L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

Posté par . Modéré par Benoît Sibaud.
Tags :
1
3
août
2003
Justice
Empire Strike Back ! Le titre d'un film de science fiction ? Pas seulement, car l'industrie de la musique a bel et bien décidé de mettre fin au mouvement de résistance rebelle. Celui-ci doit faire face à une véritable offensive qui prend la forme d'actions judiciaires, un peu partout dans le monde.

Aux Etats-Unis tout d'abord, comme annoncé dans ces pages, la RIAA (Recording Industry American Association) a obtenu plusieurs ordonnances contre des fournisseurs d'accès pour obtenir les noms des utilisateurs de P2P. Ces utilisateurs ont ensuite été informés du fait que des actions judiciaires pourraient avoir lieu contre eux : l'association évoque des sanctions de l'ordre de 150 000 $ par oeuvre contrefaite !

Cette délicieuse utilisation de la justice arrive à nos portes. Premier pays touché : le Danemark où une société de gestion de droit a adressé plus de 150 injonctions de payer à plusieurs utilisateurs. Second pays dans le collimateur de l'Empire : l'Espagne où le cabinet d'avocat Landwell a indiqué qu'il allait entamer des poursuites judiciaires à l'encontre de 4000 utilisateurs de la plate-forme d'échange de fichiers Kazaa !

Bien entendu, ces actions ne visent pour le moment que les plus visibles des rebelles, souvent les plus jeunes d’ailleurs : ceux qui procèdent à l’échange massifs de fichiers illégaux. Elles sont également un puissant outil de communication pour rappeler au grand public que l'échange massif de musiques en ligne, c’est mal.

Autre outil de communication : la loi. Plusieurs projets sont actuellement à l'étude pour criminaliser l'échange de fichiers contrefaits et/ou le fait de distribuer ou de détenir un logiciel de P2P conçu à cet effet.

Ainsi un projet de loi suédois destiné à transposer l'EUCD vise précisément le P2P. Ceci sans parler du projet un peu fou déposé le 16 juillet dernier devant le Parlement américain qui pose la fiction suivante : tout individu permettant l’accès à une œuvre numérique protégée sans le consentement du détenteur des droits est réputé avoir commis la distribution d’au moins 10 copies illégales de l’œuvre en question, infraction pouvant donner lieu à une peine d’emprisonnement de 5 ans maximum.
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par . Évalué à 6.

    et ils comptent les mettre ou tous les prisonniers?
  • # Freenet

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Il devient de plus en plus tentant d'utiliser freenet.
    Jusqu'ici, avec un cyrix 166 Mhz comme passerelle, c'était trop lourd.
    J'aimerais savoir si ça fonctionne bien...
    • [^] # Re: Freenet

      Posté par . Évalué à 1.

      c koi ca freenet ?
      • [^] # Re: Freenet

        Posté par . Évalué à 7.

        http://freenetproject.org(...)

        Ceci dit sur un P166 ça risque de faire ramer la bête, à moins d'avoir beaucoup de RAM (java oblige).
        Le choix de Java pour l'implémentation de référence de Freenet est AMHA une belle bêtise. Je suis en train de compiler grapevine (réseau de partage de fichiers "anonymisant") dont je parle plus bas, je teste, je compare avec freenet et je poste un journal...
        http://grapevine.sourceforge.net/(...)
        • [^] # Waste pour protéger son IP

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          y'a aussi GNU gnunet, waste (qui me semble de loin le plus anonyme car mon IP n'est communiquée qu'aux amis en qui j'ai confiance, qui eux-meme communiquent avec leurs amis et ainsi de suite)
          les hubs privés à la DirectConnect et XS (il leur manque un forwarding anonyme entre hubs)
          et un soft de p2p par email qui a l'air assez secure aussi (vu sur https://sf.net,(...) tout comme waste)
          et un soft d'échanges de fichiers par broadcast plutot intéressant:
          http://konspire.sourceforge.net/(...)
    • [^] # Re: Freenet

      Posté par . Évalué à 10.

      Et alors, il suffit qu'un gouvernement interdise l'emploi d'un logiciel offrant la possibilité de faire qqch d'interdit
      pour qu'utiliser freenet soit un délit, que dis-je un crime envers les ayant droit ... bref l'EUCD dans toute sa splendeur.

      Finalement, dans peu de temps, utiliser un ordinateur avec un logiciel non-apprové par les autorités compétentes
      (qui à dit TCPA/ex-Palladium ?) sera un délit, bref, exit le logiciel libre.

      Finalement, l'informatique libre n'est pas un dommaine d'avenir, faudrai que je pense à m'orienter vers des études
      de droits, là au moins, il y a de l'avenir ... ;-(
      • [^] # Waste et TCPA

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        y'aura toujours des résistants pour utiliser du matos et des softs interdits afin d'éviter la censure émanant de gouvernements corrompus par des multinationales

        surtout qu'avec Waste (sf.net) et une bonne crypto (voir stego), la situation actuelle semble gérable (cependant les puces comme TCPA/TCG qui permettent d'identifier un OS à distance à l'aide d'un hash du bootloader "infalsifiable" stocké et signé dans la puce pourraient changer la donne en effet)
        • [^] # Re: Waste et TCPA

          Posté par . Évalué à 4.

          > y'aura toujours des résistants pour utiliser du matos et des softs interdits afin d'éviter la censure émanant de gouvernements corrompus par des multinationales

          Quand la vie privée sera hors la loi, seuls les hors la loi auront une vie privée
      • [^] # Re: Freenet

        Posté par . Évalué à 3.

        D'ou l'interé de develloper du materiel libre.

        Malheuresement, autant pour un logiciel un ordi et du temps suffit, que pour develloper du materiel il faut des moyens, beaucoup plus que pour un logiciel.
        • [^] # Re: Freenet

          Posté par . Évalué à 1.

          Dans le pire des cas, on peut émuler beaucoup de fonctions. Ça veut dire qu'on peut se reposer sur un cluster de vieilles machines "non corrompues" pour émuler l'architecture que l'on veut développer. Ça permet de faire un paquet de tests sans avoir à la construire réellement.
      • [^] # Re: Freenet

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        A propos du TCPA/Palladium, j'avais vu un commentaire il me semble, disant ceci :
        - on peut booter uniquement un OS de confiance.
        - on ne peut exécuter une application uniquement si elle est de confiance.
        - on ne peut se connecter à un serveur uniquement sil il est de confiance.
        La confiance étant donné par un "notaire".

        Maintenant s'il y a 2 notaires délivrant de la confiances, bien sur pas la même, on obtient 2 réseaux qui ne peuvent plus communiqué entre eux puisque sécurisé.

        Est-ce que ca tiens la route ?

        (si c'est le cas, Internet va devenir Multinet)
        • [^] # Re: Freenet

          Posté par . Évalué à 3.

          La solution est toute simple: il suffit que MS soit la seule entité à décider qui est de confiance.
        • [^] # Re: Freenet et TCPA

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          pour l'instant TCPA/TCG permet surtout d'identifier de manière non falsifiable, meme à distance, l'OS booté

          Disons que si un gouvernement ou un monopole oblige les gens à utiliser un OS de confiance pour se connecter à Internet, alors toutes les applications/sites censurés par cet OS deviendront inaccessibles

          encore faut-il que les gens acceptent ce diktat, et qu'il n'y ait pas de failles ni dans le hardware (qui devient complexe) ni dans le software (peu probable)
          • [^] # Re: Freenet et TCPA

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Ca veut dire que la vérification se fait au niveau du provider ? Si ce n'est pas le cas, est-ce qu'on avoir "confiance" dans une autre entitié que celle "officielle" ?

