Journal Ebook Reader.

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
1
jan.
2008
Cher journal, c'est de saison : Bonne année.

Bon, en fait, je voulais reparler de ce journal http://linuxfr.org//~palm123/25771.html . En effet, celui ci m'a permis d'avoir un truc pour noël !

Donc voila : Je suis depuis quelques jours l'heureux possesseur d'un Sony PRS-505 (PRS pour Portable Reader System).
Ce modèle, actuellement uniquement vendu aux USA, existe donc en deux coloris : gris metallisé ou bleu nuit (metallisé egalement). Le mien est bleu nuit, je trouve le gris metallisé dérangeant lors de la lecture.

L'ensemble pese son poid(sans en etre pour autant genant), mais l'encombrement est minimum: Le PRS a une epaisseur de 8mm, fait 18cm de haut et 12 de large. Il est livré dans une housse de protection. Il ne tient certainement pas dans une poche de pantalon, mais rentre sans probleme dans la poche de mon manteau. On peut aussi le garder a la main, meme si personnellement j'utiliserai une dragonne pour m'assurer qu'il ne tombe pas accidentellement.

La technologie de l'ecran utilisée est l'E-ink.
Ceci implique donc plusieurs choses :

- un ecran monochrome, non retro-eclairé, mais parfaitement lisible quelque soit l'inclinaison de l'appareil, ou l'incidence de l'éclairage (on peut lire dehors sans probleme).

- La durée de fonctionnement de l'appareil avec une batterie rechargée est impressionnante. J'utilisais jusqu'a présent mon vieux powerbook pour lire des bouquin electronique, a pleine charge j'en tirai au maximum 3h. Avec l'ebook, je n'arrive meme pas a décharger visiblement la batterie ( au vu de l'icone sur l'ecran).

- Le rendu est bon, et lisible quelque soit la taille des caractères. A ce propos, on peut zoomer sur un texte, le PRS proposant 3 tailles de caractères, la plus petite est comparable a la police utilisée dans des livres de poches.

- Le rafraichissement de l'écran n'est pas immédiat, et provoque un clignotement. Cela peut paraitre rébarbatif, mais a l'usage on s'y fait : on clique sur le bouton de changement de page inconsciemment vers la fin de la page précédente, et le clignotement intervient quand les yeux se déplacent vers le haut de la page.

L'ecran a pour dimension 9cmx12cm. L'affichage proposé par defaut est en mode "page". On peut néanmoins passer en mode paysage, auquel cas, la page est divisée en deux en longeur (on voit d'abord la moitié haute de la page, et apres changement de page, la moitié basse).
Personnellement, pour lire un livre, je n'ai pas vu d'intéret a ce mode paysage.

Il n'est pas non plus possible de faire quelques annotations que ce soit sur le PRS. C'est un lecteur de livre electronique, rien de plus. Enfin si quand meme un peu, puisqu'il permet d'ecouter de la musique en mp3 et d'afficher des images. On peut egalement apposer des marque-page dans les livres electroniques pour naviger plus facilement

La capacité de base de ce modele est de 200Mo. On peut aller jusqu'a 10Go par l'ajout de cartes SD et MemoryStick, des emplacements différents etant reservés pour ces deux types de cartes.

Concernant les menus, ils sont tres clairs et de navigation facile. On arrive facilement à retrouver un livre.

De plus, dans les livres eux même, on peut trouver (si cela a été fait lors de la creation du fichier), un systeme d'hyperlien pour naviger dans le livre.
Ca peut etre interessant pour un manuel, mais vu que je reserve cet appareil a la lecture de romans, l'interet est moindre.

Les formats lisibles par l'appareil sont : BBeB, PDF, TXT, RTF.
Attention, pour les pdf, il vaut mieux, vu la taille de l'ecran, que le document ai été formaté pour cette taille, sinon le document risque d'etre illisible.

L'appareil se recharge via cable USB (fourni), ou via chargeur 5V/2A (non fourni).
De plus, on trouve dans le paquet un CDROM contenant le logiciel de gestion du PRS, uniquement pour windows malheureusement.
Neanmoins, il existe une alternative libre pour les autres systemes d'exploitations ( Linux/MacOs) : libprs500 de Kovid Goyal, ecrit en python.

