Cachez ce lien que je ne saurais voir (4 ans plus tard)

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
1
12
juin
2008
Internet
Il y a 4 ans, j'avais écrit « Le fondement d'Internet, l'hyperlien, est-il menacé ? ». Quelques juristes trop zélés avaient décidé que les liens hypertextes devaient passer sous leur contrôle, notamment ceux vers les sites des Jeux Olympiques, d'un groupe de télévision publique ou d'une société de transports intercommunaux. Et il convient de se souvenir qu'encore 4 ans plus tôt, en 2000, British Telecom avait poursuivi le fournisseur d'accès Prodigy avec son prétendu brevet américain n°4,873,662 sur les hyperliens, avant d'être débouté.

Naturellement, en 8 ans, le web s'est largement généralisé, banalisé, et des sites reposant largement sur les hyperliens comme Wikipédia comptent parmi les plus visités au niveau mondial. Il serait logique que tous les professionnels du web aient découvert l'intérêt des liens, pour être référencés par les moteurs de recherche, cités par leurs utilisateurs augmentant ainsi leur classement dans les algorithmes type Google PageRank, etc.

Éh bien non... La liste des sites exigeant un accord préalable pour accéder à leur site (!), la possibilité de faire retirer tout lien y compris préalablement autorisé, voire menaçant d'un hypothétique délit de contrefaçon en cas de lien s'allonge... On y trouve aussi bien des petits sites que des gros sites, des entreprises ou des associations que des services publics ou des administrations (voir la liste dans la suite de l'article). Petite sélection (sans liens...), non exhaustive évidemment, complétée au fil du temps : Apple Expo, Autoroutes Paris Rhin Rhône, Autrement le web, Caisse des dépôts et consignations, Centre Français d'exploitation du droit de copie, Chambre de commerce et d'industrie de Reims et d'Epernay (CCIRE), CRDP Amiens, Dimanches au galop, Esourds, Festival de Cannes, FIFA, France Televisions, France 24, Fédération Française de Football, Foire de Paris, GIAT Industries, Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité, Hapag-Lloyd Express, Hollywood Chewing Gum, INSEE, JO Athènes 2004, Kellogg's, Konami, LCDO (régie des alcools de l'Ontario), M6, Nespresso France, Orange Business, RATP, Reed Expos, Rêves, Salon de l'agriculture 2007, Sony France, Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles, Tassimo France, Téléthon, 20 minutes, Virgin Megastore, Voies navigables de France, Voyages-sncf.

Formats-ouverts.org (merci Thierry) : « Les liens hypertextes sont la base du Web, ils ont le format ouvert des pages Web. De plus, en écrivant une adresse de site dans un document, dans une messagerie instantanée, sur un forum ou dans un courrier électronique cela établit de facto techniquement un lien vers l'adresse mentionnée. Demander une autorisation préalable va à l'encontre de toutes ces actions élémentaires »

En tant que (co-)webmestre de LinuxFr.org, il m'arrive de recevoir de temps en temps une sympathique missive visant à faire retirer un lien du site, lien responsable d'une apparition jugée peu flatteuse parmi les premiers résultats d'un moteur de recherche... Or souvent, la menace de poursuite n'est accompagnée d'aucune référence juridique ou argumentation (diffamation, discrimination, droit de citation, etc.). Je vais noter ici une référence juste au cas où : l'article 6.4 de la loi n°2004-575 pour la confiance dans l'économie numérique dispose que « le fait, pour toute personne, de présenter aux personnes mentionnées au 2 (hébergeurs) un contenu ou une activité comme étant illicite dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion, alors qu'elle sait cette information inexacte, est puni d'une peine d'un an d'emprisonnement et de 15 000 EUR d'amende ».
  • # hmm

    Posté par . Évalué à 10.

    Mais dans ce cas, c'est la fin des moteurs de recherche, non? Parce qu'ils sortent une liste de liens si je ne me trompe pas...


    Y'a t-il une jurisprudence à ce sujet?

    Interdire les liens, ce serait comme interdire de mettre une référence dans un ouvrage...
    • [^] # Re: hmm

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Interdire les liens, ce serait comme interdire de mettre une référence dans un ouvrage...

      Excellente remarque!
      Je me faisais la même réflexion.

      C'est un travers qui devient dangereux, puisque au bout du compte, ça revient à interdire de citer ses sources en appuis de son argumentaire.
      C'est tout simplement l'interdiction faite d'avoir une pensée argumentée sur certains sujet.
      C'est effarant, voire effrayant ...

      Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

    • [^] # Re: hmm

      Posté par . Évalué à 2.

      Très intéressant en effet.
      Je me pose une question : Google, par exemple est-il au courant ?
      Je pense qu'on pourrait lancer une pétition au prêt de Google pour leur demander de supprimer de leurs résultats tout ceux pointants vers les sites présents sur la liste.
      Cela peut-être intéressant pour eux, vu que a terme, dans cette époque de procès à la con à tout va, une société pourrait très bien s'amuser à leur demander des sous pour ça.
    • [^] # Re: hmm

      Posté par . Évalué à 7.

      en pratique, la situation avec les moteurs de recherches ("mettez un robots.txt/un .htaccess/un système d'authentification si vous êtes pas contents !" alors que leurs robots téléchargent puis rendent accessibles des tas de pages avec des "reproduction interdite" de partout) nous permettra d'employer la même défense : "protégez vos sites et puis c'est tout"
      • [^] # Re: hmm

        Posté par . Évalué à 5.

