GNOME 3.18 Göteborg est disponible

84
24
sept.
2015
Gnome

On ne présente plus GNOME, l’environnement de bureau libre et convivial.

GNOME 3.18 Göteborg est sorti le 23 septembre 2015. Le bureau continue sa transformation et s’améliore sur de nombreux points. À l’occasion de cette version, un nom de code a été adopté. L’équipe a en effet décidé de reprendre le nom de la ville où s’est déroulé le dernier GUADEC.

Six mois se sont écoulés depuis la version précédente. Il est donc temps d’aborder ici les faits marquants parus durant ce nouveau cycle : les progrès sous Wayland, un accent sur les changements dans Fichiers, une nouvelle application et bien plus encore !

Logo de Gnome

Sommaire

Nouvelles directives pour développer des applications GNOME 3

Durant ce cycle, le guide des bonnes pratiques pour construire l'interface des applications GNOME 3 ou HIG (Human Interface Guideline) a été mis à jour. Ceci n’est PAS une révolution (sic), mais une mise à jour bienvenue qui vise à apporter encore plus de cohérence aux applications GNOME 3. Le détail est disponible sur le blog d’Allan Day.

Amélioration de la gestion de Wayland

GNOME 3.18 continue d’améliorer l’expérience utilisateur sous Wayland.

Il est désormais possible de partager le presse-papiers et le « glisser-déposer » entre les applications Wayland et X11.

Le clavier visuel est quant à lui pris en charge dans les applications Wayland, ainsi que la haute densité de pixels (Hi-DPI), l’OpenGL dans GTK+, etc.

Toutes ces avancées se font en parallèle au travail sur le lancement d’applications dans des bacs à sable.

Les changements s’accélèrent dans Fichiers

Durant ce cycle, Fichiers (Nautilus, pour les intimes) a reçu un nettoyage du code, des corrections de concurrence pour la recherche et beaucoup d’améliorations de la conception graphique, au détriment, peut-être, de la stabilité.

Malgré tout, ces changements ont permis de supprimer beaucoup de boîtes de dialogues (entre autres pour les préférences) pour les placer directement dans la fenêtre principale. Ainsi, Nautilus rendra moins confuse la différence entre le menu « Application » de GNOME-Shell (l’icône de l’application sur la gauche de la Top Bar, juste à côté du bouton Activités) et le menu « Préférences de la fenêtre » tout à droite dans la HeaderBar, en haut de la fenêtre.

La création et le renommage des fichiers et des répertoires se font dorénavant via une popover, ce qui permet d’avertir l’utilisateur si des caractères incompatibles sont présents dans le nom du fichier. Au début, cette fonctionnalité a été développée avec une boîte de dialogue, mais finalement la popover permet une expérience plus fluide.

Renommage d'un fichier

La barre latérale a reçu une cure d’amaigrissement grâce au déplacement des supports amovibles et des emplacements réseau dans une vue différente de la fenêtre principale (accessible grâce à un bouton « Other Locations » de la barre latérale).

Cette vue a permis également de supprimer la fenêtre de connexion réseau par une barre d’outils au fond de la fenêtre. Cette dernière permet de remplir l’adresse du dossier à monter ou de découvrir les dernières saisies grâce à une popover.

La nouvelle vue « Other Locations »

Une nouvelle animation pour ajouter des marques-pages fait son apparition.

La barre de progression des transferts et déplacements de données ne se trouve plus dans une fenêtre séparée mais dans une icône placée dans l’en-tête de la fenêtre représentant un camembert qui se complète circulairement.

Indications de transferts de fichiers en cours

Nouvelle présentation de la recherche de fichier et dossier.

La gestion de l’affichage des résultats d’une recherche a été améliorée en plusieurs points :

  • Les résultats incluent désormais la localisation des fichiers trouvés :
    • Aucun chemin si le fichier est dans le dossier courant (ce qui permet de les distinguer rapidement des autres)
    • Un chemin relatif depuis le dossier de recherche pour les autres fichiers locaux
    • Le nom de l’emplacement réseau pour les fichiers en ligne (le chemin complet n’est volontairement plus affiché afin de rendre la recherche plus rapide)
  • Les résultats peuvent être affichés automatiquement dans une vue en liste, si la vue actuelle n’est pas configurée manuellement. Dans cette liste, il est désormais possible de voir plus de détails sur les fichiers et ceux du dossier courant sont affichés en premier.

En revanche, le tri n’est plus modifiable dans la vue des « Fichiers récents » et celle de la recherche afin de conserver une cohérence. Ce point est toutefois ouvert à discussion et pourra peut-être changer dans les prochaines versions.

Meilleure gestion de Google Drive

Google Drive

Google Drive est désormais géré comme un stockage distant sous Nautilus, permettant d’accéder aux fichiers via les applications natives (Visionneuse PDF, etc.).

Une communauté plus à l’écoute

Carlos Soriano, qui depuis deux cycles est à l’origine des plus grosses évolutions dans Nautilus, souhaite aussi faire évoluer la communication qui entoure ces changements. Mieux communiquer avec la communauté, expliquer plus en détail les modifications et pourquoi elles sont nécessaires, pour créer moins de frustration quand une fonctionnalité est vouée à évoluer ou disparaître.

C'est ainsi que certains besoins remontés par les utilisateurs ont été intégrés :

  • La vue détaillée (liste) n’était pas assez dense, ce qui a donc été changé.

  • La valeur du zoom de l'affichage n’était pas souvent configurée dans le panneau des préférences, mais directement avec le slider, qui lui n’était que pour la vue active. Hop ! Maintenant, le slider devient permanent et celle du panneau des préférences disparaît.

