Haiku a 6 ans

Posté par (page perso) . Modéré par Pascal Terjan.
Tags :
0
22
août
2007
Haiku
Haiku, réécriture libre du système d'exploitation orienté poste client et multimédia BeOS, est entré dans sa septième année le 18 août.

Doté cette année de huit projets Google Summer of Code, de nombreux bugs critiques ont été corrigés ces dernières semaines, et il permet d'ores et déjà d'utiliser beaucoup d'applications BeOS grâce à la compatibilité binaire. Bientôt l'âge de l'indépendance où il pourra se compiler tout seul...

Malgré l'annulation récente de la seconde édition de l'évènement officiel « WalterCon » par manque de participants, un rassemblement plus petit et informel a été organisé (FalterCon) avec succès, et Haiku est apparu dans plusieurs manifestations ces derniers temps, comme SCaLE 5, Google TechTalks, Numérica #1 ou CNSL 3, et l'ambiance est à la fête. Nommé à l'origine OpenBeOS, le projet se proposait de recréer, sous une licence Libre de type BSD/MIT, un BeOS alors agonisant, pour perpétuer la plateforme et sa philosophie de simplicité guidée par le fameux « KISS » (Keep It Smart Simple), dans un premier temps grâce à la compatibilité binaire avec les applications de BeOS R5, étendre le support matériel, puis la faire évoluer grâce au projet Glass Elevator préparant l'après-R1.

Les progrès ont été nombreux en six ans : le système est maintenant suffisamment stable pour être utilisable et de nombreuses applications BeOS fonctionnent désormais correctement, y compris Firefox, et ce sur de nombreuses machines. La compatibilité binaire avec BeOS est assurée par l'utilisation de GCC 2.95, rendue nécessaire par l'emploi du C++ pour les API, mais le système est compilable également avec gcc4, qui sera utilisé après R1, et ce depuis BeOS, FreeBSD ou Linux. De nombreux sous-systèmes, comme les piles réseau ou USB sont maintenant fonctionnels. Outre (Open)BFS, de nombreux systèmes de fichiers sont également accessibles (VFAT, ISO9660, UDF (lecture), ReiserFS (lecture), NFSv2, NTFS, CDDA...), et il est même possible de booter par le réseau (via PXE).

Haiku utilise également d'autres projets libres pour augmenter le support des matériels et formats de fichier, à chaque fois en l'intégrant parallèlement aux pilotes natifs, sans concéder à la cohérence du système :
  • SANE, déjà utilisé sous BeOS, pour les scanners, avec une interface graphique native, Sanity.
  • Un port de CUPS, utilisé par Zeta (BeOS R6), devrait décupler le nombre d'imprimantes utilisables.
  • FFMpeg apporte de nombreux codecs au Media Kit.
  • MESA pour le rendu OpenGL, l'accélération matérielle étant en développement.
  • Une couche de compatibilité BSD permet de porter simplement des pilotes réseau.
  • OSSv4, récemment ouvert sous GPL, utilisé depuis les applications natives via le Media Kit.

Quelques bugs restent cependant à corriger pour atteindre le stade d'auto-compilation, puis la R1, mais le but approche. Quelques objectifs à court terme pour la première version alpha :
  • Rendre le gestionnaire de mémoire virtuelle (VM) totalement fonctionnel ; les grosses allocations n'étant pas encore réutilisables.
  • Terminer le pilote SATA.
  • Déboggage des transferts USB isochrones, et le support des contrôleurs OHCI (usb 1.1), l'UHCI et EHCI étant opérationnels.
  • L'accélération matérielle des curseurs de souris ;-)

À plus long terme, le port PowerPC sera certainement remis à l'ordre du jour. À noter également un port de Gnash (lecteur Flash) très avancé, du mouvement du côté de Java, et récemment le lancement d'un portage de WebKit, pour l'intégrer dans un navigateur natif.
  • # Slashdot style...

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Oui mais, est-ce que ça tourne sous Linux ?


    Plus..hem..sérieusement : quels sont les avantages de Haiku qui font qu'on paie deux gars à temps plein pour bosser dessus ? (et qui les paie en fait)
    • [^] # Re: Slashdot style...

      Posté par . Évalué à 10.

      Haiku possède de nombreux avantages:

      - BeOS a été imaginé par UN seul groupe d'ingenieurs et ce pendant plusieurs années avant de commencer à coder, ce qui fait de lui un système très consitant (au contraire des divers UNIX).

      - Il est rapide et légé, il boot en quelques secondes, fait moins de 100Mo et les application développées pour aussi (La suite office Gobe fait moins de 15Mo et se lance d'un coup !).

      - il est orienté "Desktop", tout se fait à la souris en un minimum de click possible. Il utilise beaucoup le drag'n drop.

      - Son concept est simple, reste simple et doit rester simple (c'est ancré dans l'esprit de la communauté). Par example, le menu application n'est en fait qu'une liste de liens symboliques et de répertoires, l'installation de drivers ne reviens qu'à copier un executable dans son répertoire adéquat, l'installation du système complet revient à une vulgaire copie de fichiers (Prends une image disque de BeOS, boot dessus, installes toutes les applications/drivers que tu veux, personnalise le, grave cette image sur un CD et hop tu as ton live CD !).