        C'est parce que le problème est encore en amont : « reproduction interdite » ! Quand on visite un site, on fait en fait un appel à un serveur, lequel renvoie à chaque fois une copie de la page hébergée, copie transmise à ton navigateur, qui lui regénère un document depuis zéro en se basant sur les indications qu'on lui a donné. C'est déjà le cas, en un sens, avec la télévision, mais c'est moins « intelligent ». C'est forcément une reproduction.

        En un sens, il ne vaut mieux pas que ça se sache de trop. Sinon, ces mêmes webmestres vont finir par concéder sous licence le droit d'effectuer le rendu de leur site :-\
  • # mouais

    Posté par . Évalué à 10.

    faire interdire leurs liens, ça ils savent, mais empêcher que nos adresses emails soient récupérées, diffusées pour nous spammer la tronche, ça ils savent pas...

    pffff.
  • # [:haha] les louzeurs

    Posté par . Évalué à 10.

    Autoroutes Paris Rhin Rhône, Autrement le web, Caisse des dépôts


    C'est sur que sans lien, le web il va être autrement !
    • [^] # Re: [:haha] les louzeurs

      Posté par . Évalué à 5.

      On n'appelera plus ça un web, mais un fil (wire)....

      Donc ça sera toujours www.spammoilatronche.com : world wide wire
      Juste un gros fil.

      :D
  • # Si on pousse le bouchon un peu loin, maurice...

    Posté par . Évalué à 10.

    Les moteurs de recherche ne sont qu'une liste de liens hypertexte vers des sites et donc vers les sites qui ne veulent pas qu'il y ai de liens vers leurs sites.

    Donc je pense que les moteurs de recherche devraient banir de leurs résultats ces sites web. ça leur fera les pieds et ils comprendrais le rôle des liens hypertexte une fois que plus personne ne pourrait retrouver leurs sites....

    M'enfin, les gens ne réfléchissent pas tout le temps....
    • [^] # Re: Si on pousse le bouchon un peu loin, maurice...

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      <mode="coup_de_gueule">
      Moi je pense que, quitte à continuer à être cons, ils n'ont qu'à s'informer sur ce qu'est le web est, au choix:
      - Jouer le jeu ou retirer leur(s) site(s) (puisque les "règles" élémentaires ne leur plaisent pas).
      - Coller un robots.txt en demandant aux Google and co. d'aller voir ailleurs.


      Le web ce sont des pages avec des liens, et c'est pas comme-ci c'était sorti la semaine dernière. Si ça les défrise, qu'ils retournent sur le Minitel (et ils gagneront du fric en plus).
      </mode>
  • # Intimidation et juristes poussiéreux

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Je pense que c'est le dernier courrier demandant de retirer un journal vieux de plus de deux ans (peu flatteur mais non diffamatoire) pour une entreprise qui a fait écrire cet article à Benoît.

    1- Je crois avoir lu qu'il y a un délai au delà duquel on ne peut plus demander de retirer une publication.

    2- Il faut qu'il y ait un caractère illicite pour exiger le retrait d'un article. Pas le fait que ça ne plaise pas.

    3- Les liens profonds sur un site web (permettant d'inclure des éléments d'un autre site) sont interdits. Mais des liens sur une page, surtout une page d'accueil sont parfaitement licites. Sinon, pourquoi avoir fait un site web ?

    4- Des juristes poussiéreux qui manient l'intimidation faute d'avoir compris ce qu'était de web sont à classer parmi les nuisibles. Pour les éradiquer, il suffirait d'en faire une liste et de la publier (sur le web, bien entendu).
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par . Évalué à 10.

      Pour les éradiquer, il suffirait d'en faire une liste et de la publier (sur le web, bien entendu).

      Avec plein de liens la liste! Plein!
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Les liens profonds sur un site web (permettant d'inclure des éléments d'un autre site) sont interdits.

      Il y a une loi qui l'interdit ? Ou au moins une bonne pratique (comme la nettiquette par exemple) ?

      J'aimerais bien voir ce que donne le résultat d'un procès sur cette base ... (bien entendu, je ne souhaite pas à linuxfr ni à personne d'autre d'en soutenir les frais)

      Une idée farfelue: que ces sites mettent une balist meta disant qu'ils ne veulent pas de liens extérieurs ... Et Firefox (enfin, il faut voir si ils voudront) affichera un message d'erreur si on essaie de bookmarker la page: « Désolé, vous ne pouvez pas bookmarker cette page car son auteur ne le veux pas ». Avec bien sûr un bouton « Enfreindre la loi »

      Ca va peut être les décourager de ce genre de pratiques.
      • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

        Posté par . Évalué à 6.

