Btrfs : Le système de fichiers du futur

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
4
24
jan.
2008
Technologie
Chris Mason, un développeur de la société Oracle, a annoncé le 12 juin 2007 sur la liste de diffusion du noyau Linux la naissance de Btrfs. Il s'agit un tout nouveau système de fichiers, sous licence GPL, qui est écrit sans souci de l'existant afin de profiter de toutes les dernières idées sans être contraint par un quelconque souci de compatibilité.

En effet les développeurs Linux sont déjà au travail depuis 2006 sur Ext4, le successeur d'Ext3 qui est le système standard sous Linux. Bien que bénéficiant de nombreuses améliorations, Ext4 n'en reste pas moins limité dans sa liberté de développement par son souci de compatibilité (ascendante et descendante) avec Ext3.
Btrfs en revanche part de zéro et peut se permettre d'inclure d'autres solutions qui seront détaillées dans la suite de cette dépêche.

NdM : Merci à Axel pour sa proposition de news. Depuis l'an dernier le travail a bien avancé et Chris Mason a annoncé la semaine dernière que la version 0.10 était disponible.
La philosophie de Btrfs est "classique" au sens où ce système de fichiers est destiné à être utilisé avec un disque dur traditionnel. Pour les disques SSD basés sur de la mémoire flash il existe d'autres systèmes plus adaptés comme JFFS2 ou LogFS.
Selon le document présentant le design détaillé de Btrfs, le but recherché est d'avoir un système de fichiers performant et solide : "Certes cela doit bien fonctionner, mais le but à long terme de maintenir les performances quand le FS vieillit et s'agrandit et pas de remporter des benchmarks à courte durée de vie."

  • Btrfs, comme Ext4, est basé sur la notion d'extent. C'est une zone contiguë (qui peut atteindre plusieurs centaines de Mo) qui est réservée chaque fois qu'un fichier est enregistré sur le disque. Cela permet, en cas d'écriture ultérieure sur le fichier, d'ajouter les nouvelles données dans l'extent au lieu de devoir écrire dans une autre zone du disque dur (ce qui augmente la fragmentation). Les gros fichiers sont ainsi stockés de façon bien plus efficace et rationnelle. Pour les petits fichiers Btrfs utilise une astuce puisqu'il stocke les données directement dans le système d'extent lui-même sans avoir à allouer un bloc mémoire séparé.
  • Btrfs propose la notion de "Sous-volumes" qui permet, au sein du système de fichiers, d'avoir un arbre séparé (y compris la racine) contenant des répertoires et des fichiers. C'est en quelque sorte la possibilité d'avoir diverses arborescence simultanément. On peut utiliser cela pour séparer les données et imposer différents quotas aux différents sous-volumes mais l'utilisation la plus pratique de ce système concerne les snapshots. Un snapshot offre la possibilité de "prendre une photographie" à un instant d'un système de fichiers afin de le sauvegarder. Ce snapshot sous Btrfs est simplement un sous-volume ce qui permet, et c'est assez inattendu, de le modifier après coup. Avoir un snapshot accessible en écriture permettra certainement l'apparition de nouveaux usages chez les utilisateurs.
  • Pour implémenter ces sous-volumes et ces snapshots, la technique du "Copy-on-write" est utilisé dans Btrfs. Si des données sont écrites sur un bloc mémoire alors ce dernier sera copié à un autre endroit du disque dur et les nouvelles données seront enregistrées sur la copie au lieu de l'être sur l'original. Ensuite les méta-données pointant sur le bloc sont modifiées atomiquement afin de prendre en compte les nouvelles données. On a ainsi un mécanisme transactionnel efficace et tellement rapide qu'on peut même abandonner la technique de journalisation présente par exemple dans Ext3. Avant chaque écriture il suffit de prendre un snapshot du système : en cas de problème lors de l'écriture on revient au snapshot, en cas de réussite on efface le snapshot.
  • Btrfs propose plusieurs techniques de protection des données : l'utilisation des "back references" (c'est-à-dire savoir, à partir d'un bloc de données, vers quelles méta-données le bloc pointe) permet de détecter des corruptions du système. Si un fichier prétend appartenir à un ensemble de blocs et que ces blocs prétendent de leur coté relever d'un autre fichier alors il est clair qu'il y a un problème quelque part et que la cohérence du système est menacée. En plus de cette technique Btrfs effectue également des sommes de contrôle sur toutes les données et sur les méta-données stockées afin de pouvoir détecter toutes sortes de corruptions à chaud et ainsi proposer un niveau de fiabilité élevé.
  • Btrfs permet de redimensionner à chaud la taille du système de fichiers (y compris en le rétrécissant) tout en conservant une excellente protection des méta-données qui sont dupliquées à plusieurs endroits afin de les protéger. La syntaxe est très simple à utiliser puisqu'il suffit d'un "btrfsctl -r +2g /mnt" pour ajouter 2 Go à son système de fichiers. Cette fonction ne se veut pas redondante avec ce que propose le gestionnaire de volume logique de Linux mais ambitionne de le compléter sur plusieurs points techniques.
  • La vérification du système de fichiers, par l'intermédiaire du programme btrfsck, est tolérante aux erreurs et elle est conçue pour être extrêmement rapide. L'utilisation des arbres B permet d'explorer la structure du disque à une vitesse qui devrait être essentiellement limitée par les capacités de lectures du disque. Le prix à payer est une forte empreinte mémoire puisque btrfsck utilise trois fois plus de RAM que ext2fsck.

Avec toutes ces nouveautés on pourrait penser que Btrfs cherche à concurrencer ZFS, le nouveau système de fichiers révolutionnaire de Sun. Il y a pourtant deux différences fondamentales : tout d'abord Btrfs vise l'inclusion dans le noyau Linux et il est donc développé sous licence GPL. De son coté ZFS est sous licence CDDL afin précisément de ne pas pouvoir être inclus dans Linux.
Ensuite Btrfs respecte la hiérarchie des "couches" fonctionnelles de Linux. Par exemple, bien que proposant des fonctions le complétant, il essaye autant que possible de ne pas réécrire tout le système de gestion des volumes proposé en standard par LVM. ZFS en revanche inclut toute cette logique en interne et une bonne partie de son code serait sans doute redondant avec les outils proposés par le noyau.
Selon Chris Mason : "Le multipathing, le raid3/5 etc, les fonctions dm-crypt et tous les autres trucs fun que vous pouvez faire avec le gestionnaire de volume et les autres outils ne sont pas planifiés pour intégration dans Btrfs".
Le site Linux Weekly News a évoqué à plusieurs reprises ce nouveau système de fichiers très prometteur. La première fois lors de l'annonce du projet en juin dernier et une seconde fois la semaine dernière à l'occasion de la sortie de la version 0.10. Cela démontre que le travail de Chris Mason est suivi par la communauté et que l'inclusion de ce système au sein du noyau n'est pas illusoire.
Cependant le chemin sera rude car les exigences des mainteneurs de FS dans Linux sont sévères. Comme le dit Jonathan Corbet : "Les développeurs de systèmes de fichiers tendent à être un groupe conservateur et prudent. Ceux qui ne le sont pas ayant tendance à ne pas survivre à leur première rencontre avec des utilisateurs ayant perdu des données".
  • # reiserfs ?

