Pourquoi IBM , HP et Oracle choisissent Linux

Posté par . Modéré par orebokech.
Tags : aucun
0
9
août
2002
Commercial
Le mouvement vers le middleware GNU/Linux représente un réel changement et, au final, contribue à unifier la plate-forme Unix, affirme Dan Kusnetzky d'IDC. «HP explique comment HP-UX pourra exploiter des applications GNU/Linux, et Sun fait de même avec Solaris», remarque-t-il. «Les éditeurs de logiciels indépendants vont s'interroger: pourquoi se donneraient-ils la peine de développer pour une version d'Unix spécifique alors qu'ils peuvent développer un système GNU/Linux et exécuter ses programmes sur quasiment toutes les plates-formes Unix?». Pour Dan Kusnetzky, IBM a raison de miser fortement sur GNU/Linux comme plate-forme Unix universelle d'entreprise de demain.

«IBM, Oracle et les autres éditeurs de middleware adoptent non seulement Linux, mais également J2EE. Pratiquement tous les produits de middleware GNU/Linux reposent sur des serveurs d'applications J2EE. Il ne s'agit pas là d'un revirement, et cela crée de surcroît un lien solide entre Linux et J2EE.»

Aller plus loin

  • # Pour ORACLE ...

    Posté par . Évalué à 0.

    A mon taf, on utilise de l'ORACLE.
    Bon, il faut bien reconnaître que les livraisons de binaires sur 30 CD, c'est lourd. Du coup, une seule distribution
    Pour l'unification des UNIX grâce à Linux, OK, mais je ne vois pas comment ils vont fabriquer des binaires exécutables sur toutes les archi supportées par Linux.
    Alors, certes, ça parle beaucoup de Java, mais à ce moment, dessous, on met un peu tout ce qu'on veut. Ou alors, ils refont Java ?
    Finalement, j'ai encore raconté ma vie, moi. (Ben oui, quand j'ai rien à dire, moi, je le dis !)
    • [^] # Re: Pour ORACLE ...

      Posté par . Évalué à 9.

      Il n'ont qu'a distribuer les sources.
      Ce qui implique fonctionnement sur toutes les distribs et - a priori - sur toutes les architectures matérieles.

      Quand on se met a supporter un OS, le minimum est quand meme d'adopter un minimum la philosophie qui va avec.
      • [^] # OK sur le principe, mais ça ne va pas être facile ...

        Posté par . Évalué à 10.

        Je ne pense pas qu'ORACLE soit prêt à filer les sources de ses produits.
        Ils sont plutôt branchés "fermeture". Un simple exemple : si tu veux exporter dans un fichier plat tout un schéma, pour porter une base sous un autre système (postgres, par exemple), tu n'as pas d'outil ni de procédure standard pour le faire.
        Bon, il y a bien une procédure bien chimique en utilisant les outils standards de la maison, mais c'est pratiquement inexploitable. En revanche, il y a moyen en perl, par exemple :

        http://search.cpan.org/search?mode=module&query=oracle(...)
      • [^] # Re: Pour ORACLE ...

        Posté par . Évalué à 10.

        "Quand on se met a supporter un OS, le minimum est quand meme d'adopter un minimum la philosophie qui va avec."

        heu non, le minimum c'est que ça fonctionne bien,
        et que ça rapporte du pognon à la boite.

        la philosophie c'est bien, mais je pense pas que
        ce soit l'activité majeure des gens chez oracle.

        La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

        • [^] # Re: Pour ORACLE ...

          Posté par . Évalué à -1.

          la philosophie c'est bien, mais je pense pas que ce soit l'activité majeure des gens chez oracle.

          Y'a des coïncidences comme ça :-)
      • [^] # Re: Pour ORACLE ...

        Posté par . Évalué à 10.

        Quand on se met a supporter un OS, le minimum est quand meme d'adopter un minimum la philosophie qui va avec.

        Heureusement que non, sinon il faudrait coder des applis buguées sous Windows, des jolies applies sous MacOS et des applis non commerciales sous Linux ...

        J'éxagère un petit peu (qui a dit beaucoup ?) mais l'important est d'avoir des produits qui tournent sous Linux pour pouvoir le promouvoir à la place des autres OS propriétaires.

        Je commence petit à petit à le faire chez le client où je bosse, et les initiatives de SUN, HP et consors sont une excellent choses pour mes futurs arguments.
        • [^] # Je dirai même plus ...

          Posté par . Évalué à 10.

          ... que ces initiatives commerciales existent sous linux permet de faire gagner en crédibilité notre OS favori.

          Oracle n'a pas a priori une politique d'ouverture mais les initiatives allant dans ce sens contribue à faire considerer Linux comme un OS comme les autres et de ce fait comme une solution viable pour les entreprise.

          Une ouverture plus grande de leur part ne serait pas en accord avec leur politique (attention je ne dit aucunement qu'elle est bonne !) et serait p-e considéré comme un traitement de faveur qui contriburait à cette image de solution marginale pour les entreprises.
    • [^] # Re: Pour ORACLE ...

      Posté par . Évalué à 10.

      oué a mon avis la recette magique c'est du code compilable sous gcc et une bonne surcouche de java par dessus... de toute facon oracle et java c'est une histoire d'amour :)
  • # c'est pas des philantropes...

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne pense pas que HP, SUN et les autres soient des philantropes, donc si ils font ca, c'est qu'ils ont à y gagner. en même temps, si ils y gagnent et que la communauté libre y gagne aussi, c'est tout bénef pour tout le monde.

    En tout cas, pourvu que des sociétés continuent à soutenir linux comme c'est le cas de SUN et HP, ca permet de faire avancer les choses...
    • [^] # Re: c'est pas des philantropes...

      Posté par . Évalué à 10.

      Oui effectivement, un soutient à GNU/Linux est toujours une bonne chose pour ceux qui aiment ce système...

      Mais "avancer les choses" dans quel sens ?
      J'ai vu également : "l'important est d'avoir des produits qui tournent sous Linux pour pouvoir le promouvoir à la place des autres OS propriétaires."

      Je pense que si ça continue, c'est GNU/Linux qui risque de devenir propriétaire...

      Au delà de cette question à laquelle je n'ai toujours pas de réponse précise (càd : est-ce une bonne ou une mauvaise chose que d'avoir de si "fervant" supporter de GNU/Linux), je me demande qu'est-ce qui fait qu'on aime GNU/Linux ?
      Si c'est par sa philosophie libre, alors je ne sais pas si les dollars vont faire avancer les choses...
      Si c'est parce qu'il est parmi les meilleurs OS techniquement et qu'il est gratuit, alors là effectivement, y mettre de l'argent fera progresser GNU/Linux dans les entreprises mais qui sait ce qu'il adviendra ensuite ?

      Je ne dis pas que tout cela est une mauvaise chose, je m'interroge simplement à la manière de Descartes : "Je sais que je ne sais pas...ce qui est le mieux pour GNU/Linux".
      Je vais continuer à lire d'autres commentaires à ce sujet et je reviens ;o)
      • [^] # Re: c'est pas des philantropes...

