Nouvel installateur pour ArchLinux

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
40
22
août
2011
Arch Linux

La communauté ArchLinux vient de sortir son tout dernier média d'installation pour cette distribution qui se veut simple (selon le principe KISS) et constamment à jour grâce à son approche en rolling release.

L'installateur 2011.08.19 présente, entre autres, ces nouveautés :

  • le chargeur d'amorçage syslinux est maintenant proposé par défaut ;
  • prise en charge expérimentale des systèmes de fichiers brtfs et nilfs2 ;
  • le fichier rc.conf a été remis au goût du jour pour coller aux dernières évolutions ;
  • la sélection des sources est plus flexible ;
  • l'image inclut le kernel 3.0.3-1, pacman 3.5.4-3, glibc 2.14-4, mkinitcpio 0.7.2-1, initscripts 2011.07.3-1 et netcfg 2.6.7-1.

Avis spécial à toutes ces moules qui disent vouloir se lancer un jour sur ArchLinux : c'est vraiment pas si compliqué que ça. D'ailleurs, pour les plus frileux, l'installation sur une machine virtuelle aura vite fait de les en convaincre !

Il n'y a que deux liens à suivre :

NdM : Les plus pressés d'entre vous peuvent toujours utiliser CTKArch qui se présente sous forme de livecd installable.

  • # y fait frisquet ce matin

    Posté par . Évalué à -10.

    D'ailleurs, pour les plus frileux, l'installation sur une machine virtuelle aura vite fait de les en convaincre !

    Moi je suis frileux pour la machine virtuelle. C'est pas le truc où il faut compiler des bouts de noyau différents, que tout n'est pas au point, plein de débats bizarres sur lwn où je pige rien ? Ou alors c'est un émulateur, et il faut que je choisisse à la main si je veux choisir d'émuler une carte mère de modèle Truc avec câblage Bildule (et j'ai pas trop le temps de m'y plonger). En plus, faire l'update régulier de ma machine PLUS l'update d'une autre distro émulée, bof bof.

    • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Mouarf,
      Et quand tu utilise ton clavier, le nombre de touches ne te fait pas trop peur ca va ? t'est sur de ne pas avoir besoin de l'assistance d'un medecin ou carrement d'un chiropracteur ?
      Non vraiment installer une machine virtuelle type qemu/kvm/virtmanager ou virtualbox est accessible a un enfant, c'est plein de gros bouttons qui brillent avec des icones claires (ce que je ne dirais pas forcement pour xen certes).

      • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

        Posté par . Évalué à 4.

        ce que je ne dirais pas forcement pour xen certes

        libvirt/virsh/virt-manager supportent tout aussi bien xen que kvm.

    • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

      Posté par . Évalué à 4.

      ça c'est soit un gros troll, soit l'ignorance doublée du manque d'envie de s'informer avant de dire des bétises...

      • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

        Posté par . Évalué à 2.

        Un peu des deux. En l'occurrence, c'est l'argument « si vous êtes frileux pour installer la distro, installez une machine virtuelle ! » qui ne me convainc pas. Si le lecteur est trop frileux pour apprendre à installer une Arch, il y a toutes les chances qu'il soit aussi trop frileux pour apprendre à installer une machine virtuelle ET apprendre à installer la distro en question (or le lecteur supposé dans la phrase est toujours censé être frileux pour cette étape).

        • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          or le lecteur supposé dans la phrase est toujours censé être frileux pour cette étape

          Je pense que la phrase est là pour que les gens qui ont peur de l'installer sur le poste et de ne pas arriver jusqu'au bout, voire de flinguer des partitions et de perdre des données. Si l'utilisateur le fait avant dans une VM (qui est vraiment basique à mettre en place et ne nécessite pas du tout le niveau nécessaire à installer une Arch), il verra que c'est facile et pourra le faire sur un vrai PC.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Si le lecteur est trop frileux pour apprendre à installer une Arch, il y a toutes les chances qu'il soit aussi trop frileux pour apprendre à installer une machine virtuelle ET apprendre à installer la distro en question

          Ou alors il n'a qu'un seul ordinateur chez lui, et il est "trop frileux" pour faire de la place avec gparted juste voir l'installeur d'une n-ième distribution. Ou alors il est "trop frileux" pour écraser sa distribution actuelle.
          Dans ce cas, trop frileux = une personne tout à fait normale

          J'utilise des machines virtuelles au quotidien pour tester tout un tas de choses. C'est d'une simplicité plus grande qu'un ordinateur physique. Donc celui qui sait installer "en vrai" n'a aucun problème avec VirtualBox pour citer le plus gros-boutons-en-couleur.

    • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Tu n'as pas besoin de maintenir la distribution dans la machine virtuelle, elle ne sert qu'à tester, ou à te prouver que même toi tu peux l'installer, au cas ou tu aurais envie de changer de distribution.

    • [^] # Re: y fait frisquet ce matin

      Posté par . Évalué à -2.

      "N'importe quoi lui"

      Le poulpe

      "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

  • # KISS ?