    Posté par . Évalué à 3.

    j'espere que cela se passera mieux qu'avec reiser... (violation d'api, probleme conceptuel avec les fichiers qui sont aussi des repertoires, gestion de la reparation des partions hasardeuses, etc...)

    "La première sécurité est la liberté"

  • # poudre-verteFS

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Franchement Btrfs, avec un nom comme ça, personne ne l'utilisera.

    -->[]
    • [^] # Re: poudre-verteFS

      Posté par . Évalué à 3.

      D'un autre coté, avec le nombre de trucs sous linux qui ont des noms a la con mais que l'on utilise malgré tout parce qu'ils sont TRES voir EXTREMEMENT bien, je ne me fais pas trop de soucis pour ce files systeme, s'il a de bonne performance et une robustesse au moins égale a celle de EXT3/4FS, il a de looooong jours de gloire devant lui !
      • [^] # Re: poudre-verteFS

        Posté par . Évalué à 3.

        Cela aurait été présomptueux d'appeller ce FS tout simplement: LinuxFS?
        • [^] # Re: poudre-verteFS

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Oracle pourrait-il facilement nommer ça Linux®FS ? Pas sûr, si ?
          • [^] # Re: poudre-verteFS

            Posté par . Évalué à 2.

            Ben pourquoi pas, ce fs est avant tout destiné à Linux, non?
            Et ils espèrent en faire le fer de lance de l'OS.

            Cela dit, ce n'est pas faux, je n'avais pas pris en compte l'origine d'Oracle.

            Vu Btrfs ne semble pas faire un Zfs like et ne se justifie que de part sa licence, pourquoi Oracle ne met-il tout simplement pas ses efforts dans Ext4?

            Ben c'est simple, LinuxFS pour ext4,5,6... :)
    • [^] # Re: poudre-verteFS

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      >>> Franchement Btrfs, avec un nom comme ça, personne ne l'utilisera.

      Je crois que ça se prononce comme "Better FS" donc y'a de l'astuce derrière le nom :-)
  • # ZFS ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    De son coté ZFS est sous licence CDDL afin précisément de ne pas pouvoir être inclus dans Linux.


    Une source pour confirmer ou c'est juste du vent ?
    • [^] # Re: ZFS ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Cherche un peu et tu verras que ZFS est bien en CDDL et que cette license n'est pas compatible avec la GPL.
      • [^] # Re: ZFS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Certes, je n'avais aucun doute, mais en quoi le choix de Sun pour la CDDL a été fait “précisément de ne pas pouvoir être inclus dans Linux” ?
        • [^] # Re: ZFS ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Sinon, il l'aurait mis en GPL :)

          "La première sécurité est la liberté"

          • [^] # Re: ZFS ?

            Posté par . Évalué à 5.

            Pas forcement en GPL, mais dans une license compatible avec la GPL, oui.
            • [^] # Re: ZFS ?

              Posté par . Évalué à 7.

              Faut pas voir le mal partout. C'est la GPL qui interdit d'intégrer du code sous CDDL, pas l'inverse. Et sun et son pdg ont à plusieurs reprises indiqué leur souhait de voir ZFS porté sous Linux.

              Il n'y a en tout cas aucune preuve du fait que ce soit intentionnel. Voir ici pour une idée de la façon dont sun perçoit les rapports entre la communauté et eux >> http://blogs.sun.com/jonathan_fr/entry/un_m%C3%A9lange_opens(...)

              Sun semble même plus enclin que Linus à se tourner vers la GPLv3.
              • [^] # Re: ZFS ?

                Posté par . Évalué à 9.

                L'exemple de NetBeans prouve que sun peut adopter une double licence CDDL+GPL lorsqu'il l'estime intéressant. Si ce n'est pas encore fait pour ZFS, c'est bien qu'ils ne veulent pas d'une inclusion rapide dans le noyau.
                • [^] # Re: ZFS ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  A mon avis, c'est plus compliqué pour eux de changer le licence comme ça (ou d'en rajouter une) Ils doivent faire une étude poussée de ce qu'ils peuvent faire. Il n'y a qu'a voir le temps que ça prend entre l'annonce de la libération de Java, et le mioment ou on a quelque chose de libre utilisable (ce n'est pas encore arrivé, du moins pas pour toutes les distributions).

                  Quand on lit une FAQ de sun, il ne semble pas que la CDDL ait été conçue contre la GPL, pas du tout:
                  http://www.opensolaris.org/os/about/faq/licensing_faq/

                  Et perso, si je devais choisir entre GPL ou CDDL pour mon code, je préfèrerais la CDDL (même si l'incompatibilité GPL me ferait réfléchir un peu ... pour me tourner vers la licence X11-MIT)
                  • [^] # Re: ZFS ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Oui, enfin, dans la FAQ publique, ils allaient pas écrire « on a fait la CDDL pour faire chier les dev de Linux » non plus, hein ...

                    Si ils voulaient la compatibilité GPL, ils pouvaient l'avoir en rédigeant leur licence autrement, ou avec une double licence. Si ils ne l'ont pas fait, ils doivent avoir une raison ...

                    (et honnêtement, je les comprends, même si ça fait chier : y'a une boite derrière, il leur faut un business-model, et Linux est sans doute le plus gros concurrent aujourd'hui. Donc, tout filer gratos à leur principal concurrent, ça serait sans doute un peu suicidaire)
                    • [^] # Re: ZFS ?

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Dans ce cas la, pourquoi feraient-ils de la pub dans le site d'opensolaris pour les projets qui portent ZFS sur les autres OS ?

                      Le choix de la licence CDDL a peut-être été imposé par le département légal de Sun pour des raisons différentes.

