Journal La fuite de Conan le Cimmérien: un autre point de vue

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
12
18
sept.
2019

Ah Nal,

Si tu suis les rumeurs sociales de ces derniers jours, tu n'es pas sans savoir que le célèbre barbare est victime d'une campagne de diffamation inédite dans l'âge hyborien.

Pourtant les derniers témoignages semblent le disculper dans l'affaire de la Vallée des femmes perdues: bien qu'ayant initialement accepté de libérer une jeune esclave blonde en échange de ses faveurs, il aurait finalement réalisé que, bien ce genre d'échange soit légal en Zingara, cela pouvait être considéré comme un abus de sa part.

Certains mettent aussi en doute la moralité de la jeune femme qui aurait déclaré mieux vaut se donner à un barbare blanc plutôt qu’à un puissant homme noir.

Le scénario le plus plausible est donc que le cimmérien n'a pas commis d'assaut sexuel.

Il semble par contre que l'assaut à la hache sur la tribu esclavagiste fut par contre bien réel et bien sanglant.

  • # ➕𝟭

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 18/09/19 à 22:07.

    À cause d’un bug aussi bizarre qu’étrange, je ne peux plus noter les publications depuis quelques mois, alors je poste ce commentaire pour dire que ton journal m’a bien fait marrer.

    Note que je ne me suis pas préoccupé de la version de l’histoire qui pourrait se cacher (je suis trop fatigué, là) ni même si quelque pensée serait défendue, par contre la forme du détournement m’a plu ! Un peu de décalage fait du bien.

    Un petit patch cependant:

    - qui aurait déclarer
    + qui aurait déclaré

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: ➕𝟭

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Corrigé, merci. (enfin pour la typo)

    • [^] # Re: ➕𝟭

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 19/09/19 à 07:46.

      je ne me suis pas préoccupé de la version de l’histoire qui pourrait se cacher (je suis trop fatigué, là) ni même si quelque pensée serait défendue

      J'ai lu la nouvelle La vallée des femmes perdues ces jours ci. On y voit Conan se poser des questions sur l'universalité des valeurs morales et de la justice ainsi que sur le viol et le consentement sous contrainte.

      Le parallèle avec la campagne de diffamation contre Stallman m'a semblé drôle et pour supporter ces affaires graves, il vaut mieux rire que pleurer.

      Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: ➕𝟭

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

        l'universalité des valeurs morales

        Sur le sujet, tu peux aussi lire Kant puis regarder la dernière vidéo de Mr Phi. Ou juste regarder la vidéo …
        https://www.youtube.com/watch?v=lyGdEK5Ex-o

      • [^] # Re: ➕𝟭

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7. Dernière modification le 19/09/19 à 13:42.

        pour supporter ces affaires graves, il vaut mieux rire que pleurer.

        En effet, c'est pas des Conan

      • [^] # Re: ➕𝟭

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/09/19 à 14:49.

        J’ai lu la nouvelle La vallée des femmes perdues ces jours ci.

        J’avoue que je ne comprends pas comment tu as pu lire ça jusqu’au bout (bravo en tout cas), j’ai essayé plus d’une fois de lire la série et, dans l’ensemble, personnellement (pas que moi d’ailleurs) j’aurais tendance à l’appeler « Conard le barbant ».

        NB et pour précaution : je ne parle que de la série, pas de la réalité (ni ne fais de lien avec).

        OS préféré Mageia 7, CMS préféré SPIP, suite bureautique préférée LibreOffice, logiciel de dessin préféré Inkscape.

        • [^] # Re: ➕𝟭

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5. Dernière modification le 19/09/19 à 15:09.

          J'ai lu la série (plus exactement l'anthologie de 2007 des éditions Bragelonne, où on retrouve tous les textes de Robert E. Howard et uniquement les siens, rangés par ordre d'écriture).

          Il y a une poignée de textes bien trouvés, quelques autres qui auraient pu être bien si ça n'étaient pas des redites des précédents, quelques-uns qui étaient bien dans les années 30 mais qui ont mal vieilli.

          Et surtout (principalement vers la fin), une grosse masse de textes écrits « parce qu'il faut bien manger », sur les exigences d'éditeurs pulp de l'époque, qui consistent principalement en des variations sur le thème « Conan sauve une jeune femme pulpeuse, nymphomane et nue » (ce qui permettait de faire des couvertures très aguicheuses). Le niveau de ces nouvelles de commande va du « sans intérêt » à « carrément malsain ».

          D'ailleurs dans les notes de l'éditeur, il y a un passage où il explique le pourquoi de l'existence de ces nouvelles, et en gros s'excuse de publier ça, mais qu'il le fait parce que le concept de l'anthologie était d'être complet.

          PS : de mémoire, la nouvelle citée fait partie de celles qui sont correctement écrites et surtout où il y a une réflexion au-delà de « Conan sauve des jeunes femmes en détresses ».

          La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

  • # Ce type n'est pas fréquentable.

    Posté par  . Évalué à 6.

    En tout cas, il est recherché pour maltraitance animale :

    Camel punch 1

    avec récidive :

    Camel punch 2

    Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

  • # Que d'imagination !

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Faire un paralèlle entre Conan le barbare et Richard Stallman même pour un dredi
    C'est fort fallait oser …

    • [^] # Re: Que d'imagination !

      Posté par  . Évalué à 0.

      A ce propos, j'attends avec impatience son interview par notre reporter préférée

      (Je sais, je sais, mais c'est plus fort que moi)

  • # Erreur

    Posté par  . Évalué à 3.

    mieux vaut se donner à un barbare blanc plutôt qu’à un puissant homme noir

    Personne n'est plus puissant que ce barbare blanc.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.