            - pour les universitée et les labo ca va être un sacré boxon....
            - pas de faille dans le hardware : finnalement je vais reprendre des chipsets VIA moi .... (pardon pour le troll)
          • [^] # Re: Freenet et TCPA

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            J'oubliais aussi : ca veut dire que même si Linux par exemple n'est pas de confiance (parce que le kernel change trop souvent ou autre), il pourra continuer à marcher exactement de la même façon avec tous les serveurs non déclaré ?
            Après le problème du navigateur pour se connecter au site de sa banque, le problème de l'OS...

            Enfin ca me rappelle les consoles de jeux :
            - dans les premier temps, impossible de cracker
            - crackable par modif hardware
            - crackable par logiciel
        • [^] # Re: Freenet

          Posté par . Évalué à 0.

          Ne jamais prendre un commentaire pour parole d'evangile.

          Ces affirmations sont fausses.

          (Exception pour mon commentaire, tu peux le prendre pour parole d'evangile celui-la :+)
          • [^] # Re: Freenet

            Posté par . Évalué à 1.

            Tout ce que je dis est vrai. Je ne dis que des mensonges.
          • [^] # palladium et tcpa

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            pour ce qui est de palladium/ngscb, cette technologie brevetée et copyrightée par MS n'est à ma conaissance pas prévue pour fonctionner avec linux mais plutot avec des OS de confiance signés par MS

            quand à tcpa, je confirme après avoir les specs et documents officiels qu'il a bien vocation à permettre l'identification non falsifiable des OS/matériels/numéros de série, et peut donc constituer un support de choix pour palladium
            • [^] # Re: palladium et tcpa

              Posté par . Évalué à -1.

              C'est pas faux, mais ca ne rend pas les 3 points du dessus vrais.
              • [^] # Re: palladium et tcpa

                Posté par . Évalué à 0.

                Cela sera possible de les faire fonctionner en désactivant les systèmes de sécurité hardware. Comme il est possible de naviguer sur internet en désactivant les cookies.

                "La première sécurité est la liberté"

                • [^] # Re: palladium et tcpa

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Pour avoir une idée du futur, il suffit de voir le Smartphone d'Orange sur lequel, par défaut, on ne peut faire tourner que des programmes certifié par Orange (C'est un truc sous Windows CE). Alors il existe un moyen de passer outre le bidule, une manip à faire parce que beaucoup de gens ont demandé à pouvoir le faire.

                  Mais ce qui serait intéressant à savoir, c'est comment fonctionne le système d'authentification des programmes. Je pense d'ailleurs qu'il est possible de faire la même chose sous Linux, à savoir n'autoriser l'exécution que de programmes signés. La question est plutôt de savoir qui décide quels sont les programmes que l'on souhaite faire tourner.

                  Dans le cas du Smartphone (et de TCPA/Ngsbc), c'est Orange (ou Microsoft), qui décide ce que tu as le droit de faire fonctionner (oui, il y a un mode dégradé, mais les systèmes distants ne peuvent plus lui faire confiance, et c'est tout le problème).
                  C'est exactement ce qui est décrit dans lettre de 2020 de Mark Summerfield.

                  Je ne suis pas contre la signature des binaires, mais seulement si c'est MOI qui décide ce que je veux faire tourner sur mon système. Ce n'est pas à quelqu'un d'autre de décider à ma place. C'est le nœud du problème.
                  • [^] # Re: palladium et tcpa

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    Je ne suis pas contre la signature des binaires, mais seulement si c'est MOI qui décide ce que je veux faire tourner sur mon système. Ce n'est pas à quelqu'un d'autre de décider à ma place. C'est le n?ud du problème.

                    Dans ce cas, la signature binaire ne sert à rien... car l'intérêt c'est que d'autre puisse te faire confiance... pour cela, il faut un intermédiaire dit "de confiance", dans lequel les 2 parties ont confiance...

                    Si tout le monde signe ses binaires... alors on en revient au même niveau que si on ne les signes pas... on ne peut avoir confiance en un binaire qu'on a pas signé...

                    Alors pourquoi se faire chier à les signer ?
                    • [^] # Re: palladium et tcpa

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Ce à quoi je pensais, c'est par exemple à la signature des binaires par différents organismes et pas seulement des entreprises, comme Debian ou la FSF. Parce que je fais confiance à Debian ou la FSF, mais pas à Microsoft ou SCO.
                      Dans le système tel qu'il est envisagé, on ne pourra pas choisir à qui on veut faire confiance : le choix est fait à notre place.
                • [^] # Re: palladium et tcpa

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Rien besoin de deactiver non plus.

                  Moi je crois surtout que vous ne connaissez rien au fonctionnement du systeme et supputez a tort et a travers.
                  • [^] # Re: palladium et tcpa

                    Posté par . Évalué à 1.

                    La manière dont je le vois, c'est un peu comme le Smartphone d'Orange, non ? Impossibilité d'utiliser des binaires non-certifiés par défaut. C'est la porte ouverte à tous les abus.
                    • [^] # Re: palladium et tcpa

                      Posté par . Évalué à 1.

                      On va etre clair : Tous les softs que tu utilises aujourd'hui seront encore utilisables demain, et comme tu peux le deviner, ils sont pas signes.
                      • [^] # Re: palladium et tcpa

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Je le sais bien. Mais quand on voit déjà que certains sites refusent des navigateurs qui pourtant respectent les standards du W3C, je dis que ce n'est pas le problème. a partir du moment où seuls certains types de logiciels sont signés, on peut facilement imaginer que certains contenus n'acceptent d'être lus que par ces dits-logiciels. Je pense en particulier à quelque chose comme la protection CSS des DVD, voire, encore plus grave, certaines protections de CD audio.

                        Sur un système "de confiance", il va y avoir discrimination entre logiciels signés et non-signés : ces derniers n'auront pas la possibilité d'accéder à tout contenu, simplement parce que le système les montrera du doigt à tous comme étant non-fiables.

                        Contrôle de l'information par quelqu'un qui n'a rien à voir avec la machine de l'utilisateur : ça fait très dictatorial, comme système.
    • [^] # Re: Freenet

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Essaie gnunet : http://www.ovmj.org/GNUnet/?xlang=French(...) .

      Ca ne focntionne que sur des unix like pour le moment. Mais est-ce vraiment un problème ?
  • # Et la France ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Il serait interessant de savoir comment le gouvernement francais va faire fasse aux pressions de la RIAA.
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par . Évalué à 10.

    Décidément, on s'en débarassera jamais de ces sangsues...

    Rappelons quand même que si les majors s'attaquent comme ça aux réseaux p2p plutôt que de sauter dans le train en marche, c'est parce que c'est la fin de leur monopole douteux sur la production artistique. Je vous invite à lire cet excellent lien, en anglais malheureusement:
    http://www.goingware.com/tips/legal-downloads.html(...)
    La crainte des majors, c'est pas le soi-disant manque à gagner dû aux téléchargements, c'est la mise en place de réseaux de promotion et de distribution indépendants d'elles, des réseaux où elles ne feraient pas la pluie et le beau temps. Rappelons qu'un artiste touche en moyenne 41 cents* de royalties par disque vendu, royalties sur lesquels il doit rembourser les frais de promotion de studio etc... "généreusement" avancés par la maison de disque. Dans le modèle actuel, la réelle source de revenu pour un musicien c'est les concerts, et de ce point de vue-là le p2p est déjà un avantage puisqu'apportant beaucoup d'exposition pour un coût nul.

