Journal Sun/MySQL: fermeture du code source en cours...

Posté par .
Tags : aucun
0
17
avr.
2008
À confirmer:
http://developers.slashdot.org/article.pl?sid=08/04/16/23372(...)

Avis aux bisounourses:
Voilà ce qui peut arriver avec un soft dual licence GPL/propriétaire... en effet les contributeurs ont du abandonner leurs droits à MySQL AB maintenant Sun... et donc l'auteur peut faire ce qu'il veut des sources en terme de licences... et il peut fermer les parties/modules où il est l'auteur unique, du moins l'auteur qui a tous les droits...
  • # À confirmer

    Posté par . Évalué à 3.

    Attention, c'est vraiment à confirmer.
    Il me semble avoir lu le contraire ailleurs.
    • [^] # Re: À confirmer

      Posté par . Évalué à 5.

      Ce sont des nouvelles fonctionnalités qui ne seront pas en libre.
      En passant, MySQL AB n'a pas fait que du logiciel libre. C'est donc limite dans la continuation de l'ancien MySQL.
    • [^] # Re: À confirmer

      Posté par . Évalué à 10.

      Il faut d'ailleurs lire dans le fil slahdot l'intervention de Marten (previously CEO of MySQL, now SVP at Sun) qui remet bien les choses en perspective (je résume vite l'essentiel) :
      - il avait pris cette décision avant la fusion dans SUN
      - Sun n'était pas très favorable
      - Aucun source ouvert ne sera fermé
      - Certains add-on seront développées (licences à définir)
      - Backup en GPL dans la version 6
      • [^] # Re: À confirmer

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        il avait pris cette décision avant la fusion dans SUN
        - Sun n'était pas très favorable

        Et ? C'est pas Sun qui prend les décisions aujourd'hui ?
        • [^] # Re: À confirmer

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Même si Sun prends les décisions, ils souhaitent peut être respecter les idées des anciens employés de ce qui était MySQL AB, du moins au début, histoire de pas trop les facher.

          Enfin, j'en sais rien.
          • [^] # Re: À confirmer

            Posté par . Évalué à 3.

            C'est tout à fait possible. À noter le "poisson d'avril" de Jonathan Schwartz
            http://blogs.sun.com/jonathan/ "give it back" :)
            Après cela, il serait particulièrement mal venu de faire le coup pour de vrai.

            Que certaines nouvelles fonctionnalités soient réservées à une version "entreprise", cela ne me dérange pas spécialement, tant qu'ils ne reviennent pas sur l'existant, et c'est mieux s'ils peuvent éventuellement intégrer par la suite dans la version communautaire ces versions "réservées".

            Beaucoup d'autres projets font pareils (virtualbox aussi tiens), après cela ne doit pas être évident de trouver le juste équilibre pour être rentable.

            Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: À confirmer

          Posté par . Évalué à 2.

          quand tu rachètes une boite, tu ne peux pas arrêter du jour au lendemain tout le business et mettre toute la boite en chômage technique en attendant d'avoir étudié toutes les décisions précédemment choisies.

          Marten Mickos a d'ailleurs précisé dans son post sur slashdot qu'un meeting devait avoir lieu le mois prochain à ce sujet.
  • # Bof

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Même si c'est vrai, un petit fork est rapide à faire.
    • [^] # Re: Bof

      Posté par . Évalué à 10.

      Un fork, c'est facile à faire.

      Ce qui est légèrement plus difficile est la constitution d'une communauté sérieuse et de taille suffisante pour soutenir le projet...
  • # it s time to switch

    Posté par . Évalué à 10.

    to .... PostgreSQL :)
  • # Avis d'un bisounours

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Quel est le problème ? On peut toujours forker la dernière version GPL diffusée.
    Le seul soucis éventuel, c'est de ne pas avoir la puissance de feu de MySQL/Sun pour continuer le développement. Ainsi que le fait qu'une société éventuellement intéressée par la reprise d'un fork en double-licence (je suis bisounours mais je crois qu'une société derrière un soft libre est un vrai boost pour son développement) soit gênée par la licence GPL, les sources restant quand même sous propriété de SUN. C'est à ça que sert le pacte qu'a passé Trolltech avec la fondation KDE et qui stipule que sous certaines conditions dont la fermeture du code source, la dernière version libre passe en licence BSD. (je dois me tromper dans les détails mais l'idée y est).
    Bref, je suis pro-GPL mais je trouve le modèle de double-licence très bénéfique.
  • # C'est pareil avec du GPL only.

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Supposont une société X développe un logiciel GPL only (appllons ce logiciel Ethareol™)
    Cette socièté ce fait racheté par une société Y concurrente.
    Y décide d'arêter le développement du logiciel en question. Et vend une version de son propre logiciel purement proprio sous le nom de Ethareol™ dont elle détient la marque.

