Journal L'assureur rassuré

Posté par . Licence CC by-sa.
Tags :
3
7
déc.
2018

Je cite RFI : "Groupama a annoncé qu’il ne renoncerait pas à assurer ses propriétaires de la rue d’Aubagne contre le risque d’effondrement à condition toutefois qu’une expertise conclue que ces immeubles n’ont aucun risque de s’effondrer."
lien : Texte du lien

  • # L'assurant rassurant

    Posté par . Évalué à -2 (+2/-6).

    C'est pas idiot de refuser de mettre les gens en danger si les pouvoirs publics ne présentent pas des garanties comme quoi ils ont bien fait leur travail.

    J'ai l'impression que c'est une démarche assez pro-active pour les assureurs, mais c'est une très bonne chose.

    • [^] # Re: L'assurant rassurant

      Posté par (page perso) . Évalué à 9 (+7/-0).

      s/les pouvoirs publics/les propriétaires

      Parce qu'il me semble qu'avant qu'il y ait des pouvoirs publics qui ont chié leurs arrêtés de péril, il y a des propriétaires qui n'ont pas entretenu leurs bâtiments, non ?

      La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

      • [^] # Re: L'assurant rassurant

        Posté par . Évalué à 5 (+3/-0).

        De la même manière qu'un assureur ne va pas te couvrir s'il peut prouver que tu étais au courant que ta bagnole avait un grave problème et que tu ne l'as pas fait réparer, c'est évident que l'entretient des bâtiments est à la charge des propriétaires et que l'assurance habitation ne couvre pas la vétusté…

  • # Ils pourraient faire mieux

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+13/-2).

    Ils pourraient annoncer refuser de vendre des assurances anti tsunami aux habitants de Brest, mais accepter d'en vendre à ceux de Metz.

    Ou mieux encore ne vendre des assurances voitures qu'aux personnes certifiant ne pas avoir de voiture.

    Pierre Dac aurait été fier de l'auteur de cette phrase !

  • # Comme d'habitude...

    Posté par . Évalué à 10 (+17/-0). Dernière modification le 07/12/18 à 16:43.

    Un article écrit par un stagiaire pour faire du buzz, repris par un journaliste qui invente une tournure de phrase ridicule…

    Visiblement, l'histoire, c'est «simplement» que deux assureurs (Groupama et Allianz) ont évalué que les contrats existants sont en leur défaveur (prime d'assurance sous-évaluée par rapport au risque), et les ont résilié, comme ils en ont le droit, et comme les assureurs le font très régulièrement (typiquement, assurance auto d'une personne qui déclare trop de sinistres responsables ou non). Ils leur proposent un contrat qui ne couvre pas un risque facultatif (l'effondrement), et visiblement, les concurrents proposent une surprime pour couvrir ce rsique (ce qui signifie visiblement que ce risque était réellement sous-évalué dans les contrats précédents).

    À noter que ce sont des assureurs, dont le travail est d'estimer un risque et de couvrir ses assurés pour ce risque. Il ne s'agit pas de mutuelles, dont la raison d'être est de mutualiser un risque (et là, en l'occurrence, oui, ça aurait été un peu plus troublant que des mutuelles retirent une telle garantie, même si dans les faits elles le font parfois).

    Au passage, il semble aux dernières nouvelles que le mauvais buzz a eu raison de la démarche des assureurs, qui acceptent de maintenir la couverture si des travaux sont réalisés rapidement.

    Du coup, soit l'étonnement est feint (est-ce que les journalistes ignorent réellement la manière dont fonctionne une assurance?), soit il s'agit d'une information-caniveau qui n'essaye que d'exciter le lecteur

    • [^] # Re: Comme d'habitude...

      Posté par . Évalué à 6 (+6/-0).

      Sans compter que l'article est tourné dans le sens "le méchant assureur qui laisse tomber les pauvres habitants qui ne peuvent déménager ailleurs".

      Sauf que ce ne sont pas les habitants qui se font résilier leurs contrats mais la copropriété, qui a priori n'a pas fait les travaux nécessaires et met en danger les habitants.

    • [^] # Re: Comme d'habitude...

      Posté par . Évalué à 7 (+6/-0).

      À noter que ce sont des assureurs, dont le travail est d'estimer un risque et de couvrir ses assurés pour ce risque. Il ne s'agit pas de mutuelles, dont la raison d'être est de mutualiser un risque (et là, en l'occurrence, oui, ça aurait été un peu plus troublant que des mutuelles retirent une telle garantie, même si dans les faits elles le font parfois).

