Du logiciel libre dans les Universités

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
Tags : aucun
0
11
sept.
2006
Éducation
La première formation universitaire en Ingénierie du Logiciel Libre s'ouvre à l'Université du Littoral à Calais, avec notamment l'APRIL comme partenaire (voir le communiqué APRIL et les articles Le Monde informatique et ITR Manager).

L'Université de Bretagne Sud rappelle l'existence des logiciels libres lorsqu'elle évoque l'opération micro-ordinateurs portables pour les étudiants.

L'Université Rennes 2 a un module Logiciels libres dans son master 2 SIGAT et utilise le logiciel libre Moodle pour ses cours en ligne.

L'Université de Nantes consacre une page aux logiciels libres ou gratuits et une autre au téléchargement de logiciels libres. Par ailleurs l'Université propose en Sciences et Technologies une série de stages et formations non-diplômantes traitant des logiciels libres.

L'Université d'Orléans héberge aussi des logiciels libres.

L'Université du Havre a réalisé un CDROM de logiciels libres en 2006, probablement le Kit Liberté.

Le Centre de Ressources et d'Innovation pédagogiques de l'Université de Limoges a conseillé régulièrement des logiciels libres.

Le Pôle de Ressources Informatiques et Multimédia de l'Université Toulouse II fait la promotion des logiciels Microsoft, comme étant la solution bureautique...

L'Université de Toulouse 1 doit organiser une séminaire « Droit d'auteur, copyright, licences Creative commons : quel(s) espace(s) de diffusion des connaissances et de circulation des savoirs ? » en novembre.

On soulignera également l'initiative de l'Université de Laval (Québec) qui met en place un cours traitant des logiciels libres. Ce cours est non-obligatoire, ouvert à tous (comprendre : cours public) et peut également être suivi par Internet.

Ça change des communiqués sur « L'Éducation nationale vend les produits de Microsoft dès la maternelle » (voir le dossier APRIL sur le sujet).

Nota bene : je n'ai parlé ici que des informations dont je peux disposer, et uniquement pour une moitié ouest de la France (la suite probablement dans une prochaine dépêche).

Complément : l'université de Metz offre un cd-rom de logiciels libres à chaque étudiant au moment de son inscription ; l'université de Pau propose une distribution vive nommée Artouste (basée sur Knoppix avec Xfce et de nombreuses applications).
  • # Jussieu

    Posté par . Évalué à  4 .

    Il y a encore deux ans quand j'y étais, il y avait aussi a Jussieu (coté paris 7-Denis Diderot) un module Logiciel Libre enseigné par M. Roberto Di Cosmo.
  • # Bordeaux

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Bordeaux est la première université française reliée à internet. Cela a permis aux toutes premières version de Linux d'y parvenir. Ainsi, dès 1995, les étudiants utilisaient des machines sous la première version opérationnelle de GNU/Linux.
    À l'ENSEIRB, les étudiants en première année ont un module OpenSource dans lequel ils sont familiarisé avec les modes de développement et d'organisation du logiciel libre.
    Pour terminer, ce n'est pas un hasard si les RMLL ont été crées à Bordeaux, c'est la conséquence du travail effectué à l'université depuis le début des années 1990.
    • [^] # Re: Bordeaux

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Il ne faut pas non plus oublier AbulEdu http://abuledu.org qui n'aurais pas existé si l'IUT n'avait pas été dans la mouvance générale de l'Université de Bordeaux.
      • [^] # Re: Bordeaux

        Posté par . Évalué à  2 .

        Malheureusement, ce n'est pas le cas dans toutes les universités. Du côté de Bordeaux 2 (Victor Ségalen). c'est exclusivement (à ma connaissance) du Windows XP et Microsoft Office pour les étudiants.
        Pas d'accès Wifi, des salles informatiques sous la surveillance de big-brother (interdiction de se connecter en SSH par ex, toutes les machines ont un serveur vnc lancé d'office, ...)

  • # Chercher l'erreur

    Posté par . Évalué à  2 .

    "Le Pôle de Ressources Informatiques et Multimédia de l'Université Toulouse II fait la promotion des logiciels Microsoft, comme étant la solution bureautique..."

    Ca fait un peu tache dans la liste...
    • [^] # Re: Chercher l'erreur

      Posté par . Évalué à  2 .

      C'est pas réélement un hasard :)
      • [^] # Re: Chercher l'erreur

        Posté par (page perso) . Évalué à  -9 .

        En effet, ca n'est pas réellement un hasard : la suite bureautique Microsoft étant la seule à tenir vraiment la route à ce jour ...

        Ne me parlez pas d'OpenOffice.org, qui reste loin derrière sur de nombreux points :

        - utilisabilité (par exemple au clavier)
        - design (statistiquement, tous les utilisateurs à qui j'a proposé OoO l'ont trouvé moche, je sais que les gouts et les couleurs, toussa, mais bon, là c'est du 100% ...)
        - performances (office 2000 ou même 2003 sur un pauvre PII marche très bien, OoO rame lamentablement, et OoO met toujours 2 à 3 fois plus de temps pour sauver ses fichiers)
        - fonctionnalités (office permet désormais de partager correctement ses documents et/ou de gérer efficacement différentes versions.)


        Bref, oui, ils ont, à mon avis (avis de linuxien convaincu) raison de dire que la suite Microsoft est LA suite bureautique.
        • [^] # Re: Chercher l'erreur

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          <troll> Quoi ? C'est pas vi/latex LA suite bureautique ? ;) </troll>

          Plus sérieusement, si OpenOffice est pas parfait (je l'utilise que très très peu), Microsoft Office est pas bien mieux : plantage, virus,...
          Donc, au choix, généralement, je propose à mes users OpenOffice et Abiword. Tant qu'a avoir une suite qui marche pas parfaitement, autant qu'elle soit libre.
        • [^] # Re: Chercher l'erreur

          Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

          J'ai un théard juste à côté de moi qui est justement en train de rédiger sa thèse avec "LA suite bureautique".

          Heureusement, qq'un qui est déjà passé par là lui avait conseillé de découper son document [because gros document avec images dans ça le fait planter]. Malgré cela, il a déjà eu plusieurs morceaux foirés à l'enregistrement par "LA suite bureautique" (note: tu ne t'en apperçois que lorsque tu veux rouvrir le document, le landemain).

          C'est la raison qui m'a fait abandonner "LA suite bureautique" au profit d'OpenOffice il y a quelques années. Ceci malgré sa lenteur à l'enregistrement (réelle sur certains documents). Ceci pour son design qui ne change pas à chaque version (ras le bol de devoir réapprendre où sont les commandes dans Word - et j'étais utilisateur depuis Word2 sur MacOS!!!), peut-être que les amateurs de MSN Messenger n'y retrouvent pas le look gadgets, mais moi j'y retrouve une interface propre avec des menus qui renvoient vers les fonctionnalités dont j'ai besoin.

          C'est vrai que je n'ai pas besoin des fonctionnalités de partage de document de "LA suite bureautique" - et j'ai cru voir des outils de suivi de modifications (mais j'ai pas creusé, pas eu besoin pour le moment).