    Mais AMHA la question va plus loin que quelques businessmen agrippés à leur rente, ça aborde aussi la problématique de la liberté d'expression, du contrôle des médias et d'autres choses dont on discute souvent ici. Un lien avec plein de réflexions intéressantes:
    http://grapevine.sourceforge.net/doc/grapevine-manifesto/grapevine-(...)

    Concrètement, je suggère de passer à la désobéissance civile avant qu'il ne soit trop tard: utilisons et faisons connaître les outils de partage de fichiers sécurisés comme freenet ou grapevine (les deux sont sur sourceforge), et pourquoi pas lancer un manifeste, du genre du manifeste des 343 salopes sur l'avortement, où les signataires reconnaissent avoir utilisé un client p2p au moins une fois dans leur vie (60 millions d'utilisateurs rien qu'aux états-unis, de quoi opposer un démenti cinglant aux gesticulations de Rosen et consorts).

    Quand une loi est stupide, il est du devoir du citoyen de s'y opposer (je sais plus qui a dit ça, mais pour une fois qu'une citation colle...)

    -----
    * rappelons également qu'un disque acheté directement à un label coûte entre 10 et 12 Euros. Arithmétique amusante: calculez la part de chacun des acteurs sur un CD vendu 20 Euros...
    • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      > Concrètement, je suggère de passer à la désobéissance civile

      Bien beau concept que celui de la désobéissance civile. C'est quoi au fait ?

      C'est refuser une loi parce que son application implique des choses trop dommageables.

      Sauf que là on n'est pas dans un cas où le respect de la loi implique quelque chose de tellement innacceptable. Finalement le respect de la loi, fut-elle mauvaise à votre avis, n'a pas une conséquence horrible. Quand à la désobéissance à la loi n'apporte finalement presque qu'un profit personnel.

      À qui veux t'on faire croire que cette désobéissance est un acte nécessaire ? C'est une bonne façon de se donner bonne conscience, voilà tout.


      > Quand une loi est stupide, il est du devoir du citoyen de s'y opposer

      Là dessus on est d'accord. Je ne chercherai meme pas là à débattre du fait que cette loi précise est mauvaise ou pas, on va partir de l'hypothèse qu'elle l'est.
      Mais à ce moment là il y a de toute façon plein de possibilités pour s'y opposer avant le fait de ne pas la respecter.
      Tiens, tu en as trouvé toi meme un : lancer un manifeste.

      D'un point de vue général s'opposer c'est militer contre afin de la faire changer. La désobéissance est une extrémité. Pensez vous qu'il s'agisse effectivement d'une situation extrème qui nécessite cette désobéisance ?

      Quand bien même ce qui me gène c'est que cette désobéissance se traduit presque essentiellement par un profit personnel de ceux qui la font. Quand je vois certaines qui ont refusé de payer leur facture d'eau à cause de situation innacceptable ce qu'ils ont fait c'est qu'ils ont payé tout de même, sur compte bloqué. Combien seraient prêt à faire ça ? partager, échanger mais tout stoquer sur un disque bloqué et ne pas écouter/regarder ?
      Que ceux qui répondent qu'ils ne sont pas prêt à le faire m'explique alors quel est le but de leur désobéissance, si c'est effectivement une question morale et d'aide à autrui ou si c'est juste une question de profit personnel (par profit je n'entend pas forcément financier).
      • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > D'un point de vue général s'opposer c'est militer contre afin de la faire changer.
        > La désobéissance est une extrémité. Pensez vous qu'il s'agisse effectivement
        > d'une situation extrème qui nécessite cette désobéisance ?

        S'il l'a proposé c'est qu'il le pense.

        > Quand bien même ce qui me gène c'est que cette désobéissance se traduit
        > presque essentiellement par un profit personnel de ceux qui la font.

        Ca ne doit pas être si rare que ça quand il est question de désobéissance... Pourquoi faire une exception ici ?

        > Quand je vois certaines qui ont refusé de payer leur facture d'eau à cause de
        > situation innacceptable ce qu'ils ont fait c'est qu'ils ont payé tout de même, sur
        > compte bloqué. Combien seraient prêt à faire ça ? partager, échanger mais tout
        > stoquer sur un disque bloqué et ne pas écouter/regarder ?

        Ca a quelque chose de similaire ? Ces personnes ont arrêté de consommer de l'eau ?
        • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          > Ca ne doit pas être si rare que ça quand il est question de désobéissance...

          Je pense que si. En fait je ne vois pas beaucoup de cas affirmé de désobéissance civile autour de moi. Le seul cas clair et net que je vois c'est cette histoire de paiement d'eau.

          Si tu connais plus de cas réels je suis preneur. Et sur ces cas combien se font dans une optique de profit personnel ?



          > Ca a quelque chose de similaire ?

          je pense

          > Ces personnes ont arrêté de consommer de l'eau ?

          Non, mais vis à vis de ce qu'elles gagnent / perdent elles sont en conformité avec la loi. En gros le non paiement à la centrale d'eau ne leur a apporté aucun profit puisque le paiement a de toute facon eu lieu (sur compte bloqué).

          Si tu veux quelque chose de plus proche de cette histoire ca serait payer effectivement les droits de redistribution et visualisation des fichiers utilisés lors de partages mais mettre cet argent dans un coin sans y toucher. Je pensais ma version plus réaliste et envisageable mais si tu préfères celle là ...
      • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

        Posté par . Évalué à 4.

        Je ne crois pas que pratiquer la désobéissance telle que je l'ai expliqué plus haut soit une question de profit personnel; pour moi, il s'agit de refuser une loi qui condamne une pratique qui a toujours été répandue (qui n'a pas échangé une cassette dans la cours du lycée ?), et ce au profit d'une industrie monopolistique, au business model dépassé et qui n'a aucune légitimité.
        Cette loi assimile le tiers des citoyens américains à des délinquants (désolé pour les chiffres US, j'ai que ça sous la main). Elle participe d'une logique qui consiste à considérer toute personne connectée à un réseau comme potentiellement délinquante - je te rappelle que quand tu achètes un CD-R pour graver une archive ISO de la dernière Debian, tu paye une taxe pour l'usage frauduleux que tu pourrais en avoir. Or je ne crois pas que considérer chaque citoyen comme fauteur de trouble potentiel soit un trait des démocraties, ça me semble plutôt être l'apanage des régimes fascisants. En cela je voit un glissement pour le moins perturbant.

        DMCA, EUCD, les lois sur la libre diffusion de l'information (ou plutôt sur la restriction de celle-ci), les lois sur la propriété intellectuelle sont des outils terribles pour qui voudrait contrôler ce que nous lisons, entendons et voyons - hors disposer de médias libres et indépendants, citoyens est un pré-requis de nos modèles de démocraties (qui ne sont pas terribles mais tellement mieux qu'ailleurs...)

        C'est la logique derrière ces lois que je refuse (et je pense être loin d'être le seul), et la raison pour laquelle j'aimerai un vaste mouvement de refus de celle qui criminalise les réseaux p2p, ainsi que de toutes les autres - définitivement pas parce qu'elle m'empêche de télécharger le dernier madonna dont je me contrefous.
        • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          > il s'agit de refuser une loi qui condamne une pratique qui a toujours été répandue

          Désolé mais pour moi ça n'est une justification à rien du tout.
          Par exemple qui ne s'est jamais garé n'importe comment et qui n'a jamais fait le moindre exces de vitesse (attention, je ne dis pas que c'est bien, au contraire, m'ais j'en ai fait aussi) ? Mieux, combien de gosses ont déjà volé un bonbon chez le marchand (ne me parlez pas de majorité, une écrasante majorité des contrevenants sont mineurs dans le cas du p2p aussi) ?

