Journal Le stagiaire, c'est pas cher...

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
12
jan.
2005
Et si c'est un bon geek bien motivé, ça peut éventuellement rapporter gros !

Moi je dis : attention !!! La plupart des grands trucs des ces dernières années ont été faits par des stagiaires ! Un certain OS propriétaire, dont je ne crois pas utile de préciser le nom, est quotidiennement mis au point par des stagiaires !

Si certains d'entre vous fréquentent DLFP depuis un certain temps, permettez-moi de vous remettre en mémoire l'épisode de la fameuse startup qui avait trouvé un procédé pour faire de la diffusion vidéo en qualité comparable à celle d'une cassette VHS... (Bon ma mémoire défaille un peu, mais en gros c'était ça...) le tout à 3 ou 4 Ko/s - aujourd'hui, ça paraît encore plus drôle, la plupart des gens peuvent avoir de l'ADSL 512... Inutile de dire que la techno était tellement innovante que Bill Gates a du racheter la boîte pour etouffer l'affaire, puisqu'aussi bien, on n'en a plus entendu parler.

Bref, y'avais eu deux trois news, et je crois que dans le fouillis des rumeurs la boîte en question employait que des stagiaires, dont un issu d'un service de hotline d'une grande surface :) Alors, hein ! Faut pas dire du mal des stagiaires !

En 2000 et des poussières, des tas de copains à moi qui n'avaient jamais fait d'informatique de leur vie sont allés faire les stagiaires dans des "startups", gavés aux stocks options, avec des promesses de formations, dans une ambiance top sympa (même que des fois, on s'éclatait trop à rester jusqu'à deux heures du mat pour finir des trucs importants, mais bon, un soir sur deux seulement !)

Les gars qui avaient de l'expérience avaient la folie des grandeurs et du coup, les boîtes sous-payaient les stagiaires pur s'y retrouver... A titre d'expérience personnelle, j'étais dans une SSII, et j'avais une mission d'admin linux dans une startup. Ca dure quelques temps et un beau jour, ils me disent "Tiens voilà Raoul, faut le former, c'est un stagiaire pour l'instant mais il doit faire ton boulot..." Je suis resté une semaine à le "former", cette farce ! Il en savait dix fois plus que moi, le machin ! A la fin on était devenus copains, on a comparé nos salaires, ça a jeté comme un froid. Bizarrement, le mec s'est pas repointé le lundi suivant et j'ai du continuer la mission, mais bon, un mois plus tard, la boîte en question a fait faillite...

J'ai même vu des stagiaires des pays de l'est. Des sortes de brutasses qui trempaient des listings d'assembleurs dans leurs cafés du matin. Sans exagérer, ils se retrouvaient dans des gros projets, et ils devenaient indispensables. Mais on évitait bien de leur dire ! Et j'en ai vu un comme ça se faire virer "parce qu'il parlait pas bien le français" ! (Quand je dis "j'ai vu" - je l'ai su plus tard...) Enfin, j'imagine que c'est comme ça un peu partout.

Mais en même temps, quand ce sont les seules offres possibles ? Et qu'il faut bien reconnaître que certains d'entre eux ont pu trouver des "bonnes places" gräce à ça... Je n'ai pas de chiffres, mais j'aimerai bien entendre des récits dans le genre.

En règle générale, le stagiaire débarque dans une boutique pour apprendre. Il faut dire qu'en informatique, certains (pas tous, non, mais d'après moi, un nombre significatif.) sont arrivés avec des choses à apprendre à la boutique. Surtout dans les startups où les grosses têtes pensaient avoir inventé l'internet...

Je sais que l'on pourra penser que ce journal est dirigé contre l'annonce (certes un peu maladroite) passée il y a quelques temps, mais pas du tout. A la limite, c'est juste le 'bosser sur des projets critiques' qui m'a donné envie de raconter ce que j'en avais vu.