          Et en plus, oh bonheur! OpenOffice tourne sur d'autres plateformes que "LE système d'exploitation" - ça tombe bien, je l'ai abandonné pour mon utilisation de tout les jours à la maison.
        • [^] # Re: Chercher l'erreur

          Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

          > Bref, oui, ils ont, à mon avis (avis de linuxien convaincu) raison de dire que la suite Microsoft est LA suite bureautique.

          Indépendemment de ce qu'ils pensent, l'éducation nationale n'a pas à faire la publicité pour Microsoft... Donc ils devraient écrire « bureautique (traitement de textes, tableur, base de données) » et non « bureautique (Word, Excel, Access) ». Ça fait partie de la neutralité commerciale de l'école républicaine normalement... Bref à rapprocher de « L'Éducation nationale vend les produits de Microsoft dès la maternelle ».

          Après, que le cours ou les machines mises à disposition utilisent ou pas MS Office et/ou OpenOffice.org et/ou toute autre suite bureautique est un autre problème.
          • [^] # Re: Chercher l'erreur

            Posté par . Évalué à  4 .

            Le pire me semble que ces logiciels (Word, Excel) et clones ne devraient pas correspondre au niveau des formations universitaires LMD.

            - Latex devrait être utilisé au lieu de "Word"

            - Matlab, Scilab, ... devraient être utilisé au lieu d'"Excel"

            Il est probablement préjudiciable que le niveau de maîtrise des outils informatiques évolués soit très en deçà des formations théoriques, et moins utiles par la suite. Le niveau des cours théoriques en Maîtrise est il est simple, ergonomique, look and feel ... ?

            En ski ou autre, un modèle grand publique n'est pas un modèle confirmé, ou compétition. En informatique on aurait réussi (?) l'exploit d'un seul outil pour tous, pour tout, et pour la compétition mondiale: MS Office.
          • [^] # Re: Chercher l'erreur

            Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

            Quid de la promotion du libre ? les logiciels libres ne sont pas aussi des marques ? des produits à part entière ?

            Est-ce que la gratuité (apparente) de ces derniers dédouane l'educ nat de sa neutralité ?
            • [^] # Re: Chercher l'erreur

              Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

              > Quid de la promotion du libre ?

              C'est pas la promotion du libre qui serait concernée, mais celle d'entreprises ou de marques du libre.

              > les logiciels libres ne sont pas aussi des marques ? des produits à part entière ?

              Certains logiciels libres ont des marques associés (Linux par exemple) d'autres pas.

              > Est-ce que la gratuité (apparente) de ces derniers dédouane l'educ nat de sa neutralité ?

              La gratuité (apparente ou non) n'a à mon sens rien à voir dans l'histoire. Ça ne changerait rien si on parlait d'IE ou d'Acrobat Reader qui sont gratuits...

              L'important (pour l'éducation nationale) est de ne pas confondre un type d'outil avec un éditeur donné ou une marque donnée (le cas présent, confondre tableur et Excel ou tableur et Microsoft). Son rôle est d'apprendre l'informatique (ou la bureautique ou autre), pas à utiliser la version X du logiciel Y de l'éditeur Z. Bref d'enseigner qu'il existe plusieurs traitements de texte, plusieurs tableurs, etc.

              Donc à mon sens, non l'éducation nationale n'a pas à afficher dans son programme « Apprentissage d'OOo » mais « Apprentissage de la bureautique », même si ledit apprentissage se fait sur OOo parce que c'est ce qui est installé sur les postes, et que les autres solutions sont juste mentionnées ou montrées sur des captures d'écran.
      • [^] # Re: Chercher l'erreur

        Posté par . Évalué à  1 .

        tu peux donner plus de détails ?
  • # IUT Nancy-Charlemagne

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    L'IUT Nancy-Charlemagne propose une licence professionnelle entierement tournee vers les Logiciels Libres depuis au moins 1 an.

    http://lpasrall.iuta.univ-nancy2.fr/
    • [^] # Re: IUT Nancy-Charlemagne

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      Quelqu'un connait ? c'est comment comme formation ?
      • [^] # Re: IUT Nancy-Charlemagne

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        je connais l'IUT et une partie des gens qui le font tourner et c'est tres serieux.
        La formation en elle meme, je connais pas car elle n'existait pas lorsque j'y etais :(
        Mais d'apres les gens qui l'ont mis en place, je ne doute pas une seconde qu'elle est tres bonne.
        • [^] # Re: IUT Nancy-Charlemagne

          Posté par . Évalué à  1 .

          La formation est nouvelle, mais elle rencontre déjà un grand succès auprès des étudiants : une bonne partie de mes amis en deuxième année à l'iut Charlemagne ont postulé :)
        • [^] # Re: IUT Nancy-Charlemagne

          Posté par . Évalué à  2 .

          Je confirme,

          Je fais partie de la première promo a avoir passé cette licence et j'en suis très content. Il y a bien sur quelques points faibles, mais je ne doute pas que ceux ci seront corrigés pour les promotions suivantes.
  • # Les Fac de lettres ne sont pas en reste !

    Posté par . Évalué à  3 .

    A l 'université de Lille3 (c une fac de lettres) on fournit un CD de logiciel libre aux étudiants (logiciel qu'on retrouve dans les salles info) et ils utilisent la plateforme Moodle. En plus ils on pas mal de serveurs sous Debian ;)
    • [^] # Re: Les Fac de lettres ne sont pas en reste !

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Sinon, à noter que dans cette fac (de lettres!), certains profs font du latex avec leurs étudiants, il y'a des cours de formation à GNU/Linux (Coucou Franck), des salles d'accès libre sous GNU/Linux, un site web qui valide et qui conseille l'utilisation de Firefox, Thunderbird sur tous les postes administratifs.

      Puis, le CRI Réseau est une équipe vachement sympa même si l'on peut noter que les deux meilleurs sont partis ( pas vrai Ben ;) )

      Bref, Lille3 c'est bon mangez en!
  • # Université Rennes 2

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    L'Université Rennes 2 utilise aussi:

    * Firefox et thunderbird sur les postes de travail et les postes pédagogique.
    * OpenOffice.org, The Gimp sont installés sur tout les postes.
    * L'environnement numérique de travail ESup-Portail entièrement basé sur des Logiciels Libres (qui est utilisé par beaucoup d'autres universités en France: http://www.esup-portail.org/communaute.html ).
  • # Pas tout à fait une université, mais...

    Posté par . Évalué à  2 .

