Journal Logiciels libres et travaux forcés

Posté par .
Tags : aucun
-1
8
mai
2005
C'est la proposition du jour, certains ont l'air de trouver ça bien (cf. blog de T. Nitot)...

« Et si on encourageait les chômeurs à faire du logiciel Libre en même temps qu'ils cherchent du travail ? C'est bon pour la communauté, et ça leur permet d'acquérir de l'expérience et d'éviter de rouiller faute de pratique. Ca peut paraître farfelu, et pourtant, le système se met en place en Australie, pays qui demande aux bénéficiaires de l'assurance chômage de contribuer à des travaux collectifs. »

http://standblog.org/blog/2005/05/07/93114153-en-vrac(...)
  • # Envie de point Godwin

    Posté par . Évalué à 0.

    J'ai le droit de gagner un point Godwin tout de suite en faisant la référence qui convient ?
    • [^] # Re: Envie de point Godwin

      Posté par . Évalué à 4.

      Trop tard :

      http://www.linux-france.org/prj/jargonf/G/Godwin.html(...) : « Évidemment, cette loi ne peut en aucun cas être invoquée dans une discussion, car cela reviendrait très précisément à faire la même chose que l'insulte qu'elle prétendrait dénoncer, en cherchant à jeter le discrédit sur l'interlocuteur... »

      « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

      • [^] # Re: Envie de point Godwin

        Posté par . Évalué à 6.

        Tu es dur, il n'a pas invoqué la loi Godwin, il a juste demandé à avoir le point correspondant...
  • # encourager != forcer

    Posté par . Évalué à -2.

    Quel mal y a t-il à occuper les forces vives latentes du pays à partir du moment ou le travail ainsi réalisé profite à tous ?

    Ce n'est pas demain la veille qu'on te contraindra à faire du Libre... pas en France en tout cas.
    • [^] # Re: encourager != forcer

      Posté par . Évalué à 5.

      Donc tu préconises de faire travailler des gens sans emploi gratuitement pour que leur travail servent potentiellement les intérêts des entreprises qui refusent d'embaucher ? Si l'État ou les entreprises veulent du logiciel libre, qu'ils emploient des gens pour le faire ! Ça fera des chômeurs en moins.

      Je rappelle que sur ta feuille de paye, tu côtise très cher pour avoir droit au « chômage » (un truc limité dans le temps, et qui rémunère très mal), et que ce dernier n'est rien en comparaison de ce que tu auras payé tout au long de ta vie pour y avoir droit (il faut bien rémunérer les incompétents de l'ANPE et autre, ainsi que payer la facture pour le changement de logo à quelques millions d'euros).

      Ras le bol de voir que des imbéciles perçoivent encore les chômeurs comme des gens à charge de la société ! Les chômeurs ont côtisé pour avoir un droit, et ils ont côtisé bien davantage qu'ils ne pourront recevoir en échange. Si l'on ne veut plus avoir à charge les chômeurs, qu'on arrête alors de nous prélever toutes ces charges indécentes sur les salaires (charges salariales ET patronales référente à l'assurance chômage), et qu'on laisse l'opportunité aux employés de faire ce qu'ils veulent de cet argent (placement sur un livret A, actions en bourse, loisirs pour le mental, etc.)

      Un exemple tout con parmis d'autre, si les travailleurs économisaient eux-même leur chômage, au lieu que ce soit géré par d'autres et en prélèvement obligatoire sur le salaire, cet argent leur permettrait non seulement d'espérer de meilleures indemnisations (plus élevées et plus longues), mais surtout, pourrait leur servir à autre chose. Par exemple, quelqu'un qui n'aurait pas eu à toucher à son « capital chômage » durant toute sa vie de salarié pourrait parfaitement en bénéficier pour sa retraite !

      Aujourd'hui, on côtise très cher pour un service quasi-inexistant et « minimum », où l'on passe son temps à se faire radier abusivement sans arrêt pour faire artificiellement tomber les statistiques du chômage. Le pire, c'est qu'on est certain que cet argent ne nous profitera pas à la retraite, que l'on ai ou non été au chômage. Par contre, il aura servi à payer les gens de l'ANPE, à payer quelques millions d'euros à l'agence Euro RCSG pour voler un logo à une entreprise italienne, et à servir les magouilles politico-financières, entre autre...

      Et puis m*rde, j'aime pas non plus l'idée des camps de travail forcé, quand bien même ce serait pour du « logiciel libre ».
      • [^] # Re: encourager != forcer

        Posté par . Évalué à 10.

        pour que leur travail servent potentiellement les intérêts des entreprises qui refusent d'embaucher ?

