• # Vive le 20° siècle !

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

    Christian Estrosi a réagi:

    Cette décision basée sur des principes dépassés intervient alors même que les deux conseils d’administration des lycées avaient donné leur accord. Triste et incompréhensible de la part de la #CNIL qui semble bloquée au 20ème siècle.

    Si j'étais parent d'un élève de ces lycées, je me poserais la question sur les compétences et l'éthique de ces conseils d'administration.

    Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

    • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

      Posté par  . Évalué à 4.

      Les conseils d’administration des lycées comportent des représentants des parents d'élèves et des lycéens.

    • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

      Posté par  . Évalué à 7.

      M. Estrosi est très malhonnête dans ses propos. Extrait de l'article en lien :

      Il ne s’agit ici que d’un avis de la CNIL (…) qui a clairement énoncé que : « il résulte de cet examen que ce dispositif ne saurait être légalement mis en œuvre ».

      La CNIL ne fait que formuler son interprétation de loi. Ce n'est donc pas une décision. Il ne s'agit pas de principes dépassés mais d'un texte réglementaire :

      Les arguments s’appuient essentiellement sur le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD)

      Pour rappel, le RGPD est entré en application le 25 mai 2018.

    • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

      Posté par  . Évalué à 8. Dernière modification le 30/10/19 à 15:54.

      Ce qui est d'autant plus drôle, c'est de voir Estrosi réagir sur une prétendue sécurité alors qu'il est maire de la ville la plus surveillée de France et que c'est lui qui lui a donné les moyens de l'être. Ca n'a pour autant pas empêcher les attentats de Nice. Pire, il osait prétendre, avant les attentats de Nice que "les frères Kouachi n'auraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés". En tout cas, un camion bélier est bien passé ;).

      Alors l'argument de la sécurité, à d'autres.

      La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

      • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

        C'est bien le fond du débat: la vidéosurveillance sert surtout à la répression pas à la prévention.

        Après un attentat suicide, la répression du suicidé n'est pas très intéressante.

        Ça sert aussi à faire de jolies vidéos sur internet.

        Incubez l'excellence sur https://linuxfr.org/board/

      • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        Ca n'a pour autant pas empêcher les attentats de Nice. Pire, il osait prétendre, avant les attentats de Nice que "les frères Kouachi n'auraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés". En tout cas, un camion bélier est bien passé ;).

        Pour le coup, entre le début et la fin de l'attentat, il n'y a pas eu beaucoup de temps ni de kilométrage pour le camion. En ce sens il a eu raison. Même si cela est assez indépendant de la question des caméras qui n'y ont joué aucun rôle.

        Cela ne change pas que sur le fond je suis d'accord avec toi.

        • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1. Dernière modification le 30/10/19 à 20:23.

            C'était donc avant l'attentat, pour les frères Kouachi la remarque était qu'à Paris après l'alerte à Charlie Hebdo ils ont pu quitté la ville. Ici le camion n'a pas pu quitter la ville après son méfait donc techniquement il a eu raison. CQFD.

            • [^] # Re: Vive le 20° siècle !

              Posté par  . Évalué à 10. Dernière modification le 31/10/19 à 00:29.

              Tu vas un peu vite en besogne. Certes ils n'ont pas quitté la ville mais :

              Malgré l'arrêté municipal interdisant la circulation sur la promenade des Anglais aux véhicules de plus de 3,5 tonnes, le camion blanc de 19 tonnes conduit par Lahouaiej-Bouhlel est filmé une première fois le 11 juillet peu avant 10 h par la caméra no 173 du centre municipal de supervision urbain en train d'effectuer des repérages pour son forfait. Il circule sur la promenade des Anglais, feux de détresse allumés, monte sur le trottoir bordant la mer, fait mine de se garer, repart, puis effectue même un demi-tour, toujours sur le trottoir, avant de repartir en sens inverse. En trois jours, le camion est filmé sur cette voie à onze reprises et manœuvre sur le trottoir de la promenade des Anglais à trois reprises pendant une trentaine de minutes cumulées sans susciter d'intervention de la police municipale, selon un procès-verbal d'enquête de la Sous-direction anti-terroriste révélé par la revue en ligne Mediapart fin décembre 2016. Lahouaiej-Bouhlel omet de restituer le véhicule à l'agence de location à la date prévue du 13 juillet. Le 14 juillet à 19 h 25, Lahouaiej-Bouhlel se prend en photo encore sous une pergola de la promenade des Anglais avant de se diriger vers son camion.

              La police aurait donc du intervenir 3 jours avant les faits simplement parce que le camion était dans une situation irrégulière et que les caméras l'avaient enregistré.

              Donc non, techniquement, il n'a pas raison. Ils ont eu tout le loisir de faire un repérage en situation irrégulière, pendant 3 jours, sans que les autorités n'interviennent.

              Maintenant, au niveau du déroulement après les faits, c'était plus rapide que pour le Bataclan, en effet. Mais ce ne sont pas les caméras qui ont servis dans cette tâche quand on lit le récit pour le coup…

              La majeure partie des morts l'était déjà de son vivant et le jour venu, ils n'ont pas senti la différence.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.