L'Open Source est-il un business model viable?

Posté par  . Modéré par Fabien Penso.
Étiquettes : aucune
0
27
nov.
2001
Commercial
Article un peu pessimiste et en même temps lucide sur ZDnet qui parle de la lente désaffection des entreprises pour le mouvement Open-Source.
En clair même si le courant Open-Source est un modèle de développement viable (perénité, par exemple par les actions de la FSF...) il semble ne pas tenir la route au niveau business comme le montre l'exemple de société comme VA Linux, Great Bridge, Sistina...(même le directeur des ventes de SUSE se pose des questions...), et ceci suite au retournement du secteur où dorénavant toute branche doit être profitable sous peine de se faire amputer (ce qui va à l'encontre d'une autre idée, qui dit que le mouvement permet à un projet de perdurer, malgré la disparition de la société). Bref à lire.

Aller plus loin

  • # Et pourtant

    Posté par  . Évalué à 1.

    A lire cet article plutôt encourageant de Salon qui décrit le passage de l'industrie des images de synthèse cinématographiques aux logiciels libres.
    http://www.salon.com/tech/feature/2001/11/01/linux_hollywood/index.(...)
    On y apprends que cette industrie a utilisé ce modèle avec succés, allant même jusqu'à partager le code source entre concurrents, ce qui leur paraissait encore inimaginable il y a quelques mois.
    Le truc, c'est que ces boîtes utilisent (et développent) le logiciel libre comme outil, alors que dans l'article de zdnet, on nous parle de boites dont le seul but est de dvper et de vendre du logiciel libre.
    On a longtemps dit que dans l'informatique comme dans la ruée vers l'or, ce sont les vendeurs d'outils qui s'enrichissent. Peut-être bien que le logiciel libre signifie la mort des vendeurs d'outil, les "travailleurs" ;-) se libérant de leur dépendance aux vendeurs de softs grâce au contrôle de leurs outils.
    • [^] # Re: Et pourtant

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      " On y apprends que cette industrie a utilisé ce modèle avec succés, allant même jusqu'à partager le code source entre concurrents, ce qui leur paraissait encore inimaginable il y a quelques mois."
      C'est vraiment un retour aux sources. Le logiciel libre, au début, c'était ca : des gens qui programmaient pour eux et partageaient leur code. A l'époque y'avait même pas d'informaticiens, ils etaient tous issus du génie électrique. Ils inventaient leurs programmes, et partagaient leur code et leurs connaissances. Il n'y avait alors aucun business model, si ce n'est celui d'être plus efficace pour un boulot dont l'outil etait les ordinateurs.
    • [^] # Re: Et pourtant

      Posté par  . Évalué à 1.

      > Peut-être bien que le logiciel libre signifie la mort des vendeurs d'outil

      Si tu n'as plus d'outils comment tu travailles ?
      • [^] # Re: Et pourtant

        Posté par  . Évalué à 1.

        tu te les fabriques ou tu cherche si quelqu'un n'en n'a pas déjà fait un.
        • [^] # Re: Et pourtant

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

          tu te les fabriques ou tu cherche si quelqu'un n'en n'a pas déjà fait un.


          Développer des outils comme un compilateur demande des connaissances poussées dans le domaine. Un developpeur d'outils graphique (par exemple) n'a pas forcément les compétences pour ça.

          Et puis l'industrie graphique holywoodienne ne fait que fournir des outils à ceux qui font des films. Si on suit le raisonnement, les metteurs en scène vont devoir bientôt apprendre à programmer un compilateur
          • [^] # Re: Et pourtant

            Posté par  . Évalué à 1.

            Tu mélanges le travail du metteur en scéne avec le travail de la boite qui a réalisé une scéne ou un élément du film selon ses directives.
            De méme qu'un metteur en scéne n'a pas besoin de savoir mélanger du latex pour avoir une scéne avec effet sanguinolent, il n'a pas besoin de savoir tripoter un mulot pour avoir des effets numériques.
            Par contre, à part des cas exceptionnels, un info graphiste doit avoir une bonne connaissance du matériel qui compose ses outils, comme à une époque De Vinci savait faire du liant avec du blanc d'oeuf. De méme que les programmeurs qui gérent les softs de créations numériques dans leur boite doivent avoir une connaissance des effets recherchés, des couleurs, ... etc etc.
            Quant à créer un compilateur, vu que les boites de l'industrie ciné ont recours à des clusters de plusieurs centaines de machines, je pense qu'ils ont sous la main des gens qui connaissent ce genre de chose, ne serait ce que pour optimiser les temps de rendu qui doivent être monstrueux et qu'ils seraient capables de financer un développement à des fins utilitaires sans chercher à le rentabiliser par des ventes (ce qui serait pour eux, par rapport aux bénéfices qu'ils ciblent, plus de travail qu'autre chose).
      • [^] # Re: Et pourtant

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        vendeur d'outils != outil

        Ce sont les vendeurs les parasites, pas les outils.
        • [^] # Re: Et pourtant

          Posté par  . Évalué à 1.

          Oui mais les outils ca pousse pas sur les arbres, il faut quelqu'un pour les creer et les fabriquer. Alors bon, le parasite il te rend bien service quand meme.
          • [^] # Re: Et pourtant

            Posté par  . Évalué à 1.

            Il me rend service en créant volontairement des versions non compatibles entre elles pour me forcer à me mettre à jour tout le temps ?

            Il me rend service en ne respectant aucun standard et en fermant tous ses formats de fichiers pour m'obliger à utiliser ses programmes ?

            Non, au contraire, il me considères comme un vache à lait, comme un toutou obéissant, et ça c'est inacceptable.
            • [^] # Re: Et pourtant

              Posté par  . Évalué à 1.

              Tu parles de qui la ?

              Adobe ? Photoshop lit toutes les anciens format de fichiers.

              Apple ? MacOS fait tourner > 95% des softs d'il y a plus de 10 ans

              Microsoft ? Windows XP fait tourner > 95% des softs d'il y a plus de 10 ans

              HP-UX ? Les softs d'il y a plus de 10 ans tournent encore

              AIX ? Les softs d'il y a plus de 10 ans tournent encore

              ...

              Va demander a Linux si il fait tourner >95% des softs d'il y a plus de 7 ans sans avoir recours a des magouilles ou du boulot en plus de la part de l'utilisateur.

              Les standards ? Quels standards ne sont pas respectes ? Adobe supporte tres bien tous les formats de fichiers "standard". IE contrairement a ce que tu peux penser respecte HTML(sauf bugs), Kerberos est respecte(MS utilise le champ designe pour cela), TCP/IP, IPSEC, XML,... aussi.
              Les autres OS respectent la tres grande majorite des standards aussi. Quels standards ne sont donc pas respectes ?

              Les formats de fichiers fermes ? ben fait comme si proprietaire!=MS, et dis moi donc avec quels autres formats proprietaires tu as des problemes. Avoir 2-3 cas ca n'en fait pas une generalite, le proprietaire ne se resume pas a MS Office(vu que c'est surement a ca que tu penses).
              • [^] # Re: Et pourtant

                Posté par  . Évalué à 1.