        Tu distribues le code sous GPL en faisant savoir que si une boite souhaite faire du proprio avec tu es prêt à double-licencer le code à qui veut bien t'embaucher. Pourquoi pas ?

        Les chômeurs ont côtisé pour avoir un droit, et ils ont côtisé bien davantage qu'ils ne pourront recevoir en échange

        En es-tu sûr ? Sur ma fiche de paye la ligne correspondante est plutot mini-mini par rapport au montant total. Et quand tu es au chômage tu touches un pourcentage (décroissant) assez important de ton dernier salaire. Alors même si tu as cotisé pendant 10 ans quelques miettes tous les mois, tu écoules vite ce que tu as "mis de côté".

        qu'on arrête alors de nous prélever toutes ces charges indécentes sur les salaires

        Indécentes faut pas pousser. Su ma fiche de paye j'ai deux lignes assedic /TA et assedic /TB à 2.4% chacune. C'est exhobitant pour bénéficier d'une couverture chômage ? Je serais bien content d'avoir payé ces charges "exhorbitantes" si un jour j'en ai besoin.

        charges salariales ET patronales

        Les charges patronales ce n'est pas toi qui les payes. D'ailleurs à mon avis c'est une connerie de les inscrire sur les fiche de paye. Ca ne fait que faire râler des gens qui se sentent "spoliés" par le capit^M^M à bah zut, non, on ne peut pas leur mettre sur le dos, là.

        t qu'on laisse l'opportunité aux employés de faire ce qu'ils veulent de cet argent

        Bien, sûr. Et le smicard il épargne comment ? Si tout le monde cotise pour une caisse commune c'est aussi parce que certains, même en travaillant, ne peuvent pas se payer une assurance chômage. Ca s'appelle la solidarité. Ceux qui gagnent un peu plus cotisent aussi plus en proportion de leur salaire. Mais ça reste faible par rapport au total.

        où l'on passe son temps à se faire radier abusivement sans arrêt pour faire artificiellement tomber les statistiques du chômage

        Il y a une bonne part de foutage de gueule, c'est vrai, mais il y a aussi une tendance, chez les cadres notamment, à "laisser le temps au temps". Je connais plusieurs personnes qui se sont retrouvées au chômage et qui n'ont pas recherché tout de suite un emploi. Ils avaient bossé dur pendant plusieurs années (en SSII pour la plupart) et se sont dit que c'était l'occasion de s'accorder "un break" aux frais de la princesse. Forcément quand les assedics doivent payer le montant d'un salaire de cadre en indemnités chômage ça fait vite un trou...
        • [^] # Re: encourager != forcer

          Posté par . Évalué à 9.

          Tu distribues le code sous GPL en faisant savoir que si une boite souhaite faire du proprio avec tu es prêt à double-licencer le code à qui veut bien t'embaucher. Pourquoi pas ?


          Parce que tu serais OBLIGÉ de le faire. Obligé de côtiser, obliger de produire gratos, etc.

          Et quand tu es au chômage tu touches un pourcentage (décroissant) assez important de ton dernier salaire.


          Le pourcentage est fixe (il n'est plus décroissant depuis longtemps), et est limité à 55% de la moyenne de tes salaires nets. Le montant de l'indemnisation étant plafonné, et dans le temps (de 13 mois à 30 mois maximum, sous réserve d'avoir travaillé suffisamment pour ouvrir des droits), et dans le montant.

          Indécentes faut pas pousser. Sur ma fiche de paye j'ai deux lignes assedic /TA et assedic /TB à 2.4% chacune.


          D'une part, les prélèvements pour l'assurance chômage sont de 2,4% pour la part salariale et de 4% pour la part patronale, auxquels s'ajoute 0,45% d'assurance garantie des salaires.

          C'est à dire 7% de ton salaire brut total (et pas ton brut salarial), c'est à dire environ 15% de ton salaire net.

          Par exemple, pour que tu gagnes 1800 euros net par mois (le soit-disant salaire moyen des français, c'est à dire 2300 euros bruts), ton patron débourse en gros 3600 euros, dont 7% (c'est à dire 252 euros) partent rien que pour l'assurance chômage.

          Or, le système de chômage mis en place fait que l'on ne peut toucher plus que 55% de son ancien salaire (sur la période définie), donc si tu touchais 2300 euros par mois (pendant plus de 7 mois), tu auras droit à un chômage brut de 1265 euros, c'est à dire environ 1100 euros nets.