          Il faudrait donc annuler la loi sous prétexte qu'une grande partie de la population ne la respecte pas ? aie, tu es sur ?
          Désolé mais quelle que soit la proportion de gens ne respectant pas la loi ca n'a rien à voir avec la légitiité de cette loi.

          > et ce au profit d'une industrie monopolistique, au business model dépassé

          Ca n'a rien à voir non plus avexc le sujet. Le fait qu'ils aient un busness model dépassé n'enleverait rien à leurs droits et rien à la loi.

          > qui n'a aucune légitimité.

          C'est le seul point qui pourrait justifier.

          > Elle participe d'une logique qui consiste à considérer toute personne
          > connectée à un réseau comme potentiellement délinquante - je te rappelle
          > que quand tu achètes un CD-R pour graver une archive ISO de la dernière
          > Debian, tu paye une taxe pour l'usage frauduleux que tu pourrais en avoir

          Vu ta maitrise du sujet je te propose de ne pas te permettre d'aller contre les lois pour l'instant. Pour information la taxe (qui était déjà là quand tu achetais des K7 pour ton enregistreur de voix il y a 10 ans) n'a rien à voir avec l'usage frauduleux que tu peux faire du contenu. Cette taxe est prévue par la loi comme une compensation de l'autorisation de la copie privée.
          C'est juste une manière alternative de rémunération afin d'autoriser quelque chose que les législateurs trouvaient normal (la copie à titre privé). C'est toi qui parlait de business model dépassé ? voilà une version qui correspond peut etre plus à tes idées (tout le monde paye en forfait et le droit est accordé à tous).
          Il ne s'agit nullement d'une taxe sur le piratage, elle ne présuppose pas que tu fais quelque chose de mal, elle ne compense pas ce que tu fais de mal non plus.


          > Or je ne crois pas que considérer chaque citoyen comme fauteur de trouble
          > potentiel

          Ce n'est pas le cas.
          La taxe que tu décris n'a rien à voir avec d'éventuelles activités illégales et la loi dont tu parles ne concerne que les gens pour qui on a constater qu'ils mettaient effectivement du contenu protégé en diffusion (ce qui à la base est illégal).
          Il n'y a nulle part contradiction avec la présomption d'innocence et nulle part on ne part de l'hypothèse que la personne a fait quelque chose de mal si ce n'est pas vrai.


          Apres concernant le p2p et les échanges actuellement interdits je te laisse ton opinion, je n'ai pas totalement décidé de la mienne. Ce qui me gène c'est uniquement le concept de "la loi ne me plait pas alors je ne la respecte pas", qui est un peu facile. C'est la porte ouverte à exactement tout et n'importe quoi (qui sait quelle loi le voisin ne va pas aimer ?). La désobéissance est un concept important mais un concept extrème, je doute qu'on soit là dans un besoin d'extrémité (il n'y a pas mort d'homme, au pire on verra moins de films / écoutera moins de chansons).
          • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

            Posté par . Évalué à 3.

            « Désolé mais pour moi ça n'est une justification à rien du tout.
            Par exemple qui ne s'est jamais garé n'importe comment et qui n'a jamais fait le moindre exces de vitesse (attention, je ne dis pas que c'est bien, au contraire, m'ais j'en ai fait aussi) ? (...) Il faudrait donc annuler la loi sous prétexte qu'une grande partie de la population ne la respecte pas ? aie, tu es sur ? »


            Ca ne me parait pas aberrant de se dire que quand une loi est très peu respectée, elle contient un problème, ou cherche à régler un problème d'une mauvaise manière.
            Tu fais à mon avis deux erreurs :
            - d'une part les exemples ne sont pas comparables : même si ponctuellement le stationnement et l'excès de vitesse n'ont pas de conséquences négatives, ils en ont statistiquement sur l'ensemble des conducteurs ; à l'inverse, les conséquences négatives de la copie illégale ne sont pas démontrées, et en fait pas du tout soutenues par les chiffres ;
            - d'autre part il est excessivement simpliste de n'y voir qu'une suppression de loi, refuser une loi n'impose pas que l'on refuse tout alternative, etc. Pour reprendre ton exemple, les interdictions d'excès de vitesse ou de stationnements pourraient etre complètement obsolètes là où des politiques de prévention (par amélioration des infrastructures, transports en commun, etc.) auraient été appliquées avec succès.

            « Pour information la taxe (...) n'a rien à voir avec l'usage frauduleux que tu peux faire du contenu. Cette taxe est prévue par la loi comme une compensation de l'autorisation de la copie privée. »

            Ce n'est pas la peine d'etre hypocrite non plus : bien sur c'est la justification officielle. Mais elle n'a été réintroduite que parce que taxer tout le monde pour les copies illégales de quelques-uns (c'était bien ça le but) n'était pas défendable. Et l'application ne correspond pas, puisque tous les supports sont taxés, meme s'ils ne servent pas à faire de la copie privée. Cette loi serait légitime s'il existait des supports taxés et d'autres non taxés, suivant ce que l'on compte en faire.
            • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

              Posté par . Évalué à -1.

              à l'inverse, les conséquences négatives de la copie illégale ne sont pas démontrées, et en fait pas du tout soutenues par les chiffres

              HS mais le deploiement de force contre les exces de vitesse sur voies rapides (autoroutes) ne part pas non plus d'une *démonstration* ni ne sont soutenues par les chiffres (sinon des gains en taxe pour l'état).
              Les autoroutes ou l'ont roule le plus vite sont les routes les moins meurtrières ... a peine 6% des tués pour des millions de km effectués tous les ans.
              Ramené au nombre de km la différence penche encore plus pour ces voies "rapides".

              Bref, ici on s'occupe de la liberté de copie , sur d'autres forum on s'occupe de la liberté de "rouler" et je veillerai a ne plus me tromper de forum :-))

              --> []
            • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

              Posté par . Évalué à 3.

              > Cette loi serait légitime s'il existait des supports taxés et d'autres non taxés, suivant ce que l'on compte en faire.

              C'est le cas pour les disques durs. Pour les CD, ont traine un historique. A l'origine le CD etait la musique, et rien d'autres. Donc evidemment (pour les diffuseurs), un CD vierge est fait pour realiser une copie privee.
              Ceci dit, il est vrai que la taxe est profondement injuste, car la copie privee represente desormais une partie faible de l'utilisation des CD vierges.
              • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

                Posté par . Évalué à 1.

                Je me suis mal exprimé, je voulais dire pour un même support, avoir une version taxée et une autre non taxée. Évidemment personne n'achèterait la version taxée, mais ça n'enlève rien au fait qu'un utilisateur peut ne pas faire de copies privées, et pourtant être taxé.
            • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Ca ne me parait pas aberrant de se dire que quand une loi est très peu respectée, elle contient un problème, ou cherche à régler un problème d'une mauvaise manière.
              Attention quand même avec ce genre d'argument. Il me semble qu'il (personne ne respecte cette loi, annulons la) est utilisé entre autre pour faire passer les brevets logiciels. En gros : il y a déjà plein de brevets sur les logiciels de déposés, alors légalisons les.
          • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

            Posté par . Évalué à 2.

            « Cette taxe est prévue par la loi comme une compensation de l'autorisation de la copie privée.
            C'est juste une manière alternative de rémunération afin d'autoriser quelque chose que les législateurs trouvaient normal (la copie à titre privé). »

            Une compensation de l'autorisation de la copie privée... Mais une compensation DE QUOI, au juste?