        Je ne vois pas pourquoi ce serait interdit. Si un site ne veut pas que ses images/pages soient incluses dans un autre site, c'est très facile de l'empêcher (en php) par exemple. À partir du moment où un site répond à une requête c'est qu'il considère cette requête comme légitime c'est aussi simple que ça, il y a suffisamment de moyens techniques pour gérer les autorisations d'accès pour ne pas devoir s'encombrer de moyens légaux et dans tous les cas il faut rester cohérent.
        • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          À partir du moment où un site répond à une requête c'est qu'il considère cette requête comme légitime

          Mouais... je suis pas convaincu que le vilain-pas-beau-méchant pirate qui s'amuse sur les serveurs d'une entreprise ou d'une administration, puisse arguer devant la justice que si le serveur répond à ses requêtes alors c'est légitime... ;-)
        • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

          Posté par . Évalué à 3.

          > A partir du moment où un site répond à une requête c'est qu'il considère cette requête comme légitime

          non, mon cher, c'est parfaitement faux. car ce n'est qu'un bazar informatique, une machine. dire ça, c'est comme dire qu'un clou ou un piton considère que la contrainte que tu lui appliques dessus est légitime et qu'il ne cède donc pas. kof-kof, donc.

          la meilleure preuve est quand un site marchand se met à afficher des prix de 0 ou 1 euros suite à divers cafouillages : il y a des garde-fous qui n'ont rien d'informatique pour t'empêcher de partir avec tous les articles pour trois fois rien. que le site ait d'ailleurs ça dans ses CGV ou pas. ca le protège de ses erreurs manifestes.

          > Il y a suffisamment de moyens techniques pour gérer les autorisations d'accès

          c'est ce qui devrait se passer, vu que maintenant ca fait bien 10 ans que le robot de Google fait ses bêtises à suivre des liens en "ne pas cliquer" ?action=delete

          > pour ne pas devoir s'encombrer de moyens légaux

          ceci n'a malheureusement aucun sens juridique :)

          > dans tous les cas il faut rester cohérent

          en fait les victimes se foutent du moyen technique utilisé, en général, elles constatent les dégats (diffamation, atteinte à l'image, contrefaçon, concurrence déloyale, parasitisme...). le moyen technique c'est juste le "en faisant ça" pendant la plaidoirie devant le juge
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par . Évalué à 10.

      > 3- Les liens profonds sur un site web (permettant d'inclure des éléments d'un autre site) sont interdits.

      source ? et puis il y a peut-être confusion entre un lien profond proprement dit (une page html au fin fond d'un site, par exemple la conclusion d'un test de matériel) et le hotlinking (inclure une image d'un autre site)
      • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        En même temps, si on regarde le code HTML, c'est assez facile à voir. href="" c'est pour les liens alors que src="" c'est pour les inclusions (en général, je n'ai pas vraiment vérifié).

        Si pour les liens src="" il peux y avoir un problème (contenu inclus) je ne vois pas en quoi le href="" pose problème. C'est comme donner le n° ISBN d'un livre qu'on a lu, un numéro de page ou un titre de chapitre.

        Il y a des gens qui marchent sur la tête j'ai l'impression
        • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

          Posté par . Évalué à 6.

          oh leur argument est simple : pour le cas d'un test de divers matériels informatiques sur 10 pages (jamais très grandes), le site va faire afficher des pubs sur chaque page, ce qu'il fait qu'il multiplie ses impressions par 10, par rapport au même contenu sur une seule page

          et un lien direct vers la conclusion fait que 6 mois après on a l'essentiel de l'info "Westor cai de la merde" sans se taper le détail des tests et qu'on leur vole alors des impressions de pub. exemple parmi d'autres...
          • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            C'est bien ce que je dis, ils marchent sur la tête

            Déjà, une page HTML, c'est avant tout un document. Ce n'est pas un papier sur lequel on imprime de la publicié. Et ce document, il est fourni à l'utilisateur du site en l'état. Il n'y a aucune garantie que le butineur aille chercher bien toutes les pubs comme prévu, qu'il fasse la mise en page comme prévu. Penser que un affichage de page = un affichage de pub est un peu faux.

            À ce propos, un article intéressant « 3 raisons de lâcher prise sur votre design »:
            http://openweb.eu.org/articles/lacher_prise/
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      > 1- Je crois avoir lu qu'il y a un délai au delà duquel on ne peut plus demander de retirer une publication.

      Si on parle de la prescription pour les délits de presse je crois bien que c'est 3 mois

      > 2- Il faut qu'il y ait un caractère illicite pour exiger le retrait d'un article. Pas le fait que ça ne plaise pas.

      Le tout est subjectif, la limite étant assez floue, et souvent la menace d'un procès (même gagnant à coup sûr) suffit à faire réfléchir

      > 3- Les liens profonds sur un site web (permettant d'inclure des éléments d'un autre site) sont interdits.

      C'est faux. Rien n'interdit les liens profonds dans la loi, ni directement ni indirectement.

      Ce qui est interdit c'est éventuellement par exemple piller le contenu de la base de données d'en face en faisant des liens automatiques à chaque article/billet/actu/item qui sort. Il y a d'autres règles, qui n'ont rien de spécifique au web et aux liens,

      Mais globalement si tu veux faire un lien unique et motivé sur une page, tu peux faire un lien profond, rien ne t'en empêche. Les problèmes arrivent uniquement si tu fais du systématique, de l'extraction, ou globalement si tu portes une atteinte illégitime à leur commerce.