    Cette école maternelle et primaire tourne sous Ubuntu, et les enfants y touchent.

    http://www.ecoles.cfwb.be/ejesus/
  • # Unniversité de Bretagne Sud

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    L'unniversité de Bretagne Sud utilise aussi Moodle pour ses cours en ligne. en fait cela avait commencé par l'IUT de Vannes en 2003 où j'avais mis en place le logiciel Moodle pour la formation continue. L'idée avait été lancé par Yves Chevalier responsable de la formation continue à l'époque.
    Ce qui me rassure, c'est que depuis l'utilisation de l'outil s'est étendue à toute l'unniversité en gardant la même intégration et logique d'utilisation.
    Quand on va sur le site, on y retrouve le nom original "NET-IUT" par ci par là :)

    Le site : http://foad.univ-ubs.fr/

    C'était plutôt sympa, et cela m'a permis de participer un petit peu au debugging et à l'amélioration de Moodle et d'avoir deux trois échanges avec Martin Dougiamas le créateur de ce logiciel.
  • # Ecoles d'ingés

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Je pense que pas mal d'écoles d'ingé utilisent aussi les logiciels libres.
    Dans mon cas (IIE), on utilisait des LL dès que possible, avec notamment un cours de système d'exploitation sur Linux, de la preuve avec Coq, toute la partie développement (cvs/gcc/wiki/etc). Je sais que l'INT est dans le même cas, tout comme les deux ENS parisienne (Cachan et ULM, et sûrement Lyon aussi), ou encore Mines et Telecom Paris.
    De manière général, je pense qu'énormément d'uniersité/écoles utilisent les LL, sans forcément communiquer la dessus. Dans le pire des cas, c'est moins cher (tm), et les problème d'inertie des utilisateurs n'existent pas trop avec les élèves (bon, y'a les profs, c'est vrai ;)

    En reflichissant, je n'ai parlé que d'écoles faisant pas mal d'info, je ne sais pas comment ça se passe dans d'autres domaines. Y'a-t-il des gens venant ayant fait des écoles de chimie/méca/etc qui penvent témoigner ? Peut-être que les contraintes de compatibilité logiciels sont plus fortes (genre, en méca, les logiciels de modélisations ?)
    • [^] # Re: Ecoles d'ingés

      Posté par . Évalué à  1 .

      À côté de ça, beaucoup d'écoles d'ingénieurs ont des contrats de "partenariat" avec de grandes entreprises du logiciel propriétaire.
      J'ai un pote dans une école supérieure d'ingénieurs en génie électrique qui peut avoir toutes les licences Microsoft qu'il désire à des prix dérisoires (moins cher que des licences OEM)...
  • # pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

    Posté par . Évalué à  2 .

    Ici, c'est tout le contraire, ils marchent droit dans le propriétaire, et ils songent même à mettre des linux en VMware[1], et pourtant c'est une école d'ingénieur en informatique [2].
    En fait il semble même ne pas y avoir de compétences [3] en ce qui concerne les Unix-like, et l'université c'est pas mieux[4].

    Donc, soit j'ai pas de bol [5], soit les regards jetés ne sont pas les mêmes[6], soit les situations peuvent être très différentes suivant les lieux.


    [1] parce qu'il faut bien faire des cours d'UNIX, et que c'est tellement plus simple à administrer ainsi ...
    [2] je donnerai pas de noms. Il s'agit d'une école d'ingénieur de l'université.
    [3] situation horrible : les enseignants ne connaissent rien au libre (licence, etc) et ne feront pas les efforts pour apprendre quelque chose d'autre (en bref utilisateurs finaux), et les rares personnes ayant des connaissances s'en vont (je ne leur donne pas tord)
    [4] ils ont déjà du mail à avoir un service de messagerie pour les étudiants qui soit en état de marche (les 3/4 du temps elle marche pas)
    [5] bon, j'ai pas de bol de toute façon
    [6] par exemple, on considère que c'est bien que l'on donne des CDs libres[7], et on oublie les vraies décisions du type "toutes les salles machines passent sous windows"
    [7] ils font même pas ca chez nous
    • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

      Posté par . Évalué à  3 .

      A peu près pareil à mon IUT...

      Les seules fois où on nous a parlé du Libre, c'est :
      - quand on nous a présenté Eclipse. Mais bon, on l'a utilisé sous Windows, 'faut pas déconner.
      - quand on nous a présenté le serveur sous Linux, néanmoins accessible à partir de toutes les machines.

      Réponse "officielle" à la question "pourquoi tout Microsoft ?" : "Et bien, on est engagé avec eux, et vous savez, Linux, c'est pas si bien que ça"

      Ca promet !
    • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

      Posté par . Évalué à  2 .

      C'est un des UT* (UTC, UTBM,...) ? (juste pour savoir si j'ai bien fait de pas y aller ou pas ;))
      Ici, à l'INSA (de Lyon en tous cas), le libre est assez présent:
      - Le centre informatique du premier cycle est sous Fedora. La moitié des PC a également Windows en dual-boot, mais avec peu de choses dessus et globalement rarement utilisé
      - Les TP d'informatique se font sous Linux et avec des logiciels libres: MySQL, FreePascal (même si le pascal ça sux...) surtout
      - Le portail du premier cycle est sous Plone :)

      MAIS:
      - En TP de physique, c'est Excel pour tracer les courbes. Ça va changer l'année qui vient, paraît il (ils ont déjà installés OOo en fin d'année)
      - Logciels non-libres utilisés massivement: Java (cours d'info pour les 2e année d'eurinsa), Maple (en Maths, tout le monde.) et SolidEdge (en méca, mais ça, je crois qu'il y a pas d'alternatives)
      - Tous les postes en salles de conception/frabrication sont sous Windows. Toujours à cause de SolidEdge, je suppose

      Je sais pas comment ça se présente dans les départements. En Info, je suppose qu'il y a beaucoup de Linux, et en génie mécanique beaucoup de Windows. Pour les autres, aucune idée...
      • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

        Posté par . Évalué à  2 .

        Je suis en Informatique a l'INSA de Lyon et je reste vraiment sur ma faim, à part quelques TP C++ faient sous Kdevelop (choix contestablemais on parle ici de libre ou non), les logiciels libres sont présents sur les machines (OOo2, principalement parce qu'un dev d'OOo est en 5ème année) mais rien n'encourage à les utiliser. Il y a bien une salle Linux mais il n'y a dessus que le strict minimum pour faire les TP (choix entre KDE et KDE) et la distrib est vieillote (red hat 9). Il en devient difficile de faire la promotion de Linux (on entend de la part de 80% des étudiants "linux ça pue l'USB marche pas", affligeant pour une formation d'info). Sinon en troisième année il y'a un TP Delphi, un autre JBuilder, plusieurs TP Oracle, le tout bien sûr sous Windows (Linux est trop compliqué selon certains profs). En 4IF il parait qu'il y'a des TP Visual Studio, d'autre avec outil au choix (c'est à dire Visual Studio puisque c'est en hexanôme et bon courage pour trouver 5 libristes).
        Si c'était que les outils je pense que je m'y ferais, au fond un bon TP que ce soit sous VS ou sous GNU ça m'est égale, tant que c'est intéressant du point de vue programmation. Le truc c'est que pour la plupart ces TP c'est "réaliser un UI pour wrapper une base de donnée" et ça commence à me gaver... Bref d'un point de vue purement informatique (au sens science) globalement je suis un peu déçu aussi. Pour les autres départ' je crois que Genie Electrique est un peu en avance...

