Journal «As-if» informatique

Posté par  .
Étiquettes :
0
15
oct.
2006
Hop, premier journal depuis ma longue période à la moyenne de notes
négatives.

Je viens de lire un article assez intéressant:
http://dascritch.net/blog.php/2006/10/13/562-la-seconde-guer(...)

En gros, le monsieur développe un «as-if» historique concernant les
navigateurs internet, si netscape n'avait pas libéré ses sources. Mais je
reste assez perplexe.

Alors j'ai entrepris de rédiger une autre alternative.

Donc la faille de sécurité majeure a été découverte. En l'espace
de quelques heures, des bots compromettent des millions de machines. Des
listes de dizaines de millions de mots de passe sont volés, des documents
confidentiels sont publiés. Les banques isolent matériellement l'ensemble
de leurs systèmes pour éviter une crise économique majeure.

Une commission internationale d'urgence est réunie; des experts en
sécurité de chez Microsoft, Apple, IBM, HP, Cisco sont conviés au débat.
Devant la bonne tenue des système libres de type BSD/Linux face à la crise,
qui ont évité le pire par leur architecture, contrairement aux systèmes
microsoft qui ont été complètement anéantis, la commission invite
officiellement des développeurs du libre (Theo de Raadt le premier ;)).

Après quatre jours de débats enflammés, les experts des différents
gouvernements sont unanimes: les systèmes à code fermés ont favorisés
la dissimulation de nombreuses failles, limitant les possibilités d'audits.
Les représentants commerciaux sont furieux, mais ne peuvent
réfuter les arguments techniques mis en avant par l'ensemble de leurs
opposants.

Deux semaines après, un décret promulgué en urgence dans une vingtaine de
pays impose l'utilisation de programmes à code ouverts pour la totalité des
systèmes gouvernementaux et administratifs. Les sociétés reçoivent une
notification les encourageant à faire de mêmes, sous peine d'être désignées
responsable en cas d'événement similaire futur.

Bilan: le libre enterre le propriétaire.

On peut critiquer ça de mille manières, mais on peut faire de même avec le
texte d'origine. Le fait que la NSA utilise Linux (et ait publié SELinux)
est à mon avis un bon indicateur de la reconnaissance officieuse de la
supériorité du code ouvert sur le propriétaire dans les plus hautes sphères
du gouvernement. Le fait que la quasi totalité des systèmes réseaux utilise
OpenSSH, que des centaines de modèles de routeurs tournent sous Linux (la
Freebox la première, même si sont astuce légale lui évitant de publier ses
sources est très controversée), est un signe évident, du moins pour moi,
que Microsoft n'a strictement aucun avenir.

Je comparerais les systèmes propriétaires à d'imposants dinosaure, au
crépuscule du crétacé, dominant encore le monde, mais sur le point de
disparaitre au profit des petits mammifères (inutile de pointer du doigt
le côté bien plus humain de petits animaux à sang chaud sur d'immenses
reptiles au sang froid, la comparaison est bienvenue et pas tout a fait
accidentelle ;)).

Bref, on verra bien, mais je suis très confiant (et hop, troll du weekend,
j'ai installé openbsd et ça roxxorise sa maman ourse).
  • # les dinosaures avaient le sang chaud

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Il semble de plus en plus probable que les dinosaures avaient le sang chaud au crétacé

    Il y a un article très intéressant sur le sujet dans Pour La Science de ce mois ci.

    (oui, je sais ça n'a aucun intérêt par rapport au sujet du journal mais je trouve que c'est quand même important)
  • # que Microsoft n'a strictement aucun avenir. ?

    Posté par  . Évalué à 2.

    que Microsoft n'a strictement aucun avenir

    Tu rèves, MS est et restera là pendant une durée énorme qu'on le veuille ou non. À mon avis la seule manière pour cette entreprise de disparaitre serait d'être démentellée par la justice pour des raisons antitrust.
    • [^] # Re: que Microsoft n'a strictement aucun avenir. ?

      Posté par  . Évalué à 4.

      oui, là où l'auteur original a essayé d'être le plus objectif (bien qu'il y ait des petits trucs qui me gênent), ce "futur alternatif" est plus à l'écoute des sentiments de son auteur que respectant les lois des marcher, de la nature humaine et des enjeux.