      A moins que tu parles d'inclure un composant d'un site tiers dans une iframe, ou de lier directement une image, un flash, etc. Ces cas sont effectivement plus litigieux, mais dans ce cas le terme de lien profond est plus qu'ambiguë (parce que de nombreux sites tentent justement de faire croire que lier autre chose que leur page d'accueil est interdit).

      Voir par exemple http://formist.enssib.fr/documents/index.php?nkv=aWRfZ2VuZXJ(...)


      > 4- Des juristes poussiéreux qui manient l'intimidation

      C'est surtout ça qui pose problème. Et qu'ils aient raison ou pas, l'éventualité d'une bataille juridique ou d'une incertitude juridique est souvent le moteur.


      Pour la légalité le forum des droits sur Internet nous donne http://www.foruminternet.org/telechargement/documents/synthr(...)

      Leurs positions semblent prendre de multiples précautions. Il ne faut pas traduire le "évitez" comme un "c'est interdit" mais plus comme source d'une incertitude ou insécurité juridique, mais globalement ça donne au moins des pistes de recommandation.
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par . Évalué à 10.

      Je pense que c'est le dernier courrier demandant de retirer un journal vieux de plus de deux ans (peu flatteur mais non diffamatoire) pour une entreprise qui a fait écrire cet article à Benoît.
      Et est ce que ça a été fait ? J'espère que non dans les limites (légales) du possible. D'après les liens dans la page "cachez ce lien que je ne saurais voir", il semble que ce soit une demande stupide totalement arbitraire et ne reposant que sur du vent.
      On peut avoir le nom de l'entreprise histoire de bien se foutre de leur gueule ?



      Sinon petite lecture rapide des liens donnés dans la page de oumph :
      Autrement le web porte bien son nom. Encore que "plus pourri le web" serait serait plus approprié.

      Le plus fou, c'est que ça semble être courant dans les services publics...
      France Televisions, France 24, l'INSEE, la RATP et Voyages-sncf ne sont-ils pas censés être au service du citoyen ?
      Comment tu donne la source d'une statistique si tu ne peux pas mettre de lien vers le site de l'INSÉE ?
      Pour ce qui est de voyage-sncf, c'est peut être mieux pour eux qu'on ne mette pas de lien vers leur site tellement c'est pourri. Rien de surprenant à ce qu'ils aient honte de leur site ces blaireaux.

      Par ailleurs j'ai donné des cours d'informatique (je devrais plutôt dire des cours d'OS + bureautique+internet) à l'université. Comment étais je supposé leur montrer le site de la ratp ou de la sncf ? En écrivant l'url sur le tableau et en passant sur chaque machine ? Sachant que la moitié des élèves se plante au moins une fois dès qu'une url fait plus de 5 caractères... Je n'aurai pas finit...

      Continuons....
      Après le service public, les associations pour handicapés ou contre la distrimination :
      La Halde et le Téléthon.
      J'attends de les voir se plaindre ensuite qu'il y a discrimination en matière d'embauche ou qu'un bâtiment n'est pas accessible aux handicapés.

      Esourds, lui c'est le meilleur. Il est à la fois asso pour les sourds et entité d'edf. Donc il regroupe les catégories.
      On a donc un site qui se penche sur les problèmes d'accès pour les sourds... en présentant un site dont la majeure partie est en flash.

      Impressionnant...



      Allez à mon tour. J'interdis formellement à quiconque d'utiliser mon nom ou mon pseudo sur internet et dans la vie courante (oui même si vous êtes allemand) ou de faire la moindre référence à mon nom de manière littérale ou phonétique.
      (Pour info mon nom est Boli (Pas Basile), il est donc interdit d'utiliser les mots bolide, symbolique, abolir, diabolique, parabolique, embolie, hyperbolique, métabolique, abolition, ...)
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par . Évalué à 10.

      > 4- Des juristes poussiéreux qui manient l'intimidation

      Poussiéreux, ou arrivistes/ambitieux.

      J'ai eu comme prof de droit du multimédia en 2000 un avocat qui n'admettait pas que l'on puisse, via un lien sur un site tiers, arriver ailleurs que sur la page d'accueil du site d'un de ses gros clients, c'est ainsi qu'il le nommait.
      Lui suggérer qu'il s'appuie sur des moyens techniques (je pensais au http referrer) pour rediriger une connexion directe sur la page d'accueil le mettait hors de lui. Pour lui, ce n'était pas à son client de se prémunir contre les usages qu'il considérait comme illicite du site web, mais aux gens qui mettaient les liens sur le site. L'argument choc employé était qu'une ouverture n'ouvrait pas tacitement le droit d'y entrer, et que penser autrement dénotait d'un esprit de violeur en puissance - c'est l'expression qu'il a employé.

      Je pense qu'il serait illusoire de prendre ces gens pour des demeurés/arriérés. C'est possible, mais je n'y crois pas trop.