      - J'apprécie aussi l'arborescence du système qui est très bien rangé. Les drivers que tu auras téléchargés s'installerons dans un répertoire séparé du système, il te suffira de supprimer les fichiers de ce répertoire et tu retrouve les drivers d'origine.

      - Chaques applications communiquent entre elles par système similaire à D-Bus (sauf que c'est intégré depuis le début).

      - Un système de fichier journalisé avec un système de "queries" (Linux aussi ok, mais il est inutilisé pour l'instant). Francois à par example fait un module qui permet de taper des recherche sur google directement depuis le système. Un super Beagle quoi.

      Sinon, je ne crois pas qu'il y ai 2 dev payés à plein temps pour ce projet. Ca c'est déjà fait mais pour quelques mois seulement. Sinon tout est payé par les dons de la communauté + un sytème de bounties qui vient de voir le jours sur http://www.haikuware.com (il y a déjà 4000$ !).


      Pour avoir une idée essaye ce Live CD (qui n'est pas libre et n'est plus développé, mais en attendant Haiku...):
      http://download.freenet.de/archiv_z/zeta_live-cd_7560.html
      • [^] # Re: Slashdot style...

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Merci pour ta réponse complète et précise. C'est vrai que ça fait rêver...
      • [^] # Re: Slashdot style...

        Posté par . Évalué à -10.

        > - BeOS a été imaginé par UN seul groupe d'ingenieurs et ce pendant plusieurs années avant de commencer à coder

        Dieu que c'est naze !

        Moi je préfère l'élaboration en groupe ouvert au-lieu de ferme. C'est-à-dire ce qui est fait pas le W3C, Linux, etc et non ce qui est fait à la méthode MS.

        > ce qui fait de lui un système très consitant (au contraire des divers UNIX).

        ???

        Les drivers Linux sont consistants.
      • [^] # Re: Slashdot style...

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Bon post.

        Par contre, niveau simplicité, quand j'ai testé, l'équipe refusait de livrer des ISO Haiku. Ceci, d'après ce que j'ai compris, pour ne pas distribuer un système encore en développement et ne pas se faire une réputation de système instable. Aussi, les deux solutions possibles étaient la compilation ou les images VMware.

        Tu saurais si la politique a changé ? Y'a des ISO d'install' disponible ?
        • [^] # Re: Slashdot style...

          Posté par . Évalué à 5.

          Non la politique n'a pas changé, Haiku a encore des bugs ennuyeux. Je pense qu'ils ne veulent pas fourninr d'image ISO de facon officiel pour éviter d'être noyé sous les retours de bugs. Par contre, un p'tit malin a commencé à fournir un début de distribution:
          http://www.haikuware.com/index.php?option=com_remository&(...)

          La liste des logiciels fournis est déjà impressionante, mais beaucoup de ces applications sont en partie buggés.


          Pour IsNotGood: Tu cites le W3C, c'est très bien, c'est un excelent example car c'est justement UN seul groupe qui décide et se met d'accord pour mettre en place UN standart. C'est pas comme si Nescape arrive et dit "Oh ben tiens ca serait sympas une balise marquee", ou Microsoft qui se dit, "Ahhh ben là j'aurais besoin d'une balise EMBED, aller hop j'ajoute ca".

          Le noyau linux est en effet consitant, seulement tu fais quoi avec le noyau tout seul, hum ?
        • [^] # Re: Slashdot style...

          Posté par . Évalué à 4.

          Tu saurais si la politique a changé ? Y'a des ISO d'install' disponible ?

          Plutôt pas, mais tu peux récupérer une image (construite automatiquement à partir de SVN) et la booter sous QEmu. Quand on n'a pas essayé depuis longtemps, on est généralement pas mal surpris.
        • [^] # Re: Slashdot style...

          Posté par . Évalué à 2.

          Il y en a une sur http://www.deved2.com/ mais elle a pas l'air de marcher sur QEMU .
  • # KISS

    Posté par . Évalué à 7.

    Keep It Simple Stupid

    Smart ne fait pas partie de l'acronyme KISS parce que, en pratique, smart va à l'encontre de simple. On peut éventuellement utiliser short.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/KISS-principe
    • [^] # Re: KISS

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Oui mais tout comme il y a le french kiss, il y a le haiku kiss :P
    • [^] # Re: KISS

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je ne discuterais pas de l'étymologie de KISS, mais pour moi smart et simple de s'opposent pas. On peut être "smart" ET "simple", c'est ce qu'on appelle un code "élégant"
      • [^] # Re: KISS

        Posté par . Évalué à 3.

        Du hack selon sa définition originale, en somme. :)
      • [^] # Re: KISS

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Mais en fait si, je vais discuter de l'étymologie de KISS, parce que je pense que le parent fait un contre-sens:

        Ce n'est pas "keep it simple stupid", c'est "keep it simple, stupid!"

        C'est donc bien quelqu'un qui se considère comme plus "smart" que son interlocuteur, qui lui reproche de faire trop compliqué.
        C'est donc bien que garder les choses simples est une marque d'intelligence.

        cqfd.

        (c'était la digression inutile du jour)
        • [^] # Re: KISS

          Posté par . Évalué à 5.

          Le 'unix haters book' que j'ai lu récemment faisait remarquer qu'il y a une différence entre la simplicité d'implémentation et la simplicité d'utilisation et de leur point de vue Unix se focalisait trop sur le premier point au détriment du second.