            * La loi donne un contrôle total de l'auteur ou de ses ayant-droits sur la manière dont pourront être utilisées les créations littéraires et artistiques. Personne n'est considéré comme lésé.
            * La loi donne quand même des limites à ce contrôle total (qui n'est plus total, tout d'un coup), vu que le législateur trouve quand même normal que les citoyens puissent avoir certains droits dans le cadre privé.
            * Et là, tout d'un coup, on considère que quand même, il y a préjudice qu'il faut réparer financièrement. Mais préjudice par rapport à quoi? Par rapport à une hypothétique loi donnant un pouvoir absolu aux ayant-droits?

            La loi protège les auteurs et les éditeurs, c'est une chose. Mais le fait de ne pas leur donner _tous_ les droits justifie de devoir collecter une « compensation » pour réparation des droits donnés, à la place, au plus grand nombre?

            Dans ce cas-là, je veux bien. Mais je veux aussi qu'on collecte une taxe, pour compenser le préjudice que je subis, moi. C'est vrai, quoi, quelque part, le législateur m'accorde des droits, et je comprends qu'il trouve normal de ne pas m'accorder les pleins pouvoirs sur ce pays (restons modeste, le monde, on verra ensuite). Mais en compensation, j'exige que soient taxés tous les journaux, les radio, les télés, et les sites Internet, vu qu'ils peuvent potentiellement présenter une opinion différente de la mienne. C'est une taxe raisonnable, en compensation de l'autorisation de ne pas suivre à la lettre ce que je daigne ordonner.
    • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

      Posté par . Évalué à 1.

      c'est drôle mais l'acte le plus ennuyeux pour les majors n'est pas le piratage mais le fait de ne pas acheter leur produit ET de ne pas telecharger non plus
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par . Évalué à 10.

    Bon, c'est clair les majors tiennent à garder la main-mise sur le gros du magot. Pour ma part, leur position me fait gerber. Lorsqu'on les écoute, c'est le plus malheureux du monde, vous comprenez, à cause de l'échange de musique sur internet, ils voient leur chiffre d'affaire baisser et donc ils ne peuvent plus "lancer" de jeunes artistes et ils vont devoir licencier et blabla...
    Faut vraiment être con pour croire des salades pareilles !!!
    J'aimerais bien avoir l'avis des artistes qui se font exploiter à 1 € par album lorsque leur producteur s'envoie la grosse part du pognon...
    Si la vente de CD baisse c'est aussi parce qu'il produise (on parle bien de produit maintenant et non plus d'art) de plus en plus de merdes à 2 balles, sans aucune originalité mais lancées à grand renfort de pub, du matraquage. Il suffit de voir ce qu'il font avec Jonathan qualifié de "l'artiste le plus talentueux de sa génération". Pas modeste. Et tout ce qu'il on trouvé à lui faire chanter, c'est une reprise. Comme ça, ils sont sûr que ça va marcher (puisque cela a déjà marché) et ça coûte pas cher. Bref, c'est le niveau zéro de l'art musical, de la merde à l'état brut doublé de l'exploitation d'un pauvre gars qui n'a d'autre choix que de se faire exploiter pendant des années par des producteurs ayant droits peu scrupuleux. A force de faire des reprises on se demande ce qu'ils vont chanter dans 10 ou 20 ans !
    On n'est pas à une contradiction prèt. Cela ne dérange pas nos chères majors à la fois de protéger leurs disques contre la copie et de toucher la taxe sur les CD. De qui se moque-t-on ? Et dire que nos gouverments protège ce système mafieux !
    Moi, j'ai choisi. Depuis qu'ils protègent les disques, je n'en n'achète plus. Cela va faire maintenant 2 ans. Si le même genre de magouiles arrive sur les PC (avec TCPA/Palladium et interdiction de certains logiciels) je jette le tout par la fenêtre et je passe à autre chose qui préservera ma liberté, qui elle n'a pas de prix.
    • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Moi, j'ai choisi. Depuis qu'ils protègent les disques, je n'en n'achète plus. Cela va faire maintenant 2 ans.

      Moi aussi j'ai choisi. Depuis qu'ils protègent la taxe sur les CD-R, je n'achète plus rien qui soit signé par les majors. Par contre, des disques par des "petits" qui débutent, qui galèreront encore plus bientot (intermittents du spectacle), il ne faut pas hésiter a les acheter. D'une part ca aidera vraiment a lancer de jeunes artistes comme ils disent, d'autre part ca montre aux majors que certains veulent de la vraie musique. Et enfin cela exprime mon dégout de leurs pratiques....
      • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Tiens, je fais presque la même chose. Les disques des "gros" artistes que j'adore (Portishead, Lofofora, NiN...) soit je l'achète direct (parce que je le vois en vitrine et que je le veux), soit si je l'ai déjà téléchargé sur un P2P, et que je l'écoute vraiment régulièrement, alors je vais faire les boutiques d'occaz...

        Par contre, pour tous les "petits" groupes pas connus ou débutants, et ben généralement soit je passe par mon p'tit disquaire préféré (que j'ai pas envie qu'il ferme à cause d'une grosse enseigne), soit j'achète direct en sortie de concert, c'est plus sympa et tu discutes pépère avec le groupe. [ Bon bien sûr, j'achète que si ça m'a bien plu... ]

        En tout cas, moi je suis un petit utilisateur de P2P, mais je ne compte pas le nombre de cds que j'ai téléchargé, écouté 2 fois et effacé au bout d'une semaine... j'imagine si j'avais dû acheter le CD, je serais méga vert. Et je ne compte pas non plus le nombre de cds téléchargé, effacé, couru acheté (même si c'est plus rare). À noter aussi qu'à 9 ou 10€ je suis plus enclin à acheter un CD d'un groupe que je connais pas trop ou que de nom, au moins j'aurai pas perdu trop d'argent aussi.
    • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

      Posté par . Évalué à 3.

      Tiens, tiens....

      Cela me fait penser que le président de Vivendi est le mari d'un député européen plus que favorable aux brevets logiciels....


      C'est pas beau, cette merveilleuse société qu'ils sont en train de nous préparer ...

      Rien à voir en lien direct, mais le principe est le même !!!
      • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Ca n'a rien de neuf. Ca ne te rapelle pas le film "Le président" avec Jean Gabin ou à la fin, il fait un discours à l'assemblée Nationale ou il cite tous les députés qui sont patrons ou dont la famille est dans les grosse industrie, tout ça pour accuser le gouvernement d'être uniquement au service de l'industrie.

        C'était un film de 1961 mais rien n'a changé depuis !
        • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

          Posté par . Évalué à 3.

          Et rien ne changera jamais !!!

          On peut changer les critères de sélection et de domination ,
          les regles du jeu,
          mais à la fin il y a _toujours_ des plus forts qui cherchent à assoir leur situation durablement.

          La bonne piste c'est plutot de se poser la question :
          que la musique représente pour moi ?
          qu'est-ce qui fait que j'ai envie de ceci, ou celà, au point d'investir une partie de ma richesse
          ou
          de me mettre hors la loi, meme morale c'est pareil,
          pour l'obtenir ?

          Une société c'est aussi un ensemble d'individu qui fonctionnent de manière cohérente, plus ou moins raisonnée.


          Quand on a peur de mourir on panique.
          La RIAA va etre de plus en plus violente, elle meure et cherche à survivre.
          • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            oui l'homme est-telle qu'il est, mais on peut améliorer les choses quand meme!