      Je pense qu'ils sont mus par des motivatons financières, et pour eux - en tout cas pour celui-là - dans tous les coups gagnants. Que leur client perde ou gagne, ils sont payés quand même. Evidemment, s'ils gagnent souvent, leur "scoring" augmente dans les "moteurs de recherche" d'avocats ^^

      Ce qui m'avait assis avec la réaction de cette personne et ceux qui vont dans ce sens, c'est la volonté d'avoir, avec le web, le beurre et l'argent du beurre. Ils veulent la porte ouverte sur le monde qu'est la toile, donc une merveilleuse vitrine et zone de chalandise. Ca nous qui nous vaut de voir le tas de marchands du temple et marqueteux associés polluer le net et les moteurs de recherche quand on recherche des infos non commerciales mais techniques sur un produit. Et dans le même temps, ils ignorent tout d'un coup que l'hypertexte est l'essence même de la toile. Si je comprends qu'on puisse ne pas aimer être référencé par un site dont on ne partage pas les vues, voire demander l'autorisation de mettre un lien sur une page au site pointé par un hyperlien, ne pas vouloir prendre la moindre précaution pour ne pas s'intégrer dans un mode de fonctionnement d'un dispositif dont on tire tout de même un grand bénéfice est un peu fort de café...
      • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

        Posté par . Évalué à 10.

        > Ce qui m'avait assis avec la réaction de cette personne et ceux qui vont dans ce sens, c'est la volonté d'avoir, avec le web, le beurre et l'argent du beurre.

        tiens cadeau : "Wikipedia accusé d'entraver la communication institutionnelle des entreprises"

        http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39381669,(...)

        c'est de la bonne
      • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        > ce n'était pas à son client de se prémunir contre les usages qu'il considérait comme illicite

        Et de ce point de vue (que ne comprennent généralement pas les techniciens) il a raison. Mais par contre il va falloir discuter de ce prétendu "illicite".
        • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

          Posté par . Évalué à 5.

          Moi faudrait qu'on m'explique un peu la .... Parce que s'ils ne veulent pas qu'on voit leur site sans passer par la "porte" ( page d'accueil), ils n'ont qu'à mettre une haie, ou un mur (moyen technique). Leur truc c'est comme si ils mettaient un grillage autour de leur cour en disant "Interdit de regarder ici ou de montrer ce qui se passe".
          • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Pour obliger de passer par la page d'accueil, il suffit d'utiliser les "frames". Ainsi, toutes les pages ont la même URL. Pour faire pire, il faut tout mettre en flash ou encore mieux, mettre seulement une image JPEG dans un cadre (frame) unique dans la page.

            Si ça existe, j'en ai vu ! Plus pourri, tu meurs !
      • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

        Posté par . Évalué à -3.

        > le beurre et l'argent du beurre

        Ainsi que la cerise sur le gâteau, le temps de cerveau disponible, l'argent du temps de cerveau disponible, le temps de député disponible et l'argent du temps de député disponible .

        Qu'attendent nos chers pirates pour faire un DDoS sur les sites faisant partie de la liste ?
    • [^] # Re: Intimidation et juristes poussiéreux

      Posté par . Évalué à 9.

      Pour les intimidations, je conseille la lecture du billet:
      http://www.maitre-eolas.fr/2008/03/25/909-que-faire-quand-on(...)

      Qui pose très clairement les faits, ce que dit la loi, et ce que l'on peut faire.
  • # mode neuneu

    Posté par . Évalué à 2.

    Et si je mets un bouton ?
    Un formulaire avec une image ?
    Ce n'est plus un lien hypertext stricto sensu non ?

    Alors la j'ai le droit ?
    • [^] # Re: mode neuneu

      Posté par . Évalué à 6.

      Ha non, pour les liens avec une image, il y a déjà un brevet dessus ...
      https://linuxfr.org/~claudex/26705.html
      • [^] # Re: mode neuneu

        Posté par . Évalué à 2.

        Dans le même genre, si je me contente d'écrire l'URL de la page web sans autant en faire un lien (c.a.d un <a href=...>), est-ce que ça constitue quand même un lien ?
        Après tout, que l'utilisateur clique sur un hyperlien ou recopie la ressource ciblée dans la barre d'adresse et valide, il n'y a aucune différence au niveau technique. Alors est-ce que ça rentre dans la définition de "lien" des sites qui les refusent ?
        • [^] # Re: mode neuneu

          Posté par . Évalué à 1.

          > Dans le même genre, si je me contente d'écrire l'URL
          > de la page web sans autant en faire un lien
          > (c.a.d un <a href=...>), est-ce que ça constitue quand
          > même un lien ?

          Bien sûr. Un lien n'est qu'une référence, et toute référence est une forme de lien.
          En fait, même donner le nom du site, s'il n'y a pas d'ambiguité, est interdit.
          Il faut dire: "Le site dont on ne doit prononcer le nom".

          >il n'y a aucune différence au niveau technique.

          D'autant plus que dans du text/plain, certains navigateurs auto-détectent l'URL et permettent de "cliquer dessus".

          Tiens, dans le même ordre d'idée, pourquoi est-ce que je ne pourrais pas interdire à qui que ce soit de prononcer mon nom?
          Je deviendrais "celui dont on ne doit prononcer le nom"...
  • # super, il y a voyages-sncf.com

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    ca fait plaisir de voir qu'un site aussi mal fait, refuse les liens vers son site :-)

    Speed dating is useless. 30s isn't long enough to explain the benefits of functional programming in Haskell

    • [^] # Re: super, il y a voyages-sncf.com

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je me faisait la même réflexion. Non content de faire le plus mauvais site de réservation de train du monde ils refusent en plus qu'on le colporte.

      http://www.voyages-sncf.com

      Ce qui est encore plus folklorique c'est que le lien de base pointe sur une 404 error !

