Journal LibreOffice fait évoluer son interface

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
23
13
déc.
2016

Bonjour à tous,

Au milieu des nouveautés annoncées pour la version 5.3 de LibreOffice (voir https://wiki.documentfoundation.org/ReleaseNotes/5.3/fr), il y une nouveauté qui n'est pas mise en avant (du fait de son statut "expérimental"), mais qui mérite à mon avis un petit coup de projecteur.

Cela a été un sujet de débat récurrent lorsque l'on compare LibreOffice avec Microsoft Office : afin de s'adapter aux habitudes des utilisateurs de la suite propriétaire, LibreOffice proposera bientôt d'utiliser une interface avec des "rubans".

http://cor4office.blogspot.com/2016/12/libreoffice-off-course-offers.html

  • # Décevant

    Posté par . Évalué à 8.

    Décevant de copier MS Office à ce niveau je trouve. Il n'y a pas la place pour quelque chose de vraiment différent ?

    • [^] # Re: Décevant

      Posté par . Évalué à 10.

      En ce qui me concerne, je ne pourrais plus me passer du volet latéral, qui est une vraie évolution. Je n'utilise presque plus les icônes de la barre d'outil… Alors qu'elles soient en ruban ou pas m'importe peu.

      Après, donner le choix aux utilisateurs me semble intéressant. Ils seront moins enclin à râler si l'interface ressemble à ce qu'ils connaissent déjà.

      • [^] # Re: Décevant

        Posté par . Évalué à 7.

        Je trouve que c'est une occasion manqué de se distinguer visuellement et ergonomiquement par rapport à la suite "dominante"

    • [^] # Re: Décevant

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Il faut croire qu'aucune idée alternative transcendante n'a émergé côté libre. Microsoft a mis des décennies avant de lancer ce changement majeur, preuve que ce n'est pas évident. Pour ma part, utilisant Excel et LibreCalc, je suis un grand fan. Je n'ai vraiment pas mis longtemps à m'y faire et je me réjouis de ce choix pragmatique pour LibreOffice (qui vaut mieux que le statu quo).

      • [^] # Re: Décevant

        Posté par . Évalué à 9.

        Ben moi c'est le contraire : je n'ai jamais réussi à me faire à cette interface. Et je souhaiterais pouvoir continuer à utiliser l'alternative sans cette saleté de bandeaux. Et au final, je ne comprends pas cette façon de singer les autres trucs. LibreOffice pouvait moderniser son interface sans forcément copier les autres. Parce qu'au final, plutôt que d'avoir une copie, les gens préfèreront se tourner vers l'original. Firefox a fait la même chose avec Chrome, et ça ne leur a pas tant réussi que ça vu les parts de marché qu'ils perdent.

        • [^] # Re: Décevant

          Posté par . Évalué à 10.

          À mon avis ils attendent tes idées.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Dans les choses qui aurait pu marcher il y a ce qu'à fait IBM, voir par exemple https://fr.wikipedia.org/wiki/IBM_Lotus_Symphony#/media/File:IBM_Lotus_Symphony.png

            C'est un peu le même principe dans la suite d'apple et ça marche pas trop mal.

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 4.

              Dans les choses qui aurait pu marcher il y a ce qu'à fait IBM, voir par exemple https://fr.wikipedia.org/wiki/IBM_Lotus_Symphony#/media/File:IBM_Lotus_Symphony.png

              C'est le volet latéral ça, disponible depuis plusieurs versions déjà et encore enrichi dans la future 5.3.

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 1.

              Les apps "iWork" d'Apple utilise effectivement avantageusement les panneaux latéraux, et gardent une barre de d'options réduite au minimum.

              Mais si on reste du côté de Microsoft, Office : Mac 2004 proposait des palettes verticales que je trouvais très pratiques.
              Puis le ruban a été adopté avec office Mac 2011, comme dans beaucoup d'autres logiciels sous windows (AutoCAD, Revit, etc…)

              Je trouve que le ruban n'est pas si mal, parce qu'il permet la découvertes de fonctions et donc de progresser.
              Il organise aussi le flux de travail.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par . Évalué à 1.

            Ben non, sinon ils n'auraient pas mis de bandeau.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par . Évalué à 7.

            Le truc que je n ai pas vraiment cherché mais que j aimerai trouver"une recherche rapide".
            Plutôt que de parcourir des kilomètres de menu, je préférerai taper un mot clé et cliquer sur la fonction que je cherche avec une mise en évidence de l éventuel raccourci clavier.

            De cette manière adieu les rubans et autres menus.

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 2.

              Plutôt que de parcourir des kilomètres de menu, je préférerai taper un mot clé et cliquer sur la fonction que je cherche avec une mise en évidence de l éventuel raccourci clavier.

              C'est la fonction de l'affichage tête haute de Unity dans Ubuntu. En principe ça marche avec tous les logiciels.

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 7.

              oui, ça serait une très bonne idée. Mais néanmoins, faire utiliser le clavier à des gens habitués à manier une souris pour faire absolument tout dans leur traitement de texte, pas sûr que ça ait beaucoup de succès !
              Limite s'il y avait un clavier virtuel pour écrire je suis certain qu'ils cliqueraient sur les lettres pour le faire :)

              • [^] # Re: Décevant

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                En principe pour écrire dans un traitement de texte on se sert d'un clavier :-)

                "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

                • [^] # Re: Décevant

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 17/12/16 à 08:00.

                  Sûrement, mais beaucoup de gens ne connaissent que les touches qui vont de A à Z ainsi que la touche SHIFT, à la rigueur.
                  Va donc leur faire invoquer un menu avec ça.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Les bandeaux sont difficiles à utiliser: il faut se souvenir dans quel bandeau, quel icône…

            Je préfère une interface simple où on entre des commandes textuelles avec de la complétion (comme dans VSCode)

            http://devnewton.bci.im

        • [^] # Re: Décevant

          Posté par . Évalué à 10.

          Et au final, je ne comprends pas cette façon de singer les autres trucs.

          Quand Microsoft a imposé son bandeau tout les utilisateurs que j'ai rencontré à cette époque détestaient et maudissaient les tyrans qui leur avait imposés ça de tous les maux de la terre et d'ailleurs.
          Mais contraint et forcés ils s'y sont habitués et maintenant nous nous trouvons dans le phénomène inverse c'est à dire que ceux qui voudraient passer à libre Office ne le font pas car cela change leurs habitudes.
          Du coup je trouve que ce serait une bonne idée proposer ce bandeau pour les gens qui l'aime et de garder la barre verticale pour ceux (comme moi) qui l'utilise et l'apprécie (comme à fait Gimp avec le mode fenêtre unique).

          kentoc'h mervel eget bezan saotred

    • [^] # Re: Décevant

      Posté par . Évalué à 10.

