Sondage votre alimentation

Posté par  (site web personnel) . Licence CC By‑SA.
4
6
juil.
2024

Les membres de la communauté Linux francophone sont-ils soucieux de ce qu'ils ou elles mettent dans leur assiette ?

Après tout, si nous faisons attention à l'éthique des logiciels que nous utilisons, pourquoi serait-ce différent pour notre alimentation ?

Et vous ? Concernant ce sujet, êtes vous une personne plutôt indifférente, ou impliquée ? Croyante ou non ? Pratiquante ou non ?

  • je mange de tout :
    591
    (57.9 %)
  • je suis flexitarien :
    236
    (23.1 %)
  • je suis végétarien (ovo-lacto inclus) :
    71
    (7.0 %)
  • je suis pesco-végétarien :
    20
    (2.0 %)
  • je suis végan ou végétalien :
    25
    (2.4 %)
  • je mange ce que je trouve sans regarder :
    78
    (7.6 %)

Total : 1021 votes

La liste des options proposées est volontairement limitée : tout l’intérêt (ou son absence) de ce type de sondage réside dans le fait de forcer les participants à faire un choix. Les réponses multiples sont interdites pour les mêmes raisons. Il est donc inutile de se plaindre au sujet du faible nombre de réponses proposées ou de l’impossibilité de choisir plusieurs réponses. 76,78 % des personnes sondées estiment que ces sondages sont ineptes.
  • # caeliaques ?

    Posté par  . Évalué à 2 (+2/-2).

    Il manque le sans gluten !
    Notamment pour les personnes atteintes de la maladie caeliaque.

    • [^] # Re: caeliaques ?

      Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 0 (+1/-2).

      Non seulement ça, mais c'est un vrai régime écolo-santé. Cela part du principe que le blé, à l'origine/sauvage contient beaucoup moins de gluten. C'est la sélection de l'homme qui l'a privilégié pour son apport nutritif supérieur mais il serait moins sain. Dis autrement c'est le premier "sucre": Il apporte plus d'énergie mais moins d'oligo-élements et de fibres intéressantes.

      Sous licence Creative common. Lisez, copiez, modifiez faites en ce que vous voulez.

      • [^] # Re: caeliaques ?

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4 (+4/-2).

        Le gluten étant issu de protéines, j'ai du mal à te suivre dans ton histoire de sucre.

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: caeliaques ?

        Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

        il serait moins sain

        Assertion jamais validée scientifiquement.

        • [^] # Re: caeliaques ?

          Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à -1 (+0/-2).

          Alors là scientifiquement en matière d'alimentation bien peu de choses sont validé.
          Même manger des fruits et légumes est contesté. Et si les pesticides sont reconnus toxiques pour le microbiote dont le rôle est reconnu depuis peu comme essentielle, malgré tout manger biologique ne fait pas toujours l'unanimité. Et je ne parles pas du veganisme qui a pour principal "but" de réduire l'impact écologique.
          Il y a trop de lobbies partout pour avoir des avis clair scientifiques.

          Il y a des choses reconnus mais tu trouvera toujours des études scientifiques de lobbies pour remettre en cause les choses.

          Disons qu'il est reconnu que le pain blanc, s'il est plus agréable au goût, est moins bon pour la santé qu'un pain avec plus de fibres… dont les céréales anciennes. Il n'empêche que le pain blanc n'est pas toxique pour autant cela dépend de ce que tu manges à côté.

          Sous licence Creative common. Lisez, copiez, modifiez faites en ce que vous voulez.

          • [^] # Re: caeliaques ?

            Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 11 juillet 2024 à 12:01.

            je ne parles pas du veganisme qui a pour principal "but" de réduire l'impact écologique

            C'est un des buts possibles, mais je ne dirais pas que c'est le principal.

            Un des motivations les plus importantes (la plus importante ?) dans la cause est la cause animale.

            Cela dit, je ne sais pas dans quelle mesure ça impacte ta démonstration, j'ai du mal à comprendre comment cette remarque s'insère dans ta démonstration.

            Par ailleurs :

            malgré tout manger biologique ne fait pas toujours l'unanimité

            Dans le cadre de la santé : par qui, pour quelles raisons ? (ici je ne remets pas en cause, juste que ça m'intéresserait d'avoir plus de détails là dessus)

            Même manger des fruits et légumes est contesté

            Par qui, quelles raisons ? Je pensais que ça faisait consensus. Faut pas abuser du sucre et ne pas manger que des fruits et légumes, sinon ça se passe mal, mais après ?

            avec plus de fibres

            et moins de sucres rapides

            le pain blanc n'est pas toxique pour autant cela dépend de ce que tu manges à côté

            Oui, de la même manières que les bonbons et sucreries ne sont pas toxiques, mais ça ne dit pas grand chose.

            (évidemment, il y a un bon fossé entre un bonbon 100% sucré et du pain blanc, mais je ne sais pas ce que tu cherches à démontrer)

            • [^] # Re: caeliaques ?

              Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 2 (+1/-0).

              On va le dire autrement. Le pain blanc est issu d'un blé sélectionné pour son haut rendement, autrement dit, son poids de farine à l'hectare, pas ses qualité nutritives. Et pour obtenir de la farine blanche on retire le son… c'est nécessaire d'en retirer car sinon on aurait dû mal à le digérer mais on retire ainsi le peu de fibre et autre qu'il reste. Et parfois la farine est encore lavée et dans les moulins industriel elle chauffe ce qui détruit le peu de vitamine restant…

              Bref revenir aux anciennes céréales et au moulin ancestral qui chauffe moins, garder du son… c'est un régime ou chaque étape est scientifiquement meilleure pour la santé mais dont le tout n'est pas évalué. Autrement dit on sait que la nourriture "moderne" (et je ne parles pas de l'hyper-transformè qui est encore pire) est dégradée on ne sait pas dire à quel point c'est problématique. Bah oui, parceque peut-être qu'on peut compenser autrement ou qu'il y a d'autres avantages/inconvénients…

              Sous licence Creative common. Lisez, copiez, modifiez faites en ce que vous voulez.

