G’MIC 1.6.8 : c’est déjà Noël pour les traiteurs d’images !

113
11
déc.
2015
Graphisme/photo

La version 1.6.8 « X-Mas 2015 Edition » de G’MIC (GREYC’s Magic for Image Computing), infrastructure libre pour le traitement d’images, a été publiée lundi 7 décembre 2015. C’est l’occasion de vous présenter les avancées et les nouveautés introduites dans ce logiciel depuis la dernière dépêche LinuxFr.org sur ce sujet, rédigée pour la sortie de la version 1.6.2.0, il y a de cela huit mois environ. Sept versions se sont succédées depuis.

La deuxième partie de la dépêche détaille les quelques nouveautés introduites dans le greffon G’MIC pour GIMP, qui reste l’interface de G’MIC la plus utilisée aujourd’hui. Mais elle présente aussi quelques évolutions majeures plus techniques du framework, qui ont déjà permis d’élaborer de nouveaux effets intéressants, et qui promettent surtout de belles choses pour l’avenir.

Sommaire

1. Le projet G’MIC

Mascotte et logo du projet G'MIC, framework libre pour le traitement d'image
Fig .1.1. Mascotte et logo du projet G’MIC, framework libre pour le traitement d’images.

G’MIC est un projet libre ayant vu le jour en août 2008, dans l’équipe IMAGE du laboratoire GREYC (Unité Mixte de Recherche du CNRS située à Caen). Cette équipe est composée essentiellement d’enseignants‐chercheurs et de chercheurs travaillant dans le domaine du traitement d’images (ça c’est une sacrée coïncidence !). Le projet est distribué sous licence libre CeCILL.
G’MIC fournit plusieurs interfaces utilisateur pour la manipulation de données images génériques, à savoir des images ou des séquences d’images hyperspectrales 2D ou 3D à valeurs flottantes, ce qui inclut bien évidemment les images couleur classiques. Son interface la plus utilisée aujourd’hui est un greffon disponible pour le logiciel GIMP (qu’on peut qualifier de relativement « populaire », il comptabilise déjà plus de deux millions de téléchargements à ce jour).

Aperçu du greffon G’MIC pour GIMP
Fig. 1.2. Aperçu du greffon G’MIC pour GIMP.

G’MIC propose également une interface en ligne de commande, semblable aux outils CLI proposés par ImageMagick ou GraphicsMagick, qui permet de bien profiter de toutes ses capacités. Il existe aussi un service web G’MIC Online pour appliquer des effets sur vos images directement à partir d’un navigateur (qui a été réactualisé d’ailleurs). D’autres interfaces basées sur G’MIC sont développées (ZArt, un greffon pour Krita, des filtres pour Photoflow…) mais celles‐ci restent pour le moment plus confidentielles.
Toutes ces interfaces se basent sur la bibliothèque C++ libgmic qui est portable, à multiples fils d’exécution — multi‐thread — et thread-safe, via notamment l’utilisation d’OpenMP. La bibliothèque libgmic est elle‐même basée sur CImg, une bibliothèque C++ de traitement d’images générique plus « bas niveau », qui est développée dans la même équipe et qui existe depuis 1999 (et qui sort de façon synchronisée également en version 1.6.8). La bibliothèque libgmic implémente toutes les fonctions de calcul sur les images, et embarque son propre langage de script permettant aux utilisateurs avancés d’y ajouter leurs fonctions personnalisées de traitement d’images.

Aujourd’hui, G’MIC interprète plus de 900 commandes de traitement différentes, toutes paramétrables, pour une bibliothèque d’environ 5,5 Mio correspondant à un peu plus de 100 000 lignes de code source. Ces commandes couvrent un large spectre du traitement d’images, en proposant des algorithmes pour la manipulation géométrique, les changements colorimétriques, le filtrage d’images (débruitage, rehaussement de détails par méthodes spectrales, variationnelles, non locales…), l’estimation de mouvement ou le recalage, l’affichage de primitives (y compris des objets 3D maillés), la détection de contours ou la segmentation, le rendu artistique, etc. C’est donc un outil très générique aux usages variés, très utile d’une part pour convertir, visualiser et explorer des données images, et d’autre part pour construire des pipelines personnalisés et élaborés de traitements d’images.

Pour en apprendre un peu plus sur les motivations et les buts du projet G’MIC, on ne peut que conseiller d’aller feuilleter le diaporama de présentation du projet qui ont été mis à jour récemment et qui contiennent de nombreux exemples de choses qu’il est possible de réaliser avec cette boîte à outils.

Les contributeurs principaux sont également présents pour discuter via le nouveau forum ou sur le canal IRC associé #pixls.us sur Freenode.

2. Améliorations propres au greffon G’MIC pour GIMP

Trois améliorations notables ont été apportées à l’interface du greffon G’MIC pour GIMP. Nous allons les détailler dans cette section.

2.1. Importation et exportation via les tampons GEGL

Le greffon est maintenant capable d’importer et exporter les données images de et vers GIMP en passant par les tampons GEGL qui forment la base de la version de développement 2.9 de GIMP. En pratique, cela signifie que le greffon peut travailler avec des images à grande profondeur de bits (par exemple avec des pixels stockés sous forme de flottants 32 bits par canal, à ne pas confondre avec des images au contenu pornographique !), et ceci sans aucune perte de précision.

En réalité, l’application d’un filtre seul sur une image va rarement avoir des conséquences visuelles graves dues au seul fait de la quantification de l’image traitée en 8 bits par canal. Mais tous ceux qui appliquent de nombreux filtres et effets, les uns à la suite des autres sur une même image, apprécieront que la précision numérique maximale soit conservée lors de leur flux de travail (workflow).

L’animation ci‐dessous (Fig. 2.1) illustre le phénomène de quantification subtil qui apparaît lorsque l’on applique certains types de filtres sur une image (ici un filtre de lissage anisotrope).

Comparaison de l’application d’un même filtre G’MIC sur une image en 8 bits et en 32 bits par canal
Fig. 2.1. Comparaison de l’application d’un même filtre G’MIC sur une image en 8 bits et en 32 bits par canal.

Sur la droite de la figure 2.1, on aperçoit l’histogramme des luminances de l’image modifiée, qui contient une plus grande diversité de valeurs lorsque le filtre travaille sur une image stockée avec des flottants 32 bits plutôt qu’avec des entiers 8 bits. L’enchaînement de ce genre de traitements peut assez vite créer des effets indésirables de quantification ou postérisation sur les images traitées (banding effect). En bref, le greffon G’MIC est déjà prêt pour la sortie de la prochaine version stable 2.10 de GIMP.

2.2. Prise en charge de l’UTF-8 dans les widgets

Le greffon gère maintenant les chaînes UTF-8 pour l’ensemble des widgets de l’interface, ce qui permet une meilleure internationalisation des filtres.
Par exemple, nous disposons maintenant d’une version japonaise de l’interface et de certains filtres, comme l’illustre la copie d’écran du greffon ci‐dessous (Fig. 2.2).

Le greffon G’MIC pour GIMP partiellement traduit en japonais
Fig. 2.2. Le greffon G’MIC pour GIMP partiellement traduit en japonais.

2.3. Une interface plus réactive

Le greffon réagit mieux aux changements de paramètres d’un filtre lorsque celui‐ci est en train de calculer le résultat d’une prévisualisation. Un mécanisme d’annulation du calcul en cours a été ajouté pour ne plus attendre qu’un filtre ait fini de générer sa prévisualisation avant de pouvoir agir sur l’interface. C’est tout bête, mais ça améliore énormément l’expérience utilisateur.

Notons également l’initiative intéressante de Jean‐Philippe Fleury, un aimable contributeur, qui propose sur sa page web une galerie recensant la quasi‐totalité des effets disponibles dans le greffon. Voilà un très bon moyen d’avoir un aperçu rapide des filtres, et de pouvoir observer le résultat de chaque filtre sur des images différentes, parfois avec des paramètres différents.

3. Ajout de l’algorithme Patchmatch

PatchMatch est un algorithme de mise en correspondance de blocs d’images qui rencontre, depuis quelques années, un certain succès dans la communauté du traitement d’images, notamment grâce à sa rapidité d’exécution et au fait qu’il se parallélise relativement bien.
C’est devenu une technique de base utilisée dans de nombreux algorithmes récents nécessitant des comparaisons rapides de patchs, en particulier des algorithmes de reconstruction de morceaux manquants dans des images, de synthèse de textures, ou encore de super-résolution.
Il est donc satisfaisant d’annoncer que G’MIC intègre maintenant une implémentation parallélisée de cet algorithme (via la commande native -patchmatch) pour la mise en correspondance locale de patchs dans des images 2D et 3D. C’est sur la base de cet algorithme que deux filtres intéressants ont été ajoutés récemment.

3.1. Inpainting : reconstruction d’image

Un nouveau filtre de reconstruction d’image — inpainting  — utilisant un algorithme multi‐résolution, permet de reconstruire des morceaux d’images manquants ou considérés comme invalides. Très pratique pour virer tata Renée en maillot de bain de vos photos de vacances à Ibiza !