      La notebookbar est une réponse à une demande de nombreux utilisateurs et un compromis créatif entre ceux qui ne jurent que par le ruban, ceux qui préfèrent le volet latéral (qui lui aussi s'enrichit sensiblement dans cette 5.3) et ceux qui ne veulent pas quitter les barres d'outils classiques.
      Il y a trois variantes de la notebookbar : groupes contextuels, contextuel compact (un seul rang d'icônes) et avec onglets. Je ne suis pas sûr que les 3 variantes existent dans le ruban de MS-Office.
      Bien entendu, il n'est pas question de faire de la notebookbar la seules interface disponible, c'est juste une possibilité de plus offerte à l'utilisateur à coté des barres d'outils classiques et du volet latéral.

      À coté de la notebookbar il y a aussi en plus la barre d'outils simple qui incorpore les icônes en fonction du contexte au lieu d'ajouter de nouvelles barres d'outils. On peut même avoir la notebookbar et le volet latéral en même temps.

      N'hésitez pas à tester (menu View > Toolbar Layout) et à faire remonter les problèmes rencontrés. Si vous avez des difficultés à vous exprimer sur bugzilla et/ou en anglais, vous pouvez écrire en français à qa@fr.libreoffice.org ; même si vous n'êtes pas abonné, les modérateurs (moi par exemple) valideront votre message.

      Quant à proposer quelque chose de différent, n'hésitez pas non plus. Cela dit je crois que les utilisateurs, dans leur grande majorité, ne cherchent pas le dépaysement à tout prix…

      • [^] # Re: Décevant

        Posté par . Évalué à 7.

        Je n'utilise presque plus de suite bureautique, mais je ne trouve pas génial ce changement.

        La notebookbar est une réponse à une demande de nombreux utilisateurs et un compromis créatif entre ceux qui ne jurent que par le ruban, ceux qui préfèrent le volet latéral (qui lui aussi s'enrichit sensiblement dans cette 5.3) et ceux qui ne veulent pas quitter les barres d'outils classiques.

        Je n'ai pas l'impression que c'est comme ça que les meilleures interfaces sont créées. Elles partent des besoins, d'un cahier des charges pour constituer des principes d'ergonomie qui sont ensuite appliqués. L'intérêt de l'étape « principe », c'est d'avoir une réflexion plus globale et donc de créer une interface plus cohérente. C'est ce que fait Gnome et leur choix ne sont pas du goût de tout le monde (tout comme c'est le cas pour google, pour Microsoft, etc), mais c'est comme ça qu'on arrive AMHA sur une interface de grande qualité.

        Personnellement, tant que les modifications directs de style sont plus mises en avant que les styles, ça ne me plaira pas (oui, c'est pareil chez les autres).

        Vouloir faire plaisir à tout le monde fini par produire un patchwork de concept qui ne vont pas très bien ensemble. La meilleure solution, mais la plus coûteuse consistant à partir d'une version headless et à construire différents logiciels par dessus (une version gnome, une version windows, une version MacOS, qui respecte les guides lines de chacun).

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Décevant

          Posté par . Évalué à 5.

          Personnellement, tant que les modifications directs de style sont plus mises en avant que les styles, ça ne me plaira pas (oui, c'est pareil chez les autres).

          C'est un travail en cours mais c'est long qui implique des modifications préalables dans le code pour mieux prendre en compte les styles de caractères dans l'UI et la création des styles de tableau (qui arrivent dans la 5.3).
          Cela dit il y a aussi des effets pervers à l'utilisation forcée des styles comme par exemple utiliser Titre 6 pour le contenu d'une cellule de tableau parce que Titre 6 a la police, la couleur et la graisse voulues alors que le rôle d'un style de titre est aussi de structurer le document.
          Pour ma part je travaille avec le volet latéral et sans la barre d'outils de formatage ; le volet Propriétés ne me sert que d'information et j'utilise les raccourcis clavier pour appliquer les principaux styles de paragraphe et de caractère que j'utilise. Je n'ai besoin d'ouvrir le volet Styles que pour modifier un style (et encore on peut le faire depuis le menu contextuel) ou pour chercher un style peu utilisé.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par . Évalué à 3.

            C'est un travail en cours mais c'est long qui implique des modifications préalables dans le code pour mieux prendre en compte les styles de caractères dans l'UI et la création des styles de tableau (qui arrivent dans la 5.3).

            Oui oui je n'ai aucun doute que ce soit très compliqué et je suis à peu près sûr que ça déplais à une partie des utilisateurs.
            Avec une bonne UI, il est possible de mieux accompagner les utilisateurs.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Décevant

      Posté par . Évalué à 8.

      Il n'y a pas la place pour quelque chose de vraiment différent ?

      Si, mais elle est occupée aussi

      Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

    • [^] # Re: Décevant

      Posté par . Évalué à 5.

      Il n'y a pas la place pour quelque chose de vraiment différent ?

      en fait si,
      mais comme nos ecrans sont en largeur,
      il faut deplacer les barres de boutons qui sont en haut, pour les mettre sur les cotés,
      te liberant ainsi de la place pour le document principal.

      ah ben on obtient une barre laterale :D

      • [^] # Re: Décevant

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        ah ben on obtient une barre latérale :D

        oui, c'est pratique. Un ruban horizontal sur un écran d'eee-pc en 800x600 rend tout logiciel inutilisable…

        • [^] # Re: Décevant

          Posté par . Évalué à 10.

          C'est justement pour cela que l'interface de LibreOffice va offrir plusieurs choix, que ce soit par onglets, menus ou volet latéral, afin de s'adapter aux multiples tailles d'écran qui existent actuellement. LibreOffice se développe aussi bien en ligne que sur tablettes et téléphones, afin de ne pas multiplier et diluer les produits, l'idée est d'offrir un choix à adapter en fonction du support utilisé tout en gardant la même couverture fonctionnelle (et pas un ersatz de suite bureautique). Cela prend du temps, il faut faire progresser ODF en parallèle et ne pas perdre les utilisateurs quel que soit leur environnement de travail. Et bien sûr, il y a une recherche derrière cette barre et une analyse aussi bien de ce que fait Gnome, que Mac, etc. pour répondre aussi aux règles fixées par les OS. Tout ceci est publié sur notre wiki en détail y compris l'étude de marché, les décisions de l'équipe UX, etc.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par . Évalué à 1.

            Juste un petit mot pour dire que dans le staff d'assistantes qui travaillent au sein de notre service appréciait beaucoup dans la LotusSmartSuite la possibilité dans le traitement de texte de générer dans un fichier lwp plusieurs onglets à l'instar de ce que nous pouvons trouver dans calc (ou dans excel).

            Toute la boite est bien entendu passé à Office (*) il y a quelques années déjà et nous avons perdu avec regret cette fonctionnalité.

            Je ne sais pas si c'est un sujet qui a été évoqué au sein de votre organisation. J'ai vu dans des commentaires plus bas que Lotus Symphony était évoqué, mais il me semble de mémoire que dans ce produit + ou - basé sur OpenOffice à l'époque ne contenait pas cette fonctionnalité.

            A toutes fins …

            (*) pas taper, je ne suis pas décideur des softs à utiliser dans la boite….

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 2.

              Je ne sais pas si c'est un sujet qui a été évoqué au sein de votre organisation.