Enfin, je n'ai pas de solutions simples ni de conseils à donner à personne. (Comme disent les elfes, les conseils...) Mais il me semble que ces quelques expériences pouvaient avoir leur intérêt.

Bon, je dois y aller, je laisse les fautes d'orthographe, de toutes façons, j'ai vu que ma maîtresse de CM2 avait un compte sur le site, alors qu'est-ce que je vais prendre !
  • # poilant!!!

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Et tellement vrai!!!!

    et on ne parle pas des hotlines parce que là on pourrait aussi en raconter des tonnes !!!

    M.
  • # Ma petite expérience

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bon, je vais faire ca en speed, il est déjà tard...

    J'ai fait mon stage de fin de DUT dans au service info d'un service departemental d'incendie et de secour (SDIS, l'état major départementale des pompiers quoi). Il y avait une cinquantaine d'employés (compta, info, service opérationnel, commandement, etc...) et quand même 7 ou 8 stagiaires en même temps, dont 3 en informatique.

    Le service était composé de 2 employés. Le chef du service a été un bon gros informaticien il y a 20 ans, a coup de cobol sur ses cartes perforées, mais maintenant un parfait incompétent et le 2e était tout juste bon en vb, admin windows et sql. Du coup le premier passait son temps en réunions diverses et variées, et en déplacements (pour les projets futurs avec des boites sous-traitantes). Le 2e était occupé à aller déplanter les pc sous windows. Pendant ce temps là, les petits stagiaires que nous étions codaient les applis pour leur système d'information, pour la gestion des interventions, pour les rapports d'interventions...

    Bon, l'exemple est celui d'une administration qui n'a pas de budget et qui n'aime pas le changement donc, forcément qui ne veut pas rationnaliser ses coûts informatiques. Mais tout le service info tenait grace aux stagiaires quoi.

    Peut avant mon départ, un autre gars est venu pour un entretien de stage, il allait prendre notre suite...

    Dans mon cas, le stagiaire, c'était de la main d'oeuvre (relativement) compétente et gratuite.

    PS : je connaissais a peine linux a l'époque, sinon, j'aurais pas pu faire 2 mois de vb =))

    http://helpmequ.it: arrêter de fumer pour la bonne cause, http://mapetiteautoentreprise.fr : facturation libre pour les auto-entrepreneurs

  • # I2BP

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Si certains d'entre vous fréquentent DLFP depuis un certain temps, permettez-moi de vous remettre en mémoire l'épisode de la fameuse startup qui avait trouvé un procédé pour faire de la diffusion vidéo en qualité comparable à celle d'une cassette VHS... (Bon ma mémoire défaille un peu, mais en gros c'était ça...) le tout à 3 ou 4 Ko/s - aujourd'hui, ça paraît encore plus drôle, la plupart des gens peuvent avoir de l'ADSL 512... Inutile de dire que la techno était tellement innovante que Bill Gates a du racheter la boîte pour etouffer l'affaire, puisqu'aussi bien, on n'en a plus entendu parler.


    C'était I2BP le nom de la boite, et je confirme que ta mémoire défaille totalement.

    Si on n'en entend plus parler ce n'est pas parceque Billou a tout racheté pour les faire taire. C'est juste qu'il n'y avait rien que du vent dans cette boite. Ils ont pipoté des journalistes et tenté d'arnaquer des investisseurs. Rien de plus.
    (C'était du 2nd degré ton histoire de rachat par Bill Gates ? Je suis un non-comprenant ?)
    • [^] # Re: I2BP

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ouais, c'était du second degré, bien sur que c'était du pipeau d'un bout à l'autre :)
      Mais remarque je me suis pas super bien exprimé non plus :)))

      Ce dont je me souviens (et si j'avais le temps je fouillerai les fora à la recherche de vieux (enfin, vieux, façon de parler, hein) commentaires) c'est que ça avait fait des polémiques entre les tenants du "pas possible" et les partisans du "mais si bien sur, bandes de jaloux" - (l'armée des seconds se réduisant comme la peau de chagrin) et donc les beaux jours de certains sites de news...

