• # L'infra c'est la vie

    Posté par  . Évalué à 10.

    Non mais pour avoir un peu (et pas énormément en plus) voyagé en Europe dans quelques villes vélo (Copenhague, Hambourg), tu vois vite que notre infrastructure n'est pas du tout adaptée au vélo.

    Je fais pas mal de vélo-taff, faut reconaître que c'est dangereux au quotidien. Quand on me dit "ah ouais le vélo j'aimerais bien essayer pour aller au taff, comment je m'y prends ?" je commence par regarder quel itinéraire serait possible sans trop de danger, et régulièrement je réponds "non, laisse tomber", notamment pour ceux qui habitent en périphérie et qui doivent se faire 5km de nationale pour rejoindre la ville (et ses qques pistes cyclables).

    Autres conseils au passage : ne pas hésiter à rallonger le trajet pour être plus en sécurité, et chercher à faire uniquement des "tourne à droite" sur les carrefours les plus dangereux.

    En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

    • [^] # Re: L'infra c'est la vie

      Posté par  . Évalué à 10.

      C'est ça en fait, sur mes 30km de vélotaf, j'ai même pas 3km de vraiment problématique. Un bout de départementale, ou les gens roulent vite, avec des bus et où je suis vraiment pas tranquille. Mais je n'ai pas le choix. Le reste, j'arrive à le gérer, une partie de nationale un peu chiante a traversé, je me méfie aussi beaucoup des zones résidentielle. ça parait tranquille, mais y a beaucoup de priorité a droite, de sortie de parking, garages et les gens sont souvent distrait et en sur-confiance vu que c'est leur quartier.

      Un itinéraire vélotaf, ça se travaille, faut pas hésiter a explorer un peu autour des parcours proposé par les algos des applis. Il y a aussi une bonne part d'expérience a acquérir pour améliorer sa sécurité. Par exemple, sur ma partie de départementale à problème, j'ai une stratégie d'éviter de trop serrer à droite, voire même de rouler au milieu de la voie de droite quand un véhicule arrive en face pour dissuader tout tentative de dépassement par les automobiliste roulant sur ma voie et les contraindre aussi à ralentir.

      Pour les infra, c'est évident qu'avec de meilleures infra on serait en sécurité. Mais il y a un problème d’œuf et de poule. Si personne ne fait de vélo, on ne développe pas d'infra adaptées, et personne ne fait de vélo parce qu'il n"y pas les infra pour rouler en sécurité …

      Donc, bon ouais, perso, je n'ai pas vraiment la trouille sur la route, ou du moins, elle m’empêche pas de rouler. j'ai fait beaucoup de moto, et je suis habitué au danger. Alors, je prend sur moi. Un jour il feront peut-être une piste cyclable sur le bout de route qui m’emmerde. Ou alors je finirais écrabouillé et il y aura peut-être un bouquet de fleurs là où j'aurais eu le malheur de tenter de ralentir un automobiliste.

      J'ai souvent une pensée pour zezinho d'ailleurs. Limite a m'en vouloir d'avoir partagé mon enthousiasme pour les voyages à vélo avec lui ici-même peu de temps avant qu'il soit fauché avec son fils sur une départementale justement.

      Donc ouais, aujourd'hui, je n’hésite plus a le dire malheureusement, le vélo sur la route c'est dangereux, et c'est surtout a cause du comportement de certains usagers. Beaucoup d'usagers ont une conduite raisonnable et apaisée, mais il suffit de quelque inconscients pour rendre la route vraiment dangereuse, et d'ailleurs, tout autant pour les cyclistes que pour les autres usagers.

      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Re: L'infra c'est la vie

        Posté par  . Évalué à 4.

        Mais il y a un problème d’œuf et de poule. Si personne ne fait de vélo, on ne développe pas d'infra adaptées, et personne ne fait de vélo parce qu'il n"y pas les infra pour rouler en sécurité…

        Et c'est d'autant plus malheureux que le nombre de cyclistes sur les routes semble directement correlé à leur sécurité, même sans adapter les infrastructures : dans les endroits où il y a plus de cyclistes, il y a moins d'accidents !