      • [^] # Re: caeliaques ?

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

        Un peu comme manger des salades, courgettes, carottes, betteraves, sélectionnées par l’homme au cours des siècles plutôt que des herbes sauvages ramassées toutes fraîches ? :-)

        « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # Flexitarien vs "mange de tout"

    Posté par  . Évalué à 1 (+0/-0).

    Tout est dans le titre : peut-on m'expliquer la différence entre les 2 ? (je n'ai jamais réussi à avoir une définition claire…)

    • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 7 (+4/-0).

      Ma compréhension : omnivore mange de tout (sous entendu de façon générale, (quasi)toujours viande+accompagnement ou charcuterie), flexitarien mange de tout (mais réduit son alimentation carnée, donc mange souvent végétarien).
      On qualifie ainsi de flexitarien une personne qui a fortement réduit sa consommation de viande sans pour autant être devenu végétarien (Wikipedia)
      Parmi les critiques :

      • l'imprécision du terme (mais qui a l'avantage de permettre de mentionner une réduction de la portion alimentaire carnée)
      • la dissonance cognitive de vouloir être végétarien mais de manger de la viande. Ce qui supposerait un végétarionisme de combat, une volonté d'être végétarien "pur". On pourrait aussi ne pas aimer la viande ou ne pas avoir les moyens… par opposition aux motivations écologistes/climatiques ou éthiques/anti-élevage-abattage.
      • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5 (+4/-1).

        L'idée que j'en retiens est celle de suivre une préférence végétarienne lorsque c'est possible et facile d'en faire un repas convenable, et d'être « flex » sinon. Par « possible et facile » je sous-entends : être chez soit avec ses habitudes, être chez des veganes, ne pas être au cochon rôti familial, ne pas être à la brasserie où on te propose le choix entre steack-frite et andouillette ; sinon salade verte, etc.

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

        Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

        Manque la case "Autre"

        • [^] # Re: sondage alimentation

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1 (+1/-1).

          Il manque des dizaines de choix… il y a en fait dissonance entre la question qui tourne autour des aspects sanitaires et les réponses qui tournent surtout autour de la question animale… ça correspond à ce que je constate dans l'ensemble de la société… c'est peut-être à cause d'une partie d'entre-nous, militants anti-spécistes, d'avoir beaucoup mis en avant le côté santé du végétarisme, ça a invisibilisé les autres aspects d'une alimentation saine… et pourtant, un mauvais végétarisme peut être plutôt mauvais, voire très mauvais dans le pire des cas, comme une "compensation" excessive des prétendus "manques" en se bourrant de lait, ce qui est hélas hyper-fréquent :-(

      • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

        Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 5 (+4/-0).

        Pour prendre un exemple au hasard, moi perso, je ne mange de la viande que le dimanche et une fois en semaine je peux craquer. C'est une démarche dans le style décroissant.

        En fait on part du principe que la société capitalisme centrée sur la croissance et le pouvoir d'achat cherche à nous faire consommer toujours plus pour des bien-fait (Confort, santé…) mais que finalement, ce n'est peut-être pas si bon pour notre santé/stress.

        Autrement dis, plutôt que de renoncer à la voiture, on peut peut-être se contenter d'une voiture par famille. Ou au lieu d'en avoir 3, en garder que 2. On fait un petit effort sur le "luxe" pour au final gagner en économie et donc en stress.

        Pour revenir à la nourriture, être végan, peut au final être compliqué voire couteux car dès que l'on veut se faire plaisir, le steak végétal peut-être cher et il faut faire attention à continuer de prendre des protéines. Par contre en mangeant de la viande une fois par semaine, a priori on comble largement les apports en protéines, on se fait plaisir sans réellement se priver. Cela n'empêche pas de manger des oeufs le mardi, et un bout de jambon le jeudi par exemple. Et aller du fromage le lundi et un yaourt et du poisson le vendredi…

        Sous licence Creative common. Lisez, copiez, modifiez faites en ce que vous voulez.

        • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1 (+2/-2).

          Oui, c'est la meilleure définition du flexitarisme écrite ici. Mais…

          Pour revenir à la nourriture, être végan, peut au final être compliqué voire couteux car dès que l'on veut se faire plaisir, le steak végétal peut-être cher et il faut faire attention à

          On peut se faire plaisir autrement qu'avec un steak végétal ! Personnellement j'ai été bio-végétalien au Smic pendant cinq ans, et maintenant, j'ai toujours bien moins de problèmes financiers que des gens mieux payés que moi… mais qui bouffent n'importe quoi.

          continuer de prendre des protéines. Par contre en mangeant de la viande une fois par semaine,

          Il n'y a aucun risque de manquer de protéine, au contraire, on en consomme beaucoup trop !

          a priori on comble largement les apports en protéines, on se fait plaisir sans réellement se

          On peut se faire plaisir en étant végétalien, je te le garantis! Si tu savais le nombre de gourmands qui le sont…

          priver. Cela n'empêche pas de manger des oeufs le mardi, et un bout de jambon le jeudi par exemple. Et aller du fromage le lundi et un yaourt et du poisson le vendredi…

          Heu là c'est plus du flexitarisme, c'est du carnisme qui essaie juste de se donner bonne conscience

          • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

            Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 3 (+2/-0).