                      Bon après je ne dis pas que ça ne les arrange pas, mais ce genre d'attaques sans preuve, c'est un peu bas et ça n'a pas grand chose à faire dans la dépêche.
                      • [^] # Re: ZFS ?

                        Posté par . Évalué à 5.

                        > Dans ce cas la, pourquoi feraient-ils de la pub dans le site d'opensolaris pour les projets qui portent ZFS sur les autres OS ?

                        Le classique diviser pour mieux reigner.

                        Ces autres OS concurrencent réellement OpenSolaris/Solaris ?

                        Regarde MS. MS va faire le gentil d'un côté mais en même temps rester fondamentalement hostile à Linux, la GPL, etc.
                        Sun est anti-Linux. M'enfin, pas très méchamment. Rien à voir avec MS.

                        Sun a sorti OpenJDK compatible GPL. OOo est compatible GPL.
                        Bref, si Sun veut être compatible GPL, Sun le fait. Mais pour ZFS, Sun ne le veut pas. Fin de l'histoire.

                        > Le choix de la licence CDDL a peut-être été imposé par le département légal de Sun pour des raisons différentes.

                        Et ce département aurait un autre avis pour Java et OOo ?

                        > Bon après je ne dis pas que ça ne les arrange pas, mais ce genre d'attaques sans preuve, c'est un peu bas

                        C'est faire insulte à Sun de dire que Sun a créé une licence non compatible GPL "sans le faire exprès". C'est prendre les gens pour des gogos que d'affirmer ça (et pas seulement Sun).
                        • [^] # Re: ZFS ?

                          Posté par . Évalué à 3.

                          > Le choix de la licence CDDL a peut-être été imposé par le département légal de Sun pour des raisons différentes.

                          Et ce département aurait un autre avis pour Java et OOo ?


                          ce sont différents produits, les problématiques, notamment autour des brevets sont probablement différente.

                          C'est faire insulte à Sun de dire que Sun a créé une licence non compatible GPL "sans le faire exprès". C'est prendre les gens pour des gogos que d'affirmer ça (et pas seulement Sun).


                          mais pourquoi devraient-ils le faire ?

                          Tu parles comme si la seule licence libre "valable" était la GPL. C'est faire insulte à tous les projets sous licence BSD ou autre licence libre. Ce n'est pas parce qu'un projet utilise une autre licence qu'il se bat contre linux et une partie de la communauté libre. Après tout c'est le choix des utilisateurs (je parle des dev) de la GPL de se "refermer" et empêcher l'intégration de code sous certaines autres licences.
                          • [^] # Re: ZFS ?

                            Posté par . Évalué à 3.

                            >mais pourquoi devraient-ils le faire ?

                            Parce que l'idée principale du logiciel libre est justement la possibilité de pouvoir échanger du code.

                            >Tu parles comme si la seule licence libre "valable" était la GPL.

                            La GPL est utilisé par une majorité des projets, elle est donc très importante de ce point de vue.

                            > C'est faire insulte à tous les projets sous licence BSD ou autre licence libre.

                            La BSD, la LGPL et la GPL correspondent a des philosophie différentes, elles ont donc leurs justifications.

                            La CDDL et les licenses qui n'ont pas d'autre philosophie a defendre mais empêchent le partage de code pour des détails technique font ch.. les développeurs.
                            Je conseillerais a tout ceux qui veulent effectivement partager du code d'utiliser une des licenses existante plutot que d'en avoir une autre incompatible: l'interet du logiciel libre depend de la quantité de code que l'on peut partager.

                            Sun n'a pas inventé la CDDL pour défendre un point de vue différent sur la liberté mais pour avoir leur propre niche, c'est leur droit, mais ça ne veut pas dire qu'il faut être crédule et avaler leur pipeau comme quoi ils veulent être compatible avec tous le monde: il vaut mieux juger les gens sur leurs actes, pas sur leur paroles!
                            • [^] # Re: ZFS ?

                              Posté par . Évalué à 2.

                              >mais pourquoi devraient-ils le faire ?

                              Parce que l'idée principale du logiciel libre est justement la possibilité de pouvoir échanger du code.


                              Donc selon toi, Linus Torvalds et les autres developpeurs qui choisissent la GPL sont des gros crevards qui refusent de partager leur code aux BSD/MITistes.
                      • [^] # Re: ZFS ?

                        Posté par . Évalué à 1.

                        > Dans ce cas la, pourquoi feraient-ils de la pub dans le site d'opensolaris pour les projets qui portent ZFS sur les autres OS ?

                        Simple : parce qu'ils veulent (question d'image de marque) donner une bonne impression dans le monde du F/OSS, et trouvent là, à chaque nouvelle sortie, l'opportunité de maintenir (renouveller !) le buzz médiatique autour de Zfs.

                        Ça ne mange pas de pain. FreeBSD et Mac OS X ne sont franchement des concurents directs pour Sun. Red Hat, IBM et Novell, (c'est à dire Linux), et Microsoft, oui. Eux vendent du support et des garanties pour du gros NAS/SAN et serveurs bado (Oracle & co) Unix.
                        Sun a anoncé en 2007 qu'une très grande part de leurs bénéfices venaient de la vente et des services autour de leurs grosses solutions de stockage de masse. D'où la bataille juridique avec NetApp d'ailleurs. Considérer qu'ils auraient « involontairement » empéché l'intégration dans Linux, c'est être soit très naïf, soit de mauvaise foi.

                        > Le choix de la licence CDDL a peut-être été imposé par le département légal de Sun

                        Ah ? pourtant :
                        - J. Schwartz a annoncé qu'ils envisageaient le passage de Zfs à la GPLv3 (bon choix : où comment améliorer l'image libriste tout en restant incompatible avec le noyau linux)
                        - Sun n'hésite pas à intégrer du code BSD et MIT dans leur noyau (en l'occurence, à repomper des drivers FreeBSD et OpenBSD). Aucun problème légal, donc, pour mettre du code sous une licence compatible GPL dans le noyau Solaris.
                        • [^] # Re: ZFS ?

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Ça ne mange pas de pain. FreeBSD et Mac OS X ne sont franchement des concurents directs pour Sun. Red Hat, IBM et Novell, (c'est à dire Linux), et Microsoft, oui. Eux vendent du support et des garanties pour du gros NAS/SAN et serveurs bado (Oracle & co) Unix.


                          Si tu t'étais bien renseigné, sur la page de zfs, on n'y parle pas que du port pour FreeBSD et Mac OS X, mais aussi de l'implémentation sous linux (via FUSE).