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Est ce que les entreprises doivent vraiment se mettre à Linux (no troll juste une grosse flemme d'écrire GNU/Linux|Hurd|*BSD/bsdutils/apache/mysql/Xfree/openssh/cc/frozen-bubbles... alors que tout le monde sait de quoi je parle), et est ce important que tout le monde ait Linux sur ses ordinateurs.


        NB Quand il n'y a plus de choix, il n'y a plus d'alternatives.
    • [^] # Re: Petit calcul.....

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Il y a 12 ans, j'avais commandé des machines HP à 800 kF soit environ 150 k€ en euro constant.
      Le prix d'Unix limité à une douzaine d'utilisateurs, représentait environ 10% du prix de la machine soit 15000€. Maintenant, une machine à 1500€ fait le même travail. Le prix a donc été divisé par 100 en douze ans et le prix de l'OS ne peut dépasser sans inconvénient 10% du prix total de la machine
      .
      Pour maintenir la même équipe de maintenance de leurs Unix respectifs, il faudrait que HP, SUN, IBM et les autres vendent 100 fois plus de machines Unix qu'il y a douze ans.

      Les arguments des Unix commerciaux par rapport à Linux ou *BSD sont de plus en plus ténus et marginaux. La logique économique est implacable et condamne les OS propriétaires à des marchés de niches de plus en plus étroits donc de moins en moins rentables. Ils sont donc dans le collimateur des économistes de ces entreprises.

      On est bien loin d'un comportement philantrope ou éthique !
  • # Nunux sur les bureaux

    Posté par . Évalué à 10.

    C'est AMHA par ce type d'initiative que Linux va se propager sur les bureaux et sortir d'un ghetto linux == (serveur && station) de developpement, vision restreinte mais encore bien présente.
    Tout porte à croire en effet que Linux est le système idéal pour uniformiser l'offre logicielle Unix des gros éditeurs d'entreprise (Oracle, SAP, IBM...) : les évolutions techniques à accomplir pour celà sont déjà réalisées et de toutes façon les développeurs ont des capacités d'adaptation et de réaction très vives et performantes, le système est capable de pousser tellement loin le matériel que les développeurs du noyau en sont à en corriger et à en prendre en compte les bugs (genre ralentir le kernel pour que certains périphériques n'échouent pas(!), qui plus est les constructeurs Unix peuvent s'abroger d'une grande partie des coûts de production en abandonnant leurs système proprio, ceci en reutilisant le boulot de la communauté.
    Bref avec ce phénomène, le seul frein quant à l'adoption de Linux sur les bureaux des entreprises c'est à dire les applications spécialisées (gestion de stocks, de projets, suivi de contrats...) s'efface peu à peu et est amené à disparaitre, d'autant que Linux est meilleur que les systèmes Windows concernant les opérations réseaux.
    <troll> J'espère que Steve Ballmer ne va pas nous faire un ulcère....</troll>
    • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

      Posté par . Évalué à 10.

      >C'est AMHA par ce type d'initiative que Linux va se propager sur les bureaux et sortir d'un ghetto linux == (serveur && station) de developpement, vision
      restreinte mais encore bien présente.
      Oui, mais c'est pas ce type d'initiative que Linux se crédibilise, vis à vis des constructeurs et donc
      des entreprises.
      L'article était de toute facon très orienté serveurs, donc pour les initiatives bureautique voir
      les annonces comme c'elle du géant américain de la grande distribution.
      • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

        Posté par . Évalué à 10.

        "L'article était de toute facon très orienté serveurs, donc pour les initiatives bureautique voir
        les annonces comme c'elle du géant américain de la grande distribution."

        L'article est très orienté serveur c'est vrai, mais en entreprise bureautique et réseau sont très impliqué (PME, administration et grosses boites). Ce n'est pas le cas pour les petites entreprises et pour les particuliers mais le problème de Linux sur les bureaux en entreprise c'est (c'était?) le manque d'application spécialisées (PGI et autres).
        Pour le particulier et les petites boites il manque à ce que Linux fasse son chemin et se popularise (les applications sont déjà présentes et aussi abordables que sous Windows (OpenOffice, Mozilla, Kde, Gnome...), mais il manque peut être un peu plus de simplicité (quoique... quand on voit par exemple que sous Lindows on se loggue directement sous root et que WinXP est multiutilisateur, on se dit que l'initiative Lindows sans la possibilité d'y faire tourner des appli Windows est vraiment superflue).
        • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

          Posté par . Évalué à 10.

          La bureautique est importante, mais toute relative.
          De plus j'ai toujour été surpris d'entendre parler de
          faciliter pour l'utilisateur avec windows, alors qu'il
          ne s'en préocupe même pas. C'est des techniciens qui installent
          les drivers, les softs divers et variés.
          Les utilisateurs 'techniques' sont plus proches de leurs système que
          les 'bureautiques' mais sont surtout intéressé par leur appli, après ils
          s'adaptent.
          Ici, on a encore des NextStep (20 sur 600) pour des softs de CAO,
          les utilisateurs en sont très contents, mais si tu leur parles de
          faire de la doc il sont très septiques à utiliser autre chose que
          Windows/Word. Par rapport à ce qu'ils avaient sur Next ils apprécient
          fortement Windows.
          Maintenant que se soit Linux ou Windows sur le desktop ca m'est égale,
          ce n'est même pas l'utilisateur qui décidera. J'ai vraiment l'impression
          que c'est plus Marketing que autre chose.

          Quand on parle de facilité d'utilisation, ama, on parle là du particulier
          à la maison, et je pense que c'est le système le plus en vogue du
          momment qui sera choisi, ce qui me fait penser ca c'est que j'avais
          toujours entendu dire que pour un néophyte MacOS était beaucoup plus
          facilement abordable que Windows, mais c'est Windows qui a pris le dessus.
          • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

            Posté par . Évalué à 1.

            >Ici, on a encore des NextStep (20 sur 600) pour des >softs de CAO,
            >les utilisateurs en sont très contents, mais si tu >leur parles de
            >faire de la doc il sont très septiques à utiliser >autre chose que
            >Windows/Word. Par rapport à ce qu'ils avaient sur >Next ils apprécient
            >fortement Windows.

            Compare ce qui est comparable il n'existe certainement pas de browser récent ni de player video sur c'est machines (ce qui est assez restrictif pour un utilisateur ( même 'entreprise)


            >j'avais toujours entendu dire que pour un >néophyte MacOS était beaucoup plus
            >facilement abordable que Windows, mais c'est >Windows qui a pris le dessus.

            J'ai toujours entendu dire que ferrari faisais des voiture plus performante que fiat ......

            Il n'y a pas vraiement de corélation ......
            • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

              Posté par (page perso) . Évalué à -3.

              Oui mais sais-ti que Ferrarri fait partie du groupe FIAT?
              Faut-il en déduire que les Ferrarri sont des bouses dignes de FIAT? Personnellement je pense que oui "Une Jaguar sinon rien".