          En effet, c'est pas mal sachant que tu n'as besoin de côtisé que 7 mois pour avoir droit à 13 mois d'indemnisation, et 13 mois pour avoir droit à 30 mois. Donc en gros, si tu es un chômeur professionnel, en ne côtisant que 13x252 = 3276 euors, tu t'ouvres 37950 euros de droits (30x1265). Cela dit, chômeur professionnel, ce n'est pas si courant, et bien souvent, tu côtise « à perte », c'est à dire sans bénéficier de tes droits lorsqu'ils sont disponibles, puisque tu as un emploi.

          Maintenant, prenons le problème à l'envers. Avec 10% de la population active au chômage, ça veut dire que chaque mois, pour 1 chômage versé, 9 personnes côtisent. Soit 252 euros de côtisations multiplié par 9 cotisants pour 1 chômeur : 252x9 = 2268 euros !

          2268 euros de côtisations en moyenne, pour un chômage reversé (théoriquement, parce que j'ai rarement vu de tels montants) de 1265 euros bruts !

          2268 - 1265 = 1003 euros évaporés...

          Et paf, là tu te rends compte que l'assurance chômage coûte en réalité 1000 euros par tranche de 10 personnes, c'est à dire que cela nous coûte en moyenne 100 euros par côtisant !

          Et encore, j'ai été gentil sur les calculs, car je n'ai pas inclus le fait que la moyenne des indemnisations chômage est très largement inférieur aux chiffres annoncés.

          Et oui, tu croyais quoi ? Que les fonctionnaires de l'ANPE et des assedics étaient des bénévoles ? Que gérer tout cet argent ne coûtait rien ? Que les bâtiments étaient gracieusement offerts ? Et non, rien n'est gratuit, et comme je le disais, tu payes fort cher un service de merde, pour rester poli (j'ai été 30 mois au chômage, je connais un peu donc).

          Les charges patronales ce n'est pas toi qui les payes. D'ailleurs à mon avis c'est une connerie de les inscrire sur les fiche de paye. Ca ne fait que faire râler des gens qui se sentent "spoliés" par le capit^M^M à bah zut, non, on ne peut pas leur mettre sur le dos, là.


          Ah bon, et c'est qui alors ? Une offre gracieuse de ton patron à l'état ?!
          Les charges patronales, c'est du moins sur ton salaire réel, celui auquel personne ne songe. Le salaire réel, c'est ce que l'entreprise verse pour TE payer. C'est la rémunération de ton travail par l'entreprise, c'est le produit de ton travail.

          Quand tu gagnes 1800 euros nets par mois, la rémunéraiton réelle de ton travail, c'est 3600 euros (ce que sort l'entreprise), et c'est là que tu te rends compte que l'état se rince abondamment, puisqu'il en prend plus de 65% avant impôts, TVA et taxes diverses (sur ta consommation quotidienne évidemment)

          Bien, sûr. Et le smicard il épargne comment ? Si tout le monde cotise pour une caisse commune c'est aussi parce que certains, même en travaillant, ne peuvent pas se payer une assurance chômage. Ca s'appelle la solidarité.


          La solidarité ne justifie pas de payer un service hors de prix. Je te l'ai montré plus haut, l'assurance chômage nous coûte individuellement 100 euros par cotisant. Ces 100 euros, c'est la facturation du service, pour nous redistribuer les 152 euros restants et côtisés en moyenne (252 euros côtisés pour 152 euros reversés)

          Pour simplifier, tu donnes 252 euros par mois qui servent à générer une aide sociale solidaire de 152 euros max. Il n'y a pas comme un problème là ?

          Personnellement, j'appelle ça du gaspillage de solidarité. Désolé, je suis adepte d'une solidarité intelligente, et pas d'une solidarité à n'importe quel prix, à laquelle les dirigeants politiques croient que nous sommes tous assujettis.

          Forcément quand les assedics doivent payer le montant d'un salaire de cadre en indemnités chômage ça fait vite un trou...


          D'une part, les indemnités de chômage sont plafonnées, et d'autre part, si ton cadre touche un gros chômage (tout est relatif hein, parce que « gros » avec les assedics, c'est l'argent de poche quotidien des gosses à Chirac), c'est qu'il a beaucoup côtisé.

          Le problème, ce n'est pas le montant que l'on touche, c'est le prix que nous coûte cette solidarité mal faite.