      Je n'ai plus de mots pour qualifier ce site ...
      • [^] # Re: super, il y a voyages-sncf.com

        Posté par . Évalué à 4.

        Pour le 404, pendant deux secondes, je me suis dit, "martoni, tu bluffes" .... mais le pire, c'est que t'as raison !! /o\
      • [^] # Re: super, il y a voyages-sncf.com

        Posté par . Évalué à 8.

        voyages-sncf.com est une filiale privée de la sncf donc le fait de rendre service au citoyen, elle s'en balance complètement. Ils font un mauvais site de réservation car ils sont les seuls à proposer du train sur le net. Pourquoi sont ils les seuls ? parce les tuyaux pour accéder au service central de la sncf ne sont détenus que par eux. Est ce qu'ils perdent des clients ? non, car quand ça marche pas bien, les gens réessaient plus tard, ils ne peuvent pas aller ailleurs. Gardez ces chiffres en tête :
        effectif de la boite ~200 personnes,
        CA annuel : 1,5 milliards d'euros, c'est 25 ou 30% du CA de la sncf...

        Le seul lien qui les intéresse c'est celui vers la page de paiement.
      • [^] # Re: super, il y a voyages-sncf.com

        Posté par . Évalué à 10.

        C'est marrant, je viens de cliquer (avec Konqueror) et j'ai atterri (enfin, awebbi, si j'ose dire) sur leur site sans passer par la page 404. Je risque d'avoir un procès?
      • [^] # Re: super, il y a voyages-sncf.com

        Posté par . Évalué à 1.

        Chez moi le lien marche sans problème .
        Peut-être grâce à Privoxy ?
  • # Mais on s'en bat les nouilles !!!

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Nan, mais c'est vrai, pour qui ils se prennent, sérieux, ces sites pourris ?
    J'ai jamais, mais alors là, JAMAIS regardé ces trucs-là avant de faire des liens vers des sites, et croyez-moi j'en fais souvent !
    Faut pas non plus être plus tâtillons que les avocats qui sont payés pour ça, eux !
    • [^] # Re: Mais on s'en bat les nouilles !!!

      Posté par . Évalué à 8.

      ouff, moi quoi pensait que ça ne sévissait qu'en Belgique. :)

      nb: Ah bah tiens, le site des transports inter-communaux de bruxelles est listé également. :)

      Notez, que la feuille de chou hautaine "Le Soir" avait chié une pendule parce que Google référençait son site et donnait accès à une partie des articles de ce torchon.

      Franchement, qu'ils continuent comme ça, moins je les vois, mieux je me porte.
  • # Demande d'autorisation de créer un lien

    Posté par . Évalué à 10.

    Bonjour,

    Un ami demandait hier par mail comment aller du la gare de lyon à la gare de l'est.
    J'aurais bien aimé lui répondre autre chose qu'un vague "il y a un métro" ou "prends le bus", et l'envoyer sur le moteur d'itinéraire de la ratp.


    Mais malheureusement, les conditions d'utilisations du site de la ratp stipulent " Liens hypertextes
    Les utilisateurs du site de la RATP ne peuvent mettre en place de liens hypertextes en direction du site susvisé sans l'autorisation expresse et préalable de la RATP.
    Aussi, pour toute demande de création de liens hypertextes en direction du site de la RATP, merci de nous adresser un message."


    J'ai pensé contourner astucieusement le problème en lui demandant de chercher "RATP" dans google, puis de cliquer sur un lien. Mais comme je ne sais pas quels moteurs de recherches ont reçu l'autrorisation préalable d'indexer votre site, je ne veux pas me rendre complice d'une infraction caractérisé à vos conditions d'utilisation. D'ailleurs, existe-t-il une telle liste ?

    Donc je vous demande l'autorisation d'envoyer un lien hypertexte vers votre site à mon ami, sachant qu'elle doit être expresse, son train part dans 30 minutes.

    Merci de votre diligence.
  • # Appliquer l'ordre à la lettre

    Posté par . Évalué à 8.

    L'excès de zèle serait parfait dans ce cas.

    De tels sites serait tout simplement dé référencés partout, et serait de facto peu accessibles.
    Et ils ne veulent pas non plus interdire de figurer dans les DNS des fois? Ce serait plus radical?
  • # copyright illégal

    Posté par . Évalué à 10.

    « Code de la propriété intellectuelle
    [...]
    Article L122-5
    [...]
    Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
    [...]
    5° Les actes nécessaires à l'accès au contenu d'une base de données électronique pour les besoins et dans les limites de l'utilisation prévue par contrat ;
    [...] »

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=(...)

    Cela signifie que lorsque le site est publique (contrat = accessible à tous), l'auteur ne peut s'opposer à l'établissement de liens hypertextes qui est le moyen normal de naviguer sur le web.

    L'indication des sources est même obligatoire dans plusieurs cas, notamment le droit de courtes citations et d'analyses ; et il n'y a pas d'exceptions mentionnées pour les adresses web.

