Journal "Libre, chiche !" un communiqué du Synpell et de Minga

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
8
28
nov.
2016

Communiqué commun du Syndicat Professionnel des Éditeurs de Logiciels Libres et de l'association Minga sur l'urgence d'organiser les professionnels du libre en syndicat professionnel :

Même si nous ne sommes pas tous des informaticiens, mais des usagers des technologies numériques pas toujours bien cohérents entre les idées que nous défendons et les moyens technologiques que nous utilisons, nous partageons la conviction de Richard Stallman (initiateur du mouvement des logiciels libres) quand il rappelle que toutes les libertés sont interdépendantes, y compris la liberté informatique.

Comme la communauté des logiciels libres, nous prenons très au sérieux cette exigence de liberté, d’intégrité professionnelle, et nous en assumons les risques.

Face à la montée en puissance d’un modèle économique et politique anti-démocratique (ex: État d'urgence vs État de droit, collusions médias/grands groupes, concentration des données et des contenus sur la toile et dans l'économie, etc.) qui a l’ambition de gouverner nos choix (en terme de services mais aussi d’objets manufacturés, par des algorithmes), nous souhaitons échanger entre libristes pour partager nos problématiques pratiques dans l'optique que chacun et tous montent en compétences.

Ambitieusement démocrates, par la diversité de nos métiers, nous aspirons à être mieux armés, plus audacieux et davantage en lien entre éditeurs de logiciels libres pour assurer ensemble une meilleure maîtrise de nos métiers respectifs.

Rencontrons-nous !

Minga & le Synpell (Syndicat Professionnel des Éditeurs de Logiciels Libres)

  • # pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

    Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 28/11/16 à 09:42.

    politique anti-démocratique (…) a l’ambition de gouverner nos choix

    Populisme détecté, à coup de phrases générique passe-partout.

    nous souhaitons échanger entre libristes pour partager nos problématiques pratiques dans l'optique que chacun et tous montent en compétences.

    Pas compris : le libre est neutre politiquement, la il semble que seuls une partie des libristes est acceptée (par exemple les libristes pro état d'urgence, les libristes pro concentration des données etc), vous voulez représenter les libristes ou certains libristes?

    nous partageons la conviction de Richard Stallman (initiateur du mouvement des logiciels libres)

    RMS est initiateur surtout du copyleft, mais il y avait aussi ESR avec l'OSI, et d'autres anti-RMS acteurs du libre. Pour le libre de RMS, on attend toujours Hurd, la personne développement le plus gros logiciel libre (genre un noyau) est anti-RMS (pour "deuxième", il me semble qu'Apache est bien utilisé, licence pas de chez RMS).
    Faudrait se décider : vous êtes libristes ou RMSiste?

    Après je lis sur le site de Synpell :

    L'écriture d'une convention collective

    C'est bon, j'ai déjà celle de Syntec, pas besoin du n-ième autre convention compliquée à comprendre et qu'on va subir (à part si c'est pour qu'elle soit vide, ça éviterai alors un peu de paperasse à se taper, mais l'idée ne semble pas la).

    La réalisation d'une "boîte à outils" en direction de la profession (et de ses membres en particulier) en vue de leur déprécarisation et de leur inscription au régime général de protection sociale

    Pas compris : soit on est salarié (régime général avec chômage), soit indé (sans chômage et la on choisi SAS si on veut le régime général, ou EURL si on veut payer moins et on a le régime RSI, bref on a le choix, chacun décide, c'est horrible la liberté de décider?), rien à voir avec le libre (c'est un choix technique quand on créé la boite, pour tous).

    Le fonctionnement d'un organe "juridique" ayant pour mission de travailler sur :
    Les licences de publication (veille, conseil, défense des dépositaires)

    Pas compris : questions licences, on a choose a license ou Creative Commons, et c'est déjà réglé.

    La gestion des ressources humaines (conseils sur les salaires, droits, devoirs, convention collective…) et la sécurisation sociale

    Rien à voir avec le libre

    les objets sociaux sont compatibles avec le sien (…) artistes produisant en copyleft

    parce que les artistes sous copyfree (donc libre) ça pue?
    Vous excluez explicitement Pepper et Carrot, sympa…

    Les seuls adhérents possibles du Syndicat sont des personnes morales (Sociétés, Associations, etc.)

    Tiens, un ségrégation (bon on a le droit à une dérogation, mais au bon vouloir d'une A.G.), les E.I ou auto-entrepreneurs par exemple dehors?