          Exemple: VMS qui proposait par défaut un système de fichier versionné global ce qui évitait les dizaines de variantes particulières a chaque application pour conserver les versions originales.
  • # 6 ans

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    6 ans pour rattraper le dernier BeOS avec quelques bonus, et combien d'années pour revenir dans la course face aux challengers actuels ?
    J'aimait beaucoup Beos vis a vis des autres os de l'époque, mais maintenant si j'y reviens via haiku, ce serait plus par nostalgie :/
    Cela dit si la communauté se devellope (et je suis partant pour mettre la main a la patte si il le faut), ce serait vraiment plaisant !
    • [^] # Re: 6 ans

      Posté par . Évalué à 4.

      J'aimait beaucoup Beos vis a vis des autres os de l'époque, mais maintenant si j'y reviens via haiku, ce serait plus par nostalgie :/
      Et NextStep ? il ne bousculait peut-être pas trop les habitudes avec sa partie unix-like mais ses APIs de construction d'applications n'avaient rien à voir avec les horreurs de la concurrence, ayant même l'audace d'employer un vrai langage objet.
      • [^] # Re: 6 ans

        Posté par . Évalué à 2.

        certes mais BeOS a vraiment démarré en 1996, date à laquelle NeXTSTEP s'est arrêté.
        Je n'ai jamais connu ces systèmes (seulement entendu parler de BeOS lors d'une visite de l'Epita avec un ami), mais ils semblaient tous les 2 extrêmement prometteurs. Dommage que le rouleau compresseur microsoft soit passé par là pour étouffer une partie des OS alternatifs de l'époque.

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: 6 ans

        Posté par . Évalué à 1.

        Je ne connais l'existance de ce systeme que depuis très peut de temps. Mais je voudrait connaitre son réel impact a l'époque de Be dans le monde informatique, CAD si il etait utilisé exclusivement sur des stations de travail (ou?) sur des serveurs ? etc ...
        J'ai déja lue 1 ou 2 historique de Be et BeOs mais son impacte m'avais l'air vraiment faible, et durant sa courte existance je ne connaissait pas encore le large éventail des OS ;-)
        • [^] # Re: 6 ans

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          impact ? proche de zero, à cause de la vente liée. En tout cas c'était mon OS par défaut à la fin du siècle dernier, juste devant linux puis w98, et j'en garde un très bon souvenir, en dehors du réseau qui était affreusement lent. Ca me permettait d'aller sur internet moins de 15 secondes après le démarrage du PC. Je crois que le marché ciblé était le multimédia, et je l'ai vu une fois en démo au salon de la musique sur un PC.
          • [^] # Re: 6 ans

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Oui, la cible était le multimédia. A l'origine, c'est un OS fait pour des machines dédiées au multimédia (appelé BeBox) basé sur PowerPC. Devant la difficulté à percer, il a été adapté sur PC.

            A l'heure actuelle et à ma connaissance, la seule utilisation encore existante de BeOS est les stations de montage de MacroSystem (http://www.macrosystem.fr/products.html) appelé Casablanca. Elles embarquent BeIA ("BeOS version pro"), des outils GNU et un logiciel de montage simplicissime.

            Effectivement, BeOS est super rapide. A l'utilisation, c'est un vrai bonheur. J'ai été fort déçu de sa mort et j'espère pas mal de Haiku.
            • [^] # Re: 6 ans

              Posté par . Évalué à 4.

              le IA de BeIA était pour Internet Appliance : ce fut le dernier chant du cygne, une tentative d'aller dans un nouveau marché : le PC au format Minitel à caser dans la cuisine

              (tous les constructeurs ont dû sortir un tel Internet Appliance et euh même si c'était zoli ça a pas marché on va dire)
          • [^] # Re: 6 ans

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            moins de 15 secondes après le démarrage du PC


            Et encore t'as pas eu de BeBox! la mienne, pas spécialement "burnée" pourtant, me mettait sur le web en 4-5 secondes (boot en 2,5 secondes).
            Je l'avais achetée à un développeur qui avait lancé un projet de manipulation du flux vidéo pour Canal+. Les multiples ports dédiés et surtout un port très puissant, particulier à la BeBox, appelé le GeekPort (détails et photos sur http://www.bebox.nu/tech.php?s=tech/ioboard ), en faisaient la machine parfaite pour le multimédia. Il faut avoir vu les effets appliqués en temps réel sur une vidéo mappée sur la théière OpenGL en mouvement. Et ça sur un bi-PPC 603 (à peu près l'équivalent d'un 486)!
            Il y avait aussi des DJ qui l'utilisait, toujours grâce à ce GeekPort particulier.
            Une machine formidable.
            Quand Be a abandonné la BeBox le gars a tout laissé tombé puis me l'a revendu.
            Ensuite elle est passée au mains de Miod Vallat (avec beaucoup de retard, j'en suis encore gêné Miod) qui a porté NetBSD dessus.

            Je crois que ce qui a tué Be, c'est l'abandon de la BeBox qui l'a privé d'un marché très pro (quoique restreint), la diffusion du libre (pour ne pas dire Linux), qui l'a privé de développeurs, de geek et d'Amigaistes.

            Bref, ils tombaient au mauvais moment.

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

            • [^] # Re: 6 ans

              Posté par . Évalué à 4.