      Comme quoi, sous des allures de trucs inutiles, la fréquentation de ces sites peut finalement apporter bien des enseignements, dépassant le cadre de l'informatique... bon, c'est pas une grande découverte, mais beaucoup de gens ne s'en doutent même pas...
  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Re: Il y a 3 solutions

      Posté par . Évalué à 3.

      Clair que l'algo et le raisonnement est ce qu'il y a de plus important.
      Après faut un peu se tenir au courant des techniques pour pouvoir s'adapter aux besoins. Ce qui me fait passer sans sourciller de l'objectiveC à Python ou C++ et j'ai comme optique d'apprendre une langage par an (là ça va être applescript,java et peut être ruby) et une méthode d'analyse.

      Ce qui m'amène à dire que la connaissance technique a tout de même son importance est ce genre d'exemple: je dois traiter des fichiers textes (formatage,recherhe...) en entrée et que ces fichiers peuvent être sur des machines sous osX, Win, Linux alors je choisis un langage avec pas mal de fonctions textes, facile à maintenir sur différentes plateformes. Cela implique le choix de python par exemple.
      Un manque de connaissance sur les techniques dispo me ferait faire dans cet exemple un développement en C ou C++ [1] (plus long à faire et moins rapide à déployer).



      [1] ce sont les premiers langages que j'ai appris (après le gfabasic de mon atari)
    • [^] # Re: Il y a 3 solutions

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Oué c'est bien joli ton discours, théorie blabla, pratique blabla.
      Le fait est que quand t'arrive dans une boîte, on te demande des compétences pratiques, et c'est là que tu fais la différence avec ton collègue lui aussi sorti de fac à BAC+5. Vous avez tous les 2 eu la théorie et y'a celui qui connaît bien une techno, qui est directement capable de l'utiliser.
      Parcque il n'y a pas que les langages à apprendre (ça effectivement c'est pas bien compliqué), mais tout ce qu'il y a autour, et s'il te faut 6 mois pour être opérationnel (tu connais ni le langage, ni la plateforme ni la méthode, alors forcement), voilà quoi...
      Ensuite tu dis "penser indifférement de chaque langage" : je suis désolé mais il est tout de même vital d'apprendre plusieurs langages représentant les différents types de langages (langage fonctionnel, déclaratif, bdd etc.)
      Parcque bon apprendre l'agorithmique c'est gentil, mais pas besoin d'atteindre BAC+5 pour ça, alors c'est bien pour commencer, mais c'est loin d'être suffisant, et croire que tu peux te contenter de celà...
      La théorie c'est bien jusqu'à BAC+3 mais après c'est bien de mettre en pratique, parcque moi j'en connais des têtes en algorithmique, ben ils sortent à BAC+5 pour chercher un job, ils sont incapable de prendre le moindre choix entre tel ou tel produit pour résoudre tel ou tel problème, parcqu'ils ne savent pas ce que veux dire Apache, J2EE ou même XSLT.

      Il ne faut pas oublier qu'on ne va pas à l'université/école sup pour apprendre à utiliser tel ou tel produit ou encore apprendre un métier.

      On y va pour acquérir des connaissances, être capable de les maitriser et éventuellement d'en creer des nouvelles (ou en avoir la capacité).