                          Ah ? pourtant :
                          - J. Schwartz a annoncé qu'ils envisageaient le passage de Zfs à la GPLv3 (bon choix : où comment améliorer l'image libriste tout en restant incompatible avec le noyau linux)


                          ça aurait été le cas d'un autre projet libre d'utiliser la licence GPLv3 et on n'aurait pas dit ça. Les problèmes d'incompatibilités de licence ne sont pas forcément politiques.

                          - Sun n'hésite pas à intégrer du code BSD et MIT dans leur noyau (en l'occurence, à repomper des drivers FreeBSD et OpenBSD). Aucun problème légal, donc, pour mettre du code sous une licence compatible GPL dans le noyau Solaris.


                          Ben non, mais c'est pas de la faute de Sun. Si des devs distribuent leurs outils sous licence BSD ou MIT, c'est justement pour donner la liberté à d'autres comme SUN de les intégrer. Et que la licence BSD soit compatible GPL n'a rien à voir la dedans.

                          Le monde ne tourne pas autour de la GPL.
                          • [^] # Re: ZFS ?

                            Posté par . Évalué à 5.

                            >> Ça ne mange pas de pain. FreeBSD et Mac OS X ne sont franchement des
                            >> concurents directs pour Sun. Red Hat, IBM et Novell, (c'est à dire Linux), et
                            >> Microsoft, oui. Eux vendent du support et des garanties pour du gros NAS/SAN
                            >> et serveurs bado (Oracle & co) Unix.

                            > Si tu t'étais bien renseigné, sur la page de zfs, on n'y parle pas que du port pour
                            > FreeBSD et Mac OS X, mais aussi de l'implémentation sous linux (via FUSE).

                            Quelle mauvaise fois : je citais ces solutions alternatives à Solaris+Zfs pour montrer qu'elles ne font pas d'ombre aux solutions commerciales de Sun. Et tu me parle de Zfs+fuse ?!

                            Personne ne sera assez fou pour essayer de vendre et supporter des gros serveurs de stockage ou du Oracle utilisant zfs+fuse : ce n'est tout simplement pas compétitif, et tu le sais très bien. Vu les performances (normal pour un fs en userland) et les limitations structurelles (toutes les fonctionalités des systèmes de fichiers ne peuvent pas être implémentés sous fuse), vu, tout simplement, que par nature ces systèmes de fichiers ne sont pas intégrés dans le noyau (donc moindre relecture/audit, etc.), il est clair que zfs-sous-fuse n'est en aucun cas un concurrent pour Sun.

                            Je passe sur ton « si tu t'étais bien renseigné ». Tu sais que je le sais, et que ça ne fait aucune différence pour ce que j'indiquais (= les implémentations/intégrations alternatives de Zfs ne font pas d'ombre aux produits commerciaux de Sun). L'argument auquel tu répond, et tu le sais aussi très bien, ce n'est pas « impossible de faire du zfs sous linux » mais « impossible de faire du zfs sous linux qui soit commercialement concurrentiel avec Solaris ». N'essaie pas de détourner le sens de mes remarques stp.

                            > ça aurait été le cas d'un autre projet libre d'utiliser la licence GPLv3 et on n'aurait pas dit ça.

                            Bah, tout dépend du contexte. Et c'est précisément ce dont on parle. Si tel ou tel composant central d'xorg décide de passer sous GPLv3, on criera au scandale parce que ce choix l'empêcherai *délibérément* d'être intégré dans xorg (sous MIT). À l'inverse, si un composant pour gcc (type Coverty) est libéré sous licence GPLv2-only (ou CDDL) au lieu de GPLv3, on lui fera le même reproche. Pour les logiciels très complexes et difficiles à réimplémenter entièrement, il y a un ecosystème, que personne n'ignore, surtout pas Sun.

                            Des noyaux d'OS contemporains, il n'y en a pas des dizaines. Et on ne crée pas un nouvel OS sous CDDL ou GPLv3 en claquant des doigts. Alors choisir sa petite licence à soi pour ses fonctionalités sympa, c'est une très bonne façon de faire du libre sans que les autres puissent, en pratique, pleinement profiter de cette liberté.

                            Comme on dit pour la loi (respect la lettre ou l'esprit de la loi), il y a « respecter la lettre du libre » et « l'esprit du libre ». Utiliser une licence libre qui permet de n'être intégré dans aucun autre noyau concurrent, c'est bien respecter la lettre de la loi mais pas l'esprit de la loi.

                            >> Sun n'hésite pas à intégrer du code BSD et MIT dans leur noyau (en
                            >> l'occurence, à repomper des drivers FreeBSD et OpenBSD). Aucun
                            >> problème légal, donc, pour mettre du code sous une licence compatible
                            >> GPL dans le noyau Solaris.

                            > Ben non, mais c'est pas de la faute de Sun. Si des devs distribuent leurs
                            > outils sous licence BSD ou MIT,

                            Là encore, tu réponds à coté en me prétant des remarques que je n'ai pas faites. Je n'ai pas fait reproche à Sun d'utiliser du code sous license BSD ou MIT. J'ai dit qu'ils le faisaient, et que ça prouve qu'ils ne sont pas obligés d'utiliser du CDDL pour le code intégré dans leur noyau, et que ça ne pose pas de problème légal.
              • [^] # Re: ZFS ?

                Posté par . Évalué à 6.

                >Faut pas voir le mal partout. C'est la GPL qui interdit d'intégrer du code sous CDDL, pas l'inverse.

                Hein, la chronologie tu connais??

                La GPL était écrite bien avant que la CDDL soit écrite, c'est donc en toute connaissance de cause que les gars de chez Sun ont crée une license incompatible avec la GPLv2 (déjà utilisée par la *majorité* des projets libres).

                En faisant cela, ils divisent la communauté existante, pour aucune raison valable a ma connaissance, juste limiter les échanges avec d'autres logiciels afin de ne pas risquer pas d'être submerger par eux..


                Les licenses BSD, GPLv2, GPLv3 divisent aussi les communautés des developpeur libres mais c'est pour des raisons philosophique, pas pour 'défendre son beurre' (enfin pas uniquement).
          • [^] # Re: ZFS ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Et pourquoi ?
            Pour moi ce ne sont que des allégations non fondées que Sun choisissait CDDL pour ne pas donner le code à Linux ... Il me semble qu'ils utilisent la CDDL pour plein d'autres choses, alors c'était un choix logique pour eux.