    Posté par . Évalué à -4.

    selon le principe KISS

    KISS, ça fait quand même un manuel de plus de 150 pages, juste pour l'installation ! Et bien sûr, en cours d'installation je le suis retrouvé avec un pépin non référencé... Je ne savais pas quoi faire. :(

    c'est vraiment pas si compliqué que ça.

    KISS, mais pas trop ? ;)

    l'installation sur une machine virtuelle aura vite fait de les en convaincre !

    Navré, mais je n'ai pas réussi. La machine virtuelle ajoute une belle couche de complications, rien que pour configurer le réseau virtuel à l'intérieur du réseau local.

    Donc, attention, c'est peut-être KISS, mais uniquement pour les vrais barbus. :D

    • [^] # Re: KISS ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      KISS, ca veut pas dire noob aware, ca veut dire simple d'administration...

      Par exemple, depuis que je n'utilise plus Ubuntu et Debian sur mes desktop, j'ai vraiment l'impression d'être largé quand je dois corrigé un problème...

      Genre, j'ai pas reussi à passer le clavier de la console en azerty sur Ubuntu 10.04 alors que sous Arch c'est simple comme "bonjour".

      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Genre, j'ai pas reussi à passer le clavier de la console en azerty sur Ubuntu 10.04 alors que sous Arch c'est simple comme "bonjour".

        sur debian, c'est simple comme install-keymap le nom de la keymap. Ce n'est pas parce que c'est simple sous Arch que c'est compliqué ailleurs. D'ailleurs, en une recherche Google ça se retrouve.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          J'ai tout essayé, rien n'a fonctionné... Et des recherches Google j'en ai fait un paquet...

          Sauf que y'avait des paquets non installé (console-data) sous Ubuntu donc peut être qu'ils utilisent un truc nouveau pour faire la conf clavier en console...

          • [^] # Re: KISS ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Et des recherches Google j'en ai fait un paquet...

            T'en a fait qu'un? parce que faire un paquet .deb c'était trop compliqué?

            ->[ ]

          • [^] # Re: KISS ?

            Posté par . Évalué à 5.

            ;oi qssui j4qi cherch2 j4qi rien trouv2 dqns google je co;prends pqs pourauoi M

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par . Évalué à 4.

          l'avantage sous Arch c'est que la plupart de la configuration se retrouve dans /etc/rc.conf, donc pas besoin d'apprendre des trucs compliqués, il suffit de suivre les commentaires dans la plupart des cas.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

          • [^] # Re: KISS ?

            Posté par . Évalué à 2.

            loin de moi de vouloir troller, mais /etc/make.conf recense également tout la config, y compris les GCC flags.
            Du coup, RTFM ou que l'on soit finalement, KISS ou pas.

      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        j'ai vraiment l'impression d'être largé quand

        voulais tu dire "enlargé" ?

    • [^] # Re: KISS ?

      Posté par . Évalué à -4.

      Bon, je constate que mon commentaire va être enterré à cause de l'ironie que je fais sur le KISS...

      Mais tout de même, presque toutes les distributions peuvent s'installer avec un simple clic à partir d'un LiveCD. Mais c'est Archlinux qui met en avant le KISS, malgré les nombreuses pages de doc qu'il faut se taper...

      Suis-je le seul à y voir une contradiction ?

      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Simple selon Arch, ca veut dire documenté et compréhensible.

        C'est l'inverse de la plupart des distros qui preferent soit disant te simplifier la vie avec des outils graphiques et des scripts maison. Le probleme, c'est que ces outils sont vite obsoletes ou buggues.

        L'idee de KISS, c'est de garder les choses documentées et faciles a comprendre plutot que d'empiler les surcouches. KISS est plutot a comprendre dans le sens de "Ne complique pas les choses".

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Pour moi KISS, c'est surtout le bonheur que ma distro fasse ce que je lui demande et surtout ne fasse rien si je ne lui demande rien :p
          J'ai découvert ce principe sous Slackware et l'ai retrouvé avec une plus grande joie encore sous Arch.

          Quand au nouvel installateur, je pense ne jamais en avoir besoin car je pense ne jamais avoir à la réinstaller, en rolling depuis le 31/01/2007 et pas un accroc (enfin si une fois sur XOrg, ou il a fallu rebasculer en console pour, mais il me semble que les autres distro n'ont pas fait beaucoup mieux).

          Merci Archlinux, merci pacman, merci AUR, merci ABS :D

      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        Tu le vois depuis l'utilisateur final, mais l'acronyme "KISS" ici cible le fonctionnement d'Arch: http://wiki.archlinux.fr/Kiss#Simplicit.C3.A9

        La majorité des distributions ont un installateur simple, mais on ne sait pas forcément ce que ça fait, et tant mieux, certains utilisateurs ne souhaitent pas forcément le savoir.

        Sur Arch, il vaut mieux savoir ce que ça fait, sinon, on va au devant de complications.
        Et quitte à plonger dans des fichiers de configuration, autant que ceux là soient le plus simple possible.