        Sinon j'ai fait l'IUT d'informatique à Grenoble et là par contre c'était vraiment à mon goût, tant du point de vue de l'enseignement que des outils (et j'ai de quoi comparer puisque j'ai aussi fait un an de prépa et un an aux Mines de Nantes).
        • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

          Posté par . Évalué à  1 .

          Présente à tes profs lazarus pour les TP delphi :
          http://www.lazarus.freepascal.org/
          Ça a l'avantage non négligeable d'être multiplateforme, gratuit et libre...
          De manière générale, je pense que les étudiant(e)s doivent aussi faire la promo du libre et ne pas forcément attendre que les profs y recourent. À l'époque où certains ont été formés, le libre était encore à ses balbutiements et pour ceux qui ont essayé parfois repoussant...
          Les demandes réitérées auront sans doute pour effet de faire changer les choses même si la situation dans les universités me semble plus supportable qu'au secondaire (peut-être le manque de fric???)....
        • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          Mauvais IUT, changer d'IUT.
          Je pense qu'un site présentant les affinités pour le logiciel libre des écoles, universités et instituts serait assez efficace. Les établissements ayant une mauvaise note se sentiraient rapidement concernés.
      • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

        Posté par . Évalué à  2 .

        en departement info, quand j'y était (ok il y a 8 ans là, mais ca donnera une idée de l'évolution si qqun complete avec ce qu'il y a en se moment)
        en salles de TP :
        2 salles de stations unix (hp ux je crois)... [1]
        2 (ou 3?) salles de windows NT en libre accès
        depuis les postes windows, on se connectait sur une machine linux ou il y avait la messagerie (et IRC......).
        depuis ce compte linux, on pouvait publier son site web.

        en fait a bien y penser il y avait tout (en ligne de comande) pour rendre linux interressant.
        c'était bien pour l'epoque : 1995-1998

        [1] : compilation avec makefile etc...
        • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

          Posté par . Évalué à  2 .

          Et bien ça a changé !

          De deux salles Unix on est passé à une salle Linux pas administrée (le noyau a été compilé en 2004).
          Je n'ai vu personne utiliser IRC où que ce soit dans l'école, de toute façon les ports sont fermés (sauf pour ceux qui en ont fait une demande explicite et motivée auprès du CRI).
          L'espace Web n'existe plus (mais le serveur des étudiants le propose).

          Aujourd'hui il y'a tout pour rendre Linux ennuyeux.

          Et sérieusement il n'y a rien de glorieux à avoir la moitié des salles sous Unix, c'est même je pense en dessous de la moyenne pour ne formation d'informatique. Dans l'IUT où j'étais avant, il y avait 6 salles Linux (pour le départ info seulement) et 2 salles Windows partagées pour 3 IUT (au moins 300 étudiants).
          Dans la plupart des universités, et pas seulement en France, c'est exactement l'inverse de l'INSA. Windows est là uniquement pour certaines tâches marginales, et les profs sont pour une grande part des défenseurs du libre (le monde de la recherche est le bastion des LL).

          D'ailleurs on associe toujours Unix à libre, quand tu parles HP/UX je vois pas en quoi c'est plus libre que Windows. C'est vrai qu'il est plus facile de porter ses connaissances d'Unix à Linux. Mais en IF (à l'INSA de Lyon) il y'a des profs qui sont clairement ANTI-libre, comme par exemple R. Laurini, sans pour autant être pro-windows ou anti-Unix.
          • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

            Posté par . Évalué à  1 .

            nan nan nan je n'associe pas hpux au libre.

            quand je dis qu'il y avait tout (en ligne de commande) pour rendre linux interressant. je veux dire tous les logiciel (mais seulement ceux en ligne de commande comme pine, un compilo...) pour faire en sorte que ce linux soit interressant.

            ensuite, ben oui, il y avait des station unix (j'ai pas dis que c'etait bien) juste qu'on compilait dessus (c'est mieux que VisualStudio) "a la maniere" d'un linux. mais j'ai pas dit que c'etait supair.

            Laurini je connais pas, i la du arrivé apres.

            la machine linux c'est (etait) ifhamy, et était administré par le BDE (une bande de c*n a mon epoque, enfin pas tous mais presque) mais IRC y était autorisé, mais l'hebergement de bot pas super bien vu... (sauf membre de BDE bien sur, au fait j'ai dis qu'ils était c*n ? non?)

            mais finalement vu le temps bouffé sur IRC par certain, je me dis que c'est pas plus mal qu'ils aient coupé :)

            L'espace Web n'existe plus (mais le serveur des étudiants le propose).
            ha ben c'est ca. je m'etait mal exprimé, l'espace web etait donné grace a ifhamy (bon l'url était bien tordu et bien longue, mais c'etait de l'hebergement gratos quand même...)
            donc ca n'a pas changé.

            PS : mais attends, pourtant il y avait des prof assez PRO LL.
            je me rapelle du prof de compilation...
      • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        C'est un des UT* (UTC, UTBM,...) ? (juste pour savoir si j'ai bien fait de pas y aller ou pas ;))

        Je vois plus une école "polytech'truc" : http://www.polytech-reseau.org/

        à l'UTC (mes connaissances dates un peu, on va dire 2 ans avec quelques échos deci delà) .

        L'informatique se faisait sous Solaris, Linux ou windows suivant le cas.

        Sous Solaris, on y faisait du C (système et algo), du prolog, du scilab, du lisp, du shell, du php3 et du quatia (vieille version utilisé par les mécaniciens, il me semble). Accès par terminaux X.

        Sous linux (Fedora), les cours de réseaux avancé (sécurité, p2p) utilisent un parc isolable de machine (notament pour les simulations d'attaque).

        Sous windows, on trouve pascal (initiation à la prog), matlab, bureautique (à l'époque MS Office, mais il y avait des projets pour mettre OOffice), du C++, du java.

        Niveau infrastructure réseau, on y trouve du Cisco et des Unix (Solaris, Linux, Digital Unix...).

        Il y a un club de logiciel libre : http://wwwassos.utc.fr/gullutc/
    • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

      Posté par . Évalué à  4 .

      je donnerai pas de noms. Il s'agit d'une école d'ingénieur de l'université.
      Pourquoi ne pas le dénoncer en publique? Les enseignants confondent leurs conforts personnels avec l'éducation des nouvelles générations! Maintenir en poste des enseignants dépassé par la technique, ou du personnel incompétent est une aberration.
      • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Tout système sans régulateur ou contre réaction part en butée. C'est ce qui se passe avec l'enseignement où la hiérarchie ringarde est incapable d'évaluer les enseignants sur les nouvelles technologies.
        Pour pallier cette carence, un site indépendant peut donner ses évaluations et faire évoluer des situations sclérosées.
      • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

        Posté par . Évalué à  2 .