                Tu es de plus en plus de mauvaise foi, ma parole...
                il y a 7 ans, Linux n'existait quasiment que pour les fans d'info, il n'était pas vraiment utilisable par tous. Et puis je ne veux pas te décevoir, mais j'ai eu des jeux qui ne fonctionnaient pas correctement avec Windows 98. Va voir chez les blaireaux de Hardware.fr qui ont installé Windows XP et qui n'arrêtent pas se plaindre de leurs problèmes.
                Et les problèmes avec Office sont importants, même si il n'y a que cela. 'faudra arrêter de venir défendre les produits Microsoft en cachant justement qu'il y a des problèmes par exemple de compatibilité à cause du monopole quasi absolu d'Office. Qu'est-ce que j'ai pu galéré à l'époque pour tranférer des .doc d'Office 97 vers Office 95 et inversement.
                Je me souviens même d'un .doc impossible à lire avec Word95 (pourtant enregistré par Word97 au format 95) que j'avais su lire avec StarOffice.
                Donc SI!, Office EST un cas à prendre comme une généralité, car il suffit de se plaindre à quelqu'un qui t'a envoyé un .doc pour se faire dire "bah, t'as qu'à avoir Office".
                • [^] # Re: Et pourtant

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  En 1995, il y a presque 7 ans, j'ai commence a utiliser Linux, bon nombre de softs existaient meme si ils n'etaient pas oriente "grand public". Il y a 16 ans DOS existait, il etait pas accessible au grand public non plus, les softs tournent encore pour la plupart sur XP. C'est tout a fait comparable, c'est bien beau d'accepter de comparer les points a l'avantage de Linux et dire que les autres ne sont pas comparables parce que X ou Y, mais la question pour l'utilisateur elle est pas la, est-ce que Linux le fait OUI ou NON ? C'est ca qui interesse l'utilisateur, ensuite les excuses et le pourquoi du comment il s'en tape.
                  On arrete pas de la rabacher comme quoi open-source= perennite et proprio= tout est foutu dans 5 ans, ben faut croire que c'est pas toujours le cas alors.

                  Quand aux problemes de compatibilite avec Windows c'est sur que ca existe, il y a des dizaines de milliers de softs, faut etre fou pour croire que le taux de passage est 100%, mais il est bien au dessus de 90%, et cela y compris avec des softs d'un autre OS, car DOS c'est pas le meme OS que NT/2000/XP je te ferais remarquer, DOS dans ces OS c'est une emulation. Prendre quelques cas et en faire une generalite c'est pas tres honnete.

                  Quand a Office, ben je vois toujours pas pourquoi on devrait generaliser le cas Office au proprietaire en general, a premiere vue tu n'as pas le moindre exemple d'autres softs et tu te genes pas pour autant pour gueuler sur tout le proprietaire.

                  Je vois que la branche stable du kernel a laisse passer une ou deux fois un gros bug, je dois en conclure qu'ils savent pas developper et tester un kernel(= generalisation) ou je dois en deduire que ca arrive a tout le monde une fois de temps en temps ?

                  Sinon, a premiere vue t'as reussi a lire ton fichier au format ferme avec un soft non-MS, faut croire que le probleme est pas si grave que ca alors.
  • # Relativisons...

    Posté par  . Évalué à 1.

    C'est bien beau de se poser des questions sur le business model viable ou non de l'open source, mais dans la conjoncture actuelle, on peut trouver des foultitudes d'exemples de business model qui tiennent pas la route, dans plein de domaines (informatiques ou non).

    Donc relativisons, ce sont des exemples parmis tant d'autres, ils font les frais de la crise actuelle, mais de tels exemple ne sont pas réservés à l'open source.
    • [^] # Re: Relativisons...

      Posté par  . Évalué à 1.

      Oui, mais il suffit alors de regarder l'inverse: combien de societes tiennent la route(en gros font des benefices).

      Moi je vois :
      - Redhat

      et a part eux ben j'en connais aucun autre, il doit surement y en avoir 2-3 autres mais je ne les connais pas.

      Mandrake, Suse, TurboLinux, VA, Corel, Caldera, Penguin Computing, Loki, Eazel, Ximian, Lineo, Montavista,...

      Ce sont les plus grand noms et aucun d'eux ne fait des benefices.

      Alors bon, c'est sur qu'il n'y a pas besoin d'etre open-source pour faire des deficits, mais il faut peut-etre se poser la question si ce n'aide pas d'une maniere ou d'une autre vue le nombre de compagnies qui arrivent a s'en sortir compare au nombre de compagnies qui n'y arrivent pas.
      • [^] # Re: Relativisons...

        Posté par  . Évalué à 1.

        Vous en connaissez beaucoup des entreprises de la "nouvelle economie" qui font des bénéfices.
        Si je ne me trompe pas, les trés gros tel que yahoo! n'ont quasiment jamais fait de bénéfice et les investisseurs ne leur font plus confiance non plus.
        Je pense que toutes les études actuelles sur la viabilité de l'open-source sont quelque peu biaisées du fait de l'état du marché. Ces études auraient été petinentes si toutes les entreprises de l'open source avaient atteint leur dimension actuelle (économique) dans une periode "normale" de croissance moyenner (2%) et pas avec la peur actuelle de récession.
      • [^] # Re: Relativisons...

        Posté par  . Évalué à 1.

        Mandrake, Suse, TurboLinux, VA, Corel, Caldera, Penguin Computing, Loki, Eazel, Ximian, Lineo, Montavista,...

        Tu fais un drole d'amalgame... Je sais que c'est a la mode mais quand meme...

        Il faut quand meme differencier deux types de boites :

        - celles qui font des distributions
        - celle qui ne font que du services

        et puis la troisieme, celle qui profite de l'instant present pour se faire des couilles en or (style boite du sentier, made in libre).

        Pour la troisieme, les citer est presque de l'arnaque (Eazel, Ximian). Un peu comme si je te disais que le principal concurrent de ta chere boite etait Carrefour. Cela viendra peut-etre mais ce n'est pas le cas...

        Pour le premier cas, on sait que faire une distribution n'est pas rentable, financierement parlant tant qu'il n'y a pas de licence OEM a la cle. Donc, il est evident que toutes les boites que tu as cites perdent peu ou prou de l'argent (y compris RedHat). Toutefois, on verra un peu plus tard puisque Mandrake a signe ce genre de licence avec HP...

        Dans le deuxieme cas, pour le service, je crois que les boites qui ne font que cela (et qui existent depuis plus de deux ans) font du benefice. Il y a IdealX en France. C'est marrant mais on ne parle jamais de ces (petites) boites qui marchent...

        Enfin, le quatrieme cas (puisque j'avais parle de deux cas :-)) est pathologique : c'est Loki. On sait que le jeu n'est pas une activite viable en GPL (du moins, tel qu'il existe actuellement), le developpement etant trop couteux. C'est courageux de la part de Loki de se positionner sur ce creneau mais (presque) suicidaire. On verra bien.

        Bon, je ne connais pas Penguin Computing ni Montavista. Tous les autre entrent dans un des schemas precites. Sauf bien sur ceux que tu as curieusement oublie et qui fonctionnent bien sur :-)

        PK

        PS : je sais bien que tu as parle des plus "connus" mais ce n'est pas une raison. On peut etre connu et etre un con (cf. les politiciens) et etre honorablement (re)connu que de ses pairs (professionnels) et etre un bon (cf. tous les bons chefs d'entreprise). Ce n'est pas pour autant qu'il faille juger l'un au travers du regard de l'autre.
        • [^] # Re: Relativisons...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

          Je ne comprends peut-être rien, mais quel est le sens de la comparaison entre Ximian et Carrefour ?
          • [^] # Re: Relativisons...