            Et qu'ils préfèrent utiliser une licence à eux plutôt que la GPL, c'est tout à fait compréhensible. La GPL n'est pas le centre du monde.

            Perso, je trouve que ce n'est pas clair:

            http://en.wikipedia.org/wiki/Common_Development_and_Distribu(...)
            • [^] # Re: ZFS ?

              Posté par . Évalué à 5.

              la gpl c'est tellement libre qu'ils ne veulent pas inclure d'autres technologies LIBRES dedans si cela ne rentre pas dans leur sacro saint moule et ne fait pas le jeu de l'omniprésence de la marque GNU dedans.

              Qui c'est qui s'enferme dans ce cas-là ?

              Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

              • [^] # Re: ZFS ?

                Posté par . Évalué à 1.

                Vu que ZFS a été porté sur les noyaux BSD et Mac OS X, ne faudrait-il pas plutôt se poser en sens inverse : pourquoi la license GPL est-elle si stricte qu'il est impossible d'incorporer du code dans le noyau linux alors que c'est possible dans d'autres projets identiques?
                • [^] # Re: ZFS ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Parce que la GPL défense la liberté du code/programme.
                  Si tu n'aimes pas ça, ben n'aime pas ça.
                  Mais les incompatibilités ne sont pas le fruit d'un esprit machavélique.

                  > BSD

                  À la différence de BSD, quand t'as un programme GPL, tu as la garantie de ne pas avoir à payer de brevet pour l'utiliser.
                  T'es contre ?
        • [^] # Re: ZFS ?

          Posté par . Évalué à 2.

          > Certes, je n'avais aucun doute, mais en quoi le choix de Sun pour la CDDL a été fait “précisément de ne pas pouvoir être inclus dans Linux” ?

          Parce que Sun n'est pas con et sait ce qu'il fait (même quand c'est une connerie).
          Sun a mis OpenJDK sous GPL. Alors pourquoi pas ZFS ?
          Car l'ennemi de OpenSolaris/Solaris c'est Linux.

          En passant, ZFS est à comparer à ext3/lvm2/device-mapper/etc. Pas seulement ext3.
          Idem pour Btrfs semble-t-il.
    • [^] # Re: ZFS ?

      Posté par . Évalué à 3.

      >> De son coté ZFS est sous licence CDDL afin précisément de ne pas pouvoir être inclus dans Linux.

      > Une source pour confirmer ou c'est juste du vent ?

      Pas de sources publiques possibles : Sun (et surtout ses dirigeants) est bien évidement obligé de carresser les amateurs de Linux dans le sens du poil, jouer les amis (il faut voir les nombreux appels du pieds que lance Schwartz, commes les "serveurs gratuits", etc) : de nos jours les jeunes admins et développeurs Unix viennent du monde Linux, ils ne peuvent pas aller contre ça s'ils veulent les séduire. Au pris d'être parfois hypocrite, voir franchement franchement faux cul. Alors ils ne vont évidement pas indiquer publiquement qu'ils ont choisi la CDDL pour bloquer toute inclusion dans Linux.

      Pas de sources publiques possibles, donc, mais les analyses des gens informés dans le domaine convergent toutes pour confirmer que Sun a fait ce choix d'incompatibilité (pour Dtrace et Zfs) volontairement. Par exemple, les analyses de :
      Theodore Tso : http://lkml.org/lkml/2007/4/17/285
      Alan Cox : http://lkml.org/lkml/2007/4/17/202
      Linus Torvalds : http://lkml.org/lkml/2007/6/12/232

      Enfin (outre le problème volontaire de licence) Sun possède un portefeuil de brevets autour de Zfs (avec lesquels ils ont récement attaqué NetApp), ce qui n'aide pas non plus à l'intégration dans Linux.
      • [^] # Re: ZFS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Pour le cas des brevets sur ZFS, il ne faut pas sortir l'attaque de SUN du contexte. En effet c'est d'abord NetApp qui à attaqué SUN pour une histoire de brevet en rapport avec NFS (invention de SUN qui plus est). Pour plus de détails : la [http://blogs.sun.com/jonathan/entry/on_patent_trolling] et la [http://blogs.sun.com/jonathan/entry/harvesting_from_a_troll] .

        SUN n'a utilisé son porte-feuille de brevet que pour se défendre contre NetApp ... Il me semble qu'une organisation (dont j'oublie le nom) autour de Linux mutualise les portefeuilles de brevets de certaines sociétés, pour s'en servir comme d'un parapluie afin d'éviter des attaques.
        • [^] # Re: ZFS ?

          Posté par . Évalué à 2.

          En effet c'est d'abord NetApp qui à attaqué SUN pour une histoire de brevet en rapport avec NFS (invention de SUN qui plus est).

          Netapp est qd meme pas mal investi dans NFS , je crois même que pour la version 4 ils ont pratiquement tout fait à eux seuls ( bien qu on voit apparaitre un @sun dans la RCF )
        • [^] # Re: ZFS ?

          Posté par . Évalué à 2.

          > Pour le cas des brevets sur ZFS, il ne faut pas sortir l'attaque de SUN du contexte

          Peu importe qui a « attaqué le premier ». L'exemple était là pour montrer qu'ils ont des brevets opérationnels. Sun n'a donné de clause d'exploitation des brevets que pour ceux qui utilisent leur implémentation CDDL de Zfs (donc pas de reverse engeneering ni réimplémentation possible, tiens tiens, comme c'est drole).

          Maintenant, il faudrait voir à ne pas trop se laisser intoxiquer par le marketing habile et très insistant de Sun (comme pour les fameux « processeurs opensource » - ahaha - ou encore le « java sera bientôt libre » qui traine et devrait sortir à peut près pile poil au moment où les réimplémentation libres alternatives seront 100% compatibles).

          Pour le reste : si tu lis les mails des développeurs Linux sur le sujet, tu notera qu'ils considèrent que la situation autour de ces 56 brevets suffit à empêcher pour le moment toute intégration dans le noyau Linux (indépendament de la licence, et même si c'est une réimplémentation from scratch). Ce n'est pas moi qui le dit, ce sont des développeurs du noyau Linux expérimentés.

          Ou, pour citer directement les personnes concernées (source : http://kerneltrap.org/node/8066 ):

          Alan Cox :

          The real test of whether Sun were serious about ZFS being anywhere but Solaris is what they do to license it - they've patented everything they can, and made the code available only under licenses incompatible with other OS products. Their intent is quite clear, and quite sad.