      Je vois vraiment pas pourquoi ce serait exclusif. Tu vas à la fac pour avoir les 2. Le seul truc c'est qu'à la fac ils commencent par l'agorithmique, et certains comme toi te font croire que c'est le saint graal de l'informatique. Et pouf t'arrive à BAC+4, tu commence à te pisser dessus parcque tu te rend compte que tu n'es pas du tout prêt pour bosser (tu ne sais même pas ce qu'est un DRH et encore moins un architecte logiciel, quand à savoir ce que veux dire travailler au forfait dans une SSII...)... Et pouf les moins courageux restent dans leur nébuleuse et font un DEA.
      • [^] # Re: Il y a 3 solutions

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        bah tu sais, tu peux tres bien avoir un DEA, et savoir coder correctement, je te rassure ;-)
        • [^] # Re: Il y a 3 solutions

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          ouaip, mais quand tu as un DEA, tu n'as pas forcément envie de "coder" très longtemps, tu vas vouloir sûrement gérer des projets d'importance, organiser des équipes de développeurs, bref, faire l'architecte informatique.

          Et là je reste dubitatif qu'un élève de DEA soit capable de faire l'architecte dès sa sortie d'école, de même que je reste dubitatif qu'un élève d'IUT soit capable de coder correctement dès sa sortie d'école.

          Quand je dis "correctement" je parle bien sur de qualité pure du code (pour l'iut) ou de l'organisationel (pour le dea) mais aussi et surtout des relations entres acteurs (développeurs, maitre d'ouvrage, maitre d'oeuvre, chef de projet etc.) et l'adaptation du code et des méthodes de développement au terrain.

          Bref, je reste persuadé que les études c'est très bien, mais elles ne remplacent pas une expérience de terrain de bonne qualité : elles se complètent.
          • [^] # Re: Il y a 3 solutions

            Posté par . Évalué à 9.

            Quand tu fais un DEA, c'est pour faire de la recherche. Et souvent, ce n'est pas pour bosser en entreprise, ou alors vraiment dans les département R&D.

            Or que font ils dans ce département ? De la recherche, plus ou moins appliquée, et quand ils codent qqch, c'est juste un protype. Ils se foutent de la plateforme, ils se foutent de l'interface, ils implementent jsute une algo pour montrer que ca marche. Apres, c'est au département logiciel de faire un truc correct.

            Alors que les "petits gars" qui pissent du codent a longueur de journer arrete de "cracher" sur les chercheurs, en disant, pff ils savent pas coder, ils font des trucs qui servent à rien - remarque qui s'entend surtout qd la recherche est liée au maths. A propos de maths, j'aimerais rappeler que sans elles (et les "vraies" grosses maths bien super théoriques) il n'y aurait pas d'internet, pas de codage, pas de compression, pas d'informatique. Et elles ne sont pas la juste pour ouils.

            Aussi, la remarque inverse est valable aussi, il faudrait que les "petits gars" de la recherche arrete de prendre les codeurs/technicien pour de la merde.

            Voila, perso, j'en avait marre de faire de l'info dans mon ecole d'ingé (ca me paraissait trop légé au niveau contenu scientifique). Alors je suis parti faire un DEA de maths appli pour ma derniere année. Chacun son trucs. Ca ne m'empeche pas de savoir coder, et d'aimer implémenter des méthodes pour faire du véritable applicatif.

            Le jour ou chacun saura regarder/apprecier (comprendre ?) le travail des autres, ca sera bien... Sans aller jusque la, commencer par ne pas cracher dessus, et penser que les autres font forcément de la merde.

            A bientot.
          • [^] # Re: Il y a 3 solutions

            Posté par . Évalué à 1.

            jamais vu quelqu'un sortir d'un DEA et se retrouver architecte et encore moins chef de projet.
            faudrait voir à pas confondre niveau d'étude et responsabilités dans une boite.
        • [^] # Re: Il y a 3 solutions

