant pis, je fais le choix de PNG et je m'en accomode en attendant peut-être mieux un jour...

        Il y a des OGM dans le produit que je compte acheter ?
        J'en choisi un autre...

        Un fournisseur de PC m'oblige à prendre XP ?
        Je change de fournisseur...

        Agissons en tant que consommateurs responsables (au sens le plus large du terme)... Ce n'est pas si difficile...
  • # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

    Posté par . Évalué à 0.

    Quelqu'un sait-il si ce brevet qui touche le JPEG touche aussi le JPEG2000 qui, si je ne m'abuse, est à base d'ondelette ? Ou bien la compression ondelette appliquée aux images est sous le coup d'un autre brevet ?
    En tout cas on voit que le groupe qui a promus le JPG n'a pas tenu compte du problème de brevet. Peut-être existait-il un accord implicite avec Compression Labs. Le problème est que le monde capitaliste (et ses rachats intempestifs) ne garantie rien sur le futur !

    Autre chose : quelqu'un connait-il des formats libres qui prennent en compte le CMJN (Cyan magenta jaune noir) utilisé en impression ?
    • [^] # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

      Posté par . Évalué à 2.

      Le comité de normalisation ISO qui s'occupe de JPEG 2000 a demandé aux détenteurs de brevets couvrant la première partie de JPEG 2000, ne demandent aucune royalties pour des implémentations de JPEG2000. De fait, par exemple, IBM a gracieusement offert leur VQ coder mais uniquement dans le cadre d'une implémentation de JPEG2000.
  • # Re: Le format JPEG sous le coup d'un brevet

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Pour les modéros :

    S/revendique la parenté/revendique la paternité

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.