          Tu l'auras compris, je suis pour une réforme totale de l'assurance chômage, qui non seulement nous coûtera moins cher, mais qui en plus indemnisera mieux. Par exemple, le truc le plus débile, c'est de la limiter dans le temps. En Belgique par exemple, tu touches le chômage tant que tu n'as pas d'emploi et que tu es en recherche d'emploi. En France, une fois arrivé en fin de droits, tu peux crever la bouche ouverte, alors que tu auras grassement rémunéré toute ta vie durant les incompétents de l'ANPE.

          Le truc le plus débile je crois c'est de mettre un plafond d'indemnisation à 10.000 euros par mois... Tout ça pour favoriser les classes aisées... Autant limiter l'indemnisation chômage à 2 ou 3 fois le smic (c'est un chômage hein, pas un salaire, il ne faut pas abuser non plus), et le verser tant qu'il y a besoin, plutôt que d'en limiter la durée.
          • [^] # Re: encourager != forcer

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Mouais, dans ton compte tu oublies que l'ANPE ne sert pas qu'à verser des sous. Elle centralise des annonces, sert d'aide à ceux qui en ont besoin pour rechercher et orienter, donne des formations ...
            tu as compté tout ça ?
            • [^] # Re: encourager != forcer

              Posté par . Évalué à 6.

              En théorie. Parce qu'en pratique ...

              Je ne sais pas ce que ça donne pour d'autres secteurs, mais dans l'informatique, ils ne servent strictement à rien (je dis ça après 3 ans de recherche d'emploi). Il y a même une fois où mon agence à reçu une offre d'emploi pour un ingénieur en informatique en développement web, avec connaissances en PHP, Html ... Tout plein de mots clés qui sont sur mon CV.

              Ils se sont contentés de la publier avec d'autres dans le journal local, où je l'ai vu. Moi qui croyait que le boulot de l'Anpe était de mettre en relation les entreprise qui embauche avec les chercheurs d'emploi ...
              • [^] # Re: encourager != forcer

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Oui, en général ils considèrent que ceux avec un gros diplome peuvent se démerder tout seuls. Normalement ils te pose la question au départ, si tu veux être géré (à ce moment là tu as des obligations d'aller aux entretiens proposés et quelques trucs du genre) ou être libre de faire ta recherche toi-même. Pour les non diplomés c'est en général différent (parce que les boulots sont considérés comme plus interchangeables ou parce qu'ils considèrent que c'est moins facile pour eux, je ne sais pas).
                Même chose pour les formations, c'est plus pertinent pour un ouvrier qui vient de se faire virer après 10 ans dans la même usine et qui n'a rien fait d'autre que pour un ingénieur sorti d'école.
          • [^] # Re: encourager != forcer

            Posté par . Évalué à 2.

            Par exemple, pour que tu gagnes 1800 euros net par mois (le soit-disant salaire moyen des français, c'est à dire 2300 euros bruts), ton patron débourse en gros 3600 euros, dont 7% (c'est à dire 252 euros) partent rien que pour l'assurance chômage.

            Je viens de regarder sur mon tout premier bulletin de paie arrivé hier (après 3 ans de recherches, ça fait plaisir :o), et je ne vois pas les mêmes rapports.

            Mon salaire brut représente 89% de ce que mon patron paye au total. Et le net représente 70% de ce que paye mon patron.

            Ca fait au total presque un tiers qui est prélevé en charges salariales et patronales, mais pas la moitié non plus.
            • [^] # Re: encourager != forcer

              Posté par . Évalué à 3.

              C'est que tu es fonctionnaire ou assimilé :-)

              Dans la fonction publique, les charges salariales+patronales représentent environ 15% (14,75% de mémoire, mais ça a du changer depuis le temps).

              C'est à mon avis l'explication à ton problème. Sinon, pour info, dans la fonction publique les agents ne côtisent pas à l'assurance chômage. (hé oui)
              • [^] # Re: encourager != forcer

                Posté par . Évalué à 2.

                C'est que tu es fonctionnaire ou assimilé :-)

                Ma boîte n'a absolument rien à voir avec la fonction publique, ni de près, ni de loin.

                Dans la fonction publique, les charges salariales+patronales représentent environ 15%

                Ben justement, dans mon cas, ça fait 30% qui part en charges salariales + patronales.
              • [^] # Re: encourager != forcer

                Posté par . Évalué à 4.

