• # Bogue comme argument commercial

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

    Comme quoi mirosoft n'est pas la seule entreprise à chercher à exploiter les défaillances (volontaires) de ses logiciels pour améliorer ses marges. Mais n'est pas microsot qui veut ! On peut d'ailleurs se demander si, une procédure judiciaire de ce type ayant été initiée par cette dernière compagnie n'aurait pas reçu un verdict fort différent…

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

    • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

      Posté par  . Évalué à 5.

      Je ne vois pas le rapport avec la marge ?…
      Ce qui me parait tout de même une sacrée avancée, c'est que la jurisprudence enterrine les articles du droit européen à l'origine de cette décision. Le droit de réparer un bug c'est pas rien ! c'est même ce qui est à l'origine de la réflexion de Stallman et de la définition des libertés des utilisateurs dans le logiciel libre.

      • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        « Je ne vois pas le rapport avec la marge ?… »

        Produit vendu x pour un coût de développement conséquent de px ; découverte du bogue ; facturation de y\approx x pour la correction, pour un coût de développement qy tellement faible que le client préfère traiter l'erreur par ingénierie inverse, autrement dit q \ll p d'où une belle amélioration des marges. Non ?

        « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

        • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

          Posté par  . Évalué à 3.

          Je vois pas le rapport spécifiquement avec Microsoft …?

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

        • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

          Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 11/10/21 à 21:37.

          Je n'ai pas interprêté l'article comme toi :

          [Top System] n’étant pas parvenue à trouver un accord avec le Selor concernant la résolution de ces problèmes

          et :

          Le Selor reconnaît avoir procédé à la décompilation d’une partie du TSF dans le but d’en désactiver une fonction défaillante.

          Renvoyait à un problème à régler rapidement alors que ça se passait en partie pendant les vacances (entre juin et octobre). Tu y a lu une histoire de tarif, et moi une histoire mélangeant égo, mauvais code et indisponibilité.

          • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

            Posté par  . Évalué à 3.

            C'est juste que ça se passe souvent ainsi : les corrections tardent à venir (sauf si c'est exploité par des pirates et que ça fait de la mauvaise pub, donc des pertes potentielles ou avérées), puis arrive une nouvelle version avec les corrections et pour laquelle il faut repasser à la caisse. C'est pourquoi il a vu de suite une histoire de marge (un raccourci par automatisme.)

            “It is seldom that liberty of any kind is lost all at once.” ― David Hume

            • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

              Posté par  . Évalué à 1.

              Du coup moi je ne comprends toujours pas. Quand par exemple Windows a une faille. Microsoft réagit plus ou moins vite (comme un peu tous les éditeurs en général) en fonction de si ça fait mauvaise presse ou pas. Mais tu ne payes pas pour faire la maj de sécurité ?

              Ils ont même déjà fourni des maj de sécurité pour des produits plus soutenus (Win XP/7) malgré le service payant mis en place pour prolonger le support, car la faille était trop grosse pour être laissée non corrigée.

              • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 12/10/21 à 09:43.

                Si l'éditeur a une politique de gestion de versions stables dans le passé, mais gérer X versions ça a un coût (monumental car ça complexifie toute ta gestion interne d'éditeur, et le plus dur c'est clairement pas gérer le code sous git ici ^^).

                Donc s'il y a un bug de sécurité sur une version ancienne et que le client n'a pas mis à jour (car il n'a pas pris la maintenance ou surtout n'a pas encore pu migrer/maj), le client va faire pression pour avoir le fix dans l'ancienne version.

                Et là "ça dépends" beaucoup de la relation cliente (e si le client a un gros poid chez l'éditeur ou pas).
                Mais c'est loin d'être automatique, l'éditeur pouvant se protéger en disant que de toute manière c'est sur une version qui n'est plus supporté (personne ne va crier au meurtre si on trouve une nouvelle faille dans debian6, ça sera pareil ici si c'est bien géré sur la réponse que fait l'éditeur).

            • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

              Posté par  . Évalué à 2.

              puis arrive une nouvelle version avec les corrections et pour laquelle il faut repasser à la caisse.

              Depuis quand Windows Update est payant ?

              "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

              • [^] # Re: Bogue comme argument commercial

                Posté par  . Évalué à 4.

                Je crois que cet article est intimement lié à la sortie de windows 11 et du fait qu'il sera incompatible avec beaucoup matériel existant.

                Mais bon la question est plutôt de se poser si on devrait imposer une règlementation qui force à libérer le code source dès que l'éditeur renonce à assurer le support en terme de sécurité. Et pourquoi pas rendre le proprio illégal?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.