Avec ce programme est fourni un certain nombre d'utilitaires de conversion vers le format BBeB. Sinon, le PRS-505 est reconnu en tant qu'USB Mass Storage. Donc, il suffit d'un drag&drop du fichier sous le bon format pour qu'il soit lisible automatiquement. Ah oui, apres l'ajout d'un fichier, le PRS mouline un peu pour construire sa base de données interne.

L'inconvenient est bien sur l'acces au site de livre electronique de sony. Mais d'un autre coté pour nous (non americain), nous n'avons (normalement) pas le droit d'y acceder ( si on en croit la licence), n'y d'acheter des livres electroniques sur ce site ( il faut avoir une carte de paiement liée a une adresse postale americaine). De plus, les livres achetés sur ce site sont sous DRM ( et encore cher pour des livres dématérialisés). Le choix n'est pas non plus des plus grand (et c'est tout en anglais/americain)

Enfin, je suis tres content de mon cadeau, qui va remplacer mon pc dans mes trajet dans les transports en commun.
  • # ok pour le contenant, mais le contenu ?

    Posté par . Évalué à 2.

    trouves-tu facilement des livres à charger dans ton ebook ? si oui où et à quel prix ?
    étant l'heureux possesseur d'un asus eee, cela m'intéresse beaucoup !
  • # Attention !

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    pour ne citer que RMS :

    Examinons par exemple le cas des livres électroniques. C'est un thème tellement à la mode qu'il est difficile d'y échapper. J'ai pris l'avion pour le Brésil et le magazine de bord contenait un article annonçant que d'ici 10 ou 20 ans, nous passerions tous aux livres électroniques. Voilà clairement une campagne financée par quelqu'un. Dans quel but? Je crois que j'ai deviné. Les livres électroniques sont l'occasion de retirer aux lecteurs des livres imprimés certaines des libertés qu'ils ont réussi à conserver - telles que la liberté de prêter un livre à un ami, de l'emprunter dans une bibliothèque publique, d'en vendre un exemplaire à un magasin de livres d'occasion, d'en acheter un exemplaire de manière anonyme, sans laisser de trace dans une quelconque base de données. Et, qui sait, le droit de le lire deux fois.

    Voilà des libertés que les éditeurs souhaiteraient nous retirer, mais qui dans le cas des livres imprimés provoquerait une levée de boucliers car ce serait une prise de pouvoir trop voyante. La stratégie indirecte qu'ils ont trouvée est donc la suivante: tout d'abord, on obtient de la loi qu'elle retire ces libertés aux livres électroniques à une époque où ils n'existent pas encore, ne provoquant ainsi aucune controverse. Il n'existe pas d'antériorité, d'utilisateurs de livres électroniques habitués à ces libertés et prêts à les défendre. Cette première étape fut atteinte avec le Digital Millennium Copyright Act en 1998. Ensuite, on introduit les livres électroniques et peu à peu on incite tout le monde à passer des livres imprimés aux livres électroniques. Finalement, le résultat est que les lecteurs ont perdu ces libertés sans qu'à aucun moment, ils ne s'en soient vu priver et aient donc eu l'occasion de se battre pour les conserver.

    http://sawww.epfl.ch/SIC/SA/publications/FI01/fi-sp-1/sp-1-p(...)
    • [^] # Re: Attention !

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Bof, ce que le petit pere RMS raconte, ce n'est ni plus ni moins que le problème des DRM.

      Parce qu'a part ca, au moins pour le PRS-505, le propriétaire a directement accès a la carte mémoire utilisée par l'appareil.
      En conséquence, il peut récupérer le fichier sans trop de problème.
      Si il n'y a pas de DRM dessus (mais ca c'est un problème d'ayant droit et d'éditeur), il le repasse a quelqu'un d'autre, qui peut egalement le lire ...

      Quand au format LRF, je pense qu'on peut le décompiler, puisqu'un compilateur exite (mais je ne suis pas sur).

      Et finalement, le livre électronique est avant tout pratique.
      Mais a part pour une lecture "format poche", il n'est pas encore adapté a tous les contenus (BD, manuel scolaire, contenu artistique) .

      Enfin, on a bien vu que jusqu'a présent, le marché du livre électronique est resté embryonnaire. Les constructeurs et éditeurs ont beau pousser pour l'adoption des livres electronique, les utilisateurs ne suivent pas.
      Plusieurs raisons:
      Les DRM: Les utilisateurs sont réellement réfractaire a l'idée d'être limités par eux.
      L'objet: Les utilisateurs aiment tourner les pages
      Le prix : Le prix des livre electronique est beaucoup trop cher par rapport au prix des livres imprimés (cela tend a changer grace a Amazon et son Kindle).
      • [^] # Re: Attention !