              Rendons à César... c'est Kazuki Sakamoto qui a porté NetBSD sur bebox, mais il a jeté l'éponge et disparu de la circulation depuis.
            • [^] # Re: 6 ans

              Posté par . Évalué à 6.

              Petite précision, pour le "bi-PPC 603 (à peu près l'équivalent d'un 486)", c'est pas tout a fait vrai.

              Le PPC 603 était l'entrée de gamme de la seconde génération de PowerPC (le premier était la 601, y a pas eu de 602).
              Il s'approchait plus du Pentium MMX / Pentium Pro en terme de performances que du 486.
              • [^] # Re: 6 ans

                Posté par . Évalué à 2.

                Intrinséquement, oui.

                Cependant, la carte mère des BeBox PPC n'a pas de cache L2, contrairement aux Pentium (et même 486) de l'époque, ce qui se ressent en termes de performances : une BeBox dual-66 n'arrive pas à décoder un mp3 à 44Khz en temps réel (du moins avec des décodeurs en C n'utilisant pas de code assembleur optimisé pour PowerPC).
                • [^] # Re: 6 ans

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  C'est surtout qu'il y en avait mais qu'il devait être désactivé à cause d'un bug de synchro entre les 2 cpus.
                  • [^] # Re: 6 ans

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Non, le contrôleur mémoire utilisé sur la carte mère était capable de gérer soit un PPC603 et jusqu'à 1MB de cache L2, soit deux PPC603 mais pas de cache L2.
              • [^] # Re: 6 ans

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Euh oui pardon. J'ai confondu avec le PPC 601.
                Cela dit je confirme les propos de miod ci-après (sur le cache et les perfs).

                "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: 6 ans

            Posté par . Évalué à 5.

            C'est à peu près pareil pour moi

            Excellent souvenir de cet OS qui a été mon principal jusqu'a ce que le PC sur lequel il tournait cesse de fonctionner.

            Boot ultra rapide, système très réactif, le réseau ne me posait pas de soucis (56k à l'époque)... Même l'installation était nettement plus rapide que les deux autres OS que j'utilisais à l'époque (RedHat, puis Slackware et Win98)

            Dessus, j'ai fait un peu de musique, un peu de 3D (Blender) je n'ai pas eu le temps de me mettre à la programmation, mais ça me tentait... et j'utilisais Gobe Productive pour la bureautique.

            A l'époque, et pour mon utilisation, il laissait les autres systèmes loin derrière.
        • [^] # Re: 6 ans

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Je ne sais pas trop l'impacte, mais j'avais vue a l'époque sur une chaine généraliste compris entre 1 et 4 un "reportage" sur Be/BeOS dans un 20h ou un 13h.
    • [^] # Re: 6 ans

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Il s'agit plutôt de mettre la main à la "pâte", non ?

      mais oui, excellent OS en son temps :

      - l'installation de BeOS R5 était aussi rapide (sur mon K6 233) que
      le démarrage de l'installateur win95, et aucune question à répondre : paf ! le système est opérationnel.

      - la complexité du système était vraiment masquée à l'utilisateur.
      Par exemple, il n'y avait pas de consoles en mode texte, le menu était dépouillé, les volumes (clés USB...) s'affichaient sur le bureau (ce que XP ne fait toujours pas)

      On pouvait lancer la copie de 5 gros fichiers simultanément et
      les barres de progression étaient irréprochables (encore mieux que kde ou XP à l'heure actuelle).

      Enfin, bon, j'attends avec impatience Haïku pour en espérant retrouver une perle des OS alternatifs.
      • [^] # Re: 6 ans

        Posté par . Évalué à 6.

        Rah la la, je sens beaucoup de nostalgie dans les commentaires et aussi un peu d'amertume. Mais c'est vrai que cette machine a marqué beaucoup les esprits même si elle était très peu répandue.

        Je me rappelle de certains articles de SVM qui parlaient de la BeBOX et de JLG au mileiu des années 90, y'avait aussi un peu du buzz à l'époque qui indiquait que le système intéressait Apple quand ils étaient au plus bas.

        C'est vraiemnt dommage, cette machine c'est un peu comme l'Amiga, une machine de rêve mais qui a été beaucoup moins diffusée et qui n'a pas connu d'heure de glire.

        C'est con mais même aujourd'hui dans la galaxie des OS libres ou pas les utilisateurs se plaignent toujours des mêmes maux : les PC paraissent toujours trop lents et pas assez réactifs que ce soit au démarrage ou au niveau applicatif malgré la multiplication de la puissance, et l'augmentation de mémoire. C'en est désolant.

        Au fond BeOS est ce qu'il est car il a appliqué un principe bien connu des outils Unix, ne faire qu'une chose et la faire bien. Il a été pensée pour être très réactif et le multimédia, et c'est clair que si l'on ne perd pas de vu son concept originel on arrive à ses fins.
        • [^] # Re: 6 ans

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          C'est vrai que coté perfs, BeOS demenagait sévère coté multimédia.
          Je me rappelerais toujours du liveCD de la R4 dans la quelle il y avait une petite appli tres sympa : un livre en opengl dont on pouvait tourner les pages a la souris en les tordant de facon assez réaliste. Ca restait tres mignon jusqu'au moment ou par hasard on faisait un dragndrop d'une video sur une des pages et ou ... la video se retrouvait incrustée sur la page ! on pouvait en mettre jusque 4 et les visionner en parallele sur les pages du bouquin qu'on tordait a la souris ...
          Et tout ca c'était sur mon pauvre 486 DX2-66 avec les 32Mo de RAM et sa pauvre carte VLB Cirrus a 1Mo de facon relativement fluide ...
          Et dire qu'aujourd'hui on s'extasie sur des fenetres toutes molles sur le bureau :,(
          Et la R5 meme si elle me parait un peu pauvre maintenant, je bossait pleinement avec, y compris pour du dev kernel.
          Vivement que haiku soit utilisable !
          • [^] # Re: 6 ans

            Posté par . Évalué à 3.