              Bon, à toi de retrouver maintenant le parallèle avec l'informatique :)
            • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

              Posté par . Évalué à 5.

              >Compare ce qui est comparable il n'existe certainement pas de browser récent ni de player video sur c'est machines (ce qui est assez restrictif pour un
              >utilisateur ( même 'entreprise)
              Oui, tu considères que dans l'entreprise les gens travaillent avec un player, tu
              limites l'utilisation d'un machine à un player. Pour ce qui est du browser tu n'as
              jamais utilisé celui de Nextstep visiblement.
              En entreprise tu utilises des outils qui concerne ta tâche aussi étrange que cela
              puisse te paraitre.

              >J'ai toujours entendu dire que ferrari faisais des voiture plus performante que fiat ......

              >Il n'y a pas vraiement de corélation ......
              Dans le fil est dit qu'il manque à KDE d'être plus facile pour
              arrivé sur le desktop. C'est faut, ce n'est pas l'utilisateur
              qui configure et instal son environnement de travail, et MacOs
              a toujours misé depuis sont origine sur la facilité, ca n'a pas
              été payant.

              Ne rêve pas, si un jour tu arrives a integrer une entrepise
              tu ne passeras pas ton temps à faire mumuse avec ton browser et
              ton player video pour mater des videos que tu auras téléchargé
              sur le web.
              • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

                Posté par . Évalué à 3.

                "Dans le fil est dit qu'il manque à KDE d'être plus facile pour arrivé sur le desktop."

                heho! j'ai jamais dit çà moi!! ;)
                Non en fait c'est le contraire, j'ai dit que pour l'utilisateur moyen, il y avait tout ce qu'il faut quand on cherche bien : interfaces graphiques (dont KDE;), suites bureautiques, jeux (Transgaming)... Bon, bien sur il manque des trucs genre un équivalent à Access, *mais*, en gros, il ne reste plus, AMHA, qu'à attendre que Linux se popularise (par une adoption généralisé sur les bureaux des entreprises par exemple, <cauchemard>un Linux destiné à Lucette et Henri distribué par AOL, hmmmmmmmm </cauchemard>).
                Mais sans doute me suis-je mal exprimé.
              • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

                Posté par . Évalué à -1.

                >Pour ce qui est du browser tu n'as
                >jamais utilisé celui de Nextstep visiblement.

                >Je rêve pas, si un jour tu arrives a integrer une >entrepise tu ne passeras pas ton temps à faire >mumuse avec ton browser

                On se connait ? Je crois pas.
                Alors ton ton méprisant, laisses le un peu au placard.

                - L'echec d'Apple n'a rien a voir avec sa simplicité (ou non).
                Et
                Mac => echec <=> simple => echec
                est plutot mal vu.

                - Omniweb gère Flash & Java ?
                - Si, si je t'assure un browser ca sert, meme dans les entreprises.

                Si tu veux discuter de *Step c quand tu veux :)
                • [^] # L'échec du MAC

                  Posté par . Évalué à -1.

                  L'echec d'Apple n'a rien a voir avec sa simplicité (ou non).
                  La légende "Mac + facile à utiliser que Windows", c'était vrai du temps de Windows 3.1, avec la sortie de Win95 il n'y avait plus vraiment d'écart, la plupart des journalistes ont alors déclaré : "enfin un PC aussi simple à utiliser qu'un Mac".

                  Dans le même temps, MacOS prenait du retard technique sur Windows :
                  - pas de vrai multitache préenmptif comme dans Win 95 / NT / Unix, mais un multitache coopératif comme dans Windows 3.1
                  - pas de gestion de la MMU (mémoire virtuelle), utilisation de handle pour gérer la mémoire au lieu de malloc/free.

                  Si tu ajoute à ca la logithèque du PC qui a toujours été plus importante, et les prix plus bas (grâce à la concurrence) tu comprends pourquoi Apple à commencer à décliner.
    • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

      Posté par . Évalué à 7.

      "le seul frein quant à l'adoption de Linux sur les bureaux des entreprises c'est à dire les applications spécialisées"

      Je peux t'assurer que c'est pas ca qui freine les gens à adopter Linux. C'est généralement des trucs assez "cons" genre "l'icône machin est pas placé là ou il faut" ou alors "oh! c'est balo, l'appli que j'utilise tout les 36 du mois est pas en francais"
      Par moment, j'avais vraiment honte pour les personnes qui me demandé tels ou telles trucs.

      Je sais même pas ce qui freine les gens à aller sur Linux, peut-être le monde de l'inconnu ? ils ont eut tellement de mal à <<<<maitrisé>>>>> windows qu'ils ont peur de devoir réapprendre le tout.

      Parfois, j'ai beau leur prouver par A+B (hop hop! Mr. Demo) que GNU/Linux est plus rapide, lave plus blanc que blanc et bien non....
      ils ont du mal a y passer. Ils ont leurs habitudes.... c'est dur pour les gens de changer leurs habitudes.

      Dommages :(

      En tout cas, moi je continue (comme tant d'autre je pense ici) à tenter de faire progresser Linux sur les Desktop (ne parlons pas des serveurs, ca serait trop facile ;)

      Allez zou! faut que je torture mon dernier utilisateur récalcitrant :)
      • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Tu as windows, pas de question sur le traitement de texte, le mp3 player, Le brouteur web, Le logiciel de vidéo conf... Le.....

        Ce qui est difficile sous Linux|*BSD|.. c'est qu'il faut choisir. Et le but du marketing et de réduire le coût de transaction lié au fait d'acquérir l'information. Si pour économiser une licence à 1kEuro*10 postes tu passes 3 semaines de veilles techno+rédaction de doc+réunion à 3*5*1kEuro de temps homme tu n'as rien gagner.

        Alors il y a deux choix simples (et une infinité en comptant les choix non triviaux)
        • proposer un linux unifié où il n'y a pas le choix sur l'interface la DB, le serveur de page web, l'éditeur de texte (kedit), le noyau
        • apprendre aux entreprises que l'investissement lié à l'apprentissage d'appartenir à la communauté (s'informer perdre du temps sur /. linuxfr) permet un retour sur investissement exceptionnel.


        Pour ma part, vu les interfaces graphiques inconsitantes que nous avons (raccourci clavier non unifié, gestion du CutNPaste folklo, un logiciel = une nouveau concept d'interface graphique, pas de guidelines) je ne vend pas Linux pour desktop pour ne pas le discréditer.
        • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

          Posté par . Évalué à 4.

          raccourci clavier non unifié, gestion du CutNPaste folklo, un logiciel = une nouveau concept d'interface graphique

          Ben, tant que quelqu'un ne se sera pas dévoué pour euthanasier emacs... ;)
        • [^] # Re: Nunux sur les bureaux

          Posté par . Évalué à -1.

          raccourci clavier non unifié, gestion du CutNPaste folklo, un logiciel = une nouveau concept d'interface graphique

          Ben, tant que quelqu'un ne se sera pas dévoué pour euthanasier emacs... ;)
  • # je ne sais pas pourquoi...