À noter que ce n’est pas le premier algorithme de reconstruction « basé patch » disponible dans G’MIC (cette dépêche de 2014 parlait déjà d’un filtre équivalent). C’est juste un algorithme différent, qui donne donc des résultats différents. Et, dans ce domaine, avoir le choix de pouvoir générer plusieurs types de résultats n’est vraiment pas du luxe, étant donné la nature particulièrement mal posée du problème de la reconstruction d’images.

Si vous avez comme moi une machine avec tout plein de cœurs qui ne demandent qu’à chauffer, alors cette nouvelle implémentation tirant parti du multi‐threading risque de bien vous plaire ! Voilà deux exemples de résultats (Fig. 3.1 et Fig. 3.2) que l’on peut obtenir très rapidement avec ce filtre :

img
Fig. 3.1. Application du nouveau filtre d’inpainting pour la suppression d’un ours.

img
Fig. 3.2. Application du nouveau filtre d’inpainting pour la suppression de la tour Eiffel.

Une vidéo montrant comment ce dernier exemple a été réalisé (en 1 min 07 exactement) est disponible sur YouTube (vidéo en temps réel sans trucages, mais avec un PC à 24 cœurs_ quand même !). Ça paraît assez magique de voir que l’algorithme a été capable de reconstruire tout seul des bouts d’arbres entiers de manière assez cohérente à la place des pieds de la tour Eiffel (en effectuant en réalité un « bête » clonage d’un arbre existant ailleurs dans l’image !). Mais, je vous rassure, ça ne marche pas aussi bien avec toutes les images…

Cette technique de reconstruction multi‐résolution basée sur PatchMatch est grosso modo la même que celle introduite dans PhotoShop CS5 en 2010, sous l’appellation (très marketing) « Content‐Aware Fill ». La principale force de ce type d’algorithme est d’être capable de reconstruire de larges zones texturées à l’intérieur des masques définis par l’utilisateur. À noter que dans le cadre du doctorat de Maxime Daisy (qui a soutenu sa thèse avec succès la semaine dernière, bravo à lui !), nous avons également réalisé quelques extensions sympathiques de ce type d’algorithmes pour supprimer des objets en mouvement dans des séquences vidéos (voir la page de démo correspondante). Ces extensions ne sont pas encore disponibles dans G’MIC (et sont encore relativement coûteuses à calculer), mais cela arrivera peut‐être un jour, qui sait ?

3.2. Re-synthèse de textures

En utilisant le même type de technique multi‐résolution, un filtre de synthèse de textures a également été ajouté. Il permet de synthétiser une texture de taille quelconque à partir d’une texture « modèle » donnée en entrée.

Bien sûr, il ne s’agit pas ici de faire une simple répétition en tuiles de la texture d’entrée, mais bien de régénérer une texture ayant les mêmes caractéristiques en copiant‐collant des bouts de la texture modèle de telle manière que le résultat final ne contienne pas de discontinuités visibles.

La figure 3.3 illustre un exemple de synthèse d’une texture d’une taille de 512 × 512 pixels (image de droite) à partir d’une texture modèle plus petite, de taille de 280 × 512 pixels (image de gauche). Une comparaison du résultat obtenu avec l’application bête et méchante d’une simple répétition en tuiles de la texture modèle (image du milieu) est également visible.

img
Fig 3.3. Exemple de synthèse d’une texture complexe avec G’MIC.

Nous avions déjà un algorithme de re‐synthèse de texture disponible dans G’MIC, mais celui‐ci ne fonctionnait bien qu’avec des micro‐textures. L’exemple de la figure 3.3 montre que ce nouvel algorithme est quant à lui capable de régénérer des macro‐textures plus complexes. On peut imaginer pas mal d’applications à ce genre de filtre, notamment dans le domaine du jeu vidéo (rewind pourrait peut‐être confirmer ?).

Bref, vous l’avez compris, avoir une implémentation de l’algorithme PatchMatch dans G’MIC va très certainement être bénéfique pour élaborer d’autres filtres d’image intéressants par la suite (on peut imaginer l’utiliser dans le cadre de la super‐résolution ou du morphing à l’avenir, si le temps le permet).

4. Un évaluateur d’expressions plus performant

Je vais rentrer ici dans des considérations un peu plus techniques concernant l’évolution de G’MIC. En tant qu’utilisateur très régulier de G’MIC (pour mon travail de recherche), j’ai été confronté à un obstacle qui devenait récurrent lors de son utilisation. Mais, comme je suis aussi le développeur principal de G’MIC, cela m’a amené à repenser et améliorer une fonctionnalité clef du logiciel (et c’est probablement la contribution la plus significative de ces huit derniers mois, même si ce n’est pas encore très visible pour l’utilisateur). J’expose ici mon cheminement et la solution technique aboutissant à la contribution proposée.

Jusqu’à présent, G’MIC avait été pensé comme un moyen simple et rapide de construire des « pipelines d’opérateurs » de traitement d’image (pouvant intégrer éventuellement des boucles et des tests conditionnels), ces pipelines étant par la suite exécutés par un interpréteur. La majorité des filtres d’image présents dans G'MIC sont d’ailleurs élaborées comme ceci.

Or, il arrive fréquemment qu’on ait envie de « prototyper » des algorithmes plus « bas niveau », qui travaillent à l’échelle du pixel et qui ne peuvent pas s’exprimer efficacement comme une suite de macro‐opérateurs (en supposant, bien sûr, qu’on ne dispose pas d’un macro‐opérateur qui implémente déjà ledit algorithme !). C’est le cas par exemple pour des algorithmes qui parcourent tous les pixels (x,y) d’une image, et qui pour chaque pixel, effectuent une série d’opérations non triviales dépendant de la valeur d’autres pixels localisés plus ou moins loin du pixel courant (ou carrément sur une autre image) selon un schéma non ordonné par exemple (sans être complètement aléatoire non plus).

Dans ce genre de cas, généralement, le pipeline G’MIC correspondant devient un peu lourd à exécuter, notamment du fait de l’interprétation des boucles imbriquées en (x,y). Notons que ce problème n’est pas propre à G’MIC. Demandez à un traiteur d’images utilisant Matlab les trésors d’ingéniosités qu’il faut parfois déployer pour éviter d’écrire des scripts avec des boucles imbriquées explicites sur (x,y) pour parcourir les pixels d’une images, pour vous en convaincre. C’est un fait : en traitement d’images, on dispose très vite d’une quantité non négligeable de données à traiter. Et cela ne va pas en s’arrangeant, du fait de la progression constante des résolutions des images, mais aussi du fait de la complexité croissante des algorithmes (il est courant d’avoir des algorithmes en O(Nᵖ)N = W × H est le nombre de pixels de l’image et p supérieur à 2). Bref, faire du prototypage d’algorithmes « bas niveau » un peu lourds en traitement d’images avec des langages interprétés, ça peut vite devenir pénible en termes de temps de calcul.

La meilleure solution reste alors d’écrire ces algorithmes dans un langage compilé (au hasard, C++) pour pouvoir les tester sans attendre des plombes devant son écran que ça s’exécute. Mais on perd alors le confort et la rapidité de prototypage que procurent les langages interprétés. Ou alors on construit un module Matlab, Python ou autre à partir de l’algorithme compilé, et on se retrouve alors à faire du travail de liaison — binding — plutôt pénible. Bref, on perd du temps pour un truc qui n’est même pas sûr de marcher au final.

Mon objectif était donc de pouvoir prototyper la plupart de mes algorithmes directement en G’MIC, en acceptant d’avoir une baisse de performances (comparativement à un langage compilé comme le C++), mais en évitant que ça devienne ridiculement lent. La solution classique, vous l’avez deviné, c’est d’inclure un mécanisme de compilation à la volée, ce que j’ai donc réalisé pour la sous‐partie de l’interpréteur G’MIC qui s’occupe de l’évaluation des expressions mathématiques (et qui est centrale à l’infrastructure, comme on peut s’en douter).
Lorsque l’interpréteur rencontre une expression mathématique à évaluer plusieurs fois (pour chaque pixel d’une image par exemple), il la compile d’abord sous forme de code intermédiaire — bytecode — qui devient ensuite très rapide à évaluer pour chaque pixel. En réalité, ce mécanisme est présent depuis des années dans G’MIC, mais il a été significativement amélioré ces derniers mois pour permettre l’évaluation d’expressions qui peuvent être considérées comme des petits programmes en eux‐mêmes (contenant des boucles, des variables, des tests conditionnels, etc.), plutôt que comme de « bêtes » formules mathématiques.

L’exemple jouet qui illustre ces nouvelles possibilités est le rendu de l’ensemble fractal de Julia qu’il est maintenant possible d’écrire en une ligne de commande (attention, ça peut piquer les yeux au premier abord) :

$ gmic 1024,1024,1,1,"zr = -1.2+2.4*x/w; zi = -1.2+2.4*y/h; for(iter = 0, zr^2+zi^2<=4 && iter<256, ++iter, t = zr^2 - zi^2 + 0.4; (zi *= 2*zr) += 0.2; zr = t);iter" -map 7

Cet appel de G’MIC en ligne de commande génère cette image en résolution 1024 × 1024 pixels (l’image a été réduite ici par commodité de lecture) :

img
Fig. 4.1. Génération d’une fractale Julia utilisant le nouvel évaluateur d’expressions mathématiques de G’MIC.