      C'est pas demain que microsoft va mourir et vu l'état de leur caisse, ils ont largement le temps de changer de strategie...

      Le seul souhait qu'on puisse avoir, c'est qu'un jour Microsoft soit un acteur de l'informatique comme tout le monde et ceci pour le bien de tous...
    • [^] # Re: que Microsoft n'a strictement aucun avenir. ?

      Posté par  . Évalué à 7.

      Je serais infiniment moins catégorique que toi.

      Cette phrase, on aurait pu la reprendre pratiquement tel quelle en 1980:
      "Tu rèves, IBM est et restera là pendant une durée énorme qu'on le veuille ou non."

      À cette époque, IBM, c'était 80 à 90 % du marché, tant matériel que logiciel !

      Que reste-t-il maintenant, après quelques magnifiques bourdes ? Que restait-il, même en 1990 ? Certes, une entreprise encore importante, mais absolument plus en position de monopole.

      Après tout, ce n'est pas l'entreprise Microsoft qui me dérange. C'est plutôt sa position monopolistique. Sa prétention à vouloir faire la pluie et le beau temps en manière d'informatique. Microsoft, ramenée à 25-30 % du marché serait sans doute infiniment plus supportable et ferait sans aucun doute de bien meilleurs produits, concurrence oblige.
  • # Retour charriot

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    C'est dommage que tu ai forcé tout ces retours à la ligne, ça rend la lecture vraiment difficile.
    • [^] # Re: Retour charriot

      Posté par  . Évalué à 7.

      Ah, non! c'est plutot l'inverse.
      Plus la ligne est courte (dans la limite du raisonnable) plus c'est facile à lire ; on galère moins pour trouver la bonne ligne à lire quand on est arrivé à la fin d'une ligne.

      C'est pour çà que les journaux et autres livres utilisent des colonnes, que le format poche est facile à lire,...
      • [^] # Re: Retour charriot

        Posté par  . Évalué à 4.

        Ca vient de mon vim qui coupe à 74 si je me souviens bien, question de lisibilité.

        Sinon, bah oui, je ne vais pas dire que l'avenir que je décris ne me plairait pas, mais ça ne veut pas dire qu'il soit si utopique.

        Quand tu vois que le géant IBM (très bon exemple) a revendu sa division pc à Lenovo, ça laisse rêver...

        L'informatique est un milieu à évolution très rapide, et ça ne m'étonnerait absolument pas que Microsoft tombe suite à une crise majeure (du genre 90% des pcs windows hors-service suite à un vers destructeur style blaster puissance 100). Bien-sûr, il n'est aucunement question d'un disparition soudaine en 2 semaines, mais un affaissement progressif sur 5 ou 10 ans n'a rien d'improbable. J'ai déjà lu des articles bien plus optimistes (optimistes parce que ça me plairait bien de voir crosoft dégager de la scène informatique...)
        • [^] # Re: Retour charriot

          Posté par  . Évalué à 4.

          dans le même style, IBM a aussi vendu sa division Disques Durs à Hitachi, ça fait un petit peu peur.
      • [^] # Re: Retour charriot

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        oui mais là, tu parles du média "print". Là on est sur le web. Où le contenu devrait s'adapter au contenant. Tu trouve le texte trop large ? reduit ta fenêtre.

        Et ce qui est vachement bien avec le web, c'est que chacun peut adapter la largeur à sa guise... Mais seulement quand l'auteur fait attention quand il publie.

        M'enfin bon, là on pourrait dire aussi que c'est la faute au cms de linuxfr : il ne devrait pas mettre un br à chaque saut de ligne "physqiue", mais à chaque changement de paragraphe (double saut de ligne).
  • # Le rythme des saisons

    Posté par  . Évalué à 10.

    Belle fiction, merci pour cette version et chapeau pour l'instigateur original du journal.

    J'aimerais apporter un peu de mon analyse.

    Commençons tout d'abord par rappeler une chose. Qui sont les grands décideurs qui choisissent les systèmes informatiques aujourd'hui ? Ces personnes qui font les choix, qui ont finalement le dernier mot dans les boites ou les administrations quand les résultats des audits sont dépouillés, ce sont des gens qui ont connu et même plus ou moins vécu l'essor de l'informatique vérouillée, la saga IBM, la fierté perdu de Bull, le décollage progressif et inexorable de Microsoft. Le tout accompagné d'un certain romantisme et d'un accent de rêve américain, celui des sociétés qui se crées grâce à des génies dans un garage et qui se fondent sur la puissance de leur marque...