    Nous sommes donc solidaires et engagés dans les luttes menées actuellement par les syndicats et différents mouvements sociaux contre la loi réformant le code du travail. Nous soutenons leurs revendications, participons à leur lutte et appelons au retrait de cette loi.

    Et moi c'est le contraire (surtout que le reste de la lecture semble soutenir la violence utilisée contre le projet), mais en fait on s'en fout : ça n'a rien à voir avec le libre.


    Je ne connaissais pas (alors que je fais plus de la moitié de mon C.A. en libre), mais j'ai l'impression que ça n'a pas grand chose à voir avec le libre : je me trompe ou est-ce "libriste à condition d'être pro-copyleft et anti-loi travail" (soit une partie du libre, et non pas le libre)?
    En tous cas, vous êtes forts pour opposer plus que rassembler, y compris les libristes, vous avez un bon condensé de tous les trolls possibles sur le libre (bon, manque peut-être systemd et l' "anti-capitalisme anti-neolibéral" de manière plus explicite).
    Peut-être que j'ai mal compris et vous êtes pour le libre (quelque soit le type de libre, quelques soit les idées des gens en dehors du libre), mais dans ce cas il va falloir sérieusement revoir votre communication.

    En attendant : sans moi alors que je me considère acteur du libre (et même le contraire) : libre, oui à fond, mais pas contre tout (et surtout pas contre des libristes qui choisissent le copyfree, par exemple).

    • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

      Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 28/11/16 à 10:18.

      Et toi tu rassembles quoi, qui ? Et tu portes comment tes intérêts professionnels dans la société, autrement qu'en mode far-west avec tes flingues ?

      Ici le but c'est justement de ne pas tomber dans une caricature de Le Bon, La Brute et Le Truand… mais bien de faire ensemble. A priori, "ensemble" / "organisation" n'est pas un terme commun professionnellement dans le libre, du moins quand je lis ça. C'est justement l'intention originelle de se constituer en Syndicat Professionnel.

      J'en profite juste pour m'amuser un peu:

      La gestion des ressources humaines (conseils sur les salaires, droits, devoirs, convention collective…) et la sécurisation sociale

      Rien à voir avec le libre

      Certainement, et ce n'était pas le but… Il s'agit là d'une question professionnelle, et rien que cela.

      politique anti-démocratique (…) a l’ambition de gouverner nos choix

      populisme détecté, à coup de phrases générique passe-partout.

      Par ce que pour toi, assigner des gens à résidence c'est juste une phrase générique ?
      Par ce que pour toi, filtrer et mettre en avant un certain type d'information, ou du moins faire confiance à des algorithmes déterministes, c'est un concept générique ?
      Allez, on est des libristes non, on ne nous la fait pas ;c)

      nous souhaitons échanger entre libristes pour partager nos problématiques pratiques dans l'optique que chacun et tous montent en compétences.

      Pas compris : le libre est neutre politiquement, la il semble que seuls une partie des libristes est acceptée (par exemple les libristes pro état d'urgence, les libristes pro concentration des données etc), vous voulez représenter les libristes ou certains libristes?

      Ce n'est pas pk le libre est neutre politiquement (au sens des partis politiques) qu'il est neutre au niveau de la société… Et ce n'est pas parce que bcp d'espaces autour du libre refusent de parler politique qu'il convient de s'aligner… Nous sommes libres quand même, non ?

      Bref, ça n'élève vraiment pas le débat sur le bouchot LinuxFR…

    • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

      Posté par . Évalué à 10.

      RMS est initiateur surtout du copyleft, mais il y avait aussi ESR avec l'OSI, et d'autres anti-RMS acteurs du libre.

      rms a fondé le mouvement du logiciel libre en définissant les quatre libertés en 1983. esr a fondé le mouvement de l'OpenSource en 1991. Et les autres hackers qui ont fait du libre avant 1983 n'ont pas théorisé les quatre libertés comme rms l'a fait. rms est bien l'initiateur du mouvement du logiciel libre.

      splash!

    • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Faudrait se décider : vous êtes libristes ou RMSiste?

      Tiens j'en avais oublié celle-là…
      Nous sommes agnostiques. ;c)

    • [^] # Re: pro-libre ou pro-copyleft? Et autres trucs pas très libristes.

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Le fonctionnement d'un organe "juridique" ayant pour mission de travailler sur les licences de publication (veille, conseil, défense des dépositaires)

      Pas compris : questions licences, on a choose a license ou Creative Commons, et c'est déjà réglé.