    Posté par . Évalué à 10.

    mais je n'arrive pas a "sentir" java et J2EE.

    Pour moi java c'est la reponse de l'industrie au probleme des annees 90 : la disparité des platformes unix. En 95 je vous rappele, pour les applications "serieuses" il n'etait pas question de parler de NT encore moins de Linux. Il *fallait* faire marcher tout un tas de machines heterogenes. En ce sens Java est une reponse extrement valable : on met une machine virtuelle specifique a chaque os et la meme appli pour tous par dessus. On perd un peu en perfs mais ce n'est pas grave.

    Mais maintenant en 2002 nous avons deux grand axes : le monde windows d'un cote , le monde linux de l'autre. Laisons windows de cote. Linux marche sur un nombre invraissemblable de machines differentes. De plus en plus les programmeurs se remettent a penser : pourquoi s'enquiquiner d'une machine virtuelle java puisque linux *est* la machine virtuelle ? un soft develope en C-C++ se compilera sans pb (ou presque) sur n'importe quelle machine linux. Les perfs , l'occupation memoire , seront toujours meilleurs. En plus c'est Sun qui controle Java et MS n'arrete pas de tirer dessus. Alors ?

    Pour resumer : si linux n'existait pas je serai un fan de java . Mais linux est la alors a quoi bon ?

    Cet entoussiasme des IBM, HP, ... sur un couple J2EE-Linux ca me fait trop penser qu'ils essayent seulement de sauver leur peau, de preserver leurs equipes de specialistes java , leur commerciaux...
    Mais ca ne va pas dans le sens de l'histoire.
    • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

      Posté par . Évalué à 10.

      ok, mais il y a une petite différence tout de même...

      linux est assez universel, d'accord.
      on peut compiler entre différentes plateformes, d'accord.
      mais tout ceci reste valable à partir du moment où les sources sont disponibles (gpl, ...)
      pour tout ce qui est systèmes de type ibm, oracle, hp et consorts, il s'agit plutot de faire tourner la meme appli sous des systemes linux, nt/2000, hp/ux, aix avec j2ee notamment...

      c'est pas exactement la meme vue, etant donne que leurs sources sont "clos", on pourra difficilement les porter sous linux pour g4 ou autre :)
      (encore qu'oracle lance oracle pour s/390 en version developpeur, mais bon...)
      • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

        Posté par . Évalué à 9.

        J'avais reçu la version beta de DB2/UDB pour linux et à l'époque ils(IBM) livraient les sources en tgz avec et il fallait faire une modif dans un des .H celon la distrib et recompiler. AMHA, ils ne risquaient rien car ça reviendrais tres cher et serait tres long de s'approprier une application de cette taille. Actuellement je na sais pas si DB2/UDB pour linux est livré avec les sources.
      • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        > etant donne que leurs sources sont "clos", on pourra difficilement les porter sous linux pour g4,
        C'est clair, le fait de poser comme postulat que tu ne distribue pas les sources change carrement la donne.

        Sources pas dispo -> obligation de generer des binaires pour chaque CPU, chaque OS... D'ou l'interet dans ce cas de:

        • limiter le nombre de distribs Linux et/ou de versions d'UNIX

        • utiliser une couche logicielle de compatibilite, Java etant le meilleur candidat



        Sources dispo -> support de differentes plate-formes beaucoup plus aise. Il n'y a qu'a regarder le nombre de CPU supportes par Linux ou les *BSD, comparer ca avec n'importe quel OS proprio, et se faire son idee. C'est valable pour le support de differents CPU, et aussi pour le support de differents OS par une appli. Perl par exemple est dispo sur un nombre impressionnant de combinaisons de CPU et d'OS. Et de toutes facons, comme il est dit sur perl.com : "If you are on a UNIX, I strongly suggest that you compile Perl yourself from the source code distribution.".
        Par contre, la diffusion un soft via son source requiert:

        • un certain respect des standards au niveau des compilos et des bibliotheques - domaine dans lequel au passage Microsoft est plutot mal positionne, si j'etais enerve je dirais qu'ils se foutent de la gueule du monde

        • un cadre legal qui te permet de divulguer les sources librement, cad pas de brevets logiciels debiles, d'accords de type NDA etc...



        Mais franchement, a partir du moment ou on dispose du source, je vois effectivement pas la necessite de passer par Java - independemment du fait qu'on trouve que le langage est bien dans l'absolu - car un bon couple gcc/libc permet quand meme de coder pas mal d'applis serveur...
        • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

          Posté par . Évalué à 3.

          [...]
          >Mais franchement, a partir du moment ou on dispose du source, je vois effectivement pas la necessite de passer par Java - independemment du fait qu'on
          >trouve que le langage est bien dans l'absolu - car un bon couple gcc/libc permet quand meme de coder pas mal d'applis serveur...

          Peut être ce simplifier au maximum la vie, même plus besoins de recompiler on
          écrits le code une seule fois, puis on le ***** partout.
        • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Le mythe du code binaire portable est le truc qu'on nous ressort régulièrement, que ce soit au niveau bas : HAL (Hardware Abstration Layer) servi avec ses micro-noyaux ou à un niveau supérieur comme les applets JAVA.
          L'expérience montre que rien ne fonctionne mieux sur une machine que son code natif, compilé spécialement pour elle.
          Je rejoins tout à fait l'avis de ceux qui pensent que la justification principale de JAVA est de fournir des programmes propriétaires fonctionnant sur un maximum de machines.
          Le gros intérêt des logiciels libres est de fournir le meilleur produit possible, quels que soient le langage source utilisé et la plateforme matérielle.
    • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne suis pas convaincu, qu'il soit bon de n'avoir que Linux.
      Linux doit pouvoir coabiter avec les Unix proprio, et les Unix doivent continuer
      leur adhésion à un standard commun. Si tous les constructeurs laissent tomber leur
      Unix, on risque peut être d'avoir 200 Linux au lieux de 200 Unix.

      >Cet entoussiasme des IBM, HP, ... sur un couple J2EE-Linux ca me fait trop penser qu'ils essayent seulement de sauver leur peau, de preserver leurs equipes
      de specialistes java , leur commerciaux...
      Il y a beaucoup de clients différents, et si les gros constructeurs font des offres, c'est qu'il y
      a demande (même si c'est suite à une propagante marketing). Donc IBM, HP & CO offrent divers
      produits. De plus ca favorise peut être la créativité des développeurs/concepteurs pour développer des
      fonctionnalités inovantes.
      • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

        Posté par . Évalué à -5.

        on risque peut être d'avoir 200 Linux au lieux de 200 Unix.
        PAs besoin de Unix pour avoir une floppée de Linux, va faire un tour sur distrowatch.
        On approche déja la centaine de distro (~95).

        Hop, -1
        • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

          Posté par . Évalué à 0.

          > on risque peut être d'avoir 200 Linux au lieux de 200 Unix.


          200 Linux open-source (et tous pareils) au lieu de 200 Unix closed-source (et tous différents) ?


          et t'appelles ça une mauvaise nouvelle ?