                Sinon, pour info, dans la fonction publique les agents ne côtisent pas à l'assurance chômage. (hé oui)

                Oui, mais :
                - il est rare qu'un fonctionnaire perde son emploi (c'est quand même un des principaux avantages du statut) ;
                - si cela arrive, c'est le trésor public qui met la main à la poche pour verser l'ARE (ce qui fait qu'en plus des deux interlocuteurs habituels : l'assédic et l'anpe, un troisième entre en jeu pour simplifier le système).
                • [^] # Re: encourager != forcer

                  Posté par . Évalué à 2.

                  sauf qu'un fonstionnaire ne pert son emploie QUE dans 2 cas très précis :
                  - la démission (ex : a un moment, beaucoup de facteurs ont démissionné pour rejoindre des boites de type chronopost...et beaucoup de facteurs ont vachement regretté d'etre partie de la poste)

                  - la faute grave ... et oui, un fonctionnaire qui fait une faute est tout simplement muté ailleurs avec une promotion (faut bien compenser l mutation géographique) ex : le procureur de l'affaire outreau (et tout plein de procureur ces dernières années)

                  or dans un cas comme dans l'autre, ces motifs de perte d'emplois invalident toutes prise en charge d'assurance chomage...

                  donc si un fonctionnaire perd son emploie, c'est que soit il le quitte volontairement (même s'il est mis au "placard", ca c'est une autre histoire) soit qu'il a fait une faute grave
                  • [^] # Re: encourager != forcer

                    Posté par . Évalué à 4.

                    En fait non.
                    Il arrive que la fonction publique embauche en CDD, et à la fin du CDD tu as droit à une indemnité chômage qui fonctionne selon le principe invoqué plus haut, et qui visiblement dure vachement moins longtemps qu'un chômage normal.
                    C'est ce qui m'est arrivé, un an de CDD et 7 mois d'indemnité chômage derrière.
                    Et c'est vraiment galère de faire discuter correctement ces trois fichus organismes bordéliques :p (J'ai dû toucher la fin au bout de quatorze mois).

                    Yth.
            • [^] # Re: encourager != forcer

              Posté par . Évalué à 3.

              Toutes les charges inhérantes à un salarié ne sont pas inscrite sur votre bulletin de salaire.
              Un aperçu des charges sociales sur salaire:
              http://www.lexisnexis.fr/lexisnexisjurisclasseur/juris_indice_charg(...)
              ( attention, certaines charges sont exclusives; ex: cotisation non cadre et cadre ).

              En ce qui concerne une rémunération ( par ex pour un gérant majoritaire, ce qui est mon cas ), compter ~50% en plus de la rémunération.
      • [^] # Re: encourager != forcer

        Posté par . Évalué à 10.

        J'essaye surtout de voir la chose sans à priori (pour info, je suis moi-même au chômage), et si je lis bien, ca me parait tout bon pour le libre cette histoire :

        la news slashdot à l'origine : http://it.slashdot.org/article.pl?sid=05/05/04/2257229&from=rss(...)

        On y apprend notamment qu'en Australie, il faut souscrire à une clause d' "obligation mutuelle" pour toucher les droits au chômage qui consiste pour le demandeur à justifier qu'il participe à une activité qui l'aide à trouver du travail. Et une organisation appelée CommunityCode propose de valider dans ce cadre des contributions à des projets open-source.

        et le site présentant l'initiative en question :
        http://www.communitycode.org/(...)

        Or je lis : CommunityCode is a group of Australian open source / free software people who want to give Newstart recipients a way to count any Free Software work they do towards their mutual obligation requirement, and to involve people who might not otherwise have a 'way in' to Free Software.

        Je retiens surtout le "any Free Software work they do", c'est à dire tout travail pour un projet libre.

        Pourquoi ca ne me choque pas ? Eh bien c'est une carotte pour aider des projets libres quels qu'ils soient. Il n'est écrit nulle part qu'on te forcera à travailler sur un projet qui ne te motive pas, ni que les projets qu'on pourrait te proposer doivent servir des intérêts quelconques.

        Si j'étais soumis à un tel système, par exemple, je choisirais sans doute de participer à freeciv ou firefox, ou un autre projet qui me motiverait. Mais pour m'écarter de l'exemple que tu donnes, qui est très juste, je ne contribuerais pas à un ERP.

        la comparaison avec un camp de travail forcé me parait dans ce contexte un peu bancale, non ?
      • [^] # Re: encourager != forcer

        Posté par . Évalué à 7.