    Les copyright de ce type sont donc complètement illégaux, on peut donc les ignorer sans crainte.
    • [^] # Re: copyright illégal

      Posté par . Évalué à 3.

      Le code de la propriété intellectuelle autorise également et encadre le droit de citation. Il serait tout a fait légitime de penser que l'établissement d'un lien hypertexte entre dans ce cadre.
      Le problème c'est l'interprétation des textes. Il faudrait rechercher tous les jugements qui on pû être rendus en la matière en France (il y en a sur des histoires de liens « profonds » justement).
      Quoiqu'il en soit interdire l'établissement de liens hypertextes est stupide a bien des égards :
      - entrave à la liberté d'expression et de citation ;
      - cela va à l'encontre d'un principe fondamental du Web ;
      - c'est pratiquement incontrôlable (même s'il existe des outils pour rechercher les liens externes)
      - c'est une attitude tout a fait schizophrène. On ne peut pas à la fois vouloir rendre un contenu public et en restreindre l'accès. C'est la même chose pour ces histoires d'image de marque ; si l'on accepte de communiquer publiquement, il faut aussi en accepter les conséquences, citations, analyses, critiques, etc.
  • # Y a ka pa

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    être sur le web alors. Personne ne les force à avoir un site web, non ?
    Y a pas des clauses chez les hébergeurs d'ailleurs indiquant que les sites seront forcément indexés ?
  • # C'est fait !?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Cela a été fait, les journaux Belges, reprochant de la copie sur droit d'auteur !
    Je retrouve, je pointe, mais ne linkerais pas ! :)

    Je ne pensais pas si bien dire :
    http://www.neteco.com/141984-journaux-belges-attaque-google.(...)
    http://www.lexpansion.com/economie/actualite-high-tech/les-j(...)
    http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/actualite/les-j(...)

    Maintenant:
    Ne pas pointer, n'est pas joué !
    Donnez moi l'adresse du site :
    La libre Belgique ?
    Mon site ?
    Son site ?
    Monocyte ?
    Tricycle ?
    • [^] # Re: C'est fait !?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Le cas des journaux belges est bien différent.
      Le problème n'était pas le lien lui même mais le pillage du contenu (pas qu'ils recopient les contenu mais faire un lien systématique peut être assimilé comme une façon de piller la base de données et de profiter induement du service).

      Note : en France faire ainsi des liens systématiques vers les items d'un autre site c'est interdit aussi. Il y a eu plusieurs offensives, pour des sites d'actu locales et des sites d'annonces d'emploi (et probablement plein d'autres).
  • # Euh ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Apple Expo, Autoroutes Paris Rhin Rhône, Autrement le web, Caisse des dépôts et consignations, Centre Français d'exploitation du droit de copie, Chambre de commerce et d'industrie de Reims et d'Epernay (CCIRE), CRDP Amiens, Dimanches au galop, Aveugles Esourds, Festival de Cannes, FIFA, France Televisions, France 24, .....


    j'ai essayé : http:// Centre Français d'exploitation du droit de copie
    :-(
    Marche pas !
    • [^] # Re: Euh ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Demande à google, lui bizarrement il trouve le lien tout seul :D
      Faudrait être sympa avec eux et les prévenir que c'est illégal, ça ferait un site en moins référencé.
  • # Le lien est-il obligatoire une fois la demande acceptée?

    Posté par . Évalué à -1.

    Parce que je me demandais si... Enfin imaginez le type qui fait son site, peinard, qui demande ensuite l'autorisation expresse, puis finalement se ravise:

    - Heuuu... tout bien réfléchi, non, je ne vais pas mettre un lien vers votre site sur le mien...
    - Ah, ben noooon, alors!

    C'est condamnable, ça aussi, non? Je sais pas, moi, pour abus de confiance, tromperie sur la marchandise... Regain d'intelligence (mais c'est pas encore dans le code pénal, ça, je sais).
  • # A chaqu'un le droit de gérer son image.

    Posté par (page perso) . Évalué à -1.

    Dans la majorité des cas, je ne suis pas certains que ce soit une histoire de contrefaçon qui pose problème. Mais plutôt une histoire d'image.

    Je comprend qu'une société comme apple ne veille pas retrouver un lien vers son site ainsi que sa marque sur n'importe quel site.

    Moi même de développe pour un client un site de vente de service. Le directeur du service internet est très porté sur le référancement mais je ne pense pas que ça lui plairait de retrouver le nom de son site ainsi qu'un lien vers son site sur un site pour adulte ou tout autre site limite.

    En ce qui concerne les sites de presse belge, il faut savoir que un arrangement a été trouvé. Ce que ne voulaient pas les gestionnaires de ces sites c'est que google garde en cache les articles éditées par ces sociétés. Il faut savoir que la majorité des ces boites fournissent un accès payant à leurs articles . Les articles n'étant pas sous licence libre, il n'est pas permis de les reproduire.
    L'autre problème venait du fait que google se permettait sur son site de news de modifier les articles, ce qui est interdit par les copyrights. Sinon il est tout à fait permit d'intégrer un lien, voir un flux rss puisqu'ils en proposent, sur un site tant que l'on ne touche pas au contenu et que garde la référence un le lien vers le site( Sur un site d'informations énormément visité, le revenu publicitaire en ligne n'est pas négligeable).