          :-)

          JlF
      • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Il me semble que 70% du CA de IBM vient du service (pas de la programmation). Et que les prestations d'organisation chez IBM représente 30% de leur activité. IBM n'est pas un vendeur de logiciel ou de hardware. C'est avant tout une société de conseil.

        NB un de mes services préféré qu'ils offrent :
        http://www-106.ibm.com/developerworks/(...)

        Aller voir leur définition des web-services :) Ils ne vont pas faire de la thune avec le XML-RPC, mais avec le buzz qu'ils ont créé autour.
    • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

      Posté par . Évalué à 10.

      Je suis pas complètement d'accord: J'ai toujours pensé qu'un bon programme devait être modulaire et facilement portable sur un autre système.

      Prenons le C++ par exemple. Quasiment tous les OS ont un voire plusieurs compilateurs C++. Et la majorité des programmes se contente d'utiliser les fonctions élémentaires de la lib telle qu'elle est définie dans la norme ANSI. A moins de programmer comme un barbare (dans ce cas on fait du C, pas du C++ ;), le code est facilement portable en modifiant quelques lignes. (Attention, je parle pas des programmes "bas niveau", qu'on se comprenne bien.)

      Dans ce cas, pourquoi avoir des binaires compatibles quand le source est adaptable? C'est une des raisons première du succès des logiciels Open Source: on peut avec relativement peu d'effort les adapter à d'autres machines et OS.
      • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

        Posté par . Évalué à 10.

        parce que l'experience montre que ce n'est pas le cas.
        ce que tu dis est vrai quand il s'agit de compiler un soft sur plusieurs architectures avec le *meme* compilateur (en l'occurance gcc/g++). C'est pourquoi je dis que Linux *est* la machine virtuelle

        Mais si le compilo est different, la quantite de travail grimpe exponentiellement avec la complexite du soft et le nombre d'architectures. (pendant longtemps les compilos C++ proprios de Sun, HP , IBM etait bien meilleurs que gcc/g++. Ce ne que tres recement que g++ n'est plus aussi mauvais)
        Donc en cas d'OS different, java se justifie.

        Mon propos etait qu'a partir du moment ou linux devient preponderant , on se trouve dans la situation que tu decris et alors java devient inutile.
        • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

          Posté par . Évalué à 0.

          correction : U-Foot dans un post ci-dessus a mieux repondu que moi . Je partage son point de vue.
        • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

          Posté par . Évalué à 8.

          Donc en cas d'OS different, java se justifie.
          Ok pour l'interfacage avec le noyau, pas pour le compilateur. gcc/g++ n'est pas une exclusivité Linux. J'arrive a faire fonctionner gcc/g++ sous HP-UX.

          Ton source C/C++ écrit pour être compilé avec gcc/g++ sera portable si il est "compatible" avec l'environnement GNU (glibc...) et si il existe un environnement GNU sur l'OS cible. L'environnement GNU se retrouve aussi bien sous Linux, HURD, d'autres OS libres et d'autres OS propriétaires.
        • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

          Posté par . Évalué à -1.

          heu puisqu'on est en plein dans une discussion philosophique sur java et puisque le titre du commentaire est "je ne sais pas pourquoi..." j'ai une question:

          je vient d'installer la jdk de sun et jext sur mon linux préféré
          Résultat: c'est lent j'ai jamais vu ça, pourtant ça marche super bien sur mon win2000

          ??

          Quelqu'un aurait une réponse flou svp?

          allez -1
    • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

      Posté par . Évalué à 3.

      les telephones portables UMTS auront une console virtuelle Java. Je pense que Java servira de + en + pour l'embarque (le nombre d'OS diff dans ce domaine est assez effrayant).
      • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

        Posté par . Évalué à 1.

        Moui, il ne faut pas non plus oublier que les performances sont critiques pour un système embarqué. Si la JVM divise la rapidité d'un programme par 10 ou par 100 par rapport à du code natif (dixit une présentation Sun d'il y a quelques années), ça fait réfléchir...
    • [^] # Re: je ne sais pas pourquoi...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il me semble que tu confonds Java et J2EE.
      J2EE est une plateforme de développement complète, une plateforme de
      développement web notamment. Un moteur de servlet, un container d'EJB et consors
      font partie de ce que l'on appelle un serveur d'applications. Et une serveur
      d'applications ce n'est qu'un serveur, il faut un OS en-dessous. Il se trouve
      que Linux avec ses capacités réseaux, le nombre impressionnant d'outils de
      développements, sa stabilité et son ouverture notamment, en font un allié de
      poids pour le serveur d'applications qu'il hébergera.
      En ce sens, Linux+J2EE me semble etre un excellent choix pour ce genre
      d'applications.
      Il n'y a qu'à voir le projet Jakarta chez la Fondation Apache pour comprendre ce
      qui se passe (en passant la section XML est tout bonnement impressionnante ->
      Cocoon roxor des ours de patagonie).
  • # Houla du calme...

    Posté par . Évalué à 3.

    Salut à vous,

    Je trouve que vous crachez trop facilement dans la soupe.

    Avec des news pareilles, je pense que nous venons [les pro-linux et open-source] de franchir une étapes essentielle dans l'adoption de GNU/Linux par les entreprises.

    En effet entre le fameux appel de Linus Torvald en 1991 pour la création d'un Unix libre et ouvert et cette news d'aujourd'hui où il est stipulé que "IBM a raison de miser fortement sur GNU/Linux comme plate-forme Unix universelle d'entreprise de demain", que de chemin parcouru. L'adhésion et l'acharnement des acteurs du libre n'a pas été vain, même si parfois il y a eu des positions extrêmes pour promouvoir les qualités des OS libres.

    Je suis persuadé que IBM, ORACLE ou SUN sont les vecteurs pour conquérir de manière définitive l'accès aux entreprises. L'aspect universalité de GNU/Linux est un élément non néglieable pour bon nombre de décisionnaiaires qui vont enfin avoir des systèmes pérènnes qui ne seront pas remis en cause tous es 2/3 ans.

    Le seul hic viendra de la formation des utilisateurs pour un tel système. Et là je crois qu'il va falloir mettre des bouchées doubles pour avoir enfin des admins responsables ou des utilisateurs (enfin) habitués aux OS multitaches.

    <Aparté vaut -1>
    Pour les futurs créateurs de boites "high tech" investissez dans la formation linux. Vous vous ferez des cou?lles en titane.
    </Aparté vaut -1>

    Bien le bonjour chez vous.
    • [^] # Re: Houla du calme...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Défendre une cause avec de mauvais arguments c'est lui nuire par la même-- <br>
      F. Nietzsche

      Linux ne devient pas meilleur parce que plus de personnes l'adopte d'une part (argument fallacieux pro numerus), et d'autre part, si il l'adopte pour de mauvaise raison (le prix) ils perdent l'avantage du logiciel libre (sa dynamique), et vont probablement se retrouver dans la même situation qu'avec un éditeur proprio (voir http://libroscope.org/article.php3?id_article=8.(...) Pour illustrer ce propos je prendrais le cas d'étude «virtuel» http://www.libroscope.org/doc/conf/lsm2002/slides-036.html">(...) Ils perdent lorsqu'ils adoptent un produit marketing parce que c'est hype, l'avantage de choisir leurs technologies en toutes connaissances comme le ferait un membre de la communauté.