Bien entendu, on peut aussi écrire ça plus posément, en utilisant des fichiers de commande G’MIC :

# Fichier 'julia.gmic'

julia_expr :
  -input $1,$1
  -fill "
    zr = -1.2 + 2.4*x/w;
    zi = -1.2 + 2.4*y/h;
    for (iter = 0, zr^2+zi^2<=4 && iter<256, ++iter,
      t = zr^2 - zi^2 + 0.4;
      (zi *= 2*zr) += 0.2;
      zr = t
    );
    iter"
  -map 7

On lance ensuite le rendu de l’image de la façon suivante :
gmic julia.gmic -julia_expr 1024

La complexité algorithmique de ce rendu fractal n’est pas démente, sans être négligeable non plus : pour chacun des 1024², soit 1 048 576 pixels de l’image, on va calculer au maximum 256 itérations pour évaluer la couleur d’un point (déterminé par le nombre d’itérations nécessaires pour vérifier le critère de divergence de la suite complexe calculée ici). Donc, ça fait quand même en moyenne plusieurs dizaines de millions d’itérations pour la génération de l’image complète. Là où c’est intéressant, c’est que G’MIC va automatiquement déterminer que l’expression mathématique associée peut s’évaluer en parallèle en divisant l’image en blocs de pixels évalués indépendamment sur chaque cœur disponible. Au final, le temps de calcul de l’image de la figure 4.1 (en résolution 1024 x 1024 pixels) se réalise en un temps plus que raisonnable : 0,176 s sur mon PC de bureau à 24 cœurs, et 0,631 s sur mon portable quadri‐cœur. Évidemment, si l’on compare ce temps d’exécution avec la commande native équivalente -mandelbrot (donc compilée en C++) qui était déjà disponible dans G’MIC, on ne peut qu’être déçu : la commande native génère la même image en 0,055 s seulement (sur le quadri‐cœur). C’est douze fois plus rapide !

Certes, mais supposons maintenant que je veuille visualiser cette fractale en colorant les points par une mesure autre que le nombre d’itération de la série complexe avant divergence. Par exemple, je souhaite visualiser la valeur de la dernière partie imaginaire calculée avant divergence. Il me suffit de modifier l’appel à G’MIC de la façon suivante (je vous la fais ici en version courte) :

$ gmic 1024,1024,1,1,"zr = -1.2+2.4*x/w; zi = -1.2+2.4*y/h; for(iter = 0, zr^2+zi^2<=4 && iter<256, ++iter, t = zr^2 - zi^2 + 0.4; (zi *= 2*zr) += 0.2; zr = t);zi" -normalize 0,255 -map 7

Et voilà ce que j’obtiens (toujours en moins de 0,7 s) :

img
Fig. 4.2 : Autre type de visualisation lors de la génération d’une fractale Julia avec l’évaluateur d’expressions mathématiques de G’MIC.

Auparavant, si j’avais voulu réaliser la même chose avec G’MIC, j’aurais dû :

  • Soit ajouter de nouvelles options à la commande native -mandelbrot pour permettre ce type de visualisation. Ce qui veut dire : écrire du code C++, compiler une version complète de G’MIC avec ces modifications incluses, l’empaqueter et sortir une nouvelle version. Ce ne serait pas vraiment une façon simple et rapide de faire profiter l’utilisateur de cette nouvelle possibilité de visualisation (si vous avez déjà utilisé le greffon G’MIC pour GIMP et son mécanisme de mise à jour des filtres par Internet, vous comprenez certainement ce que je veux dire par là).
    Sans compter qu’on ne peut décemment pas prévoir tous les types de visualisation qu’un utilisateur va vouloir générer !

  • Soit écrire un script G’MIC qui aurait fait la même opération que la commande julia_expr. Mais comme l’algorithme ici est très spécifique et réalise des choses « sur mesure » au niveau pixel,
    cela aurait effectivement demandé l’écriture explicite de trois boucles (x,y,iter) imbriquées, qui aurait été interprétées, et qui auraient mis probablement plusieurs minutes à réaliser leur travail.

Nous avons maintenant un système de précompilation à la volée d’expressions mathématiques, dont l’évaluation devient relativement rapide pour chacun des pixels qui composent l’image à générer, d’autant plus que cette évaluation est réalisée en parallèle si votre machine possède plusieurs cœurs. Pour les algorithmes de traitement d’images qui nécessitent des opérations « sur mesure » (e.g. non linéaires) pixel par pixel, cette étape de précompilation rend le processus de prototypage incroyablement efficace. Ce système a été d’ailleurs abondamment utilisé pour le prototypage de deux algorithmes basés sur PatchMatch dont j’ai parlé en section précédente. Nul doute que beaucoup de futurs nouveaux filtres pourront bénéficier de cette nouvelle fonctionnalité présente dans G’MIC.
J’ai par ailleurs comparé la performance de l’évaluateur d’expressions de G’MIC avec la fonctionnalité identique présente dans ImageMagick, via leur commande -fx, qui exploite également le multi‐cœur (mais qui n’utilise en revanche pas de précompilation à la volée des expressions) : G’MIC évalue des expressions même simples entre dix et vingt fois plus rapidement sur des images couleur de taille moyenne (3072 × 2048 pixels dans mes tests, à retrouver en section 6 d’un article publié sur le site Open Source Graphics).

5. Vector Painting : Un exemple de construction d’un filtre simple, en partant de zéro.

Un nouveau filtre d’abstraction d’image nommé Vector Painting, a été développé à partir de ces améliorations apportées à l’évaluateur d’expressions de G’MIC.
Ce n’est pas un filtre très impressionnant, mais j’en relate ici la conception, car ce filtre particulier a un fonctionnement suffisamment simple pour ne pas avoir à rentrer dans des détails techniques compliqués de traitement d’image, et ça donne une bonne idée de la façon dont un nouvel effet peut être construit rapidement avec G’MIC en partant de zéro, jusqu’à son intégration finale dans le greffon pour GIMP. Il est amusant de noter que ce filtre a été élaboré complètement par hasard, alors que je cherchais à corriger quelques erreurs dans le code de l’évaluateur d’expressions mathématiques de G’MIC.

Supposez que vous voulez déterminer pour chaque pixel d’une image, l’orientation discrète de la variation spatiale d’intensité lumineuse maximale du pixel (avec une précision d’angle de 45°). Pour chaque pixel centré dans un voisinage 3 × 3, on cherche à déterminer quel pixel du voisinage a la différence de valeur maximale avec le pixel du centre (cette différence étant mesurée en valeur absolue). Dans un premier temps, on calcule donc la luminance de l’image couleur d’entrée. Puis, on cherche à transformer chaque pixel de cette image de luminance en une étiquette (un entier entre 1 et 8) qui représente une des huit orientations possibles du plan (à 45° près). C’est typiquement le genre de problème qui nécessite l’application d’opérations au niveau pixel qui sont suffisamment « exotiques » pour ne pas disposer d’un macro‐opérateur tout fait qui pourrait résoudre ce problème.

Avec le nouvel évaluateur d’expressions de G’MIC, la solution est étonnamment simple à mettre en œuvre :

# Fichier 'foo.gmic'
foo :
  -luminance
  -fill "dmax = -1;
         nmax = 0;
         for (n = 0, ++n<=8,
           p = arg(n,-1,0,1,-1,1,-1,0,1);
           q = arg(n,-1,-1,-1,0,0,1,1,1);
           d = (j(p,q,0,0,0,1)-i)^2;
           if(d>dmax,
              dmax = d; nmax = n,
              nmax)
         )"

En l’appliquant sur une image d’entrée nommée leno.jpg (à gauche sur la figure 5.1), nous obtenons l’image des orientations discrètes des variations maximales de luminance (à droite sur la figure 5.1) :

$ gmic foo.gmic leno.jpg -foo

img
Fig. 5.1. Calcul des orientations discrètes de variations maximales d’une image couleur.

En aparté, laissez‐moi vous raconter que j’ai récemment reçu plusieurs courriels et messages de gens qui prétendent que réutiliser l’image de Lena (bien connue des traiteurs d’images) est quelque chose de « sexiste » (quelqu’un a même utilisé le terme « pornographique ») car c’est un portrait provenant à l’origine d’un numéro du magazine Playboy de 1972. Je vous invite à lire la page sur l’histoire de Lena, si vous ne savez pas pourquoi nous utilisons souvent cette image. L’occasion aussi de voir la photo originale dans son ensemble est de vous faire une idée sur le côté « pornographique » de la chose. Néanmoins, comme je ne souhaite pas blesser ces personnes à la sensibilité exacerbée, j’ai décidé d’utiliser une petite variation de l’image originale en la mixant avec un portrait de Jay Leno. Appelons cette dernière image « Leno » plutôt que « Lena ». Et si une seule lettre peut tout arranger, alors qu’il en soit ainsi.

