Journal Traduction....

Posté par .
0
2
juil.
2006
Où l'on apprend que Microsoft, dans son souci de favoriser les langues régionales, va traduire Office en Alsacien :

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-790691,0(...)

Une bonne remarque, hélas peu développée, dans la conclusion "Il faudrait aussi penser à traduire les logiciels libres !".


Je pense justement que les LL sont des bons outils de développement des langues régionales (Corse, Breton, Basque, Alsacien....), malheureusement il y a trop peu de traductions en cours, et il faudrait les encourager.

Connaissez-vous des projets de traduction, d'Openoffice par exemple, en Corse ? Ca aurait à mon avis un impact énorme !
  • # Qui paie ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Personnellement ce qui me gêne c'est que ce soit des chercheurs français qui soient mis a contribution pour la traduction d'un logiciel propriétaire.
    D'un autre coté, je suis pas alsacien et c'est une initiative de la région donc j'ai pas trop mon mot a dire, mais il serait plus logique de financer la traduction d'openoffice (et MS pourrait s'inspirer des néologismes qui résulteraient pour traduire office).
  • # Openoffice

    Posté par . Évalué à 8.

    Je ne sais pas si Ooo.org existe en corse, mais en tout cas une traduction fonctionnelle en breton existe déjà.
    La liste des projets de traduction est dispo là :
    http://native-lang.openoffice.org/
  • # Marketting a coup sûr.

    Posté par . Évalué à 7.

    Je peux pas croire une seconde que Redmond aie pensé aux alsaciens d'elle même et aie directement embauché des traducteurs alsaciens.
    Ca sens plutôt un accord entre la région et MS, la région ayant désormais un MS dans sa langue, MS pouvant faire du marketing autour. Et puis c'est franchement du foutage de gueule :

    * 50 000 mots ou courtes phrases : ca fait pas beaucoup, je doute que la la documentation soit traduite, les débutants seront vachement avancé, les habitutés repasseront vite fait en français pour retrouver leurs petits.
    * Franchement, juste un logiciel dans un système tout en français, ca fait pas très sérieux pour un boite comme redmond ?

    Enfin bref, récupération médiatique, politique et marketing pour un résultat pas rentable de toutes façons, donc forcément, pas fait sérieusement.
    • [^] # Re: Marketting a coup sûr.

      Posté par . Évalué à 1.

      Je peux pas croire une seconde que Redmond aie pensé aux alsaciens d'elle même et aie directement embauché des traducteurs alsaciens.
      Ca sens plutôt un accord entre la région et MS, la région ayant désormais un MS dans sa langue, MS pouvant faire du marketing autour. Et puis c'est franchement du foutage de gueule :

      Pardon, la première phrase était à prendre au second degré, j'ai oublié le "lol" ;-)
      • [^] # Re: Marketting a coup sûr.

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce n'était une critique de ton journal, mais de l'article en lui même. A vrai dire, même si je me suis fourvoyé, ton journal m'a paru plutôt neutre et j'ai trouvé ca très bien.
  • # OK, prenons la balle au bond

    Posté par . Évalué à 5.

    bonjour,

    je crois que les développeurs sont ouverts à toute traduction... mais qu'ils ne sont pas tous polyglottes... Aussi ce sont les "parlants" qui doivent se manifester !

    Pour mon cas, je suis preneur de toute traduction :
    http://www.pysycache.org/fr/menu-particip-number.html
    http://www.pysycache.org/fr/menu-particip-abc.html
    http://www.pysycache.org/fr/menu-particip-menus.html

    Sinon, il existe rosetta pour d'autres projets :
    https://launchpad.ubuntu.com/rosetta

    Vincent
  • # Argent public, profits privés

    Posté par . Évalué à 4.

    C'est sûr qu'il est plus simple d'avoir des versions localisées dès lors que le Conseil Régional finance la traduction et qu'un laboratoire de recherche publique est mis à contribution.

    Du coup, me vient une idée : attendre que l'état français finance pour traduire en français l'interface des logiciels libres populaires.

    "'Institut de dialectologie de l'université Marc-Bloch (Strasbourg-2) a été sollicité pour les traductions des quelque 50 000 mots ou courtes phrases de la suite Office. Son ancien directeur, Raymond Matzen, a déjà préparé le terrain : il a dressé un lexique de base de 2 500 mots, n'hésitant pas à fabriquer, quand il le fallait, des néologismes. Ainsi le navigateur sera le Webschnüffler ("renifleur du Web"), tandis que le clavier pourrait être baptisé Täschtbrett ("planche à touches").

    Pour le conseil régional d'Alsace, il s'agit d'abord d'une question d'image :"
  • # Et alors?

    Posté par . Évalué à 2.

    Sérieusement ça sert à que dalle de traduire les LL en alsacien: quasiment tous les alsaciens parlent bien français, et ceux dont c'est pas le cas vivent au fond des campagnes et seront bientôt morts (je suis moi même alsacien), alors à part une grosse opération de markéting cette traduction c'est bidon, à mon avis il vaut mieux traduire les LL dans toutes les langues des petits pays, comme les pays de l'est ou les langues africaines, bref pour de vrais marchés potentiels... De plus il faut pas oublier que l'alsacien est un dialecte surtout parlé et qui n'est pas normalisé, on ne parle pas éxactement pareil (même pour ce qui est de l'accent) dans le haut rhin et le bas rhin!
    • [^] # Re: Et alors?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      oui la majorité des alsaciens parlent bien le français.
      toujours est il que pour une part non négligeable d'entre eux, c'est la langue maternelle. (mes parents et grands-parents font partis de ceux là et ce ne sont pas les seuls)
      je pense qu'il serait intéressant de leur laisser juger de l'utilité de cette initiative.

      plus personnellement, je pense que pour microsoft c'est du marketing, et pour le conseil régional, cela permet de faire de la pub et de faire bouger l'alsacien qui n'évolue plus réellement. (c'est la définition de la langue morte)
      ce n'est pas une mauvaise idée à mon avis en tout cas cela se justifie même si je sais que je n'y toucherai jamais.
      • [^] # Re: Et alors?

        Posté par . Évalué à 1.

        Mais encore, il y a deux types d'Alsaciens:

        Un stub ne veux rien dire à Mulhouse, et signifie salle à manger à Strasbourg.
        • [^] # Re: Et alors?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          ca c'est la difficulté d'officialiser un patois
          autre exemple, y a 3 mots en vigueurs pour les pommes de terres selon l'endroit, de mémoire, c'est kartoffel, grumber, erdapfel
          (note : vu que je comprends mais que je parle pas le patois, j'ai des chances de me gourrer)
    • [^] # Re: Et alors?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      on ne parle pas éxactement pareil (même pour ce qui est de l'accent) dans le haut rhin et le bas rhin!

      et même d'un village à l'autre c'est pas pareil :)
      • [^] # Re: Et alors?

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est le même problème pour beaucoup de langues régionales. Demandez à un Ajaccien, un Bastiais, et un Bonifacien de vous prononcer le mot "tomate" en Corse, juste pour l'exemple ;-)
  • # Ils sont pas sorti de l'auberge ...

    Posté par . Évalué à 2.

    s'ils commencent à traduire dans toutes les dialectes.

    On peut comprendre pour le Catalan.

    Mais pour les autres? Il y en a tellement! Surtout dans les "pays fédérales" ayant conservé l'usage courant du dialecte locale.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.