L'April s'insurge face aux mouchards filtrants de l'HADOPI

Posté par . Modéré par Mouns.
Tags : aucun
34
6
mar.
2009
Internet
Alors que l'examen du projet de loi « Création et Internet » est reporté au 10 mars, le rapport remis par Jean Berbinau au nom du Conseil Général des Technologies de l'Information, et les propos d'Olivier Henrard, conseiller juridique du ministère de la Culture, ne laissent plus de place au doute : les « moyens de sécurisation » du projet de loi HADOPI sont en réalité des mouchards filtrants.

Le rapport Berbinau énonce en effet qu'il convient, de « mener à bref délai une expérimentation portant sur le filtrage sur le poste client synchronisé avec un serveur central ». Quant à Olivier Henrard, il a affirmé lors du chat 01net face à Jérémie Zimmermann de la Quadrature du Net que ces dispositifs auraient pour but de faire obstacle à certains protocoles, et que l'HADOPI serait informée de leur désactivation par l'intermédiaire de leurs éditeurs.

La loi va donc imposer aux internautes français, pour garantir leur sécurité juridique, des dispositifs réduisant arbitrairement leur droit à l'information, à la communication et à la vie privée.

Ainsi, nous voilà de nouveau dans une configuration DADVSIesque : des dispositifs de contrôle d'usage, par essence incompatibles avec le logiciel libre, seront consacrés par la loi ; les auteurs et utilisateurs de logiciels libres sont eux, une fois de plus, voués à être victimes d'une insécurité juridique discriminatoire.

Votre député est-il au courant ? Sait-il à quel point cela vous pose problème ? C'est le moment de le contacter ! L'outil Mémoire Politique sur le wiki de la Quadrature du Net vous indiquera toutes ses coordonnées.
  • # Machine virtuelle ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Ça a déjà été mentionné par plusieurs personnes, mais cela ne se contournerait-il pas très facilement à l'aide d'une machine virtuelle ? Et que dire lorsqu'il y a plusieurs machines dans une maison ? Il faut qu'elles aient toute ce mouchard ? Ne suffit-il pas de le mettre sur une seule machine pour contourner ça, à charge après à la commission de prouver qu'il y avait plusieurs ordinateurs sur la ligne. Je sens un marché très lucratif de petits serveurs style linutop qui seront chargés de contenir le mouchard afin que la ligne soit sécurisée au sens HADOPI tout en laissant les utilisateurs libres de faire ce qu'ils veulent. Et je parie que ceux qui font de la contrefaçon à grande échelle sauront sans aucun problème utiliser les trous et c'est madame michu qui télécharge trois morceaux de bal-musette par an qui va se faire avoir. Bref tout cela me semble avoir été pondu par des incompétents.
    • [^] # Re: Machine virtuelle ?

      Posté par . Évalué à 10.

      Ceux qui font de la contrefaçon à grande échelle se fichent complète de la censure politique d'Internet chez les particuliers...
    • [^] # Re: Machine virtuelle ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pour l'incompétance c'est une habitude depuis longtemps .
      • [^] # Re: Machine virtuelle ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -2.

        Si ce texte aurait ete posté sur linuxfr, on aurait eu droit au "Trop gros, passera pas....".
      • [^] # Re: Machine virtuelle ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Et si c'était madame michu qu'ils voulaient coincer ?
        • [^] # Re: Machine virtuelle ?

          Posté par . Évalué à 8.

          Je crois que c'est à peu près ça. Même le gouvernement malgré son manque de connaissances techniques doit bien réaliser qu'il ne sera jamais possible d'empêcher tout partage non autorisé. Le but est 1) de faire des exemples quitte à taper fort sur un pauvre bougre au hasard 2) de faire peur à l'internaute moyen. Ceux qui ont un minimum de connaissances contourneront sans problèmes les règlementations à la con, tout le monde en est conscient.

          Il est vrai que télécharger un peu n'importe quoi est devenu à la portée de tous le monde. Au début, internet était "sous le niveau radar". A cette époque, de simples sites web proposaient directement des fichiers mp3 en téléchargement. Quand internet a commencé à se populariser, c'est devenu trop visible et il y a eu un grand ménage. Puis est venu le P2P, réservé au début à "ceux qui savaient". Rapidement l'information s'est répandue et maintenant même madame Michu télécharge sur Kaz** et autres. Encore une fois c'est trop visible, trop accessible au néophyte. Alors je ne sais pas ce qui viendra ensuite mais de toutes façon c'est un jeu du chat et de la souris qui n'en finira jamais. Tant qu'un truc est "underground", c'est toléré. Quand même les archaiques maisons de disques se rendent compte que ça existe, c'est que c'est vraiment devenu à la portée de n'importe qui et là il a du soucis à se faire.
          • [^] # Re: Machine virtuelle ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Quand même les archaiques maisons de disques se rendent compte que ça existe, c'est que c'est vraiment devenu à la portée de n'importe qui

            C'est tout à fait ça : pour que les huluberlus des maisons de disques se soient connectés à Internet aient utilisé les systèmes de P2P (et donc constaté le "vol" de "leurs oeuvres") c'est vraiment à la portée de n'importe qui.
    • [^] # Re: Machine virtuelle ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Bah, il y a surtout le définition d'un ordinateur qui pose problème. Comme ça, on va devoir mettre des mouchards sur nos modems routeurs et nos téléphones…
      • [^] # Re: Machine virtuelle ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Le moyen de sécurisation du futur, un logiciel spécial sur la box qui ne laisse acceder au réseau que les machines qui font tourner le mouchard...
        • [^] # Re: Machine virtuelle ?

          Posté par . Évalué à 3.

          plutôt du passé, vu que ce système de sécurisation a déjà été fabriqué, et on a déjà essayé de nous le foutre dans nos machines (tcpa & consors).
    • [^] # Re: Machine virtuelle ?

      Posté par . Évalué à 10.

      Plutôt que de réfléchir aux moyens de contourner ce spyware, demandons-nous plutôt comment obtenir des dommages et intérêts en cas de condamnation injuste.

      Si pour chaque IP incriminée, les HADOPI flics et les FAI collabos se mangent un contre-procès, ça ne tiendra pas longtemps...
      • [^] # Re: Machine virtuelle ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Bof.
        Regarde la lutte contre la vente liée: tous les gens qui achètent un PC et se font imposer des logiciels payants en totale illégalité. Combien se bougent le cul pour porter plainte, même sachant qu'ils ont toutes les chances de gagner?

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Machine virtuelle ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Ce n'est pas la même chose, dans le cas de la vente liée, le prix à payer est non seulement invisible, mais n'entraîne pas non plus de sanction morale. Dans le cas d'une condamnation, il en est tout autrement, le simple fait d'être accusé à tort, même sans sanction à payer devrait suffisamment les personnes pour qu'elles répondent et chercher à préserver leur innocence.

          Ne rien faire contre la vente liée ne nous rend pas coupable aux yeux de la loi. Ne rien faire face une condamnation, ça n'est pas comparable.
  • # Et les entreprises ?

    Posté par . Évalué à 2.

    C'est loin d'être la première fois qu'on entend parler d'une loi prévoyant d'imposer des mouchards à toute personne connectée au net mais... et les entreprises ?

    Parce que le p2p j'en ai vu tourner en entreprise, on va faire quoi ? Couper l'accès au net de sociétés du CAC40 au bout de 3 fois ? Leur imposer d'installer des mouchards sur leurs postes ?
    • [^] # Re: Et les entreprises ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Réponse 2, d'après les débats au Sénat en tout cas (installation de "moyens de sécurisation").
      • [^] # Re: Et les entreprises ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Sauf dans certaines entreprises où il y a Linux / MacOS / Windows / BSD / Solaris / Hurd / tout autre OS.