        Posté par . Évalué à 1.

        Dans 1 siècle, le livre papier qui est sur mon bureau en ce moment, sera encore lisible. Alors que les composants électroniques constituant les lecteurs électroniques auront très probablement rendu l'âme. (ou bien la carte de mémoire, ne sera pas lisible, parce que non compatible ou défectueuse).

        Je peux aller dehors, s'il fait jour, pour lire mon livre papier, pas besoin de batteries ou d'une autre source d'énergie.

        Ce qui est écrit sur le papier, ne va pas se modifier tout seul plus tard, sauf si l'imprimeur à utilisé une encre spécial, qui ....

        Je peux plonger mon bouquin dans l'eau, ce sera plus ou moins récupérable selon la qualité du papier.
        - Si c'est un papier bouffant (comme le papier journal, mais souvent plus épais pour les livres), celui qui est léger et jauni avec le temps, alors je n'ai qu'à laisser sécher les pages.
        - Si c'est un papier blanc brillant (dit à la colle), lourd, alors il faut séparer chaque page, parce que la colle se sera diluée et en séchant va coller les pages.

        Si les pages se détachent, je peux toujours restaurer le livre avec peu de moyens. Si un composant électronique devient défectueux, je ne peux pas le remplacer sans équipement spécialisé ou coûteux. Et, peut être que les données pourraient être définitivement perdues.

        Rien ne remplacera le livre en papier. On peut en changer de format : en rouleaux, en journal, en livre reliés... mais c'est quelque chose de durable, l'histoire nous l'a prouvé.

        A bientôt
        Grégoire



        • [^] # Re: Attention !

          Posté par . Évalué à 1.

          Oui mais le papier ça brule, c'est encombrant, ça se fait bouffer par des rongeurs, ça moisi, ...

          Je pense qu'il faut mieux opter pour la gravure sur pierre : c'est quelque chose de durable, l'histoire nous l'a prouvé.

          PS : quel est la probabilité que dans 1 siècle quelqu'un retrouve ton livre ? Quel est celle d'une oeuvre numérique qui à été diffusé sur plusieurs réseaux électroniques.
          • [^] # Re: Attention !

            Posté par . Évalué à 0.

            Bah les ordinnateurs ça peut aussi brûler hein ! Et la duré de vie d'un appareil électronique est bien moindre que celle d'un livre, même avec la piètre qualité du papier d'aujourd'hui. Il ne moisit pas, mais il s'oxyde et bien plus vite.
            Je pense aussi que tu serais surpris de l'état des livres anciens (d'avant 1800) qui n'ont pas toujours été conservés dans des conditions optimales mais qui restent toujours dans un état tout à fait respectable (certes, on ne fait plus le même papier)...
            • [^] # Re: Attention !

              Posté par . Évalué à 3.

              Les fichiers numériques étant immatériel, tu les dupliques très facilement. Et puis y a des livres que tu lis qu'une seule fois.

              Pour en revenir au problème de place, les bibliothèques se débarrassent des vieux livres car il n'ont plus de place pour les stocker. S'ils étaient sous forme numérique, vu que pour un même volume on peut mettre de plus en plus d'info, ils ne seraient pas obliger de les jetter et même 20/30 ans après on pourrait trouver les bouquins qui existait à l'époque.

              Après chaque support a son utilisation.
              • [^] # Re: Attention !

                Posté par . Évalué à 1.

                Tout à fait on peut duplique facilement, etc.. Donc en théorie, oui, la pérennité est assurée. Maintenant, que celui qui n'est jamais tombé sur un cd gravé qu'il n'arrivait plus à lire me jette la première pierre. Certes, la contrainte du volume de cet archivage est moindre mais il entraîne néanmoins d'autres inconvénients: une certaine fragilité du médium, un entretient (recopie, évolution des formats, stratégie de sauvegardes, ...) indispensable, etc. Je doute que tous les particuliers soient capables/disposés à supporter ces nouvelles contraintes. Dans un contexte de mutualisation, c'est sans doute supportable (quoique, mis à part l'Église, je ne connais peu d'organisation qui perdurent au travers des siècles) mais tu y perds alors ton autonomie.