L’image des orientations de la figure 5.1 peut paraître très moche (et elle l’est), mais ce n’est pas très étonnant : l’image originale contient un peu de bruit, ce qui se traduit par beaucoup de directions de variations d'intensité lumineuse incohérentes dans les régions de couleur quasi‐constantes. Lissons l’image originale un petit peu avant de calculer l’image des orientations discrètes et voyons voir ce que ça donne (Fig. 5.2).

$ gmic foo.gmic leno.png --blur 1% -foo

img
Fig 5.2. Calcul des orientations discrètes de variations de luminance sur une image lissée au préalable.

Voilà qui semble plus intéressant : le lissage permet de créer des portions larges d’étiquettes constantes, c’est‐à‐dire des régions où l’orientation des variations maximales de luminance est la même. Les contours du portrait original apparaissent comme des frontières naturelles dans l’image des orientations. Pourquoi alors ne pas remplacer les composantes connexes ainsi étiquetées par la couleur moyenne qu’elles recouvrent dans l’image originale ? Rien de plus facile avec G’MIC :

$ gmic user.gmic leno.png --blur 1% -foo[-1] -blend shapeaverage

Et nous obtenons alors une abstraction « constante par morceaux » de notre image d’entrée Leno (Fig. 5.3).

img
Fig. 5.3. Résultat après colorisation des zones d’orientations constantes.

Comme on peut l’imaginer, changer l’amplitude spatiale du lissage rend l’image résultante plus ou moins abstraite. À partir de là, il n’est pas bien compliqué de reprendre le code précédent, et de le transformer en filtre disponible immédiatement pour les utilisateurs du greffon G’MIC pour GIMP (le code complet de ce filtre, de seulement 19 lignes est visible ici). Les utilisateurs n’ont plus qu’à appuyer sur le bouton « Actualiser les filtres » de l’interface du greffon afin d’immédiatement disposer de ce nouvel effet Vector Painting.

img
Fig. 5.3. Aperçu du filtre _Vector Painting dans le greffon G’MIC pour GIMP.

Voilà, cela vous donne une idée de la façon dont les filtres sont prototypés puis ajoutés dans G’MIC. Ce qui est intéressant, c’est que l’étape qui permet de passer d’un prototype d’algorithme à un filtre distribué et utilisable est au final très rapide à réaliser. Cela explique comment de nouveaux filtres sont ajoutés fréquemment dans G’MIC, et pourquoi le greffon possède aujourd’hui plus de 440 filtres utilisables.

6. Des filtres et effets à foison !

Cette section illustre, en vrac, quelques autres fonctionnalités, effets et filtres qui ont été ajoutés depuis avril dernier. Les copies d’écran ci‐dessous montrent certains filtres accessibles depuis le greffon G’MIC pour GIMP, mais ces filtres sont bien sûr applicables à partir de toutes les interfaces disponibles (en ligne de commande, notamment).

  • Moteur de recherche de filtres : voilà une fonctionnalité qui nous a longtemps été demandée, et nous avons donc proposé une première ébauche d’un moteur de recherche de filtres par mots‐clefs. En effet, le nombre de filtres du greffon n’allant pas en diminuant, ce n’est pas toujours facile de retrouver un filtre particulier, surtout si l’on a oublié de le mettre dans ses favoris. Bref, cet outil peut dépanner en cas de trous de mémoire (mais encore faut‐il se rappeler d’un mot‐clef pertinent pour la recherche).

img
Fig.6.1. Nouveau moteur de recherche de filtres par mot clés dans le greffon GIMP.

  • Filtre Freaky B&W : ce filtre propose de convertir une image couleur en image en noir et blanc (en niveaux de gris pour être plus précis), en résolvant une équation de Poisson plutôt qu’en appliquant une simple formule linéaire de calcul de luminance. Le but est d’obtenir une image N&B qui contient les détails de contraste maximum présents dans chacun des canaux couleurs de l’image originale. Le filtre génère donc des images souvent très contrastées, à la façon des images HDR (mais en niveaux de gris).

img
Fig. 6.2. Filtre Freaky B&W pour la conversion d’image couleur en niveaux de gris.

  • Filtre Bokeh : ce filtre permet de générer des effets de type Bokeh sur des images (flous artistiques). Il est très paramétrable et permet de générer des Bokeh avec des formes variées (cercles, pentagones, octogones, étoiles…).

img
Fig. 6.3. Application du nouveau filtre Bokeh sur une image couleur.

  • Filtre Rain & snow : comme son nom l’indique, ce filtre permet d’ajouter un effet de pluie ou de neige sur vos images (ici en prenant en exemple un zoom de l’image précédente).

img
Fig. 6.4. Ajout de pluie sur une image couleur avec le filtre Rain & snow.

  • Filtre Neon lightning : pas grand chose à dire sur ce filtre, il génère des courbes partant d’une région A à une autre région B et stylise ces courbes comme des lumières à néon. Pratique pour faire des fonds d’écran probablement. :)

img
Fig. 6.5. Effet de néons courbes avec le filtre Neon Lightning.

  • Filtre Stroke : ce filtre permet d’« habiller » des formes simples présentes sur un calque transparent, en les enrobant avec des dégradés de couleurs par exemple. La figure ci‐dessous illustre la transformation d’un texte simple (monochrome) « LinuxFr » par ce filtre.

img
Fig. 6.6. Application du filtre Stroke pour décorer un texte simple.

  • Filtre Light leaks : il s’agit ici de simuler des effets de lumière indésirable sur des photos. En général, c’est plutôt le genre d’effets qu’on souhaite au contraire enlever ! Mais la simulation de dégradations d’images peut servir dans certains cas (pour ceux qui veulent rendre leur images de synthèse plus réalistes par exemple).

img
Fig. 6.7. Simulation d’effets de lumière indésirable avec le filtre Light leaks.

  • Filtre Grid [triangular] : ce filtre transforme une image en grille composée de triangles, avec de nombreux choix de types de grilles différents.

img
Fig. 6.8. Transformation d’une image en grille triangulaire.

  • Filtre Intarsia : ce filtre est relativement original, puisqu’il permet de transformer une image en un schéma de construction d’un tricot de type Intarsia.
    C’est un filtre qui a été suggéré par une utilisatrice du forum GimpChat pour lui permettre de distribuer des schémas de tricot personnalisés (apparemment il existe des sites qui en proposent, mais en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes). Le filtre en lui‐même ne modifie pas l’image, mais génère un schéma de création sous forme d’une page Web (dont un exemple est visible sur gmic.eu).

  • Filtre Drop water : alors, je dois avouer que je l’aime particulièrement celui‐ci. Ce filtre permet de simuler l’apparition de gouttes d’eau sur une image. Dans sa version basique, il ressemble à ça :

img
Fig. 6.9. Ajout de gouttes d’eau sur une image avec le filtre Drop water.

Mais là où ça devient vraiment intéressant, c’est que l’utilisateur peut définir ses propres formes de gouttes en ajoutant un calque transparent contenant quelques formes colorées. Par exemple, si l’on ajoute ce calque (ici, en rose) sur l’image précédente :

img
Fig. 6.10. Ajout d’un calque pour définir la forme des gouttes d’eau.

Alors, le filtre Drop water va vous générer cette image avec vos gouttes d’eau personnalisées :

img
Fig. 6.11. Synthèse de gouttes d’eau personnalisées avec le filtre Drop water.

Par ailleurs, le filtre a le bon goût de générer le résultat comme un empilement de plusieurs calques qui correspondent chacun au rendu des différents phénomènes physiques simulés pour la synthèse, à savoir : les tâches spéculaires, l’ombre portée et l’ombre propre, ainsi que l’effet de réfraction. On peut donc facilement manipuler tous ces calques par la suite, pour donner des effets supplémentaires à l’image générée, par exemple en appliquant un filtre monochrome sur l’image originale tout en gardant le calque de réfraction calculé sur l’image couleur originale, ce qui donne ceci :

img
Fig. 6.12. Filtre Drop water suivi d’un changement colorimétrique de l’image originale uniquement.

Une petite vidéo tutoriel a été réalisée pour expliquer comment réaliser cet effet pas à pas sous GIMP (ça prend pas plus de deux minutes, même pour un débutant).

Mieux encore, on peut mixer les calques générés par le filtre Drop water en les surimposant à d’autres images. La figure suivante montre un tel traitement à partir de deux images de portraits (qui ont été préalablement recalées). C’est très facile à réaliser, et le résultat est plutôt sympathique.

img
Fig. 6.13. Filtre Drop water appliqué pour une fusion liquide de deux portraits distincts.

Voilà qui termine cet aperçu non exhaustif de quelques filtres très « visuels » ajoutés dernièrement. À noter que chaque nouvel ajout fait l’objet d’une annonce sur le flux Google+ de G’MIC, donc c’est assez facile de suivre l’évolution du projet au jour le jour, si ça vous intéresse de voir ce qu’on peut faire en traitement d’images libre.