            Pourtant, dans le site de Mesa ils disent que l'implémentation BeOS d'OpenGL est un simple port de l'implémentation exemple de SGI .
            Ca doit vraiement claquer avec Mesa !
  • # BeOS: Quel dommage...

    Posté par . Évalué à 10.

    à chaque fois que je vois une news parlant de BeOS, je ne peux pas m'empêcher de me demander à quoi ressemblerait l'informatique d'aujourd'hui si le succès commercial avait été au rendez-vous...

    à l'époque, il était tout à fait capable de tenir la comparaison face à Windows (rien à voir avec un Linux de la même période). Et toutes les personnes à qui je l'ai montré étaient ébahis. Plus que les restrictions techniques (logithèques, matériels reconnus ou non), c'est bien la vente liée qui a tué cet OS.

    Aujourd'hui, j'espère toujours un peu (mais de moins en moins) qu'OSX sortira pour des PC génériques, car le succès grand public de Linux (et autres *Bsd) passe par le succès d'un autre OS propriétaire:

    - La vente liée de Windows empêchera toujours une alternance (libre ou pas) de grande envergure
    - seule une alternative propriétaire du genre BeOS (à l'époque) ou OSX (de nos jours) pourrait remettre en cause les pratiques commerciales actuelles (et leur tolérance par les autorités politiques et/ou judiciaires)
    - une fois le monopole brisé, tous les systèmes (libres ou non) pourraient trouver un marché (si leurs qualités sont réelles)

    CQFD (même si ce n'est que mon avis, et qu'il se discute évidemment)
    • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

      Posté par . Évalué à 4.

      Certes, la vente liée est certainement la cause principale de la chute de Be Inc., mais je me souviens tout de même qu'à l'époque on commençait à trouver des machines en dual-boot (mais je me demande si ces machines n'ont pas été ensuite retirées suite à pression d'une grosse entreprise bien connue qui fait des OS aussi...).

      Mais il me semble aussi que des choix stratégiques maladroits ont été évoqués (je n'apporterai aucune certitude de ce côté, je n'en sais pas plus!).

      Enfin, si BeOS avait été libéré ou au moins rendu gratuit pour le grand public, peut-être qu'on serait nombreux à tourner dessus aujourd'hui.
      Je me rappelle aussi le cruel manque d'applis à l'époque (cercle vicieux: faible pénétration du marché, faible intérêt pour les éditeurs, donc, pas d'applis, donc faible pénétration du marché etc.), ce qui avait amené la fameuse blague "BeOS ça sert à faire tourner des théières", en référence à une démo.

      Pour le projet Haiku, je lui souhaite bonne chance, parce que même si MS perd son monopole, il va entrer en concurrence avec linux sur le desktop, et maintenant que pas mal de grosses boîtes ont investi beaucoup d'argent dessus, je ne pense pas qu'elles aient envie de changer tout de suite...

      Ceci dit, étant donné la puissance et la légèreté du système, une version embarquée ça pourrait avoir un certain succès!
      • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Certes, la vente liée est certainement la cause principale de la chute de Be Inc., mais je me souviens tout de même qu'à l'époque on commençait à trouver des machines en dual-boot (mais je me demande si ces machines n'ont pas été ensuite retirées suite à pression d'une grosse entreprise bien connue qui fait des OS aussi...).

        Il me semble bien que les nouveaux ayants-droit sur BeOS ont négocié l'abandon du procès contre Microsoft en échange d'un dédommagement correct (mais annecdotique pour Microsoft vu ses bénéfices). Il y avait en effet une clause interdisant le dual-boot dans ses contrat avec les fabriquants de PCs, ce qui a fait que ceux qui avaient passé des accords avec Be Inc, ont dû revenir dessus. Ce genre de clause pour une société en position de monopole fait mauvaise figure.

        Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          C'est Be lui même, après avoir vendu sa propriété intellectuelle à Palm, qui a poursuivi le procès. Ils ont négocié une certaine somme, mais bien sur "Microsoft n'a admis aucune mauvaise conduite". C'est bizarre comme aux US les règlements amiables sont pris comme un non-lieu, ici pour tout le monde ça serait un aveu de culpabilité :)
      • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

        Posté par . Évalué à 1.

        A propos de l'embarqué, je pense que la plupart des gens concernés seraient réticents car la majeur partie du noyau du Haiku est codé en C++, et dans le milieu de l'embarqué, ils préfèrent avoir la maîtrise du code (notion du temps d'éxecution).
        Car les langages orientés objets ajoutent des structures à la compilation qu'on ne peux pas directement manipuler (héritage...).
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Absolument pas. La plupart du noyau vient de NewOS et est uniquement en C/asm. Seul quelques morceaux sont en C++ (OpenBFS, quelques morceaux du cache, ptet de la vm).
          Mais de toutes façons BeOS et Haiku ne sont pas des systèmes temps réel dur. Par contre dans des téléphones... (j'accèpterai une donation :P)
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          D'après Linus himself, ce n'est pas trop le problème de l'objet mais du C++

          http://kerneltrap.org/node/2067

          " "In fact, in Linux we did try C++ once already, back in 1992. It sucks. Trust me - writing kernel code in C++ is a BLOODY STUPID IDEA.