        Ce ne serait pas pertinent et ce pour plusieurs raisons :
        - linuxfr n'est pas à mon sens le lieu pour ce genre de déballage
        - il faudrait qu'ils puissent répondre, et au mieux ils connaissent PCinpact [1]
        - et surtout je pense que cela n'est pas un problème propre à mon école [2]


        [1] c'est pas mon genre
        [2] pour les différents échos que j'ai eu (que ce soit en informatique ou autre), j'ai l'impression que le problème est commun aux universités, du fait du statut d'enseignant/chercheur[3]
        [3] pour les formations styles licence, maîtrise ou autre cela est quelque peu différent car les étudiants ne sont pas "enfermés de la même façon" (pas les mêmes volumes de cours par exemple)
        • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

          Posté par . Évalué à  2 .

          Je vois pas d'où tu sors que les universités sont orientés propriétaires. Surtout dire que ça vient des enseignants chercheurs, alors que les enseignants chercheurs sont probablement les plus gros contributeurs aux logiciels libres (ou en tout cas l'ont été avant le hype qui a attiré les entreprises), c'est tout simplement faux.
          Je pense que ça dépend beaucoup des facs, je serais curieux de savoir où tu te trouves. Tu ne veux pas dévoiler ton université, et c'est bien dommage. Ça permettrait peut-être à certains d'entre nous de l'éviter (c'est plus difficile que l'on ne le croit de se faire une idée, je lisais de bons commentaires de libristes convaincus sur mon école et j'ai été bien déçu, un tel chauvinisme en dit long sur les capacités à avoir des conviction en bois) sans pour autant la dénigrer d'un point de vue objectif : là où je suis si on pouvait remplacer tous les TP faits sous Linux par des TP Visual Studio je pense que 80% des étudiants se diraient satisfait. C'est pas parce que ta fac n'est pas orientée LL qu'elle est mauvaise (même si d'expérience c'est parfois un indicateur de la qualité de l'enseignement, mais j'ai un EXCELLENT prof qui trouve que le toolchain GNU est une perte de temps et qui me garde de faire des conclusions trop hâtives).
          • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

            Posté par . Évalué à  2 .


            Je vois pas d'où tu sors que les universités sont orientés propriétaires.

            Jamais dit, cela. Néanmoins t'en vois beaucoup des universités qui envoient des pdf comme documents administratifs ? [1] T'as déjà vu des thèses en autre chose que du doc [2]? T'en trouves beaucoup des salles en libre accès sous Linux ? Tu as déjà essayé de parler de SciLab avec des fondus de MatLab ?

            [1] e.g. feuille d'appréciation de stage reçue par mon responsable au format doc, et passant mal dans le OpenOffice
            [2] la grande majorité en doc et cela peut être très mal vu de faire autrement [3] (à l'exception des Maths)
            [3] e.g. ami en D.E.A. (il ne s'agit évidemment pas d'une thèse ici) qui avait fait le tout en LaTeX (via LyX et moi même)

            [...]alors que les enseignants chercheurs sont probablement les plus gros contributeurs aux logiciels libres (ou en tout cas l'ont été avant le hype qui a attiré les entreprises)

            Aux États Unis, je veux bien mais ici ? À l'exception de quelques très grandes écoles/universités en france, t'en vois beaucoup qui aient contribué ?

            Je pense que ça dépend beaucoup des facs[...]

            Je le conçois tout de même, puisque j'ai bien dit "ici". Toutefois, mon propos d'ordre plus général sur le statut d'enseignant/chercheur est relativement étayé par une expérience personnelle et des échanges nombreux avec les enseignants (de mon école, de mon ancienne Fac, de médecine, etc), et à chaque fois, en prenant bien le temps de discuter pour faire passer les classiques "les étudiants foutent rien", ce qui émergeait c'était le fait qu'ils n'ont pas le temps[1], qu'en dehors de leur domaine, ma foi, ils connaissent souvent pas grand chose [4], et qu'il y en a beaucoup qui font de l'enseignement car c'est le statut qui les y oblige[5].

            [1] tâches administratives importantes, obligation de prendre en charge des enseignements pour lesquels ils n'ont aucunes affinités ou même pas les connaissances[2]
            [2] un exemple : pendant un cours d'administration, on a découvert que l'enseignant ne connaissait pas le fonctionnement d'un D.H.C.P. (au demeurant, c'était pas de sa faute, en début d'année, ils ont distribués les enseignements et c'est tombé sur lui)
            [4] évidemment quand un cours tombe sur leur spécialité, on a droit à la totale là
            [5] expression de thésards lorsqu'ils ont finit tous leurs TD : "Ayé fini le service", au sens service militaire ...

            là où je suis si on pouvait remplacer tous les TP faits sous Linux par des TP Visual Studio je pense que 80% des étudiants se diraient satisfait

            Ma foi, Visual ou autre pour apprendre à coder, cela peut revenir au même [1]. Ce qui me gêne c'est plus une culture, l'absence quasi-totale du libre ou d'autre chose que Microsoft
            [1] même si tout faire à la main (compilation, linkage, etc) aiderait sûrement plus d'un à comprendre ce qu'il se passe

            C'est pas parce que ta fac n'est pas orientée LL qu'elle est mauvaise

            Il ne s'agit pas d'une fac mais d'une école d'ingénieur, et indépendemment du fait que le libre, ils en veulent pas, l'école est objectivement mauvaise, mais quant à la situer par rapport aux autres j'en suis bien incapable. Mais il était à remarquer que je n'ai pas parlé de la qualité de l'école (c'est toi qui a dit que je la trouvais mauvaise :-)) mais uniquement de l'absence totale actuelle et future du libre[1 & 2]

            [1] en fait je pense que l'auditoire a plus appris sur le libre grâce au cours de droit qu'en passant par l'école ...
            [2] pour tout dire : ils ont décidé (et maintenant commencé) à créer un intranet complet, et ont donné des sujets d'étude quant aux différentes solutions disponibles. J'ai demandé en plein amphi et pendant la présentation des sujets, s'ils avaient des idées quant à la solution qu'ils allaient retenir, et bien "y a pas photo" c'est le super truc de la mort de microsoft ... pour un intranet ....
            • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Je ne sais pas si cela a été dit dans les nombreux commentaires suivants, mais les futurs étudiants en info de la fac de sciences de Nantes peuvent être rassurés : on nous encourage à faire les TP sous linux. Tous les PCs ont Windows et Linux (dans mon souvenir, je crois même que certains sont tout linux, mais à voir). La salle DEA est totalement sous linux, les profs sont pour beaucoup linuxiens convaincus (enfin, y'en a bien certains qui bossent avec microsoft). Les rapports de DEA sont obligatoirement sous Latex et la présentation sous beamer (J'avais une FC5 toute neuve dès le lendemain de sa sortie).
            • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

              Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

              T'as déjà vu des thèses en autre chose que du doc [2]?

              Presque toutes les thèses que j'ai approché de près ou de loin sont faites en LaTeX (en informatique). Je connais 4 personnes qui ont fait leur thèse en Doc :
              - un psycho-ergonomiste. Il aurait eu le choix, il l'aurait pas fait en Word;
              - 2 automaticiens. Ça a a priori pas encore trop posé de problèmes.
              - un informaticien.