            C'est du carnisme qui essaie juste de se donner bonne conscience

            Ben ça dépends d'où on part. Par rapport a manger de la viande et du fromage à chaque repas et un yaourt chaque soir et un bol de lait le matin… ce qui était à peu près mon rythme jusque 25 ans.

            On peut se faire plaisir en étant végétalien

            Bien sûr mais bon cela ne se compare pas. Quand on a goûté ;)

            Il n'y a aucun risque de manquer de protéine, au contraire, on en consomme beaucoup trop !

            On en mange beaucoup de trop, c'est absolument certain mais en manquer n'est pas bon non plus. On en a besoin pour grandir et faire du muscle. Ce qui est vrai, c'est que sans protéines, on se porte bien pendant au moins un an et au-delà on ne meurt pas mais on peut avoir des problèmes.

            Sous licence Creative common. Lisez, copiez, modifiez faites en ce que vous voulez.

            • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

              Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 11 juillet 2024 à 12:34.

              Il n'y a aucun risque de manquer de protéine, au contraire, on en consomme beaucoup trop !

              On en mange beaucoup de trop, c'est absolument certain mais en manquer n'est pas bon non plus

              Globalement, la protéine, c'est un faux problème. Elle ne manque dans aucun régime varié, même végétalien. Il y a plein d'ingrédients à base de plantes riches en protéines. C'est même difficile d'en manquer, je suppose qu'il faut se limiter aux fruits et légumes ou un truc dans le genre, ou manger toujours la même chose non diversifiée qui fait que tu n'as pas tous les acides aminés qu'il faut. Il faut vraiment avoir un régime tout pété, faut presque faire des efforts conscient pour avoir des soucis avec les protéines. Ou avoir des gros troubles de l'assimilation mais là, ce n'est plus purement une question de régime alimentaire, on entre dans le domaine du médical.

              L'industrie de la viande nous a bien lavé le cerveau avec ces questions de protéines. "Mais et les protéines, comment tu fais ?" Ben… ça juste marche.

              Les gens ne savent pas ce que sont les protéines en fait, et répètent ce qu'ils entendent. Et comme on l'entend partout, bah ça fonctionne. Et comme ça rassure ("ah oui, si j'arrête la viande, je vais manquer de protéine, donc je ne peux pas arrêter la viande. Ouf."), c'est plutôt plaisant comme théorie, donc on ne se bouscule pas pour la vérifier.

              Il y avait pourtant des cibles plus efficaces : le fer (un peu moins bien assimilable en version végétale - mais bon, on s'en sort quand même et l'anémie, ça ne concerne pas que les végétariens en réalité), la B12 (absente dans un régime végétalien), quelques autres vitamines où il faut éventuellement faire un peu attention… en variant.

          • [^] # Re: Flexitarien vs "mange de tout"

            Posté par  . Évalué à 6 (+3/-0).

            Heu là c'est plus du flexitarisme, c'est du carnisme qui essaie juste de se donner bonne conscience

            Parce qu'il mange un yaourt, du jambon et du poisson une fois par semaine? Bah dis donc, c'est du flexitarisme qui a oublié de faire des étirements…

            Il n'y a aucun risque de manquer de protéine, au contraire, on en consomme beaucoup trop !

            Pas si tu es végétalien. C'est un peu bizarre ton raisonnement; si tu as une alimentation variée ton apport de protéines est en effet suffisant, mais dès que tu retires la viande, les œufs, et le poisson, tout de suite c'est plus compliqué, et il faut faire attention (ajouter des légumes avec beaucoup de protéines, etc). Donc la phrase exacte, ça devrait être "si tu manges de la viande, il n'y a aucun disque de manquer de protéines parce que tu en consommes trop, mais si tu ne manges pas de viande il faudra faire un peu attention parce que tu vas te rapprocher de la limite basse."

            Et si tu fais du sport ou une activité quotidienne physique qui demande un peu de force, la récupération et la prise de masse musculaire demande bien plus de protéines que ça (ça passe souvent par des compléments alimentaires pour ceux qui ne veulent pas manger du poulet à chaque repas).

            On peut se faire plaisir en étant végétalien, je te le garantis!

            Mais je suis sûr qu'avec une poupée gonflable aussi :-) Quand on dit que la viande c'est bon, on ne dit pas que les légumes c'est pas bon, c'est juste que spontanément, la plupart des gens préfèrent la viande (en général, ça n'est pas très dur de faire manger de la viande aux enfants, alors que les légumes verts, c'est moins spontané). C'est pareil chez tous les animaux omnivores (les cochons, les ours, les poules…), tu leurs balances des restes de repas et ils commencent toujours par la viande. Du coup, il y a forcément quelque chose d'artificiel dans le discours "moi je n'aime plus la viande". Évidemment, la puissance de l'esprit humain est telle qu'il est tout à fait possible de se conditionner pour arriver à avoir un comportement socialement acceptable sans trop de frustrations (payer ses impôts, se tenir à la monogamie, respecter les limitations de vitesse, utiliser des logiciels libres même quand ils sont un peu buggués, etc), mais évidemment, cet auto-conditionnement ne fonctionne pas forcément sur les autres!

  • # je mange de tout

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+0/-0). Dernière modification le 06 juillet 2024 à 15:21.

    Sauf :

    • des tomates (surtout celles qui sont aussi des moules comme eingousef) ;
    • de l'escargot, car on dirait un petit krygonite en moins laid.

    Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

    • [^] # Re: je mange de tout

      Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 5 (+2/-0).

      Ça ne viendrait à l'idée de personne saines d'esprit de manger des eingousef, même avec un filet d'huile d'olive, même avec des moules.

      « Tak ne veut pas quʼon pense à lui, il veut quʼon pense », Terry Pratchett, Déraillé.

    • [^] # Re: je mange de tout

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 4 (+3/-0).

      C'est dommage, j'ai récemment mangé des escargots pour la première fois (le cote limace baveuse me dégoutait un peu), ben en fait c'est bon ;)

      • [^] # Re: je mange de tout

        Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 2 (+1/-0).

        J'ai déjà fait des escargot, et j'avoue que les faire baver, c'est assez dégoutant (Et je ne suis pas spécialement sensible)… par contre, c'est vrai que c'est bon.

        Sous licence Creative common. Lisez, copiez, modifiez faites en ce que vous voulez.

        • [^] # Re: je mange de tout

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1 (+0/-0).

          Ah oui, je me suis seulement motivé à en commander au restaurant pour le moment ^
          Je ne suis pas encore au stade de les faire moi même !

        • [^] # Re: je mange de tout

          Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

          Moi je les achète en boite de conserve, déjà cuits, puis je les mets dans des coquilles avec du beurre et du bouillon.

    • [^] # Re: je mange de tout

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à -3 (+0/-4).

      Ceci met en lumière un point interressant: en réalité, personne ne mange de "tout". On mange ce que nos cultures, éducations… ont étiqueté comme étant mangeable(voire obligatoire pour être quelqu'un de "normal").

      Ainsi, dire aux végétaliens qu'ils se privent est vrai en théorie, mais faux en pratique: en réalité, ils ont une alimentation bien plus diversifiée que le carniste moyen.

      • [^] # Re: je mange de tout

        Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0).

        en réalité, personne ne mange de "tout". On mange ce que nos cultures, éducations… ont étiqueté comme étant mangeable

        Il n'y a pas des fois où tu te dis, en prenant une direction, que tu devrais éviter parce que tu vas rapidement sortir les rames et pagayer longtemps, longtemps à contre-courant?

        Il y a peut-être besoin d'expliciter les sous-entendus, mais quand les gens disent qu'ils mangent "de tout", ils ne veulent pas dire en fait qu'ils mangent "de tout". Ils ne mangent ni les cailloux, ni les crottes de chiens, ni les amanites phalloïdes. Quand on dit qu'on mange "de tout", on s'arrête aux aliments comestibles, nutritifs, et communs. Ça veut dire par exemple qu'on ne mange pas forcément:

        1) des trucs que culturellement on n'identifie pas comme comestible (parce que ça ne pousse pas en Europe, parce que quelque chose qui ressemble n'est pas comestible, etc)
        2) les trucs qui ne sont pas bons (trop amers, trop salés, trop piquants, trop fades)
        3) les trucs qui rendent malades ou qui provoquent le décès rapidement
        4) les trucs qui provoquent le dégôut (les vers de terre, les couilles d'agneaux)
        5) les trucs qui n'ont pas d'intérêt nutritif, ou qui nécessitent des efforts de récolte et de préparation disproportionnés (ça inclut les machins qu'on ne trouve pas en supermarché et qu'il faut aller chercher soi-même dans les bois)

        Donc si tu veux dire que certains végétaliens mangent des pétales de fleur rares, du tofu préparé selon une cette Tibétaine, ou des bourgeons de sapins des Alpes, oui, c'est certainement vrai, mais je ne pense pas que c'est de ça qu'on parle quand on diversifie son alimentation. Du point de vue nutritif, tu peux manger 40 variétés de légumes secs, ça reste des légumes secs, ils ont grosso-modo le même rôle dans ton alimentation. Et les condiments n'ont pas de valeur nutritive, c'est pour la diversité des goûts.

  • # Et les freegans alors ?

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

    Quand j'étais étudiant, c'était ma principale forme d'alimentation…

    • [^] # Re: Et les freegans alors ?

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 7 (+4/-0). Dernière modification le 06 juillet 2024 à 18:15.

      Wikipedia me laisse perplexe : Freeganisme mode d'alimentation végétarien consistant à ne consommer que ce qui est gratuit (…) principalement ce qui est gratuit et végan vegan ou végétarien ? Bon à priori vegan, donc sous catégorie des vegans (luttant contre le consumérisme en plus) ?

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Freeganisme

      Du coup y a des gratuivores, il y a aussi des librovores ? (De préférence ne mangeant pas de libristes)

      • [^] # Re: Et les freegans alors ?

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

        Marrant, ce n'était pas vraiment ma définition à l'époque. Pour moi, c'était surtout ne vivre que de produits récupérés (poubelles, conteneurs, les invendus après le marché et auprès des petits commerçants en fin de journée, glâner dans les champs, etc).

        • [^] # Re: Et les freegans alors ?

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 0 (+1/-2).

          En même temps, s'alimenter de cette façon en y incluant les produits animaux peut-être hyper-risqué… déjà pour que les végétaux, personne d'entre-nous(y compris les commerces) ne respecte strictement les règles d'hygiène et de conservation officielles…

        • [^] # Re: Et les freegans alors ?

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-1).

          C'est intéressant, on aurait un freeganisme moderne (= manger comme un clodo) en contradiction avec un freeganisme traditionnel (= manger comme un clodo, mais au Moyen âge).

          Question philosophique: est-ce que l'existence de gens qui semblent sincèrement motivés pour manger ce qu'ils trouvent dans les poubelles pour sauver la planète devrait soulager, ou au contraire augmenter, notre culpabilité de manger ce qu'on trouve bon?