          "The fact is, C++ compilers are not trustworthy. They were even worse in
          1992, but some fundamental facts haven't changed: 1) the whole C++ exception handling thing is fundamentally broken. It's _especially_ broken for kernels. 2) any compiler or language that likes to hide things like memory allocations behind your back just isn't a good choice for a kernel. 3) you can write object-oriented code (useful for filesystems etc) in C, _without_ the crap that is C++."

          En gros, la gestion de la mémoire se fait dans le dos du programmeur, tandis qu'en C, on sait exactement ce qui est fait.

          (thx nicO)

          « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

          • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

            Posté par . Évalué à 2.

            Pourtant les ingénieurs de chez Be ont prouvé qu'un noyau avec un partie importante en C++ pouvait fonctionner avec de très bonnes performances.

            Maintenant je ne sais pas ce qu'ils ont utilisé dans le noyau. Mais en tout cas, les exceptions et template n'étaient pas présent dans l'API.
            • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Dès lors que tu ne génère pas d'appels polymorphique dans ton code C++, c'est aussi rapide que du C... mais ça revient à faire du C.
              Les templates en +, peut être, effectivement

              Parce qu'un appel polymorphique, ça implique un appel sur un pointeur de fonction se trouvant dans une table, donc un vidage total du cache, un vidage du pipeline (indirection dynamique, le processeur ne sait pas sur quoi il va tomber), soit 1000 à 5000 cycles à bas mots, soit de 1 à 5 µs à 1 Ghz.

              Donc oui c'est possible mais à condition de faire attention..

              « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

              • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

                Posté par . Évalué à 6.

                Parce qu'un appel polymorphique, ça implique un appel sur un pointeur de fonction se trouvant dans une table, donc un vidage total du cache, un vidage du pipeline (indirection dynamique, le processeur ne sait pas sur quoi il va tomber), soit 1000 à 5000 cycles à bas mots, soit de 1 à 5 µs à 1 Ghz.

                Tu dois augmenter les erreurs de prédiction de branchement, c'est sur mais pas à tous les coups. Et je ne comprends pas pourquoi le cache devrait être vidé ? Un saut indirect ou pas reste une instruction de saut qui peut être prédite comme les autres même si mal. (avec pénalité donc, mais d'une dizaine de cycles maximum)

                "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Je répète, il n'y a absolument pas de C++ dans le noyau de BeOS.
              Il n'y a même pas de support pour ça.
              Dans Haiku il y a quelques parties en C++ (OpenBFS...) et c'est tout. Et bien que je n'aime pas ça du tout moi même par habitude, ça fonctionne plutôt bien.
              • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

                Posté par . Évalué à 2.

                En fait, dans le code noyau j'ai inclus les add-ons, mais effectivement d'un point de vue puriste tu as raison.
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par . Évalué à 6.

          c'est quoi cette blague ?

          tu sais qu'on peut faire du C++ sans utiliser de l'héritage multiple virtuel avec des fonctions abstraites de templates sur des smart pointers machin truc exceptions imaginaires pures ?

          tu sais que si on fournit certaines classes de base comme non dérivables c'est qu'il y a une bonne raison ?

          tu sais qu'il y a déjà moults systèmes embarqués en C++ et que c'est en général suffisement petit pour qu'on puisse maitriser le code produit et en particulier comment ça se retrouve compilé ?
          • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

            Posté par . Évalué à 1.

            Oui mais ils sûrement faits pour du temps réel moue et pas du temps réel dur.

            Ce que je veux dire, c'est qu'à priori on maîtrise les temps de latences d'un code écrit en C ou en asm qu'avec les langages OO qui ajoutent pleins d'autres infos à la compil.
      • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

        Posté par . Évalué à 5.

        Mais il me semble aussi que des choix stratégiques maladroits ont été évoqués (je n'apporterai aucune certitude de ce côté, je n'en sais pas plus!).


        Je pense qu'une des choses qui a contribué à la chute de Be, c'est qu'Apple a pendant un moment considéré de racheter le système pour remplacer son vieux MacOS 7/8/9 (Jean-Louis Gassée étant un ancien d'Apple, c'était bien perçu par la communauté). Finalement c'est NeXt de Jobs qui a été retenu, ça a pris un peu tout le monde au dépourvu... Ce brutal coup de projecteur suivi d'une mise à l'écart n'a pas fait du bien...

        Sinon, pour mettre un petit bémol sur Haiku (dont j'attends par ailleurs beaucoup), il ne faut pas oublier que la communauté BeOS est à l'origine issu du monde Apple, ils sont étrangers au "tout libre" auquel nous sommes habitués ici. C'est à dire qu'il se peut très bien que des applications cruciales soient proprios ou shareware/freeware. Par exemple la dernière fois que j'ai essayé le système, le seul lecteur de mail un peu complet n'était pas libre, même chose pour le principal lecteur de zique (le cultissime SoundPlay)...