      Mon point de vue est que le code/les licences sont une production marginale du logiciel libre, notre valeur principale réside à mon avis dans la communauté, sa culture et ses valeurs, et comme tu le souligne, avec autant de nouveaux venus réussiront nous à leur transmettre notre culture? Une formation de deux jours est elle suffisante pour mettre quelqu'un à Linux, à mon avis tu veux parler de conseil en organisation, car avec linux c'est tout le fonctionnement de l'entreprise qu'il faut revoir. Le service achat qui est habitué à regarder des plaquettes papiers et à regarder comment grouper les achats pour amortir au mieux le coût des licences, il disparaît quand linux s'impose par exemple.

      Notre culture ne risque-t-elle pas d'en pâtir, et est ce que tu rigoleras quand un DSI qui a installé son linux depuis 1/4 d'heure t'expliqueras que c'est bien parce que c'est gratuit, et que c'est génial parce que tu vas pouvoir reprendre le code dispo pour le mettre dans leur logiciel proprio?



      Et comme tu le suggère il y un hic.
      • [^] # Re: Houla du calme...

        Posté par . Évalué à 2.

        Salut jul,

        Je viens de votre site web, et je trouve que vous faites du bon travail quant à la promotion du libre.

        Cependant, je ne comprends pas tes craintes pour un risque d'appropriation du libre par les entreprises commerciales. Gnu/linux est devenu une alternative crédible, non parce-qu'il est gratuit, mais parce-qu'il propose des programmes fiables, équivalents sinon superieurs en fonctionnalité à ceux du propriétaire.

        Il m'est avis que ce courant de proposer des softs toujours plus sophistiqués vis à vis du propriétaire est un garant à la non appropriation du libre par une société "malhonnête". En effet, une boite voulant aller dans ce sens, se verrait aussitôt mis à l'index par les tenants du libre (cf: l'intégration du code TCP/IP BSD dans windows de Microsoft), d'où discrédit sur la dite société.

        Je suis surement naif, mais je ne crois pas qu'une société aussi importante soit elle puisse s'accaparer du concept gnu/linux à ce stade. Remarque si cela arrivait, un autre système comme le Gnu/Hurd serait aussi mis sous les feux de la rampe. Non faut pas s'inquiéter pour si peu, les gardiens du temples ne sont pas totalement aveuglés par les sirènes du "big money", enfin je l'espère :)
        • [^] # Logiciel libre != logiciel

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Ca va être dur de faire short.

          Alors je vais essayer de prendre un exemple. Sois une société moi.org qui au lieu de vendre du IIS, installe du apache et le tune au petits ognions pour des vendeurs de saucisse allergiques à l'informatique.

          La société voulait un serveur de page web, je lui ai donné ce que je voulais et en plus c'est mieux; c'est du logiciel libre. Et puis, je reviens quand ils ont besoin de moi (pour un samba, postfix). Et je ne fais que des installs, et des confs.

          Donc, on a une société qui sait peut être utiliser apache, mais qui ne connait rien de la communauté, et qui dépend de moi. Ils ont le logiciel mais pas la liberté.
          En plus, si je travaille comme la plupart des sociétés veulent que l'on travaille, je ne peux faire du transfert de compétence. Ces gens sont dépendants de moi. Et ils ont auront avec moi les même problèmes qu'avec un outil propriétaire : quand leur serveur flanchera (cf tuxfamily :) ils seront comme des poules devant une brosse à dent, car ils ne savent pas que si ils appartenaient à la communauté du libre, ils pourraient partager l'information et se débrouiller par eux même.
          • Si par exemple ils n'upgradent pas leur linux, ils me reprocheront de leur avoir fourni un produit pas fini.
          • Si je le fais, ils me traiteront de voleur et diront c'est comme du propriétaire : ils dépendent de moi.
          • Si je me tais, ils se feront cracker leur serveur tôt ou tard. Et ils diront que c'était défectueux.

          Le problème? On ne consomme pas du logiciel libre (il n'y a pas d'utilisateurs de logiciel libre en tant que tel). On y contribue soit par le code, soit en aidant les autres, soit en discutant.
          Sans impliquer un minimum les clients dans la communauté on ne vend que du logiciel et, parce que c'est la manière de faire depuis 30 ans, on le vend à la mode proprio, (on ne donne pas la liberté qui va avec).

          Technique propriétaire = restez assistés.
          Logiciel libre = vous pouvez joindre une communauté d'adulte.

          Ce n'est pas une question d'être gentil ou méchant, d'ailleurs les gens les plus dangereux que j'ai vu pour la communauté en entreprise en était de farouche défenseur. C'est souvent qu'une mauvaise décision part d'un mauvais diagnostic. Ici le diagnostic à faire est sur ce qui fait la valeur du logiciel libre.

          Certains disent le logiciel et les licences. Perso, je dis les hommes, les méthodes, et la culture.
          Bref, je ne crois pas à l'excellence technique du LL comme argument pour le promouvoir je pense qu'il a une valeur bien supérieur. Pour ceux qui veulent faire un max de thune, ce n'est pas le logiciel qu'il faut vendre, ni la formation, mais un "autre état d'esprit".
          <off topic>
          elle était fun ma conclusion sur mon avant-avant dernier commentaire (celui-ci inclus)
          je comprend pas pourquoi elle n'a pas été appréciée
          :) </off topic>
          • [^] # Re: Logiciel libre != logiciel

            Posté par . Évalué à 2.

            Une petite différence, Julien, c'est que la personne ne reste pas dépendant de toi (hormis de son propre chef), c'est que ce dernier peut très bien demandé à quelqu'un d'autre de reprendre le boulot.
            Sur le principe je comprends bien et ton argumentation est toujours implacable ;)
            • [^] # Re: Logiciel libre != logiciel

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Moi je sais qu'il pourrait demander à quelqu'un d'autre, mais lui, le sait-il? De plus, la reprise de l'existant est parfois délicate quand il n'y a pas de docs, n'est ce pas benji?
          • [^] # GNU/Linux, victime de son succès...

            Posté par . Évalué à 1.

            Re Jul,

            Ton argumentation aurait pu être valable il y a quelque temps. Mais aujourd'hui,faut savoir ce que nous voulons :

            - soit GNU/linux erste un système expérimental, nous permettant de nous faire la main avant de passer aux OS professsionnel dans le monde réel.

            - soit nous mettons tout en oeuvre pour le faire adopter par l'entreprise, en trouvant une adéquation entre les principe du libre et les règles d'une société commerciale.