          • [^] # Re: Et les freegans alors ?

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 15 juillet 2024 à 11:28.

            Eh beh, quelle perspective bourgeoise transparait dans ce questionnement (clodo, sauver le monde, culpabilité).

            Souvent, on fait des choix pour de multiples raisons, et non pas simplement une cause unique (sauver le monde). Il suffit d'ailleurs de lire mon premier commentaire pour devenir une raison à la récup de bouf : la pauvreté combinée à l'envie d'étudier (et donc de ne pas travailler 40h par semaine en parallèle des études, ce que j'ai fait également…).

            • [^] # Re: Et les freegans alors ?

              Posté par  . Évalué à 5 (+2/-0).

              Eh beh, quelle perspective bourgeoise

              Le mépris de classe inversé ne peut pas être une réponse valide à toute critique envers un mode de vie alternative, et surtout pas quand c'est de l'ironie.

              Si ça n'était pas clair, mon post se moquait (gentiment) de l'attitude très "bobo" de donner un nom cool (le "freeganisme") et une justification politique à quelque chose de totalement trivial (ne pas pouvoir s'acheter à manger) qui n'est dû qu'à la pauvreté. Je veux dire que je trouve parfaitement ridicule de trouver "hype" de se nourrir de ce qu'on trouve dans les poubelles, parce qu'il y a des gens qui doivent vraiment faire ça pour vivre, et que c'est juste débile, dégueu, et dangereux. Et en plus, ça ne passe pas du tout à l'échelle, parce que seule une toute petite partie de la population peut vivre de ça, donc c'est complètement absurde de penser qu'il serait bien d'encourager les gens à un tel mode de vie.

              Donc non, manger ce qu'on trouve dans les poubelles, ça n'est pas "cool", ça n'est pas un mode d'alimentation en "isme", c'est dangereux et c'est jouer à "vis ma vie de clodo". Glaner et cueillir des trucs dans les bois (ce que j'ai appelé "clodo du Moyen age"), c'est probablement moins dangereux, mais c'est aussi artificiel et très "bobo" (les expériences de retour à la nature, vu les efforts que nos ancêtre ont dû faire pour justement en sortir pour éviter de mourir de malnutrition à 25 ans…).

              En fait, tous ces modes d'alimentation qui ne peuvent pas passer à l'échelle (parce que la ressource est très limitée ou parce qu'elle repose sur l'existence d'une alimentation industrielle) sont assez nombrilistes et ne constituent pas un programme politique. Bien sûr, ça permet de se trouver une place dans une société qu'on n'aime pas, mais c'est par essence une place marginale, une sorte de mode de vie unique qui permet de se distinguer de "la masse". En gros, ça affiche un problème, mais ça n'apporte aucune solution.

              • [^] # Re: Et les freegans alors ?

                Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

                mon post se moquait (gentiment)

                Bof.

                une justification politique à quelque chose de totalement trivial (ne pas pouvoir s'acheter à manger) qui n'est dû qu'à la pauvreté.

                Ce n'est pas la seule justification au freeganisme, c'est aussi une pratique critique de nos sociétés consuméristes où tant est gâché.

                Je veux dire que je trouve parfaitement ridicule de trouver "hype" de se nourrir de ce qu'on trouve dans les poubelles, parce qu'il y a des gens qui doivent vraiment faire ça pour vivre, et que c'est juste débile, dégueu, et dangereux.

                Je ne sais pas dans quelle milieu c'est hype de faire ça, mais j'ai plus fait face au dégout qu'à autre chose (mis à part parmi les autres personnes qui pratiquaient la récup). «débile»: ben, non, la pauvreté ou la lutte contre le gaspillage ne sont pas des problématiques débiles. «Dangereux» : effectivement, il faut faire attention, et récupérer des produits laitiers, de la viande ou du poisson et autres produits similaires n'est pas recommendable.

                ça n'est pas un mode d'alimentation en "isme"

                J'imagine que ça dépend quel sens on associe à "isme", les usages du suffixe -isme me semblent assez variés pour que ça me semble acceptable.

                Et en plus, ça ne passe pas du tout à l'échelle

                Euh, oui et ? quel rapport ? on parle d'une pratique là, pas d'une solution à tous les problèmes du monde. Je n'ai jamais rencontré de gens qui faisaient de la récup (ou freegan en anglais) qui concevaient cela comme une solution à généraliser. C'est surtout une solution pratique pour lutter contre sa propre pauvreté, qui va souvent de pair avec un point de vue critique sur le consumérisme. D'ailleurs, quand j'étais moi-même très pauvre, j'ai eu l'occasion de montrer à pas mal d'autres pauvres où, quand et comment récupérer de la bouffe car eux n'imaginaient même pas la possibilité de faire de la récup. Maintenant, je ne fais plus trop de récup, car je n'en ai plus besoin, et je travaille trop pour avoir le temps de le faire.

                En gros, ça affiche un problème, mais ça n'apporte aucune solution.

                C'est une solution temporaire pour des personnes, et c'est déjà pas si mal :)

  • # Humour toujours

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10 (+15/-1).

    Végétarien :

    C'est un ancien mot amérindien qui signifie : "Mauvais chasseur"

    Voila, c'est juste le plaisir de dire une bêtise, qui m'a beaucoup fait rire.

  • # Végétarien contradictoire

    Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0). Dernière modification le 06 juillet 2024 à 21:58.