      Je n'y connais rien alors je prends wikipedia comme référence, j'espère qu'on me corrigera si je me trompe :

      Groupama est une société d'assurance mutuelle française.

      Wikipedia nous dit qu'une société d'assurance mutuelle est :

      Le terme de société d'assurance mutuelle définit une structure juridique particulière aussi appelée « mutuelle d'assurance ». Il s'agit d'organismes à but non lucratif, sur le modèle des mutuelles régies par l'ordonnance du 19 octobre 1945.

      Le fonctionnement de Groupama semble donc plus proche de la mutuelle que de l'assureur.

      • [^] # Re: Comme d'habitude...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+2/-3).

        Et depuis belle lurette la mutuelle n’est qu’une espèce particulière de société privée dont l’objectif est d’enrichir non des actionnaires mais d’autres gens. Conférer le magnifique exemple donné par M. Ferrand aux mutuelles de Bretagne. Il n’y a donc aucune raison de s’emouvoir Qu’une mutuelle se comporte comme tout autre assureur.

        Par ailleurs, ça leur fera une belle jambe aux habitants Que leur bailleur ait été bien assuré contre l’effondrement si celui ci intervient…

        • [^] # Re: Comme d'habitude...

          Posté par . Évalué à 5 (+2/-0).

          la mutuelle n’est qu’une espèce particulière de société privée dont l’objectif est d’enrichir non des actionnaires mais d’autres gens.

          Qui sont ces autres gens ?

          Les mutuelles se doivent de ne pas être déficitaire et d’avoir un certain capital financier mais elles ne redistribuent pas de bénéfices sous forme d’action. Donc qui enrichissent-elles et comment ?

      • [^] # Re: Comme d'habitude...

        Posté par . Évalué à 5 (+5/-0).

        je confirme que Groupama est une mutuelle d'assurance (GROUPement Assurance Mutuelle Agricole).
        Un mutuelle d'assurance signifie que ce sont les client qui sont "actionnaire" de la société (d'ailleur un client chez une mutuelle s'appele un sociétaire, etre client vous donne un droit de vote dans les assemblés générales)

        Meme si les mutuelle n'ont pas de but lucratif elles ont l'obligation de ne pas perdre de l'argent, donc d'en gagner, la différence avec d'autre société c'est que les benefices ne sont pas redistribués aux actionnaires et qu'ils permettent "en théorie" de faire baisser les cotisations de chacun. il n'en reste pas moins que ce sont des sociétés commerciales (on a tous vu les pubs sur cerise) et qu'ils ont un buissness a faire tourner (et des salariés à payer)

        perso ca ne me choque pas qu'il refuse d'assurer un risque qui leur semble trop important. le but d'une mutuelle d'assurance est de mutualiser les risques, ca ne donne pas le droit de faire n'importe quoi sous pretexte que si il y a un probleme, ce seront les autres qui paieront

        • [^] # Re: Comme d'habitude...

          Posté par . Évalué à 4 (+2/-0). Dernière modification le 08/12/18 à 13:22.

          Vécu par mes parents (il y a fort longtemps, puisque j'étais gamin) avec la MAIF : "M. Machin, compte tenu que cette année on a fait bcp plus de bénéf que prévu, on a décidé d'augmenter les protections sans surcoût. `A partir de dorénavant, les remorques, leur contenu, les remorques prêtées à un tiers sont couverts par votre assurance véhicule. Merci, bonsoir, et bien des choses à votre dame".

          Pas certain que ce soit encore le cas, mais la mutuelle sympa ça a existé oui.

          • [^] # Re: Comme d'habitude...

            Posté par . Évalué à 4 (+2/-0).

            Il y a quelques années, la GMF m’a appelé pour me proposer de changer au même coût mon contrat pour le nouveau avec une couverture légèrement améliorée (j’ai oublié exactement en quoi). C’était peut-être l’occasion de me demander si je n’avais pas besoin d’assurances supplémentaires, mais sans insister.

            Théorie du pot-au-feu : « tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

          • [^] # Re: Comme d'habitude...

            Posté par . Évalué à -2 (+0/-4). Dernière modification le 08/12/18 à 16:18.

            D'habitude dans les assurances c'est "Cher M. Machin […]"

            splash!

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.