      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Le KISS s'applique au logiciel qui doit rester simple, c'est à dire ne pas faire dix millions de choses à la fois, mais se concentrer sur une chose et la faire bien. Il ne s'applique pas à l'interface utilisateur.
        Et ils ne se sont jamais cachés de s'attaquer à un public "averti", pour qui la distribution sera plus simple à configurer qu'une ubuntu (avec laquelle on a du mal à sortir des configurations standards)

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par . Évalué à 5.

          le côté KISS, je l'apprécie également pour la création de paquets avec AUR :
          https://wiki.archlinux.org/index.php/Arch_User_Repository

          Difficile de faire plus simple : on décrit simplement ce qui va se passer à la compilation, et le tout tient dans un seul fichier dans la plupart des cas. Une mise à jour de logiciel prend souvent 2 minutes.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          Tu veux dire que ça s'applique pas à rc.conf, qui est si on en crois un commentaire plus haut, l'endroit ou tu configure tout et c'est plus simple(tm) ?

          • [^] # Re: KISS ?

            Posté par . Évalué à 8.

            Tu veux me dire que le fichier de configuration principale d'Arch Linux est difficile à comprendre ? Ou même qu'il est complexe ?

            #
            # /etc/rc.conf
            #
            
            # -----------------------------------------------------------------------
            # LOCALIZATION
            # -----------------------------------------------------------------------
            #
            LOCALE="en_US.UTF-8"
            HARDWARECLOCK="UTC"
            TIMEZONE="Europe/Paris"
            KEYMAP="fr-pc"
            USECOLOR="yes"
            
            # -----------------------------------------------------------------------
            # HARDWARE
            # -----------------------------------------------------------------------
            #
            MODULES=(snd-mixer-oss)
            
            # -----------------------------------------------------------------------
            # NETWORKING
            # -----------------------------------------------------------------------
            #
            HOSTNAME="arcaik-laptop"
            
            # -----------------------------------------------------------------------
            # DAEMONS
            # -----------------------------------------------------------------------
            #
            DAEMONS=(syslog-ng @crond @openntpd)
            
            # End Of File
            
            
      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par . Évalué à 1.

        va être enterré à cause de l'ironie que je fais sur le KISS...

        Ce n'est pas de l'ironie, c'est de l'ignorance sur le principe même du KISS.

        Mais c'est Archlinux qui met en avant le KISS, malgré les nombreuses pages de doc qu'il faut se taper...

        Vas faire un paquet pour Archlinux puis pour une autre distribution fonctionnant avec des RPM ou des DEB, tu devrais avoir une idée du KISS.

        The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par . Évalué à 0.

          Vas faire un paquet pour Archlinux puis pour une autre distribution fonctionnant avec des RPM ou des DEB, tu devrais avoir une idée du KISS.

          De mémoire, ça n'est pas si compliqué de construire rapidement un paquet en RPM/Deb.

          Pour RPM :
          $ rpmbuild -ba fichier.spec

          Pour Deb :
          $ ./configure
          $ make
          $ checkinstall -y make install

          C'est sûr, ce ne sont pas des paquets très poussés, mais ça permet rapidement d'empaqueter un programme.

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: KISS ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Avec src2pkg sous slack c'est vraiment KISS :

            src2pkg http://serveur/package.tar.gz 
            
            

            et voilà un beau paquet près à être installé dans /tmp :)

          • [^] # Re: KISS ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Pour RPM :
            $ rpmbuild -ba fichier.spec

            Oui mais que contient ce fichier.spec ?

            Sous Arch, la description du paquet est assez facile à comprendre (ici, arora)

            • [^] # Re: KISS ?

              Posté par . Évalué à 5.

              Honnêtement, en dehors de fait que c'est une syntaxe bash, la différence de complexité avec arora.spec n'est pas énorme.
              J'ai l'impression qu'on surestime pas mal la complexité de faire des packages, qui est souvent plus liée à la complexité de compiler le soft que le packaging lui-même.

              Étienne

            • [^] # Re: KISS ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Comme sous Arch : il faut lire la doc.

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

    • [^] # Re: KISS ?

      Posté par . Évalué à 7.

      Toute l'administration se fait en ligne de commande, mais l'organisation du système simplifie grandement la configuration par rapport à une distribution "classique".
      Un exemple : le fichier /etc/rc.conf contient l'essentiel de la configuration de base. Locales, clavier, horloge, configuration du réseau, démarrage des modules, démarrage des démons.

      J'ai du mal à mémoriser les tâches à réaliser et l'emplacement des fichiers de configuration sous Debian par exemple (NB : j'apprécie énormément Debian et son état d'esprit) ; avec Archlinux je réalise que je m'en souviens facilement.