    CQFD, GPL-only C'est exactement pareil.

    Mais la communauté peux continuer le développement avec la dernière version libre tout en renomant le produit (Wareshirk par exemple)

    Bref, aucune différence.





    • [^] # Re: C'est pareil avec du GPL only.

      Posté par . Évalué à 4.

      > CQFD, GPL-only C'est exactement pareil.

      Ne mélange pas.
      Sun (et avant MySQL AB) a tous les copyrights. Alors GPL-only ou pas, Sun fait ce qu'il veut.

      Mais par exemple pour Linux ceux qui ont un copyright est énorme. Il est impossible (sauf théoriquement) de faire une version proprio de Linux.
      • [^] # Re: C'est pareil avec du GPL only.

        Posté par . Évalué à 0.

        > Il est impossible (sauf théoriquement) de faire une version proprio de Linux.

        il y en a plein chez les hébergeurs et autres Google, pourtant.
        • [^] # Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Tu n'as pas lu la GPL ni la notion de libre (celle de la FSF en tous cas) : rien ne t'interdit de ne pas diffuser à ce à qui tu ne fournis pas le code.
          l'AGPL corrige cà, mais seulement si les développeurs veulent.

          Tout ce qu'il y a chez les hébergeurs et Google à base de Linux reste libre.
          • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

            Posté par . Évalué à 2.

            tu devrais prendre des cours de logique de base car tu réponds complètement à coté de la plaque :

            ce n'est pas parce que ce n'est pas distribué que ce n'est pas proprio.

            les versions modifiées qu'ils utilisent peuvent être devenues non libres.
            • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Linux est sous GPL.
              La GPL empêche les que les modifications soient non libres (elle doivent être compatibles GPL)

              Explique moi comment leurs versions modifiées peuvent être non libres.
              • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Pas exactement : elle oblige à fournir les sources des modifications effectuées aux utilisateurs à qui tu distribues le logiciel ainsi dérivé. Mais pour les usages à titre interne, donc dans une entreprise, c'est toléré.
                L'Affero_General_Public_License a été écrite pour répondre au problème posé par les hébergeurs d'applications telles que Google, Facebook ou les distributeurs d'applications en réseau comme Free et auquel la GPL ne permet pas de se prémunir de ce genre de dérives.
              • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                Posté par . Évalué à 4.

                > Linux est sous GPL.

                bah oui

                > La GPL empêche les que les modifications soient non libres (elle doivent être compatibles GPL)

                c'est faux.

                > Explique moi comment leurs versions modifiées peuvent être non libres.

                en ne les diffusant pas ?

                tu es sûr que toi, tu as lu la GPL ?
                • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                  Posté par . Évalué à 0.

                  >> La GPL empêche les que les modifications soient non libres (elle doivent être compatibles GPL)
                  > c'est faux.

                  Tu peux développer stp ?
                  • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                    Posté par . Évalué à 3.

                    c'est très simple, l'entreprise Toto Inc. peut prendre n'importe quel bout de code ou projet en GPL (disons, Inkscape), le modifier pour ses besoins à elle (par exemple ajouter un export DXF à Inkscape) et ces modifications, ce code ajouté n'a pas à être libre ou sous GPL ou etc... ce code pouvait être par exemple une bibliothèque qui existait déjà et qui n'était pas libre (du code en C qui crache du DXF, par exemple)

                    et ça, tant que Toto Inc. ne distribue pas cette version modifiée (en gros, tant qu'elle ne la vend ou donne pas, ne la propose pas en téléchargement gratuit ou pas, ou ne la place pas dans une prestation code+services : en fait, tant qu'elle se la garde pour elle en interne)

                    la condition "si X est sous GPL, la version modifiée de X doit être sous GPL aussi" n'a de sens que si X est distribué.
                    • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                      Posté par . Évalué à 0.

                      C'est bien là que je voulais en venir: je ne suis pas d'accord.
                      À partir du moment ou tu intègres du code soumit à une licence GPL, ton code devient GPL, que tu diffuses ton logiciel ou pas. Mais comme tu le dit, il existe des conditions dans lesquelles on n'est pas obligé de diffuser les sources d'un logiciel en GPL. Free en sait quelque chose.
                      • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                        Posté par . Évalué à 2.

                        À partir du moment ou tu intègres du code soumit à une licence GPL, ton code devient GPL, que tu diffuses ton logiciel ou pas.

                        Non. Là tu donnes du grain à moudre à ceux qui parlent de la GPL comme un cancer ....
                        • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Et alors quoi, ton soft il change de licence spontanément juste au moment ou tu décide de le distribuer ? Le cancer ne se choisit pas, la GPL si. Ceux qui parlent de la GPL comme d'un cancer sont ceux qui font du FUD ou qui ne savent pas de quoi ils parlent. Pas besoin de se voiler la face quand on est droit dans ses bottes.
                      • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

                        Posté par . Évalué à 3.