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          Nan mais évidemment, faut pas généraliser, mais dans certains cas c'est ce qu'il se passe : bien souvent le problème vient aussi des enseignant-chercheur (pas tous là encore) qui ont l'art de te mettre dans la tête que la thèse y'a que ça de vrai, blablabla. Je comprends leur point de vue, ils font la promotion de leur profession dont ils sont pour beaucoup passionnés. Mais je trouve vraiment dommage que les étudiants doivent choisir à BAC+5 s'ils veulent faire dans la recherche ou dans le secteur professionnel, sans avoir suivi un seul cours d'économie et avoir eu le moindre stage en entreprise : ils sont justes passés par la case algorithmique théorique, alors forcement certains s'orientent vers le DEA, le DESS leur faisant peur, ils préfèrent se rassurer dans ce qu'on leur inculque depuis le Deug.
          Les stages servent aussi à ça : savoir si c'est vraiment ce que l'ont veut faire.
          • [^] # Re: Il y a 3 solutions

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Il est vrai que c'est très con le coup de pousser à la thèse, c'est de la pub pour leur passion, certes, mais ont-ils seulement réfléchi aux réalités de notre monde et à ce que voudrais faire leur élève ?

            J'ai quelques exemples sous la main :
            - un thésard en physique des particule parti à Londres chercher du travail, parce que dans la finance, on lui en propose tout de suite, super bien payé, alors qu'en France : que dalle niet nada zéro rien alors que le niveau d'étude en physique des jeunes de ce pays est en chute libre (beau programme d'avenir tout ça)
            - un thésard en philo reconvertit de force dans le multimédia à l'époque de la bulle Internet parce que de toute manière il y a trop de thésard en lettres et qu'il faut bien bouffer
            - un thésard en géoscience qui a finit par se lancer dans des études d'informatique parce que sa thèse ne lui sert pas à grand chose ...

            Bref, faire une thèse est surment une bonne idée pour ceux qui veulent enseigner (prévoyez l'agregation en même temps hein ...) et qui sont près à faire des pieds et des mains politiques pour avoir le poste qu'ils veulent ... sinon je ne vois pas trop l'utilité ...
            • [^] # Re: Il y a 3 solutions

              Posté par . Évalué à 2.

              Mmm :'(
              Moi je suis un khâgneux reconverti dans l'info parce que ?
              Et je vois pas bcp de perspective d'avenir dans ce que je fais (je suis élève à l'enssib) alors je prends ce qui m'intéresse je fais le minimum syndical pour avoir le sésame (certains disent qu'à bac+5 on est mieux payé in fine qu'à bac +3 et de toute façon à part étudier je sais pas faire grand chose)
              Et je n'ai jamais fait de stage ça c'est dramatique
              J'essaie de garder le sourire et de préparer l'avenir mais il me semble quand même que vous avez un sérieux avantage :)
      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Il y a 3 solutions

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Une méthodologie de développement est un algorithme (souvent très informel).

          Je ne suis pas d'accord avec le "très informel". De même qu'il y a souvent plusieurs façons de résoudre un problème informatique (pour ne parler que d'algos simple comme le tri par exemple) il existe plusieurs méthodologies de développement (uml, sadt, iso 15x) et elles sont souvent très très formelle.

          Depuis que je bosse, je suis plus con que quand j'étais à l'univ. A l'époque, je connaissais ce qui se faisait le mieux, j'assistais à des conférences ou on voyait des choses jamais vue. Aujourd'hui , les seules chose qu'on me présente comme neuve sont du remaché de l'existant depuis des décennies.

          Et bien qu'attends-tu pour changer de boulot et trouver un poste ou monter un projet qui te fera bosser sur ce que tu as envie de bosser ? Franchement, c'est une invitation très sérieuse... J'ai fait ce choix il y a 5 ans maintenant, et je ne le regrette absolument pas : nous avons la chance d'être dans une profession où le risque de chômage reste relativement faible ...
        • [^] # Re: Il y a 3 solutions

          Posté par . Évalué à 4.

          Pour ce qui est des langages, je dis toujours que je connais. De tout de mainière quand je le connnaitrai quand j'arriverai à l'interview c'est l'affaire 1/2 aprèm

          Mais oui bien sûr. He bien je te souhaite pas de passer un jour un entretien avec moi sur une techno ou un langage que tu as appris en une demi-journée.
      • [^] # Re: Il y a 3 solutions

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Et pouf les moins courageux restent dans leur nébuleuse et font un DEA.
        ...