7. Autres améliorations et faits notables

Ajoutons pour finir ces quelques informations en vrac, relatives au projet :

  • Tout d’abord, signalons que nous sommes rentrés en contact avec Tobias Fleischer, un développeur professionnel de greffons pour Adobe After Effects et Premiere Pro, entre autres logiciels de post‐production vidéo. Il a déjà réalisé un gros travail de développement d’une DLL encapsulant la bibliothèque libgmic, et a utilisé cette DLL pour implémenter des prototypes de greffons proposant les filtres G’MIC pour After Effects. Vous pouvez en voir un exemple sur la figure suivante (en l’occurence, un filtre de « squelettisation » de formes) :

img
Fig. 7.1. Prototype de greffon G’MIC tournant sous Adobe After Effects.

On ne peut qu’espérer que ceci arrive très bientôt. J’entends déjà râler certaines moules : « Mais pourquoi ne pas avoir fait ça pour un logiciel libre comme Natron plutôt que pour un logiciel 100 % propriétaire ? ». Le fait est qu’il est en train de le faire, justement ! Et pas seulement pour Natron, mais pour tout logiciel de traitement vidéo compatible avec l’API normalisée OpenFX (dont Natron fait partie). La copie d’écran ci‐dessous montre par exemple un greffon G’MIC tournant sous le logiciel Sony Vegas Pro en utilisant l’API OpenFX. A priori, ça marcherait pareil pour Natron.

img
Fig. 7.2. Prototype de greffon G’MIC compatible OpenFX, tournant sous Sony Vegas Pro.

Tout ceci ne doit être encore considéré que comme du travail en cours, il reste des bogues à corriger et des améliorations à faire, mais c’est quand même prometteur.

  • Continuons avec une autre bonne nouvelle : Andrea, un gentil contributeur (par ailleurs développeur du logiciel PhotoFlow) a réussi à comprendre pourquoi G’MIC plantait fréquemment sous Mac OS X lorsqu’il effectuait ses calculs en parallèle, et a proposé un correctif permettant de résoudre ce problème (c’était un simple problème de pile allouée trop petite pour les fils d’exécution de calcul). G’MIC sous Mac OS X doit donc être pleinement fonctionnel à l’heure qu’il est.

  • L’interface ZArt a également pas mal évolué, avec de nouveaux filtres ajoutés, une détection automatique des résolutions de webcams, ainsi que la possibilité d’avoir une double fenêtre de visualisation (une fenêtre de contrôle et une fenêtre de visualisation à mettre sur un deuxième écran pour faire des démos).

img
Fig 7.3. Le logiciel ZArt faisant tourner le filtre G’MIC Drop water en double fenêtre en temps réel sur des images d’une webcam.

  • Une nouvelle démo animée a également fait son apparition dans G’MIC, via la commande -x_landscape. Cela n’a en soi aucun intérêt concret (pour l’utilisateur) si ce n’est de tester la rapidité de l’interpréteur (et puis c’est marrant, non ?). Rappelons que l’ensemble des démos animées et interactives sont disponibles via la ligne de commande.
$ gmic -demo

img
Fig. 7.4. Paysage virtuel animé avec la commande « -x_landscape ».

Comme je commençais à avoir pas mal de petites animations marrantes intégrées à G’MIC, je les ai compilées sous forme d’une petite intro unique, codée entièrement sous forme d’un script G’MIC, nommée la BBQ intro 2016 et fleurant bon le style 8 bits/16 bits qui nous manque tant ! Vous pouvez apercevoir la vidéo de cette intro sur YoutTube. Ça n’a pas l’air forcément fameux, mais gardons à l’esprit que tout ça est généré à 100 % par l’interpréteur G’MIC, qui n’est pas forcément fait pour ça à la base. :)

8. Et ensuite ?

Cette dépêche a fait un (long) tour d’horizon des points les plus importants qui ont émergés après ces derniers mois passés à travailler sur le projet G’MIC. Nous n’avons pas forcément de plan bien défini des choses sur lesquelles nous voulons nous focaliser par la suite, nous ferons au gré de nos envies et de nos besoins (et des contributeurs qui se manifesteront). Dans tous les cas, il apparaît que le projet G’MIC est toujours bien dynamique, et peut potentiellement intéresser et toucher de plus en plus de gens dans le futur. Ceci, grâce aux divers contributeurs et aux utilisateurs qui font des retours réguliers sur le logiciel, encore un grand merci à eux pour leurs efforts ! On espère annoncer encore de belles choses sur LinuxFr.org autour du projet G’MIC dans les années à venir dans tous les cas.

Et pour finir, vive le traitement d’images libre !

  • # Une coquille ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Merci pour ces nouvelles régulière sur G'Mic, et surtout pour cet outil. Il me semble avoir repéré une coquille : là où est mentionné le filtre « Bokeh » (un flou de délocalisation) l'image d'illustration semble plutôt montré un effet de « Flare » (des réflexions dans l'objectif de rayons de sources lumineuses, en l'occurence hors cadre) ?

    • [^] # Re: Une coquille ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Ce n’est pas un flare non plus, mais effectivement, le « bokeh » sur l’image d’exemple ne fait pas très naturel. On a plus l’impression d’un truc rajouté par-dessus l’image qu’un réel flou d’arrière plan (faut dire aussi qu’une image de paysage n’est pas le plus adapté pour illustrer le bokeh).

      • [^] # Re: Une coquille ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Oui c'est exact, en fait le filtre génére effectivement un nouveau calque qui s'ajoute à l'image.
        L'exemple ici n'est peut-être pas très bien choisi. En ne gardant que le calque généré avec des paramètres sympas, on peut quand même avoir un fond de type Bokeh (qui fait un peu synthétique mais sympa quand même).

  • # Historique

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Hénorme dépêche, très impressionnant.

    PS la video à la fin, j'ai raté un battement de cœur :) et c'est effectivement une demo spectaculaire des capacités de G'Mic. Merci pour ces infos de première bourre.

  • # Merci

    Posté par . Évalué à 10.

    ++ pour la dépêche aussi touffue que le framework.

    Pour un GimpUser de base comme moi, mettre le nez dans G'MIC peut vous "manger" une semaine entière au bas mot …
    Et ce n'est pas un mal !

  • # Chargement site

    Posté par . Évalué à 4.

    Je suis aller sur le site du projet et la page d'accueil a mis un certain temps à s'afficher. Il semble que ce soit l'API flattr qui bloque pendant plus de 15 secondes !!! Sur un total de 24 secondes de chargement.
    Au bout du 3ème rechargement tout est revenu à la normal (4 seconde de chargement de la page & 22ms pour l'API flattr).

    Sinon énorme travail et résultat !!! Merci pour ce merveilleux outil et bonne continuation.

    • [^] # Re: Chargement site

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Oui effectivement depuis quelques jours, l'accès à l'API flattr a l'air un peu bloquant.
      Du coup je vais l'enlever au moins temporairement (parce que c'est pas pour ce que ça sert…)

      • [^] # Re: Chargement site

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        (parce que c'est pas pour ce que ça sert…)

        LOL, vous croulez pas sous les dons des gimpistes?

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.online.fr

      • [^] # Re: Chargement site

        Posté par . Évalué à 6.

        Pas forcément l'enlever mais le placer en dernier dans l'ordre de chargement du site, comme ça tout le reste est consultable avant.

  • # gif d'inpainting

    Posté par . Évalué à 2.

    Le second gif avec la tour Effeil pour inpainting laisse apparaître une statue au niveau du pied droit qui ne semble pas apparaître avant. Tu es sûr que c'est le résultat de l'algorithme ?

    • [^] # Re: gif d'inpainting

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Sur l'image plus grande juste au-dessus, on voit la statue, et on voit que le filtre inpainting fait apparaître une nouvelle statue aussi.

    • [^] # Re: gif d'inpainting

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      La statue provient du pont qui est situé à droite dans l'image (on ne le voit donc pas dans le zoom).
      L'image d'origine traitée est de résolution supérieure à celle du .gif présenté ici.

    • [^] # Re: gif d'inpainting

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est bien expliqué que ça prend des bouts d'image ailleurs, ça a donc dupliqué la statue pour pas cher.

      ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.online.fr

      • [^] # Re: gif d'inpainting

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        On devrait inventer une Hadopi des statues pour empêcher la duplication des statues, ça tue les sculpteurs (cf Michel-Ange, Buglioni etc)

    • [^] # Re: gif d'inpainting

      Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 13/12/15 à 09:43.

      Il y a aussi des arbres qui ont poussé à la place de la Tour Eiffel. La nature reprend le dessus. Quel réalisme !

  • # Vous étiez déprimé ces temps ci ...

    Posté par . Évalué à 10.

    Entre les bonnes nouvelles électorales et les états d'urgences, le terrorisme et les nouvelles mitigées de la COP ? Lisez une news G'MIC et vous reprendrez foi en l'humanité.