      Pas si tu choisis la GPL: là, les problèmes pour juste lire et comprendre la licence commencent! ;)

  • # intéressant

    Posté par . Évalué à 3.

    Bonjour,

    Je ne suis pas un pro droit du travail et tout ça, pouvons-nous en savoir plus sur le cheminement qui a amené à cette démarche ?

    Pourquoi ne vous inscrivez-vous pas dans une démarche avec les structures existantes genre April ?

    Papotter entre copain c'est bien :-), mais y-a-t-il un objectif affiché ? Avez-vous des objectifs de représentativité aux seins d'entreprise genre SSII ?

    Démarche sympathique au demeurant

    • [^] # Re: intéressant

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Je ne suis pas un pro droit du travail et tout ça, pouvons-nous en savoir plus sur le cheminement qui a amené à cette démarche ?

      Deux choses concomitantes l'an dernier :
      * Le projet de loi de finance 2017 qui risquait de rendre illégal tout logiciel gérant des commandes, des factures ou des recettes, publié sous licence libre
      * Un marché public citant Microsoft (c'est illégal)

      Dans les deux cas, le fait d'avoir été une organisation professionnelle nous a permis une audience certaine. Le marché public a été annulé par le Conseil Municipal en question après avoir introduit "nous avons été alertés par les professionnels éditeurs de logiciels libres, et nous les en remercions"… Alors que le GUL local était sur la question depuis plus longtemps, le fait d'avoir été des professionnels a marqué davantage (même si le boulot du GUL a été très précieux).

      Pourquoi ne vous inscrivez-vous pas dans une démarche avec les structures existantes genre April ?

      Nos adhérents sont globalement adhérents également de l'APRIL.
      Cependant l'APRIL n'a pas pour objectif une représentativité des professionnels du libre, mais du libre en général. D'un point de vue de la société, cela change le point de vue à la fois de ceux qui parlent et de ceux qui entendent le message. Et nous (professionnels du libre, au moins modestement ceux qui se retrouve dans le Synpell) avons besoin de défendre nos intérêts particuliers qui, parfois et par extension, sont des intérêts généraux. C'est là tout l'objet d'un syndicat (et ce n'est pas forcément le cas d'une asso).

      Papotter entre copain c'est bien :-), mais y-a-t-il un objectif affiché ? Avez-vous des objectifs de représentativité aux seins d'entreprise genre SSII ?

      Oui l'objectif de peser dans notre monde (et certainement pas de papotter, au prix de l'heure, ça ne serait pas envisageable, j'ai envie d'avoir des vacances, des soirées et de vrais WE), d'infléchir des politiques publiques, de se renforcer entre membres, de se dotter d'outils administratifs, de communication, politiques, etc. que nous ne pourrions avoir qu'en se regroupant.

      La représentativité au sein des SSII ne peut pas être un objectif, car un Syndicat Professionnel (du moins celui-là) a pour essence d'agréger des sociétés/des entreprises, pas des individus. Il ne s'agit pas, en cela, d'un Syndicat au sens CGT/UNSA/etc., qui eux sont des Syndicats de salariés.

  • # Mélange des genres

    Posté par . Évalué à 10.

    Personnellement, je trouve très dommage de n'offrir qu'une seule vision du logiciel libre, alors que le LL c'est avant tout la liberté et l'absence d'orientation politique. Le monde syndical est pourri par cette collusion syndicalisme/politique, je ne vois pas tellement ce qu'il y a de nouveau à offrir de nouveau une telle vision. Surtout quand on flirte allègrement avec la théorie du complot ou les affirmations vagues et péremptoires sur l'anti-démocratie ou offrir en pâture «les médias» (au passage, les médias utilisent du logiciel libre et sont aussi très concerné par le respect des sources et des communications privées).

    Je crois que ça a déja été dit par ailleurs, mais l'idée de restreindre la chose aux personnes morales est à mon avis en décalage avec ce qui est la communauté du logiciel libre ; entre les travailleurs indépendants, les salariés, et le monde académique, il y a une foule de développeurs et d'utilisateurs de logiciels libres qui sont exclus de la démarche. Mais finalement, les objectifs du syndicat semble être de défendre les intérêts des éditeurs de logiciels libres, ce qui pourrait être très différent de la défense des intérêts des développeurs salariés ou fonctionnaires, ou même des utilisateurs de logiciels libres.