            Posté par  . Évalué à 1.

            Bon, c'est vrai que ce n'est pas tres explicite dans mon message.

            Eazel a developpe moyennant un paquet de millions de dollars un simple gestionnaire de fichiers (pour simplifier). Pour Ximian (qui est je ne sais plus quoi... car pour suivre Miguel, il faut s'accrocher) , ils font (mal, cf. les paquets Debian qui sont faits n'importe comment) juste l'emballage de Gnome. Il n'y a donc rien derriere qui justfie l'existence de ces boites (technique ou service).

            Elles jouent donc le role de revendeur, comme Carrefour dans son rayon informatique. J'ai mis Carrefour mais vous pouvez mettre la FNAC ou tout autre "pro" de la distribution.

            Bon, -1, parce que je ne veux pas voir cela partir en troll.

            PK
            • [^] # Re: Relativisons...

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

              Je ne suis pas du tout d'accord. D'une part j'utilise les paquets Debian potato depuis longtemps et je n'ai jamais rencontré de problème particulier. D'autre part, tu sembles oublier tout le travail que les employés de Ximian font sur les librairies Gnome et GTK. Tu oublies aussi Evolution et les Ximian Setup Tools qui sont FREE et sous GPL. Idem pour Mono et les extensiosn GTK pour C#. Ximian est donc loin d'être un simple revendeur. De plus, si tu discutes un peu avec Miguel, tu verras qu'ils sont très ouverts chez Ximian pour aider les projets libres...
              • [^] # Re: Relativisons...

                Posté par  . Évalué à 1.

                Je ne suis pas du tout d'accord. D'une part j'utilise les paquets Debian potato depuis longtemps et je n'ai jamais rencontré de problème particulier.

                Ce n'est pas a l'installation que tu as des problemes. Ce sera lors de la mise-a-jour. Les paquets ne respectent pas la Debian Policy (du moins ceux que je connaissais mais je ne vois pas trop pourquoi cela aurait change). Je te souhaite un bon courage pour ton passage a Woody :-)

                Pour le reste, Miguel est super sympa. Mais ce n'est pas un chef d'entreprise. La facon dont il a plante Eazel (?) en est une preuve. Par contre, qu'il developpe pour le libre est une certitude bien sur.

                PK
        • [^] # Jeux

          Posté par  . Évalué à 1.

          J'aimais bien le principe développé par je ne sais plus quelle boite de jeu. Le moteur de jeu est open source mais pas les graphique ni le son.

          Ainsi, l'usine a bugue est plutot controler et la boite se concentre sur le coté artistique.

          Je crois que ce model est limité par une décision de justice à la con qui considère un jeu comme un package logiciel et non comme un logiciel + des images + de la musique.

          M'enfin, on peut toujours déposer des dessins "à coté" du logiciel pour faire une protection.

          nicO

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Jeux

            Posté par  . Évalué à 1.

            J'aimais bien le principe développé par je ne sais plus quelle boite de jeu. Le moteur de jeu est open source mais pas les graphique ni le son.

            C'est presque du rechauffe, non ? IDsofware fait cela pour les "vieux" moteur 3D non ? (Doom, Quake I ?, ...).

            Le probleme du jeu est que, bien sur, le moteur y est pour quelque chose, mais est "relativement" facile et rapide a developper. Par contre, les scenes et le son demandent la patte de (nombreux) artistes... et la, cela devient plus difficile en version libre...

            PK
            • [^] # Re: Jeux

              Posté par  . Évalué à 1.

              Disons que les bugs proviennent exclusivement du moteur (cf le jeu cryo).

              Mais il y a des jeux recents qui utilise cela dont j'ai oublier le nom (j'avais rencontré des dévelopeur au first jeudi). On peut aussi cite la SDL de loki mais il s'agit d'une librairie graphique et non d'un moteur de jeu.

              "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: Jeux

            Posté par  . Évalué à 1.

            C'est bizarre que le jeu soit considéré "comme un package logiciel et non comme un logiciel + des images + de la musique" alors que les droits eux, sauf si accord, appartiennent bien aux personnes qui ont faites chacun des éléments.
            Le code, l'arborescence au(x) dév(s), les musiques au musicien ...
        • [^] # Re: Relativisons...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

          A noter que selon Mandrake la vente de leur distribution est rentable, c'est dans les autres secteurs que ça marche moins bien (pour l'instant).

          Sinon résumé le modèle du libre à la vente de logiciel et à mon sens grotesque. Merci de rappeller l'existance d'autres boite comme IdealX qui pour moi sont plus representatives du "modèle du libre" que VA ou SuSE.
        • [^] # Re: Relativisons...

          Posté par  . Évalué à 1.

          Ben moi je mets 2 types plutot:
          - Celles qui font du developpement et pas ou peu de services
          - Celles qui font des services

          Selon moi, celles qui font partie du premier groupe n'ont aucune chance avec le modele open-source, car payer un team de developpeur + des consultants avec un petit peu de services et des ventes de softs faibles est pas tres realiste

          Le deuxieme groupe lui n'a que des consultants a payer, c'est bien plus faisable et realisable.

          Le prob est que pour que le developpement avance assez vite il faut des developpeurs qui fassent ca a temps plein, donc qu'ils soient payes pour ca, et la ben il y a un petit probleme qui apparait.

          Les licences OEM ben franchement je vois pas comment ca pourrait sauver les distribs, si Dell par exemple prend une licence OEM, il voudra que Mandrake(ou autre) prenne le support des machines vendues(vu que Mdk est free, aucune raison de payer sinon), resultat Mdk devra payer des centaines de gens pour faire le support, et voir ensuite si il reste assez pour payer une equipe de dev consequente ce qui n'est pas evident.

          Finalement, j'ai pris les boites que je connais, et comme tout le monde je connais les grosses boites, et de celles la, ben je vois pas lesquelles j'ai oublie a part LinuxCare, mais ils rentrent dans la categorie "deficit" aussi, c'est quand meme bizarre que parmis toutes les grosses boites une seule arrive a s'en sortir non ? Theoriquement pourtant c'est celles qui sont le mieux armees vu qu'elles ont plus de moyens et sont connues du public.

          Les boites qui font du consulting(= pur services) Linux n'ont aucune difference avec du consulting MS, Oracle ou autre, elles font tres tres peu de dev et leur business model est pas vraiment open-source, ils font simplement du consulting sur des produits open-source.
          • [^] # Re: Relativisons...

            Posté par  . Évalué à 1.

            Selon moi, celles qui font partie du premier groupe n'ont aucune chance avec le modele open-source, car payer un team de developpeur + des consultants avec un petit peu de services et des ventes de softs faibles est pas tres realiste

            Tu penses uniquement avec le modele classique que tu connais. Il faut savoir s'adapter. TrollTech fait du fric et de la technique (et tres peu de services). L'exemple est un peu caricatural, je le reconnais, mais ils ont su s'adapter.

            Les licences OEM ben franchement je vois pas comment ca pourrait sauver les distribs, si Dell par exemple prend une licence OEM, il voudra que Mandrake(ou autre) prenne le support des machines vendues(vu que Mdk est free, aucune raison de payer sinon), resultat Mdk devra payer des centaines de gens pour faire le support, et voir ensuite si il reste assez pour payer une equipe de dev consequente ce qui n'est pas evident.