                        bah c'est faux, d'ailleurs ça serait assez gênant puisque ça voudrait dire que tu peux mélanger du code proprio sous NDA et du code sous GPL et pouf comme ça magiquement il devient GPL. ou sous la licence de ton code sous NDA si lui aussi est sous une licence absorbante. comment qu'on choisit alors ? vite, une réponse, l'univers se déchire en tout plein de petits morceaux, tu as mélangé les licences.

                        la question de savoir si ton travail dérivé est sous GPL ou autre chose ne se pose qu'à sa diffusion et si elle est possible, cette interprétation me semble claire :

                        Copyleft applies only when a person seeks to redistribute the program. One is allowed to make private modified versions, without any obligation to divulge the modifications as long as the modified software is not distributed to anyone else.

                        ton travail dérivé d'un bidule en GPL est diffusable sous GPL ou pas du tout. avant c'est un peu comme savoir ce qu'il y a au sud du pôle Sud : la question ne se pose pas, elle n'a aucun sens.

                        tu peux parler de ton travail dérivé comme étant sous GPL alors que tu es encore en train de bosser dessus (par exemple à ces commerciaux en cravate et au regard halluciné) mais c'est un abus de langage. sa licence ne s'applique qu'à sa diffusion.
            • [^] # Re: Oh le bel amalgame non diffusé==proprio

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Les versions modifiées qu'ils utilisent peuvent être devenues non libres.

              On reprend: le code n'est pas libre ou prisonnier c'est l'utilisateur qui l'est ou ne l'est pas.
              La définition d'un code libre c'est qu'il est fourni avec une licence qui autorise l'accès au code source sa modification et la redistribution du code modifié.
              Si un utilisatuer opère des modifications qu'il ne souhaite pas distribuer, son code ne devient pas propriétaire...et cet utilisateur ne fait qu'exercer la liberté que lui offre une licence libre.
      • [^] # Re: C'est pareil avec du GPL only.

        Posté par . Évalué à 0.

        IL faut en conclure qu'une des meilleurs protections, c'est du GPL avec un maximum de contributeurs qui n'abandonnent pas leurs droits... et qui veillent au grain.

        Cf Linux en effet. Il s'agit d'être vigilant et de repérer les collectifs d'entreprises qui "effacent" les contributeurs qu'ils paient. C'est toxique sur le long terme.

        Est-ce notre seule protection valable sur le long terme?
      • [^] # Re: C'est pareil avec du GPL only.

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Sauf que dans mon exemple, la société n'as pas non plus tous les droits. (juste le droit sur la marque)
        Elle ne fait que payer des développeurs. Et elle a le droit d'arrêter de le faire si elle veux et quand elle veux.
  • # MySQL ca pue c'est pas libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Ce qui est marrant c'est que Sun emploie aussi des devs pour bosser sur PostgreSQL qui a l'avantage d'avoir une communauté de developpeurs plus reparties (au mois 3 ou 4 boites paient des devs pour bosser sur PostgreSQL).
    • [^] # Re: MySQL ca pue c'est pas libre

      Posté par . Évalué à 5.

      en quoi c'est "marrant" ? c'est logique... mettre ses billes dans le même sachet est dangereux... surtout si celui-ci est fragile... et puis dans le cadre du dev d'un projet ça peut être pas mal d'avoir l'avis des dev des projets "concurrents"... et s'il sont dans la même boîte, c'est le top.
  • # Ah bah oui mais non

    Posté par . Évalué à 4.

    Ca a été partiellement résumé plus haut :
    - il n'y aura pas fermeture de code actuellement ouvert
    - il y a une API pour les backup qui va être développé et qui sera GPL
    - il y aura des modules utilisant cette API qui seront développés exclusivement pour MySQL Entreprise et pour ces modules, la licence reste à définir.

    Donc en fait rien de bien transcendant. La critique des utilisateurs de MySQL Entreprise c'était pas tant sur le côté fermé des futurs modules que sur le fait que ça revient à transformer MySQL Entreprise en version beta de MySQL Community (puisque intégrant du code moins mature puisqu'utilisé par moins d'utilisateurs, puisque la base d'utilisateur Entreprise < Community) plutôt que l'inverse comme dans le modèle RHEL/Fedora.

    Croyez bien que si ça avait vraiment été de la fermeture de code, j'aurai fait un gros journal pastiche en disant que la GPL sapuesaipalibre et que ça permet de faire du proprio alors QUE LA BSD HEIN BON ALORS.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.