      Et pourtant, j'ai bien failli la quitter il y a peu. Son seul défaut, à mes yeux ? Le principe de la rolling release, très appréciable par ailleurs, nous condamne à Gnome 3, à moins de bloquer la date des dépôts, ce j'ai fait pendant un temps.
      J'ai testé Gnome 3 une journée, mais mon matériel avait beaucoup trop de mal à le faire tourner (avec Gnome Shell), alors qu'il était très à l'aise avec Compiz.
      Finalement, J'ai gardé Archlinux et j'ai abandonné Gnome Shell pour passer à Compiz-Standalone.

      • [^] # Re: KISS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Son seul défaut, à mes yeux ? Le principe de la rolling release, très appréciable par ailleurs, nous condamne à Gnome 3, à moins de bloquer la date des dépôts

        Je ne sais pas exactement ce qu'implique de bloquer la date des dépôts (si ça s'applique pour tous les paquets, ou juste ceux de gnome, ou … ?).

        En tout cas pour moi le défaut dans ce cas-ci n'est pas la rolling release. Le défaut c'est qu'il n'est apparemment pas possible d'installer en parallèle plusieurs versions d'un même logiciel avec Arch. Gentoo fait ça très bien avec les « slots » (mais le packageur a dû explicitement définir les différents slots, ça ne peut pas se faire facilement pour n'importe quel paquet).

        Bon là Gentoo a un autre défaut, c'est que GNOME 3 n'est toujours pas disponible dans l'arbre officiel de portage (il faut passer par l'overlay gnome). Mais je suis presque certain que quand ce sera le cas, la version 2 restera dans un slot séparé pendant encore quelques temps. Il serait donc possible de bloquer le slot « 3 » et de rester sur le slot « 2 ». C'est déjà le cas pour les bibliothèques importantes (GTK+, …), dont la version 3 est présente dans portage, mais en testing.

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

        • [^] # Re: KISS ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          En fait il se peut aussi très bien que GNOME 3 ne soit pas dans un nouveau slot dans Gentoo. Mais dans ce cas-là, GNOME 2 restera quand-même disponible (enfin, j'espère), puisqu'il peut y avoir plusieurs versions différentes dans un même slot (mais une seule version peut être installée par slot).

          Dans ce cas-là il ne faut pas bloquer le slot 3, il faut bloquer les versions supérieures ou égales à 3.

          Bref, Gentoo a plusieurs possibilités pour que GNOME 2 reste dans portage pendant encore un certain temps. Et ça s'applique bien sûr à tout autre logiciel. C'est la façon dont le gestionnaire de paquet (Portage) est fait.

          « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

    • [^] # Simple ≠ facile

      Posté par . Évalué à 6.

      Donc, attention, c'est peut-être KISS, mais uniquement pour les vrais barbus. :D

      C’est juste que simple n’est pas toujours le synonyme de facile.

      Exemple, le bilboquet.

      Ou pour faire une analogie qu’on pourra plus facilement rapprocher de la comparaison Arch vs Ubuntu, un vieux reflex manuel par rapport à un appareil photo compact actuel.
      C’est plus facile de faire une photo correcte avec le compact moderne bourré d’automatismes (plus facile), mais si tu veux contrôler finement les paramètres de la photo (mise au point, profondeur de champ, temps d’exposition), le vieux reflex (plus simple) sera plus adapté.

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

      • [^] # Re: Simple ≠ facile

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Ça me rappelle les discussions sur "asm" vs utiliser gcc.
        "Oui, on a plus de contrôle avec l'assembleur, c'est mieux, je fait pas confiance aux compilos qui font des trucs dans mon dos".

        • [^] # Re: Simple ≠ facile

          Posté par . Évalué à 10.

          Ouais enfin la SM qui fait des trucs dans mon dos j'ai pas trop confiance non plus.

  • # USB

    Posté par . Évalué à 4.

    J'ai regardé rapidement, il y a un installeur pour installer depuis une clef USB ? Voir une liveUSB installable (histoire de lire la doc en même temps qu'on installe sur un netbook) ?

    Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: USB

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      L'image iso est hybride, il suffit de la copier sur ta clef via dd.

    • [^] # Re: USB

      Posté par . Évalué à 3.

      Normalement les images sont hybrides et tu dois pouvoir les copier sur ta clé avec dd.

    • [^] # Re: USB

      Posté par . Évalué à 6.

      Pour installer depuis une cle usb, ca marche avec dd.

      Pour le liveUSB, il vaut mieux se tourner vers du ctkarch, Arch ne fait pas de mode live

  • # nilfs2

    Posté par . Évalué à 3.

    Le lien vers la page wikipedia est pas bon. Un modo pour mettre http://en.wikipedia.org/wiki/Nilfs ou http://fr.wikipedia.org/wiki/Nilfs

    • [^] # Re: nilfs2

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Heu... Comment ça ? Chez moi, le lien de l'article pointe bien sur le second lien que tu indiques. Et l'article n'a a priori pas été modifié depuis sa publication.

  • # VM KO

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    C'est raté pour la VM chez moi, aucune des deux Arch ne trouve le disque dur (CTK et celle ci)
    Pourtant ça fonctionne avec une debian dans la même machine virtuelle.