              C'est une demande qu'on voit apparaître assez souvent sans pour autant qu'elle fasse l'unanimité.
              Du temps de OOo, 1 ou 2 je ne sais plus, il y avait une extension qui permettait d'avoir des onglets dans Writer, mais cette extension n'est plus maintenue et ne fonctionne plus depuis longtemps.

    • [^] # Re: Décevant

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Il y à une dizaine d'années, KDE avait lancé un concours (primé!) d'interface graphique pour sa suite bureautique. Il y a eu beaucoup de propositions innovantes. Dans l'ensemble beaucoup tournaient autour des palettes à la NextStep. On peut toujours consulter les propositions sur la Wayback Machine.

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Décevant

        Posté par . Évalué à 4.

        J'avoue que perso je me réjouis plus de l'enrichissement de la barre latérale, et je trouve qu'elle a vraiment amélioré ma productivité.

        Coté ruban, je ne vois vraiment pas l'intérêt d'encombrer l'écran en hauteur, alors que les écrans sont majoritairement en 16/9, et que le A4 est plus haut que large.

        Le ruban apporte certes le groupe de fonctionnalité et une taille d'icône proportionnelle à la fréquence d'utilisation. Mais j'avoue que n'utilisant pas fréquemment MS Office, j'ai du mal à trouver ce que je veux, la logique de placement n'étant pas du tout intuitive pour moi (qui suis pourtant un utilisateur assez avancé des suites bureautiques).

        J'espère quand même qu'il y aura une certaine logique entre le ruban et la barre latérale.

        • [^] # Re: Décevant

          Posté par . Évalué à 4.

          Coté ruban, je ne vois vraiment pas l'intérêt d'encombrer l'écran en hauteur, alors que les écrans sont majoritairement en 16/9, et que le A4 est plus haut que large.

          Pourtant, certains écrans 16/9 peuvent se mettre en orientation portrait, et dans ce cas c'est souvent plus sympathique d'avoir des toolbars en haut ou en bas.

          • [^] # Re: Décevant

            Posté par . Évalué à 3.

            Les écrans qui permettent ça, c'est souvent pas génial au final. La plupart des écrans ont un très bon angle de vision… tant qu'on reste en mode 16/9. Tu pivotes l'écran, et tu te rends compte que si ta tête est décalée de 20 centimètres sur la gauche ou la droit, tu vois plus rien !

            Quand l'angle de vision sera parfait dans les 4 directions, on en reparlera.

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 1.

              Quand l'angle de vision sera parfait dans les 4 directions, on en reparlera.

              L'angle de vision parfait dans les 4 directions n'existe pas encore parce qu'on n'y arrive pas, ou parce que c'est pas plus demandé que ça, donc les constructeurs ne s'emmerdent pas à en mettre dans leurs écrans (ce qui augmenterait sans doute leur prix) ?

            • [^] # Re: Décevant

              Posté par . Évalué à 1.

              Bah, avec deux ou trois écrans, ça le fait : un écran pivoté que tu places 20 cm à gauche, un autre que tu pivotes dans l'autre sens que tu places 20 cm à droite, et éventuellement un 3eme au milieu pour combler le vide laissé ce qui donnerait un truc comme ça: :

                 \
              o   |
                 /
              
          • [^] # Re: Décevant

            Posté par . Évalué à 6.

            Je veux bien essayer, mais ça risque de rendre mon portable compliqué à utiliser.

  • # Styles

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Si les couleurs et styles par defaut étaient rafraîchis ce serait bien.

    Il y a beaucoup de couleur mais aucune cohérence.
    Pas style de titre souligné?
    La difference entre titre2 et titre3 ??
    Le corps de texte en serif et les titres en sans serif ! C'est fait exprès pour faire moche?
    Les styles de formatage de tableau digne de w95. Ils sont tellement beaux que personne les utilisent. A quoi ca sert?

    Quand on donne 10min a quelqu'un pour faire une belle mise en page sous LO ou MSO, MSO gagne sur la qualité de rendu et la simplicité de mise en oeuvre à mon avis.

    • [^] # Re: Styles

      Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 13/12/16 à 17:31.

      Pas style de titre souligné?

      Encore heureux, c'est typographiquement hideux. D'une manière générale, le souligné n'existe pas en typographie. Tu ouvres n'importe quel livre composé par un professionnel, et tu n'as jamais de style souligné.

      Le corps de texte en serif et les titres en sans serif

      C'est pourtant une mise en forme assez standard. Je viens de vérifier sur ma pile de livres sur mon bureau (bouquins scientifiques), et sur 7 livres, j'en ai 3 en serif/serif, 3 en sans serif pour les headers /serif pour le texte, et un tout mélangé (texte en serif, titres de sections en sans serif, titres de chapitres en serif, et hauts/pieds de pages en sans serif). Pourtant ce dernier date de 1970 et sort de chez Harper & Row, donc a priori des gens qui savaient composer un bouquin.

      Du coup, j'aurais tendance à penser que les titres en sans serif gras et le corps du texte en serif, pour un choix par défaut, ça n'est pas délirant.

      • [^] # Re: Styles

        Posté par . Évalué à 4.

        Sais-tu pourquoi tout le monde utilise du sérif pour le corps du texte ?

        Je lis souvent que c’est plus lisible que le sans sérif, pourtant pour moi c’est l’inverse, je suis habitué au sans sérif et je trouve le sérif « chargé ».

        Le sérif n’est-il pas voué à disparaître, comme ont quasiment disparu les ligatures ?

        Tous les documents type facture, relevé de compte, etc… sont en sans sérif mais bizarrement je crois qu’il n’y a aucun livre ou journal dans ce cas.

        • [^] # Re: Styles

          Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 13/12/16 à 18:50.

          Le sérif est plus lisible sur du papier : comme dit en dessous, il permet à l'œil de passer plus facilement d'une lettre à l'autre. Il est donc plus reposant et on l'utilise pour les livres, journaux et tout autre ouvrage physique conséquent.

          En revanche, le sans permet de faire plus facilement la distinction entre les lettres, il est plus impactant : on l'utilise pour mettre en valeur. De plus, sur un écran à cause de la résolution, les empattements sont moins lisibles, et compliquent plus la lecture qu'autre chose. Sur le web et pour la plupart des documents informatiques, on utilise donc par défaut du sans.

        • [^] # Re: Styles

          Posté par . Évalué à 7.

          La théorie veut que le sérif trace une ligne de base qui facilite la lecture sur papier. De fait, c'est un peu dur à dire si ça fait une différence, parce qu'il y a très peu de bouquins en sans serif. Par contre, du fait de la résolution limitée des écrans, le sans serif est censé moins baver et ne pas mettre l'anti-aliasing à l'agonie.

          Mais bon, si la seule critique typographique qu'on pouvait faire aux gens qui produisent des documents sous traitement de texte étaient le choix des polices serif/sans, ça serait miraculeux.

          • [^] # Re: Styles

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Sur papier tu peux comparer avec Le Monde Diplomatique. Le Diplo était passé au sans-sérif pendant plusieurs années, il est revenu au sérif il y a quelques mois (je ne puis être plus précis).