            C'est de la mauvaise fois ! Je t'ai connu plus honnete. Quand les PC de ma boites sont en rade (des HP), ce n'est pas Microsoft qui fait du support mais HP...

            Sinon, tu dois savoir aussi que la grosse partie de la galette de Microsoft vient de l'OEM. Dans la serie, je ne fais aucun support technique et j'encaisse, ce marche est le plus juteux du monde...

            Les boites qui font du consulting(= pur services) Linux n'ont aucune difference avec du consulting MS, Oracle ou autre, elles font tres tres peu de dev et leur business model est pas vraiment open-source, ils font simplement du consulting sur des produits open-source.

            C'est quoi un business-model open-source ?

            Plus serieusement, ou est le probleme ? Tous les gens qui font du consulting font la meme chose. A la difference pres que celui du libre (un peu different de l'open-source je te rappelle) permette un support bien plus cible puisque l'on peut adapter l'offre au mieux du client puisque l'on a et que l'on peut modifier les sources (quitte a faire bien entendu payer ce developpement).

            En plus, ce support permet un retour aux developpeurs pour une meilleur chasse aux bogues (dont tu sais tres bien que ce n'est pas la preocupation principale des grosses boites commerciales).

            PK
            • [^] # Re: Relativisons...

              Posté par  . Évalué à 1.

              C'est justement pas de la mauvaise foi.

              HP ne PEUT PAS downloader Windows XP et le mettre sur les machines, quand il achete un truc chez MS c'est le soft en lui-meme, pas le support. Mandrake n'a rien d'autre a offrire que le support, HP peut downloader la distrib sur le web et la mettre sur ses machines si il veut, c'est pour ca qu'il y avait "vu que Mdk est free, aucune raison de payer sinon" dans mon post.

              Le "business model open-source" selon moi c'est developper un soft et gagner de l'argent presque uniquement avec le service autour du soft, ca j'estime que c'est pas faisable economiquement parlant. Ensuite faire uniquement du service sans developper le soft, c'est tout a fait faisable, mais c'est n'est pas le meme modele.
              • [^] # Re: Relativisons...

                Posté par  . Évalué à 1.

                HP ne PEUT PAS downloader Mandrake et le mettre sur les machines, car le contrat OEM Microsoft est plus intéresant si on ne vend que du Microsoft (on parle de bureautique, là).

                Donc, blah, blah, blah, comme d'hab'... C'est vrai qu'on t'a connu meilleur argumenteur.


                -1, et F*** les XP.
                • [^] # Re: Relativisons...

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  ... sans oublier le disclosure agreement qui interdit HP d'installer linux en meme temps que windows OEM (cf les deboires de BeOS).
              • [^] # Re: Relativisons...

                Posté par  . Évalué à 1.

                HP ne PEUT PAS downloader Windows XP et le mettre sur les machines, quand il achete un truc chez MS c'est le soft en lui-meme, pas le support. Mandrake n'a rien d'autre a offrire que le support, HP peut downloader la distrib sur le web et la mettre sur ses machines si il veut, c'est pour ca qu'il y avait "vu que Mdk est free, aucune raison de payer sinon" dans mon post.

                Tu rigoles ou quoi ? On dirait que tu ne connais pas les grosses boites ! En travaillant chez Microsoft, cela fait bizarre...

                Aucune grosse boite au monde ne pre-installera un logiciel (et a fortiori un OS) sans une solide paire de bretelles derriere (ne serait-ce que pour couvrir le c... du responsable de la grosse boite en question). Le logiciel, ils s'en foutent completement. Par contre, en cas de soucis, ils peuvent se retrouner vers un responsable et c'est cela qu'ils payent.

                Bien entendu qu'ils peuvent avoir Mandrake (& consort) gratuitement. Mais pour eux, c'est pire que de la verole ! Ils ne le feront jamais (pour une grosse boite). Par contre, signer un contrat OEM (avec Mandrake, RH & tout autre boite commerciale), cela oui. Quitte a payer quelques centaines de francs par machine. Ils ne payent pas le logiciel, ni le support mais la tranquilite d'esprit. Et cela a une valeur enorme commercialement parlant.

                Et c'est ce marche qui est juteux, tres juteux. Le support est quasi-nul de part de Mandrake (ou Microsoft :-)) mais les pepettes entrent toutes seules...

                PK
                • [^] # Re: Relativisons...

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Chez Mandrake oui, le support est la seule chose qu'ils payent.

                  Chez MS ils payent le soft PLUS le support(support 2-3eme niveau de HP, pas directement des clients de HP). HP n'installera jamais un soft sans support c'est sur, mais ca veut pas dire qu'il ne paye pas pour le soft, et dans le cas de MS il paye pour le soft, et dans le cas de Mdk il ne paye pas.

                  C'est ca la difference entre le model open-source et le proprio, tu fais de l'argent avec le soft lui-meme ET le service, alors que dans le modele open-source t'as une rentree de revenus en MOINS.
                  • [^] # Re: Relativisons...

                    Posté par  . Évalué à 1.

                    HP n'installera jamais un soft sans support c'est sur, mais ca veut pas dire qu'il ne paye pas pour le soft, et dans le cas de MS il paye pour le soft, et dans le cas de Mdk il ne paye pas.

                    Tu fais expres de ne pas comprendre. Le logiciel n'existe pas pour une grosse boite. Ils achete un paquet chez MS ou Mandrake. Il y a une facture pour le logiciel, le support et le parapluie anti-emmerde pour le chef. C'est tout.

                    HP ne fera pas de difference entre un OS Mandrake et un OS MS. La gratuite ailleurs n'est pas un argument pour eux (au contraire...). Cela n'entre pas en ligne de compte.

                    Cette problematique est bien entendu valable uniquement pour les grosses boites.

                    PK
                    • [^] # Re: Relativisons...

                      Posté par  . Évalué à 1.

                      Attends la, HP/Dell/IBM et autres OEM c'est pas la meme chose que Rhone-Poulenc qui equipe ses PC et qui veut un support pour ses employes.

                      L'OS chez HP et autres c'est HYPER important, c'est entre autre ca qui fait vendre leurs machines.
                      Tu pourrais aller aujourd'hui chez HP et leur offrire un support 24h/24 gratuit pour Linux, ils n'en voudraient pas car pour l'instant leurs machines ne se venderaient pas au grand public avec Linux dessus.
                  • [^] # Re: Relativisons...

                    Posté par  . Évalué à 1.

                    Le modèle proprio revient à faire le plus d'argent possible, coute que coute: on vend le CD avec le soft dessus, on vend le droit d'utiliser le soft, on vend le support, on vend la mise à jour...

                    Le libre revient à vendre que ce qui est nécessaire: si tu ne sais pas graver un CD, tu l'achètes; si tu ne sais pas l'installer, tu payes quelqu'un pour le faire; si tu ne sais pas t'en servir, tu payes quelqu'un pour qu'il t'explique... mais en aucun cas tu n'es obligé de payer.

                    C'est étonnant comment les visions des différents business model peuvent varier en fonction de qui en parle!!
              • [^] # Re: Relativisons...

                Posté par  . Évalué à 1.

                Le "business model open-source" selon moi c'est developper un soft et gagner de l'argent presque uniquement avec le service autour du soft, ca j'estime que c'est pas faisable economiquement parlant.