    Bon c'est un cas un peu particulier, ce sont des VM sur le VHS4 http://fr.ve-hotech.com/ je crois que ça utilise KVM mais peut-être qu'ils y ont fait des modifs.
    Bref, pas grave je tenterai ailleurs et autrement, je remet juste à plus tard parce que ça n'est plus un "petit test très rapide" comme je pensais le faire.

    Bon courage à l'équipe

    • [^] # Re: VM KO

      Posté par . Évalué à 1.

      ça fonctionne avec Virtualbox chez moi

      Beaucoup de nouveauté je trouve dans ce nouvel installateur, c'est plus clair, plus complet (on peut enfin sélectionner les paquets et des groupes de paquest kde, xorg etc.., c'est plus pratique, il ne manquerait plus que la création d'user))

      • [^] # Luxe décadent

        Posté par . Évalué à 0.

        on peut enfin sélectionner les paquets et des groupes de paquest kde, xorg etc.

        Pfff... Ce n’est plus vraiment Arch, alors.

        Pour ceux qui n’ont pas essayé l’ancien installateur, il installait juste le minimum pour avoir un système qui démarre en mode texte et après, démerde-toi avec la ligne de commande.
        Encore une solution simple, mais pas facile... ;-)

        Si je me rappelle bien de la fois où j’avais essayé OpenBSD, même son installateur faisait luxe à côté.

        Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

        • [^] # Re: Luxe décadent

          Posté par . Évalué à 0.

          teste le avant de critiquer(avec virtualbox par exemple), tu peux très bien rien sélectionner comme paquets ou groupe de paquets !, on peut très bien démarrer en mode texte et installer ce que l'on veut par la suite (xorg, kde etc...).
          mais on peut vraiment choisir finement les paquets.

          en sélectionnant les paquets ça permet d'installer tout d'un coup, on peut laisser le pc tourner en attendant le téléchargement et l'installation, de toute façon, il n'y a pas d'user créé, il faudra bien utiliser la ligne de commande par la suite
          on est toujours maitre de son système.

          • [^] # Re: Luxe décadent

            Posté par . Évalué à 3.

            teste le avant de critiquer

            C’était une plaisanterie, pas une critique.

            Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Dépèche en retard...

    Posté par . Évalué à 0.

    Plus d'espoir ? ^^

  • # Que du bonheur

    Posté par . Évalué à 9.

    Avis spécial à toutes ces moules qui disent vouloir se lancer un jour sur ArchLinux : c'est vraiment pas si compliqué que ça. D'ailleurs, pour les plus frileux, l'installation sur une machine virtuelle aura vite fait de les en convaincre !

    Je confirme, c'est pas compliqué, c'est rigoureux, simple, et je dirais même élégant. C'est la seule distrib qui a failli me faire lâcher Debian, mais finalement ça ne s'est pas fait, pour deux raisons :

    • le côté rolling release me fait encore peur : si sous Debian je tombe sur un paquet foireux, je peux toujours revenir en stable avec laquelle je n'ai jamais eu de problème ;
    • j'utilise une clef USB pour déverrouiller mes systèmes de fichiers au boot du système, mais je n'ai pas réussi à refaire la même chose sous Arch ; apparemment, la crypttab de Debian est bien plus avancée que les autres (sous Fedora et Suse, ça ne semble pas possible non plus).

    Malgré ça, je conseille à tout bidouilleur d'au moins l'essayer. Même si on se casse les dents, on découvre que c'est suffisamment bien conçu et documenté pour régler soi-même tous les problèmes, et on apprend plein de choses.

    Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

    • [^] # Re: Que du bonheur

      Posté par . Évalué à 2.

      Dans l'esprit KISS sans l'aspect rolling release, tu as slackware. Tu peux "facilement" mixer -current et stable (attention quand même à ne pas faire n'importe quoi).

      j'utilise une clef USB pour déverrouiller mes systèmes de fichiers au boot du système, mais je n'ai pas réussi à refaire la même chose sous Arch ; apparemment, la crypttab de Debian est bien plus avancée que les autres (sous Fedora et Suse, ça ne semble pas possible non plus).

      C'est possible sous Slack cf. le paragraphe Additional passphrases, keyfiles du README_CRYPT.TXT :

      This creates the possibility to use a keyfile on a removable USB flash disk for unlocking your Slackware computer.

      • [^] # Re: Que du bonheur

        Posté par . Évalué à 2.

        J'ai eu l'occasion d'essayer Slack il y a quelques années, et je dois dire que je n'y ai pas trouvé mon compte. Je me suis retrouvé perdu et n'ai pas eu l'impression d'un système très abordable comme peut l'être Arch.

        Mais ça date, et je n'avais pas forcément l'esprit de découverte qu'il fallait. Faudrait que j'y passe un peu de temps.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Que du bonheur

          Posté par . Évalué à 1.