        Comme indiqué dans la vidéo, les possesseurs de DS et de Wii n'ont aucun "moyen de sécurisation" à leur disposition. Les téléphones portables, PDA, blackberry, non plus (du moins pas pour le moment).

        Cependant, une chose est floue : là où je travaille, il y a tout OS et toute machine (ça va de win XP à macOS X 10.5 en passant par debian et solaris) et vu le parc informatique, il sera impossible de tout vérifier (surtout que des quantités incroyables de calculs transitent sur le réseau par SSH (certaines données sont confidentielles). Comment sera-t-il possible pour nous d'être "exonéré" de riposte soit-disant graduée. Une chose encore plus incroyable est que je travaille dans la fonction publique. L'état veut-il se tirer une balle dans le pied ?

        En clair, des conditions approximatives pour une loi qui ne sert à rien (encore une fois...)

        P.S. : Zimmermann, mis à part son côté quelque peut insolent, a quand même de très bon arguments, merci à lui de nous défendre comme il le fait
        • [^] # Re: Et les entreprises ?

          Posté par . Évalué à 7.

          Je suis d'accord que pour l'instant c'est complement approximatif et j'ai aucune idée de ce qu'ils vont sortir... Par contre nul part dans la loi on parle de sécuriser les postes clients, uniquement l'acces. Donc pour une entreprise ça peut vouloir dire mettre un place un firewall ultra restrictif == filtrage ou minitel 2.0.

          Apres, par exemple quelqu'un comme Henrard à l'air de parler de quelquechose qui s'installerait sur un poste client, mais ce n'est pas possible de sécuriser un accès juste comme ça.

          A mon avis ils ont inventé ça dans leur coin, sans avoir un seul avis technique... ou alors si il y a des techniciens qui pensent que c'est vraiment possible c'est encore plus grave que ce que je croyais. Ils veulent vraiment mettre en place un filtrage généralisé.
          • [^] # Re: Et les entreprises ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Autre hypothèse: imagine que ce soit à toi qu'un politicien demande l'avis.

            Il te le demande genre:
            - il faut boucler ces vilains pédonazi qui terrorisent les grands-mères, donnes moi la solution technique.
            - ben heu... ça va pas être possible...
            - écoute bonhomme soit sérieux, donnes moi une solution, un truc qui marche même imparfaitement histoire de coincer la plupart des terroristes.
            - nan mais ça va pas aller du tout, ça ne peut pas marcher du tout...
            - un effort ! Une soution !! Notre patrie est en danger !!!
            - ... (il est raide con ou quoi ?!!) ... ah ouais attends, j'ai une idée qui va bien marcher (héhé)... si tu obliges les gens à mettre un logiciel de surveillance sur leur pécé ? Ca enregistre ce qu'il font.
            - merci, je savais que je pouvais compter sur toi ! La France se souviendra de ta contribution.
            Et zou, l'idée pourrie est dans les tuyaux. Grace à l'insistance stupide de certains politiciens à qui "on" a versé un peu trop de pots de vin.
            • [^] # Re: Et les entreprises ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Moi je vois plutôt un dialogue du genre:

              - il faut boucler ces vilains pédonazi qui terrorisent les grands-mères, donnes moi la solution technique.
              - Ca va être difficile
              - écoute bonhomme soit sérieux, donnes moi une solution, un truc qui marche même imparfaitement histoire de coincer la plupart des terroristes.
              - Voilà une proposition commerciale d'une équipe de consultant ultra-qualifié pour préparer le cahier des charges. Notre filiale pouvant bien entendu faire la réalisation.
              - merci, je savais que je pouvais compter sur toi ! La France se souviendra de ta contribution. Je cours demander le budget. Il suffira de créer une nouvelle taxe sur la vaseline. J'ai l'impression que le marché va exploser.
              • [^] # Re: Et les entreprises ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Je confirme que ta version est bien plus réaliste.
                Avec si possible l'entreprise en charge de la réalisation pilotée par un proche de notre vénéré empereur (comme pour la maintenance des radars automatiques par exemple).

                vaseline [...] le marché va exploser
                Il n'y a pas que le marché qui explose...
  • # à chaque force, son contraire

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Lorsque l'on commence à aller trop loin, on se retrouve, en face, avec des gens qui veulent aller trop loin. Je ne serais pas étonné que le cas des quelques lettres de menaces dont on parle en ce moment ne soit que l'arbre qui cache la forêt, d'un mouvement de plus en plus important de personnes ne se sentant, individuellement, plus en sécurité et qui décident de basculer dans la violence physique contre les personnes qu'elles prennent pour responsables de ce qui est en train de se passer. Tout le monde sait qu'il ne faut pas frapper les enfants car cette violence entraine des dégâts qui peuvent avoir des conséquence sur le développement et leurs comportements une fois adultes.

    Ces crétins qui nous gouvernent pensent sérieusement qu'ils peuvent infliger au "peuple" une violence verbale, psychologique, parfois physique sans avoir aucun retour de bâton ? Ce n'est qu'un début, nous n'en sommes qu'aux menaces, juste l'apéritif (ce qui ouvre l'appétit). Je suis persuadé qu'en ces temps de crises qui apportent aussi un certain lot de souffrance à pas mal de monde, il est très dangereux de se montrer comme un ennemi du "peuple". Et pour moi, le risque ce n'est pas seulement la non réélection, non, je pense vraiment dangereux.

    Ce qui maintient une société en tant que groupe se dirigeant plus ou moins dans la même direction avec un même corpus de croyance (pas question de religion, mais de manière de considérer l'autre, de deviner ce qui est bien et bon etc.), est un statut quo assez délicat. A partir du moment ou on brise ce statut quo, délibérément, et avec suffisamment de force et de cynisme, je crois que l'on doit s'attendre à certaines conséquences ... fâcheuse et inévitables.

    Je ne pleurerais pas les politiques qui tomberons sur leur chemin de croix : fort avec les faibles et faibles avec les forts. Pas plus qu'ils ne pleurent les pauvres sacrifiés à leur monde idéal.

    Hasta siempre.
    • [^] # Re: à chaque force, son contraire

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Entends-tu les hommes en bleu taper à ta porte ? Parce qu'avec de tels propos, t'es grillé, MAM t'a catalogué comme potentiel terroriste anarcho-gauchiste-autonome...
    • [^] # Re: à chaque force, son contraire

      Posté par . Évalué à 9.

      Je rêve ou t'es à +10 en faisant limite un appel à l'usage de la violence ?
      • [^] # Re: à chaque force, son contraire

        Posté par . Évalué à 10.

        peut être simplement le signe qu'il y a un problème avec la classe politique française, et qu'un certain nombre de français trouvent que c'est bien de se faire tondre la laine sur le dos, mais que bon vu l'incompétence chronique, la mauvaise foi, voir le non respect flagrant, et de la démocratie, et du peuple, par les hommes politiques* et les institutions en place** y'en a "un peu marre".
        * Je rappelerais que notre cher sacro saint président à retiré un amendement voté à plus de 88% par les députés européens.
        ** je rappelerais que, pour le vote électronique, le conseil constitutionnel à estimé normal que les élections soient opaques.

        Je rappellerais en outre la déclaration des droits de l'homme de 1793 :

        Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

        Tu vois, même, un moment, dans les droits de l'homme il est fait un appel à la violence, non pas sous entendu, mais clairement énoncé.

        "Tant va la cruche à l'eau, qu'a la fin elle se casse".
      • [^] # Re: à chaque force, son contraire

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        le truc avec toi, c'est que tu ne lis pas ce que les gens écrivent, tu survoles et tu aboies derrière. Il faut ferrailler avec toi pendant 15 plombes avant que tu commences à comprendre ce que les gens veulent dire. Aujourd'hui je n'ai pas le temps et plus le courage.