            En l'occurence pour les hommes politiques je serais assez favorable à certaines mesures permettants à ces personnes de faire ce boulot par intéret à leur pays/peuple et pas pour leurs intérets personnels, exemple:
            -etre bénévole(modèle suisse) ou peu payé et primes suivant travail accompli,
            -viré tous leurs privilèges après la fin leur job (là je pense aux ministres)
            -INTERDICTION de toutes connivences économique (ils ne doivent avoir quelconques intéréts économiques dans une société) afin de décanter le politique et d'économique!! (un peu comme le politique avec la religion quoi!)
            et ya surement d'autre mesures à adopter...

            Pour la zic, la RIAA peut crever la gueule ouverte si elle veut pas évoluer, je suis pour la rétribution financières/respect des oeuvres des artistes(c'est ce qu'il me fait acheter encore quelque CDs) PAS tous cette industrie qui s'en met plein les poches.

            <ma vie>
            Mon meilleur pote tente de vivre de sa zic (vente d'album, concerts, formation en milieu scolaire...)) il a compris rapidement qu'etre indépendants de ce milieu était indispensable, et il pense de plus en plus au nouveau moyens de distribution qu'est internet (il n'est pas un grand connaisseur de la toile);
            </ma vie>
            conclusion: vive les petits labels et les nouveau moyens de distributions par le réseau mondial!
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par . Évalué à 10.

    "Cette délicieuse utilisation de la justice arrive à nos portes"

    Je ne vois pas en quoi c'est un problème. Dommage qu'il n'y ait eu que 150 injonctions de payer, qu'il n'y aurra que des poursuites judiciaires à l'encontre de 4000 utilisateurs, que les sanctions ne soit que de l'ordre de 150 000 $ par oeuvre contrefaite, et que les peines ne soit que de 5 ans d'emprisonnement maximum.

    Moi je trouve ca bien, vivement que ca devienne monnaie courante. Comme ca, le chiffrement entrera rapidemment dans les moeurs, et la liberté du reseau sera d'autant plus forte que l'anonymat et le chiffrement ne seront plus considérés par l'utilisateur de base (et donc par les editeurs et programmeurs de soft) comme la cinquième roue du carosse.

    L'étape d'après pour ces messieurs sera d'interdire d'une façon ou d'une autre l'utilisation de la crypto, et là, les masques vont tomber (industries, politiques, journalistes...). Je pense qu'il sera alors légitime pour tous (et pas seulement pour les accrocs du p2p et leurs Go de merde piraté qui pourrisent reseaux et logs) de gueuler et de faire de la désobeissance civile le cas écheant.

    L'industrie du disque ne voit pas plus loin que son nez et nous emmene tout droit vers le "problème" des libertés fondamentales contre les interêts économiques. Tant mieux, et pourvu qu'on y arrive vite.

    Avant ca, je ne vois aucune raison de s'enflammer.
    • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

      Posté par . Évalué à 2.

      Il n'est pas interdit de penser que c'est pour ne pas soulever ce probléme que le mouvement n'a pas plus d'ampleur. En effet, l'industrie a rarement intérêt à poser des problémes à la société.

      >Avant ca, je ne vois aucune raison de s'enflammer.
      Dors bien, mais ne t'étonnes pas d'avoir un peu froid au réveil.
      • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

        Posté par . Évalué à 4.

        "Dors bien, mais ne t'étonnes pas d'avoir un peu froid au réveil".

        Je suis très bien reveillé et fais la part des choses. Ici, ce sont des utilisateurs qui bafouent la loi qui se font épingler.

        Il n'y a pas de quoi hurler à l'injustice (des dizaine de giga de musique, ca a une valeur marchande non negligeable), de denoncer les pratiques des maisons de disque (si c'est en vente, c'est qu'il y a des "artistes" qui se font produire par eux, et que ca s'achete, voire même que ca s'ecoute simplement en mp3 chopé illegalement sur le net), ou encore d'imaginer que c'est une histoire de Grand Complot Mondial.

        Ce qui est interessant dans cette histore, c'est les reactions et les motivations de la majorité des utilisateurs de p2p.

        1) les maisons de disque elles sont vraiment trop mechantes avec les artistes

        Ah oui ? et pourquoi se font-ils produire par eux ? Pour la petite histoire, j'etais derrière une table de mixage pendant 1 an d'un groupe qui s'auto-produisait. Le prix, pour pouvoir rentrer dans leurs frais et en preparer un deuxième: 100 balles à l'époque.

        2) les maisons de disque elles nous font ecouter de la merde

        Ah oui ? A qui la faute ? Je ne vois pas que de la merde sur les reseaux p2p, je vois aussi des albums entiers d'artistes reconnus.

        3) Oui mais les grands, ils ont dejà tellement de sous qu'ils ne savent pas quoi en faire.

        Et ? ca autorise à bafouer la loi ?

        4) si j'avais pas le p2p, j'acheterais pas

        Ah oui ? et tu achetes quoi ?

        5) nianiania tu parles d'acheter et la liberté de l'accès à la culture alors ?

        Je croyais que c'etait de la merde ?

        6) oulalala où est ma liberté si on m'interdit de bafouer la loi ?

        Bref, ils me font vraiment marrer, mais peut être que grace à eux on va avoir autre chose que des gens qui se baladent à poil et avec un colier à leur nom et adresse sur le net.
        • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

          Posté par . Évalué à 3.

          Aux origines de ma remarque, il y a cela que vouloir tirer un moyen de subsistance d'un exercice d'édification personnelle (tels que le sont les pratiques artistiques) doit être pesé avec un soin extreme pour ne pas devenir un obstacle.
          Or, il est pour moi évident que la vente d'enregistrements d'états de son art conduit à une focalisation excessive sur un produit intermédiaire peu en relation avec l'objectif visé.
          Ceci pour dire que ce qui s'échange sur les p2p je m'en fous et que ce qui me faisait réagir était la maniére dont des agents économiques associés se comportent et intrusent dans des relations de pair à pair. Maniéres qui je crois méritent que l'on reste ardent.
          Quand au naturisme, je suis pour, partout, sauf quand il fait froid.
        • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

          Posté par . Évalué à 1.

          « Ce qui est interessant dans cette histore, c'est les reactions et les motivations de la majorité des utilisateurs de p2p. »

          Répondre à un personnage imaginaire, un stéréotype, franchement je trouve ça inutile et ça n'apporte rien de solide à ce que tu défends. Par exemple :

          « 2) les maisons de disque elles nous font ecouter de la merde
          > Ah oui ? A qui la faute ? Je ne vois pas que de la merde sur les reseaux p2p, je vois aussi des albums entiers d'artistes reconnus. »


          puis

          « 5) nianiania tu parles d'acheter et la liberté de l'accès à la culture alors ?
          > Je croyais que c'etait de la merde ? »


          Ces deux arguments là sont incohérents, mais c'est toi qui crée cette incohérence dans le personnage imaginaire à qui tu réponds. Peut-être que les deux arguments sont donnés (quoique le premier, dans ce sens, j'en doute), mais pas par les mêmes personnes, même si ces personnes défendent la même chose (la copie illégale). Dans ce cas, c'est un peu facile de répondre quand on fait soi-meme arguments et réponses.

          Au final, tu n'auras eu qu'un argument défendable : « c'est bafouer la loi ». Ce qui ramène à l'attitude que chacun décide d'avoir face à la loi. Et ce qui se disait en deux lignes. Le reste, ce sont des réponses à faire lorsque quelqu'un défend un point que tu soulèves, mais dans le vide comme ça, ça ne vaut rien.
          • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

            Posté par . Évalué à 0.

            "Ces deux arguments là sont incohérents"

            Ce n'est pas à moi qu'il faut le dire, mais à mes "stereotypes" et personnages imaginaires qui peuplent malgré tout les reseaux de p2p... Il y a effectivement un autre type de personnage qui n'en a rien a faire de tout ca, et qui ne cherche pas à justifier son acte derrière des pretextes fallacieux. Celui là, effectivement, je n'en parle pas.
            • [^] # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

              Posté par . Évalué à 1.