                Ca dépend de la quantité de développement. En libre il y a de la coopération, ce n'est pas toi qui fait tout le code, parfois il n'est que patché, ou packagé (distribs), et ça marche (tu l'as dit: RedHat, si d'autres ne marchent pas, c'est uniquement par manque de place, comme pour les logiciels propriétaires, dis-nous comment se portent les concurrents propriétaires de Windows sur la plateforme PC ?)

                Ensuite faire uniquement du service sans developper le soft, c'est tout a fait faisable, mais c'est n'est pas le meme modele.

                Et au moins celui-ci n'interdit par une petite partie de développement, pour s'adapter à un client par exemple. En fait tu veux faire la distinction entre les 2 modèles (dev+service / service) mais il n'y a pas que ces 2 extremes, il faut que la part du développement et la part du service soient adaptés à ce que tu proposes.

                Tout le reste, ce n'est qu'une question d' offre/demande. Et si tu fais du propriétaire et que tu as un concurrent libre, tu n'es certainement pas viable à long terme sans remise en question (voir les parts que GNU/Linux bouffe aux Unix)
            • [^] # Re: Relativisons...

              Posté par  . Évalué à 1.

              > TrollTech fait du fric et de la technique (et tres peu de services

              L'exemple est en effet tres caricatural. C'est de l'open source viral. Pour une bibliothèque c'est tout de meme tres restrictif. En plus ils ont bénéficier de l'effet de levier de KDE.

              En revanche, developpe un soft en GPL destiné à l'utisateur final (style traitement de texte) et regarde si c'est rentable. Bon courage... Ce n'est plus du commerce, c'est de la philosphie. Et meme les philosophes ont besoin de manger...
              • [^] # OpenOffice

                Posté par  . Évalué à 1.

                C'est dans ce context que l'histoire d'OpenOffice est exemplaire.

                "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: OpenOffice

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Sauf que StarOffice/OpenOffice n'est pas destiné à être rentable pour Sun..

                  C'est une arme anti-Microsoft: cela permet d'affaiblir a Sun d'"affaiblir" Microsoft pour pas trop cher..
                  Mais je doute beaucoup que ce soit une activité rentable..

                  Avec le prix des licenses de Microsoft en augmentation constante, je pense que de plus en plus de gens vont penser à utiliser StarOffice plutot que Office.

                  Dans mon entreprise (une GROSSE boite), on a installé StarOffice sur toutes les stations des développeurs (une centaine de personnes sur le site), cela "soulage" les "PC métaframe" utilisés pour Office.
                  Cela nous a évité d'avoir à installer des PC supplémentaires..

                  La compatibilité StarOffice(StarWrite)/Word n'est pas parfaite (parfois le formatage des documents complexe est un peu bizarre) mais ça marche pas mal du tout StarOffice (quand on a de la RAM de libre..)
              • [^] # Re: Relativisons...

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

                > L'exemple est en effet tres caricatural. C'est de l'open source viral.

                Ben non, justement, la double licence permet, contre espèces sonnantes et trébuchantes de développer un soft proprio avec Qt. Et si tu ne veux pas payer tu publie tes sources.

                Ce modèle marche au moins avec une autre boite ; cf http://linuxfr.org/topic/Commercial/5755,0,1,0,0.html(...)
        • [^] # Re: Relativisons...

          Posté par  . Évalué à 1.

          Ja connais une boite qui fait de l'installation de réseau et de la vente de PC, et elle marche très bien.
          le rapport avec l'open source ? Ils installent presques tous leurs réseaux avec des serveurs freebsd.
          Ils marchent car ils utilisent les LL sans baser leur modele dessus, et parce qu'ils ont des gens compétents pour ça.
      • [^] # Re: Relativisons...

        Posté par  . Évalué à 1.

        Mandrake, Suse, TurboLinux, VA, Corel, Caldera, Penguin Computing, Loki, Eazel, Ximian, Lineo, Montavista,...

        Ce sont les plus grand noms et aucun d'eux ne fait des benefices.


        il y a un autre élément commun à toutes ces sociétés : elles se battent sur un marché hyper restreint du fait du monopole de microsoft. Et ça, quelque soit le business model, ça aide pas à faire du benef.
  • # Remise en question

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    Le logiciel libre bouleverse complètement la stratégie commerciale des entreprises qui reste basée sur la vente.
    Or, maintenant, la distance du producteur au consommateur est nulle dans le cas du logiciel. Pour le commerce électronique, elle est souvent réduite à un seul intermédiaire (plus le transporteur et le banquier).
    Ce que nous allons vivre au 21e siècle, c'est cette révolution, analogue à la révolution industrielle de la fin du 19e siècle.
    Les entreprises construites sur le modèle du passé ont peu de chances de prospérer.
    Il faut maintenant imaginer de nouvelles entreprises bâties selon un modèle nouveau. A mon avis, il n'est encore dans l'oeuf.
  • # avenir a voir...

    Posté par  . Évalué à 1.

    Faudra bien surveiller toutes ces boites qui passent du libre au proprio car rien ne dit qu'elle marcheront mieux. Libre ou pas l'ere du temps ou on levait des millions avec des projets bateaux semble revolue. Helas certaines bonnes idees vont surement patir du retournement actuel. De plus il ne faut pas oublier non plus que dans le secteur traditionnel seules 20% des boites creees passent les 5 ans.
    • [^] # Re: avenir a voir...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      Je suis tout a fait d'accord avec toi !
      Plus je lis les differents posts passés ici sur les differents 'business models' et la viabilité du type 'Open Source', plus j'ai l'impression ( peut etre à tort) que les gens considèrent que ce machin est gage de réussite ...

      Le BM ne fait pas tout, même si ca aide ...
      Malheureusement, comme le nombre de sociétés choisissant le model open-source est restreint, et de plus comme tout le monde les observe, elles n'ont pas droit a la faute !

      Bref !
  • # il faut laisser le temps au temps

    Posté par  . Évalué à 1.

    Ce n'est pas parce que les societes qui ont se sonts jetés dans l'open sources doivent apres quelques annés d'heuphories se remetre en question que le business model est non viable.
    Le business informatique se remet tout doucement des delires des startup et du nazdac et il est normal que les premiers a trinquer soient les dernier arrivés mais l'open source est devenu trop important pour que le passage en closed souce definitif se generalise
    par contre les trucs du genre tuxracer ( closed source temporaire ) ou sourceforge c'est clair que ca fait jamais plaisir a la communauté
    le point possitif c'est qu'on peut faire le tris entre 'les vrais' et 'les autres' :) ...
    • [^] # Re: il faut laisser le temps au temps

      Posté par  . Évalué à 1.

      Euh desole mais moi je ne vois pas du tout ou est ce qu'il y a eu des annees d'euphories.

      Peut-etre du point de vue "parts de marche" et "investisseurs", mais du point de vue benefices ca n'a jamais ete l'euphorie pour aucune des compagnies open-source a part Redhat qui commence tout juste a sortir la tete de l'eau.

      En gros, ca ne fait pas le tri entre les "vrais" et les "autres", ca fait le tri entre ceux qui y croient encore et ceux qui se disent(a tort ou a raison) que le probleme de leur business plan vient du cote open source. Rester dans son coin et traiter les compagnies qui changent de business plan pour essayer de survivre de traitre c'est tres facile, faire mieux qu'elles avec le meme business model c'est deja plus difficile par contre.