        Réfléchis avant de parler, c'est certain on parle moins, mais au moins on n'a pas l'air ridicule.
        • [^] # Re: à chaque force, son contraire

          Posté par . Évalué à 0.

          Je te connais un peu (idéologiquement parlant), j'ai lu (et compris, la totalité, même si j'avoue que je n'ai pas attendu la fin du message pour me faire une opinion) ce que tu as écris, et j'ai volontairement été provocateur.

          Et je pense que tu peux très bien comprendre pourquoi j'ai fait ça, j'essaye de cadrer le débat en quelque sorte, cautionner ce genre de violence pour moi c'est déja inacceptable, ça n'a rien à voir avec les expliquer.
          • [^] # Re: à chaque force, son contraire

            Posté par . Évalué à 2.

            être provocateur pour "cadrer" le débat.

            Première fois que j'entends parler de ce genre de technique.

            D'habitude on essaie plutôt d'être conciliant pour recadrer un débat.
            • [^] # Re: à chaque force, son contraire

              Posté par . Évalué à 1.

              Regarde le commentaire de FC en bas alors, il est sans doute moins procateur et plus "cadreur" que le mien. C'était une provocation pour "mettre en perspective" Hadopi <-> révolution ?

              Mais bon, je crois avoir fait déja ce genre de remarque par le passé, genre l'informaticien dans son monde qui monte très romantiquement sur ses grands chevaux quand il s'agit d'informatique, mais qui bougerait pas forcément pour un autre sujet pourtant pas forcément moins important ... tout est une question de perspective.
          • [^] # Re: à chaque force, son contraire

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            @Thomas
            J'adore ce genre de message juste ce qu'il faut de mépris, mais pas trop, un poil de complexe de supériorité, un peu trop, un brin lénifiant, tout ce que je déteste et abhorre.

            Non je ne peux pas comprendre pourquoi tu as fait cela, peut être pour te sentir important, un peu au dessus des autres, tu essaye de 'cadrer' le débat, excuse, mais là : lol mdr kikoo et toussa. Tu ne recadres rien du tout, tu poses un jugement qui ne vaut que pour toi et n'a aucune valeur ni d'exemple et encore moins de vérité. Merci monseigneur de bien vouloir vous abaisser à nous expliquer à nous, pauvres hères que nous sommes ce qu'est la vrai vie.

            Je ne cautionne pas la violence du tout, je la comprends et je ne pleurerais pas au premier accident qui arrivera inévitablement.

            Que connais-tu de moi ? rien, 10 messages sur linuxfr, rien de plus. Tu fantasmes les autres pour te sentir supérieur et "recadrer les débats", parce que bien évidemment c'est toi qui a raison. Tu crois que je suis un éthéré qui a oublié ses pilules, romantique qui s'est trompé de siècle, qui n'a pas compris le 'pragmatisme' de la vie réelle, un intaigriste de la pire espèce qui emmerde le monde en rabâchant toujours la même rengaine, bla bla bla bla ...

            Cette attitude, je connais. Remarque je ne t'en veux pas. Qui est capable aujourd'hui de "vivre" véritablement le libre, sans concessions et qui est capable d'assumer toutes les conséquences ? Pas grand monde, je le conçois, toujours cachés dans les considérations, il faut manger, la vraie vie toussa, le vrai monde de l'entreprise blabla. Et ben, moi je le vis au jour le jour avec une toute petite entreprise qui me permet juste de manger et ne pas crever parce que j'ai fais le choix de promouvoir et porter le libre. Je ne me plaints pas, je ne demande rien, mais je me permets juste le plaisir de rigoler doucement lorsque j'entends les "pragmatiques" autour de moi. Il suffit de regarder aujourd'hui ce que le pragmatisme à donné IRL avec la situation économique mondiale. Je ne sais pas si il y a de quoi être fier. Le 3ème millénaire verra le monde changer, et cette crise est déjà le catalyseur. Ne me rend pas responsable des conséquences des actes posés par les autres.

            Je sais que je ne changerais pas le monde, mais autour de moi le libre s'implante de façon durable, c'est mon plaisir à moi d'installer et aider "ad vitam eternam" ceux qui veulent passer au libre parce qu'ils comprennent ce que je veux dire et qu'ils voient _dans mes actes_ ce que cela implique. Parce que la liberté à cela de particulier c'est que c'est un concept entier, on n'est pas a moitié libre, on l'est ou on l'est pas. J'ai décidé de l'être, et j'ai décidé de proposer aux gens autour de moi de l'être. C'est ma seule récompense et je ne demande rien d'autre. Ah si ne pas être caricaturer par ceux qui ne veulent pas réfléchir à ce que je dis et qui se sont déjà fait une opinion avant de terminer la lecture, si ils "lisent mon message", ce qui est différent de "lire tous les mots."
            • [^] # Re: à chaque force, son contraire

              Posté par . Évalué à 5.

              J'ai plein de trucs à dire, la discussion est intéressante, mais je vais essayer de faire court. Je ne t'attaque pas sur ta manière de vivre, que je respecte.

              Sur l'idéalisme, le romantisme et le pragmatisme, oui ton discours est assurément romantique, un truc révélateur est la référence au Che en fin de discours ...


              Après est-ce qu'on peut tout résumer avec une opposition idéalisme<->pragmatisme ? Ben non, c'est évidemment plus compliqué que ça, genre RMS pour qui ne pas faire de concessions est supposé accélérer le développement du libre, donc un moyen pratique d'arriver à l'idéal. Le logiciel libre en soit a énormément de côtés très pragmatiques dans l'idée.


              La ou je me démarque mais alors complètement, c'est sur le mélange des genre. On part d'Hadopi pour enchaîner sur la révolution du système, dont tu ne cautionnerait pas la violence mais qui ne te dérangerait pas, pour arriver finalement au fait que tu ne fais pas de concession avec le libre.

              Tu crois qu'attendre une révolution règlera le problème Hadopi ou que Hadopi sera un déclencheur parmi d'autre ? Cela ne règle pas le problème Hadopi aujourd'hui.

              Tu crois qu'être idéaliste fait toujours émerger l'idéal ? C'est effectivement une position très romantique. Je citerai l'exemple des mathématiques.
              Un jours, des mathématiciens se sont dit "formalisons les maths", c'est à dire posons un cadre dans lequel on peut faire rentrer toutes les maths, on peut prouver tous les théorèmes, et être sur que ce cadre ne permet pas de prouver un théorème et l'exact opposé, ce qui est logiquement un tantinet embettant.


              Ils y croyaient, ils ont essayé. Mais un certain Gödel, qui y travaillait, a démontrer qu'un tel cadre n'existait pas, et que soit il était incomplet, soit il était incorrect.


              Pourquoi je parle des maths ? Parce que c'est la science idéale par excellence. Elle n'a aucun obstacle physique. Pourtant déja, certains idéaux sont inatteignables.


              Je pourrai enchainer avec la démarche "scientifique" que j'estime importante, déformation professionelle sans doute, et qui consiste, entre autre, quand t'as un problème compliqué, à le décomposer, à formuler des hypothèses, à tenter de valider ou démontrer ces hypothèses, à les revoirs si ça marche pas.

              Là je te lis et je ne vois rien de tout ça, ton discours part un peu dans tous les sens, émergence d'une révolution, logiciel libre, Hadopi ? Je vois pas le lien et c'est ce que j'ai voulu faire ressortir.




              Question subsidiaire, devoir philosophique, discutez du rapport entre logiciel libre et liberté ;)

              PS: ce message doit à peut prêt ressembler à rien, mais je poste quand même, comprenne qui pourra ...
    • [^] # Re: à chaque force, son contraire

      Posté par . Évalué à 5.

      On parle de l'accès internet.

      D'une manière plus générale, je trouve que le contre HADOPI a un côté insultant pour certaines réformes largement aussi importantes, qui n'ont pas eu le dixième de ce qu'il se passe.