    Je ne suis pas pour un contrôle total de tous les liens hypertext, mais je comprend tout à fait le fait que certaines entreprises veuillent garder le contrôle de leur image de marque.
    • [^] # Re: A chaqu'un le droit de gérer son image.

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Certes on peut comprendre que l'on veuille garder le contrôle sur son image. De la même manière personne n'aime que l'on dise du mal de lui. Personne ne veut que ses bêtises et autres fautes d'aurtôgraffe (https://linuxfr.org/comments/939936.html#939936 ) ne soient connues. C'est désagréable, c'est déplaisant. Mais ça ne justifie en rien de menacer autrui ; ça ne justifie pas d'exception aux libertés fondamentales tels que la liberté d'expression ou son corollaire la liberté de citation ; et évidemment ça justifierait encore moins d'encombrer les tribunaux ou l'appareil legislatif pour de tels vanités.

      Si je suis tout à fait d'accord avec votre remarque sur les journaux belges affirmant qu'il s'agit d'une tout autre affaire (le fond étant lui sujet à discussions), il ne me semble pas raisonnable de s'offusquer de ce qu'un pornographe ou tout autre paria puisse s'interesser à ce que vous exposez au public. Il faut s'y habituer : les êtres humains naissent et demeurent libres et égaux en droits (si ça ne coûte pas trop cher). Même si certains sont moins recommandable, même si on a parfaitement le droit de ne pas apprecier les activités et les manières des autres, même si l'on préférerait que certains tiers évitent de s'interesser publiquement à nous, vouloir limiter leurs possibilités d'expression relève d'un arbitraire qu'on espère --- moi tout au moins --- dépassé à tout jamais.
    • [^] # Re: A chaqu'un le droit de gérer son image.

      Posté par . Évalué à 4.

      ah ben zut alors, tu as été victime de la même sangSSure fachiste que sous couvert d'image de marque, diffamation, secrets commerciaux et autres annonces de produits pas encore divulgués Apple et autres imposent déjà aux quatre coins de la planète :(
    • [^] # Re: A chaqu'un le droit de gérer son image.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Déclaration universelle des droits de l’homme :

      Article 19

      Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.


      Pour moi, le droit à la citation, un lien, fait partie de la liberté d'expression. Le "contrôle" d'une entreprise sur l'expression des gens cela reste pour moi totalement inacceptable.
    • [^] # Re: A chaqu'un le droit de gérer son image.

      Posté par . Évalué à 2.

      Ton point de vue est intéressant, mais cela reviendrait, par exemple, à un producteur d'émission de télévision d'interdire à des journaux d'un bord politique particulier, de diffuser l'heure de passage de son émission, ou d'en parler ou de la critiquer.
      C'est pas super légal.
  • # C'est l'histoire d'un fou qui rencontre un autre fou...

    Posté par . Évalué à 5.

    Que je comprenne bien le concept, il s'agit d'une page web contenant une liste de liens vers des sites qui refusent les hyperliens ;-)
  • # Just for fun

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Merci Benoît d'avoir ainsi pointé du doigt la bêtise humaine. Je me dis qu'en patchant nos navigateurs pour que le referer pointe vers un de ces sites lorsqu'on en visite un autre on pourrait ainsi créer un joli boxon dont ils auraient bien du mal à se sortir...
    Tiens, ça ferait peut-être une belle extension firefox ça!
  • # Marques-pages

    Posté par . Évalué à 2.

    et les marques pages on a l'droit ?

    non parce qu'on un lien hypertext c'est un peu un texte qu'o peut cliquez dessus pour aler sur le site .. et le smarques pages c'est un peu pareil ( sauf que c'est dans le menu du navigateur )


    ....
    • [^] # Re: Marques-pages

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Mais non malheureux, si tu est sous Firefox, tes bookmarks sont des liens hypertextes (Voir la page bookmarks.html). Donc non ! C'est interdit !

      Au moins, on n'entendrait plus parler de ces sites :) Plus de bookmarks, plus de liens dans Google, condamnés à disparaitre
      • [^] # Re: Marques-pages

        Posté par . Évalué à 2.

        Oh mon dieu pauvre ignorant que je suis, étatn sous firefox , si j e veux mettre en bookmraks la ratp je dois lui envoyer un mail pour leur demander !!
        • [^] # Re: Marques-pages

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est un usage privé, tu fais ce que tu veux.
          • [^] # Re: Marques-pages

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Privé ou non, de toute façon, j'ai cru comprendre qu'on faisait ce qu'on voulait, et que les interdictions imposées par ces organisations étaient infondées.
  • # | rev

    Posté par . Évalué à 1.

    Il serait logique que tous les professionnels du web aient découvert l'intérêt des liens, pour être référencés par les moteurs de recherche, cités par leurs utilisateurs augmentant ainsi leur classement dans les algorithmes type Google PageRank, etc.

    C'est pas aussi le concept du google bombing ? :-)
    • [^] # Re: | rev

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu veux dire que toute cette histoire serait du Google Bombing ? Malin, comme combine marketing...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.