              T'en trouves beaucoup des salles en libre accès sous Linux ?

              Dans les 3 écoles où je suis passé, plus ou moins :
              - UTC : Pas de salles sous linux en accès libre, mais c'etait en projet. Il y avait des terminaux X et une création de compte sous linux sur simple demande.
              - Université de Nantes : Tous les postes sont en dual boot Linux/Windows.
              - Ecole Centrale de Nantes : Tout les postes des salles info où je suis allé sont en dual boot Linux/Windows.

              C'est pas trop mal comme statistique, je dois dire, bien que c'est sûr que 3 écoles n'est pas un échantillon représentatif.

              Tu as déjà essayé de parler de SciLab avec des fondus de MatLab ?
              MatLab a beaucoup de fonctionnalités que Scilab n'a pas. De plus, Scilab n'est pas libre (malheureusement).
              • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

                Posté par . Évalué à  1 .


                Presque toutes les thèses que j'ai approché de près ou de loin sont faites en LaTeX (en informatique)

                Tant mieux :-). Mais quand tu dis informatique ne s'agit-il pas que du département auquel tu appartients ou d'un seul département que tu as croisé ?
                Pour ma part voici les doc rencontré : (mélange mémoire de maîtrise, de DEA, de thèse)
                - en biologie animal insecte
                - en économie
                - en histoire
                - en droit

                Il est vrai que l'on peut voir des documents d'autres types par ailleurs mais qu'est-ce que cela représente par rapport au volume total et quelles filières sont concernées ?

                - UTC : Pas de salles sous linux en accès libre, mais c'etait en projet. Il y avait des terminaux X et une création de compte sous linux sur simple demande.

                Enfin c'est pas vraiment user friendly tout ca :-) (sans parler du bordel que ce serait si il y avait vraiment des utilisateurs sous les linux -comptes, mot de passe etc)


                - Université de Nantes : Tous les postes sont en dual boot Linux/Windows.
                - Ecole Centrale de Nantes : Tout les postes des salles info où je suis allé sont en dual boot Linux/Windows.

                Ca c'est quelque chose qui coûte rien de leur part [1](les espaces disques sont largement suffisant), surtout si les Linux ne sont rien d'autres que des clones de partitions (cela reste ainsi la philosophie windows de l'installation sur un réseau). Quel est le système le plus utilisé ? Les utilisateurs sont-ils incités à utiliser le linux ? Y-a-t-il vraiment un nombre non négligeable de TD/TP effectué avec ces linux ? Si je passe à un moment quelconque de la journée quel O.S. trouverais-je ?

                En fait ce qui m'embête le plus dans tout ca, c'est que comme toute politique, s'il n'y a pas d'efforts réels et soutenus pour promouvoir les systèmes libres[2], c'est un peu pipo tout ca. Qui te dit que dans 5 ans, ils diront pas :
                "les linux servent pas, c'est du travail en plus, ne les mettons plus"[3]

                [1] Chez nous la salle UNIX est en dual boot ... et évidemment pas les autres salles ....
                [2] par exemple expliquer les licences, expliquer que pirater du windows ou d'autre logiciel propriétaire ne doit pas se faire, etc
                [3] pour mémoire, il fut un temps où c'était les unix qui était là


                MatLab a beaucoup de fonctionnalités que Scilab n'a pas. De plus, Scilab n'est pas libre (malheureusement).

                Que Scilab ne soit pas libre, je veux bien mais c'était toujours un plus. En revanche, que des chercheurs ou autre n'investissent pas dans leurs outils (ajouter des fonction à Scilab, etc) et finalement se comportent comme des utilisateurs finaux, c'est triste[1].

                [1] d'autant plus qui s'agit d'un publique éduqué, qui peut faire ces investissements

                Et enfin, qu'en est-il de la situation dans les autres filières de nos Universités ? Bien pire je crois.

                P.S. : Pourquoi un discours si triste ?
                Eh bien, il faut avouer que les agissements de nos politiciens (par exemple DADVSI), des fabriquants de matériels (TCPA et consoeurs)[1], producteurs de biens culturels ne me font pas espérer le meilleur quant à l'avenir des linux. Et j'ai un peu l'impression que toutes ces bonnes nouvelles (administration utilisant OpenOffice, etc) ne sont que le chant du Cygne.
                Mais bon, j'suis peut être pessimiste, et il reste encore des batailles :-)

                [1] ceci utilisé conjointement avec les techniques de l'industrie "culturel" est ce qui me fait le plus peur
            • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

              Posté par . Évalué à  1 .

              t'en vois beaucoup des universités qui envoient des pdf comme documents administratifs ?

              Non. Je ne connais aucune administration ou l'emploi du PDF est généralisé. Les seuls personnes que je connais diffusant leurs documents en autre chose que .doc sont certains étudiants et certains enseignants chercheurs.

              T'as déjà vu des thèses en autre chose que du doc ?

              La plupart des ressources qu'on peut trouver sur LaTeX ont été écrites par des enseignants chercheurs. Recherche latex dans les pages francophones Google, tu verras que si on classait les sites par catégorie, la catégorie "page hébergés par des universités ecrite par des enseignants chercheurs s'en sortirait plutôt bien. La dernière thèse que j'ai eu l'occasion de feuilleter était écrite en LaTeX. Pourtant ses encadrants sont des profs de Génie Industriel. Personne n'est insensible a la qualite de la restitution de 3 ans de travail.

              T'en trouves beaucoup des salles en libre accès sous Linux ?

              Dans les 4 universités que j'ai fréquenté, 4 avaient des salles Unix (3 Linux) en libre accès. 2 seulement avaient des salles Windows en libre accès.

              Tu as déjà essayé de parler de SciLab avec des fondus de MatLab ?

              t'en vois beaucoup qui aient contribué ?

              Les auteurs de Scilab sont des enseignants chercheurs. Effectivement je n'attends pas d'un fondu de Matlab une défense de SciLab, de même qu'il est rare de voir un Linuxien prêcher les mérites de Windows. Le sujet original était les logiciels libres, or ni Matlab ni SciLab ne sont libres.

              Il ne s'agit pas d'une fac mais d'une école d'ingénieur

              Peu importe, les profs dans les facs, dans les écoles d'ingé et dans les IUT ont sensiblement le même statut. Je crois que comme dans tout problème c'est plus une affaire de personnes que de status.
              • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

                Posté par . Évalué à  2 .


                La plupart des ressources [...]

                Que l'on trouve des ressources sur LaTeX réalisées/hébergées par des universitaires ne change rien[1] au fait que dans la majorité c'est le doc qui est utilisé. Qui plus est la plupart de ces documents sont vieux et datent d'une époque où les styles etc n'était présent, efficace, ou utilisé dans les traitements de textes classiques. Et j'ajouterai de plus : et alors ?

                [1] si demain, on constate qu'il y a de la documentation faites par des chomeurs informaticiens sur le langage C, que devra-t-on en penser ?
                La dernière thèse que j'ai eu l'occasion de feuilleter était écrite en LaTeX. Pourtant ses encadrants sont des profs de Génie Industriel. Personne n'est insensible a la qualite de la restitution de 3 ans de travail.