    Je suis ovo-lacto-végétarien, depuis environ 30 ans. Il faut savoir que ce n'est pas sans contradictions en ce qui concerne les laitages. Pour avoir du lait (de brebis, de chèvre, de vache), il faut le piquer aux petits des mères, souvent en tuant le petit et en le commercialisant pour sa viande. Souvent aussi en prolongeant au maximum la lactation par divers procédés plus ou moins naturels, et plutôt fatiguant pour l'animal.

    Donc : pour avoir du fromage, il faut de la viande. Ce n'est pas facile tous les jours.

    On peut étendre dans une certaine mesure à la nécessité d'avoir de la crotte animale pour enrichir les sols pour l'agriculture. Et donc indirectement les vegans ont quand même besoin des animaux (et donc du commerce de la viande) pour se nourrir.

    Toutefois, si ces problématiques imparfaites permettent d'améliorer la condition animale (humains compris) en recréant du lien entre humains et autres animaux, c'est déjà énorme.

    Aussi, je n'aime pas trop les trucs genre pseudo-viande qui cherchent à reproduire la texture et le goût du produit animal original.

    Fun fact : ça fait tellement longtemps que je n'ai pas mangé de viande qu'il m'arrive d'en manger un peu par erreur, sans arriver à savoir ce que c'est. Ma mémoire n'a plus le souvenir et ne sait plus reconnaître les viandes pas trop fortes en goût, comme du poulet.

    Quelques références bibliographiques que j'ai trouvées intéressantes au fil des années pour s'aider à réfléchir sur le sujet :

    • Vivre avec les animaux, de Jocelyne Porcher
    • Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer
    • Plutôt nourrir de Noémie Calais et Clément Osé
    • La cause des animaux de Florence Burgat
    • [^] # Re: Végétarien contradictoire

      Posté par  (Mastodon) . Évalué à 4 (+1/-0). Dernière modification le 06 juillet 2024 à 22:58.

      Ma mémoire n'a plus le souvenir et ne sait plus reconnaître les viandes pas trop fortes en goût, comme du poulet.

      C'est marrant que tu sortes ce sujet. Je connais pas mal de monde qui ne mange pas d'agneau, que personnellement j'adore, sous le motif que ce serait une viande au goût trop fort. Moi personnellement je ne comprends pas ce concept de force de goût des viandes. Les viandes ont des saveurs différentes mais pas plus ou moins fortes, ça me semble complètement étranger et falacieux ce concept Je comprends pour les piments, pour lesquels on a une échelle qui permet de mesurer/définir la force d'une piment. Mais pour la force du goût de la viande, quelle est l'échelle/mesure scientifique qui permet de la définir? N'est-ce pas juste une délire imaginaire collectif?

      • [^] # Re: Végétarien contradictoire

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2 (+2/-2).

        N'est-ce pas juste une délire imaginaire collectif?

        Peu probable je pense, même si l'aspect culturel joue probablement beaucoup (habitudes et apprentissage). J'ai souvent entendu dire que les médiévaux trouveraient notre nourriture et nos viandes très fades par exemple.

        Aussi, d'une bête à l'autre tu peux avoir de grosses variations (surtout dans le cas d'un jeune mâle), et d'un morceau à l'autre sur la même bête tu peux avoir de grosses variations. sans compter la préparation (andouillette vs rôti de porc).

        On pourrait imaginer un test de détectabilité : tu dilues de la viande à l'extrême dans un plat assez neutre au goût (pâtes, riz ou purée ?) et tu demande à tes convives de détecter ce qu'ils trouvent comme viande. En délimitant le seuil pour lequel la moitié des gens trouvent, tu auras un indice (culturellement biaisé) de la force ressentie.

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Végétarien contradictoire

        Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

        Oui, il y a sans doute une part d'habitude. Par exemple si tu n'as pas l'habitude de manger du cheval, du mouton ou du chien, ça peut être des goûts étranges, que tu peux associer au plaisir ou au dégoût, selon un prisme clairement culturel. Pour le chien ou le cochon d'Inde c'est assez évident en France. Pour les gibiers (sanglier, cerf) je n'ai jamais goûté mais beaucoup de gens parlent de viande assez corsée.

        Concernant les échelles, je ne sais pas… Celle des piments concerne le "piquant", pas le goût. Je vois un peu ça comme le vin, il y a des vins "légers" au goût et des vins "corsés" ou "denses". Mais je comprend bien que c'est sans doute subjectif et difficile à qualifier.

        Après, je pense que j'ai l'odorat très développé (plus que le goût), et l'odorat participe pas mal pendant un repas. Quand on fait cuire des lardons à la maison (le reste de ma famille n'est pas végétarienne, un jour elles vont me bouffer c'est sûr), c'est vraiment l'agression pour moi, alors que quand on fait cuire des piments, pas du tout :).

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+0/-0).

          Pistes https://fr.m.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9ophilie et https://fr.m.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9ophobie ?

          Il existe une contrainte paradoxale entre la « néophilie », obligation de consommer une alimentation variée (et donc se tourner vers des aliments nouveaux), et la « néophobie », contrainte culturelle de ne pouvoir manger que des aliments connus, identifiés et valorisés.

          Sinon j'ai déjà goûté pas mal de viandes différentes (les classiques les gibiers, les abats, les escargots/grenouilles/huîtres, mais aussi crustacés, poulpes, etc.) et je suis d'accord pour dire que le mouton a un goût plus "fort" (de même qu'un maroilles ou un roquefort par rapport à un fromage moins goutu/plus insipide). Autre élément relevant plus de l'acquis : je n'aimais pas trop l'agneau/le mouton étant enfant car on pouvait tomber sur une gousse d'ail, ou même les abords de l'endroit où était la gousse qui sont très parfumés aussi).