            Sur écran tu peux t'amuser à comparer ce journal en sans sérif avec le même en sérif grâce au mode lecture de Firefox.

            "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

          • [^] # Re: Styles

            Posté par . Évalué à 1.

            J'ai essayé les deux sur liseuse, qui est a priori l'écran qui se rapproche le plus du papier, et je suis finalement revenu au serif (Linux Libertine pour être précis). J'ai l'impression que le serif donne une structure au texte et délimite mieux les mots et les lignes, mais ce n'est peut-être qu'une impression…

        • [^] # Re: Styles

          Posté par . Évalué à 2.

          Le sérif a disparu de l'informatique avec les anciens écrans à moins de 150 DPI car les empattements ont tendance à baver avec le lissage sous-pixel et l'anti-aliasing (impression de flou désagréable).

          Toutefois, avec l'arrivée des dalles 4K et UHD, et des densités de pixels proches de 300 DPI ou supérieures, il n'y a plus aucun inconvénient à leur utilisation.

          Du point de vue de la lisibilité, les polices à empattement (parlons français) sont effectivement plus facile à lire (j'avais vu passer des études que je ne retrouve pas, mais c'est documenté quelque part).

          L'utilisation des polices linéales (sans-sérif) dans la communication administrative relève d'un effet de mode et d'un évitement du Times New Roman, que plus personne ne peut voir en peinture. Rappelons que les personnels administratifs ne sont formés ni à la typographie ni à la conception graphique.

    • [^] # Re: Styles

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Le corps de texte en serif et les titres en sans serif ! C'est fait exprès pour faire moche?

      Pour un bloc de texte on met une police serif pour "lier" les lettres et ainsi fluidifier la lecture. Les titres devant être impactant, on utilise une police sans serif. Il y a une logique.

      Par contre pour les couleurs, c’est en effet hideux, c’est d’ailleurs déjà le constat que je faisais il y a 10 ans ! http://yeknan.free.fr/dc2/index.php?post/2007/01/18/157-lettre-ouverte-a-openofficeorg-les-gouts-et-les-couleurs et rien n’a changé depuis sur ce point !

    • [^] # Re: Styles

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Le corps de texte en serif et les titres en sans serif ! C'est fait exprès pour faire moche?

      C'est une combinaison typographique classique pour l'impression. Cherche dans un moteur de recherche, tu auras des dizaines d'articles sur le sujet. Je crois que la raison principale est d'avoir un contraste immédiat entre "titres" et "corps de texte".

      Note que pour des documents destinés à visualisation sur écran principalement, ce sera en général un choix inverse (mais LibreOffice fait donc le choix de supposer que les documents créés le sont dans le but de les imprimer. Ça se discute bien sûr puisque de plus en plus on fait des documents pour en faire des PDFs à s'échanger par email, mais historiquement c'est assez réaliste). En effet, les choix typographiques de base sont en général que le Serif, c'est bon pour l'impression, et que le Sans-Serif meilleur pour l'écran. Donc il va de soi que le gros d'un texte (donc le corps du texte) devra utiliser ce qui est jugé le plus "lisible" (serif sur papier, sans-serif sur écran d'après le choix habituel), alors que le titre utilisera l'autre pour le contraste.
      Par exemple, sur Wikipédia, tu peux constater que les titres sont en serif et le corps du texte en sans-serif.

      Note que je ne donne pas d'avis car je n'en ai pas vraiment. Je te donne seulement les sortes de "règles populaires" qui expliquent que LibreOffice fait probablement un choix par défaut tout à fait à propos. Ensuite clairement ces règles ne sont nullement en dur (ce ne sont pas vraiment des "règles" quoi, disons plutôt une sorte de connaissance populaire quand on veut pas s'embêter). Chacun est libre de faire d'autres choix et les designers ne s'en privent pas. Donc toute combinaison serif/sans se trouve dans la nature.

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

      • [^] # Re: Styles

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        mais LibreOffice fait donc le choix de supposer que les documents créés le sont dans le but de les imprimer

        Ce n'est pas ce qui a été choisi par MS-Office aussi ? Ainsi que la plupart des traitement de texte ?

        Aujourd'hui, lorsque pour un système donné, je dois produire un rapport en pdf, pour la forme je demande toujours au client si le but est de l'imprimer ou de le visualiser à l'écran. Quelque soit la réponse, je préfère un rendu pour l'écran (j'utilise Latex); Je sais que le rapport sera lu sur écran et qu'on me reprocherait son rendu tout moche, alors qu'une fois imprimé, plus personne ne le lira.

        • [^] # Re: Styles

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ce n'est pas ce qui a été choisi par MS-Office aussi ? Ainsi que la plupart des traitement de texte ?

          Je ne peux pas dire avec certitude car je n'ai pas ce programme (ni de système d'exploitation où il pourrait tourner), mais j'imaginerais bien que oui. Il n'y a pas encore si longtemps, je pense que quasi tout document fait avec un traitement de texte était fait pour l'impression. Déjà parce que pas tout le monde n'avait internet, ou bien pas forcément un internet rapide, et puis c'était la force de l'habitude.
          De nos jours, on considère presque Internet partout comme une évidence (dans les pays occidentaux, même si pourtant on n'a pas encore une couverture 100% du territoire en haut débit ironiquement). la plupart des administrations poussent à faire toutes les démarches en dématérialisées, toutes les grosses sociétés qui envoient des factures mensuelles proposent d'envoyer une version PDF seulement (parfois avec petite réduc sur la facture quand on fait ce choix), etc.

          Mais oui, les traitements de texte sont nées dans un monde où presque tout document texte était destiné au support papier. Donc cela ne m'étonnerait absolument pas si la plupart des (voire tous les) traitements de texte font encore la supposition que le document est fait pour l'impression.

          Aujourd'hui, lorsque pour un système donné, je dois produire un rapport en pdf, pour la forme je demande toujours au client si le but est de l'imprimer ou de le visualiser à l'écran. Quelque soit la réponse, je préfère un rendu pour l'écran (j'utilise Latex); Je sais que le rapport sera lu sur écran et qu'on me reprocherait son rendu tout moche, alors qu'une fois imprimé, plus personne ne le lira.

          C'est probablement le bon choix par rapport à ce que tu dis. Typiquement le vrai but (dans ton cas) est la visualisation sur écran, même si le client te dit que c'est une visualisation papier. Ce n'est pas la première ni ne sera la dernière fois qu'un client donne le critère inverse de la réalité. Note que ce n'est pas forcément la faute du client. En l'occurrence il va sûrement vraiment l'imprimer donc il dit vrai. C'est aussi à toi de savoir lire entre les lignes et de faire le bon choix (et a priori, d'après ce que tu dis, tu le fais), pas juste le choix "je-réfléchis-pas-c-est-la-règle-qui-le-dis". Cela illustre bien ce que je disais précédemment sur les règles qui n'en sont pas vraiment et sont faites pour être brisées.
          D'ailleurs qu'en est-il des documents qui sont autant fait pour le papier que l'écran? Y en a aussi!