        Une chose qui m'a ete clairement indique au debut de mes etudes a ete qu'en venant en cours, j'apprendrais les bases, les fondements, l'utilisation de quelques langage, mais que pour etre complet, il fallait un investissement personnel. Trop de personnes pensent que suivre les cours suffit. Il est clair que faire 2 TP en java ne rendra jamais expert java. Helas, beaucoup pense que c'est le cas.
        L'an dernier, des personnes de master 1/maitrise info ont reussi a repondre tres serieusement a un prof qui reprochait au eleves de ne pas lire les cours ni preparer les tp qu" 'ils n'ont pas que ca a faire. Qu'il faut pas pousser". J'ai l'impression que c'est le cas pour beaucoup: "je viens en cours, je fais/pompe mon tp, je me barre". Au final, c'est clair t'es pas tres prepare.
        J'en discutais a midi avec 2 personnes (angleterre + autriche) et les 2 etaient suprises que ma formation ne soit pas plus en direction de linux/unix que vers windows, que les etudiants avec qui j'etaient soient en majorite sous windows.
        Ils embauchent en ce moment, et les entretiens sont bcp influences par ca (d'ailleurs ils ont eu 3 francais hier, et aucun n'est a l'aise avec unix).


        Je reviens sur ta superbe remarque concernant les DEA. Tu trouves que ce sont les moins courageux? Je trouve qu'envisager de faire chercheur en france n'est pas vraiment un exemple de manque de courage. Pour toi qq1 qui fait un DEA c'est un type qui fou rien de ses journees? Et quand il sera en these, pire que ca! Franchement, je trouve ca un peu eloignee de la realite ;)
        J'ai une formation d' "ingenieur" et pourtant je compte pas faire ingenieur plus tard. Le domaine de la recherche me semble bien plus interessant mais cela amene plus de desavantages a mon avis (pas tant de poste, en france t'es pas franchement paye, tu bouges regulierement,...).

        Et pour le coup des stagiaires pas chers, j'en ai fait l'experience cet ete. Je me suis fait "embaucher" au black (au depart pour 2 jours), au final ils m'ont garde un peu moins d'un mois. A la fin, le patron a plus ou moins essayer de m'entuber en me "declarant" etc etc. Au final il s'est fait avoir en ayant a me payer des primes precarite etc. Gniark.
        • [^] # Re: Il y a 3 solutions

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Vi ma remarque était une provocation, et ne s'appliquent pas à tout le monde, encore heureux. Mais comme je l'ai expliqué plus haut, je trouve dommage d'arriver à BAC+5 sans avoir eu une seule approche professionnelle (ce qui conduit comme je l'ai dit certain à faire un DEA, faut de s'être renseigné par eux-même comme tu le fais judicieusement remarqué).
          Après rien ne dit qu'ils ne seront pas courageux dans leur travail, etc.
        • [^] # Re: Il y a 3 solutions

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Je suis tout a fait d'accord avec toi sur l'état d'esprit des étudiants.

          Maintenant à Polytech'Nantes (école d'ingénieur) en info, il y a une grosse majorité des gens qui ne font pas d'info chez eux, qui n'écoutent pas les cours, révisent pour les ds et hop, ils pensent que ca suffit pour le diplome. Etant donné le niveau de notre formation et la largesse de la notation, de toute facon, tout le monde aura son diplome, ou presque.

          L'école ne peut pas se permettre de n'avoir ke 50% de réussite, quelque soit le niveau des étudiants.

          Cependant, beaucoup sont réfractaires à linux, parce que c'est trop compliqué, etc... Ils ont un discours d'utilisateur, ce que je veux bien croire pour un vrai utilisateur, mais ils seront les informaticiens de demain. Ca fait peur.