      Oh, je ne prends pas tout cela à la légère. Je dis juste que bon nombre de personnes n'ont pas levé leur petit doigt - sans doute était il en train de cliquer sur la souris - lorsque certaines réformes plus profondes (justice, hôpitaux, éducation,...) étaient mise en place.

      Ou alors c'est moi qui me fait des idées. Mais il me semble bien, hélas, que dans un certain nombre d'esprits, la mobilisation est *juste* pour continuer à remplir des To de données. C'est pour ca que cette vidéo est trés bien: JZ évoque des solutions et pose les socles de quelque chose de valable, tout en soulignant l'inefficacité des majors.

      Maintenant, ensuite, je ne cautionne pas ta façon de voir les choses. Les français ont élu un président libéral, pour en finir avec l'immigration et tout un tas de truc bien ras de terre, on se retrouve exactement avec ça.

      D'un point de vue personnel, je pense que comme souvent, chaque intervenant tire la couverture à lui. C'est assez typique: c'est la crise, mais pour les autres, moi je veux être mieux payé - en bref, les autres doivent faire des efforts. Malheureusement le gâteau n'est pas extensible; ce qui n'empêche pas tous les acteurs d'essayer de se gaver - réduire nos marges ? c'est pas comme si l'économie mondiale souffrait....
      • [^] # Re: à chaque force, son contraire

        Posté par . Évalué à 10.

        Peut être que tu sens une mobilisation parce que tu traines sur des sites où beaucoup d'informaticiens vont. Je pense que sur des sites avec une forte proportion de professions de santé ça doit beaucoup troller sur les réformes santé.
        Moi ce qui me fait très très peur avec cette loi, c'est que je la comprends (enfin mieux que celles sur la justice ou la santé). Je sais qu'elle est absurde, qu'elle ne marchera pas, qu'elle coutera de l'argent, etc... Et là, je réalise que ça doit être la même chose pour pleins d'autres lois. Moi ça me donne le vertige.
      • [^] # Re: à chaque force, son contraire

        Posté par . Évalué à 4.


        Les français ont élu un président libéral,


        Oulà tu trouves vraiment que ce président est libéral ? Moi pas, mais alors vraiment pas. Il n'a fait aucune loi libérale. Bien au contraire il continue à assoir la position dominante des puissants. La loi HADOPI en est encore une. L'industrie du disque n'est pas capable de se réformer. Elle ne propose rien en phase avec son temps. Pas de problème on va faire une loi qui va empêcher que le marché change pour que Universal continue à nous vendre sa merde.

        Moi j'appelle ça du dirigisme.
  • # Obligation

    Posté par . Évalué à 2.

    > La loi va donc imposer aux internautes français, pour garantir leur sécurité juridique, des dispositifs réduisant arbitrairement leur droit à l'information, à la communication et à la vie privée.

    Je voudrais pas me faire l'avocat du diable, mais lors de l'interview avec jz, Olivier Henrard a préciser que les gens pouvaient ne pas accepter ce logiciel.
    • [^] # Re: Obligation

      Posté par . Évalué à 4.

      La loi va donc imposer aux internautes français, pour garantir leur sécurité juridique, des dispositifs réduisant arbitrairement leur droit à l'information, à la communication et à la vie privée.
      • [^] # Re: Obligation

        Posté par . Évalué à 0.

        Merci de faire un copier/coller des propos d'Alix Cazenave qui travaille à l'APRIL.
        Mais sinon, si tu as 10 minutes, tu écoutes le rapporteur face à Jérémy (Zimmerman) et qui précise que les gens pourront refuser l'installation de ce logiciel.
        • [^] # Re: Obligation

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Je te le recolle en plus gros vu que visiblement tu sais pas lire:

          POUR GARANTIR LEUR SÉCURITÉ JURIDIQUE

          Avant que tu rérépondes... Oui, tu n'es pas obligé d'installer le rootkit/mouchard/logiciel à la con... mais alors tu perds la sécurité juridique qui te protégerait d'un faux positif.
          • [^] # Re: Obligation

            Posté par . Évalué à 7.

            i.e. : tu dois _prouver_ ton innocence !
            • [^] # Re: Obligation

              Posté par . Évalué à 2.

              Tu veux dire, un peu comme maintenant, quand les flics viennent te chercher à 06h00 du mat, défoncer ta porte, te menotter, te déshabiller puis te faire une fouille rectale, pour te relacher 24h après sans excuse ni même de mot doux ?
              • [^] # Re: Obligation

                Posté par . Évalué à 3.

                C'est vrai que justifié un truc en disant qu'il y a d'autres trucs pareil, c'est 'achement bien !

                "Toutes les mouches le font, mangez de la merde !"
              • [^] # Re: Obligation

                Posté par . Évalué à 1.

                Ca pourrait etre pire. Au moins, il connait ton prenom et ton numero de telephone. S'il ne rappelle pas, c'est que tu n'es vraiment pas son genre.
          • [^] # Re: Obligation

            Posté par . Évalué à -3.

            Et toi tu connais pas le sens des phrases (et en plus t'as mauvais goût, mais je vais te éclater à la gueule, hein ?).

            Sinon, pour en revenir à notre débat: HADOPI ne force pas l'utilisateur d'installer un logiciel. Il le recommande; Quelque soit le surplus ou le manquement de "garantie à la sécurité juridique". C'est complètement différent. (allez! je te laisse 24h pour comprendre la différence )
            • [^] # Re: Obligation

              Posté par . Évalué à 5.

              Et toi tu connais pas le sens des phrases (et en plus t'as mauvais goût, mais je vais te éclater à la gueule, hein ?).
              Bienvenue dans un monde de brutes...

              Sinon, pour en revenir à notre débat: HADOPI ne force pas l'utilisateur d'installer un logiciel. Il le recommande; Quelque soit le surplus ou le manquement de "garantie à la sécurité juridique". C'est complètement différent. (allez! je te laisse 24h pour comprendre la différence )
              Je ne trouve pas que cela soit si différent au contraire : tu n'es pas obligé mais tu es coupable si t'as pas le mouchard... du coup t'es un peu obligé quoi...
    • [^] # Re: Obligation implicite

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Ils pourront toujours apporter leur ordinateur à la haute autorité pour prouver leur bonne fois... s'ils ont désactivé le logiciel ou ne l'ont pas installé.

      Cette loi est tellement incohérente qu'on va arriver à une multiplication des exceptions qui rendront l'inégalité devant le numérique toujours plus grande, à un moment où on parle déjà de fracture numérique.

      On va atteindre des sommets si ce logiciel fortement recommandé (au point qu'il en devient obligatoire) se comporte comme le rootkit Sony, pas libre et avec des failles.
      • [^] # Re: Obligation implicite

        Posté par . Évalué à 5.

        Tu préches un convaincu.
        Commet disait Noêl Mamère lors d'une confrontation sur la législation actuelle: « On en vient à construire des lois sous le coup de l'émotion ou des lobbyings »
        • [^] # Re: Obligation implicite

          Posté par Anonyme . Évalué à 2.

          Le problème c'est que niveau crédibilité Mamère c'est proche de zéro. C'est l'archétype du politicien: "Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais".
        • [^] # Re: Obligation implicite

          Posté par . Évalué à 1.

          > Commet disait Noêl Mamère lors d'une confrontation sur la législation actuelle: « On en vient à construire des lois sous le coup de l'émotion ou des lobbyings »

          il était où ces trente dernières années, le petit nono ? on en viendrait plutot à chercher des lois qui ne sont pas construites sous le coup de l'émotion ou des lobbyings
  • # Lettre envoyée

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Je n'avais jamais écrit à mon député. Une bonne occasion pour commencer.
    • [^] # Re: Lettre envoyée

      Posté par . Évalué à 2.