    • [^] # Re: Vous étiez déprimé ces temps ci ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      les états d'urgences,

      Oui, mais l'état d'urgence, c'est efficace, d'ailleurs la bijouterie de luxe Chopard, en face de l'Elysée, a été braquée ce matin.

      avantage d'une usine à gaz : quand on ajoute un tuyau, ça se voit pas

  • # Œuvres d'art ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    J'en suis convaincu, plusieurs images de cet article pourraient être exposées dans une galerie d'art à condition de mesurer au moins une demi mètre carré. Bien entendu, il faut que ce soit à Paris où la concentration de snobs et de journalistes est maximale. Le centre Pompidou serait une bon lieu.
    Il faut aussi proposer un chiffre à la vente qui soit à la hauteur avec au moins trois zéros avant la virgule, autrement ce n'est pas valable !
    Non, je ne plaisante pas. Ce serait une façon (géniale) d'améliorer les finances de GREYC en lui reversant un pourcentage de la vente des œuvres d'art qui sont beaucoup moins taxées que d'autres produits.
    Je pense que G'MIC est maintenant assez performant pour lancer l'opération. Je suis même prêt à y apporter mon concours et mon expérience.

    • [^] # Re: Œuvres d'art ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Merci pour ton commentaire Pierre. Je suis convaincu que les artistes peuvent avoir des besoins considérés comme "non-triviaux" en traitement d'image, qui mériteraient qu'on s'y attarde un peu plus. J'avoue que c'est le genre de thématique ouverte qui m'intéresse particulièrement. Après il faut avoir des contacts intéressants (ça j'en ai) mais surtout des moyens de financement de tels travaux de recherche (ça c'est plus dur). Le financement de la recherche publique se fait aujourd'hui essentiellement via des réponses à des appels à projets (ANR ou autres), et les thématiques des projets financés sont rarement dans ce domaine, qui n'est pas vraiment prioritaire pour nos différentes institutions (et on peut le comprendre aussi).

      • [^] # Re: Œuvres d'art ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Le financement de la recherche publique

        Super idée. Demande carrément au ministère de la culture. Autant j'ai jamais aimé l'idée d'un ministère qui subventionne des artistes (? ben oui) autant mettre des sous dans le développement d'outils de création artistique libre, ça me parait déjà beaucoup plus cohérent. C'est carrément pas l'idée hein (voir par exemple les conférences de F. Lepage) mais ça vaut peut-être le coup d’essayer.

        • [^] # Re: Œuvres d'art ?

          Posté par . Évalué à -7.

          Autant j'ai jamais aimé l'idée d'un ministère qui subventionne des artistes

          Idem.
          Que l'on subventionne les outils (salles de spectacles, galeries,etc)
          Mais que l'on paye des salaires (heu je veux dire, des chiottes en faience a 250000 euros)….ca s'apparente plus a des pots de vin et a du blanchiment qu'autre chose.

      • [^] # Re: Œuvres d'art ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 12/12/15 à 03:04.

        Comparons les tableaux de la salle où la femme a été agressée à Art Basel Miami, photo issue de l'article de FranceInfo.fr, avec les images 4.1, 4.2, 6.5, 6.12 et 6.13 de cet article : Je pense que ces images estampillées du nom de leur auteur et de "Greyc Research" seraient tout à fait vendables à un très bon prix. L'idéal serait de les imprimer sur une toile ou à défaut sur une toile plastifiée qui sert à faire les banderoles et les kakémonos. Prix de revient 100€, prix de vente à 10 000€ au moins !

        Il s'agit dans mon esprit de vendre des créations issues de la sérendipité et de l'heuristique, pas de chercher à en faire. Il est important de les faire enregistrer, certifier et répertorier par le GREYC afin de lutter contre les faussaires. Surtout, ne jamais faire deux œuvres identiques.

      • [^] # Re: Œuvres d'art ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je suis convaincu que les artistes peuvent avoir des besoins considérés comme "non-triviaux" en traitement d'image, qui mériteraient qu'on s'y attarde un peu plus. J'avoue que c'est le genre de thématique ouverte qui m'intéresse particulièrement.

        Il est donc envisageable de te proposer de venir faire une conférence sur G'mic au prochain THSF, à Toulouse, du 18 au 21 mai ? Il se déroule en plein milieu d'un grand collectif d'artistes dont certains sont bien branchés sur les arts numériques.

        * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

    • [^] # Re: Œuvres d'art ?

      Posté par . Évalué à 3.

      J'en suis convaincu, plusieurs images de cet article pourraient être exposées dans une galerie d'art

      Tu parles des quelles? Sans manquer de respect à David qui a de toute façon l'œil aiguisé pour l'admettre, rien ici ne fait montre d'un développement artistique réel ou abouti.

      Certes, dans l'appellation "art moderne", tu peux foutre tout et n'importe quoi - surtout n'importe quoi en fait.

      Marrant, ce matin, je regardais justement une rediff de 'C'est pas sorcier' sur le musée du Louvre. :)

      • [^] # Re: Œuvres d'art ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Certes, dans l'appellation "art moderne", tu peux foutre tout et n'importe quoi - surtout n'importe quoi en fait.

        Je pense que c'est l'objet de sa réflexion :-)

      • [^] # Re: Œuvres d'art ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        'en suis convaincu, plusieurs images de cet article pourraient être exposées dans une galerie d'art

        Tu parles des quelles?

        Je les ai citées, relis !

        L'art moderne, c'est de plus en plus n'importe quoi :
        * à Bolzano
        * à Londres
        * un peu partout, du scatologique
        Et il y en a des tas d'autres comme l'étron dans un bloc de plexiglass qui avait eu trop chaud dans le transport… L'artiste a réclamé et obtenu un bon dédommagement de l'assurance. Un truc nul à chier sans doute ?
        L'art moderne, c'est donc très souvent de la merde !

        Alors, il n'y a donc aucun scrupule à présenter des œuvres issues de la technique et pourquoi pas, en faire une nouvelle mode. Contrairement à notre univers très rationnel, le monde artistique est du n'importe quoi.

        • [^] # Re: Œuvres d'art ?

          Posté par . Évalué à 5.

          Sans doute des disciples de Spatulachi, comme Juan Romano Chucalescu, qui leur a appris à ne pas peindre en peignant, à faire la couleur sans la couleur, et cela afin d'être un déstructureur d'intemporalité. :-)

          Sans oublier l'influence de M. Fulovalaschi qui n'était pas peintre, mais une sorte de fou mystique, qui se foutait de la gueule du monde… mais avec une sorte de crédibilité ! :-D

          Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

          • [^] # Re: Œuvres d'art ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            « Arrêt culture » est pour moi le meilleur sketch des inconnus, en tout cas l'un des meilleurs.
            Il faut absolument avoir vu Juan Romano Chucalescu !

            • [^] # Re: Œuvres d'art ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Il faut absolument avoir vu Juan Romano Chucalescu !

              Et se baigner dans son œuvre "Plénitude amnésique".

              • [^] # Re: Œuvres d'art ?

                Posté par . Évalué à 3.

                Et se baigner dans son œuvre "Plénitude amnésique".

                Œuvre profonde, j'en conviens, mais il faut se méfier d'une baignade prolongée dans ses abstractions jubilatoires, au risque de finir comme la « baigneuse noyée ». :-D

                Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

  • # Filtre d'inpainting

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je trouve toujours ce logiciel aussi intéressant. Je suis même très intéressé par le filtre d'inpainting car c'est très courant de vouloir supprimer une partie de l'image discrètement. Seulement lorsque j'essaie de l'utiliser, je tombe toujours sur le même message d'erreur ce qui est assez frustrant:

    *** Error in ./gimp_inpaint_patchmatch/repeat/local/(…)/*if/*repeat/_inpaint_patchmatch/if/ ** Command '-f': [_cimg_math_parser] gmic::fill(): Invalid item 'init(boundary=1)' in expression 'init(boundary=1); if (i#2,i, avg = norm = 0; for (q = -1, q(…)…'.

    J'utilise la version 1.6.7 sur Manjaro.

    Sinon merci pour la dépêche très complète.

    • [^] # Re: Filtre d'inpainting

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Oui, le filtre d'inpainting utilise les améliorations portées à l'évaluateur d'expressions introduites dans la dernière version 1.6.8. La preview du filtre donne normalement un message spécifiant que la version 1.6.8 est nécessaire pour faire fonctionner ce filtre.

      • [^] # Re: Filtre d'inpainting

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ah oui effectivement je n'avais pas vu. Je ré-essayerais quand la dernière version sera dans les dépôts.

        • [^] # Re: Filtre d'inpainting

          Posté par . Évalué à -9.

          Je ré-essayerais quand la dernière version sera dans les dépôts.

          huhu linux powa

  • # J'allais demander

    Posté par . Évalué à 3.

    J'allais demander comment s'intéresser au traitement d'image et s'il y a des documents intéressant…

    Ce n'est pas un filtre très impressionnant, mais j'en relate ici la conception, car ce filtre particulier a un fonctionnement suffisamment simple pour ne pas avoir à rentrer dans des détails techniques compliqués de traitement d'image.
    […]
    Supposez que vous voulez déterminer pour chaque pixel d'une image, l'orientation discrète de la variation spatiale d'intensité lumineuse maximale du pixel (avec une précision d'angle de 45°).

    … laisses tomber.