          Ceci dit, certains sont la (notamment ceux venant de prépa) uniquement par défaut. Une fille est partie en début de 2 année en école d'estéticienne, ma binome aurait voulu faire design ou archi...

          C'est peut-être être extrémiste, mais je pense qu'il faut un minimum avoir la geek attitude quand on est étudiant, avoir la curiosité de chercher, d'approndir ce qui nous intéresse. A partir de là, je concois (et je le fais) qu'on puisse se foutre d'un cours, parce qu'on prend assez de recul, qu'on ne se limite pas à l'enseignement. On saura que ca existe, mais on n'aime pas ça, et on évitera de bosser dans ce domaine à l'avenir.

          Genre l'admin de bd, ca me casse les burnes, alors j'écoute plus ou moins, mais c'est que je préfère pointer au chomage que de faire ca... (dans le contexte du marcher du travail actuel évidemment)

          http://helpmequ.it: arrêter de fumer pour la bonne cause, http://mapetiteautoentreprise.fr : facturation libre pour les auto-entrepreneurs

          • [^] # Re: Il y a 3 solutions

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            le coup de voir des gens qui n'ont pas envie de faire de l'info, je pense que c'est assez francais comme probleme. Le systeme des "grandes ecoles" prestigieuses, les classements a la con etc fait que souvent, qq1 qui veut faire de la chimie et qui est pris dans 2 ecoles: une de chimie moyennement classee et une d'info super bien classee, va aller.... en info!
            C'est un des trucs qui m'ont fait quitter cette route (ou plutot qui ne m'ont pas fait regreter d'avoir quitter). Des exemples comme ca, j'en ai plusieurs, et c'est quand meme assez stupide! Des gens qui n'aime pas l'info en ecole d'inge d'info mais qui sont la "parcequ'elle est renommee"... Mouai.
            Pour ne pas avoir son diplome, il faut vraiment le chercher...
            En discutant avec plusieurs profs differents (plutot dans le domaine de l'automatique et electricite), ils m'ont explique que les ordres dans les corrections etaient souvent de foutre la moyenne a tous le monde. Pour les TP rendu, la note mini sera donc 10/12, meme si le rendu est a chier etc. Un peu stupide =)

            Bref, je n'aime pas franchement le systeme francais, et je ne suis pas sur que de trier les gens sur leur capacite a faire une quantite enorme de maths/physique soit vraiment judicieux. Je viens d'une ecole ou les gens qui ont eu un BAC L (bon, c'est pas un BAC, et le niveau est different, mais dans l'idee c'est ca) peuvent s'inscrire librement en physique, info etc (comme a la fac en france quoi), et a la sortie, j'ai pas l'impression que t'en sors si mauvais que ca en comparaison avec d'autre ecole.

            En plus de ca, beaucoup on une sorte de mepris assez grand pour les gens qui sortent de la fac. Pas uniquement les eleves... combien d'annonces de job du type "cherche ingenieur info pour chier code java". Tu envoies ton CV, mais manque de chance, y'a marque "deug/licence/maitrise", on te repond meme pas =)
  • # L'entreprenariat aussi

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Salut,

    Une demande d'expérience, voici la mienne :

    - pendant mes études (licence maitrise), je crée une petite entreprise avec 2 amis, on vend nos compétences réseau, on vend quelques petits dev, mais rien de très rentable. Je bosse au tiers de mon temps sur cette boite, et je n'en touche quasiment rien pendant 2 ans.

    Avec le recul, un stage aurait pu tout à fait se dérouler de la même manière (gros boulot sous payé), mais avec le recul, cette expérience m'a tellement apporté sur certains points que je n'aurais surement pas pu décrocher de (très) bon boulot derrière sans cela.
    Les points d'apprentissage indispensable de cette expérience :
    - relation client
    - relation utilisateur lambda
    - organisation de projets d'ampleur (en dev comme en déploiement réseau)
    - méthodologie de développement, (l'application 'en vrai' de ce que l'on a appris en théorie à l'école...)