            Tu estimes que vendre le GNU/linux sans l'esprit du libre ou des système ouvert correspond à dénaturer les concepts fondatrices de cette communauté. Dans ton analyse, je crois que tu oublies d'intégrer la dimension et les besoins d'une boite qui sont :

            - Rentabilité

            - Pérénité

            - Assistance

            La vocation de toute entreprise dans une économie de marché est de faire des bénéfices à partir d'un investissement de départ (Matériel et immatériel). Que l'investissement immatériel soit du propriétaire ou du libre, les entreprises n'en ont cure. Elles ont une fonction spécifique à remplir dans leur secteur d'activité, et de part cette spécialisation elle ne veulent surtout pas prendre une part active dans le mouvement du libre : A chacun sa fonction et sa spécificité, et "les vaches seront mieux gardées". Cela est illusoire de penser qu'il est possible de vendre l'esprit du libre à une boite n'ayant aucun rapport avec l'informatique.

            N'oublions pas que l'informatique dans son ensemble est avant tout un outil de production et rien de plus. Vouloir en faire une idéologie de fraternité compensant les manques d'une société civile malades est totalement utopique, dans le modèle actuel de nos sociétés marchandes.

            C'est dans ce sens que j'insiste sur l'aspect formation de personnes qui peuvent intégrer l'esprit dont tu parles.Le GNU/Linux est victime de son succès et que tu le veuilles ou non ce système doit s'adapter aux règles en place, avant tout changement notables. Et peut-être que nous reussirons à inculquer l'esprit du libre dans les sociétés commerciales.

            Amicalement.
            • [^] # Les communautés Logiciel Libre, victime de leur aveuglement

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Salut One J,

              J'estimes que le logiciel n'est pas la balle en argent ( qui permet de faire augmenter la productivité magicalement http://www-inst.eecs.berkeley.edu/~maratb/readings/NoSilverBullet.h(...))
              En effet avec la loi de Moore l'augmentation parallèle de la puissance des logiciels, nous n'avons toujours pas vu, au moins en informatique, une augmentation de la productivité.

              Ce qu'il manque à l'industrie ce ne sont pas de nouveaux outils (des logiciels), mais une nouvelle manière de les utiliser (un paradigme).

              La productivité a lieu du coté des travailleurs, or, dans une société de service actuelle ce qui fait la différence, c'est la créativité (http://www.sveiby.com/articles/KnowledgeStrategy.htm(...)) .

              Et aujourd'hui les actifs immatériels les plus couteux dans l'entreprise sont l'expériences et les personnes. (serveur puissant = 20 kEuros, 6 mois de salaire de sysadmin charge incluses = 35 kEuro par exemple). Les gains stratégiques ne sont plus à attendre dans des tâches répétitives que peuvent faire des logiciels, mais bien dans la gestion de l'information et de la créativité.

              Partager l'information != partager un fichier mais donner et propager le sens de l'info;

              Le logiciel libre qui inclut aussi les BSDistes au passage, a aussi des méthodes pour partager le savoir.

              Et s'adapter à l'entreprise commence par se poser la question de la valeur (qui peut devenir des $). Non pas ce dont l'on peut expérer un peu d'argent (le logiciel) mais les méthodes. Les métiers de services ont une valeur ajoutée bien supérieure aux métiers techniques.

              @micalement,

              PS
              - soit GNU/linux erste un système expérimental, nous permettant de nous faire la main avant de passer aux OS professsionnel dans le monde réel.

              - soit nous mettons tout en oeuvre pour le faire adopter par l'entreprise, en trouvant une adéquation entre les principe du libre et les règles d'une société commerciale.

              Argument fallacieux : tu réduis les possibilité en imposant deux alternatives exclusives. N'oublies pas : TIMTOWTDI.

              La vocation de toute entreprise dans une économie de marché est de faire des bénéfices à partir d'un investissement de départ (Matériel et immatériel). Que l'investissement immatériel soit du propriétaire ou du libre, les entreprises n'en ont cure.
              Une contrainte de l'entreprise est de faire des bénéfices. Je ne suis pas sûr que cela soit sa vocation. Ensuite, l'informatique qui n'était qu'un produit comme un autre a eu un impact non nul sur l'organisation des entreprises car il ne se gérait pas comme les autres fournitures, le logiciel libre est une fourniture encore plus spéciale. Elle engendrera elle aussi des changements dans les entreprise.

              Je ne vois pas en quoi je veux transformer le LL en idéologie: c'est un fait. Ce n'est pas parce que nous communiquons par des moyens immatériels identiques au courrier que nous ne fondons pas un système d'action concret. Le cyberespace qui ne serait pas dans le monde réel est lui une utopie. Je ne suis pas une émanation d'un pur esprit, il y a vraiment un homme de chair et de sang de ce coté du clavier.

              Les formations ont pour vocation de valider les aquis professionels, voire de les améliorer. Pas de permettre d'acquérir de nouvelles connaissances. (cf L900-1 code du travail notamment)
              • [^] # Re: Les communautés Logiciel Libre, victime de leur aveuglement

                Posté par . Évalué à 2.

                Jugement lapidaire qui n'engage que toi !

                Non plus serieusement, je veux simplement souligner le fait que les LL ont atteint aujourd'hui un niveau qui nous oblige à faire un choix, certe douloureux (sacrifice de l'esprit communautaire), mais nécessaire (adoption de linux par l'entreprise).

                Effectivement le "TIMTOWTDI" peut s'appliquer ici, pour définir des solutions satisfaisant le plus de monde [Acteurs du libre et Utilisateurs privés] mais dans ces alternatives (>2 :)) ne pas tenir compte des préoccupations financières d'une société marchande est assurément aller vers le précipice de l'oubli, car même si le Gnu/linux est un "le système d'exploitation du siècle" il n'est pas viable, parceque non rentable.

                Une contrainte de l'entreprise est de faire des bénéfices. Je ne suis pas sûr que cela soit sa vocation.
                Ah bon !? Keynes doit s'agiter dans sa tombe. Reviens à la réalité et regarde un peu autour de toi, les boites qui débauchent à tour de bras pour satisfaire leurs actionnaires.

                Je suis curieux de connaitre ta définition de l'entreprise commerciale. Si tu as un nouveau modele non basé sur l'autogestion des années 70, ben je suis preneur.

                La communauté du libre a reussi en dix ans à ebranler les assises d'un géant comme Microsoft, en démontrant que les mécanismes marketings de cette boite n'étaient pas forcement au service du client. Réussirons nous à entrer dans l'entreprise sans en respecter les règles ?
                • [^] # Re: Les communautés Logiciel Libre, victime de leur aveuglement

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  La nécessité est un mal, il existe aucune nécessité de vivre sous l'empire du mal
                  Epicure.

                  Salut ++;

                  Ce que j'aime bien dans le LL c'est que les gens sont créatifs. Soit nous le sommes et nous trouverons une autre alternative, soit nous faisons disparaître la communauté. Pour ma part, je pense qu'il y a des côtés un peu déplaisant dans la communication logiciel libre (manque de souplesse notamment), et je ne supporte pas sa façon de se sous-estimer.