                Aussi, du point de vue économique/écologique, entre acheter une bibliothèque et la remplire au fur et à mesure de ses lectures et devoir renouveller son matériel numérique tous les x ans, le calcul est vite fait...

                Pour prendre un exemple, si demain tu achète une bd électronique à tes enfant, je ne pense pas que leurs futurs petits enfants puissent en profiter comme toi tu as peut-être pu lire les livres de tes parents/grands parents.

                Après chaque support a son utilisation.
                Tout à fait. Je ne suis point du tout contre ces ebook reader; comme on l'a déja fait remaquer, pour lire une doc ça à l'air idéal. Mais comme on dit: il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

                ps: rien ne t'empêche de donner les livres que tu ne lis qu'une fois...
                • [^] # Re: Attention !

                  Posté par . Évalué à 1.


                  ps: rien ne t'empêche de donner les livres que tu ne lis qu'une fois...


                  Oui d'ailleurs, j'entends régulièrement parler d'opérations où l'on laisse un livre dans la nature et où celui-ci circule, par exemple à Paris (et d'autres villes de France je pense) : http://paris.evous.fr/Circul-livre,871.html

                  Et c'est je trouve une manière très intéressante d'échanger des livres qu'on ne lit qu'une fois.
                  • [^] # Re: Attention !

                    Posté par . Évalué à 2.

                    C'est le principe du bookcrossing : http://bookcrossing.com/

                    On inscrit son bouquin, le site donne un identifiant qu'on recopie sur le bouquin, et hop dans la nature.
                    Celui qui tombe sur le bouquin va sur le site et rentre l'id sur le site, et il dit ou il a trouvé/reposé le bouquin, s'il l'a aimé ...

                    C'est sympa, par exemple j'ai libéré un bouquin qui s'est retrouvé en allemagne pendant le mondial de foot, je me demande ce qu'il est devenu ... :)

                    Par contre le taux de bouquins retrouvés et qui sont signalés sur le site est assez faible, de l'ordre de moins de 10% je crois.


                    Mais bon, mieux vaut emprunter des bouquins à la bibliothèque si c'est pour lire une seule fois ...
                • [^] # Re: Attention !

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Je ne comprends pas pourquoi vous cherchez a denigrer le livre électronique.
                  Parce que, vraiment, c'est de cela dont il s'agit.

                  En fait, il faut savoir ce que vous cherchez a obtenir dans un livre.
                  Dans mon cas, c'est du contenu.
                  En consequence, j'accorde peu d'importance a la forme.

                  Par contre je suis sensible aux differents critere que peuvent etre la disponibilité, l'encombrement entre autres.

                  Or, dans mon cas particulier, je lis vite. Un livre de taille normale, que j'apprécie, m'occupe en moyenne pendant 2 jours. Autant dire que meme si je considere que je gagne plutot bien ma vie, il est impossible que j'achete tous les livres que je lis.
                  Pour ce qui est des livres, je me tourne donc vers les bibliotheques municipales de ma ville (oui il y en a plusieurs). Cela m'oblige donc a rendre les livres que j'emprunte, et a attendre qu'un livre soit disponible pour pouvoir le lire

                  Les livres electroniques eux, si ils sont disponibles, le sont automatiquement.
                  En général, ils coutent quand meme moins cher que des livres imprimés.
                  Pour le reste ... et bien je n'eprouve pas d'enormes complexe a dire que je m'en fous un peu.

                  Je ne suis pas dans une optique de transmission de la connaissance par le partage d'un livre.
                  D'autant que d'autres sur internet s'en chargent (a leur risques et perils) bien mieux que moi.

                  Pour finir, et ne pas uniquement parler de moi, je vais encore reparler de ma moman qui lit beaucoup elle aussi (et qui est furieuse qu'amazon ai perdu le proces qui l'opposait au syndicat du livre).
                  Ma moman commence a etre agée et souffre, malheureusement d'une forme d'arthrite. En consequence, elle ne peut plus vraiment porter de charge trop lourde, surtout si la prise en main de l'objet l'oblige a opposer son pouce aux autres doigts.
                  Donc, son plus grand regret est de n'avoir pas pu lire le dernier Harry Potter (edition reliée) dans son lit, car le pavé de plusieurs centaines de pages, plus la couverture cartonnée pesait trop lourd.
                  Avec un livre electronique, pas de probleme. Effectivement, le PRS fait dans les 200-300g. Mais cela lui est pour l'instant supportable, et le fait de cliquer sur des boutons pour tourner les pages lui assure une meilleure prise en main et repartition du poids de l'appareil.