  • # Détecter l’inpainting

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je suis bluffé par le filtre d’inpainting. Bluffé, et un peu inquiet aussi.

    J’ai eu beau essayer tous les « trucs » que j’utilise habituellement pour vérifier si une image a été trafiquée (comme, pousser le contraste et/ou la luminosité à fond, jouer avec les courbes ou les gradient maps — cela fait presque toujours apparaître des « anomalies » qui révèlent que Photoshop ou Gimp sont passés par là…), je n’ai pas réussi à détecter quoi que ce soit d’anormal sur l’image de la figure 3.1.

    Du coup, je me demande : est-ce que vous vous intéressez aussi à des méthodes de détection de ce genre de modifications ?

    La possibilité de modifier une photo sans que rien ne vienne trahir la manipulation m’effraie un peu…

    • [^] # Re: Détecter l’inpainting

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Oui, ce problème de détection de manipulation d'image est un problème assez classique.
      Je ne crois pas que quelqu'un de chez nous travaille là dessus en particulier. Mais dans le cadre des algorithmes d'inpainting, les reconstruction ne sont pas très compliquées à détecter (de manière algorithmique): Comme l'algorithme d'inpainting fonctionne en faisant des copier-coller de bouts d'images à l'intérieur de la zone à reconstruire, il suffit de regarder pour chaque patch de l'image (voisinage centré) s'il n'apparait pas déjà ailleurs dans l'image (même en version légèrement différente).
      En général c'est suffisant pour détecter un traficotage d'image par inpainting.

  • # filtre

    Posté par . Évalué à 3.

    Je ne sais pas si cela a déjà été fait, mais dans la manipulation d'image "classique" qui est faite à la main, il y a la superposition 2 d'image ayant des temps de poses différentes.

    Par exemple, cela permet de faire une seul image avec un très fort contraste, genre photos prise avec pied, de nuit, avec une pose longue pour voir les étoiles, et une plus courte pour voir correctement les éclairages d'un monument.

    Sur la photo longue, le monument est sur exposé(blanc). Il faut donc découper la zone à la main, pour y mettre la photo plus sombre. Cela implique un découpage de la zone trop claire et un collage.

    Il y a un problème souvent que le zoom et le cadrage est bougé un petit peu, ce qui implique une image ayant bougé de quelques pixels en translation et zoom. Les zones sur exposé "bavent" aussi un peu et prennent plus de places que l'image du monument plus sombre. Il faut donc "surdécoupé" mais ainsi le ciel devient trop sombre à cet endroit.

    J'imagine que tout ça doit pouvoir s'automatiser, non ?

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: filtre

      Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 11/12/15 à 16:14.

      Ce que tu décris est, il me semble, le principe du HDR.
      Il existe effectivement des algos qui fusionnent ce genre d'images tout seul, mais c'est encore un sujet actif en recherche (car quand ça bouge entre deux poses comme tu le dis, ça peut devenir très compliqué à gérer de manière automatique).

      • [^] # Re: filtre

        Posté par . Évalué à 3.

        Oui, cela ressemble à du HDR, mais le rendu n'a rien à voir ou presque. Il est bien plus naturel. En gros, on choisi la photo à utiliser pour un objet donné. Il n'y a pas ce rendu lisse/ciré/artificiel.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: filtre

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Le gros problème des images de type "HDR" qu'on voit un peu partout, ce n'est pas vraiment le HDR en soi, c'est plutôt que les gens ont tendance à forcer un peu sur les paramètres de l'étape de Tone Mapping, qui est l'étape permettant de générer une image à dynamique normale à partir d'une image à haute dynamique.
          Et c'est ça qui donne des images avec un look très artificiel. Mais on peut tout à faire faire du HDR "normal" en effectuant un Tone Mapping plus subtil, même de manière automatisé
          (et ça donne le genre d'images que tu décris).
          Ca reste du HDR quand même (on construit une image haute dynamique à partir de plusieurs images à des temps de pose différents), mais l'image tone-mappée parait plus "normale" avec simplement des détails visibles à la fois dans les zones sombres et les zones claires.

          Mais c'est clair qu'il y a un peu d'abus sur le Tone Mapping en général :)

    • [^] # Re: filtre

      Posté par . Évalué à 2.

      Hugin, prévu pour réaliser des panoramiques, à un outil qui permet de réaliser des fusion d'images : enfuse (page un peu ancienne les options ont evolué) permet aussi de fusionner les images sur des critères d’exposition avec un rendu "naturel" (la fusion en contraste permet aussi de faire du focus stacking).
      Il y a dans kde et les plugins Kipi une interface graphique qui utilise enfuse pour réaliser ce genre de montage et il doit y avoir d'autre GUI qui réalisent cette fonction.

  • # Invocation réussie !

    Posté par . Évalué à 7.

    Nous avions déjà un algorithme de re-synthèse de texture disponible dans G'MIC, mais celui-ci ne fonctionnait bien qu'avec des micro-textures. L'exemple de la Fig.3.3 montre que ce nouvel algorithme est quant à lui capable de regénérer des macro-textures plus complexes. On peut imaginer pas mal d'applications à ce genre de filtre, notamment dans le domaine du jeu vidéo (rewind pourrait peut-être confirmer ?).

    Oui, j'ai vu plusieurs articles sur le sujet. Je me souviens d'un article (mais je n'ai pas pu remettre la main dessus), où les artistes partaient d'une photo prise dans la nature pour créer une texture réaliste (en fait, si je me souviens bien, ils créaient aussi le modèle 3D, ça devait être un caillou avec de la mousse, et ils appliquaient la texture sur le modèle, ce qui donnait un rendu super-réaliste). On pourrait imaginer utiliser les patchs pour étendre la texture, ou enlever des objets disgracieux (genre une feuille morte qui s'est glissée), etc.

    D'ailleurs, il y a cet article qui montre comment utiliser des patchs pour créer des textures tuilables (qu'on peut disposer en tuiles), on pourrait tout à fait utiliser G'MIC pour le faire. Et même j'imagine que ça doit être facilement automatisable comme procédé grâce aux nouvelles fonctionnalités de G'MIC.

  • # Lib pas vraiment utilisable

    Posté par . Évalué à -2. Dernière modification le 11/12/15 à 23:50.

    libgmic est elle-même basée sur CImg, une bibliothèque C++ de traitement d'image générique plus "bas-niveau", 
    

    Sauf que leur "bas-niveau" est toujours une lib qui gère pleins d'aspects et donc nécessite des dépendances d'autres libs comme par exemple pour les imports jpeg, et que c'est pas ce qu'on attend d'une lib de traitement d'image "bas-niveau".

    Pour pouvoir l'intègrer proprement à d'autre projets il faudrait que Cimg ne fasse que de l'import et du traitement d'image à partir de buffers et/ou interfaces à implémenter, et laisse le reste à une surcouche supplémentaire, dans une lib séparée.

    • [^] # Re: Lib pas vraiment utilisable

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Ce que tu affirmes est complètement faux :

      • On a pas dit que CImg était une bibliothèque juste "bas-niveau", mais plus "bas-niveau" que la libgmic ce qui est quand même assez différent. Mais bon, passons…

      • CImg est une bibliothèque très customisable, et peut effectivement utliser tout pleins de bibliothèques externes additionnelles comme libjpeg, libtiff, etc.. pour gérer ses entrées-sorties (possibilité qui est utilisée dans G'MIC). Aucune bibliothèque sérieuse de traitement d'image existante ne ré-implemente ce genre d'opérations de toute façon (je parle bien de bibliothèques de "traitement", pas juste de gestion d'un format d'image). Mais de toute façon, CImg peut aussi se compiler avec un minimum de dépendances si besoin est (avec juste libm et libc, c'est assez "bas-niveau" ça va ? :) ) pour permettre de travailler juste avec des buffers de données en entrées-sorties comme tu le suggères. D'ailleurs c'est ce qui est fait dans la configuration par défaut de CImg, aucune dépendance autre n'est nécessaire, il faut au contraire les activer de manière explicite pour en profiter. Donc je ne sais pas d'ou tu tiens ton affirmation. Va voir le Makefile des exemples de CImg, tu verras qu'on peut activer/désactiver chaque dépendance de manière très fine.

      • [^] # Re: Lib pas vraiment utilisable

        Posté par . Évalué à -2. Dernière modification le 12/12/15 à 14:17.

        A partir du moment ou la lib permet le linkage auprès de plein d'autres libs et que le principal utilisateur les demande "possibilité qui est utilisée dans G'MIC",
        les distributions livreront la lib avec ces dépendances, et les autres softs qui voudraient l'utiliser en hériteront.
        (à moins de se faire une build spéciale avec le minimum. Mais multiplier les copies de librairies, c'est pas la philisophie appliquée à l'OS dont on parle ici).

        Une librairie qui ne fournit que les fonctions de base,
        et la gestions des entrées et des rendus dans des librairies séparées, ça me semble pas un cas exceptionnel.

        • [^] # Re: Lib pas vraiment utilisable

          Posté par . Évalué à 2.

          CImg est "header only" , donc cet argument ne s'applique pas vraiment. C'est le programme utilisant CImg qui va imposer les dépendances.