      Perso il y a tres peu de choses qui m'enervent plus que des gens qui critiquent les autres alors qu'ils sont tranquillement assis dans leur fauteuil. Ces societes ont au moins eu le courage d'essayer, ensuite les traiter de traitre ou autre parce qu'elles font ce qu'elles peuvent pour essayer de survivre je trouve ca tres deplace.

      Au final entre le gars chez lui qui critique et la compagnie qui apres avoir fait de l'open source passe au proprio, un des deux a plus apporte que l'autre au monde libre, et c'est pas le gars dans le fauteuil.
      • [^] # Re: il faut laisser le temps au temps

        Posté par  . Évalué à 1.

        Le fait que ces sociétés repassent du modèle libre à un modèle propriétaire montre peut-être, qu'en fait, ces sociétés n'avaient pas pour but premier d'apporter à la communauté du logiciel libre, mais plutôt de faire de gros bénéfices en surfant sur la vague de la mode.
        • [^] # Re: il faut laisser le temps au temps

          Posté par  . Évalué à 1.

          Si tu crois que les societes ont pour but d'apporter a la communaute du logiciel libre, sans vouloir te vexer, c'est que tu crois encore au pere noel mon cher, une societe c'est fait pour faire de l'argent, pas pour faire des bonnes oeuvres.
          • [^] # Re: il faut laisser le temps au temps

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

            Tout a fait!

            Il ne faut pas croire que les societes ou plus precisement les gens qui font les societes font du logiciel libre pour le logiciel libre et se foutent completement du reste. Ils doivent manger le soir et payer leur loyer.

            Quand tu as investi de la thune, tu ne peux pas dire je me fous de l'argent, tout ce qui compte c'est du faire du logiciel libre. C'est important mais ca vient en second!

            Je trouve ca honteux de traiter sourceforge de traitre, ou de parler de "vrais" ou de "faux" contributeurs.

            Eux ont eu le courage d'y croire et de miser beaucoup plus que toi sur le logiciel libre. Et ils ont donne des outils fantastiques pour demarrer des projets, en organisant des outils deja existants de facon coherente et pratique.

            Je remercie mille fois VA Linux et la FSF devrait en faire autant.
  • # Un modèle qui a l'air de bien fonctionner...

    Posté par  . Évalué à 1.

    ... c'est celui de Zend (http://www.zend.com/(...)), qui participe activement à PHP.

    A côté de PHP qui est sous licence PHP (proche de la license Apache), ils fournissent Zend Accelerator ou Zend Optimiser sous licence commerciale.

    Dixit Zeev Suraski, fondateur de Zend et développeur de PHP4 : "nos développeurs ont probablement plus travaillé sur PHP4 et les futures versions de Zend que sur Zend Accelerator. Cette activité commerciale rassure les entreprises et nous permet de dédier plus de ressources à PHP. C'est un cercle vertueux : si PHP se développe nous nous développons et si Zend se développe, nous dédions plus de ressources à la communauté PHP." (citation honteusement pompée dans un magazine)

    PS: Cela dit, je ne connais pas beaucoup de sites en PHP qui utilisent les optimiseurs Zend...
    • [^] # Re: Un modèle qui a l'air de bien fonctionner...

      Posté par  . Évalué à 1.

      Magazine nommé 01 informatique (de cette semaine ? sait pas, je l'ai juste vu ouvert à la bonne page hier).

      Zeev a d'ailleurs répété que l'open source était un business model viable hier, à la conférence d'introduction du PHP Forum 2001 à Paris.

      Concernant Zend Optimiser, ça sert à pratiquement rien selon tous les benchs (ceux de Globalis et de Clever-Age, du moins), donc je pense pas que ce soit très utilisé, effectivement.
      Pour Zend Cache, qui est par contre plutôt puissant (et payant, celui-ci), je pense qu'il doit y avoir un public, notamment pour les très gros sites. Ceci dit, j'ai pas de chiffres sur lesquels m'appuyer.
    • [^] # Re: Un modèle qui a l'air de bien fonctionner...

      Posté par  . Évalué à 1.

      Interview de Zeev Suraski CTO de Zend
      http://www.01net.com/rdn?oid=168467&rub=1695(...)

      dixit :"Zeev Suraski (Zend Technologies): « Le modèle économique du logiciel libre est mature » "

      il suffit peut etre de trouver le bon modele ?
    • [^] # Re: Un modèle qui a l'air de bien fonctionner...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      Tiens, un autre exemple de ce modèle (enfin d'après ce que j'en ai compris hein, si quelqu'un a plus d'information qu'il les donne !!)

      J'ai récemment pu assister a une présentation (un peu trop commerciale a mon gout mais bon), d'une distribution linux qui s'appelle :
      HARD HAT LINUX
      Bon, passons sur le nom qui rappelle furieusement Red Hat, mais voila le principe :

      Il vendent en GPL une version de Linux pour l'embarqué/Temps réel (cad portée pour un certain type de carte). Bien sur, ils vendent du service autour. Tout les developpements touchant au noyau sont telechargeables et en GPL (forcément)

      Et en plus, ils vendent un environnement de développement/debug opensource mais toujours propriétaire (c'est leur propre license ...) ...
      Voila...

      Bref, ils font un mix entre les deux !

      Ah oui, le nom de la boite est : Montavista Software. Vous connaissez ?
  • # Open source ? Oui, mais pas partout !

    Posté par  . Évalué à 1.

    A mon avis , l'Open source c'est bien pour respecter les standards mais on peut pas vivre de l'open source !

    Nous, qui sommes ou fonctionnaires, ou etudiants, ou ayant son petit bureau pepere, c'est facile de cracher sur des boites qui font du proprio : mais faut savoir que dans cette boite y a des gens qui gagnent leurs vies, qui ont des enfnats a nourir, et qu'ils ne peuvent pas faire QUE benevolat !

    C'est pour cela que des boites comme Turbo Linux ou SuSE disent qu'ils faut gagner de l'argent pour vivre : sinon, c'est 700 personnes au chomage, ni plus ni moins !

    C'est pour cela que les couples Linux/(Redhat,SuSE,Mandrake,Turbo), Open Office/Star Office, Mozilla/ Netscape sont tres interessants : des boites proprio s'appuient sur du libre, donc standards et portables qq soit l'OS, et rajoutent leur touche finale qui font un produits qui vaille la peine d'etre acheté !

    C'est cela l'avenir de l'informatique, et non pas le libre a 100 % ou du proprio Microsoft qui nous attrape a la gorge.

    Peut etre qu'un jour, on verra un Streaming Libre ou Real pourra s'appuyer (en ajoutant des trucs), un logiciel de paye libre ou Quicken et Moneydance s'appuieront....

    Et peut etre qu'un Moteur 3D libre permettra a des boites de jeux de sortir leur jeux sous plusieurs plateforme...

    Et puis moi quand je fais un soft j'aime bien etre payé, meme si les sources sont libres, alors pourquoi ne pas comprendre les interets vitaux de ces entreprises ?
    • [^] # Re: Open source ? Oui, mais pas partout !

      Posté par  . Évalué à 1.

      > A mon avis , l'Open source c'est bien pour respecter les standards mais on peut pas vivre de l'open source !
      1. C'est une vision extrêmement restrictive du libre, non ?
      2. Les standards sont faits pour être respectés par tout le monde...

      > Et puis moi quand je fais un soft j'aime bien etre payé, meme si les sources sont libres, alors pourquoi ne pas comprendre les interets vitaux de ces entreprises ?