          Sans compter que beaucoup de designers font aussi des choix esthétiques avant l'utilitaire et cela peut être tout à fait valide aussi en fonction des cas (bon typiquement probablement pas dans le cas d'un rapport).

          Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

  • # Et LaTeX ?

    Posté par . Évalué à 0.

    [mode troll]Est-ce qu'ils vont aussi proposer une interface vierge avec prise en charge des commandes LaTeX pour s'adapter aux utilisateurs qui font du vrai traitement de texte ?[/mode troll]

  • # Concurrence

    Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 13/12/16 à 23:21.

    C'est une très bonne nouvelle. Mais saviez vous qu'une concurrence était désormais présente, et particulièrement séduisante ?

    OnlyDesktop
    Le logiciel ci-dessus est OnlyOffice qui a le bon goût d'être GPL, qui importe parfaitement tout les fichiers de MS Office, qui ne fait pas de ratures lorsqu'il en modifie et/ou complète, qui est léger comme une plume, qui se lance genre 10 fois plus vite que LibreOffice, et dont l'ergonomie est … sans commune mesure. Et il se paie le luxe d'être joli en plus. Alors je suis bien désolé pour le format apporté par OpenOffice, puis maintenu par la DocumentFondation, avec LibreOffice, mais la qualité du logiciel passe avant. Pragmatisme.

    OnlyOffice est un petit bijou, et l'absence de support des formats OpenDocument est un certes un regret mais le logiciel est tellement supérieur à l'usage (et la compatibilité tellement agréable) que je ne risque pas de revenir à LibreOffice pour le moment…

    • [^] # Re: Concurrence

      Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 14/12/16 à 10:24.

      Je viens de l'installer, mais je ne serais pas aussi enthousiaste :

      • Ça lit quand même les fichiers openoffice (ods, odt)
      • Par contre il y a un rendu bizarre : unicode qui ne passe pas à certains moments, lettre difficilement lisibles (antialiasing à côté de la plaque, ça fait comme sur un écran qui n'a pas la bonne résolution, je n'ai bien entendu pas ça avec les autres logiciels que j'utilise)
      • Interface originale, mais moi qui connais bien libreoffice, ben je ne comprends rien. Je préfère avoir un menu déroulant que des icônes incompréhensibles, mais j'imagine qu'avec l'habitude ça passe

      (affichez l'image en taille réelle pour constater le rendu dégueu des polices)

      Quelques bonnes idées quand même (liste des derniers dossiers utilisés etc). Dommage que ça utilise l'odieux format msoffice par défaut.

      Bref, je vais garder quand même libreoffice et LaTeX pour faire des tableaux et du texte.

    • [^] # Re: Concurrence

      Posté par . Évalué à 6.

      J’ai essayé.

      1. Ça rame.

      2. Gestion des styles pourrie (rédhibitoire).

      3. Fonctionnalités à la baisse.

      4. Interface jolie, plutôt semblable à LO de mon point de vue, mais leurs widgets sont peu pratiques, je trouve.

      5. Les onglets, c’est vraiment cool, mais c’est le seul point que je trouve vraiment bien sur cette appli.

      6. Pas de support ODF -> aucune chance que j’adopte ça.

    • [^] # Re: Concurrence

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      J'ai testé également et je ne suis pas convaincu.
      - Incapable d'ouvrir des CSV qui font plus de 30Mo. (un process "xt2" bouffe 14Go de ram pour… rien au final. Oui, des fois j'ai besoin d'ouvrir des CSV pour vérifier des choses et c'est plus rapide de jeter un coup d'oeil avec LibreOffice (avec utilisation de filtres) que d'utiliser DBeaver ou un autre outil adapté.)
      - LibreOffice semble mieux gérer les .doc. Notamment les commentaires inclus dans les fichiers qui s'affichent correctement et proprement avec LibreOffice et qui n'apparaissent pas du tout avec OnlyOffice.

      Donc, bon.

      • [^] # Re: Concurrence

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 19/12/16 à 20:49.

        Incapable d'ouvrir des CSV qui font plus de 30Mo.

        Et si jamais un jour tu as un CSV trop gros pour LO, pense à Gnumeric ;)

  • # Compromis…

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Jean-Baptiste Faure écrivait plus haut (fil séparé, car ce n’est pas une réponse) :

    La notebookbar est une réponse à une demande de nombreux utilisateurs et un compromis […] entre […] le ruban, […] le volet latéral [et] les barres d’outils classiques.

    En fait, je pense que c’est ça, le problème de Libre Office (côté design) : à trop donner dans le compromis, on finit par compromettre ses objectifs. Ça a été répété maintes et maintes fois par mes pairs designers, mais le design n’est pas une question de préférence ; il s’agit d’établir des objectifs, et les choix qui seront faits ensuite peuvent et doivent être jugés à l’aune de la façon dont ils répondent auxdits objectifs.

    Je n’ai pas travaillé sur des applications bureautiques, donc je n’ai pas de réponse complète, mais, à première vue, je dirais qu’un élément de réponse essentiel est la plateforme cible : ruban et barre d’outils prennent de l’espace verticalement et sont donc plus adaptés à un affichage ayant une certaine hauteur (mobile, tablette, moniteurs 4:3), tandis que le volet latéral prend de l’espace horizontal et donc permet d’afficher plus du document (qu’on défile verticalement) sur un affichage large (moniteur 16:9, par exemple).

    En y réfléchissant un peu plus (mais vraiment cinq minutes), j’ajouterai que ruban comme volet vertical permettent plus facilement une catégorisation que la barre d’outils. Un peu à la manière d’une barre de menus, mais en moins austère, donc plus accessible au grand public.

    J’en déduis (mais à prendre avec des pincettes, je n’y ai toujours réfléchi que cinq minutes) que l’interface idéale serait un affichage responsive avec un ruban en mode portrait et un volet latéral en mode paysage, tous deux offrant les mêmes catégories pour que l’utilisateur s’y retrouve plus facilement.

    Maintenant, les objectifs induits par mon raisonnement étaient les suivants :

    1. Permettre un affichage maximal du document dans l’espace donné.
    2. Faciliter l’accès aux outils.

    Pourquoi ? Parce qu’un utilisateur de suite bureautique veut créer ou éditer des documents, et non utiliser tel ou tel outil. L’objectif 0 est en fait de faire le meilleur produit, de permettre la meilleure expérience d’utilisation possible.

    Mais quand je vois l’évolution de l’interface de Libre Office, j’ai toujours cette impression que l’objectif est resté de produire une alternative libre à MS Office. J’ai peut-être tort. Je l’espère, du plus profond de mon cœur. Mais c’est une impression désagréable. Parce que si l’objectif est d’être une alternative (libre ou pas), alors il n’y a aucune raison d’espérer que Libre Office ne devienne quoi que ce soit de plus qu’une alternative, un pis-aller, qui suivra plus ou moins les tendances établies chez le concurrent plutôt que d’apporter ses solutions au problème autrement plus important qu’est la réponse à la question suivante : Comment aider l’utilisateur au mieux ?