    J'en veux pour preuve, l'oeil pétillant des « anciens » quand ils parlent du premier Mac, avec ses 16ko de mémoire ou le développement - chez IBM - de DL1 pour le programme Apolo. Ceux-ci qui ont été dans les rues ou devant la télé de papa durant les événement de 68, ou pendant le rassemblement contre la guère du Vietnam au capitole. Ces personnes ont vue les systèmes collectivistes s'écrouler, les idées de nouvel air du partages faire au mieux des groupes de rock, au pire des juckies etc. Que reste-t-il ? Apple, IBM, Microsoft, ...

    On peut comprendre leurs doutes vis à vis des modèles économiques nouveaux, tout d'abord par ce qu'ils ont vue beaucoup de choses foirer, par ce que leur expérience leur dit d'éviter les risques et enfin par ce que les logiciels libres, c'est un truc de jeune, un truc incompréhensible, une idée à la mode, qui va faire son temps...

    Alors imaginez, quand la génération des étudiants d'aujourd'hui aura un peu plus les commandes, dans 10, ou 15 ans, là, les systèmes ouverts et surtout interopérables vont grandir. Les choses ne changent vraiment qu'au rythme des générations, pas au rythme de ce qu'on peut produire et de ce qu'on peut inventer.
    • [^] # Re: Le rythme des saisons

      Posté par  . Évalué à 5.

      Excellente analyse, je tiens là un nouvel élément à ajouter à ma collection "gardons espoir mes frères, le libre vaincra" :)

      Merci à toi. (aucune ironie, pour ceux qui auraient des doutes, je suis sincère).
    • [^] # Re: Le rythme des saisons

      Posté par  . Évalué à 2.

      Là tu tiens une idée que j'avais déjà remarqué et que je trouve assez inattendue :

      Le tout accompagné d'un certain romantisme et d'un accent de rêve américain,

      Là où on devrait s'inquieter des gros trust et monopoles bien voraces car on connait tous les risques que le consommateur final encourt , ce même consommateur final se prend plutot d'affection pour de telles entreprises.

      J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi : syndrome de stockholm ou rêve américain?

      J'ai un peu l'impression que pas mal de gens (surtout ceux qu'on croise dans les forums, vous savez les fervants defenseurs de Microsoft) acceptent des trucs qu'on reproche à ces sociétés car s'ils étaient à leur place (ils rêvent, là....) ils aimeraient pas qu'on leur reproche. Et ceci même si, pour ma part, çà me semble fondamentalement juste.

      Le premier truc qui me vient à l'esprit pour illustrer mes propos est le travail de la commission europenne vis à vis de la société Microsoft.
  • # Mouhahahaha

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    N'importe quoi.

    « Deux semaines après, un décret (...) impose l'utilisation de programmes à code ouverts (...) »

    Sasser il a touché combien de personnes ? Hum ? Et tiens... aucune réaction des administrations. Je cite Sasser, mais c'est de loin pas le seul. Internet Explorer, IIS, Windows & co ont tous eu leur lot de grosses vilaines failles dont certaines ne sont pas corrigées et pourtant ils sont encore utilisés.

    Tiens, une URL au pif :
    http://zescoop.com/news.php?id=1005
    (Selon les experts en sécurité informatiques, se sont des millions d'ordinateurs qui ont été infectés par...)

    Haypo
    • [^] # Re: Mouhahahaha

      Posté par  . Évalué à 2.

      Sasser n'a pas, que je sache, détruit de données, ni permis la publication du contenu de documents qui auraient du rester planqués (doh, ma joli table 'users' avec tous les passwd en md5 que-je-craque-en-deux-jours-sur-mon-cluster), ou plus fun, doh les jolis papiers classés «très secrets» balancés un peu partout. (perso j'aimerais bien que les specs de ati/nvidia se retrouvent sur le net :))

      Comme ton lien le dit très bien:
      «Inoffensif dans le sens où il n'efface pas les données»

      A l'époque, j'avais un windows en dual boot avec linux, et comme beaucoup de gens, j'ai choppé sasser. Bah j'ai pris un autre pc, suis allé cherché le patch sécurité, ai appliqué le-dit patch, et hop, plus de problème.