          Pour que tout marche pour un utilisateur normal, il y a deux choses à savoir :
          - utiliser la commande adduser pour ajouter un utilisateur et bien lire les instructions (surtout pour les groupes)
          - pour démarrer en mode graphique (init 4), éditer /etc/inittab et remplacer

           # Default runlevel. (Do not set to 0 or 6) 
          id:3:initdefault:
          
          

          par

          # Default runlevel. (Do not set to 0 or 6)
          id:4:initdefault:
          
          

          Voilà

          • [^] # Re: Que du bonheur

            Posté par . Évalué à 1.

            C'est 5 le runlevel pour le démarrage graphique.

            • [^] # Re: Que du bonheur

              Posté par . Évalué à 3.

              Pas sous Slack :

              # These are the default runlevels in Slackware:
              # 0 = halt
              # 1 = single user mode
              # 2 = unused (but configured the same as runlevel 3)
              # 3 = multiuser mode (default Slackware runlevel)
              # 4 = X11 with KDM/GDM/XDM (session managers)
              # 5 = unused (but configured the same as runlevel 3)
              # 6 = reboot

    • [^] # Re: Que du bonheur

      Posté par . Évalué à 4.

      • le côté rolling release me fait encore peur : si sous Debian je tombe sur un paquet foireux, je peux toujours revenir en stable avec laquelle je n'ai jamais eu de problème ;

      ARM est là pour toi ! et c'est même très facile d'utilisation. Et puis, sous Arch, si un paquet est défectueux, tu ouvres vim et tu le modifies (ou presque), sous Debian, tu te prends la tête et tu attends que la distribution réfléchisse à ta place.

      • j'utilise une clef USB pour déverrouiller mes systèmes de fichiers au boot du système, mais je n'ai pas réussi à refaire la même chose sous Arch ; apparemment, la crypttab de Debian est bien plus avancée que les autres (sous Fedora et Suse, ça ne semble pas possible non plus).

      Tu dois pouvoir faire ça. Peut-être qu'une recherche sur les HOOK de mkinitcpio.conf pourra t'aider. Mais j'avouerai ne jamais avoir essayer.

      et on apprend plein de choses

      C'est un peu un des buts de Arch Linux, savoir maîtriser son système.

      • [^] # Re: Que du bonheur

        Posté par . Évalué à 2.

        si un paquet est défectueux, tu ouvres vim et tu le modifies (ou presque), sous Debian, tu te prends la tête et tu attends que la distribution réfléchisse à ta place.

        Pas exactement, quand je parles de paquet foireux, c'est plutôt en parlant d'une nouvelle version d'un programme, pas forcément à cause de l'empaquetage. Et sous Debian, jusque-là j'ai toujours su m'en sortir même si c'est en cause (compilation de paquets source, multiple version).

        Tu dois pouvoir faire ça. Peut-être qu'une recherche sur les HOOK de mkinitcpio.conf pourra t'aider. Mais j'avouerai ne jamais avoir essayer.

        Merci du lien. Ça a bien évolué depuis mon dernier essai, apparemment on peut faire ce que je voulais.

        Je vais devoir me plonger dedans à nouveau :-)

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

        • [^] # Re: Que du bonheur

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          [...] sous Debian, tu te prends la tête et tu attends que la distribution réfléchisse à ta place.

          Sous Debian, tu fais comme partout, tu lis la documentation et tu modifies le paquet.

          "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

      • [^] # Re: Que du bonheur

        Posté par . Évalué à 1.

        Intéressant ARM. Je ne connaissais pas du tout.
        Cela dit, jamais eu besoin de downgrade pour l'instant.

    • [^] # Re: Que du bonheur

      Posté par . Évalué à 4.

      si sous Debian je tombe sur un paquet foireux, je peux toujours revenir en stable avec laquelle je n'ai jamais eu de problème ;

      Arch conserve les paquets qui ont été installés dans le cache tant que tu ne le purges pas explicitement (c’est plutôt à faire avant de faire une mise à jour que juste après).

      Donc si tu tombes sur un paquet foireux, tu peux réinstaller le précédent tout bêtement depuis le cache.
      Tu peux ensuite l’exclure des mises à jour automatiques ; pacman te le rappellera à chaque fois pour être sûr que tu en sois conscient. À toi de voir après quand il sortira une nouvelle version que tu voudras essayer.

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

      • [^] # Précision utile

        Posté par . Évalué à 3.

        J’ai oublié une info nécessaire pour que ce soit compréhensible : quand on purge le cache, pacman y conserve néanmoins les paquets actuellement installés. C’est ce qui garantit qu’on puisse y revenir après la mise à jour suivante.

        Du coup, on économise aussi une base complexe avec les sommes de contrôle des fichiers des paquets installés (pour vérification) et autre infos du même genre. Là encore, la simplicité.

        Bon, question encombrement, les paquets compressés prennent heureusement nettement moins de place que leur contenu installé et puis d’un autre côté, on économise de la place au niveau de ce qu’on n’installe pas mais qu’une autre distribution forcerait à installer.

        Donc somme toute, ce n’est pas très cher payé pour la facilité de revenir en arrière en cas de problème avec un paquet.

        Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

    • [^] # Re: Que du bonheur

      Posté par . Évalué à 2.

      le côté rolling release me fait encore peur : si sous Debian je tombe sur un paquet foireux, je peux toujours revenir en stable avec laquelle je n'ai jamais eu de problème ;

      LVM ne permet-il pas de faire des snapshots ? Pourquoi t'en prives-tu ?

      • [^] # Re: Que du bonheur

        Posté par . Évalué à 2.

        En effet, mais il ne permet pas de revenir en arrière :-)

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # Arch, pour quelles raisons ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Ce post tombe bien, étant curieux jusqu'à maintenant j'ai essayé les distributions majeures sauf Arch Linux.

    Ayant trouvé Gentoo véritablement séduisante, je me dis que quitte à effectuer les opérations d'installation à la main (par opposition à une installation "next-next-next")
    autant le faire avec Gentoo qui à de très fortes similitudes, basé aussi sur la philo BSD.

    J'ai parcouru, un peu je l'avoue, les manuels Arch ainsi que ses forums mais j'ai toujours du mal à comprendre ce qui me ferait la préférer.

    Est-il possible, sans trop diverger, d'avoir une raison suffisante pour cela ?

    Et puis avoir le dernier gadget, des trucs de geek à installer me plait bien aussi.

    • [^] # Re: Arch, pour quelles raisons ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne connais pas bien Gentoo, mais je crois pouvoir dire sans me tromper qu'il est beaucoup question de compiler les paquets que tu veux installer. Si ta machine n'est pas hyper puissante, une simple installation peut prendre pas mal de temps.
      Archlinux propose des paquets binaires, donc installations/mises à jour rapides. Mais Archlinux laisse aussi la possibilité de compiler les paquets à partir des sources.
      Voilà à mon avis une différence importante à prendre en compte dans ton choix.

      • [^] # Re: Arch, pour quelles raisons ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Merci de ta réponse.

        ok mais dans ce cas, même si c'est un peu de la pinaille (mais utile pour ma compréhension): en utilisant un binaire je ne peux pas adapter le soft que j'installe
        pour ne pas qu'il utilise certaines librairies .

        Par exemple, en étant sur un serveur, si je ne veux pas avoir l'audio, compiz, bluetooth etc et du coup toutes les dépendances liées mon système étant binaire je n'ai pas de possibilité
        de gérer ces dites dépendances ?

        Et actuellement la plupart avons des monstres équipés de processeurs avec 4, 8 processeurs en HT, du coup le temps de compilation n'entre plus -trop- en ligne de compte je pense.

        • [^] # Re: Arch, pour quelles raisons ?

          Posté par . Évalué à 2.

          En revanche, bien qu'on puisse compiler son paquet sous archlinux, le système pour compiler d'archlinx est bien moins puissant que les USE FLAGS. En gros faut se tapper la config pour chaque paquet.

          • [^] # Re: Arch, pour quelles raisons ?

            Posté par . Évalué à 2.

            (root) |> ~ <| pacman -Qo /etc/makepkg.conf 
            /etc/makepkg.conf is owned by pacman 3.5.4-4
            
            

            C’est donc présent dans toutes les Arch :)

            • [^] # Re: Arch, pour quelles raisons ?

              Posté par . Évalué à 1.

              Oui, mais on ne peut pas mettre par exemple un flag "-qt" qui permet d'éviter les dépendances à qt pour toutes les applications, non?

        • [^] # Dépendances

          Posté par . Évalué à 4.

          Par exemple, en étant sur un serveur, si je ne veux pas avoir l'audio, compiz, bluetooth etc et du coup toutes les dépendances liées mon système étant binaire je n'ai pas de possibilité de gérer ces dites dépendances ?

          Par rapport à une Fedora, par exemple, Arch a moins de dépendances absolues sur ses paquets. Par contre, à l’installation de certains paquets, pacman indique des dépendances optionnelles. C’est-à-dire qu’elles ne sont pas indispensables pour les fonctionnalités principales d’un logiciel, mais peuvent permettre d’accéder à des fonctionnalités annexes. À toi de décider ensuite si tu veux les installer ou pas.

          Pour donner un exemple, lxdm avait librsvg (librairie pour afficher des graphismes SVG) en dépendance optionnelle. Je ne l’avais pas installée, il ne m’affichait pas son image de fond en SVG...
          Bon, dans la version actuelle, il n’a plus de dépendance à librsvg et plus d’image de fond en SVG.

          Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

        • [^] # Pas Gentoo, pour cette raison

          Posté par . Évalué à 2.

          Il y a quelques années, un de mes amis a soulevé un problème qu’il avait. Nous étions devant le PC d’une connaissance qui nous a dit : « essayez sur le mien ». Le logiciel concerné n’était pas installé, nous avons donc lancé son installation, et, puisqu’il utilisait une Gentoo, nous avons attendu qu’il compile (nous pensions en avoir pour un quart d’heure).

          Trois quart d’heures plus tard, nous fulminions devant la compilation toujours en cours et le truc s’est arrêté en déclarant : erreur fatale, /tmp plein.
          Je me suis dit : plus jamais ça !