                Et c'est bien la raison pour laquelle j'ai réussi à faire passer du LaTeX auprès de quelques uns. Le problème ne sont pas les cas où ca passe.

                un Linuxien prêcher les mérites de Windows

                C'est mon cas. Et il n'est pas rare suivant le public que je conseille windows.
                Le sujet original était les logiciels libres, or ni Matlab ni SciLab ne sont libres

                SciLab n'est pas libre (voir http://www.gnu.org/licenses/license-list.fr.html) mais je considère que c'est plus qu'un petit pas vers le libre en l'utilisant.

                Pour le reste un post fait plus haut, tôt, ajoute des points supplémentaires quant à mes interrogations, questions.
        • [^] # Re: pas chez moi, et cela ne semble pas près de changer

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          une autre idée : contacter le LUG le + proche et leur suggérer d'entammer un dialogue avec les responsables
  • # L'enseignement sous linux

    Posté par . Évalué à  3 .

    Le lycée léonard de Vinci à Melun propose depuis 2000 un BTS informatique de gestion, le tout uniquement sous GNU/Linux
  • # Vraiment libre ?

    Posté par . Évalué à  1 .

    J'ai trouvé sur le cd-rom fourni par l'université de Metz un grand nombre de logiciels libres de qualité, mais aussi la licence GNU GPL dans un fichier au format doc. Je ne comprends pas comment on peut promouvoir le libre en utilisant des formats fermés ! Enfin, l'intention est bonne...
    • [^] # Re: Vraiment libre ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      le .doc a peut-être été généré par OO.o - cependant un PDF eut été préférable

      autrement pourrais-tu nous détailler le contenu de ce CD ?
      • [^] # Re: Vraiment libre ?

        Posté par . Évalué à  2 .

        Voici la liste des logiciels inclus dans le CD :

        7z432.exe
        jre-1_5_0_01-windows-i586-p.exe
        AdbeRdr707_fr_FR.exe
        blender-2.41-windows.exe
        nvu-1.0-win32-installer-fr.exe
        OpenOffice
        DIA
        PDFCreator
        FileZilla_2_2_17a_setup.exe
        RealPlayer10-5GOLD_fr.exe
        Firefox Setup 1.5.0.3.exe
        scilab-4.0.exe
        Gimp
        Shockwave_Installer_Slim.exe
        Inkscape-0.43-2.win32.exe
        Thunderbird Setup 1.5.0.2.exe
        install_flash_player.exe
        vlc-0.8.5-win32.exe
        iTunesSetup.exe
        zinf-setup-2.2.1.exe


        Je ne peux pas lancer le CD sous linux, donc je ne sais pas comment tout cela est présenté. La pochette du CD spécifie qu'il s'agit de logiciels pour Windows et Mac mais je ne vois pas d'executables mac.

        J'ai eu le CD par mon frère (non informaticien), qui était un peu perdu avec au début. Le mélange de logiciels libres et non libres est un peu perturbant sachant que la pochette du CD a pour titre : "Vos outils de bureautique libres" et que la licence GNU GPL est situé à la racine du CD...

        J'espère qu'un effort pédagogique sera fait pour expliquer l'intêret des logiciels libres aux étudiants. Je ne sais pas si la gratuité est un argument suffisant, Windows est gratuit me disent-ils tous :)
        • [^] # Re: Vraiment libre ?

          Posté par . Évalué à  1 .

          Tout n'est pas libre quand même... :/
          Le JRE1.5, Adobe Reader7.07, Realplayer10.5 Gold, Shockwave, Flash Player.
          • [^] # Re: Vraiment libre ?

            Posté par . Évalué à  1 .

            Le monsieur a dit "un grand nombre..." pas un cédérom de logiciels libres...
            • [^] # Re: Vraiment libre ?

              Posté par . Évalué à  1 .

              - Dans la news : "Complément : l'université de Metz offre un cd-rom de logiciels libres à chaque étudiant au moment de son inscription."
              - Sur le site : "Un CD-rom de logiciels libres est offert à chaque étudiant au moment de son inscription à l'UPV-M. Ce dernier réuni tout le nécessaire pour couvrir la plupart de vos besoins informatiques (bureautique, internet, infographie...)"

              Pour moi, un CD-Rom de logiciels libres ça veut dire un CD-Rom avec seulement des logiciels libres.
          • [^] # Re: Vraiment libre ?

            Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

            considérons que pour le JRE ils ont un peu d'avance sur le caractère libre de java cependant pour aller avec OO.o c'est pas plus mal qu'il soit présent ; le RealPlayer lit des formats libre (ogg vorbis & theora) et existe également pour GNU/Linux ; Adobe Reader est parfois, malheureusement, la seule solution pour lire certains PDF (ceux avec du javascript) et il existe pour GNU/Linux également... donc ça se comprend.
    • [^] # Re: Vraiment libre ?

      Posté par . Évalué à  1 .

      Pour information le fichier License.doc fait parti de la distribution de Multi Install (http://prdownloads.sourceforge.net/multiinstall/MI244Setup.z(...)


      En ce qui concerne la présence de plugins (Adobe reader, Flash ...) , celle ci était nécessaire du fait de la présence de contenu multimédia (C2I) présent sur ce même CD.

      Ce CD-Rom a deux vocations principales :
      - Fournir un ensemble d'outils libres à l'ensemble des étudiants
      - Permettre une auto-formation au C2I (certificat informatique et internet)

      L'image du CD est disponible à (650Mo) :
      http://www.crium.univ-metz.fr/docs/CD-Unire/CD-UNIRE.zip
  • # Et dans le Nord

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Voici ce dont j'ai connaissance pour l'académie de Lille :

    - L'IUFM a distribué, avec l'aide CLX (à l'initiative de CLX?) un CD contenant une knoppix et quelques logiciels Libres pour Windows
    - Un CD similaire a été donné à l'inscription du secrétaire de Campux a Lille 2 en master chépakoi
    • [^] # Re: Et dans le Nord

      Posté par . Évalué à  1 .

      J'etais à l'IUT de Calais il y a 2 ans. On avait la possibilité de se faire graver les cds d'une distrib au choix (Avec au choix uniquement les plus conues). On avait qu'à donner les cds et c'etait fait. J'ai trouvé ça pratique pour les personnes n'ayant pas l'adsl chez elles.
      On avait aussi quelques cours sur linux mais bon...soit la personne connait et se fait chier, soit elle connait pas et comprend rien :)
      • [^] # Re: Et dans le Nord

        Posté par . Évalué à  1 .

        soit la personne connait et se fait chier, soit elle connait pas et comprend rien :)


        J'suis pas d'accord avec toi. La personne qui connait ne se fait pas forcément chier, on ne sait pas tout, on peut (re)découvrir des commandes, des concepts... Quant à la personne qui ne connait pas, elle peut être intéressée et se forcer a comprendre. On sait tous que Linux n'est pas si compliqué que ça !
        • [^] # Re: Et dans le Nord

          Posté par . Évalué à  2 .