          Theodore Ts'o (développeur ext3/ext4) :

          Given that Sun has reportedly filed a huge number of patents covering ZFS and has refused to make them available for anything other than Solaris --- and there are senior Sun programmers who have on record stated that one of the reasons why Sun picked the CDDL was precisely because it was incompatible with GPL and Sun fears Linux ---- I wouldn't bet on Sun being willing to making a patent license available to a hypothetical alternate implementation of the ZFS format for Linux.


          Maintenant, comme Linus Torvalds, je ne leur en ferait pas reproche : c'est dans leur intéret, et ça se comprends bien. Mon repproche va plutôt à ceux qui par naïveté relayent un marketing habile mais pas dans l'interet des linuxiens (arrétons le pipotron), ou ceux qui voudraient qu'on adopte une langue de bois sur ces points.

          Sachons louer Sun pour ce qu'ils ont vraiment fait, concrètement, de bénéfique pour tout le libre : NFS, par exemple. Ou avoir eu l'intelligence de libérer OpenOffice quand ils ont vu qu'il ne pouvaient en assurer la promotion et la maintenance seuls. Pour avoir finallement libéré Java lorsque les implémentations concurrentes et libres risquaient de devenir le défaut sur tout les serveurs linux. Pour avoir finalement décidé, assez récement, de filer les spécs de tout (ou presque) leur matériel. etc.
          • [^] # Re: ZFS ?

            Posté par . Évalué à 2.

            il n' y a pas qu' une question de licence, mais également de design (vision et implémentation violant -heu en fait étant à cheval entre plusieurs- la stricte définition du FS)
            mes souvenirs sont vagues, alors plutôt que de dire des co****** : voir les excellents articles de GLMF (bientôt visibles sur unixgarden.com )
            mon_nanavis : vive ZFS

            Maintenant, sur BTRfs, une considération d' ordre politique (et pas du tout technique), sous la forme d' une question que je vous invite à vous poser :

            que va t il se passer si seul Oracle Unbreakable Linux implémente BTRfs ? (...)

            En tout cas, Oracle frappe très fort.
            /troll habituel : "si JAVA avait été libre plus tôt, .NET n' aurait jamais exister"
            /troll adapté : "si ZFS (ou ext4, c est selon...) ne se dépêche pas, BTRfs va le suplanter"

            mes 2 cents
            à vous le troll-studio :)
    • [^] # Re: ZFS ?

      Posté par . Évalué à 4.

      >> De son coté ZFS est sous licence CDDL afin précisément de ne pas pouvoir être inclus dans Linux.

      > Une source pour confirmer ou c'est juste du vent ?

      Oui, finalement, j'ai une source de première main et venant pour ainsi dire de Sun (une ex-employée) indiquant précisément que la CDDL a été construite pour OpenSolaris de façon à être volontairement incompatible avec la GPL.

      C'est Denise Cooper (cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Danese_Cooper ), « Madame opensource » chez Sun de 1999 à 1995, et qui a notamment participé à la rédaction de la CDDL pour OpenSolaris.

      Expliquant pourquoi elle a du baser cette nouvelle licence CDDL sur la Mozilla Public Licence :

      Mozilla was selected partially because it is GPL incompatible. That was part of the design when they released OpenSolaris. [...] the engineers who wrote Solaris [...] had some biases about how it should be released, and you have to respect that.


      Source :
      http://meetings-archive.debian.net/pub/debian-meetings/2006/(...)
  • # Une news patrick_g

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bien rédigée, technique, bien détaillée avec les sources, du patrick_g qui fait toujours autant plaisir à lire.

    C'est marrant, mais je n'ai même plus besoin de lire le nom de l'auteur pour savoir que c'est lui qui l'a écrit :)

    Chapeau, comme d'habitude, et merci de nous mettre au courant de ce qui passe dans le monde du libre.

    Sinon, je regrette juste que le comparatif ne prenne pas en compte reiserFS (eh oui, je dois être un des derniers dinosaures à utiliser ce FS). Il me semble subjectivement un peu plus véloce qu'ext3, sauf dans certains cas où il semble ramer complètement (multi copies de fichiers en parallèle [voir ici]).. bref, puisque Reiser semble condamné à fossiliser, un renouveau dans le domaine ne fait pas de mal.
  • # NTFS

    Posté par . Évalué à 4.

    Les développeurs de systèmes de fichiers tendent à être un groupe conservateur et prudent. Ceux qui ne le sont pas ayant tendance à ne pas survivre à leur première rencontre avec des utilisateurs ayant perdu des données

    Pour le créateur du NTFS ça a du être particulièrement atroce :)
    • [^] # Re: NTFS

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Pourquoi ? Je ne le savais pas aussi sujet à perdre des données, j'avais plutôt l'impression que c'était un peu l'inverse.
      • [^] # Re: NTFS

        Posté par . Évalué à 0.

        Les seules pertes de données que j'ai eu c'est avec du NTFS, et c'est totalement aléatoire (genre tu copie un gros fichier tu éteins ton PC normalement et quand tu redémarre le dossier où tu as copié le fichier ne s'ouvre plus et y'a pleins d'erreurs)

        Ajouter a ça qu'il gère très moyennement les hard-reboot ce qui est très gênant vu la stabilité du système pour lequel il est conçu.

        Multipliez le résultat par le nombre d'utilisateur du dit système :D

        Heureusement les outils tiers de récupérations de données sont pas mal du tout eux, mais ils ne fonts pas des miracles non plus.
        • [^] # Re: NTFS

          Posté par . Évalué à 4.

          Cool.

          Maintenant tu nous montres que le probleme vient de NTFS et pas de ton HW(disque/controleur defectueux,...), config soft, ... ?
          • [^] # Re: NTFS

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Dis PasBill, si je dis que, dans le passé, j'ai eu pas mal de pertes de données avec FAT32, est-ce tu va m'expliquer que ca vient aussi de mon disque dur ?
            • [^] # Re: NTFS

              Posté par . Évalué à 4.

              ou de tes coupures de courant aussi...
              • [^] # Re: NTFS

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                A moins que ca soit moi qui ai saboté mon propre système de fichier dans le but d'accuser Microsoft...
              • [^] # Re: NTFS

                Posté par . Évalué à 2.

                Les coupures de courant sont un fait, et 99,8% des particuliers ne sont pas équipés d'onduleurs ni de sauvegardes, un système de fichiers grand public doit tenir compte de ces paramètres et être le plus robuste possible.