Enfin, il est maintenant possible d’ouvrir une sélection de fichiers avec une application autre que celle par défaut.

Le futur de Nautilus s’annonce excitant et vous pouvez en apprendre un peu plus sur les prochaines avancées en consultant sa feuille de route !

Gedit se peaufine

La minimap, popularisée par SublimeTex, qui affiche en petit le code du fichier dans la colonne de droite, fait son apparition dans Gedit et s’avère être utile dans le cas de longs fichiers.

De plus, une nouvelle extension permet de rechercher parmi tous les fichiers d’un répertoire choisi.

Enfin, Sébastien Wilmet, entre autres, a effectué un travail colossal de nettoyage et d’amélioration.

Aperçu de la minimap

To Do fait sa rentrée

GNOME To Do

Gnome To do

Vous connaissiez GNOME Notes ? Voici GNOME To Do, disponible en aperçu technologique. Il s’agit d’une application similaire, qui permet de gérer une liste de tâches.

Vue de Gnome To do

GNOME News, une nouvelle application en gestation ?

Un nouveau lecteur de flux RSS écrit en Python et concurrent de Liferea est en cours de développement. Bien qu’il ne s’agisse pas (encore ?) d’une application officielle, elle bénéficiera toutefois d’une très bonne intégration avec le bureau GNOME 3.
GNOME News

Que se passe-t-il sous le capot ?

GTK+

Du côté de GTK+, il est temps pour la bibliothèque graphique de se délester du support de Windows XP. Les nouvelles versions du système d’exploitation de Microsoft n’ont cependant pas été laissées de côté pour autant. Il est désormais plus aisé de compiler les bibliothèques de bas niveau du projet GNOME (GLib/GTK+) depuis Visual Studio.

Pour les utilisateurs sous X11, on retiendra particulièrement le support de RandR 1.5 ou encore les améliorations pour les applications qui utilisent la décoration côté client (CSD) mais sans utiliser le compositeur.

Comme il est important de ne faire aucun jaloux, les utilisateurs de Mac OS X bénéficieront de la correction de plusieurs bogues et d’améliorations diverses.

gtkmm, l’interface C++ de la bibliothèque GTK+ utilise et nécessite désormais C++11.

Emmanuele Bassi en a aussi profité pour concocter une série de statistiques pour nous éclairer sur les plus gros contributeurs du projet GTK+. On y découvre sans surprise qu’il s’agit majoritairement de contributeurs employés par les sociétés Red Hat, Collabora et Canonical.

WebKitGTK+

Pour accompagner la sortie de GNOME 3.18, le moteur de rendu WebKitGTK+ passe en version 2.10. Outre les traditionnelles améliorations et optimisations, cette nouvelle version offre désormais la possibilité de désactiver l’écran de veille à la demande. Par exemple, cela se révèle particulièrement pratique lors du visionnage d’une longue vidéo. Carlos Garcia Campos, qui contribue au projet, nous détaille les autres avancées sur son blog.

GStreamer

GStreamer, la bibliothèque multimédia du projet, utilise à nouveau l’implémentation de FFmpeg par défaut pour son plugin gst-libav.

Autres points à retenir

  • La gestion des calendriers s’améliore dans Calendrier (ou GNOME Calendar) avec notamment l’intégration de la manipulation au clavier qui fait son bonhomme de chemin. L’application devrait encore se bonifier dans les mois à venir puisqu’il était prévu d’ajouter une vue « Semaine », qui n’est malheureusement pas finalisée pour être intégrée dans la 3.18. Il faudra donc patienter six mois pour bénéficier de cette fonctionnalité.

  • Durant ce cycle de développement, beaucoup de corrections de bogues, dont un particulièrement pénible pour les utilisateurs du pilote propriétaire NVIDIA, qui causait des problèmes de rafraîchissement et de scintillement des applications sous GNOME Shell.

  • Les fenêtres prenant la moitié de l’écran pourront dorénavant être redimensionnées automatiquement en les plaçant dans un des coins de l’écran, utilisant ainsi un ¼ de l’espace de travail.

  • Les annotations ont été retravaillées dans la visionneuse de document Evince.

  • NetworkManager gère à présent les périphériques via udev.

  • Changement de bureau avec un déplacement vertical de quatre doigts sur pavé tactile uniquement disponible sous Wayland.

  • Si un détecteur de luminosité est présent, GNOME ajustera automatiquement la luminosité de l’écran, dans le but de s’adapter à la luminosité ambiante.

  • Gestion des écrans pavés – ceci concerne généralement les écrans 4K constitués de plusieurs dalles FHD.

  • Défilement possible avec un stylo, une gomme ou appareils similaires.

  • # ¼ de l’espace de travail

    Posté par . Évalué à 6.

    Les fenêtres prenant la moitié de l’écran pourront dorénavant être redimensionnées automatiquement en les plaçant dans un des coins de l’écran, utilisant ainsi un ¼ de l’espace de travail.

    Comment? J'ai essayé, sans succès.

  • # Et google drive ?

    Posté par (page perso) . Évalué à -5.

    Je suppose que cela n'a pas été évoqué pour des raisons politique mais ça me semble assez important, l'intégration avec google drive va être utile à pas mal de personnes.

    • [^] # Re: Et google drive ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Au temps pour moi, j'ai parcouru trop vite la page j'avais pas vu :(

    • [^] # Re: Et google drive ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Tu parles du paragraphe présent intitulé « Meilleure gestion de Google Drive » ?