      • [^] # Re: Végétarien contradictoire

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+2/-0).

        J'imagine qu'en se passant de viande à long terme, on se désaccoutume du cinquième goût, l'umami.

        C'est le principal problème pour rendre acceptable un menu végétarien à des viandards : tout semble plat. Une excellente transition se trouve dans la cuisine indienne, très relevée et épicée. Sinon on peut mettre de la sauce de soja partout, mais ça lasse très vite.

        Intendant, donc méchant, mais libre !

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à -5 (+0/-6).

          Donc sur DLFP, il ne faut surtout pas parler de truc pas validés à 100% par 36 comités de lecture pour critiquer les lobbies pharmaceutiques, par contre, pour défendre le carnisme et renforcer le cliché d'une cuisine V insipide, pas de soucis, on peut sortir des concepts pas plus sérieux que l'homéopathie et autre. CQFD

          • [^] # Re: Végétarien contradictoire

            Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

            Il y a clairement une question de calibration concernant la sensibilité du goût. Pour faire un parallèle, si tu écoutes habituellement de la musique saturée très fort, de prime abord, tu risques de trouver ennuyeuse une pièce minimaliste de John Cage jouée à faible volume.

            Une petite entrée toute simple, histoire de :

            • Couper des tranches fines de radis noir
            • Presser un ou deux citrons jaunes
            • Couper des feuilles de coriandre
            • Faire mariner le tout au moins 15 minutes

            Variante : on peut mettre du jus de mandarine en plus pour adoucir le jus de citron

            • [^] # Re: Végétarien contradictoire

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1 (+1/-1). Dernière modification le 08 juillet 2024 à 11:58.

              Oui, écrit comme ça, ça me va, c'est même logique. En plus, pour le hifi-iste que je suis, l'exemple du son me parle tout particulièrement. Mais sortir l'argument de l'unami, ahem quoi…

              À la lecture, ta recette ne me fait pas très envie, mais j'ai certainement tort!

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

          L'umami c'est le goût qu'on a dans une foultitude de produits fermentés. En particulier le fromage en France. Pas grand chose à voir avec la viande.

          Et le glutamate de sodium, l'aliment responsable de l'umami, est littéralement un condiment à part entière, au même titre que le sel ou le sucre. Utilisé dans une foultitude de cuisines dans le monde. En France la majorité des restaurants chinois l'utilisent par exemple.

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 11 juillet 2024 à 12:42.

          J'imagine qu'en se passant de viande à long terme, on se désaccoutume du cinquième goût, l'umami.

          Nope. Une alimentation végétarienne est facilement riche en umami. Il y en a par exemple dans les chips, la sauce soja, la sauce tomate, l'ognon, le miso, les champignons. J'apprends aussi qu'il y en a aussi dans les petits pois, les fèves, le celeri.

          Et globalement les trucs fermentés.

      • [^] # Re: Végétarien contradictoire

        Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

        Souvent c'est parce que ces personnes confondent agneau et mouton.

    • [^] # Re: Végétarien contradictoire

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+2/-0).

      Si déjà on traite les animaux plus "humainement" ça résous les 90% du problème de la consommation de viande je pense, en tout cas de mon point de vue. Ce qui m'embête et me dégoûte avec la viande industrielle ce n'est pas manger des animaux, c'est le fait qu'on les élèvent très mal, dans des condition désastreuses, et qu'on ne fait pas cas, ni de leur souffrance ni de leur sensibilité. Et je mentirais si je disais que je connais l'origine de toute la viande que je mange.

      En réduisant cette consommation on résout les 10% restants.

      C'est le modèle de la ferme à l'ancienne pour moi, un endroit ou comme tu le dis on crée du lien entre humains et animaux. Certes, à la fin quelqu'un se fait manger, mais on fini tous mangé de toute façon. Enfin pas tous, il parait que certain se sont tellement gavé de nourriture industrielle et de médicaments que leur corps saturé en conservateurs n’intéresse plus les vers de terre ;)

      Après ça n’empêche pas de tester d'autres choses et de les intégrer à l'alimentation. Par exemple, j'aime bien le tofu, le tempe, le seitan, j'ai testé le koji récemment c'est chouette (c'est un aspergilus qui sert à faire entre autre le miso). Ça ajoutes des saveurs différentes.

      J'aime même les pseudo viandes façon beyond meat, mais plus pour le défi technique de me faire croire que j'avale du bœuf alors que ce sont des protéines de poix. Mais c'est cher.

      • [^] # Re: Végétarien contradictoire

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 0 (+0/-1).

        Si on traite les animaux non-humains de façon "correcte"(mais où met-on la limite?), leur consommation deviendra un luxe indécent et il faudra donc manger V 90% du temps.

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

          C'est le plan ;)

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0). Dernière modification le 09 juillet 2024 à 17:08.

          J'habite en Suisse où le prix de la viande c'est deux fois le prix de la viande en France, du coup j'ai réduit énormément !

          Les chiffres semblent confirmer que je ne suis pas le seul : 60kg par habitant par an en France contre 50kg en Suisse.

        • [^] # Re: Végétarien contradictoire

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à 1 (+0/-0).

          Ça dépend de ce qu'on appel indécent, et effectivement la question du curseur de correction mérite d'être posée.
          Mais c'est comme tout, on a rien sans rien. Si on veut mieux traiter les animaux et avoir des aliments de qualité, ça coûtera plus cher, ça me semble normal, si en plus on veut que les agriculteurs gagnent leur vie ça augmentera aussi le coût.