    • [^] # Re: Compromis…

      Posté par . Évalué à 8.

      à trop donner dans le compromis […] j’ai toujours cette impression […] il n’y a aucune raison d’espérer […] qui suivra plus ou moins les tendances établies

      Bof. Entre LO et MSO, les ressemblances sont trompeuses et loin d’être si nombreuses. En général, ceux qui pensent que les deux suites fonctionnent pareillement n’y connaissent pas grand-chose.

      Quoi qu’il en soit, si les dévs font comme MS Office, ils se font engueuler. S’ils ne font pas comme MS Office, ils se font engueuler. Pas par les mêmes personnes, mais c’est ainsi. Les uns veulent un clone de MSO gratuit, les autres veulent autre chose, mais c’est quand même souvent vague ou contradictoire.

      Lesquels des râleurs faut-il écouter? Ceux qui crachent sur LO parce qu’ils ne font pas comme MSO qui a tout compris? Ceux qui crachent sur LO parce qu’ils font ou ont l’air d’avoir l’intention de faire un jour comme MSO?

      permettre la meilleure expérience d’utilisation possible

      Apparemment, on se dirige vers une interface au choix… pas vers un compromis… pas vers une copie de MS.

      Puisque tu dénies le compromis, faut-il un interface pour l’ignorant ou l’expert ?

      Les rubans fournissent une meilleure lisibilité et organisation, mais c’est moins rapide à l’usage, ça n’offre pas d’accès aussi rapide, on se retrouve à passer d’un ruban à l’autre constamment, c’est pénible. Mais les toobars, les menus, ça n’appâte guère les utilisateurs, c’est plus fouillis, il faut du temps pour trouver ce qu’on cherche.

      Finalement, les logiciels comme Foobar2000 sont peut-être ceux qui ont le mieux compris: fournir une interface totalement adaptable aux différents goûts.

      LibreOffice se dirige peut-être vers ça, avec les toolbars, la notebookbar, les menus désactivables, les menus contextuels paramétrables, la sibebar désactivable…

      • [^] # Re: Compromis…

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Les rubans fournissent une meilleure lisibilité et organisation, mais c’est moins rapide à l’usage, ça n’offre pas d’accès aussi rapide, on se retrouve à passer d’un ruban à l’autre constamment, c’est pénible.

        bah, quand tu vois que le styliste (la fenêtre qui s'ouvrait systématiquement au lancement de OOo) a été retirée suite aux demandes répétées des windowsiens, alors qu'elle était super pratique et donnait une bonne manière de rédiger des documents (pas la lettre à mémé hein, le cas d'usage sorti pour la flinguer justement… la mienne est morte depuis longtemps, bref, et qui écrit encore à sa grand-mère ? tu vas la voir…). « suffit d'appuyer sur F11 » : bin ouais mais si personne n'utilise les styles, spa àmha nos amis de la comm' qui vont comprendre comment les promouvoir…

        le 16/9e est àmha le cas d'usage à prendre en compte pour utiliser le bord droit ou gauche (sans connotation politique).

        J'aime bien Draw qui me permet d'éditer à la va-vite mes schémas visio, mais un LibreOffice Schémas (couplé avec openclipart.org) me servirait encore plus. Mais là, je rêve.

        • [^] # Re: Compromis…

          Posté par . Évalué à 1.

          On peut être windowsien et défenseur du styliste. Je ne me souviens pas que les windowsiens aient eu du poids dans le “retrait” du styliste (c’est toujours là, hein)… mais on s’est peut-être servi d’eux comme excuse pour mettre le styliste en retrait. Si tu as un lien…

      • [^] # Re: Compromis…

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Les uns veulent un clone de MSO gratuit, les autres veulent autre chose […]

        Si tu veux MS Office gratuitement, tu le cherches sur ton site de torrents préféré. Quand Google a fait une suite bureautique, ils n’ont pas fait un clone de MS Office. Pareil pour Apple. Je ne vois pas pourquoi The Document Foundation ferait du clone. À moins qu’ils n’aient aucune vision, mais dans ce cas autant aller voir l’original. Libre ou pas.

        Faire de l’interface au choix, posture malheureusement courante chez les libristes, consiste en fait à laisser les décisions de design à l’utilisateur. Je sais que c’est devenu un cliché, mais la citation de Ford reste vraie : si on avait fait ce que demandait l’utilisateur, on aurait des chevaux plus rapides, et non des automobiles. C’est à l’équipe de développement de définir quels sont les besoins auxquels répondre, et de proposer un moyen d’y répondre.

        Si cette posture n’avait pas de conséquence, on s’en ficherait. Voir on s’en vanterait, comme le fait tout un tas de gens qui ne comprennent rien au design. Mais le problème, c’est que cette posture est néfaste à l’expérience d’utilisation.

        D’une part, devoir configurer un outil avant de pouvoir l’utiliser, c’est rédhibitoire. L’utilisateur veut écrire des documents, créer des présentations, faire des calculs… il veut pouvoir travailler, en somme, sans étape entre l’installation et l’utilisation. Non pas qu’il soit bête ou fainéant. Il est très bien, merci. Seulement, il a d’autres choses auxquelles penser que l’outil qu’il utilise : Est-ce qu’il pourra finir ce document à temps pour le lendemain matin ? Est-ce qu’il obtiendra cette augmentation qu’il a demandée la veille ? Est-ce que cette fille de la compta qui lui plaît accepterait un dîner en tête à tête ? Et ainsi de suite… N’introduis pas de barrière artificielle entre l’utilisateur et l’utilisation de ton produit.

        D’autre part, poursuivre plusieurs objectifs contradictoires dilue l’efficacité du produit pour chacun desdits objectifs. À trop vouloir plaire à tout le monde, on ne plaît à personne. C’est à l’équipe de développement de prendre ce genre de décisions, car sinon le produit ne pourra plus être aussi bon pour aucune des possibilités. Il faut de toute façon prendre une option par défaut, mais qui ne peut être aussi affinée que si on n’avait pas perdu de temps et d’énergie sur les autres options. En prime, ces différentes options alourdissent le produit (plus de code, plus de paramètres à sauvegarder, plus de menus, donc interface moins claire…)

        Bref, plus de choix entre plusieurs produits permet de profiter des avantages de la concurrence, mais plus de choix au sein d’un même produit nuit à l’expérience d’utilisation.

        Puisque tu dénies le compromis, faut-il une interface pour l’ignorant ou l’expert ?

        Quel est le public cible de Libre Office ? Le grand public, ou quelques libristes qui se touchent la nouille parce qu’ils utilisent une copie libre de MS Office ? Et encore : une copie du MS Office des années 90, si j’en crois l’interface par défaut…

        adaptable aux différents goûts

        Ah, en fait j’aurais dû commencer par là. Le design n’est pas une question de goût.

        Ouvre un bouquin sur le design. Pour débutant. N’importe lequel fera l’affaire. Sérieusement.

        • [^] # Re: Compromis…

          Posté par . Évalué à 8.

          Je ne vois pas pourquoi The Document Foundation ferait du clone.