    Ambitieusement démocrates, par la diversité de nos métiers

    On est à la limite de l'argument fallacieux, là, quand même. Quel est le rapport entre le fait d'être démocrate et d'avoir des métiers diversifiés? La diversité des métiers oblige à une approche multi-disciplinaire (droit, économie, gestion, science et informatique par exemple), mais ça peut très bien être fait efficacement de manière dictatoriale…

    • [^] # Re: Mélange des genres

      Posté par . Évalué à 4.

      La création de ce syndicat n'est pas en contradiction avec le monde communautaire qui entoure certains projets libre ou certaines autres associations du libre.

      Je trouve même qu'il serait complémentaire.

      Plus il y aura d'interlocuteur pour les "décideurs" publics ou privés, mieux ca sera.

      • [^] # Re: Mélange des genres

        Posté par . Évalué à 5.

        Plus il y aura d'interlocuteur pour les "décideurs" publics ou privés, mieux ca sera.

        Bof, le problème est plutôt que quand il y a trop d'interlocuteurs, ça revient à dire qu'il n'y en a pas. Mais bon, là n'est pas vraiment la question, la question est plutôt de se demander qui se retrouve dans ce syndicat/lobby et qui est censé être représenté par les idées défendues. Dans le texte, j'ai l'impression qu'on a une sorte de mélange de concepts libéraux de droite (au sens européen), complotistes, et libéraux de gauche (au sens US). Il y en a beaucoup, des chefs d'entreprise Macrono-Mélanchonnistes?

      • [^] # Re: Mélange des genres

        Posté par (page perso) . Évalué à -3.

        Plus il y aura d'interlocuteur pour les "décideurs" publics ou privés, mieux ca sera.

        Imagine que le décideur entende 10 personnes :
        - 9 qui disent des conneries sur le libre (genre le copyfree c'est pas top, pas compatible avec les idées du libre etc) qui rendent le libre ridicule et fasse fuir le décideur.
        - 1 qui essaye de défendre le libre (qui sera pas compris du coup).

        Penses-tu sérieusement que ce sera mieux pour le libre?

        Dire qu'il faut le plus d'interlocuteurs possible sans regarder la "qualité", c'est la meilleure façon de flinguer l'idée.
        Rien de neuf, ce n'est pas que pour le libre, pas mal d'idées doivent d'abord se battre avec les gens se disant amis avant de pouvoir toucher les décideurs avec des arguments corrects, et le libre ne déroge pas à la règle : le libre doit se construire malgré tout le FUD dessus fait pars ses "amis" (le libre ne les remercie pas).

        PS : m'en fout, le libre gagne de plus en plus de terrain, mais certainement pas avec les pro-copyleft vu le ridicule dans lequel ils se mettent dans leurs arguments et leur rejet de l'autre :).

    • [^] # Re: Mélange des genres

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Le monde syndical est pourri par cette collusion syndicalisme/politique, je ne vois pas tellement ce qu'il y a de nouveau à offrir de nouveau une telle vision.

      Quand je vois que, par exemple, le Syndicat Professionnel des Récoltants d'Algues de Rives a gagné un combat d'intérêt général (la préservation de la ressource en algues du littoral Français) parce qu'il concentrait les forces des professionnels du secteur… et que maintenant ils sont à la source des réglementations concernant la gestion des ressources… je me dis qu'il est temps d'avoir un syndicat professionnel dans le libre. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

      C'est en tout cas un outil qui n'existe pas quand il s'agit de travailler sur une loi de finance qui a failli rendre illégal l'usage de tout logiciel libre/OpenSource en compta/encaissements/ventes (y compris en ligne)… Heureusement qu'il y a eu des initiatives individuelles, mais je pense qu'elles auraient eu beaucoup plus de force et de sens si ces initiatives avaient été collectives (et là, l'APRIL s'est déclarée incompétente en tant qu'organisation, ce que je trouve tout à fait respectable).

      on flirte allègrement avec la théorie du complot

      Quand on parle d'enfermer des personnes hors de l'état de droit, quand une grande majorité des moins âgés suivent l'information guidés par des algorithmes, quand l'utilisation de données privées est source de la plus grande exploitation de richesses du siècle, quand édicter des fausses-vérités sert à gagner des élections majeures… je ne pense pas qu'il s'agisse de complot. il s'agit alors bien d'un rapport tragique au réel.