          Et comme toujours, si la possibilité existe, tendre vers l'autoproduction permet de profiter de ça à un coup moindre (les gens qui disposent d'un poulailler par exemple).

          Et dans tous les cas, oui réduire la consommation de viande.

    • [^] # Re: Végétarien contradictoire

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 7 (+5/-0).

      Pour avoir du lait (de brebis, de chèvre, de vache), il faut le piquer aux petits des mères, souvent en tuant le petit et en le commercialisant pour sa viande

      La sélection des bêtes fait que la production laitière d'une vache a fortement augmenté.
      C'est donc devenu beaucoup trop pour les besoins des petits. (on est en mode x2 a x4)

      Donc pas besoin de tuer pour ça.

      On tue les veaux car une ferme laitière n'a aucune utilité d'avoir 50 taureaux, (surtout qu'il y aurait des risques de consanguinité), et que la sélection dont ils sont issus fait que la production de viande sera pas ouf. Donc on les laisse grandir un peu et puis on les abat.
      Pour les femelles, c'est selon les besoins. (Toujours avec la pensée de la consanguinité, y a des contrôles ADN etc)

      Le prix du vente d'un veau d'une ferme laitière pour le mettre à l'engraissement est tellement ridicule (<150€) que si le vétérinaire est passé pour le vêlage, l'argent de la vente est là pour aider a payer le vétérinaire.

      • [^] # Re: Végétarien contradictoire

        Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

        La dernière fois que j'ai visité une étable (filière viande, pas de lait), le lait était tiré par des machines, et les veaux nourris au biberon avec du lait reconstitué. Ce n'était bien sûr pas une exploitation en bio. Une petite exploitation familiale, avec 80 à 100 vaches, et un taureau1. Les élevages avec "veau sous la mère" sont loin d'être une généralité.

        Mais oui, tu as raison que la zootechnie a pu optimiser les vaches pour qu'elle produisent un max de lait. Si la filière laitière pouvait se passer des veaux (voir des vaches) complètement, elle le ferait. Si la filière viande pouvait se passer des animaux complètement, elle le ferait aussi (cf la viande in-vitro par exemple).

        Ce que je voulais dire - et qui je crois reste encore largement vrai dans les petites exploitations - c'est que séparer la viande du laitage est loin d'être quelque chose de simple.


        1. La seule bête à avoir eu droit à un nom ! 

  • # Les gens ayant un rapport ambivalent avec la viande

    Posté par  (Mastodon) . Évalué à 1 (+2/-4).

    Comment on appelle les gens qui ont un rapport ambivalent avec la viande? Je ne sais pas si c'est un trait purement féminin mais toutes les femmes avec qui j'ai eu de longue relations avait ce genre de rapport avec la viande:

    • mangent de la viande
    • dégoût de la viande crue et difficulté à la manipuler sans écoeurement
    • ne peuvent pas voir la viande saignante et surcuit le boeuf (ce que j'appelle manger de la semelle)
    • ne mange pas de tartare du coup
    • ne touchent pas aux abâts, rognons, foie, cervelle, langue voire tartare.
    • si mangent de la viande plusieurs jours d'affiler doivent faire une pause parce que ne se sentent pas bien
    • mangent facilement de la charcuterie
    • mangent facilement des viandes qui ont été cuites longtemps et à feux doux: boeuf bourguignon, pot au feu, coq au vin, tacos al pastor/cochinita pibil/chilorio/carnitas de cerdo.

    Ma psychologie de comptoir a fait l'observation que toutes ces femmes sont des filles de la ville, dans le sens qu'elles ont toujours mangé de la viande en barquette de supermarché mais'ont jamais passé du temps dans la ferme de parents/grands-parents, n'ont jamais assisté à la mise à mort d'un animal ni à son dépeçage, déplumage, vidage sur la table de la cuisine avant de la manger. Elles n'auraient jamais passé par le stade du développement où tu acceptes (ou pas) d'être un prédateur et donc intègre l'idée que tu manges du cadavre fait d'organes, muscles et fluides corporels.

    Mais du coup je ne sais pas comment s'appellent ces gens qui consomment de la viande (généralement très cuite), mais avec la contradiction qu'ils ont pas mal de dégoûts sans réellement devenir végétariens ou végans.

  • # ATX

    Posté par  . Évalué à 10 (+15/-0). Dernière modification le 07 juillet 2024 à 18:49.

    juste après la prise 230V monophasé 50 Hz

  • # « #012 - Le Végan - Evidemment que ! » - gontran h

    Posté par  . Évalué à 2 (+0/-0).

    https://www.youtube.com/watch?v=NzvsUJiQVKA

    (c'est une vidéo courte, 17 secondes)

    (difficile de résister à partager le texte)

  • # Carnivore

    Posté par  . Évalué à 1 (+1/-1).

    Moi je mange de la viande à chaque repas depuis l'enfance et essentiellement de la viande rouge.

  • # Menteurs !

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+1/-0).

    Je suis sûr que les "je mange de tout" ne mangent pas d'insectes, alors que moi, oui ! (Principalement du criquet à la sauce soja.)
    Et puis, mangez vous du durian ? de la baleine ? du dauphin ? du balut ?

  • # Je suis végétarien non pratiquant...

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3 (+2/-0).

    …c'est à dire que j'aimerais l'être car c'est ce qu'il faut pour le bien-être des animaux et pour l'environnement, mais pas assez de motivation pour le devenir véritablement (puis il y a pas mal de légumes que je n'aime pas, donc ça limite assez vite mes options en terme de plats végétariens).

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.