        Il y a un site assez sympa en français pour ceux qui veulent suivre l'info concernant BeOS/Haiku:

        [http://www.beosfrance.com/]
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par . Évalué à 9.

          Finalement c'est NeXt de Jobs qui a été retenu, ça a pris un peu tout le monde au dépourvu... Ce brutal coup de projecteur suivi d'une mise à l'écart n'a pas fait du bien...

          Jean-Louis Gassée est responsable de la mort de BeOS.

          en:Jean-Louis_Gass%C3%A9e
          In 1996, Apple Computer decided to abandon Copland, the project to rewrite and modernize the Macintosh operating system. BeOS had many of the features Apple sought, and they offered to buy Be for $120 million, later raising its bid to $200 million, but--despite estimates of Be's total worth at approximately $80 million--Gassée held out for $400 million, which Apple refused to meet. Apple went on to purchase NeXT, the company their former CEO Steve Jobs had earlier left Apple to found. NeXTSTEP was used as the basis for their new operating system, Mac OS X.

          De plus BeOS était beaucoup plus immature que ce que NeXT pouvait offrir et nécessitait beaucoup plus de boulot pour en faire un produit bien fini. La demande de Gassée était déraisonnable et il a de lui même tué son bébé. La folie des grandeurs.
          • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

            Posté par . Évalué à 4.

            Tu as raison, mais je persiste à penser qu'un Os propriétaire (et grand-public) ne devrait pas obligatoirement s'appeler Windows ou être choisi par Mac pour pouvoir exister...
          • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Oui, enfin au final Apple a racheté NeXT pour 400 millions de $ justement ( http://fr.wikipedia.org/wiki/NeXT ) et ce qui était reproché à BeOS c'est de ne pas avoir de gestion de l'impression et au final ils ont réécrit celle de NeXT pour MacOS X. Il y a donc sans doute d'autres raisons au choix de NeXT par rapport à Be
            • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Il y a donc sans doute d'autres raisons au choix de NeXT par rapport à Be


              euh... Steve Jobs ?

              Au final, ils ont eu bien raison de racheter Next et son PDG, Steve Jobs a très bien su raviver Apple, non ?

              "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          SoundPlay était une appli externe (3rd party), tout comme Beam. BeOS avait une lecteur média intégré ainsi qu'un client très correct pour le mail, et Haiku a les 2 égalemtent, sous MIT, ou Be Sample code pour BeMail car Be l'a libéré. Justement par rapport à un M$ qui vérouille, BeOS n'était pas aussi fermé, c'était très simple de remplacer un lecteur média, il suffisait de changer l'appli par défaut pour le type mime, pareil pour les mail (text/mail).
      • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        A propos du manque d'applis :

        On avait quand même Opera, Gobe Productive, des jeux et tout pour le multimédia. Quoi demander de plus à un PC familial ?

        Non, c'est vraiment la vente liée qui l'a tué. Pour aller à la fnac acheter sa boite BeOS R4.5, il fallait lire Login, et encore.
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par . Évalué à 6.

          Non, c'est vraiment la vente liée qui l'a tué. Pour aller à la fnac acheter sa boite BeOS R4.5, il fallait lire Login, et encore.


          Aah! Login! Qui, malgré tout le mal qu'on a pu en dire, m'a fait découvrir que le monde non "centré sur MS", ça ,ne se résumait pas à Apple et Linux (et quelques stations SUN au sous-sol de mon école d'ingé en remplacement de vieilles IBM, le tout à destination du marché pro).

          Oui, malgré tout le mal qu'on a pu en dire (y compris moi il y a quelques années... manque de mâturité??), Login m'a apporté beaucoup!

          Par contre, je n'ai essayé BeOS que beacoup plus (trop) tard, via un live-cd en plus!
          Que voulez-vous! A l'époque où je découvrais un autre monde derrière MS, mon "mentor" sur la "Voie" de l'alternative était fan d'Amiga et je ne voulais pas changer de machine juste pour "essayer des trucs". Et puis j'ai essayé Linux et...

          O.C., si tu te reconnais ici, sache que mon ordi perso est toujours et EXCLUSIVEMENT sous linux!
    • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

      Posté par . Évalué à 6.

      - seule une alternative propriétaire du genre BeOS (à l'époque) ou OSX (de nos jours) pourrait remettre en cause les pratiques commerciales actuelles (et leur tolérance par les autorités politiques et/ou judiciaires)


      L'échec de BeOS tient aussi au sapusaipalibre. A quoi bon prendre un os alternatif, si c'est pour se retrouver avec un Microsoft bis?
      • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        L'échec de BeOS tient aussi au sapusaipalibre. A quoi bon prendre un os alternatif, si c'est pour se retrouver avec un Microsoft bis?

        La liberté de choix?
        Le libre, c'est comme une religion : imposée, beurk, super j'aurai un système libre mais n'aurai pas la liberté de choisir. Merci de ne pas vouloir imposer le libre à la planète, ça fait un peu stalinien. La liberté du code ne dois pas être au dessus de la liberté de choisir.

        Si je peux choisir, grâce à des normes inter-opérables, c'est mieux. Que ce soit libre ou pas. BeOS a le droit de vivre, tout offre alternative est mieux quelque soit sa licence, tant qu'elle n'empêche pas les autres d'exister.
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par . Évalué à 2.