                Pour le FAT en cas d'arrêt brusque les fichiers ouverts au moment de l'incident peuvent être corrompus (ce qui est assez grave quand-même), mais je l'ai jamais vu planter tout le FS, un bon point.
                • [^] # Plantage FAT

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Si si, facile à faire : intercaler une partition "étrangère" entre deux partitions FAT. La première partition se retrouve écrite au lieu de la troisième. Il faut avoir Windows 98.

                  Ca m'est arrivé la première fois que j'ai essayé. J'ai vite compris mon erreur en demandant à google ce qu'il en pensait.
                  ... il en pensait que c'est un bug de Windows 98.

                  Pas de bol, Microsoft arrive même à faire croire qu'une partition Linux fiche en l'air les disques, le tout sans même l'avoir voulu :-)
                  • [^] # Re: Plantage FAT

                    Posté par . Évalué à 2.

                    XP non plus n'aime pas trop Linux, enfin l'installeur d'XP ma foutus en l'air une partition en reiser4 y'a deux ans, j'ai recommencé le test deux fois pour confirmer mais c'était bien ça.

                    Le DD:
                    Partition1, 15go, reiser4
                    Partition2, 10go, vfat
                    partition3, 55go, reiserfs

                    En installant XP sur la partition2 on se retrouve avec une partition1 corrompu.
                    J'ai pas utilisé l'outil de partitionnement donc c'est a une autre étape de l'installation qu'XP écrit des données hors de son champ autorisé, j'ai pas testé non plus Vista, j'ai pas de licence de Vista et j'ai plus de partition en reiser4.
                    • [^] # Re: Plantage FAT

                      Posté par . Évalué à 4.

                      c'est vrai que l'installation de windows fait souvent des trucs très étranges. Ma faible expérience m'a montré que la première chose que faisait le programme de démarrage du CD de windows XP, c'était de détruire le secteur de démarrage. Et ce avant même de proposer l'installation ou la réparation du système, et même si on quitte sans rien faire...
          • [^] # Re: NTFS

            Posté par . Évalué à 2.

            Parce que j'ai encore mon matos et qu'il se porte très bien.
            Et puis traîne un peu sur les forums windows, des perte de données y'en as pleins !
            Bon c'est leurs fautes, les sauvegardes ça existe, mais ça rend pas le FS plus résistant.

            A noter que sous Linux le ext3 tien pas génial aux hard-reboot non plus, mais bon avec lui j'ai toujours réussi a récupérer les données assez rapidement.
            Et puis je suis passé reiserfs qui fait des miracles a ce niveau, là je re-teste ext3, mais c'est pas encore la saison des orages donc va falloir attendre pour les résultats :D

            Dernier point, j'ai menti, j'ai aussi eu une perte de données avec l'UDF, mais je pense que ça venait plus du logiciel (le programme de gravure intégré à XP) que du format lui-même.
            • [^] # Re: NTFS

              Posté par . Évalué à 0.

              > A noter que sous Linux le ext3 tien pas génial aux hard-reboot non plus

              Le seul problème qu'a ext3 (dans sa configuration par défaut, je ne parle pas de ceux qui bouillent sans savoir ce qu'ils font avec hdparm par exemple) est avec les disques qui font "n'importent quoi", entre autre qui ne respectent pas les commandes flush_cache etc...

              > Et puis je suis passé reiserfs qui fait des miracles a ce niveau

              Ext3 est bien meilleur dans ce domaine. Il n'y a pas photo.
            • [^] # Re: NTFS

              Posté par . Évalué à 2.

              Et puis traîne un peu sur les forums windows, des perte de données y'en as pleins !
              Bon c'est leurs fautes, les sauvegardes ça existe, mais ça rend pas le FS plus résistant.


              Oh je suis sur que tu en trouveras plein, en nombre absolu.
              200 personnes c'est bcp pas exemple ? 2000 ? Mais sur une population de plusieurs centaines de millions d'utilisateurs, c'est quoi "plein" ?

              Parce que des gens qui ont perdu des donnees avec ext2/3/reiserfs je t'en trouves aussi, et inutile de dire que les parts des ces FS par rapport a NTFS sont minuscules.
              • [^] # Re: NTFS

                Posté par . Évalué à 2.

                Dire qu'au départ c'était juste de l'humour pour rebondir sur
                Les développeurs de systèmes de fichiers tendent à être un groupe conservateur et prudent. Ceux qui ne le sont pas ayant tendance à ne pas survivre à leur première rencontre avec des utilisateurs ayant perdu des données

                Bien sûr qu'il y as des pertes de données avec Linux aussi, d'ailleurs je parle de l'ext3 comme étant "moyen" dans un post plus haut, mais d'après mon expérience personnelle :

                NTFS : Pertes de données dans des circonstances non définit ou après un hard-reboot.
                ext3 : Corruption du FS après un hard-reboot, mais données récupérées après réparation.
                reiserfs : J'aimais eu de problème.
                • [^] # Re: NTFS

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Tu fais bien de preciser que c'est ton experience personelle, la dessus rien a dire.

                  Mais pour en faire une generalite, faudra montrer legerement plus qu'une impression personelle.
  • # Re:

    Posté par . Évalué à 4.

    > Bien que bénéficiant de nombreuses améliorations, Ext4 n'en reste pas moins limité dans sa liberté de développement par son souci de compatibilité (ascendante et descendante) avec Ext3.

    Où t'as lu ça ?
    Ext4 ne sera pas compatible ext3. Les outils ext3 ne marcheront pas avec des partitions ext4. Un noyau qui ne supporte que ext3 ne pourra pas monter du ext4.
    Evidemment qu'il y aura une compatibilité plus ou moins présente (si on a un e2fsprogs récent).
    Ext4 a été créée pour donner quasi totale libertée aux développeurs. Sinon ça serait encore ext3. Mais les développeurs ne vont pas faire incompatible pour rien. Il y a des choses excellentes dans ext3, je ne vois pas pourquoi les foutres à la poubelle.
    La compatibilité ext4/ext3 n'existe pas dans le "cahier des charges" ext4. Mais la possibilité de migrer facilement vers ext4 depuis ext3 y est. Ça fait une différence énorme... Et notons qu'il me semble que btrfs permet aussi de migrer depuis ext3. patrick_g va-t-il dire que btrfs est entravé dans sa liberté par sa compatibilité avec ext3 :-)

    > Le prix à payer est une forte empreinte mémoire puisque btrfsck utilise trois fois plus de RAM que ext2fsck.