      Moi je regrette que ma député, Geneviève Gaillard (PS) 79/Niort, n'ai ni répondu ni donné signe à mon courrier ou mon mail.

      J'essayerai de me souvenir que je soutiens l'opposition depuis que j'ai le droit de vote car je pensais qu'ils nous donneraient plus d'écho, à nous citoyens ...
      • [^] # Re: Lettre envoyée

        Posté par . Évalué à 3.

        En même temps faut les comprendre les pauvres : http://www.pcinpact.com/actu/news/49562-email-hadopi-creatio(...)

        Perso, je cherche plus à essayer de tomber face à face du mien, comme allez au pot de fin d'année de différents villages ou d'aller au manifestation organisé par l'association dont il est le président. Et ce pour un raison très simple, c'est que toutes les propositions ou demandes faites comme ceci par mes proches ont été suivies.
        • [^] # Re: Lettre envoyée

          Posté par . Évalué à 2.

          Certe, ta méthode est meilleure que le courrier, mais j'habite à 400km de la ville avec mon nom sur les listes électorales (le changement de liste sera pour les prochaines élections).

          Le courrier est donc la seule solution que j'ai. Et si nos chers députés trouvent qu'il y a trop de solicitations et que leur position est déjà clair, ce ne serait pas désagréable de communiquer sur celle-ci qu'on sache à quoi s'attendre. Leur vote ne doit pas être un secret pour les citoyens qui les ont élus.
  • # Big Brother...

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Plus le temps passe et plus on nous impose de choses au nom de la liberté et de la justice.

    Il est à espérer que Big Brother ne devienne pas, à terme, une réalité...

    Mince, mais que fait Sarah Connor ?!
  • # La grande question ...

    Posté par . Évalué à 3.

    On a tous téléchargé un jour ou l'autre quelques fichiers de manière illégale.
    Comment alors prouver que notre ligne n'a pas servi à du P2P illégal lorsqu'on se fera couper la ligne ? ("je vous assure, ces fichiers illégaux ont été téléchargés il y a longtemps", ça risque de passer moyen ...) Personnellement, le ménage a été fait (enfin, normalement, mais j'ai gardé les fichiers dont j'ai depuis acquis une version payante).

    Sans compter le fait qu'aujourd'hui je télécharge souvent des albums que j'ai acheté (cas classique : j'ai oublié mon CD au boulot et je veux quand même écouter l'album pendant le w-e), comment prouver que c'est légal ?

    Et je ne parle pas de l'insécurité électronique que cela pourra engendrer facilement (combien de personnes "dérangeantes" vont se faire couper l'accès internet "par erreur" ?).

    J'ai vraiment du mal à imaginer qu'une telle loi soit constitutionnelle ...
    • [^] # Re: La grande question ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Sans compter le fait qu'aujourd'hui je télécharge souvent des albums que j'ai acheté (cas classique : j'ai oublié mon CD au boulot et je veux quand même écouter l'album pendant le w-e), comment prouver que c'est légal ?

      pas possible, tout simplement, ce n'est pas légal : avant DADVSI ça ne l'était déjà pas, après DADVSI non plus.
      Quand tu as oublié ton livre à lire dans le train, bin tu fais sans non ? Le souci de cette image c'est que ce n'est pas pareil dans le numérique : une bonne manière de faire, serait d'étendre le droit d'auteur dans la bonne direction (celui de la culture, d'une diffusion plus large pour le bonheur des artistes et de ceux qui pourront en bénéficier).
      Avec Hadopi tu peux en plus te faire couper ton accès Internet (alors que les mesures proposées avec DADVSI sont tombées d'elles-mêmes), encore il y aurait la soi-disante "offre légale" enfin à disposition (et pas un ersatz comme ithunes ou deezer hein...), ce que tu décris serait possible de manière limitée. Malencontreusement, la contrepartie de tant de protection de sociétés privées ne va pas trop dans la direction de l'octroi de droits supplémentaires :/ (d'où cette impression que partant de choses dont nous bénéficions, elles nous sont retirées au cas par cas, au fur et à mesure).
      C'est un peu oublier aussi que se faire couper Internet, pour beaucoup cela signifie aussi : pas de téléphone ni de télé, pas de possibilité de mettre à jour ses propres sites web (ssh, ftp, autre...), ce qui est très dommageable pour la plupart des amateurs du web y contribuant en retour (wikipedia...). Cela signifie aussi, pas de mise à jour de son système d'exploitation, difficilement de nouveaux logiciels (et encore moins de support), c'est bien une balle dans le pied et une attaque contre l'ensemble de l'industrie du logiciel (et pas seulement du logiciel libre).
      • [^] # Re: La grande question ...

        Posté par . Évalué à 8.

        difficilement de nouveaux logiciels

        Comment ça ? Parce toi tu télécharges des logiciels ?? En tauuuuule le baud !!!!!
        C'est que voyez-vous, mon cher monsieur, un logiciel, ça s'achète à la FNAC, dans une boite en carton grosse comme une boite à chaussures, avec un beau screenshot du logiciel projeté en 3D avec les reflets et tout sur la couverture de la boite, et une nana souriante en travers...
        • [^] # Re: La grande question ...

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          en une commande : urpmi inkscape blender # pouf, 2 logiciels, l'un pour du dessin vectoriel, l'autre pour de la 3D (les deux d'un niveau professionnel et bien sûr commercial, leur licence le permettant)
          • [^] # Re: La grande question ...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Il n'y a même pas besoin d'utiliser d'obscure logiciels de pirate-tueur-de-culture-qui-n'a-aucun-respect-pour-les-(h)auteurs-français. De plus en plus de logiciels très utilisés nécessitent une clef d'activation à télécharger sur Internet pour fonctionner. Je pense à Windows XP (Vista aussi il me semble), Matlab, une grande série de jeux vidéos¹ et sûrement beaucoup d'autre.


            ¹: là je m'aventure au-delà de mes connaissance mais il me semble que c'est ce que j'ai lu.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: La grande question ...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Quelqu'un me corrigera si je me trompe mais il me semble qu'avant la loi DADVSI, télécharger un morceau dont on possède l'original est parfaitement légal. Au besoin, il suffit prouver qu'on a bien acheté le CD (facture).

        Par contre, après DADVSI, çà n'est plus légal si le dispositif de de protection contre la copie a été contourné de quelque manière que ce soit.

        L'exception à la copie privée a été enterrée en bonne et due forme avec cette loi. Et c'est là que le bât blesse pour le monde du logiciel libre...
        • [^] # Re: La grande question ...

          Posté par . Évalué à 2.

          pas tout à fait sur que ce soit légal. Il y avait des partisans qui disait "il faut que la copie soit effectué à partir de _ton_ original".
    • [^] # Re: La grande question ...

      Posté par . Évalué à 2.

      "je vous assure, ces fichiers illégaux ont été téléchargés il y a longtemps", ça risque de passer moyen ...

      Je me souviens d'un procès il n'y a pas longtemps, un mec qui avait publié des vidéos de lui sur youtube en train de rouler à 200km/h sur des nationales (hum, nous l'appellerons Einstein :p) il a été attaqué en justice, il s'est défendu en disant qu'on ne savait pas quand ça avait été tourné, il y avait donc préscription. C'est pas possible ici ?
      • [^] # Re: La grande question ...

        Posté par . Évalué à 6.

        de toute façon, pour que l'infraction passe réellement, il aurait aussi fallu qu'elle soit constaté par un agent assermenté, avec du matériel reglementé (un radar par exemple, doit etre controlé régulièrement pour pouvoir etre utilisé légalement. Et la date de la dernière homolgation dudit radar doit etre sur le pv).
    • [^] # Re: La grande question ...

      Posté par . Évalué à 3.