      Là où être éditeur de logiciel libre c'est proposer des outils permettant à nos clients de s'approprier leurs données, leurs richesses, leurs processus de production et d'information… il ne s'agit vraiment pas de théorie du complot, surtout quand c'est un des arguments principaux de nos clients pour signer avec nous, et donc de faire croûter les professionnels qui mettent de l'énergie et du temps pour réaliser leurs commandes.

      • [^] # Re: Mélange des genres

        Posté par . Évalué à 10.

        Quand je vois que, par exemple, le Syndicat Professionnel des Récoltants d'Algues de Rives a gagné un combat d'intérêt général

        Certes, mais est-ce que ces récoltants d'algues prétendaient lutter aussi contre les politiques corrompus, promouvoir la 6e République, restaurer la liberté de la presse, ou donnaient leur avis sur la guerre en Syrie? Mon problème, ça n'est pas l'existence d'un syndicat professionnel, c'est justement de créer quelque chose qui a des objectifs politiques complètement hors-sujet, voire assez loufoques. Il y a un risque que la plupart des professionnels ne se reconnaissent pas dans ce discours, et qu'au final le syndicat ne représente absolument pas les logiciels libres. C'est totalement contre-productif, libre = licence libre, et on a plein de trucs à défendre dans ce cadre (libre concurrence, respect des standards, etc). Le reste du discours parasite le logiciel libre et fait croire que quand on publie sous GPL on est automatiquement contre l'état d'urgence, ça n'a aucun sens (et ça montre que les initiateurs de ce syndicat ne savent pas choisir leurs combats, ils mènent une quête personnelle et ça risque de n'intéresser qu'eux mêmes).

        je ne pense pas qu'il s'agisse de complot. il s'agit alors bien d'un rapport tragique au réel.

        Le complot, c'est d'imaginer que quelqu'un ou quelques groupes d'intérêt pilotent ça, et c'est complètement farfelu. Il n'y a aucun pilotage là-dedans, c'est juste que les choses se font (en général dans le sens qui rapporte le plus de pognon). Par exemple, Facebook n'a pour unique but que de retenir les gens sur leur site et de leur faire bouffer de la pub. C'est juste que de leur filer des liens vers des trucs qui confortent leurs idées les fait rester plus longtemps. Tout fonctionne comme ça, il n'y a pas de grand plan anti-démocratique, il n'y a pas de grand plan du tout, d'ailleurs.

        quand édicter des fausses-vérités sert à gagner des élections majeures

        Je ne vois pas ce que ça a à voir avec le LL, et de toutes manières ça n'est carrément pas nouveau. Les populistes n'ont pas attendu Internet et les GAFAM pour propager de la propagande bidon et arriver au pouvoir par des moyens plus ou moins démocratiques. Je ne pense pas d'ailleurs que la vague réactionnaire dans le monde entier ne soit due qu'à Internet ; en Russie, en Turquie, en Hongrie, l'extrême droite tient le pouvoir sans que ça soit dû à Internet. On peut d'ailleurs noter que dans toutes les dictatures ou les régimes totalitaires, Internet est fortement contrôlé. Je pense que c'est plutôt une preuve que la circulation des idées nuit au contrôle des esprits.

        Au passage, les thèse présentées dans la description du syndicat (complot du monde capitaliste pour contrôler les masses et biaiser le processus démocratique) est typiquement l'une des ces idées complotistes, très probablement fausses, qui circulent sur Internet à l'intérieur de cercles assez fermés, et qui tournent en rond entre les gens déja convaincus qui renforcent leurs certitudes en lisant toujours les mêmes fadaises. Je trouve ça assez étrange d'utiliser cet argument dans un tel contexte ; il suffit d'aller lire un peu les journaux de droite (voire les journaux tout court, parce que je n'ai jamais réellement vu de tels trucs ailleurs que sur des forums et sites activistes) pour se rendre compte que cette "vérité" est loin d'être considérée comme crédible par une très grande majorité de la population. Je trouve d'ailleurs un peu malheureux qu'on puisse considérer que Linuxfr soit un lieu où il est normal d'écrire ce genre de choses sans risquer la contradiction. Ce n'est pas parce qu'une connerie est "de gauche" qu'on doit faire semblant de n'avoir rien vu.

        • [^] # Re: Mélange des genres

          Posté par . Évalué à -1.

          le capitalisme, une loi naturelle ! vous êtes mignon…

          • [^] # Re: Mélange des genres

            Posté par (page perso) . Évalué à -4.

            et le choix d'une licence un choix apolitique…

          • [^] # Re: Mélange des genres

            Posté par . Évalué à 2.