      Au final, aucune donnée perdue, aucun système compromis, toussa.

      La vraie faille, celle qui va réellement faire mal au cul, c'est celle qui va compromettre des millions de serveurs, faire perdre des dizaines de milliards de dollar, et faire pleurer tous les glands qui utilisent Windows. Et ce jour là, on verra la réaction des gouvernements (qui d'ailleurs n'ont pas besoin de ça pour faire fleurir du Firefox de partout parce que zut, c'est vrai que IE ça pue niveau sécurité).

      Je ne dis pas que ça arrivera, je maintiens que ça peut arriver du jour au lendemain, mais comme toujours, ce sera trop tard pour ceux qui n'auront pas réfléchis avant.

      (/me, 3 Gentoo + 1 Ubuntu + 1 OpenBSD = pas d'emmerdes)
      • [^] # Re: Mouhahahaha

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Oui, mais ça, c'est parce que Sasser était relativement gentil. Techniquement, il aurait été tout à fait possible de faire en sorte que Sasser flingue toutes les machines infectées, copie des fichiers sur Wikipedia, etc.

        Donc, des situations sécuritaires telles que celles citées dans le journal ont eu lieu, mais sans avoir les conséquences néfastes liées.

        Accessoirement, on parle de navigateurs là non ? Une faille critique dans un navigateur ne peut se répandre aussi rapidement, il faut commencer par aller sur des sites compromis pour se faire soi même infecter... (Bon, sauf, évidemment, si on considère qu'Outlook utilise le moteur d'IE pour afficher ses mails).
  • # netscape

    Posté par  . Évalué à 2.

    ce n'est pas le fond de l'article, mais apparemment le code de netscape n'a pas vraiment servi de base pour mozilla :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Netscape_Communications_Corpora(...)

    "However, the aging Communicator code proved difficult to work with and the decision was taken to scrap Netscape 5 and re-write the source code. The re-written source code was in the form of the Mozilla web browser, which, with a few additions, Netscape 6 was based on."

    mais c'est vrai qu'à l'origine la fondation mozilla a été financée par netscape quand même...

    Et puis s'il n'y avait pas eu netscape, cela serait links et dillo qui auraient konquis le web !

    Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: netscape

      Posté par  . Évalué à 4.

      Je suis du même avis que toi cependant, je pense que çà a servi à federer les efforts d'une communauté qui se serait cherché longtemps si le code de Netscape n'avais pas été libéré.

      En effet, de nombreuses personnes au bossé sur le code de Netscape avant de s'apercevoir qu'il été non maintenable et de décidé d'un commun accord de tout redevelopper depuis le début. Mais la doc et le savoir faire était là, réuni dans la communauté qui venait d'être catalysée.
  • # Les cheveux...

    Posté par  . Évalué à 2.

    ... qu'on coupe joyeusement en quatre :

    "As if" veut dire "comme si", ça me paraît donc assez peu approprié comme description.

    L'expression qui lance des hypothèses en l'air, celle qui est à l'origine de toute bonne SF qui se respecte, ça serait plutôt "what if... ?".

    Enfain, ça, c'est si on tient absolument à s'exprimer en rosbif in the text. Une fort belle langue, ceci dit, mais à manier avec un minimum de précautions quand même. Sans quoi il vaut mieux s'en tenir sagement au "if / then / else"... :-)
    • [^] # Re: Les cheveux...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

      toc toc...

      - Yes?

      - C'est ici les cours d'anglais pas cher?

      Ouverture de porte...

      - if, if, between
    • [^] # Re: Les cheveux...

      Posté par  . Évalué à -4.

      Oui, c'est super, j'ai fais une erreur, c'est pas bien, toussa, mais:

      - Tu n'apportes rien au débat;
      - Cela ne m'empêche aucunement de lire Hamilton dans le texte:

      Donc certes, j'ai tort, je retient le what if, mais osef.

      Et puis au passage, je fais peut-être une erreur d'anglais, mais je sais écrire «enfin» (et non enfain).
    • [^] # Re: Les cheveux...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Quitte à couper les cheveux en quatre, en général, et en Français, il s'agit d'uchronie (http://fr.wikipedia.org/wiki/Uchronie )

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.