      Sans parler des duperies. Si un artiste décide du jour au lendemain de SASEMiser ses œuvres publiées sous une licence libre qu'en est-il du contrôle? Comment suis-je informé du changement de licence et de propriétaire de celle-ci? L'ancienne licence est-elle toujours valable pour les fichiers que je possède?
      À priori oui, sachant que les deux parties doivent être en accord pour valider un nouveau contrat d'utilisation.
      Mais comment alors distinguer un fichier ayant une licence ou une autre pour un quelconque système de filtrage?
      Comment prouver sa bonne fois?
      Que se passe-t-il si je continue à redistribuer ces œuvres avec un logiciel de connexion pair-à-pair?
      • [^] # Re: La grande question ...

        Posté par . Évalué à 2.

        Les fichiers que tu as restent libres, mais à ce propos, j'ai des albums de QUI et de HYPE qui étaient sous CC, ils sont plus sur jamendo maintenant, je suppose qu'ils sont devenus proprios, quelqu'un est intéressé ?
        • [^] # Re: La grande question ...

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          quelqu'un est intéressé

          quelle CC ? sur les 6 standards, il n'y en a que 2 de libres :/ (de l'importance de la précision, sinon t'es bon pour demander à l'auteur et il n'est plus libre de choisir ce qu'il veut...)
          • [^] # Re: La grande question ...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Il n'y en a que 2 de libre mais toutes permettent la redistribution par n'importe qui au moins sous la même licence.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: La grande question ...

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              permettent la redistribution par n'importe qui

              eh non, il y en a deux qui t'empêchent de le faire dans un cadre commercial. Donc pas toutes non plus.
              Si tu veux d'autres éléments, il y a http://faq.tuxfamily.org/Licence/Fr qui est plus complet.
              • [^] # Re: La grande question ...

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Je me suis très mal exprimé. Je voulais dire que quelque soit la licence, il pouvait redistribué ces morceaux gratuitement à n'importe qui de façon tout à fait légal.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Téléphone sonne 09/03/2009 (Lundi)

    Posté par . Évalué à 1.

    Pour information l' émission "Téléphone sonne" sur France Inter du 09 mars (Lundi) aura pour thème:

    Questions sur le projet "Création et Internet"
    http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/letelephonesonne/av(...)


    Au lieu de saturer la boîte aux lettres des députés ce qui commence à faire effet inverse (http://fr.news.yahoo.com/16/20090306/ttc-des-deputes-se-plai(...) , il faudrait que la communauté montre sa voix dans ce genre d'émission: appelons donc et envoyons nos questions/remarques...
    • [^] # Re: Téléphone sonne 09/03/2009 (Lundi)

      Posté par . Évalué à 1.

    • [^] # Re: Téléphone sonne 09/03/2009 (Lundi)

      Posté par . Évalué à 3.

      Bizarrement, ils ne se plaignent pas des caisses de Champagne et des invitations au restaurant venant de la partie opposée. Vraiment étrange...
    • [^] # Re: Téléphone sonne 09/03/2009 (Lundi)

      Posté par . Évalué à 2.

      Un mail personnalisé ou un fax + un coup de fil derrière, ça marche très bien !

      http://www.laquadrature.net/wiki/HADOPI_contacter-son-depute(...)
    • [^] # Re: Téléphone sonne 09/03/2009 (Lundi)

      Posté par . Évalué à 7.

      Voici les questions que j'ai envoyé sur
      http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/letelephonesonne/co(...)


      Question 1 Quand est-ce, qu'à partir du moment que les ordinateurs existent et que les contenus audiovisuels sont disponibles sous forme numérique, les producteurs auront-t-ils compris qu'ils ont perdu le contrôle de la distribution et qu'ils doivent se tourner vers d'autres formes de rémunérations que celles basés sur la rareté du produit? (cf. licence globale)

      Question 2 Comment pouvoir justifier de son innocence autrement qu'en utilisant le logiciel de contrôle certifier par l'HADOPI ? Comment un tel logiciel peut-il exister sans communiquer des informations personnelles à la société privée éditrice du logiciel? Et enfin, le plus important, comment ce logiciel certifié par l'HADOPI peut-il être compatible avec les logiciels libres ? Et donc les utilisateurs de GNU/Linux sont ils voués à être dans une insécurité juridique permanente ?

      Argumentaire question 1

      Par construction du réseau Internet, chaque ordinateur peut être à la fois fournisseur et consommateur de contenu. Les logiciels dit « Peer To Peer » ou pair à pair en français, sont juste des annuaires permettant de faciliter l'entrer en contact entre deux ordinateurs du réseau. Le seul et unique réseau Peer to Peer est l'Internet lui-même. Il faudrait modifier en profondeur ce réseau pour empêcher la communication direct d'un ordinateur à un autre...

      a) Admettons qu'on installe un logiciel certifié HADOPI sur son ordinateur, logiciel qui certifie à la façon d'un logiciel de contrôle parental, que l'on ne télécharge pas du contenu non autorisés à la distribution. Ce logiciel ne pourra rien faire contre les flux cryptés (flux ssl) . Premièrement, ces flux sont obligatoires par exemple pour les connections sécurisées, les achats sur internet, c'est le «s » pour « secure » du « https » des sites bancaires ou de déclaration des impôts. Le logiciel ne pourra donc pas les couper sans empêcher l'accès à ces sites. Deuxièmement, une fois cryptés, on ne peut plus faire d' analyses d'empreintes sur les flux et donc retrouver l'empreinte d'un fichier non-autorisé à la distribution. Le logiciel sera donc inefficace.

      b) Admettons qu'Internet soit transformé en sorte de «Minitel » où seul un serveur central fournit des contenus et que la communication directe entre deux ordinateurs soit interdites (ce qui supposerait une volonté internationale aujourd'hui difficile à obtenir). Un ordinateur reste un ordinateur, il est fait pour traiter et copier des données, les échanges se feront alors de la main à la main ou par réseaux WIFI amis inter connectés.

      c) Les distributeurs se sont tirés une balle dans le pieds en proposant des supports numériques. Je ne connais aucun verrou numérique qui ait tenu, même aujourd'hui les contenus HD (blue ray) sont copiables.

      Il est donc illusoire de croire qu'on pourra à nouveau contrôler la distribution des œuvres numériques. Ce qu'on ne peut l'éviter, on doit l'embrasser. Pourquoi ne pas proposer une licence globale ? Ce qui permettrait une rémunération des auteurs (personne n'est contre, chaque travail mérite salaire ). Le contrôle de la distribution, et non pas la rémunération des auteurs, est bien le problème principal car c'est sur lui que repose l'industrie actuelle et qu'elle refuse d'évoluer


      Argumentaire question 2

      a) L'hétérogénéité du parc informatique pouvant se connecter à Internet (du téléphone à l'ordinateur en passant par les consoles de jeux vidéos, de Windows à Mac en passant par Linux...), il est difficilement envisageable qu'un logiciel certifié HADOPI soit disponible pour toutes les machines.
      Beaucoup d'opérations courantes et parfaitement légales peuvent être facilement confondues pour du téléchargement illégales du point de vu de l'utilisation et de la charge du réseau. Par exemple, je citerai le téléchargement des photos/vidéos de vacances du cousin, une connexion sécurisée à son entreprise (pour récupérer des emails ou synchroniser des fichiers), le téléchargement de logiciels libres, le streaming comme Youtube, les sites musicaux et vidéos proposant du contenu Creative Common...Pour des raisons professionnelles, j'utilise un système très peu répandu qui par la petitesse du marché n'intéresse aucun éditeur de logiciel. Je ne pourrai donc pas me procurer un logiciel de contrôle HADOPI. Comment donc puis-je me protéger juridiquement ?

      b) Comme l'a avoué le conseiller juridique du ministère de la Culture, Olivier Henrard [1], un logiciel de surveillance ne pourra être certifié HADOPI que s'il trace les usages de l'utilisateur sur l'ordinateur et transmette ces informations à une société de contrôle ? Comment peut-on accepter un tel espionnage d'autant plus qu'il est effectué par une entité privée or de contrôle des citoyens?

      c) Un tel logiciel est fondamentalement incompatible avec les logiciels libres comme GNU/Linux ou même le navigateur Firefox!!!! En effet, un logiciel libre permet à l'utilisateur et non pas à l'éditeur de contrôler son fonctionnement, il doit être fourni avec son code source et est légalement modifiable. Ainsi, aucun logiciel certifié HADOPI ne pourra être «libre ». En outre, un tel système d'espionnage et de contrôle n'est possible que dans l'espace «noyau » du système d'exploitation, or le noyau de GNU/Linux est libre...CQFD Les utilisateurs et les administrateurs de système GNU/Linux ne pourront jamais être protégés juridiquement. Cela représente plus de 50% des serveurs Web, une majorité des ordinateurs scientifiques, la plupart des administrateurs système et des utilisateurs à la pointe de la technologies.