          Entièrement d'accord,

          La première liberté doit être celle du choix

          même si ce choix est de s'enchaîner.

          Quelques exemples de programmes propriétaires ont été indiqués, oui... mais comme tout est fourni pour coder, et qu'il existait aussi des équivalents libres, si c'est le propriétaire qui était choisi, c'est peut-être qu'il répondait plus au attentes des utilisateurs (c'est en tout cas mon cas, que ce soit pour Gobe Productive, SoundPlay ou Opera)
          • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            En effet, d'autant qu'il y avait d'autres applis +/- ouvertes (SumIt, Abiword, VLC...) mais pas toujours terminées. A noter qu'Abiword était toujours maintenu il y a peu par yellowTAB...

            Sans entrer dans le débat de la liberté d'être libre ou non (on en revient au GPL vs BSD finalement), il reste une très bonne raison au non-libre: la technodiversité.
            Parfois le fait qu'une entreprise conserve la main sur un produit permet de s'assurer qu'il reste cohérent. D'un autre côté, le libre apporte plus de possibilité d'exploration de solutions alternatives. Le fait qu'Haiku se fixe comme but pour R1 de cloner BeOS R5 n'est pas anodin, c'est parce que R5 a des spécifications connues, qu'il reste cohérent, c'est donc un but bien défini, afin d'éviter que les développeurs ne divergent trop avant d'avoir quelque chose qui fonctionne. Bien sur ce modèle ne fonctionne pas toujours (AROS traine pas mal par ex), mais il permet à Haiku d'avoir une base consistente hérité du propriétaire qui lui permettra j'espère d'explorer en Liberté plus facilement.
            • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

              Posté par . Évalué à 6.

              Tu confonds propriétaire et libre avec bazaar et cathédrale. Le libre peut très bien être développé sous une forme de cathédrale sans s'être basé sur des spécifications propriétaires. OpenBSD par exemple.
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par . Évalué à 10.

          Le libre, c'est comme une religion : imposée, beurk, super j'aurai un système libre mais n'aurai pas la liberté de choisir. Merci de ne pas vouloir imposer le libre à la planète, ça fait un peu stalinien.


          Tu as tout à fait raison: si BeOS a été un échec, c'est certainement parce que ses développeurs ont été brulés pendant la révolution culturelle et que l'armée rouge faisait des raids aériens pour bombarder les villes réactionnaires avec des Live CD Linux. Moi même j'ai failli être déporté pour avoir regardé une publicité pour OS/2.
          • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            euh d'un point de vue technique OS/2 en remplacement de windows 3.1 voire de win95 c'était très bien et OS/2 Warp était vraiment classe.

            comment ça j'ai marché dedans ? :) bah avec la pluie ça va partir...
        • [^] # Re: BeOS: Quel dommage...

          Posté par . Évalué à 5.

          Merci de ne pas vouloir imposer le libre à la planète,

          Ca marche aussi avec l'économie et la politique ?
  • # Syllable

    Posté par . Évalué à 6.

    Je ne peux pas résister à faire la publicité d'un autre OS qu'il me semble intéressant de surveiller
    http://www.syllable.org/
    • [^] # Re: Syllable

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Oui, et tout en utilisant Linux il reste très inspiré par BeOS, justement ;)
      • [^] # Re: Syllable

        Posté par . Évalué à 2.

        Je ne connais syllable en profondeur mais je ne pense pas que Syllable utilise du code de Linux.

        C'est une réécriture from scratch, ou du moins un fork d'atheOS.
        Par contre il doit être possible de recompiler certaines appli déstinées à l'origine à Linux
        • [^] # Re: Syllable

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          IIRC, ils ont forké AtheOS mais viré le noyau et utilisé Linux à la place. Mais je peux me tromper.
          • [^] # Re: Syllable

            Posté par . Évalué à 3.

            Je crois que tu confonds, avec BlueEyedOS

            http://fr.wikipedia.org/wiki/BlueEyedOS

            Syllable a son propre kernel
          • [^] # Re: Syllable

            Posté par . Évalué à 4.

            IIRC, ils ont forké AtheOS

            oui

            mais viré le noyau et utilisé Linux à la place.

            mais non.

            par contre, ils ont pondu y'a pas longtemps un "Syllable Server" basé sur le noyau Linux et là forcément ça a créé une certaine confusion...
            • [^] # Re: Syllable

              Posté par . Évalué à 1.

              SI je me souviens bien, quand Kurt Skauen a arrêté de bosser sur son bébé et l'a confié à qqun (je sais plus comment il s'appelait), ce nouveau mainteneur a souhaité utiliser le noyau linux et focaliser Atheos proprement dit sur les couches supérieures.

              Cette orientation n'a pas tellement plu à Skauen ni à la communauté. Le retour à une base 100% Atheos a donc été effectué par la suite, entretenant la confusion...

              A l'époque (et ça doit être pareil aujourd'hui), le kernel Atheos était globalement en C pour les parties basses, et en C++ pour la couche graphique & les APIs. C'était assez propre et lisible. Je trouve dommage qu'il n'ait pas eu plus de succès. Il est surtout impressionnant qu'un homme seul (Kurt Skauen) ait réussi à atteindre ce niveau de fonctionnalités (il avait même réussi en peu de temps à adapter KHTML à ses APIs GUI Atheos pour son ABrowse...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.