    • [^] # Re: Et google drive ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Meilleure gestion de Google Drive
      Google Drive est désormais géré comme un stockage distant sous Nautilus, permettant d’accéder aux fichiers via les applications natives (Visionneuse PDF, etc.).

      !?!

    • [^] # Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

      Posté par . Évalué à 0.

      Comment peut-onr supprimer l'intégration de google drive ? N'est-ce pas anti-libriste ?

      • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Ça n'a rien avoir…
        Ce n'est pas parce que ta voiture peut aller plus vite que les limitations qu'elle est anti-lois : c'est à l'utilisateur de choisir.

        Et puis rien ne t'oblige à avoir un compte Gmail et Google drive. Gnome ne va pas en créer un pour toi hein.

        • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

          Posté par . Évalué à 10.

          Je suppose que si tu parles de voiture c'est parce qu'il s'agit de Google Drive

          (ou alors c'est juste parce qu'on est vendredi et que personne n'a encore parlé de l'affaire VolksWagen et que tu lances donc une petite perche pour susciter un débat fleuve et forcément passionnant)

        • [^] # trololol

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          La devise de Gnome, visible sur le gnome.org, page "About us", en gros caractères :

          "We promote software freedom"

          Mais apparemment, inciter à utiliser un service privateur ne serait pas gênant.

          Je préviens RMS de suite, ça va chier!

      • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

        Posté par . Évalué à -7.

        Tu utilises un ordinateur avec uniquement des firmwares libres, j'espère ?

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

        • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Je préviens RMS de suite, ça va chier!

          des échanges sympa avec RMS sur la mailin de la fondation GNOME y'en a.
          Genre "p* mais tu peux pas arrêter de dire aux gens d'écrire GNU/Linux alors que ces gens là le savent déjà et tule rappelle systématiquement à chaque p* de m* de mail?"

          Parfois les mails de RMS partent trois fois, ensuite il écrit : "ah désolé y'a un bug dans mon script".

          Bref pensez à meubler vos soirées avec ça.

      • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

        Posté par . Évalué à 6.

        Entre faire tourner un logiciel propriétaire local sur sa machine et utiliser un service web il y a une large différence. Sinon, on peut aussi enlever le support de l'imap/facebook/skype et autre conneries dans empathy et les compte en ligne.

        De plus, si tu as pas de compte google, tu ne rajoute pas de compte en ligne et tu n'a aucune intégration. C'est pas parce que tu as le driver nvidia, le paquet flash player dans les dépôts de ta distribution que tu es obligé de les installer.

        • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

          Posté par . Évalué à 4.

          On peut faire le distingo en se posant la question suivante : suis-je libre de disposer de mes données indépendemment du fourniteur de service ?

          Avec Google oui, pour la plupart des services : je peux déménager mes emails chez un autre prestataire et continuer à utiliser mon adresse email (pour peu que j'utilise une adresse dont je suis propriétaire et pas prêtée par Google), je peux déménager mes fichiers Google Drive et y accéder à distance par tout un tas d'autres protocoles (y compris via d'autres services hébergés), …

          Avec Facebook, je peux éventuellement extraire mes données, mais pas continuer mon activité.

          La différence est là : Facebook prive ses utilisateurs de la liberté d'utiliser leurs données comme ils l'entendent. Pas Gmail ni Google Drive.

          Il est donc éthiquement très justifiable pour un logiciel libre d'implémenter des services non privateurs de liberté (ne serait-ce que pour permettre aux utilisateurs de récupérer leurs billes); nettement moins quand il s'agit de s'interfacer avec des services très privateurs de liberté comme Facebook.

          BeOS le faisait il y a 15 ans !

          • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Ça n’est pas tout noir ou tout blanc. Certes on ne peut pas récupérer nos données facilement pour certains services, mais ça ne veut pas dire que permettre l’intégration de services d’entreprises peu scrupuleuses (en particulier au niveau de la gestion des données) est complètement neutre.

            Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

            • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Je crois plutôt que ce qu'il exprime correspond à l'Effet_de_réseau l'empêchant de comprendre le syndrome de Stockholm dont il est victime. Facebook ne sert à rien lorsque l'on est réellement en contact avec ses amis, tout le monde a un mobile de nos jours et le troquet du coin n'est pas si loin…

              • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Il faut avouer que le chat Facebook/Skype/etc. est bien pratique quand nos amis n’utilisent pas Jabber ou IRC et qu’on ne peut pas les voir souvent, ou qu’on veut avoir une discussion sans pour autant pouvoir les voir tout de suite.

                Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

              • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

                Posté par . Évalué à 6.

                Facebook ne sert à rien lorsque l'on est réellement en contact avec ses amis, tout le monde a un mobile de nos jours et le troquet du coin n'est pas si loin…

                Dans ton monde réel tu autorise quoi ?

                • les mails ?
                • les chats (XMPP ou autre) ?
                • les blogs ?
                • les forums ?
                • les SMS ?
                • les appels téléphoniques ?
                • les lettres postales ?

                Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 03/10/15 à 19:26.

                  tout

                  et en plus :

                  • les rencontres en réel
                  • boire un verre au troquet
                  • le restau
                  • les soirées impromptues chez l'un ou l'autre (faut ranger chez soi)
                  • IRC
                  • sparkleshare pour le partage de photos ou autres fichiers
                  • mumble pour les confs audio
                  • https://framadate.org/ pour trouver une date correspondant à tous

                  pourquoi se restreindre à Facebook qui est si limité ?