      Le Libre n'est pas fait à l'origine pour ceux qui veulent gagner un maximum d'argent en programmant. L'état d'esprit c'est plutôt celui de Linus: tu développes un logiciel pour le fun, et tu le distribues sous licence libre parce que ça te fait plaisir.
      • [^] # Re: Open source ? Oui, mais pas partout !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Le Libre n'est pas fait à l'origine pour ceux qui veulent gagner un maximum d'argent en programmant. L'état d'esprit c'est plutôt celui de Linus: tu développes un logiciel pour le fun, et tu le distribues sous licence libre parce que ça te fait plaisir.


        Sans vouloir gagner un maximum d'argent, il serait bon d'avoir un modèle qui permette de faire vivre les développeurs.

        Le gentil développeur qui fait un bout de soft parce que ça le gratte quelque part c'est bien joli, mais quand en face il y a des boites qui investissent des millons pour répondre aux besoins du marché avec softs propriétaires, ça fait pas le poids.

        Le modèle économique du libre (ou plutôt son absence) ne permet pas d'inciter un gars qui a une idée innovante à investir 3MF et mettre le résultat en GPL.
        • [^] # Re: Open source ? Oui, mais pas partout !

          Posté par  . Évalué à 1.

          Mais enfin, c'est fini ce délire, oui? Jamais personne n'a demandé à Linus ou Miguel de Icaza de monter une boîte et de fournir les sources qu'ils créaient en GPL.
          C'est un choix, et ce n'est pas parce que les boîtes qui ont fait ce choix se plantent qu'il est mauvais. Elles savaient bien dans quoi elles s'engageaient, aussi, et si c'était pour profiter d'un effet de mode, ben, tant pis, c'est raté.
  • # quand 01 Informatique contredit ZDnet..

    Posté par  . Évalué à 1.

    sur le 01 informatique de cette semaine, on peut lire à la Une le titre d'un article qui parle de la maturite du business autour du logiciel libre, et un grand interview du createur de Zend..
  • # Bizness is bizness

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    le courant Open-Source [...] semble ne pas tenir la route au niveau business

    Mais peut-être que c'est la notion même de business qui est à revoir, au moins dans le domaine du logiciel (mais on peut toujours rêver, après tout c'est une notion dont l'existence même m'ébahit). Le post que j'ai lu sur les géants du cinéma et le logiciel libre m'a fait très plaisir, car il montre que l'informatique est en train de redevenir ce qu'elle aurait toujours du rester : un outil.
    • [^] # Re: Bizness is bizness

      Posté par  . Évalué à 1.

      Euh oui, mais tu veux revoir ca de quelle maniere ?

      Parce que la je vois pas trop(je parles de trucs faisables, pas de trucs idealistes dans un monde parfait).
      • [^] # Re: Bizness is bizness

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Déjà, la conception des systèmes de base (OS, compilateurs, outils de bureau...) devrait relever principalement du service public, pas de boîtes à pognon. Ces logiciels sont des outils indispensables pour que des millions de gens travaillent ; tu imagines que les transports en commun soient sous la responsabilité de plusieurs boîtes concurrentes ?

        Quand je vois une pub ibook ou Windows XP, on dirait une pub pour un gadget. Et reconnais que les travaux des boîtes propriétaires se concentrent sur les gadgets allant avec le système au lieu de faire un système qui marche (en résumé, ils passent plus de temps à réaliser le trombone sauteur d'office qu'à essayer de respecter des standards). De la même façon, je m'en fous que mon bus soit peint en rose ou équipé d'une boule à facettes, du moment qu'il m'amène sur mon lieu de travail. Tu trouveras peut-être la comparaison inappropriée, mais pour moi elle est justifiée.

        En revanche, les travaux sur les logiciels dans les niches spécialisées paraissent un truc réaliste à confier sur le long terme à des entreprises, du moment que le modèle qui se met en place ressemble à celui d'Apache : untel veut une fonctionnalité en plus, il paye et on la rajoute, mais toujours en restant libre.

        Ça ne me paraît pas irréaliste, et les utilisateurs et les programmeurs ne s'en porteraient que mieux. Quant aux entreprises et à leurs actionnaires... bin... je m'en fous.
        • [^] # Re: Bizness is bizness

          Posté par  . Évalué à 1.

          Ces outils ne sont pas plus indispensables que la machine a ecrire il y a 20 ans.

          D'autre part, comment est-ce que tu veux que les etats gerent le developpement d'un OS ? un Etat c'est incapable de faire ce genre de choses, ils savent gerer l'existant, pas creer. Et quel etat gererait cela ? les USA ? la France ? bonne chance pour qu'ils s'entendent sur le sujet... Jusqu'a aujourd'hui Linux, MacOS ou Windows etaient les memes dans tous les pays, si les pouvoirs publics de chaque pays prennent les chosees en main ca va etre une catastrophe.

          D'autre part l'etat je ne vois pas comment l'etat pourrait empecher les societes de creer un OS, il devrait aussi interdire a Linus de developper Linux alors ? ca empiete sur les libertes individuelles ca. Comment definir les outils de base qui relevent du service public ? quelle methode utiliser pour decider cela ?

          Desole mais c'est pas tres realisable.
          • [^] # Re: Bizness is bizness

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

            Ces outils ne sont pas plus indispensables que la machine a ecrire il y a 20 ans.
            Quelle mauvaise foi !

            D'autre part, comment est-ce que tu veux que les etats gerent le developpement d'un OS ?
            Mais comme ils le font maintenant. Il suffit d'augmenter le nombre de personnes travaillant dessus. Je te signale que de nombreux organismes de recherche publique européens contribuent à l'univers du libre : en travaillant justement sur les comopilateurs, en contribuant au noyau linux... Même la recherche américaine travaille dessus (cf. BSD et la foule de projets libres qui sort du MIT).

            La suite de ta réponse montre ton incompréhension du sujet et ta méconnaissance du monde du libre.
            D'autre part l'etat je ne vois pas comment l'etat pourrait empecher les societes de creer un OS, il devrait aussi interdire a Linus de developper Linux alors ?
            Il n'est pas interdit à une boîte privée de mettre en place un service de bus alternatifs dans une ville.
          • [^] # Re: Bizness is bizness

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

            Je n'accepte pas de voir mes impôts dilapidés dans toutes ces licences de logiciels, alors qu'il est tout à fait possible de bosser uniquemement avec des logiciels, euh, libres. Les administrations françaises ne doivent pas nourir les entreprises de logiciel américaines, elle doivent, pour l'intéret général, payer des gens qui adapteront les logiciels libres à leurs besoins.

            Car, comme nous le dit JJBinks plus haut, l'informatique n'est qu'un outil. Les logiciels libres permettent d'avoir un outil adaptable (dans le pire des cas t'as les sources), alors que les logiciels propriétaires nous obligent à nous adapter à l'outil (formations/consultants/refonte de l'architecture....). Un peu de jugeotte ne ferait pas de mal aux décideurs des administrations (c'est valable aussi pour les autres décideurs, mais dans l'administration l'état actuel est inacceptable) : il faut revenir à la vocation première de l'informatique.
    • [^] # Re: Bizness is bizness

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      il montre que l'informatique est en train de redevenir ce qu'elle aurait toujours du rester : un outil.