        • [^] # Re: L'infra c'est la vie

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

          pendant 14 ans je suis allé au travail en vélo, jusqu'au jour où je me suis retrouvé aux urgences percuté par une voiture qui m'a grillé la priorité, je suis passé à 2 doigts de l'accident fatal, depuis j'ai repris la voiture et le vélo prend la poussière dans le garage et je déconseille à mes proches le vélo, je n'ai jamais réussi à surmonter le traumatisme

          https://www.funix.org mettez un manchot dans votre PC

          • [^] # Re: L'infra c'est la vie

            Posté par  . Évalué à 5.

            ouach

            j'ai jamais eu un tel témoignagne mais à la fois c'est triste, et à la fois je n'ai pas de mal à le comprendre :(

            En théorie, la théorie et la pratique c'est pareil. En pratique c'est pas vrai.

  • # Ca laisse songeur

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7. Dernière modification le 19/07/21 à 09:51.

    Merci pour le partage.

    En tant que piéton qui vit dans une petite rue blindée de voitures et autres engins motorisés, et qui vit dans une ville (Paris) qui, à de rares exceptions, est encore entièrement dévouée à la circulation motorisée, ça me laisse songeur de voir comment une rue où la bagnole est détrônée pour être juste tolérée devient presque d’un coup un espace où on peut circuler sans redouter de se faire écrabouiller à chaque croisement, et même un endroit où y a un peu de place… pour vivre et respirer. Non mais, je vous le demande, où va le monde ma bonne dame !? Manquerait plus que les enfants se remettent à jouer au ballon dans la rue…

    Je n’ai jamais possédé de voiture (peur de blesser quelqu’un, avec ce trop gros tas de métal et de plastique qui roule trop vite), et ma moitié à vendue la sienne il y a presque 20 ans de ça quand on a décidé de faire ce qu’on pouvait, à notre niveau, pour moins polluer (on a aussi cessé de prendre l’avion, notez). En tant que citadins, on s’en passe bien de la bagnole en ville. Quand on a vraiment besoin d’un truc motorisé, ben, on le loue. Le reste du temps, c’est à pied, en transports en commun ou en taxi. Et au final, ça nous revient même moins cher que de garder une voiture.

    Y a pas de vélo dans ma liste de bobo-écolo-parigot-tête-de-vô du dimanche ? Non, y a plus de vélo.

    J’aimais bien faire du vélo, jusqu’au jour où j’ai vu une petite dame en vélo se faire rouler dessus… Comme ça, parce que « pas vu qu’elle était là ». Dans la semaine qui a suivi, j’ai liquidé mon vélo en me jurant de ne plus jamais en faire en ville aussi longtemps que les personnes qui conduisent des engins à moteurs n’auront pas pigé que entre de l’acier et de la bidoche y a une très légère différence de capacité à absorber les chocs et que, non, c’est pas à ces « connards » de cyclistes (et de piétons) de faire attention aux voitures.

    Tiens, ça me fait penser à cette vieille campagne publicitaire (made in USA, en anglais donc) pour éduquer les enfants aux dangers de traverser la rue parce que, je résume mais à peine, « une voiture ça roule vite et les enfants sont souvent assez difficile à voir parce qu’ils sont trop petits et donc, même s’il n’a pas envie de faire du mal, un conducteur peut vous percuter parce qu’il n’aura pas eut le temps de freiner… C'est la faute à pas de chance. Donc, vous que vous fassiez attention, les enfants! »> C'est sur Youtube: Stop, Look and Think.

    Cette vidéo est pas mal instructive dans son genre, on montre même aux enfants pourquoi c’est pas une bonne idée de courir en traversant la rue. Mais dans cette vidéo il n’y a pas un seul mot de suggéré sur le fait que si, oui c'est vrai, les enfants ne sont pas visibles facilement et si, oui c'est vrai aussi, ils sont distraits et si, oui on a pigé, la voiture a besoin de XX mètres pour s’arrêter quand le gentil conducteur ou la gentille conductrice appuie sur la pédale des freins, ben, la solution ce n’est pas d’exiger des enfants de se comporter en adultes responsables et attentifs mais, peut-être, de demander aux vrais adultes dans cette histoire, ceux qui sont assis derrière le volant, d’être… des adultes, justement. Par exemple, en réduisant encore un peu leur vitesse ?

    Bref ;)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.