                  • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

                    Posté par . Évalué à 6.

                    Facebook ne restreint rien en tout cas pas plus que mumble par exemple. Pourquoi présenter l'un comme un truc de jeune con alors que l'autre n'est pas mieux ? Est-ce que tu aurais dis la même chose de diapora ?

                    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                    • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 08/10/15 à 01:33.

                      Facebook ne restreint rien en tout cas pas plus que mumble par exemple

                      euh, je n'ai pas parlé en terme de restriction mais en terme de possibilités : ce n'est pas moi qui me restreint (je suis au courant de ce que je n'utilise pas, mais que d'autres souhaitent m'imposer)

                      Pour diaspora, je m'y suis inscrit, fait 2-3 trucs, j'y croyais peu (encore un truc d'étudiants comme FaceBook quoi :D). Hormis que diaspora était sous licence libre. Comme quoi, proprio ou libre : parfois ça marche, parfois pas, difficile d'en tirer une conclusion :/ Autant chez myspace je n'y suis jamais allé,

                      Pour irc vs jabber^xmpp, tu dirais quoi ? (hormis que ximpy serait plus vendeur qu'une balise de protocole)

      • [^] # Re: Comment faire pour supprimer l'intégration google drive ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Il a déjà été répondu qu'il suffisait de ne pas ajouter de compte Google dans les Comptes en ligne, mais si vraiment ça te donne des boutons d'avoir du code en rapport avec Google sur ton disque, suffit de ne pas installer le greffon gvfs-google.

  • # dual screen 4K / 2K ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    J'ai un portable avec écran 3K de 15" et un écran en 1920x1080 de 22" Quand je branche l'écran il faut que je passe l'écran de mon portable en 1920 parce que le high dpi est pas géré par écran mais en globalité. Ça devait s'améliorer avec wayland, quelqu'un a des retours dessus ?

    Ça part régulièrement en cacahuète chez moi les changements hdpi/standard du coup je préfère rester en 1920 tout le temps :(

    • [^] # Re: dual screen 4K / 2K ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      C'est normalement désormais ok sous Wayland. Dans un billet de blog de Christian Schaller, on peut lire « One new feature I am particularly excited about is what we call multi-DPI support ready for Wayland sessions in Fedora 23. What this means is that if you have a HiDPI laptop screen and a standard DPI external monitor you should be able to drag windows back and forth between the two screens and have them automatically rescale to work with the different DPIs. »

    • [^] # Re: dual screen 4K / 2K ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Le combo xrandr & gtf pourrait être utile, quelque chose du genre :

      xrandr | grep --word-regexp 'connected' #1
      gtf 1920 1080 60 #2
      xrandr --newmode AAA #3
      xrandr --addmode BBB CCC #4
      1. Détecter des informations sur les écrans branchés, la donnée la plus utile pour la suite étant leurs IDs.
      2. Définir un mode d'affichage avec une résolution adéquate.
      3. AAA : dans les sorties obtenues en 2), tout ce qui suit Modeline à partir de l'ouverture des guillemets (inclus).
      4. BBB : l'ID de l'écran sur lequel appliquer le nouveau mode. CCC : La partie entre guillemets dans les sorties obtenues en 2).

      La nouvelle configuration se retrouve dans le fichier adéquat, ~/.config/monitors.xml, et est visible dans la fenêtre des paramètres (ici: Settings → Hardware → Displays) où la finition peut alors être faite ; lxrandr peut aussi faire le boulot de finition.

  • # Nautilus et la stabilité

    Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 24/09/15 à 17:03.

    Durant ce cycle, Fichiers (Nautilus, pour les intimes) a reçu un nettoyage du code, des corrections de concurrence pour la recherche et beaucoup d’améliorations de la conception graphique, au détriment, peut-être, de la stabilité.

    Là ça fait peur ! Parce que Nautilus et la stabilité sont déjà deux notions qui s'ignorent royalement si en plus les dev ne s'en préoccupe pas …

    • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

      Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 24/09/15 à 17:27.

      C'est plus une tournure de phrase. Les dévs n'ont pas dit ça.

      D'ailleurs, le nettoyage de code et les corrections afférentes à cette version sont plutôt positifs pour la qualité, alors que toute nouveauté est empreinte d'instabilité par définition.

      Personnellement, j'ai pas eu de soucis de stabilités depuis de nombreux mois avec Nautilus.

      • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Carlos Soriano a effectivement dit qu'avec de tels changements, il y ai le risque que ce soit un peu moins stable, mais il pense que d'ici la révision 3.18.1, tout devrait rentrer dans l'ordre :

        « There is a problem though, with all the ground changes we took the risk to be more unstable than we are used to. So now I fixed the most important crashes, but there is still work to do and we need testing. I hope everything will be better for 3.18, but being honest, I actually expect that 3.18.1 will be as stable as 3.16 was, but 3.18 will have small issues. »

        Maintenant, il y a eu de gros nettoyages de code, et certaines parties qui étaient autrefois propres à Nautilus, sont désormais dans GTK+. Au fil des versions, on devrait donc avoir droit à une application de plus en plus stable et dont le code sera bien plus propre, facilitant ainsi l'arrivée de nouveaux développeurs.

    • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Je n'ai jamais eu de plantage de nautilus depuis que je suis sous GNOME (3.12).

      Je n'en dirai pas tant de mon précédent gestionnaire de fichier.

      • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

        Posté par . Évalué à 8.

        Ça existe un gestionnaire de fichiers qui plante ? La dernière fois que ça m'est arrivé c'était sous Windows XP ;)

        BeOS le faisait il y a 15 ans !

        • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

          Posté par . Évalué à 1.

          Ca fait si longtemps que cela que tu es sous linux? :D

        • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

          Posté par . Évalué à 3.

          Plein de fois sous Plasma 5. Vivent les betas…

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

          • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Si tu parles de Dolphin, c'est un des logiciels les plus stables que je connais.

            Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

            • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Euh moi j’ai la même expérience que xcomcmdr, ça plante pour un oui ou pour un non.

              • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                J’ai une utilisation plus que basique de Dolphin : j’utilise en même temps la vue en arborescence, le double-panneau et les onglets ; pourtant je n’ai quasiment jamais eu de problèmes en utilisant la version fournie par Arch Linux. Donc ça m’étonne un peu que certaines personnes ait une expérience radicalement différente.

                Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

                • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Cela m'etonne aussi, la nouvelle version de dolphin a crashe 2 ou 3 fois et les apercu des fichiers ne fonctionne plus mais bon elle date d'aout et en plus je suis toujours en kde4. J'attend deux trois choses dans plasma 5 pour y passer.

                  Tiens j'ai une question: pourquoi les nouveaux DE (gnome-shell et plasma5) ne veulent pas que tu ais des fond d'ecran different suivant ton bureau/activite?

                  • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                    Bonne question.

                    Il existe un bogue de 2001 (fermé en 2012) qui n'a pas été résolu. Pendant pas mal de temps, personne n'a simplement travaillé sur l'implémentation de cette fonctionnalité.

                    Puis un Google Summer of Code avec James Sharpe s'est déroulé, et il travailla sur ce projet en 2008. Cependant, ces modifications ont été l'objet de commentaires, mais il n'a pas continué ni répondu. Son site étant maintenant mort, on peut encore voir
                    quelques messages sur WayBackMachine
                    .

                    Avec Gnome 3, personne n'a travaillé dessus.

                    Il ne semble plus y avoir d'extension qui fasse ça non plus.

                    Après, c'est pas que Gnome ne veut pas de cette fonctionnalité, mais que personne ne semble la vouloir assez pour amener un patch (ou une extension ?).

                    • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                      Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 03/10/15 à 14:36.

                      Après, c'est pas que Gnome ne veut pas de cette fonctionnalité, mais que personne ne semble la vouloir assez pour amener un patch (ou une extension ?).

                      cela existait sous CDE et c'était bien pratique d'avoir des bureaux de couleur différente (repère, ambiance, applis dispos à l'œil…).
                      Je me suis résolu à croire que tout le monde travaille en plein écran et n'a qu'une appli par bureau (ce qui n'est pas du tout mon utilisation, je ne suis sans doute pas assez représentatif…).

                      • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Cela a été implémenté dans la dernière version de XFCE. C'est le genre de petites fonctionnalité qui n'apparaît que lorsqu'un contributeur a le temps de se pencher dessus…

      • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

        Posté par . Évalué à 3.

        Euh … tu t'en sers pas ? ;)
        Nautilus ça plante au moins une fois par jour … Encore hier soir pendant une grosse copie vers une clé usb, je bascule sur un autre bureau sur lequel j'avais une autre fenêtre nautilus que je ferme et là tout à planté.
        Essaie aussi d'ouvrir un répertoire avec un énorme fichier png, il n'arrive pas à faire l'imagette et tout se plante …

        • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

          Posté par . Évalué à -3.

          Version à jour et bug rapporté j'imagine ?

          • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

            Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 25/09/15 à 17:34.

            Version = celle de ma distri (debian testing), donc ça doit-être du 3.16 je crois actuellement.
            Bug reporté pour l'histoire du png, pour l'autre vu que je n'ai pas d'éléments pour le reproduire …

            • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

              Posté par . Évalué à -6.

              Version = celle de ma distri (debian testing), donc ça doit-être du 3.16 je crois actuellement.

              Donc, c'est normal d'avoir des plantages. Quand on utilise une version de test, par définition instable, on ne se plaint pas qu'elle est instable…

              • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                Posté par . Évalué à 0.

                Sauf que debian n'intègre pas de version de développement de Gnome …

                • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Non, il crois que comme c'est Debian testing, c'est bugué.

                  Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                  • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                    Posté par . Évalué à 0.

                    Non, je me contente de lire la doc Debian qui ne garantit en rien la stabilité de Testing : « Testing is just what it says it is; it's for testing whether it works reliably prior to its release as a future Stable. » (cf https://wiki.debian.org/DebianStability)

                    Elle dit donc exactement la même chose que moi : Debian Testing devrait être stable, mais ne vient pas te plaindre si elle ne l'est pas, puisque c'est une distribution de test.

                    • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Et la version stable elle a une garantie de stabilité ? En fait tu connais un logiciel qui te garantie une quelconque stabilité ?

                      Un peu comme la GPL :

                      1. Disclaimer of Warranty.

                      THERE IS NO WARRANTY FOR THE PROGRAM, TO THE EXTENT PERMITTED BY APPLICABLE LAW. EXCEPT WHEN OTHERWISE STATED IN WRITING THE COPYRIGHT HOLDERS AND/OR OTHER PARTIES PROVIDE THE PROGRAM “AS IS” WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND, EITHER EXPRESSED OR IMPLIED, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE. THE ENTIRE RISK AS TO THE QUALITY AND PERFORMANCE OF THE PROGRAM IS WITH YOU. SHOULD THE PROGRAM PROVE DEFECTIVE, YOU ASSUME THE COST OF ALL NECESSARY SERVICING, REPAIR OR CORRECTION.