          Dans un cas général, ça peut être vrai, mais dans ce que j'ai vecu, c'est comme ça que ça c'est passé.

          J'etais le seul à avoir fait de l'unix et du linux avant la licence (bossé 3 ans sur solaris aupravant et quelques mois sur linux de mon côté).
          Il a fallu attendre que les 3/4 du cours soient passé pour que je commence à vraiment apprendre quelque chose et pourtant, j'en ai appris encore bien plus cette année, comme quoi, c'etait un cours de base.
          C'est sûr, y a 2 ou 3 commandes que je connaissais pas et que j'ai trouvé interessantes mais sans plus...Donc voila..je me suis pas completement emerdé, mon binome connaissant rien au linux, je l'ai aidé pendant ces cours.
          Sur la vingtaine d'elèves, j'en ai noté un qui vraiment c'est mis à fond dedans. Les autres, etant des windowsisens convaincus, n'ont pas vraiment progressé. Ils ont bien galeré !!
          J'ai même trouvé le test à la fin assez pourri. Un QCM ne reflete pas le niveau de l'etudiant. Se voit aussi en pratique.


          Après cette experience, j'en ai conclu que ces cours servaient à rien. Si le gars veut faire du linux, qu'on lui donne un poste sous linux, la liste des commandes de base et internet.



          Bon faut pas etre totalement negatif. Le bon point dans tout ça c'etait qu'on avait un compte root commun qui etait bridé. La première après-midi, j'ai pu faire quelques blagues genre reboot d'autres machines :p
  • # CD Bureau Libre - Free EOS à Rennes 1

    Posté par . Évalué à  1 .

    L'université de Rennes 1 distribue aux étudiants de première année, la compilation de logiciels libres Free EOS (pour Windows) incluant les célèbres logiciels libres (vlc, open office, firefox, gimp...) mais également d'autres moins connus sous windows (abiword, gnumeric, grisbi...) ou encore des petits jeux (tuxmath, ppracer, sokoban...).

    D'autres universités participent au projet et distribuent peut etre aussi le cd....

    L'université de Rennes 1 a autrement des salles informatiques entièrement sous linux (suse 10).

    Voila une très bonne introduction du logiciel libre à l'université, espèrons que l'opération soit renouvelée l'an prochain.

    Site officiel
    http://free-eos.org/modules/news/article.php?storyid=57

    Présentation du cd sur Framasoft
    http://framasoft.net/article1843.html
  • # Et le CD bureau libre du GET

    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

  • # École Polytechnique Fédérale de Lausanne - Suisse

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    À noter aussi le projet Poséidon [0] à l'EPFL [1] qui, en plus de fournir des portables à des prix concurrentiels, fournit un DVD qui installe un dual-boot Windows-Linux (Fedora Core, je crois) sur ces portables. De plus, une partie des ordinateurs à disposition dans les salles d'informatique peuvent aussi démarrer un Linux.

    [0] http://poseidon.epfl.ch
    [1] http://www.epfl.ch
  • # Et angers ????

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    L'université d'angers propose une Licence Pro Logiciel libre.
    http://www.info.univ-angers.fr/info/enseignement/licence_pro(...)
  • # IUT Informatique

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Cette année je fais un DUT Informatique sur Strasbourg, et d'après mes profs, on va bosser quasi-uniquement sous Mandriva pour le développement, les bases de données, le réseau, etc.

    Sinon les machines ont un dual-boot win2k mandriva, les serveurs de développement tourne sur Debian, la suite bureautique utilisé est OpenOffice, Firefox en tant que navigateur, Eclipse comme IDE...

    Ils sont assez portés sur le libre, et j'en suis pas mécontent ;)
  • # Université Laval

    Posté par . Évalué à  2 .

    Juste pour info, c'est l'« université Laval », à Québec (la ville), pas « de Laval ». Laval est aussi une ville de la province Québec, mais elle n'a pas sa propre université.

    Tout le monde s'en fout, mais ça fait tache, surtout quand on donne le lien Wikipedia (lien nommé Université_Laval alors que tous autres liens sont bien Université_de_X).

    (Je me demande aussi pourquoi certaines sont des « Universités » et d'autres des « universités »...)
    • [^] # Re: Université Laval

      Posté par . Évalué à  3 .

      À l'université Laval on peut aussi dire Hélas pas chez moi. Je ne donne pas cet automne le cours logiciel libre (en partie faute d'inscrits et en partie car je n'ai pas eu le temps) mais je vais le donner cet hiver. Il sera accessible librement par internet : http://loli.fsa.ulaval.ca, le cours de l'hiver dernier y est encore en partie accessible. J'en profite pour inviter à jetter un oeil à ce site -entièrement en logiciel libre: une tâche dans notre faculté Microsoftienne-, car notre MBA est maintenant accessible en même temps en salle et à distance.
      Il y a toutefois des personnes dispersées sur le campus qui ont compris l'intérêt et l'importance du logiciel libre, mais elles sont encore trop peu nombreuses et pas en situation de pouvoir, ainsi leur vie n'est pas toujours facile. Je me fais régulièrement reprocher de faire utiliser des logiciels libres dans mes cours (le .doc y est interdit) alors que ma faculté leur a fait acheter (pas trop cher quand même ...) les beaux et bons logiciels dominants que vous devinez. Pour être autorisé à installer LyX sur le poste de ma secrétaire il m'a fallu négocier. Au passage avec le nouvelle version 1.4.2 et sa remarquable installation sur windows font que cela devrait devenir l'outil de choix numéro un pour une thèse ou un mémoire (je suis en train d'y convertir une partie de mon entourage), jusqu'ici il fallait Linux pour le conseiller.
      Par contre les étudiants intéressés par le logiciel libre sont de plus en plus nombreux (mais ce n'est encore pas une vague de fond!), En proposant à un groupe d'une vingtaine d'étudiants un CD Ubuntu, j'ai eu la surprise cette année d'en voir un sur deux en réclamer un (l'année dernière c'était un ou 2 sur 20). Il y a même une étudiante originale qui est allé réclamer du support avec son poste de travail en Linux, je ne suis pas sûr qu'on a su lui répondre.
  • # A signaler aussi à l'Université Louis-Pasteur de Strasbourg,

    Posté par . Évalué à  1 .

    - L' ENT Univr-X pour le supérieur et la région Alsace [1]
    - L'ENT Liberscol pour le secondaire [2]
    (Ces ENT libres-GPL intègrent aussi de nombreux logiciels libres distants via le protocol NX )

    - Une interface électronique d'expérimentation [3]
    - Une sélection de logiciels scientifiques libres [4]

    [1] http://ulpmm-projets.u-strasbg.fr/projets/univrx/wiki/WikiSt(...)
    [2] http://ulpmm-projets.u-strasbg.fr/projets/liberscol
    [3] http://www.liberlab.net/
    [4] http://www.libersciences.net/

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.