                  Ensuite, le logiciel libre est viable, il suffit de faire comme IBM. Ils ne font pas d'argent sur le logiciel, ils font un maximum d'argent sur les services (pas de la programmation j'insiste) autour du logiciel, et c'est cela qui a sauvé IBM: le conseil en architecture, en organisation, en mise en place, en sécurité.... (lire une bio de Gestner)

                  Je t'apprendarais peut être que les entreprises sont fait d'hommes de chair et de sang et que cela donne d'autres théories comme celle de l'entreprise comme système d'action concret http://www.cnam.fr/depts/te/dso/lecture/crozier_fried.htm(...) (voir résumé chapître I)
                  L'entreprise dans cette vision (qui n'est ni moins bonne, ni meilleure que celle du marché) l'entreprise est aussi un lieu où s'exprime les luttes de pouvoirs. En poussant, les sociétés ne servent peut être qu'à des personnes à se faire plaisir à avoir du pouvoir (j'ai déjà vu des sociétés où tout le monde était cadre (et donc ayant une vocation à diriger d'autre personne !!!!)).

                  Une autre vision est : l’entreprise tend à remplir une fonction politique-là où un rôle seulement économique lui était dévolu jusqu’ici. (c'est le thême de la gouvernance de l'entreprise où les cabinets d'audit interviennent dans des problématiques politiques).

                  L'entreprise a beaucoup de vocations. Ne soyons pas réducteur en confondant contraintes et vocations.

                  Sinon je ne pense pas que linux ait ébranlé MS, je pense que MS c'est mis ses clients sur le dos tout seul. Ce ne sont pas les Communautés du Libre qui ont crées les nouvelles licences sous forme de location qui
                  insupportent les entreprises au plus haut point.
                  Ce n'est pas les CL qui ont sorti des produits aux interfaces graphiques honteuses http://www.iarchitect.com/shame.htm(...) (linux y vient pas de soucis).
                  Ce n'est les CL qui ont fermé les spécs des formats de fichiers...
                  Ce n'est pas les CL qui ont communiqué sur les faiblesses de MS mais ses clients.
                  Ils se coulent tout seul. Et les communautés devraient arrêter de vivre de l'ombre des Unix (GNU) de MS, de ORACLE, IBM ... et s'accepter comme un organisation informelle de fait avec une légitimité certaine qui a ses propres avantages. Pourquoi parler de ce que les autres font mal et jamais de ce que l'on fait?


                  Et respecter les règles de l'entreprise c'est lui proposer quelquechose qui a de la valeur et qui lui permet d'obtenir un avantage concurrentiel.
                  http://www.cnam.fr/depts/te/dso/lecture/porter.htm(...)

                  et cela ne peut se faire sans commencer par faire une analyse de la valeur. Ce qui est contre-intuitif pour la communauté car la vision des entreprises par certains zélateurs est assez caricaturale. Pour prendre de bonnes décisions, il vaut mieux faire un bon diagnostic, et pour cela il faut souvent se débarasser de ses préjugés et remettre en cause tout ce que l'on pense être rationnel, intuitif, normal

                  Bref, cela demande un certain travail, que Eric S Raymond a été le premier à faire.
                  • [^] # Re: Les communautés Logiciel Libre, victime de leur aveuglement

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Pour ma part, je pense qu'il y a des côtés un peu déplaisant dans la communication logiciel libre (manque de souplesse notamment), et je ne supporte pas sa façon de se sous-estimer.

                    Première nouvelle ! Depuis quand la Communauté du Libre communique. On code oui, on "reverse engeneering" oui, on colmate oui. Mais communiquer on sait pas faire, enfin pas encore. La pub TV d'IBM a juste permis de savoir qu'un joueur talentueux du nom de linux ne coute rien et qu'il adore le jeu. Mais nada sur les acteurs (petites fourmis du libre) ! Tu es sans savoir que la communication est une des lignes les plus couteuses dans un budget prévisionnelle.

                    Je te remercie pour le cours d'économie politique de Mr. Porter. Cependant on y recele quelques limites comme : "La modélisation de l'entreprise qui sous tend la démonstration est très mécaniste. Aussi, elle ne prend pas suffisamment en compte la dynamique des marchés, l'irrationnel de l'homme, et particulièrement l'influence que peuvent et doivent avoir les rapports de force dans la firme sur la stratégie adoptée.".

                    Autre point de désaccord.
                    Et les communautés devraient arrêter de vivre de l'ombre des Unix (GNU) de MS, de ORACLE, IBM ... et s'accepter comme un organisation informelle de fait avec une légitimité certaine qui a ses propres avantages. Pourquoi parler de ce que les autres font mal et jamais de ce que l'on fait?
                    Tu ne crois pas que c'est le contraire ? Les LL ont pratiqué la stratégie japonaises des années 50-60, on copie d'abord et ensuite on innove, pour devenir le modèle à copier. Depuis 3 ans, il n'est pas rare de considérer les LL comme un alternative serieuse pour standardiser les Unix propriétaires. Je ne comprends trop ta position sur cette communinauté qui vivrait à l'ombre des Unix (GNU)....Qu'est-ce que GNU vient faire dans cette litanie de sociétés propriétaires !? Soutiendrais tu que la communauté perd son ame à se lier avec le concept GNU ???

                    et pour cela il faut souvent se débarasser de ses préjugés et remettre en cause tout ce que l'on pense être rationnel, intuitif, normal
                    Là, j'avoue mon incompréhension totale. Mon seul souci est de faire adopter les LL par l'entreprise et qu'ils ne soient plus considérés comme une expérimentation pour étudiants attardés.

                    Qu'on le veuille ou non, nous devrons nous baser sur des sociétés ayant une influence certaine au sein des entreprises pour conquérir les sociétés marchandes, sinon point de salut. Maintenant si le but des LL est de rester en marge de l'entreprise et d'attendre que quelques "têtes brulées" l'impose à dose homéopathique, ben je crois que beaucoup d'entre nous seront mort de leur belle mort avant de voir l'avènement des LL dans les sociétés.

                    Amitiés.
      • [^] # Re: Houla du calme...

        Posté par . Évalué à -1.

        Julien, affreux va !! arrète de martyriser les trolleurs ici :)
        --
        allez hop zou -1 pour msg perso :)
        • [^] # Tu veux du troll ???

          Posté par . Évalué à -2.

          Ben voyons,si je suis la personne que tu vises par ton post, il vaut mieux argumenter avec moi, sinon on va se faire des tartines de troll bien graces, mon pote.

          Alors si tu trouves que je suis hors sujet dans mes posts oublie pas de le clamer ou te taire, plutôt que de faire le vil fayot :).
          • [^] # n'attisons pas les flammes.

            Posté par (page perso) . Évalué à -3.

            [ -1 msg perso ]
            Benji, t'avais pas imaginer
            1) qu'il s'appellerai julien lui aussi :P,
            2) que t'aurais à argumenter sur un troll
            Débrouilles toi bien l'affreux sinon tu perds to accréditation :P

            One J tu t'imaginais pas qu'il avait griller ta couverture :) il a beau être malin...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.