                      Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                      • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                        Tu n'as jamais aucune garantie de stabilité, c'est certain.
                        Mais utiliser une version de tests, c’est-à-dire moins testée, éprouvée et intégrée t'expose mécaniquement à plus de risques de voir apparaître ce genre de problèmes.

                        Quand un projet prend le temps d'expliciter cela, il ne faut pas s'étonner et râler au moindre problème, la seule solution constructive est d'ouvrir un rapport de bogue à cet effet. Les versions de tests servent qu'à ça, et rien d'autres.

                        • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Les versions de tests servent qu'à ça, et rien d'autres.

                          :) Une très grande partie des utilisateurs de Debian sur machine de bureau utilisent testing et le projet le prend en compte en modifiant les règles de gestion des paquets (grosso modo aujourd'hui un paquet qui n'a pas la qualité suffisante pour être dans stable va se faire éjecter de testing).

                          Je ne serais vraiment pas surpris que Nautilus soit plus utilisé dans testing que sur stable et c'est quelque chose qui est pris en compte par la communauté.

                          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                          • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Donc officiellemnt faut pas se plaindre si ça pète, c'est le but de Testing de servir de crash-test.

                            Officieusement, si ça plante c'est quand même surprenant, et y'a de quoi se plaindre vu que tout le monde utilise testing et s'attend à ce que ça fonctionne bien pour son desktop.

                            … Le message est quand même assez confus au final !

                            Avec Archlinux au moins y'a un seul discours : si ça pète, c'est sûrement parce que c'est une version de dév ou un problème de config. :p

                            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                            • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                              Posté par . Évalué à 6.

                              Donc officiellement faut pas se plaindre[…]

                              Que ça pète ou pas quelque soit la version, quelque soit l'OS, même si tu n'es pas sur un ordinateur il faut se plaindre. On peut aussi se plaindre que les gens se plaignent ou qu'ils ne se plaignent pas assez.

                              On est des trolls, oui ou m**** ?!

                              Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                    • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                      Je pense que tu confonds stabilité des paquets et stabilité des logiciels installés par les paquets. Les versions des logiciels dans testing sont largement stable (en théorie), ce sont surtout les outils spécifiques debian et la gestion des paquets qui peuvent avoir des problèmes.

                      • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                        Pas forcément.
                        Une distribution, et surtout Debian, ont l'habitude d'inclure de nombreux patchs spécifiques pour leurs paquets, et ils compilent avec des options de compilation qui ne sont pas toujours ceux de l'équipe chargée de son développement. Parfois même les bibliothèques et leurs interactions ne sont pas les mêmes (je pense notamment à l'époque où Debian utilisait une libc de référence différente de la plupart des projets et des distributions).

                        Bref, des habitudes qui peuvent introduire des bogues non identifiés ailleurs ou durant le développement. Et dont la distribution est seule responsable.

                        • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          A noter que l'aspect multi-arch de Debian permet aussi de remonter en amont beaucoup de bogues et donc d'améliorer la qualité des codes. Du + et du - donc, un peu comme dans la vraie vie ;-)

        • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

          Posté par . Évalué à 6.

          C'est la rançon d'avoir des logiciels pleins à ras bord de features comme les logiciels GNOME. Les développeurs passent leur temps à ajouter des fonctionnalités pour satisfaire les demandes des utilisateurs, du coup la stabilité en pâtit.

          • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

            Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 28/09/15 à 01:36.

            «C'est la rançon d'avoir des logiciels pleins à ras bord de features comme les logiciels GNOME. Les développeurs passent leur temps à ajouter des fonctionnalités pour satisfaire les demandes des utilisateurs, du coup la stabilité en pâtit.»

            Honnêtement, j'ai du mal à déterminer si c'est un commentaire satyrique ou pas… Mais si c'était sérieux, ça doit être une des premières fois depuis dix ans que j'entend quelqu'un se plaindre que des développeurs de GNOME ajoutent «[trop de] fonctionnalités pour satisfaire les demandes des utilisateurs». D'habitude c'est le contraire, ça rhâle que les logiciels sont trop épurés ;)

            Particulièrement dans le cas de Nautilus, ce que je voyais fréquemment dans les commentaires sur le net c'est les gens qui se déchirent la chemise parce que Nautilus ont osé se départir de certaines fonctionnalités (buggées), par exemple l'histoire du split view (perso, si je veux un "split view"… j'ouvre une deuxième fenêtre de Nautilus et je la mets en demi-écran, avec Super+gauche/droite, et voilà).

            • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

              Posté par . Évalué à 9.

              […] l'histoire du split view (perso, si je veux un "split view"… j'ouvre une deuxième fenêtre de Nautilus et je la mets en demi-écran, avec Super+gauche/droite, et voilà).

              Personnellement, je n'utilise plus gnome et j'utilise nautilus que très rarement depuis mon passage à wmii puis awesome (quelques temps avant Gnome Shell ce n'est pas la qualité de gnome qui m'a fait passer à wmii, mais la qualité de wmii qui m'a fait changer), je ne trouve pas ça pertinent. Autant avec le mode spatial c'était logique autant avec le mode "classique" (du moins aujourd'hui) non. Si tu fais ce que tu décris d'une part tu perds au moins un bon tiers de l'écran à cause du panneau latéral, mais en plus tu es obligé d'utiliser la totalité de ton écran, si tu veux changer d'espace de travail il faut déplacer chacun d'eux,… Quand j'utilise nautilus, maintenant j'utilise les onglets pour ça c'est vachement moins pratique.

              Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

              • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                Posté par . Évalué à 5.

                Je suis d'accord avec toi mais de toute façon la vision de Gnome c'est qu'une appli utilise tout l'écran … Donc ils sont en ligne avec eux même (c'est déjà ça) même s'ils sont à côté de la plaque en pratique. En effet les écrans sont de plus en plus grand et les appli qui nécessitent d'être en plein écran sont de plus en plus rares. A part les logiciels de retouche/visu photo je n'en ouvre aucun en plein écran.

              • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                Posté par . Évalué à 2.

                "Si tu fais ce que tu décris d'une part tu perds au moins un bon tiers de l'écran à cause du panneau latéral,"

                Si j'ai vraiment besoin d'espace horizontal j'appuie sur F9 et pouf, les barres latérales se cachent (jusqu'à ce que je rappuie sur F9). Ça me prend une fraction de seconde.

                Certes, techniquement au final on n'est pas tout dans la même fenêtre, mais c'est loin d'être un drame. Au contraire, maintenant j'ai des onglets qui fonctionnent de façon fiable, et facilement manipulables au clavier puisque je peux passer d'une fenêtre à l'autre avec Alt+tilde (ou peu importe le nom de la touche se situant en-dessous de la touche Échap) puis passer d'un onglet à l'autre avec alt+1/2/3/etc. Et ça, je me souviens que c'était bien buggé et lourd avec le mode divisé d'antan.

                "mais en plus tu es obligé d'utiliser la totalité de ton écran"

                Eh bien pourtant rien n'oblige de mettre en tuiles, je pourrais juste avoir deux fenêtres flottantes et les redimensionner très rapidement avec Super+middleclickdrag et les déplacer où je veux (Super+leftclickdrag) en un quart de tour…

                • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Donc au lieu d'utiliser une entrée du menu ou un raccourcis, il faut en connaître… euh… un certain nombre (F9, Alt+n, Alt+², Super+click-milieu+drag, Super+click-gauche+drag,…) pour reproduire à peu près les comportements qu'on avait avant (mais en fait ça ne se comportement pas vraiment de la même façon et le fait que ce soit présenté de façon différente fait que reproduire les même choses demandent forcément plus de travail à l'utilisateur).

                  On passe de quelque chose qui était simple à quelque chose qui peut encore se faire mais de manière bien plus complexe. Le succès des applications *commander montre que ce cas d'usage est tout de même répandu.

                  C'est vraiment dommage AMHA, même si personnellement, maintenant je m'en balance totalement, je ne reviendrais pas sur ce type d'explorateur.

                  Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

                  • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Dolphin c'est la vie, l'amour, le bien-être éternel. :)

                    "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  Si j'ai vraiment besoin d'espace horizontal j'appuie sur F9 et pouf, les barres latérales se cachent (jusqu'à ce que je rappuie sur F9). Ça me prend une fraction de seconde.

                  Si on met souvent deux fenêtres côté-à-côté c'est pénible de le faire à chaque fois. De plus, avant sur Nautilus et maintenant sur Dolphin, je peux utiliser les favoris de la barre latérale sur n'importe lequel des deux panneaux en fonction de celui sélectionné.

                  Certes, techniquement au final on n'est pas tout dans la même fenêtre, mais c'est loin d'être un drame. Au contraire, maintenant j'ai des onglets qui fonctionnent de façon fiable, et facilement manipulables au clavier puisque je peux passer d'une fenêtre à l'autre avec Alt+tilde (ou peu importe le nom de la touche se situant en-dessous de la touche Échap) puis passer d'un onglet à l'autre avec alt+1/2/3/etc. Et ça, je me souviens que c'était bien buggé et lourd avec le mode divisé d'antan.

                  Si le truc fonctionnait pas bien avant c'est la faute des devs pas de la fonctionnalité… Sinon il aurait suffit de mettre un raccourci clavier pour changer le focus de panneau.

                  Eh bien pourtant rien n'oblige de mettre en tuiles, je pourrais juste avoir deux fenêtres flottantes et les redimensionner très rapidement avec Super+middleclickdrag et les déplacer où je veux (Super+leftclickdrag) en un quart de tour…

                  Si tu pouvais nous expliquer ce que ça fait précisément ça serait sympa, le seul truc que je connaissais c'est le déplacement simple en maintenant alt+clic gauche.


                  Sinon je retiens qu'avant on devait appuxer sur une touche; maintenant pour avoir à peu près la même chose on doit ouvrir une nouvelle fenêtre, appuyer sur une touche pour cacher le panneau d'une fenêtre ce qui est moins qu'avant, et cliquou-cliquer pour disposer les fenêtres correctement (au minimum en les faisant prendre chacune la moitié de l'écran, au pire les positionner à la main, coucou le 21e siècle).

                  Pour quelqu'un qui utilise souvent la fonctionnalité, c'est rédhibitoire.

                  Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

            • [^] # Re: Nautilus et la stabilité

              Posté par . Évalué à 4.

              j'ai du mal à déterminer si c'est un commentaire satyrique ou pas

              Satyrique certainement pas, je ne suis pas gnomophile.

  • # Geste tactile

    Posté par . Évalué à 2.

    Changement de bureau avec un déplacement vertical de quatre doigts sur pavé tactile uniquement disponible sous Wayland.

    Wayland seul ou xwayland ?

    • [^] # Re: Geste tactile

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      xwayland : X Clients under Wayland (XWayland)
      c'est pour le client, et non le display server/compositeur/window manager.