    Notons que ext2fsck utilise beaucoup de mémoire (512 Mo peut ne pas suffir). Donc si btrfsck utilise 3 fois plus de RAM, c'est un point à surveiller.

    > "Le multipathing, le raid3/5 etc, les fonctions dm-crypt et tous les autres trucs fun que vous pouvez faire avec le gestionnaire de volume et les autres outils ne sont pas planifiés pour intégration dans Btrfs".

    Tout le contraire de ZFS. C'est excellent.

    > Le site Linux Weekly News a évoqué à plusieurs reprises ce nouveau système de fichiers très prometteur.

    Ce système de fichier semble bien se présenter. Mais on est dans un domaine ou la fiabilité, l'intégration (VFS, NFS, Samba, lvm, dm-mapper, etc) prime au dessus des benchmarks, des gadgets ou fonctionnalités qui roxent des ours.
    L'historique de ext2/ext3 alors qu'il a toujours été sérieusement concurrencé (jfs, xfs, reiserfs, etc) le prouve très clairement.

    Je souhaite le meilleur à ce nouveau venu, mais si on pouvait éviter que le "buzz" reiserfs se reproduise, j'aimerais bien.

    En passant, le travaille sur ext4 avance bien. F9 le proposera peut-être en option :
    http://fedoraproject.org/wiki/Features/Ext4
    • [^] # Re: Re:

      Posté par . Évalué à 3.

      Pour la compatibilité, la page wikipedia [1] dit qu'il y a compatibilité avec les outils ext3 si et seulement si ext4 n'utilise pas les extents, qui est maintenant une option activé par défaut.

      Et dans l'autre sens, une partition ext3 pourra être vue comme une partition ext4.

      Donc patrick_g ne dit pas n'importe quoi et la compatibilité dans les deux sens est bien une préoccupation des développeurs.

      [1] http://en.wikipedia.org/wiki/Ext4
      • [^] # Re: Re:

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ayant participé à la genêse de ext4, je confirme les dires de rewind... "compatibilité" est le maitre mot de Ted T'So.
        • [^] # Re: Re:

          Posté par . Évalué à 2.

          > Ted T'So.

          C'est un développeur.


          http://www.usenix.org/publications/login/2007-06/openpdfs/ma(...)
          There is also a downgrade path from ext4 to ext3, with a method to convert the extent files back to indirect mapping files. In the case that users prefer to go back to ext3, they can mount the ext4 file system with the “noextents” mount option, copy the extent-based ext4 files to new files, rename these over the old extents, use tunefs to clear the INCOMPAT_EXTENTS flag, and then remount as an ext3 file system.


          Je ne sais pas quelle est votre notion de "compatible" mais en tant qu'utilisateur je ne trouve pas ça très compatible. Si j'ai une F9 avec ext4 (en imaginant que F9 sorte avec ext4) ben je ne pourrait pas utiliser ces partitions sur quasiment toutes les distributions sorties en même temps et avant F9.
          J'en fais le pari.

          Enfin le point de patrick_g est :
          Ext4 n'en reste pas moins limité dans sa liberté de développement par son souci de compatibilité (ascendante et descendante) avec Ext3.

          On migre de ext3 à ext4, on migre de ext4 à ext3. On peut faire de même avec Btrfs !. Donc patrick_g pourrait dire :
          Btrfs n'en reste pas moins limité dans sa liberté de développement par son souci de compatibilité (ascendante et descendante) avec Ext3.

          Pourquoi le dire pour ext4 et pas Btrfs ?
      • [^] # Re: Re:

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Avec tous le respect que j'ai envers wikipedia, je ne pense pas qu'on puisse faire confiance à 100% à son contenu, du fait que n'importe qui puisse modifier une page... C'est un très bon moyen de comprendre une chose, mais il est plus sage de se référer à la source qu'à une page de wikipedia...
      • [^] # Re: Re:

        Posté par . Évalué à 1.

        Si tu veux.
        99 % des gens vont installer ext4 avec extent. Et comment tu fais pour virer extent et être à nouveau compatible ext3 ?
        Ben tu ne peux pas.
        Comment tu fais pour passer à ext4 ? Et bien du change le format sur le disque. Si tu ne fais pas ça, ben t'as du ext3 et pas du ext4.

        > Et dans l'autre sens, une partition ext3 pourra être vue comme une partition ext4.

        Compatibilité ascendante, OK. Mais patrick_g ne dit pas que ça.

        > Donc patrick_g ne dit pas n'importe quoi et la compatibilité dans les deux sens

        Ce n'est pas n'importe quoi, c'est hors de la pratique technique. Fait l'essai. Crée une partition ext4 puis utilise une "vieille" distribution (aujourd'hui tu peux utiliser toutes les distributions) pour lire la partition comme si c'était du ext3. ÇA NE MARCHERA PAS !
        Ext4 n'est pas compatible ext3 dans le sens où les outils qui ne supportent que ext3 ne peuvent être utilisé pour ext4. Les outils ext4 pourront utiliser du ext3, pas l'inverse.
        Le format ext4 a changé, c'était obligatoire. Juste un petit exemple, la limite de ext3 c'est 4 To je crois. Si t'as une partition de plus de 4 To en ext4, comment tu fais pour la monter avec ext3 ? C'est définitivement impossible.
        • [^] # Re: Re:

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Les extents sont juste une manière d'organiser les blocs d'un fichier, il est serait extrèmement facile de transformer un ext4 en ext3:
          - tu monte ton système ext4 avec les extents désactivés (ce qui veut dire que les fichiers existants sont lisible mais que les nouveaux fichiers n'utiliseront pas les extents)
          - tu fais une copie des fichiers,
          genre:
          find . | while read file
          do
          cp -p $file $file
          rm -f $file
          mv $file.noextent $file
          done
          - ensuite tu peux remonter ton système en ext3 (il y a peut-être aussi un flag à enlever dans le superblock)

          La limite de ext3 est théoriquement 16 To avec des blocs de 4 Ko, mais tu peux augmenter la taille des blocs (sur IA64 notamment). De plus le kernel linux limitait la taille à 8 To parce que le numéro de bloc utilisait un entier signé en interne.
          De plus, il faut savoir que dans un linux 32 bit le numéro de bloc est stocké sur 32bit, ce que limite la taille de tous les fs à 16 To (pour des blocs de 4 Ko).
          De toute façon ce débat a eu lieu il y a deux ans dans la communauté des développeur ext3, c'est pourquoi ext4 a été créé plutôt que ext3 amélioré...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.