            Hors sujet mais…
            Il faudrait déjà savoir de quel capitalisme on parle… Celui du début du siècle ou le capitalisme actuel ? Celui de Keynes ou d'Adam Smith ?
            Celui décidé dans le cadre d'un état de droit qui exerce un contrôle ? Par des tribunaux d'arbitrage privés dans le cadre de traités comme le TAFTA / CETA ? Par la loi de la jungle quand on mets des groupes puissants face à des états faibles ?
            Celui du plan Monnet ? Du plan Kennedy ? Des produits financiers complexes ? De la transaction à la microseconde ?
            C'est devenu un sacré fourre tout le mot "capitalisme" pour désigner des politiques économiques très différentes. Et le faire précéder d'un anti ne rends pas les choses plus claires.

  • # Tristes commentateurs

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Bonjour,

    À lire les messages ici présents je trouve que bcp m'inspirent de la tristesse. Heureusement que j'ai un boulot, que je n'y produits que du libre/opensource, que nous y avons des enjeux qui dépassent de loin ce que je lis ici… Sinon j'aurais pris un sacré coup personnel au moral.

    Nous autres, les moules de DLFP, ne savons-nous pas faire mieux que descendre les initiatives ? Nous cristalliser sur RMS ou l'OpenSource ? Nous amuser / nous écharper sur des conceptions contre-culturelles ?

    Ne voyons-nous pas que nous avons un grand pas à faire, qui est largement à notre portée, pour que plus de professionnels puissent manger, vivre, se loger, s'amuser, sortir la tête de l'ordi… ? Je ne dis pas que toi, lecteur, tu n'es pas parfait ; je ne remets pas en cause une miette de cette potentielle illusion qui te fait encore tenir debout (tu aurais p-e trop à perdre sans)… Mais je vois juste un paquet d'entre-nous (moi inclus) avoir du mal à passer, par exemple, l'étape de la parentalité ou de tenir un couple faute d'avoir penser son travail et ses outils de travail. Et franchement ce constat ne me satisfait pas… Et franchement ça fait bien longtemps que je peine à trouver des initiatives en ce sens.

    Je suis donc persuadé que cela nous ferait le plus grand bien de relever le niveau, de regarder devant nous humblement et d'avoir l'audace de s'organiser… et certes, ça ne sera pas parfait, la perfection n'est d'ailleurs absolument pas un objectif.

    • [^] # Re: Tristes commentateurs

      Posté par (page perso) . Évalué à -1. Dernière modification le 28/11/16 à 15:33.

      Je suis donc persuadé que cela nous ferait le plus grand bien de relever le niveau,

      Sans aucun doute.
      Mais bon, tu as quand même bien commencer au niveau troll, tu as remplis la barque au maximum pour crisper les libristes.

      Tu parles de regrouper les libristes, mais tu les opposes.
      Quand on te fait remarquer que ton texte méprise une bonne part des libristes (à commencer par les artistes non copyleft que tu considère comme pas bien, du moins dans le texte, mais pas qu'eux, tu méprises aussi les libristes étant d'accord avec l'état d'urgence et plein d'autres libristes), tu ne cherches pas à comprendre et hurle à l'horreur.

      Nous autres, les moules de DLFP, ne savons-nous pas faire mieux que descendre les initiatives ?

      Disons qu'un initiative qui a pour but de faire mal au libre, en le présentant sous un mauvais côté (celui d'un libre qui serait d'une couleur politique/sociétale précise, la tienne).
      Pour le libre, il vaut mieux aucune initiative qu'une initiative contre le libre.

      Alors vivement une association de professionnels du libre! Mais une qui parle de libre, et pas d'autre chose. Une association de professionnels du libre qui se bat contre les idées de Synpell qui ne représente pas le libre.

      Note que par exemple je suis contre l'Etat d'urgence et j'en ai même écrit un journal contrairement à toi, mais je verrai une association comme la tienne à l'opposé du libre si elle est contre l'Etat d'urgence, car je sais faire la différence entre mes différentes idées : une association libriste qui rejetterai un militant de l'état d'urgence ne mérite pas la dénomination de libriste bien que je sois contre l'état d'urgence, car… Ca n'a absolument rien à voir.
      Tout comme j'applaudis les initiative libristes comme Framasoft alors que je suis en opposition sur les idées des quelques membres de cette entité (le mot important est "membre", Framasoft fait la différence entre les idées libristes et les idées politiques de ses membres).