      Hors c'est le window manager qui gere le changement de bureau, xwayland n'est pas impliqué la dedans.

  • # Santé du projet, une idée ?

    Posté par . Évalué à 7.

    Merci aux rédacteurs pour cette dépêche sur ce DE atypique.
    Je serais curieux de connaître la proportion des différents contributeurs, indépendants ou sponsorisés, pour cette release.

    • [^] # Re: Santé du projet, une idée ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      C'est une très bonne question.

      J'ai trouvé une étude datée de 2010 parlant de ce sujet, néanmoins, il ne semble pas avoir de données récentes.

      Faudrait regarder le dépôt, et faire des statistiques tiens !

      • [^] # Re: Santé du projet, une idée ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        s/le dépôt/les dépôts/

        En gros, Red Hat fait la majeure partie du travail. En nombre de commits, lignes de code, et surtout mainteneurs. Dans GNOME les mainteneurs ont tout le « pouvoir » sur leurs modules, il n'y a pas de comité au-dessus en ce qui concerne les décisions techniques. (La GNOME Foundation s'occupe des trucs légaux, les finances, les conférences, etc, mais pas les décisions techniques).

        Donc, comme Red Hat a beaucoup de mainteneurs dans GNOME, Red Hat a beaucoup de pouvoirs de décision sur la direction de GNOME. Ce qui n'arrange pas toujours d'autres entreprises, comme Canonical qui a préféré développer Unity.

        Mais ce serait intéressant d'avoir des statistiques sur l'ensemble de GNOME, pas seulement GLib/GTK+.

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

    • [^] # Re: Santé du projet, une idée ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Je n'ai pas de chiffres pour tout le projet GNOME dans sa globalité (avec la quantité de modules qu'il y a…), mais on a récemment eu droit à cette analyse pour GTK+ 3.18, qui est bien intéressante. Il y a aussi eu une suite au billet concernant les versions précédentes de GTK+.

      Donc oui, en général il y a beaucoup de gens de Red Hat qui travaillent sur le coeur architectural de GNOME, mais il reste une forte proportion d'indépendants ainsi que divers autres personnes payées par d'autres entreprises. Maintenant, s'il y avait d'avantage d'entreprises prêtes à payer des gens à travailler à temps plein sur GNOME (pourquoi pas en parler à vos dirigeants d'entreprise et partenaires?), je peux vous assurer que les gens de Red Hat seraient bien contents d'avoir de l'aide.

  • # gedit

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Dans la dépêche :

    un travail colossal de nettoyage et d’amélioration.

    le lien devrait plutôt pointer vers la version 3.17.2 de gedit.

    Pour le refactoring de code dans la correction orthographique, le but était de créer une nouvelle librairie, appelée gspell, ce qui est maintenant fait (la première version devrait sortir bientôt). Voir ce billet de mon blog. Normalement pour la version 3.20 de GNOME, gspell sera présent dans les notes de version (pour l'instant gspell ne fait pas encore partie de GNOME).

    « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

    • [^] # Re: gedit

      Posté par . Évalué à 3.

      Hum, j'ai pas bien compris (je n'ai lu qu'en diagonal ton billet…) comment se place gspell par rapport aux autres bibliothèques existantes ?

      Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

      • [^] # Re: gedit

        Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 06/10/15 à 11:53.

        Pour la correction orthographique, il y déjà Enchant qui s'occupe de la partie backend. Enchant fait une abstraction des différents moteurs de dictionnaires (hunspell, aspell, etc), et a une API pour savoir si un mot est bien orthographié, avoir une liste de suggestions, avoir la liste des langues supportées, et quelques autres trucs. Enchant ne dépend que de GLib, il n'y a pas d'interface graphique.

        Ce que faisait le plugin de gedit, et donc maintenant gspell, est d'ajouter le support pour GtkTextView, qui est le widget pour afficher plusieurs lignes de texte (la base d'un éditeur de texte, ou pour une zone de texte dans un formulaire). Donc gspell dépend de GTK+. Le travail que j'ai fait était de rendre le code de gedit réutilisable, le moderniser (utiliser les nouvelles API de GLib et GTK+), faire quelques améliorations, etc.

        Pour l'instant (à ma connaissance), gspell n'est utilisé que par LaTeXila. Mais il est bien entendu prévu d'utiliser gspell dans le plugin de gedit. Ce qui est prévu dans un futur plus lointain est le support pour GtkEntry, qui est un autre widget de GTK+ pour l'édition d'une seule ligne de texte (pour écrire son message dans un client IRC par exemple, ou une zone de texte plus courte dans un formulaire).

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

        • [^] # Re: gedit

          Posté par . Évalué à 1.

          gedit n'utilise-t-il pas GtkSourceView ?

          • [^] # Re: gedit

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Si, GtkSourceView est une sous-classe de GtkTextView. Mais la correction orthographique n'est pas implémentée par GtkSourceView (c'est mieux d'avoir une bibliothèque séparée, comme ça GtkSourceView ne dépend pas d'Enchant).

            « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

    • [^] # Re: gedit

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Si j'ai bien compris ton billet, gspell est une interface GTK+ permettant d'utiliser un programme de correction orthographique (hunspell, aspell, etc.) au sein d'un application GTK+ autre que la correction qui surligne un mot en rouge.

      La description de gspell n'est pas super claire à mon avis.

      • [^] # Re: gedit

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        En bref, gspell rajoute le support pour la correction orthographique pour une application GTK+. (c'est la description qu'il y a dans le fichier README).

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

    • [^] # Re: gedit

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Corrigé, merci.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.