          Et actuellement la plupart avons des monstres équipés de processeurs avec 4, 8 processeurs en HT, du coup le temps de compilation n'entre plus -trop- en ligne de compte je pense.

          Les machines sont effectivement plus puissantes qu’à l’époque, mais il y a beaucoup de logiciels sur un système...

          Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

          • [^] # Re: Pas Gentoo, pour cette raison

            Posté par . Évalué à 2.

            Intéressant, je comprends un peu où tu veux en venir.
            Cela dit, si je m'était arrêté à chaque mauvaise expérience, jamais je n'aurais été sur Linux, mes débuts
            étaient terriblement chaotiques, une Redhat 5.2 avec Diskdruid quand tu viens de Windows ça aide pas.

            Ce que je veux dire, c'est que ton expérience avec un /tmp mal dimensionné devrait plutôt, à mon avis, te faire t’interroger
            du pourquoi du problème. Et d'ailleurs c'est à partir de là que j'ai véritablement appris, sur la Gentoo, pas sur la Red-Hat.

            En gros ce que j'en comprends c'est que Arch permet de moins mettre les mains dans les settings de packages et du coup de moins y passer de temps.

            PS : Curieux de nature, je m'interroge sur le fait que certains on trouvé mon commentaire inutile, puisque négatif, alors que nous sommes en train d'en parler avec Arthur.
            Cela dit ça m'interpelle autant qu'une chanson de Cindy Sanders

            • [^] # Re: Pas Gentoo, pour cette raison

              Posté par . Évalué à 4.

              Ce que je veux dire, c'est que ton expérience avec un /tmp mal dimensionné devrait plutôt, à mon avis, te faire t’interroger du pourquoi du problème.

              L’explication est claire : il y en a qui se la pètent avec Gentoo, mais qui ne savent pas dimensionner un /tmp.
              À leur décharge, on m’a refilé à administrer des Sun installés avec le schéma de partitionnement par défaut et le /tmp était trop petit pour qu’on puisse faire des mises à jour. Alors si Sun n’est pas fichu de dimensionner /tmp, au prix auquel ils vendaient leurs machines à l’époque...

              Bon, ce n’est pas pour ça que j’ai décidé d’éviter Gentoo : je ne veux pas passer des plombes à compiler des logiciels. À la rigueur un ou deux si j’ai des besoins spécifiques, mais pour le reste, les paquets binaires, c’est le confort : si tu t’aperçois que tu as besoin d’un logiciel que tu n’as pas pensé à installer pour faire un truc urgent, tu l’as en deux minutes. Je ne ressens pas de nécessité à configurer finement tous mes logiciels.

              PS : Curieux de nature, je m'interroge sur le fait que certains on trouvé mon commentaire inutile, puisque négatif

              Peut-être des utilisateurs d’Arch susceptibles.
              Quand je critique la distrib des coupeurs de cheveux en quatre, les debianistes me moinsent aussi...

              Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

              • [^] # Re: Pas Gentoo, pour cette raison :Update

                Posté par . Évalué à 4.

                Merci à vous 2 pour vos témoignages (on se croirait à "perdu de vue") du coup j'ai commencé l'install, j'ai sauté le pas.

                C'est effectivement d'une simplicité déconcertante, car l'installeur fait quasiment tout pour toi, et heureusement car l'UID de partitions dans fstdab, c'est rock'n roll.

                La doc est de qualité, même si je trouve un manque pour décrire les package installer, tout est assité dans l'explication sauf cette partie (docs Fr & US)

                Reste à configurer Xorg et l'interface Graphique et j'y suis.

                Ps: merci aussi à ce journal puisque c'est de celui-ci que c'est parti.

    • [^] # Re: Arch, pour quelles raisons ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Je suis passé par pas mal de distributions depuis mes débuts sous linux il y a 10 ans. Chronologiquement Mandrake, LFS, Gentoo, Debian, OpenSuSE, Arch. C'est vraiment la simplicité de Arch qui me plait. Il n'est pas très difficile de comprendre comment ça marche (ou pas). La doc est claire, les fichiers de configuration sont simples, les logiciels sont en général à jour et avec peu de patchs maison. Après ce n'est clairement pas une distribution grand public et il ne faut pas avoir peur de jouer avec un éditeur de texte et faire un peu de configuration à l'installation, les paramètres par défaut étant un peu brut de décoffrage parfois. Aussi j'arrive à faire des paquets AUR sans trop me prendre la tête, ce qui est pratique pour installer mes quelques logiciels professionnels sur plusieurs ordinateurs sans devoir tout se palucher. Pour la première fois je me sens vraiment à l'aise avec une distribution. Les autres que j'ai essayées avaient toutes leurs avantages mais il y avait toujours un point qui m'agaçait vraiment et qui me faisait changer de distribution à la fin (parfois après plusieurs années). Le plus gros défaut que je lui trouve est l'absence de paquets de debug, ce qui est pénible pour rapporter des crashs vu que le backtrace est absent.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.