        Un exemple tout con parmis d'autre, si les travailleurs économisaient eux-même leur chômage, au lieu que ce soit géré par d'autres et en prélèvement obligatoire sur le salaire, cet argent leur permettrait non seulement d'espérer de meilleures indemnisations (plus élevées et plus longues), mais surtout, pourrait leur servir à autre chose. Par exemple, quelqu'un qui n'aurait pas eu à toucher à son « capital chômage » durant toute sa vie de salarié pourrait parfaitement en bénéficier pour sa retraite !

        Heu... t'y va un peu fort quand même. J'ai l'impression que tu prends le parti des gens de 50 ans qui sont au chomâge et qui ont cotisés tout leur vie, en oubliant les jeunes qui aimerait bien bosser mais qui ne trouvent rien (quand je vois les chiffres du chomâge des jeunes, j'ai les boules pour eux... 25% officiellement (on peut je pense facilement ajouter 15%), je n'ose pas imaginer le pourcentage en emploi non-précaire...)

        Un peu comme si tu disais : moi j'en ai marre de payer la sécu, je ne vais jamais au médecin !

        Enfin bon, tu as sûrement de bonnes raisons de penser ce que tu penses, mais n'oublies certaines personnes..
        • [^] # Re: encourager != forcer

          Posté par . Évalué à 6.

          Un exemple tout con parmis d'autre, si les travailleurs économisaient eux-même leur chômage, au lieu que ce soit géré par d'autres et en prélèvement obligatoire sur le salaire, cet argent leur permettrait non seulement d'espérer de meilleures indemnisations (plus élevées et plus longues), mais surtout, pourrait leur servir à autre chose. Par exemple, quelqu'un qui n'aurait pas eu à toucher à son « capital chômage » durant toute sa vie de salarié pourrait parfaitement en bénéficier pour sa retraite

          Un autre truc qui me gêne dans tout ca, c'est le smicard. Je ne suis pas encore dans la vie active (ca viens, ca viens), mais une famille avec un smic et demi (emploi mi temps oblige pour la madame, je ne vous rappelle pas le pourcentage de mi-temps chez les femmes non qualifiées), avec les gosses à entrenir, la bagnole, et le logement pour tout le monde, t'as intéret de te serrer la ceinture pour économiser ton "assuance chomage" par toi même.

          Faut pas oublier qu'on paie les impôts (sécu et chomage) pour les malheureux (et ceux qu'abusent, mais ca on peut rien y faire, juste limiter la casse), qui sont malade et au chomedu.
          J'imagine que vous êtes comme moi pour la majorité, dans la tranche des "privilégiés", ce fric, on en a pas toujours besoin.
          • [^] # Re: encourager != forcer

            Posté par . Évalué à 3.

            J'imagine que vous êtes comme moi pour la majorité, dans la tranche des "privilégiés", ce fric, on en a pas toujours besoin.

            Si, a s'acheter de nouveaux trucs inutiles mais qui vont nous devenir indispensables, qu'on pourrait très bien vivre sans mais comme on est dans une société de consommation, il faut consommer sans réfléchir... sur l'utilité de ce que l'on consomme et sur les impacts que ça a sur la planète !

            Sinon tout va bien, la vie est belle !
            • [^] # Re: encourager != forcer

              Posté par . Évalué à 1.

              Sinon tout va bien, la vie est belle !

              Quand même, aujourd'hui, il a fait un peu frisquet.
              • [^] # Re: encourager != forcer

                Posté par . Évalué à 1.

                Mince, moi qui avait acheté un 4x4 pour réchauffer la planète, c'est raté ! :(
                Je vais essayer de faire un tour de 4x4, on verra si ça réchauffe plus...





                Bon, ok.... ----> [ ]
  • # A mon avis...

    Posté par . Évalué à 1.

    ... il faudrait en priorité imposer ce type de tâche d'interêt général à ceux qui contribuent le moins à l'interêt général et on même plutôt tendance à profiter des efforts généraux pour leurs intérêts personnels.

    Quand, pour la dernière fois, un patron de grande entreprise multinationale ou un grand actionnaire a-t-il fait quelque chose pour l'interêt général ?
    Certains diront qu'ils donnent du travail. Mais il faut bien être conscient qu'ils ne font pas cela dans l'interêt général mais bel et bien dans leurs interêts particuliers.

    Donc, je plussoie si l'on généralise l'apprentissage de ce qu'est l'interêt général à ceux qui se garagarisent avec mais n'y ont jamais contribué.

    Si vous n'aimez pas ce commentaire c'est qu'il est ironique.

