pkgsrc 2018Q1

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud et Yvan Munoz. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa.
25
7
avr.
2018
NetBSD

Dans un message à des listes de diffusion pkgsrc et NetBSD, Jonathan Perkin a annoncé, le 5 avril 2018, la disponibilité de la branche pkgsrc-2018Q1. pkgsrc (prononcé « package source ») est une infrastructure de construction de logiciels tiers pour NetBSD, ainsi que pour d’autres systèmes de type UNIX. Il permet donc à NetBSD, mais aussi à GNU/Linux, SmartOS, Minix, macOS et de nombreux autres systèmes d’exploitation de disposer de nombreux logiciels sous forme source ou binaire.

Logo pkgsrc

Les développeurs de pkgsrc fournissent une nouvelle version stable chaque trimestre. Comme son nom l’indique, pkgsrc 2018Q1 est donc la première de l’année 2018.

Plus de détails sur cette version en particulier en seconde partie de dépêche, qui reprend grandement le courriel d’annonce.

La piqûre de rappel

pkgsrc, c’est le système de paquets logiciels pour NetBSD, issu d’un fork en 1997 de celui de FreeBSD. Nos amis au drapeau orange étant adeptes de la portabilité, il est logique que leur système de paquets puisse fonctionner ailleurs et compte toujours plus d’une vingtaine de plates‐formes compatibles, allant des systèmes BSD à Windows (grâce à Cygwin, Interix et Services For Unix) en passant par GNU/Linux, Mac OS X / macOS et Solaris.

Pour être plus concret sur la portabilité de pkgsrc, certaines personnes maintiennent des dépôts de paquets binaires en dehors de ceux pour NetBSD. Ainsi, le dépôt de la société Joyent contient des ensembles de paquets pour SmartOS, GNU/Linux (CentOS & RHEL 6), mais aussi Mac OS X / macOS, en plus du nécessaire de bootstrap.

Enfin, ces initiatives ne sauraient être couronnées de succès sans pkgin, gestionnaire de paquets binaires créé par iMil et maintenu, entre autres, par Jonathan Perkin, toujours disponible en version 0.9.4.

Les changements

Les changements marquants côté logiciels sont les suivants :

  • Erlang 20.3 ;
  • Firefox 52.7.3 et 59.0.2 ;
  • GCC 7.3.0 ;
  • Go 1.10.1 ;
  • Mutt 1.9.4 ;
  • MySQL 5.5.59, 5.6.39 et 5.7.21 ;
  • Node.js 6.13.1, 8.10.0 et 9.8.0 ;
  • OpenJDK 8 1.8.162 ;
  • PHP 5.6.35, 7.0.29, 7.1.16 et 7.2.4 ;
  • Postfix 3.3.0 ;
  • PostgreSQL 9.3.22, 9.4.17, 9.5.12, 9.6.8 et 10.3 ;
  • Python 3.4.8, 3.5.5 et 3.6.5 ;
  • Qt5 5.10.1 ;
  • Ruby 2.2.10, 2.3.7, 2.4.4 et 2.5.1 ;
  • Ruby on Rails 4.2.10 et 5.1.5 ;
  • Rust 1.24.1 ;
  • Xorgproto 2018.4.

Plusieurs anciens paquets ont été supprimés, parmi lesquels Apache 2.2 et les modules associés, mais aussi divers paquets X.Org, unifiés par Xorgproto.

Pour ce qui est des changements d’infrastructure, l’annonce met l’accent sur les points suivants :

  • de nombreux paquets prennent maintenant en compte le drapeau de compilation RELRO ;
  • l’implémentation MySQL par défaut est maintenant la version 5.7 ;
  • l’introduction de TEST_DEPENDS et de :test pour la variable USE_TOOLS, qui offre un moyen de signaler des dépendances d’utilisation plutôt que de construction/compilation ;
  • la variable USE_LANGUAGES dispose maintenant des valeurs gnu++03 et c++03 pour préciser de manière explicite un standard de compilation, ce qui permet à certains anciens paquets d’être construits depuis des compilateurs récents.

Enfin, dans le domaine des statistiques, l’annonce indique qu’au total 213 paquets ont été ajoutés, 76 supprimés, et 1 979 mises à jour ont eu lieu (sur 1 355 paquets différents) depuis la sortie de pkgsrc-2017Q4. L’annonce précise aussi un total de 4 955 commits pour 69 contributeurs.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.