                  Enfin, comme dit precedemment, un livre electronique permet, dans la plupart des cas, de se passer d'un appareillage encombrant pour les gens souffrant de déficience visuelle, vu que la taille des caractères est paramétrable. Adieu donc, les enormes loupes, la lecture 'livre sur table' etc etc etc ...
                  • [^] # Re: Attention !

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Le livre électronique est peut etre bien pour les personnes souffrant de déficience, mais je crois qu'ici ce qui est critiqué ça serait sa généralisation. On prend souvent prétexte d'une population ciblée pour un produit pour en généraliser le mauvais usage par/pour tout le monde (exemple les OGM pour les recherches scientifiques, les 4x4 pour les médecins de campagne etc.).

                    Je trouve l'analyse de RMS aux livres électroniques pertinente, je pense qu'on peut beaucoup plus contrôler les livres électroniques que les livres normaux, d'un point de vue marchand en tout cas.

                    J'ajouterai à cela des questions environementales, a t-on des études sur la pollution engendrée par un livre électronique, prenant en compte la pollution dûe à la production du lecteur et son (non-)recyclage, pour pouvoir la comparer à celle d'un bouquin acheté, d'un bouquin partagé dans une bibliothèque ?

                    Des questions éthiques aussi, comment être sur que le recyclage ne sera pas confié aux pauvres du tiers monde qui travaillent dans des conditions épouvantables, comme il se passe actuellement avec tout le matériel électronique,

                    Des questions sociales aussi, est-ce que ça ne va pas accentuer la fracture numérique, lorsque la lecture d'une oeuvre sera conditionnée à la possession d'un objet coûteux. Le livre électronique ne va t'il pas ajouter encore un peu plus à notre dépendance vis à vis des écrans (portable, ordinateur, télé, ...), avec tous les problèmes que ça peut engendrer (individu sur-connecté, perte au réel, problèmes occulaires ? ...) ?

                    Des questions sur le pouvoir aussi, il doit etre beaucoup plus facile pour le pouvoir de supprimer des livres génants (ou d'en interdire la lecture, ce qui revient presque au même). Il suffira à une autorité de révoquer le droit de lecture d'une oeuvre pour que les terminaux matériels refusent la lecture de cette oeuvre ...

                    Et je dois en oublier plein.

                    Bref le livre électronique, c'est la fausse bonne idée
                    • [^] # Re: Attention !

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Si la question de l'égalité se pose tant que l'appareil reste coûteux (actuellement le prix de plus de 50 livres de poche), l'argument se retournera dans l'autre sens quand il coûtera moins d'une poignée (dizaine ?) de livres.

                      L'argument du contrôle de la connaissance et de la censure ne me semble pas valable : s'il est facile de brûler la majorité des exemplaires d'un livre, la diffusion d'une œuvre numérique sans DRM est incontrôlable (à moins d'imposer un contrôle strict sur tous les équipements de stockage et de traitement numérique... ce qui n'est pas plus facile que contrôler toutes les imprimeries d'un pays).

                      Après faut voir pour l'empreinte écologique et les conditions du recyclage, je dis pas... au moins on abattra moins d'arbres.

                      Bref le livre électronique, c'est la fausse fausse bonne idée.
                    • [^] # Re: Attention !

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Rho; il est beau celui la.

                      avec tous les problèmes que ça peut engendrer (individu sur-connecté, perte au réel, problèmes occulaires ? ...) ?

                      Juste pour te dire, si je suis devenu myope comme une taupe depuis un très jeune age, c'est a cause des livres que je lisais, etant jeune, dans mon lit, trop près des yeux et avec une source lumineuse mal orientée.

                      M'enfin, je dis ca moi, je dis rien.

                      De plus, je vois mal en quoi le livre électronique rajoute a la dépendance vis a vis d'un ecran. Premierement, il n'est pas connecté.
                      Deuxièmement, a part des images et du texte y a pas vraiment autre chose d'affiché.
                      Alors bon, etre dépendant d'un livre electronique, tu l'es autant qu'etre dépendant d'un livre normal ....

                      Pour ce qui est des DRM, je le dis et je le répète, si le PRS lit des fichiers DRMisés, il n'y est pas restreint. Donc, tous les problème de controle ne sont pas le fait de l'appareil, mais des auteurs et ayant-droit des oeuvres.