      L'outil n'est pas nécessairement fabriqué par celui qui l'utilise. Les agriculteurs ne construisent pas de tracteurs, un musicien ne joue pas sur l'instrument qu'il a lui-même crée.
  • # Off-topic

    Posté par  . Évalué à 1.

    > L'Open Source est-il un business model viable?

    La question n'est pas posée en ces termes !!
    Ni logiciel libre, ni le logiciel Open Source ne sont des business models en eux-mêmes !

    Ce sont des «points de vue» sur le logiciel, qui suggèrent éventuellement des business models.
    Naturellement, vouloir s'imposer en tant qu'éditeur de logiciels libres, avec un revenu basé sur la vente de licences, est voué à la perte !
    De même, V.A. Linux avait un business model solide, par la vente de matériel fortement orienté vers le support de GNU/Linux, mais ils ont changé subitement de positionnement pour s'en aller vers le service. Ils sont aujourd'hui dans un monde qui n'est pas le même que celui de leur culture d'origine... Et comme ils ont attéri en terre inconnue, ils ont eu le bête réflexe propriétaire, qui a fait ses preuve comme générateur de revenu ces quelques 20 dernières années.

    De toute façon, vouloir développer du logiciel et le mettre sous licence libre (comme la GPL) ne doit pas se faire avec des arrières-pensées de rentabilité directe !
    Une fois un logiciel libre «publié», n'importe qui peut faire de l'argent dessus, en le modifiant à la demande, par exemple, ou alors en faisant des formations dessus.

    Il faut donc que le développement soit rémunéré d'une manière ou d'une autre. Quelques exemples :
    - ne faire de développement que pour des demandes clients (ex. : SSII classique)
    - contribuer à un projet pour acquérir des compétences dessus afin de vendre des formations (ex. : boite de formation)
    - développer du logiciel libre pour se faire de la pub afin de vendre d'autres services ou du matériel (ex. : IBM)

    Il faut bien comprendre que le logiciel libre, s'il s'impose, annonce la mort des éditeurs de logiciels.

    Et n'allez pas me dire «alors tous les gens qui bossent chez des éditeurs vont se retrouver au chômage à cause de quelques illuminés et d'étudiants qui leur font de la concurrence déloyale sur leur temps libre !!!»
    Oui, peut-être que cela va être le cas, mais avez-vous pensé que les fabricants d'automobiles auraient dû se freiner lorsqu'ils ont réalisé qu'ils alleint mettre au chômage les fabricants de charrettes à chevaux, les maréchaux-ferrants, les éleveurs de chevaux... !?
    L'invention du chauffage au gaz n'a-t-il pas créé de la panique chez les sylviculteurs (exploitants de forêts) ?
    L'expansion du transport de liquides en fûts métalliques n'a-t-elle pas fait souffler un vent de panique chez les tonneliers ?

    Les éditeurs de logiciels ont tout à fait raison de s'inquiéter de la vague logiciels libres, mais il n'y a pas lieu de pleurer sur leur sort : ils devront faire ce qu'on exige de toute industrie qui disparait : s'adapter.

    Notez également que la production logicielle globale est consituée en très faible part de logiciels d'éditeurs ; la partie immergée de l'iceberg est l'informatique au sein des entreprises, «fait maison», et que vous ne pouvez pas acquérir chez votre revendeur informatique préféré. Aujourd'hui l'informatique libre innonde ce marché, et ce n'est que parce que cette déferlante commence à atteindre les rives du marché des éditeurs que ces derniers commencent à s'émouvoir du mouvement «logiciel libre».
  • # ll, internet même combat !

    Posté par  . Évalué à 1.

    En fait, se demander si le BM des logiciels libre tient la route ou pas, c'est comme se demander si le BM d'internet (je généralise un peu...) tient la route.

    Je m'explique: sur internet, 99% des sites sont à accès libre (où libre==gratuit). De même que le sont 99% des logiciels sous GPL (toujours dans le sens libre==gratuit).

    Donc, on peut dire que les logiciels libres s'apparentent maintenant de plus en plus à des sites web: leur développement ne rapporte pas puisqu'on ne peut les vendre aux utilisateurs finaux.

    En revanche, on peut, dans les deux cas, être payé pour les créer. Et, dans les deux cas, on peut faire payer un service lié au site (ou lier un service payant au site).

    A mon avis donc, dénigrer le BM du LL revient à affirmer que les sociétés qui créent des sites sur internet n'ont pas d'avenir commercial. Or, il me semble que ce soit au contraire de bon temps, dans le monde de la "net-économie" de vanter les mérites de l'e-business... Microsoft n'a-t-il pas développé (?) .NET,IIS,SQL Server & co dans le but de permettre aux entreprises de créer des sites gratuits d'accès afin de vendre du service autour ? Du logiciel libre quoi...
    • [^] # Re: ll, internet même combat !

      Posté par  . Évalué à 1.

      Ben justement, regardes toutes ces dot-com qui proposaient des trucs gratuits sur le net, et regarde ou elles sont maintenant: en faillite.

      Andover.Net(ex-proprio de Slashdot et autres sites) n'a jamais fait de benefs.

      Yahoo commence a faire payer pour de plus en plus de trucs qui etaient gratuits avant.

      Ebay a toujours ete payant, et eux ils s'en sortent tres bien.

      Les sites web qui font du gratuit eux essayent de gagner de l'argent avec la pub le plus souvent, et il s'est avere pour la plupart d'entre eux que c'etait pas suffisant comme source de revenus, pour certains ca a suffit mais la majorite s'est ecrase.
      • [^] # Re: ll, internet même combat !

        Posté par  . Évalué à 1.

        Je suis d'accord avec toi !

        Il existe de très nombreuses sociétés qui ne parviennent pas à faire de l'argent sur internet parcequ'ils n'ont pas de stratégie commerciale cohérente. C'est une évidence que des sociétés comme Yahoo! sont vouhées à l'échec parcequ'ils basent leur succès sur leur pouplarité. Ils se disent: "on va avoir pleins de hits alors on va être riches !". Et, effectivement, ça n'a pas de sens...

        Par contre, il existe de très nombreux sites sur internet (souvent bien moins connus) qui font réellement de l'arget grace à Internet. Je te donnerais comme exemple un site que j'ai développé il y a environ 1 an. Il s'agit d'un site d'information sur le sud de la France ET qui permet d'accéder à une offre immobilière dans ces régions. Le site en lui-même ne rapporte pas d'argent mais il apporte de l'argent à l'agence immobilière du possesseur du site parce qu'il attire la clientèle.

        Ce que je veux dire, c'est que si l'idée de base est viable commercialement, les nouvelles technologies peuvent servir à booster les ventes. Mais si l'idée de base n'est pas commerciale, aucun espoir de faire du fric. L'idée de base de Yahoo! n'a rien de commerciale (un moteur de recherche) donc (oh! surprise) ils ne font pas d'argent.

        Conclusion, il est possible de s'enrichir avec les logiciels libres, il suffit d'avoir une idée commerciale à la base (autre que la vente de licences).

        Un exemple: la création d'un jeu de rôle online nécessitant de gros serveurs. La société crée le jeu sous licence GPL et loue l'accès à ses serveurs. Ainsi, tout le monde peut faire des clones du jeu, l'améliorer, le distribuer (et le rendre populaire) mais on ne peut profiter de l'essens du jeu (le multiplayer massif) que si l'on paye l'abonnement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.