• # points intéressants qui ont attiré mon attention

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6. Dernière modification le 14/08/21 à 17:54.

    Créée en 1990, Arm a une particularité : elle ne produit rien elle-même. Elle développe la technologie et le brevet des puces pour tous les fabricants de microprocesseurs du monde. Et c’est cette neutralité qui lui permet d’être incontournable.

    On voit aussi le problème de ce genre d’ « entreprise sans usine », ça ne marche que quand la géopolitique est favorable pour que le système des licences fonctionne, et qu’on ne se fait pas racheter.

    Cette opération est problématique autant pour l’Europe que pour le Royaume-Uni car cela voudrait dire que le Royaume Uni se sépare d’un actif de plus de 35 milliards d'euros. Car même si la société avait été rachetée en 2016 par le japonais SoftBank, le siège restait à Cambridge, et employait 6700 employés.

    Bon j’aimerai voir la différence entre SoftBank et Nvidia (je ne connais pas SoftBank), mais j’ai comme une crainte qu’en cas de rachat d’Arm par Nvidia, l’intérêt d’Nvidia puisse primer sur l’intérêt d’Arm. Et de manière général, avec Intel, AMD et Nvidia étant américains, qu’Arm ne soit pas américain n’est pas si mal.

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: points intéressants qui ont attiré mon attention

      Posté par  . Évalué à 1.

      Nvidia a intérêt à développer sa branche embarquée donc ARM pour répondre à la demande d'IA embarquée et tuer la concurrence naissante des NPU. Je ne suis pas trop inquiet pour la survie d'ARM au sein de NVIDIA par contre en dehors c'est une autre histoire…

    • [^] # Re: points intéressants qui ont attiré mon attention

      Posté par  . Évalué à 1.

      Softbank a sans doute moins de "synergies" potentielles avec ARM que Nvidia…

    • [^] # Re: points intéressants qui ont attiré mon attention

      Posté par  . Évalué à 4.

      le Royaume Uni se sépare d’un actif de plus de 35 milliards d'euros

      Je n'y connais évidemment rien en géopolitique économique, mais est-ce que quand on vend un truc contre de l'argent, l'objectif n'est justement pas de compenser la valeur du "truc" par la quantité d'argent qu'on reçoit en échange?

      Ou alors, 35 milliards c'est la valeur pour les actionnaires, alors que l'État Britannique évoque le manque à gagner pour la société (impots, emplois…) en cas de délocalisation? Sauf qu'a priori, la boîte appartient à ses propriétaires, pas à l'État, se plaindre de ce que les gens font avec ce qu'ils possèdent, c'est le point de départ du libéralo-communisme?

  • # Ben ARM, fallait pas te laisser racheter...

    Posté par  . Évalué à 5.

    C'est sans doute simpliste mais on peut pas liquider le patrimoine et ensuite pleurer qu'on l'a perdu.

    Enfin bref.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.