                      Pollution : En tout cas, la pollution est certainement moindre qu'un ordinateur portable. Moins de composant, economie d'energie puisque la consommation electrique est reduite à presque rien lorsque l'on ne tourne pas de page ...
                  • [^] # Re: Attention !

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Je ne suis pas dans une optique de transmission de la connaissance par le partage d'un livre.
                    D'autant que d'autres sur internet s'en chargent (a leur risques et perils) bien mieux que moi.


                    Parce que ton média principal est internet. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Beaucoup de gens n'ont pas internet ou simplement ne désirent pas trop l'utiliser par goût, par habitude ou par choix: comme moi pour la télévision. Le livre est depuis des siècles un support pour la connaissance et la culture. Or le livre est aujourd'hui le seul média n'ayant pas été affecté par l'âge électronique. Pourquoi? Je serais tenté d'expliquer celà en partie par les théories de Mac Luhan [ http://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_McLuhan ] :

                    - Le média est le message: lire un livre sur un écran et lire un livre normal sont deux expériences très différentes. Le fait de pouvoir se déplacer rapidement, de pouvoir effectuer une recherche, ou de mettre des liens modifie la lecture. Un livre normal présente une continuité physique inaltérable que n'a pas le livre électronique. Dans mon expérience personelle il m'est beaucoup plus facile de commencer un livre, y mettre un marque-page et y revenir ensuite, tandis que même si je trouve un bon livre électronique je le commence, puis à un moment je le ferme et en fait j'y reviens rarement, car j'ai plein d'autres documents à lire, plein d'autres choses à faire dans mon écran qui mobilisent mon attention. Le livre papier est en soi un espace propre, un monde clos et défini que le message (le contenu) habite pleinement et exclusivement, l'espace électronique étant plus dilué et quasiment infini, rendant le message plus diffus, plus fragile. L'écran est plus adapté à des textes courts et fonctionnels selon moi qu'à des oeuvres écrites longues.

                    - Un média n'a jamais tué le précedent: même si l'ère électronique affectera sans doute le livre, je crois qu'il restera puissant à cause de sa spécificité, du caractère linéaire et inaltérable conféré au message, et aussi à cause de l'objet physique, qui est aussi un plaisir. Et puis le livre est aussi un peu le fondement de notre culture: c'est essentiellement l'imprimerie qui a permis l'émergence de la science moderne en tant que support d'externalisation de la mémoire.

                    A part ca je trouve que RMS a raison: le livre papier garanti nos droits tandis que le livre électronique est possiblement réducteur à ce niveau, je fais confiance aux industriels pour essayer d'en tirer le maximum sur ce plan.

                    Les médias électroniques et leur spécificité peuvent cependant apporter au livre: des initiatives comme le bookcrossing, le fait de pouvoir se renseigner facilement ou trouver n'importe quel livre est un plus.
                    • [^] # Re: Attention !

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Qu'on soit clair, je n'ai jamais prétendu que le livre électronique est la panacée pour tous, et que le livre papier doit disparaitre.
                      Je considère juste que le livre électronique peut être, dans certains cas (dont le mien propre) une bonne solution.

                      Concernant le livre comme "espace propre", je trouve justement que le lecteur de livre electronique (PRS dans mon cas) permet de retrouver cette notion.
                      C'est tout de meme limité comme appareil. Le taux de rafraichissement est trop contraignant pour des applications multimédia.

                      Enfin concernant RMS, il ne voit que le fait que les livres sont majoritairement distribués actuellement avec DRM.
                      Je ne vais pas revenir sur le problème, qui est présent aussi avec la musique. Ce n'est pas nouveau et la meme problèmatique se pose avec n'importe quel support auquel il s'applique (musique, livre, film etc ...). Maintenant tous les livres ne sont pas DRMisés.
                      Son argument revient a dire : il y a des accidents de la route a cause des voitures qui tuent les gens, donc les voitures c'est mal.
                      C'est du RMS tout craché.
                  • [^] # Re: Attention !

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Je ne cherche pas à dénigrer le livre électronique. Au contraire, je ne peux qu'encourrager toute initiative qui promeut le partage de la culture. J'essaye juste de dénnoncer des arguments qui m'ont l'air fallacieux et montrer que certaines personnes peuvent y perdre de leur indépendance. Je ne te souhaite donc que du bonheur avec ton nouveau joujou.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.