              « Ce n'est pas à moi qu'il faut le dire, mais à mes "stereotypes" et personnages imaginaires qui peuplent malgré tout les reseaux de p2p... »

              Mais c'est toi qui invente le personnage quand tu mélanges plusieurs réflexions faites pour justifier la copie illégale. Certains pensent que les artistes ont assez d'argent, d'autres qu'ils méritent mais qu'il ne faut pas payer s'ils n'en récupèrent que quelques pourcents, d'autres que la copie devrait etre libre, d'autres qu'il ne devrait pas y avoir de propriété intellectuelle. Les quatre que je donne là sont des avis différents. Je ne dis pas que tes réponses, si elles s'adressaient à l'un d'entre eux, ne seraient pas pertinentes, mais que là tu réponds à un personnage à qui tu attribues toutes ces réflexions en meme temps, et c'est ça qui n'est pas pertinent. C'est comme parler du francais moyen, on peut en dire n'importe quoi, et lui faire dire n'importe quoi. Ou comme quand pBpG parle d'utilisateurs de LinuxFr ayant dit du mal de MS, il mélange un ensemble de réflexions qui ne correspondent pas à un avis mais à plusieurs, pas forcément cohérents entre eux ; facile après de critiquer l'incohérence...

              « Il y a effectivement un autre type de personnage qui n'en a rien a faire de tout ca, et qui ne cherche pas à justifier son acte derrière des pretextes fallacieux. Celui là, effectivement, je n'en parle pas. »

              Ca doit quand meme cadrer avec tes points 5) et 6) meme si l'explication principale c'est qu'ils ne reconnaissent pas la légitimité de la loi, et choisissent l'action directe plutot que de chercher à faire modifier la loi.
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par . Évalué à 4.

    L'économie numérique est-elle soluble dans la répression ?

    Le problème de fond concernant les échanges numériques, au sens le plus large du terme, c'est qu'ils terrifient les politiques et aussi les acteurs économiques les plus puissants.

    Pour ne pas sortir du sujet de cette news, je propose l'exemple suivant :

    Je désire me procurer un cd d'un petit label espagnol
    (société de production de la taille d'une pme).

    Je m'addresse pour celà à un disquaire indépendant et à une enseigne de grande distribution.

    Verdict 19,50 euro le cd. (Une mastérisation d'un 33T de 1956 dont on peut considérer qu'il ne nécessite pas d'investissement de production en dehors du master et de la gravure des cd).

    Le label vend directement par internet le même cd 8,80 euros + frais de port pour un total de 14 euros.

    Donc 5,50 euros de différence pour un seul cd.

    D'autre part il s'agit d'une oeuvre de 1956 dont je ne sais qui détient les droits d'auteur, ni quand ces droits expirent, ni combien ils représentent sur le prix total du cd.
    Il est difficile de faire plus obscur.

    Les producteurs et des distributeurs de produits audiovisuels ont pour objectif de maintenir des marges très élevées sur la vente de leur produits au mépris des client, au mépris des créateurs.

    Il n'en reste pas moins que l'échange d'oeuvres numériques même à titre gratuit, qui est un phénomène massif, provoquent des lèses directs et indirects et fragilisent les libertés d'expression et d'échange.

    Bien sur, ce phénomène dépasse largement le cadre du litige dont on veut à tout force le réduire. N'y voir là qu'un acte de "piraterie" démontre à quel point nos sociétés ne digèrent pas ces nouveaux moyens de communication.

    Jamais la modernité ne posa un tel défi à nos sociétés.
  • # Plusieurs idees

    Posté par . Évalué à 2.

    Il y a plusieurs nouvelles dans cette nouvelle.
    La RIAA obtient des injonctions contre les fournisseurs d'acces afin de pouvoir identifier des noms d'utilisateurs de p2p?
    C'est normal, et c'est la demarche a suivre. On ne s'attaque pas a l'intermediaire, mais on saisit la justice pour pouvoir remonter aux contrevenants. C'est bien. C'est beaucoup mieux que de faire fermer napster, par exemple.

    La transposition de l'EUCD? C'est mal. Ca n'ajoute pas de protection a l'oeuvre, ca fait des lois redondantes, c'est stupide!

    Le projet depose aux USA? Haha! Ils me feront toujours autant marrer. Bon, compter un minimum de 10 copies des que l'oeuvre est accessible est etrange... Pourquoi 10? Ca ne correspond a rien. D'ailleurs, on peut supposer qu'il n'a bien distribue qu'une seule copie. M'enfin, c'est un detail. Mais 5 ans de prison!!! Ca fait cher le CD de Celin Dion... Il vaudrait presque mieux l'assassiner. C'est ridicule.
    • [^] # Re: Plusieurs idees

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      En effet, c'est en nettoyant les réseaux des jeunes et moins jeunes qui ne pensent qu'a télecharger pour rentabliser l'adsl, succombant au marketing pour etre dans le vent, que le p2p prendra son essor en tant que moyen alternatif de communication.

      Donc je dit oui. Oui à l'arrêt du piratage. Oui à la légalisation du p2P comme moyen d'échange. Oui à la repression sévere, mais pas trop , des échanges illicites de contenu sur internet.

      Si le p2p est une chance pour les artistes de se libérer du joug des majors, alors, faut pas les laisser diaboliser le tout. Et il faut empecher le piratage et les échanges illégaux de mp3/ogg/divx pour ça.

      On ne voit plus beaucoup de sites de mp3, la censure des fournisseurs s'appliquant,et pourtant, les artistes sont toujours libres de mettre leur mp3 sur leur sites web ( si ils en ont les droits, bien sur, mais c'est pas la faute d'une politique de censure de l'admin ).

      Les commentaires ici me font marrer, appeler à la désobeissance civil, pirater les oeuvres pour notre liberté. Tout ceux qui crient ça n'ont jamais vécu en dictature, pas plus que moi, mais moi, je fait pas le mariole. C'est facile de scander des slogans sur un site web, au fin fond des commentaires. Mais il faut ouvrir les yeux.

      Les 3/4 des utilisateurs de p2p ont un sens de la politique aussi developpé que le sens de l'astrophysique d'un légume. Parler de libertés pour eux, ça sert à rien car c'est un mot qui posséde trop de syllabes.


      Vous ne pensez pas que ça serait mieux de responsabiliser les gens, au lieu de fournir des tutoriels de plus en plus nombreux sur comment échanger des fichiers, des listes d'ips réputés appartenir a la RIAA, et des moyens de pas se faire reperer ?

      Et surtout, au lieu de troller ici sur les mêmes sujets à longeur d'années ?


      La prochaine fois qu'un débutant vous demande comment faire marcher kazza, fait lui un speech au lieu de lui dire que kazaa c'est nul, et qu'il faut prende waste.
      Meme si ça change rien pour 90% des gens, pour 10%, ça seras toujours ça de gagner.
      • [^] # Re: Plusieurs idees ... plutot pas mauvaises

        Posté par . Évalué à 2.

        Merci pour le sens de l'astrophysique d'un légume, qui me plaît beaucoup. Je te [+]sserais si je pouvais.
        Je suis pas mal d'accord avec toi, et je voudrais juste ajouter une information sur mon niveau d'écoeurement face au comportement des petits cons qui téléchargent le dernier "machin" à tours de bras : il est maximal.
        Ok, j'admet que ces gens sont parfois des petits cons seulement pendant le court moment qu'il passent devant leur ordinateur, mais ça ne change rien au problème.