  • # Et si on remettait dans le contexte ?

    Posté par . Évalué à 10.

    En Australie, les "jeunes" ou "nouveaux" chomeurs, doivent satisfaire certaines obligations pour toucher des indemnités chomage:
    - chercher activement du travail
    - ameliorer sa competitivité en vue de l'entrée sur le marché du travail
    - rendre quelque chose a la communauté qui les financent.

    Pour satisfaire a ces obligations, on peut faire differentes activités, par exemple se former a temps partiel ou bien travailler dans des organisations.

    La nouveauté c'est qu'il existe a present une association agrée pour la validation de ces obligations, qui permet a des gens de coder en opensource.

    http://www.communitycode.org/(...)
    http://www.centrelink.gov.au/internet/internet.nsf/payments/newstar(...)
  • # pourquoi forcer??

    Posté par . Évalué à 8.

    Alors là ce sera le début d'un super système ou l"état et les entreprises pourront se féliciter de la montée du chômage pr avoir certains services encore moins chers...
    Si les chômeurs veulent contribuer au logiciel libre, C leur choix! J'encouragerais volontiers un chomeur longue durée à bosser sur des projets libres de sa propre initiative histoire de rester au top, voire de s'auto-former, mais de là à le forcer à travailler!
    Y'a pas si longtemps, qd on voyait "Débat: faut-il faire travailler les chômeurs?", c'était une blague!! Si tu veux qu'ils bossent pr la société, ben tu les embauches, c'est aussi simple que ça.
    Le revenu minimal en France, c'est le smic, pas les indemnités chomage, il s'agit de pas tout mélanger. On voudrait tous que les chomeurs produisent, c'est sûr, ce serait bon pr la croissance, tout ça, et ils nous couteraient moins chers. Ben ça s'appelle de l'emploi alors, pas du chômage.
    Maintenant, un chômeur qui s'investit et qui en veut, et bien ça lui donnera un avantage mérité et spontané à l'entretien sur les glandus qui profitent et attendent la dernière minute pour se bouger le c..
    • [^] # Re: pourquoi forcer??

      Posté par . Évalué à 10.

      Y'a déjà un système un peu similaire qui existe : les stagiaires !

      J'ose le dire, les stagiaires sont souvent exploités par les entreprises (surtout en plus quand ils ne sont pas payés !)
      • [^] # Re: pourquoi forcer??

        Posté par . Évalué à 5.

        surtout en plus quand ils ne sont pas payés !


        J'aime bien ton "surtout", parce que, en général, les stagiaires ne sont pas payés.

        Il n'y a qu'a partir de bac+4 qu'on peut commencer à espérer, sinon c'est du bol. Et encore, j'imagine même pas comment ca se passe chez les graphistes....
      • [^] # Re: pourquoi forcer??

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        ce qui me fait rire est que tout le monde oublie bien vite que le stagiaire n'est pas un travailleur, ni un salarié mais il est sous le régime de l'apprentissage.

        puisqu'il apprend son métier lors de son stage, il a le droit de faire des conneries, erreurs, bourdes, et tout le tralala, il doit même avoir un maitre de stage le formant, lui expliquant plein de trucs pour que le gars puisse être qualifié pour le poste qu'il a appris.

        à defaut de faire travailler des petits nenfants d'asie, on fait travailler nos apprentis gratos plutot que de recruter un gars. ( ne pas oublier le film Zoolander où l'on présente à Derek Zoolander le méchant premier ministre de malaisie qui veut interdire le travail des enfants et donc qu'il faut assassiner ;) )

        puisque les stages sont devenu obligatoire, les entreprises ont une mains d'oeuvre gratuite ... alors autant qu'ils en profitent. depuis 10 ans, on impose de plus en plus les stages dans la formation universitaire, scolaire, ... . l'état forme à l'esclavage.

        aujourd'hui, nous assistons au nom du progrès économique a une régression sociale, culturelle de l'ensemble des droits de l'homme :
        http://www.conseil-constitutionnel.fr/textes/p1946.htm(...) <- préambule de la constitution francaise de la IXieme et Xieme République qui est toujours en application en théorie.

        chaque fois que je la lis, je rigole doucement ...
        • [^] # Re: pourquoi forcer??

          Posté par . Évalué à 1.

          ce qui me fait rire est que tout le monde oublie bien vite que le stagiaire n'est pas un travailleur, ni un salarié mais il est sous le régime de l'apprentissage.