          Ça tombe bien. Ce n’est pas le cas. Ce n’est pas parce qu’on reprend un élément qu’on se contente de faire de la copie. Du reste, les menus, les toolbars, c’est aussi copié sur les premières UI. Toute les UI ne font guère que s’inspirer les unes les autres… Ça t’a peut-être échappé?

          Faire de l’interface au choix, posture malheureusement courante chez les libristes, consiste en fait à laisser les décisions de design à l’utilisateur.

          Bizarrement, j’entends toujours l’inverse… ils n’écoutent pas assez les utilisateurs…
          Par ailleurs, tu ne sais visiblement pas comment fonctionne un projet comme LibreOffice.

          cette posture est néfaste à l’expérience d’utilisation.

          Bof… Les retours des utilisateurs, c’est utile.
          Même les Apple, Microsoft et cie, qui font beaucoup de recherche sur le design, font des conneries.
          Et même quand c’est bien pensé, ça ne plaît pas à tout le monde, loin de là. Suffit de voir que la querelle sur les rubans n’a pas cessé depuis tout ce temps.

          Si tu penses que les dévs de Foobar2000 et de ceux qui font des interfaces adaptables sont des idiots et des ignorants, va leur en toucher un mot.

          une copie du MS Office des années 90, si j’en crois l’interface par défaut…

          Compare OOo 3.3 (2011) et LO 5.3, et tu verras que ça a bien changé en quelques années.

          • [^] # Re: Compromis…

            Posté par . Évalué à 2.

            Faire de l’interface au choix, posture malheureusement courante chez les libristes, consiste en fait à laisser les décisions de design à l’utilisateur.

            Bizarrement, j’entends toujours l’inverse… ils n’écoutent pas assez les utilisateurs…

            Tu choisi ce que tu écoute. C'est le vrai clivage entre Gnome et KDE (ça l'était surtout entre KDE3.5 et Gnome2).
            Gnome vient avec une vision, KDE te donne le choix de faire tout et n'importe quoi.

            Vraiment laisser vraiment le choix c'est dans la majeure partie des cas perdre les utilisateurs. Tu va avoir les motivés qui vont passer une semaine à se configurer le truc aux petits oignions et tu as les autres qui vont subir la configuration par défaut.

            Faire du grand public avec différentes expériences c'est sacrément compliqué et c'est un peu plus que ce qui est fait là. Ça demande à présenter les choix, limiter le nombre d'options et présenter des ensembles cohérents. Et faire de la validation de chacune de ses options.

            Par ailleurs, tu ne sais visiblement pas comment fonctionne un projet comme LibreOffice.

            Je suis à peu prêt certain qu'il n'y a pas assez de main d'œuvre et de retours (pertinents) pour véritablement peaufiner l'UX donc en présenter 3, c'est dommage.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Compromis…

          Posté par . Évalué à 1.

          Quel est le public cible de Libre Office ? Le grand public, ou quelques libristes qui se touchent la nouille parce qu’ils utilisent une copie libre de MS Office ? Et encore : une copie du MS Office des années 90, si j’en crois l’interface par défaut…

          Le grand public veut word, excel et powerpoint pour regarder les chatons

        • [^] # Re: Compromis…

          Posté par . Évalué à 10.

          Une réponse globale au différents points que tu énonces : The Document Foundation ne fait pas un logiciel uniquement pour la langue française, mais prend en charge un certain nombre de langues pour lesquelles il n'y a pas d'équivalent Microsoft ou Mac et ce dans leur implémentation complète (ce qui n'entend pas que le sens d'écriture ou la police).
          Il y a des utilisateurs pour qui pouvoir utiliser un standard dans sa meilleure implémentation est le plus important dans le choix de l'outil et c'est de plus en plus vrai pour les gouvernements qui font le choix d'ODF ou qui sont en cours de réflexion sur les enjeux de l'open source (je pense au Myanmar par exemple).
          Les choix de développement de LibreOffice ou de DLP ne se font pas que par les développeurs, mais par l'ensemble des projets qui constituent la chaîne de production de LibreOffice réunis au sein de l'ESC : https://wiki.documentfoundation.org/Development/ESC dont les minutes sont publiées sur les listes dédiées des projets. Ces choix ne sont pas non plus uniquement portés par un type de culture particulier, mais par une communauté internationale dont les besoins et les compétences sont très divers. La difficulté est effectivement de garder une cohésion et une harmonie non seulement dans le produit mais aussi dans la communauté de bénévoles qui le produit.
          Bref, un bouquin de design n'y suffit pas :)

          • [^] # Re: Compromis…

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Merci pour cette réponse autrement plus pertinente que les poncifs habituels consistant à ne pas faire de choix pour les reporter sur l’utilisateur. En effet, la volonté de faire un logiciel grandement localisé est un choix fort et extrêmement intéressant. Le choix du standard aussi.

            Quelques remarques néanmoins.

            D’une part, ma critique s’axait principalement sur l’interface de Libre Office étant donné que c’est le sujet du journal et que c’est un énorme point faible pour ce projet. Ma critique n’avait pas non plus pour objectif d’attaquer Libre Office. Pour le dire autrement, un point faible n’est qu’une opportunité d’amélioration.

            D’autre part, il semble y avoir incompréhension quant à certains détails : quand je parle de l’équipe de développement, je parle de tous ceux qui participent au développement : développeurs, certes, mais aussi designers, managers, ergonomes, et ainsi de suite. Pareillement, quand je mentionnais la nécessité d’ouvrir un bouquin de design, c’était en réponse au poncif habituel sur le design qui serait une affaire de goût. C’est du même ordre que le programmeur à qui on demande de réparer le PC de Mémé. En tant que designer, j’en ai un peu marre d’entendre ce genre de choses. Ce qui explique d’ailleurs le ton agacé du message auquel tu réponds.

            • [^] # Re: Compromis…

              Posté par . Évalué à 2.

              en réponse au poncif habituel sur le design qui serait une affaire de goût.

              Sauf que ce poncif n’a pas été énoncé tel que tu l’affirmes, et qu’il existe bien chez les utilisateurs des préférences différentes très marquées et apparemment irréductibles, quoi qu’on pense du design comme concept.

              l’interface de Libre Office […] est un énorme point faible pour ce projet

              Même sur ce point, tout le monde n’est pas d’accord…

              Quels sont donc, à tes yeux, les points à revoir absolument? Pour l’instant, tu n’as énoncé que des critiques vagues sans consistance.

        • [^] # Re: Compromis…

          Posté par . Évalué à 9.

          Faire de l’interface au choix, posture malheureusement courante chez les libristes, consiste en fait à laisser les décisions de design à l’utilisateur.

          Ben d'un autre côté, imposer une façon de faire à l'utilisateur, c'est penser que tous les utilisateurs ont la même façon de faire, la même façon de se repérer, la même façon d'appréhender et de percevoir les choses, ou les mêmes taches à accomplir dans les mêmes circonstances. Ca peut se concevoir pour un outil simple (lecteur CD par exemple), mais dès qu'on passe à un outil pls complexe, ça ne tient plus. De plus ce n'est pas parce que des grands acteurs tels que Microsoft, Apple ou Google partent dans une direction qu'il faut bêtement les suivre. Parce qu'en général, si la copie ne se démarque pas suffisamment, les gens préfèreront l'original à la copie.