        NB : ce n'était pas en P2P, mais juste sur le Web ou en FTP : j'ai moi aussi téléchargé un peu de musique sur Internet. Juste quelques inédits d'artistes dont je possède par ailleurs quasiment toute la discographie officielle en France. Je ne suis donc effectivement pas tout blanc non plus.
      • [^] # l'autocensure est la meilleure !

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        en effet une des applications futures de Waste est l'autocensure:
        comme chaque noeud décrypte les contenus qu'il forwarde pour ses amis, il peut aussi censurer les contenus qu'il estime contraire à son éthique, voir couper ou ralentir la connexion des amis qui abuseraient un peu (images très douteuses, documents haineux, ...)

        je préfère de loin ce type d'autocensure locale à une censure centralisée du gouvernement qui peut donc empecher que l'on discute ouvertement de la corruption des ministres ou de leurs amis.
        • [^] # Re: l'autocensure est la meilleure !

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          L'autocensure, ça marche pas.

          Sinon, les gens s'autocensureraient et ne telechargeraient pas de contenus illicites.
          Et ne le mettrait pas en téléchargement.

          Donc je voit pas ce que waste va changer à cet état de fait.

          Au bout de 6 mois, des listes d'ip vont apparaitre, pour les personnes permissives, et voila, l'autocensure va foirer.

          Waste propose quoi contre ça ? rien.
          Et j'imagine même mieux. Les listes vont circuler grace à waste. Et la boucle est bouclé.

          Moi je dit bravo.
          • [^] # faire un dessin de l'architecture d'un réseau d'amis p2p !

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            là (et je suis sérieux car c'est pas si simple) je te conseille de faire un dessin de l'architecture d'un réseau d'amis de type waste conçu pour que personne, à part tes amis de confiance, ne puisse savoir que tu utilises waste

            tout l'intéret de cette archi est que chacun ne communique son IP qu'à ses amis les plus proches en qui on peut avoir confiance, et à l'aide de clés de crypto spécifiques à chaque paire d'amis

            par conséquent il est hors de question de faire circuler des listes d'IPs (car si le soft est + ou - interdit, alors on pourrait identifier par leur IP les utilisateurs de ce soft)

            listes d'IP qui de toutes façons ne serviraient à rien sans les clés de crypto associées (et dans le futur personne ne pourra divulguer ses clés si il utilise une crypto symmétrique très forte comme OTP)

            enfin tu as le droit de sanctionner durement (y compris par un témoignage en justice) tout ami qui dépasserait la ligne jaune que tu as fixé toi même
            • [^] # Re: faire un dessin de l'architecture d'un réseau d'amis p2p !

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Que se passe t'il si je fournit ma clé à tout le monde ?
              Que devient le reseau si je considére que tout le monde est digne de confiance ?

              Je vais me faire bannir de mes "amis", mais si mes amis pensent comme moi ?

              Si des centaines de crétins assoifés de britney spear et de pop prépubéres commencent à faire n'importe quoi ? Si les lyceens s'échangent des fichiers comme il le font maintenant ?

              l'autocensure, je le repete, ne regle pas le probléme.
              Croire que les 10 % de personnes conscientes du probléme vont forcer les 90% a changer de mentalités, c'est utopique dans le meilleur des cas, et une oligarchie dans le pire.

              Quand au fait de dénoncer ses amis en justice, tu peut deja le faire IRL, je ne voit pas ce que ça apporte de surcroit.

              Sans la preuve formel que la cle lui appartient ( et c'est vrai, un fichier informatique, ça s'efface pas, c'est sur qu'il va en plus garder la preuve ), ça servira a pas grand chose.
              • [^] # Re: faire un dessin de l'architecture d'un réseau d'amis p2p !

                Posté par . Évalué à 1.

                Et ben si tu considères que tout le monde est digne de confiance, alors tu considères aussi les robots de la RIAA comme dignes de confiance, donc le reseau n'est plus anonyme.

                Si des centaines de personnes se font un gros réseau spécial copie illégale, ils auront juste un mal de chien à rester anonyme, et ça sera comme maintenant avec les gnutella et autres.
                • [^] # Re: faire un dessin de l'architecture d'un réseau d'amis p2p !

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  cqfd.

                  j'ajoute de plus que si on doit passer son temps à regarder ce que les autres font, on a pas fini. Si j'offre un peu de place sur mon serveur pour des documents, je ne regarde pas en permanence les ~/public_html/ pour voir ce qui se passe chez chacun.

                  Comment savoir , sans lire le fichier, si le contenu est licite ou pas ?
                  Au nom du fichier ? Car un nom ne se change pas ?
                  Et de quel droit lire le fichier que deux personnes s'échangent , même si une d'elle me fait confiance, quid de l'autre ?

                  L'autocensure, ça marche que sur le papier.
                  Car on sait tous que personne ne jouera le jeu totalement.
      • [^] # Re: Plusieurs idees

        Posté par . Évalué à 1.

        J'abonde dans ton sens. On a d'un côté la RIAA qui essaye de conserver la main sur tout le monde artistique et de l'autre des utilisateurs complètement irresponsables qui copient à tour de bras.
        Pour moi les deux modèles sont faux : il faut que la RIAA ne puisse pas avoir les pouvoirs qu'elle est en train d'acquerir (ce n'est pas son boulot) et il faut arrêter de laisser les gens être dans la plus complète illégalité (he oui c'est illégal de copier des albums).

        Au jour d'aujourd'hui quand je pose le problème autour de moi à ceux qui usent et abusent du p2p (presque 100% des utilisateurs de l'ADSL d'ailleurs), on me rit littéralement au nez !! L'un d'eux m'a même dit qu'il fallait bien qu'il rentabilise son abonnement !
        • [^] # Re: Plusieurs idees

          Posté par . Évalué à 1.

          (presque 100% des utilisateurs de l'ADSL d'ailleurs)

          Heureusement qu'il y a le presque, parce que sinon je crierai bien à la violation de la présomption d'inocence (justifiée pour une fois d'ailleurs, vu que jusque preuve du contraire, j'ai l'ADSL et pas de logiciel de p2p d'installé)...
          ;-)

          Bon, ok, je ->[]
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    http://freshmeat.net/projects/peerprotect/?topic_id=151%2C253(...)

    Le lien download est mort
    Le site est protégé par mot de passe.

    Vendredi tout marchait..

    Mais ca n'a rien à voir avec le sujet
  • # Re: L'Empire du disque contre-attaque, cette fois en Europe !

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Aux États Unis d'Amrique, la RIAA à depuis quelques temps obtenu gain de cause au pèrs des plus hautes instances et reçoit d'un grand nombre de fournisseurs d'accès internet, l'identité des utilisateurs de logiciel d'échange de fichiers ("peer to peer").

    Mais l'un d'entre eux semble vouloir résister et se targue de vouloir défendre un certain "droit de leurs clients à la vie prive"!?.

    Curieusement en effet, les aspirations de la RIAA ne semblent pas faire l'unanimité...

    "USA- Pacific Bell refuse de dénoncer les pirates musicaux du net"
    http://fr.biz.yahoo.com/030801/85/3bufm.html(...)

    "Procès de la RIAA : un fournisseur Internet contre-attaque"
    http://www.branchez-vous.com/actu/03-07/07-257704.html(...)

    "La vie privée sacrifiée sur l'autel du copyright ?"
    http://www.vouich.com/archives/nouvelles_du_cyberdroit/la_vie_prive(...)

    "Les FAI incités à violer la vie privée des internautes"
    http://www.01net.com/article/200225.html(...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.