• # Si on lit entre les lignes ....

    Posté par  . Évalué à 5. Dernière modification le 19/05/21 à 22:06.

    ..; on peut y voir plus ou moins les arguments qui peuvent se profiler en faveur d'une taxe internet ou d'une taxe sur les données stockées. Au final on pourrait même se dire que la redevance copie privée est une bonne chose, qu'elle n'est pas assez importante et qu'on devrait étendre celle-ci verts l'usage du "cloud" et sur le transfert des données via Internet. Un peu comme on taxe l'alcool ou les cigarettes pour officiellement tenter de limiter leur consommation.

    Alors oui, je suis sûr qu'il y a certainement beaucoup de données numériques "inutiles " stockées un peu partout sur la planète, mais avec le temps, j'ai appris à me méfier de ce genre de discours prétexte à la taxation, ou a la raréfaction artificielle de certaines ressources pour les monétiser d'avantage.

    (oui je sais, je suis peut-être pessimiste, mais quand il y a un peu plus de 10 ans je postais des messages en disant qu'on allait de plus en plus vers une surveillance de masse et unbe réduction des libertés "à la chinoise", je me faisais plus ou moins rembarrer parce qu'on en était pas au même point … mais force est de constater que depuis les choses ne se sont poas améliorées et ce genre d'article a tendance à me faire peur).

    • [^] # Re: Si on lit entre les lignes ....

      Posté par  . Évalué à 6.

      Oui, je vois bien ce que tu veux dire. En fait, le probléme de la sobriété est quelque chose d'assez générique et concerne tout autant le numérique, que la bouffe, l'alcool, la drogue, la possession de bien matériel et j'en passe. J'aurais presque tendance à le ramener à une problématique de psychologie sociale, à la limite des sciences cognitives. C'est intimement lié à la manie que l'on à d'accumuler et de chercher notre épanouissement dans la satisfaction de ces besoins que je qualifierai presque d'atavique.

      Alors, effectivement, la régulation forcé de ces comportements a coup de taxe, et de restriction de liberté, n'est pas franchement une bonne idée. Mais si on évoque l'autre façon de faire, l'éducation …. ça va être compliqué. D'autant plus que tout notre système économique et industriel est fondé sur la maximisation de ces potentiels chez l'individu vu comme un consommateur, par exemple à travers le conditionnement des comportements par la publicité entre autres.

      En ce qui me concerne, j'ai peu d'espoir que ça change. Même si on vois les signes progressifs d'une certaine prise de conscience, ce n'est pas dit que cela ne ce fasse pas dans la douleur, et je n'ai pas du tout envie qu'on restreigne mes libertés. Je fais ce que je peux à mon niveau, et pour le reste, on verra bien. Si une démarche perso vers plus de sobriété peut inspirer mes proches, bah ce sera déjà ça. La liberté implique nécessairement la responsabilité individuelle et la connaissance. Sans ces deux aspects, la liberté mène au chaos, et comme une société ne peut pas exister sans ordre (c'est par essence même la fonction d'organisation des groupes humains), elle fera nécessairement disparaître la liberté pour survivre.

      En fait, la voie de la connaissance, c'est la seule qui mène vraiment a la liberté individuelle, ou si tu préfère, ce n'est pas parce que tu as le droit d'être libre que tu est libre. C'est une condition certes nécessaire, mais pas suffisante.

      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Re: Si on lit entre les lignes ....

        Posté par  . Évalué à 5.

        Le problème de la sobriété c'est surtout le fait que le terme soit péjoratif.
        Il y a un livre "âge de pierre, âge d'abondance" qui montre que « Si l'homme primitif ne rentabilise pas son activité, c'est non pas parce qu'il ne sait pas le faire, mais parce qu'il n'en a pas envie. ».
        Par exemple à cette époque de nomades à pied le fait de posséder quelque chose est tout de suite une contrainte car il faut le transporter. J'aime bien retrouver cette valeur des choses en randonnée.
        En informatique j'aime bien aussi quand j'élimine du code, une dépendance, une couche intermédiaire…
        La sobriété pourrait vraiment être vue comme un atout plutôt qu'une contrainte.

  • # Combien de "données" avez-vous en ligne et chez vous ?

    Posté par  . Évalué à 1.

    N'ayant pas de réseau social, du matériel qui a au moins 5 ans (un smartphone d'occasion) et 12 au plus (d'un point de vue strictement informatique et concernant les données), un peu de vidéos en ligne (150 Mo), et un peu de discussions sur les forums et certains serveurs mail (pas grand-chose, j'efface régulièrement et j'ai peu de contacts avec le temps), j'utilise :

    • Deux disques de 500Go.
    • Un SSD de 60Go.
    • Deux disques de sauvegarde de 1To.
    • 2 disques de données externes de 250Go (l'original et sa sauvegarde, donc)
    • 1 disque de transport de données non importantes (250Go)
    • 3 autres disques de 250Go (dans des PC portables).
    • Une demi-douzaine de clés USB et de cartes SD, pour environ 250Go en tout.

    J'en suis environ à 5To de "matériel" rempli à 30%. Le matériel me paraît de trop et le remplissage trop peu.

    Difficile de mesurer l'impact en ligne, en revanche.


    Je déborde un peu, on parlait évidemment de cloud, de sauvegardes de prestataires, etc., mais ça m'a interrogé sur mon usage, la réflexion sous-jacente de l'article me semblant demander une petite remise en cause sociale (par exemple, avec la possibilité d'une taxe plus importante sur la copie privée, comme l'annonce @totof2020) et donc, avant tout personnelle.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.