          Donc, proposer quelque chose par défaut, je n'ai à priori pas de problème avec ça, mais empêcher la personnalisation est une grosse erreur, parce que les choix par défaut poseront toujours problème à un moment ou à un autre.

          • [^] # Re: Compromis…

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Il y a méprise. Je ne soutiens pas que toute personnalisation devrait être évitée, mais qu’il faut commencer par se focaliser sur un bon ‹ par défaut ›.

    • [^] # Re: Compromis…

      Posté par . Évalué à 5.

      En fait, je pense que c’est ça, le problème de Libre Office (côté design) : à trop donner dans le compromis, on finit par compromettre ses objectifs.

      Si LibreOffice ne faisait pas de compromis en offrant différentes possibilités de barres d'outils, nous nous retrouverions avec 2 ou 3 forks qui fourniraient chacun l'une des possibilités. Perspective bien moins alléchante et bien plus destructrice vis-à-vis des utilisateurs - en particulier professionnels - que de devoir expliquer à l'utilisateur qu'il a le choix si le configuration par défaut ne lui convient pas.
      Cela dit il est possible que l'une des nouvelles présentations soit choisie plus tard comme option par défaut à la place des barres d'outils traditionnelles. Pour l'instant, la notebookbar n'est encore qu'une fonction expérimentale qui doit faire ses preuves, et pas seulement en termes de design.

    • [^] # Re: Compromis…

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      l’interface idéale serait un affichage responsive avec un ruban en mode portrait et un volet latéral en mode paysage

      Idéalement oui. Sauf qu'un même utilisateur qui change d'outil de base va se retrouver devant deux interfaces différentes - avec des options qui ne sont plus accessibles de la même façon.
      Quand on passe d'un écran 24 pouces à un téléphone mobile 5 pouces, ça se comprend et y'a pas vraiment le choix.
      Mais quand on passe de 12 à 15 pouces, ou bien d'un rapport 4/3 à un 16/9, ça se discute. Personnellement je préfère avoir le choix. Une commande rapide qui permettrait de passer d'une configuration type à une autre serait un plus, ça permet à l'utilisateur de choisir en fonction des contraintes techniques et de ses préférences.

      Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

    • [^] # Re: Compromis…

      Posté par . Évalué à 3.

      Pour en savoir plus sur les idées en matière de design qui sous-tendent les développements actuels sur l'interface de LibreOffice :
      - L'article du blog de l'équipe de design : https://design.blog.documentfoundation.org/2016/12/21/evolving-past-the-restrictions-of-toolbars/
      - l'annonce de MUFFIN : https://blog.documentfoundation.org/blog/2016/12/21/the-document-foundation-announces-the-muffin-a-new-tasty-user-interface-concept-for-libreoffice/

  • # Désolant

    Posté par . Évalué à -2.

    Non, pitié, pas de rubans…
    Je trouve assez consternant, dans le monde du logiciel, ces changements pour le changement, ayant pour seul but de faire plus moderne.
    La plupart des modifications d'interface depuis quinze ans n'ont eu aucune utilité pratique et peu d'efficacité ergonomique réelle.
    J'aime bien les menus déroulant à arborescence et les icônes paramétrables reprenant les fonctions les plus utilisées. Après rien n'interdit de mettre la barre d'icônes à droite ou à gauche, pour ceux qui ont du mal avec les formats d'écran cinémascopes.
    Les développeurs de LibreOffice feraient mieux de se consacrer au nettoyage de leur code et à la simplification de l'API, et à rendre plus intuitives certaines fonctions typographiques de base (pourquoi la numérotation des pages est elle aussi compliquée à gérer ?).

    • [^] # Re: Désolant

      Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 14/12/16 à 16:13.

      Je trouve assez consternant, dans le monde du logiciel, ces changements pour le changement, ayant pour seul but de faire plus moderne.

      C'est dommage de juger à la capture d'écran. Le ruban (particulièrement dans la suite Office) s'accompagne de différents changements ergonomiques. Tu as moins besoin du menu contextuel ce qui a permis de faire des changements direct du document dans une sorte de mode prévisualisation car tu ne cache plus ton document. Réduire la boucle de feedback c'est un concept ergonomique plus vieux que Windows (je dis ça pour monsieur « c'était mieux avant »). Le fait de permettre à l'utilisateur de faire appel à sa mémoire visuelle pour retrouver les options qui l'intéressent en est un autre. Supprimer les menu déroulant c'est aussi ne pas avoir à refaire tout le cheminement dans les menus pour se rattraper.

      Rubans n'est pas parfait, mais affirmer benoîtement que le seul but est de faire plus moderne est tout simplement faux (même si ça en fait parti). C'est dommage de faire des jugements à l'emporte-pièce comme ça à coup de « Rubans c'est juste pour faire plus moderne », « LibO ne fait que copier Office »,… Il n'y a pas un moment où tu te demande pourquoi est-ce que les gens font ça ?

      Les développeurs de LibreOffice feraient mieux de se consacrer au nettoyage de leur code et à la simplification de l'API, et à rendre plus intuitives certaines fonctions typographiques de base (pourquoi la numérotation des pages est elle aussi compliquée à gérer ?).

      Ce ne sont pas les même personnes qui font l'un et l'autre.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Désolant

        Posté par . Évalué à 2.

        Rubans n'est pas parfait, mais affirmer benoîtement que le seul but est de faire plus moderne est tout simplement faux (même si ça en fait parti). C'est dommage de faire des jugements à l'emporte-pièce comme ça à coup de « Rubans c'est juste pour faire plus moderne », « LibO ne fait que copier Office »,… Il n'y a pas un moment où tu te demande pourquoi est-ce que les gens font ça ?

        Je reconnais ne pas avoir utilisé les rubans dans Office, mais je les ai utilisé dans Autocad, autre logiciel propriétaire désastreux…
        La nouvelle interface y est particulièrement pénible à utiliser, avec des rubans qui sautent de partout dès que la souris sort du cadre du dessin. c'est vrai que les menus déroulants, eh bien, il faut les dérouler, mais au moins ils le font que lorsqu'on clique explicitement dessus. De plus, l'apparition de cette interface c'est accompagné d'une gourmandise phénoménale en ressources systèmes.

        • [^] # Re: Désolant

          Posté par . Évalué à 3.

          L'implementation du ruban dans autocad et office est identique?

          Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: Désolant

          Posté par . Évalué à 2.

          des rubans qui sautent de partout dès que la souris sort du cadre du dessin

          Et c'est vraiment gênant ? En quoi ?

          De plus, l'apparition de cette interface c'est accompagné d'une gourmandise phénoménale en ressources systèmes.

          Ça soit ça n'a rien à voir, soit c'est parce qu'il y a une mauvaise implémentation, mais c'est pas trop la faute du concept.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.