      Bref, le premier fautif de ce dont tu te plains, c'est toi, car il y a aussi de tristes initiatives contre le libre sous couvert de vouloir aider le libre. Si tu veux aider, repose-toi, relis, comprend comment tu opposes les libristes entre eux, et accepte d'ouvrir ton association au libre (et pas qu'à une partie du libre). ou alors appelle ton mouvement autrement (aucune idée du nom, il faut que ça limite bien ce pour quoi tu veux militer, qui n'est pas le libre mais un sous groupe du libre).

      Si tu n'es pas prêt à accepter toute la diversité du libre, si tu rejettes des libristes pas en phases avec des idées qui n'ont rien à voir avec le libre, tu n'es pas prêt à bâtir une association militante du libre.
      Imagine une association libriste réservée aux hommes blancs. Ca te choque? C'est le genre de ségrégation que tu fais dans ton association, puis est triste que des femmes noires libristes n'apprécient pas.

      • [^] # Re: Tristes commentateurs

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Imagine une association libriste réservée aux hommes blancs. Ca te choque? C'est le genre de ségrégation que tu fais dans ton association, puis est triste que des femmes noires libristes n'apprécient pas.

        Comment on l'appelle celui-là ? le point Rosa Parks ? :)

      • [^] # Re: Tristes commentateurs

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 28/11/16 à 17:40.

        "vivement une association de professionnels du libre! Mais une qui parle de libre, et pas d'autre chose" l'expression même du corporatisme !

        • [^] # Re: Tristes commentateurs

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          clair…

        • [^] # Re: Tristes commentateurs

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Parce que ce n'est pas ce qui est proposé au premier abord ? (Corporatisme)

          Ou alors, j'ai rien compris au communiqué original…

          • [^] # Re: Tristes commentateurs

            Posté par . Évalué à -2.

            quand on confond une corporation avec un syndicat, effectivement il y a un gros malaise !

            • [^] # Re: Tristes commentateurs

              Posté par . Évalué à 4.

              Honnêtement, je ne vois pas la différence entre un syndicat professionnel et une corporation. C'est juste un vocabulaire plus récent pour désigner la même chose (professionnels potentiellement concurrents qui se regroupent pour défendre des intérêts communs).

              • [^] # Re: Tristes commentateurs

                Posté par . Évalué à -2.

                En général la première chose que fait un régime autoritaire c’est de supprimer les droits syndicaux et de les remplacer par des corporations.
                Si la liberté syndicale est inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme ce n’est pas par hasard. cf article 23 :

                Article 23

                1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
                2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
                3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
                4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

                http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

      • [^] # Re: Tristes commentateurs

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        contre le libre sous couvert de vouloir aider le libre.

        ?? Le Synpell vise à défendre les intérêts de professionnels du libre et de l'open source, intérêts qui pour le moment ne sont pas défendus de manière suffisamment solide pour nous… ?? Ensuite, nous essayons de faire porter nos intérêts particuliers au-delà, et si cela peut "aider le libre" (expression que j'ai du mal à comprendre) tant mieux… enfin, sans doute ??

         Note que par exemple je suis contre l'Etat d'urgence et j'en ai même écrit un journal contrairement à toi, mais je verrai une association comme la tienne à l'opposé du libre si elle est contre l'Etat d'urgence, car je sais faire la différence entre mes différentes idées : une association libriste qui rejetterai un militant de l'état d'urgence ne mérite pas la dénomination de libriste bien que je sois contre l'état d'urgence, car… Ca n'a absolument rien à voir.

        un journal politique écrit sur DLFP ?
        en tout cas ça cafouille dans le coin…
        ou alors c'est qu'effectivement il faut prendre un peu de recul sur "politique" et "parti politique". moi je fais de la politique tous les jours dans mon métier, et ça ne s'apparente en rien à ce que peuvent raconter les politiciens… et cette politique n'a en rien la prétention de propulser des gens à des élections. peut-être faut-il revoir les classiques grecs pour comprendre ce qu'est la politique (moi inclus) ?

        Si tu veux aider, repose-toi, relis, comprend comment tu opposes les libristes entre eux, et accepte d'ouvrir ton association au libre (et pas qu'à une partie du libre)

        ?? ce n'est pas une association ??
        c'est un syndicat professionnel.
        je ne veux pas "aider", ma société a des intérêts à défendre, et a la prétention d'en partager avec d'autres professionnels au sein d'un syndicat pro, le Synpell.