      Remarque complémentaire

      Le streaming ou le podcast sont des termes à la mode pour ne pas faire peur aux distributeurs mais c'est bien du téléchargement. Si un morceau de musique sort des enceintes d'un ordinateur, c'est bien, qu'à un moment donné, le fichier audio a été téléchargé du serveur vers l'ordinateur. Il est tout à fait envisageable de récupérer ce fichier dans le cache de l'ordinateur ou par une carte son virtuelle dans sa qualité numérique originale (sans passer par un enregistrement analogique). Ces opérations sont aujourd'hui un peu complexes mais elles seront simplifiées dès qu'une demande suffisante se fera sentir.

      [1] http://mediakit.laquadrature.net/ogm/01net_jz_vs_henrard_200(...)
      • [^] # Re: Téléphone sonne 09/03/2009 (Lundi)

        Posté par Anonyme . Évalué à 3.

        Comment peut-on accepter un tel espionnage d'autant plus qu'il est effectué par une entité privée hors de contrôle des citoyens?

        sinon cela ne veut rien dire du tout.

        et comme remarque : Cela va coûter combien la ferme d'ordinateur qui va être nécessaires pour traiter l'espionnage des français? Et qui va en assumer le coût? Ceux qui vont être fliquer ou ceux qui vont profiter des quelques cas isolés qui seront pris en train "d'aborder" le vaisseau sous la bannière "producteurs de musique"? Est- ce que le coût pour les contribuables ne sera pas triple:
        1) Ils vont payer les moyens de flicages (sans avoir le moindre contrôle dessus)
        2) Ils vont payer les juges et les tribunaux qui vont les inculper
        3) Ils vont payer les amendes.
  • # Mais pourquoi veulent-ils tous ça ?

    Posté par . Évalué à 5.

    L'industrie du disque ou du cinema voit dans les systèmes d'échange de fichiers sur internet un système de diffusion de copies, qui bien que dotée delon ces mêmes industries de la vertu de pouvoir être rendues payantes, présentent un coût marginal de production quasi nul .

    Aujourd'hui, pour vendre un cd ou un dvd, il faut presser le support, faire un emballage, transporter tout ceci et payer des intermédiaires... Avec internet, fini tout cela, il va être possible de continuer à faire payer le client sans débourser un seul centime supplémentaire de production. Cette industrie réve de pouvoir s'approprier le réseau pour continuer à vendre un film 25 € sans tout ce fratras fort coûteux que constitue la logistique de distribution. Il n'est bien entendu pas question de faire profiter les internautes de cette nouvelle manne. Il faut donc verrouiller l'usage du réseau pour se l'approprier.

    Pour s'approprier le réseau, il faut bien entendu maîtriser son usage, d'où surveillance des traffics, pénalisation (même si le mot me semble un peu fort ici) des pratiques permises ou tolérées jusqu'à présent. La généralisation des DRM constituait une première tentative pour permettre la diffusion via le net de copies payantes sans que celles-ci se retrouve rediffusées gratuitement hors contrôles des industries du divertissement (sic). Après ce premier echec, une solution plus radicale semble pointer son nez.
  • # nawaq!

    Posté par . Évalué à 2.

    C'est pas crédible leur truc, il y aura toujours une faille ou une évolution qui fera que c'est inefficace.

    On commence par des mouchard anti-p2p et on termine avec un contrôle à distance du contenu des DD. Le suspect n'a pas intérêt à avoir des idées divergentes écrite sur dans ses docs ^^

    J'utilise le mot "suspect" car c'est ce que l'on deviendra : des pirates potentiels qu'il faut surveiller.

    Et pourquoi pas une écoute téléphonique systématique de tous ? ou bien une camera chez tout le monde qui enregistre tout ce qui fait ou dis chez nous ? le tout relié au poste de police évidement.

    Quand au mouchard en question, qui nous dira cequ'il fera dans nos pc (ce serais marrant que le mouchard soit sous GPL)?

    Loi ou pas, JE décide de ce qu'il y à dans MON pc.
    • [^] # Re: nawaq!

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Oui tu décide si tu installe ou non le logiciel de sécurisation.
      Le problème c'est que si un pirate utilise ton adresse IP (par un quelconque moyen) et que c'est repéré par le filtrage, tu reçois tu d'abord un courrier te demandant cordialement de bien vouloir cesser de télécharger des contrefaçons, puis si le pirate continue son bisness, on te coupe la connexion.
      Ensuite, pour ta défense, tu peux essayer de prouver que ce n'était pas toi le pirate, par exemple en prouvant que tu as un logiciel de sécurisation.
      Mais en attendant, plus de connexion !

      Alors, par exemple, ils font comment pour bosser les gens qui on besoin d'une connexion Internet si on leur coupe ? Et si il n'ont pas de logiciels de sécurisation il se passe quoi ensuite ?

      Non mais il faut bien comprendre que ce texte de loi est odieux et pas uniquement du point de vue de l'internaute. Il n'a qu'un seul but, défendre les intérêts d'une industrie qui n'a pas su s'adapter à l'évolution de la technologie. On parle là de boites qui s'approprient les œuvres des artistes et qui en font ensuite ce que bon leur semble. Rappel, les pirates ce sont eux : les industriels de l'audiovisuel.
      • [^] # Re: nawaq!

        Posté par Anonyme . Évalué à 2.

        Mais en attendant, plus de connexion !

        Et il faut remplir un formulaire sur la page http://www.hadopi.fr pour voir son appel examiné. Naturellement cela ne sera faisable qu'a partir de la ligne incrimenté.
  • # Libérez-moi de ces journalistes

    Posté par . Évalué à 10.

    Je peux le prédire, hadopi va passer comme une lettre à la poste ! Il suffit de regarder la présentation qu'en a fait France 2 dans son journal de 20h00 hier soir pour comprendre qu'ils ont compris la leçon de DAVSI : il faut rallier les journalistes à soi.
    Je vous fait un topo du reportage : interview d'un « pirate » qui ne connaît même pas le prix d'un cdrom tellement il est pirate (vous connaissez-vous un mec qui n'a pas la moindre idée du prix d'un CD ?), un encadré sur la progressivité de la riposte (du genre vous voyez comment c'est soft) puis, pour finir une interview des incontournables du genre, les représentants du cinéma français (vous savez, la fameuse exception française qui fait de nous l'élite de la planète) qui nous promettent ni plus ni moins que les sept plaies d'Égypte... voire, pire, la seule survivance du cinéma Américain (toujours penser à enrober son discours d'un brin de nationalisme nauséabond).
    Pitoyable ! Aucune mise en perspective, aucun débat contradictoire. De la simple accusation à charge.