          Je ne crois pas que stagiaire et apprenti soient la même chose. Un apprenti est payé selon un barème légal. Le stagiaire peut recevoir une gratification de l'entreprise mais n'est pas payé.

          Sinon, les stages sont faits théoriquement pour apprendre et font parties du cursus scolaires-universitaires. Hors, je crois que ni les scolaires ni les étudiants ne sont des employés ? Alors, parler d'exploitation, cela me parait excessif.

          Maintenant, qu'il y est des abus, c'est comme partout :-/
          • [^] # Re: pourquoi forcer??

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            le régime de l'apprentissage ne veut pas dire qu'il ait un contrat d'apprenti. un apprenti est un statut tout aussi précis que celui de stagiaire. par contre tout les deux apprenne un métier.

            sinon pour ce qui est de l'emploi fait des stagiaires par les entreprises, il me semble que les abus sont monnaie courante de nos jours : l'usage qu'est fait du stage ne fait que renforcer la précarité du marché du travail.

            pour la petite histoire, le mot "stage" en francais désigne à l'origine la période dans la vie d'un chanoine, où il ne touche pas encore sa prébende ( son salaire d'ecclésiaste ).

            comme quoi, tout se rejoinds. :)
        • [^] # Re: pourquoi forcer??

          Posté par . Évalué à 2.

          Bien vu, notamment le point 9:
          9. Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

          Et malheureusement, la tendance est justement de faire le contraire:
          1/ on prend un service public, proprieté de la collectivité,
          2/ on lui coupe peu à peu ses moyens sous pretexte de faire des économies nécéssaires,
          3/ on dit qu'il est défaillant et trop cher,
          4/ et hop, on privatise la partie encore rentable et bien évidemment, la partie non rentable greve encore plus le budget
          5/ et on recommence.

          Si vous n'aimez pas ce commentaire c'est qu'il est ironique.

        • [^] # Re: pourquoi forcer??

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          rectification utile ... c IVieme et Vieme république et non IXieme et Xieme republique
        • [^] # Re: pourquoi forcer??

          Posté par . Évalué à 8.

          ce qui me fait rire est que tout le monde oublie bien vite que le stagiaire n'est pas un travailleur, ni un salarié mais il est sous le régime de l'apprentissage.

          puisqu'il apprend son métier lors de son stage, il a le droit de faire des conneries, erreurs, bourdes, et tout le tralala, il doit même avoir un maitre de stage le formant, lui expliquant plein de trucs pour que le gars puisse être qualifié pour le poste qu'il a appris.


          Ce qui me fait rire c'est que tu confonds théorie et pratique. En théorie, le stagiaire est encadré par un maître de stage pour apprendre la vie en entreprise. C'est beau, la vie est belle.
          En pratique, le stagiaire est parachuté devant un PC et fait le travail que personne n'a voulu faire car trop chiant. Le maître de stage n'est jamais là pour l'aider, le stagiaire l'a vu au début, et peut-être lors de sa soutenance.
          Au final, la boite a fait développer le bout de code qu'elle voulait mais que personne ne voulait faire pour 0 euros. Pas belle la vie ?

          (PS: je ne parle que du stagiaire en stage informatique, le reste je ne connais pas)
          • [^] # Re: pourquoi forcer??

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Quand ce n'est pas simplement pour avoir de la main d'oeuvre pas cher pour faire tourner sa boîte.
            J'ai eu l'occasion de faire un stage pendant mes études dans une petite boîte qui n'avait aucun salarié et tournait avec un stagiaire en alternance (80% du SMIC) pour le développement de projets et l'encadrement de plusieurs stagiaires pour la réalisation (30% du SMIC).

            On travaillait dans son sous-sol aménagé (vive la lumière au néon), et on s'est rendu compte qu'on gardait sa maison pendant qu'il partait en vacances.

            Cerise sur le gâteau, il avait bien tourné ses phrases à l'oral comme à l'écrit et les 30% du SMIC (normalement mensuel) se sont transformés en 30% du SMIC pour l'ensemble de la durée du stage auxquels a été soustrait 40% de la somme pour les soit-disant charges (qu'il ne payait pas puisque 30% du SMIC est la limite pour ne pas en payer).

            Au final, j'ai eu une belle auto-formation sur PHP/MySQL pour migrer un application 4D Web.

            C'était ma modeste contribution sur les stages obligatoires pendant les études ...

            NB: D'après mes recherches sur les sites d'annonces de stage, ce sympathique patron d'entreprise sévit toujours...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.