          Après, le fait qu'elle soit header only a d'autres conséquences (comme le fait que son code n'est pas partageable au niveau os, justement, chaque binaire en a sa propre copie), mais côté packaging je ne vois pas quel soucis ça pose.

  • # Copyright

    Posté par . Évalué à -10.

    Merci d'enlever les photographies soumises à des droits d'auteur.
    Eric Lamaze.

    • [^] # Re: Copyright

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      De quelles images parlent tu ?

      Je pense avoir toujours cherché mes images (autres que Lena et Scarlett) avec des moteurs de recherche donnant un choix dans la licence de réutilisation, en l'occurence "Flickr Creative Commons Search" et "Google Image", avec choix d'une licence permissive. Mais il est possible que ces moteurs m'aient renvoyé des images non autorisées à un moment donnée.

      Si une photo en particulier pose problème, je peux probablement re-générer un exemple avec d'autres photos "autorisées" si besoin est.

      • [^] # Re: Copyright

        Posté par . Évalué à 1.

        Ne faudrait-il pas attendre la liberté de paysage en France Europe avant de publier une vue de Paris ? (cf. la consultation Reupublique-Numeurique) Et surtout, la liberté de paysage s'appliquera-t-elle aux paysages retouchés ? (je pense à cette statue dupliquée citée plus haut)

        Cette signature est publié sous licence WTFPL

        • [^] # Re: Copyright

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Sur l'image, il n'y a l'air d'y avoir que la Tour Eiffel, un pont et des statues. La Tour Eiffel est déjà dans le domaine public (seule la tour Eiffel de nuit ne l'est pas à cause des ampoules — je sais, c'est ridicule mais certains n'ont peur d'appeler certaines choses de l'art — et il est donc interdit de prendre une photo de la Tour Eiffel de nuit). Je pense que le pont et les statues à proximité de la Tour Eiffel sont aussi dans le domaine public (bon j'ai pas vérifié, mais je crois pas qu'on ait construit de pont, ni installé de statues, récemment dans le coin. Non?).

          Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

    • [^] # Re: Copyright

      Posté par . Évalué à -9.

      ah

      • [^] # Re: Copyright

        Posté par . Évalué à -10.

        Bon alors je suis en train d'implémenter un petit algorytme de retouche alors j'ai fait quelques rendus pour se donner une petite idée des possibilités.

        A la fin du dévelopement on devrait pouvoir projeter des fragments d'ambres
        sous forme d'objets tri dimentionnels sur un plan en deux dimentions.

        img

        et hop :

        img

        C'est beaucoup mieux ! Voyez-vous ?

        (merci Framapic pour l'hébergement )

  • # Gimp forever

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Un grand merci pour cette info très détaillée… Vraiment impressionnant.

    Pas besoin d'être un pro pour aider la communauté Débiane : utilisez simplement apt-p2p

  • # Prêt pour GIMP 2.10

    Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 12/12/15 à 16:41.

    Salut,

    En bref, le greffon G'MIC est déjà prêt pour la sortie de la prochaine version stable GIMP 2.10.

    Ah bah avec toutes les fois où tu as exprimé la peur que passer G'MIC à GEGL serait problématique (et je disais qu'y avait pas de quoi se faire des frayeurs), au moins je vois que tout s'est bien passé au final. :-)

    Par contre au niveau de l'implémentation, vous récupérez le contenu du buffer GEGL et le modifiez directement? Ou vous avez fait une vraie opération GEGL (qui en interne pourrait passer par votre infra G'MIC)? Je pense savoir la réponse (premier choix, non?), mais bon, je demande quand même. :P

    Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

    • [^] # Re: Prêt pour GIMP 2.10

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      C'est un peu Mitch qui m'a rassuré, et qui m'a aiguillé sur comment faire pour utiliser les buffers GEGL à partir du plug-in (mais par contre non, on a pas encore un noeud GEGL :) ).
      Ca se fera peut-être un jour cela dit.

      • [^] # Re: Prêt pour GIMP 2.10

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Cool. Je vois bien dans la façon dont tu parles de GEGL maintenant que tu as complètement changé ton point de vue dessus. J'en suis content. :-)

        Sinon oui GEGL, c'est cool, super simple à utiliser (la seule abstraction, c'est de comprendre les graphes, ce qui n'est pas insurmontable!) et je pense que cela peut être l'avenir du graphisme Libre.

        Quand Darktable reprendra l'implémentation de GEGL, on pourrait imaginer partager les buffers GEGL entre GIMP et Darktable sans même passer par l'étape fichier.
        Ou encore, j'attends avec impatience un jour où Blender déciderait de remplacer son moteur de nœuds avec GEGL, ce qu'ils ont déjà déclaré comme possible alternative (je rappelle que l'implémentation lente des nodes sont un gros sujet récurrent chez Blender car travailler avec les nodes est parfois très laborieux à cause de cela).

        Pourquoi je dis tout ça? Car le jour où GEGL sera une librairie super répandue et utilisée par plein de logiciels graphisme ou vidéo, ben si G'MIC est implémenté sous la forme d'opérations GEGL, il serait accessible automatiquement sur tout logiciel qui utilise GEGL (sans nécessairement avoir à faire d'UI pour chaque logiciel). Par exemple, si les nodes de Blender sont basés sur GEGL, le simple fait d'installer G'MIC (implémenté comme opérations GEGL) fera que les opérations G'MIC seront accessibles dans la liste de nœuds Blender.
        C'est déjà le cas pour GIMP: tout op GEGL est accessible dans GIMP.

        Bien sûr, ce n'est que de la spéculation à ce niveau, et si ça doit arriver, ça sera sûrement pas avant quelques années. Mais je dois avouer que j'y crois et que je vois un bel avenir pour GEGL.
        Donc faites du GEGL, c'est bon et c'est sain! :-)

        Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Re: Prêt pour GIMP 2.10

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Bon, tu extrapoles un peu… J'ai jamais dit que je trouvais finalement que GEGL était bien foutu hein :)
          J'ai jamais été un grand fan de GEGL, mais puisqu'il faut l'utiliser pour s'interfacer avec GIMP, alors on le fait sans discuter. Mais honnêtement, je suis pas sûr que vouloir l'imposer comme norme pour les autres logiciels de graphisme ou de rendu soit une très bonne idée. Ce n'est pas une bibliothèque encore assez générique à mon goût.

          • [^] # Re: Prêt pour GIMP 2.10

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Bon, tu extrapoles un peu… J'ai jamais dit que je trouvais finalement que GEGL était bien foutu hein :)

            Eh! On peut toujours espérer! :P

            Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

        • [^] # Re: Prêt pour GIMP 2.10

          Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 18/12/15 à 21:08.

          Quand Darktable reprendra l'implémentation de GEGL […].

          Oui, ben ça ce n'est certainement pas pour demain et c'est même pas sûr que ça se fasse un jour (dixit un développeur de Darktable à qui j'ai posé la question il y a quelques mois).

          A part ça, super dépêche !

  • # j'ai adoré...

    Posté par . Évalué à -6.

    …sauf les fractales. Ras-le-bol des courbes de mémé Julia.

    • [^] # Re: j'ai adoré...

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Vois la chose du bon côté : c'est en testant des trucs avec mémé Julia, qu'on peut au final utiliser ces trucs pour faire de l'inpainting, de la re-synthèse de texture et pleins de bonnes choses à venir.

      • [^] # Re: j'ai adoré...

        Posté par . Évalué à -1.

        ok, dans ce cas, je comprends que l'on puisse encore trouver un attrait pour ses dentelles. :)

    • [^] # Re: j'ai adoré...

      Posté par . Évalué à 5.

      En cherchant un peu dans mémé Julia on peut sûrement trouver les courbes de mémé Léna.

  • # Lien ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Notons également l'initiative intéressante de Jean-Philippe Fleury, un aimable contributeur, qui propose sur sa page web une galerie recensant la quasi-totalité des effets disponibles dans le greffon.

    Je n'ai pas retrouvé ce lien à partir du site web de g'mic. Ça pourrait être pratique de l'ajouter pour retrouver la page facilement.

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Lien ?

      Posté par . Évalué à 3.

      L'adresse est donnée dans l'article pourtant (l'hyperlien est sur les mots « sa page web »). ;-)

      Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

      • [^] # Re: Lien ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je sais bien, mais dans 6 mois, je ne saurais plus de quelle dépêche g'mic ça vient, du coup, pas facile de le retrouvé. C'est pour que ça que s'il était sur le site web, on pourrait le retrouver plus facilement.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Lien ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Oups, je n'avais pas compris ta question. Effectivement, ce serait plus pratique; et cela porterait l'existence de cette page à la connaissance de ceux qui vont sur le site de g'mic, mais qui n'ont pas lu cette dépêche.

          Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

          • [^] # Re: Lien ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 7.

            Effectivement, bonne suggestion. Je vais rajouter ce lien sur la page du plug-in.

            • [^] # Re: Lien ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Merci, je n'ai plus d'excuse pour ne pas le trouver quand j'en aurais besoin.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.