    Attention, je n'accable pas ces incompétents de France 2 (même dans le sport ils sont nuls ceci dit). Le Grand Journal (Canal + est l'Apple de la télévision pour moi) reçoit U2 l'autre soir : question incontournable à Bono « que pensez-vous du piratage qui fait si mal à l'industrie du disque ? » Pertinent, cette question à un groupe qui est tellement pingre qu'il a fuit son pays d'origine (l'Irlande) pour payer moins d'impôt ! Bon, c'est pas le sujet. Réponse du chanteur/humanitaire : il faut préserver à tout prix la musique car c'est du domaine du sacré, rien n'est plus important, .... Bin voyons !

    Bon dimanche !
    • [^] # Re: Libérez-moi de ces journalistes

      Posté par . Évalué à 2.

      Au fait, pour le reportage, c'est ici :
      http://jt.france2.fr/player/20h/index-fr.php?jt=20090307&(...)

      Bonne consternation.
      • [^] # Re: Libérez-moi de ces journalistes

        Posté par . Évalué à 4.

        Reportage, c'est trop d'honneur que vous lui faite.

        J'ai moi aussi vu cet erzatz de reportage sur la 2, ainsi que d'autres allusions à la loi sur des chaînes grand public à droite, à gauche.

        Et je dois bien avouer que je suis scié de constater le manque total et systématique d'un minimum d'honnêteté sur le sujet de la part des "journalistes".

        Je n'imagine même pas le nombre de loi honteuse du même genre dans d'autres domaines qui ne sont pas correctement relayées auprès du grand public.

        On ne peut pas être expert en tout, soit. Mais au minimum, on pourrait au moins avoir les pros et cons à un projet de loi, juste histoire de couvrir moins partiellement le sujet.

        Vu la tournure que ça prend et vu comment ça c'était passé pour DADVSI, il est plus que probable que cette loi soit voté...

        Et bien qu'ils la vote!
        Le terrain se chargera, comme pour DADVSI de les faire redescendre sur terre, et de façon très brutale!
  • # 5 gus

    Posté par . Évalué à 6.

    http://www.tv5.org/TV5Site/cinema/afp_article.php?idArticle=(...)

    Un collectif de citoyens, la Quadrature du Net, encourage les internautes à abreuver les députés de mails hostiles à cette loi. "Ce sont cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne", relativise le cabinet de Mme Albanel.

    Que les 5 gus se dénoncent, c'est vraiment inadmissible de spammer les députés !
  • # Mouchard !

    Posté par . Évalué à 1.

    Est-ce vrai que le petit logiciel espion que nous seront forcé d'installer serait développer par Microsoft France?
    • [^] # Re: Mouchard !

      Posté par . Évalué à 3.

      La loi ne va faire que fournir une liste de spécifications techniques. Je doute que MS FR va entrer dans ce jeu, mais comme chacun d'entre nous, il sera libre de développer un logiciel conforme et demander la certification HADOPI.

      Si tu as lu que ça va favoriser MS et Apple, ce n'est a priori pas dans la mesure ou ils le développeraient. C'est surtout parce que ce genre de logiciel est incompatible avec le Libre.

      J'imagine qu'une entreprise le développera pour les Unix. Mais il sera probablement fermé...
  • # Le rootkit de nos députés

    Posté par . Évalué à 8.

    Ils sont sous GNU/Linux les bougres, comment vont ils faire pour montrer leur innocence si ce logiciel de "confiance" n'est pas porté?

    Il faudrait que l'IP (ou les IPs) de l'AS se retrouve sur l'une de ces listes. Bienvenu dans votre monde réel camarades!
  • # Va voir ailleurs si il y est

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Ce que l'on va gagner avec ses coupures c'est une plus grande "agréssivité" des casseurs de clefs wifi...
  • # Toute la panoplie

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Puis-je tenter une hypothèse... Sur ce spyware !

    1) La loi HADOPI doit créer le délit de non sécurisation.
    Deux cas :
    - Vous l'installez : Vous entrez dans une base qui vous exclu de la coupure.
    - Vous ne l'installez pas : Vous pouvez vous faire couper la connexion.

    2) Votre IP a été repéré par une société privée payée par les ayant droit.
    Deux cas :
    - Vous avez installé le spyware : Pas de mail : Compteur +1 : i=1
    - Vous ne l'avez pas installé : Mail et compteur +1

    3) Votre IP a été repéré par une société privée payée par les ayant droit.
    Deux cas :
    - Vous avez installé le spyware : Pas de AR : Compteur +1 : i=2
    - Vous ne l'avez pas installé : AR et compteur +1 : i=2

    4) Votre IP a été repéré par une société privée payée par les ayant droit.
    Deux cas :
    - Vous avez installé le spyware : Compteur +1 : i=3 => Pas de Coupure et suspicion *
    - Vous ne l'avez pas installé : AR et compteur +1 : i=3 => Coupure **

    * Pourquoi suspicion : Parce que si vos ordinateurs sont sécurisés par ce spyware, ils ne peuvent pas télécharger. Sauf si VOUS CONTOURNEZ le système.
    Donc direction plainte procureur pour contrefaçon, et 3 ans et 300000€ !
    Le geek est pris ! (Les innocents Linuxiens aussi)

    ** Mme Michu aussi !

    CQFD
  • # Triade?

    Posté par . Évalué à 2.

    Est-ce que cette réforme ne va pas pousser les pirates à s'organiser différemment?

    Actuellement, on a quatre schémas :

    - le P2P grand public : tout le monde partage ses fichiers à tout le monde (Emule, Bittorrent...).
    - le P2P anonyme : idem, mais la technique est censée garantir l'anonymat (Freenet, Ants P2P...).
    - le P2P privé : je ne partage qu'à un cercle restreint d'amis (Waste, ...).
    - le streaming et les sites de downloads (MegaUpload & co).

    Si ces schémas deviennent la cible de l'Hadopi, on risque de voir émerger un cinquième schéma : le P2P en triade où chaque pirate lance N instances d'un logiciel de partage de fichiers correspondant à N petits groupes de pirates...
    • [^] # Re: Triade?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      - Je vois bien le Freenet, i2p, etc... accélérer, augmenter.
      - Le P2P privé, VPN+tracker perso+mise en partage
      - Le streaming (Lefebvre n'aime pas) et sites de téléchargements, les majors vont sont occuper (sauf si une étincelle se fait voir dans les neurones de nos représentants).
      (cela n'engage que moi)

      - La suite, une loi interdisant le chiffrement personnel (VPN, ssh, etc...)

      etc...

      Bien sur tout cela dans une vision archaïque et dangereuse de l'évolution d'une part de nos libertés.
  • # Toute la panoplie

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    !!! vont sont occuper !!!
    vont s'en occuper

    Désolé
  • # pirate=bon client

    Posté par . Évalué à 1.

    tout est une questions de fric
    les majors pensent que si tu pirates pas ben tu achetes et si tu achetes pas c'est que tu pirates
    alors que des "etudes" tendent a demontrer le contraire: les pirates sont ceux qui consomment le plus...
    des couillons en costard cravate oublient que quand tu as pas de sous ben tu vas pas acheter !
    j'achete des cd des dvd (enregistres) des livres mais je pirate aussi car j'ai pas les moyens financier d'acheter un daube qui va rester 48H sur le pc avant de disparaitre dans les oubliettes
    autre remarque : un cd ou un dvd coute moins cher a produire qu'un casette (le machin avec une bande magnetique qui s'enroule) et pourtant c'est vendu pres du double! 15€ un cd neuf alors que le meme au etats-unis va couter moins de 10$!
    faut arreter de se moquer du monde : les majors veulent nous pomper jusqu'a la moelle (c'est pas les seuls) et on doit dire amen?
    tiinnnnng ca m'enerve!!!!!

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.