        Si tu n'es pas prêt à accepter toute la diversité du libre, si tu rejettes des libristes pas en phases avec des idées qui n'ont rien à voir avec le libre, tu n'es pas prêt à bâtir une association militante du libre.

        oulalala, mais tu sors ça d'où ?? lol
        bon ben je vais vraiment nous relire… pour qu'un lecteur puisse n'y rien comprendre à ce point, j'en suis vraiment désolé.

        Imagine une association libriste réservée aux hommes blancs. Ca te choque? C'est le genre de ségrégation que tu fais dans ton association, puis est triste que des femmes noires libristes n'apprécient pas.

        point Godwin… sorry mate: là ça dérape.

        • [^] # Re: Tristes commentateurs

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          c'est un syndicat professionnel.

          OK, mais pas du libre en tous cas. J'ai l'impression "du copyleft + (mettre ici des idées fourre tout)".
          C'est tout ce que je signalais : il n'y a pas, contraire à tes dire, de volonté d'avoir un syndicat de professionnels du libre, et le but de Synpell n'est pas vraiment le libre.

          point Godwin… sorry mate: là ça dérape.

          OK, tu ne veux pas comprendre le problème, soit.
          C'est triste, mais bon ce ne sera pas la première que le libre devra se battre contre des gens se disant du libre (ici des gens vont donner l'impression que le libre est réducteur, alors qu'il inclut tant de monde). Rien de neuf, malheureusement.

          Pauvre libre, avec des amis pareil pas besoin d'ennemi.

    • [^] # Re: Tristes commentateurs

      Posté par . Évalué à 6.

      Personnellement, je rejoins le discours de Zénitram sur l’aspect politique. Un « syndicat libre » se devrait, àmha, d’être Apolitique. Ce qui n’est pas le cas quand on lit le journal : …et politique anti-démocratique… Ambitieusement démocrates,… de plus, je ne vois pas bien les rapports entre : anti-démocratique et montent en compétences, mais je ne dois pas être assez bien.

    • [^] # Re: Tristes commentateurs

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Sans vouloir te blesser, ce n'est pas une surprise vu le ton de ce communiqué. Les modérateurs étaient d'avis de le reprendre. On s'attendait à ça.

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Tristes commentateurs

        Posté par . Évalué à -4.

        aveux de censure.

        • [^] # Re: Tristes commentateurs

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Eh ?
          Faut-il toujours imaginer un truc épouvantable ?
          Baptiste avait proposé une dépêche, on a pensé que c'était mieux en journal et on a suggéré des modifications…

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: Tristes commentateurs

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            on a suggéré des modifications…

            Par curiosité, combien de suggestions a-t-il pris?

            Faut-il toujours imaginer un truc épouvantable ?

            Ne cherche pas : style classique où refuser de transmettre un message pas top est synonyme de censure pour certains.

            • [^] # Re: Tristes commentateurs

              Posté par . Évalué à -6.

              "Par curiosité, combien de suggestions a-t-il pris?" intéressant en effet.
              vu ce que révèle cette contribution dans ce forum, cela serait pertinent.

              • [^] # Re: Tristes commentateurs

                Posté par . Évalué à 5.

                Et créer un compte juste pour pour poster des commentaires pseudo-sarcastiques de deux lignes, ça relève quoi exactement?

                • [^] # Re: Tristes commentateurs

                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                  La question est juste (si ce n'est que je ne partage pas le point de vue sur le caractère "pseudo-sarcastique" de ces commentaires), mais entre ça et disposer d'un compte pour mouler en distillant de la confusion idéologique et tirer des conclusions digne des meilleurs syllogismes, je ne sais pas ce que je préfère…

                  Si l'on cite RMS, certains en déduisent que la personne qui écrit ça est pro-GPL… Déjà je ne vois pas le problème (d'être pro-GPL, tout comme je n'en vois d'évident si on est pro MIT, BSD, Apache ou autre) mais en plus c'est faux ! Nous participons à, et déployons nombre de technos sous licence "copyfree"… C'est en soit la démonstration qu'il s'agit d'une certaine forme de confusion de style syllogistique…

                  • [^] # Re: Tristes commentateurs

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Euh… en parlant de confusion, paille, poutre, etc. Parce que là, il faut y aller mollo avec les champis, hein.

                    Au passage, le syllogisme est un raisonnement valide. Tu confonds avec le sophisme. En tout état de cause, tu confonds un peu tout, et c'est bien ce qu'on te reproche.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.