    Aujourd'hui je suis en train de remonter une boite, beaucoup plus sérieusement, et j'arrive à en vivre. Maintenant on cherche à embaucher. Seul problème : les petits jeunes que l'on voit arriver, ils ressemblent trait pour trait à ce que j'était avant cette première expérience (donc des puits de théorie manquant de connaissance du terrain). Or, il existe très peu (trop peu) de possiblité pour les employeurs de pouvoir tester quelqu'un avant de l'embaucher (1 mois c'est court lorsque l'on sort d'école pour faire ses preuves...)

    Notre solution : on trouve un ou plusieurs stagiaire (developpement, commercial), on les paye un peu (faut pas déconner quand même, on va pas les faire bosser gratos...) et s'ils font l'affaire, et bien ont les garde ou on les reprends à la sortie de leurs études. On propose même un pourcentage quand c'est un commercial : ça motive et c'est leur métier ;)

    Donc je pense que les stages de fin d'études sont non seulement une bonne choses, mais ils sont à mon avis indispensables pour pouvoir
    - se faire une idée du terrain.
    - acquérir quelques briques de méthodologie appliquée.
    - montrer ce que l'on sait faire à un ou plusieurs futurs employeurs
    - pouvoir mettre quelques briques appliquées sur son CV.

    Sinon pour ceux qui se sentent une âme d'entrepreneur (et je comprends bien que tous ne se sentent pas concernés) je vous invite vraiment à faire comme moi : trouvez vous un ami un peu plus âgé et montez une boite avec lui, c'est hyper méga formateur...
    • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Or, il existe très peu (trop peu) de possiblité pour les employeurs de pouvoir tester quelqu'un avant de l'embaucher (1 mois c'est court lorsque l'on sort d'école pour faire ses preuves...)

      Hum pour un cadre (c'est ce que va être le commercial ou l'ingénieur si je ne m'abuse) c'est plutôt 3 mois il me semble non ? Et en 3 mois on a quand même le temps de jauger le bestiau (je suis d'accord qu'en 1 mois c'est un peu difficile surtout si c'est un poste avec autonomie et responsabilités).
      • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        et on peut reconduire la période d'essai .. ce qui donne 6 mois!

        Officiellement il faut une raison valable pour la réconduire, mais cette pratique semble se généraliser dans beaucoup de boites!

        • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Je confirme, étant moi même en période d'essai actuellement. Avant même de démarrer, on m'a dit que c'était 3 mois renouvelables, et qu'il y a peu de chances que ça ne soit pas renouvelé :-)
          Je pars donc du principe que la période d'essai est de 6 mois. Et c'est valable aussi bien pour moi que pour tous mes camarades au même niveau (bac +5, diplôme d'ingé ou équivalent à la fac, première embauche)...
          • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Perso j'ai été embauché en 1999 dans la boite où j'avais fait mon stage de fin d'étude. 3 mois après le début de mon contrat, c'est moi qui suis allé voir le type en charge des RH pour lui dire que je souhaitais renouveler la période d'essai. Bah ça ne lui a pas fait plaisir.

            Halala... On savait rigoler à l'époque. (La boite a fini par couler après 3 ans d'existance sans avoir sorti quoi que ce soit)
            • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Pareil ici, je renouvelle toujours ma période d'essai. Pour ce qui est du temps pour savoir si quelqu'un est compétent, moi je me fais ma première idée en quelques minutes (ensuite faut quelques semaines pour la confirmer).
              • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                J'ai pas compris l'intéret de renouveler soi-même sa période d'essai...

                ???
                • [^] # Re: L'entreprenariat aussi

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Etre bien sur de ne pas tomber dans une boite de merde, qu'elles qu'en soient les raisons (patron insuportable, mauvaise ambiance, trop boulot pour pas assez d'heures, etc)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.