Journal Les premières monstro-plantes

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
32
9
mai
2010
http://www.nytimes.com/2010/05/04/business/energy-environmen(...)

Coup de tonnerre dans le Landerneau, les fermiers américains commencent à retrouver leurs champs de soja infestés par des super mauvaises herbes qui résistent au roundup (glyphosate) . C'est bien ballot, puisque c'est là tout l'argument de Monsanto, grace aux variétés de soja roundup ready, on n'est pas censé avoir à s'occuper des mauvaises herbes. Ce qui est impressionnant, c'est la vitesse à laquelle ces variétés résistantes se sont développées. Heureusement la recherche progresse, et l'article annonce la disponibilité prochaine de graines de soja qui sont resistantes à plusieurs herbicides, l'article parle de glufosinate et de 2,4-D, un ingrédient de l'Agent Orange qui a démontré son efficacité au Vietnam.

Prochainement dans vos assiettes !
  • # ouf

    Posté par . Évalué à 10.

    Heureusement la recherche progresse, ...

    tu me rassures, j'ai cru qu'il allait falloir désherber à la main !

    C'est rigolo de voir que la nature s'adapte à nos conneries, mais nous, on arrive pas à s'adapter à la nature :)

    Enfin, rigolo avec la larme à l'œil :'(

    Je conseille de regarder les films suivant (que des bandes annonces, si possible sans flash) Nos enfants nous accuserons, Herbe, We feed the world (le marché de la faim), ce reportage sur le Codex Alimentarius, et pleins d'autres, mais après on bascule vite dans des courants gauchistes.

    À un moment il faut arrêter les aberrations : entre science et industrie, y'a de la marge : faire de la recherche oui, de l'expérimentation à l'échelle mondiale et humaine, non.
    • [^] # Re: ouf

      Posté par . Évalué à 9.

      À un moment il faut arrêter les aberrations : entre science et industrie, y'a de la marge : faire de la recherche oui, de l'expérimentation à l'échelle mondiale et humaine, non.

      Tu fais par exemple allusion à un certain vaccin grippal qui a été développé en quelques mois et certifié à la mise en vente avant d'être testé en laboratoire ?
    • [^] # Re: ouf

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      C'est rigolo de voir que la nature s'adapte à nos conneries, mais nous, on arrive pas à s'adapter à la nature :)

      C'est vrai qu'on a une bien meilleure capacité à s'adapter à nos conneries...
      Elles sont surtout bien mieux vendues par ceux qui en profitent.
  • # C'est encore plus vieux que ça

    Posté par . Évalué à 8.

    Un jour je regardais un livre sur les mauvaises herbes. Je suis tombé vraiment par hasard sur un passage où ça parlait d'OGM. L'auteur du livre indiquait que déjà beaucoup d'espèces de mauvaise herbes avait acquis les gènes des semences OGM résistantes aux RoundUp. Et c'était un livre publié en 2002 ou 2003...
    Donc en moins de 10 ans (le soja RoundUp Ready est sorti en 1996 si je ne me trompe pas), les chercheurs ont déjà découvert toutes sortes de plantes ayant mutées. Un article du Monde en a parlé également il y a quelques mois. Plusieurs agriculteurs américains ont du abandonner des champs car il ne pouvait plus lutter chimiquement contre ces nouvelles mauvaises herbes.

    Évidemment il ne pourrait jamais venir à l'esprit à ces entreprises de remettre en question leur politique et leur produit, au lieu de cela ils vont se lancer dans la surenchère chimique en sortant de nouveaux herbicides encore plus dangereux.
    • [^] # Re: C'est encore plus vieux que ça

      Posté par . Évalué à 8.

      Plusieurs agriculteurs américains ont du abandonner des champs car il ne pouvait plus lutter chimiquement ...

      C'est surtout que certains agriculteurs ont perdu leur procès contre Monsanto - intenté par celui-ci même d'ailleurs - pour usage de leur produits...
      Or, les champs de ces agriculteurs ont été contaminé par pollénisation naturelles ou même dans certains cas par contaminations volontaires par la firm!

      Dans en plus de ce problème de contamination, y a même un risque qu'on doive payer Monsanto pour ça!

      ++

      PS: Rumsfeld 'spèce d'enfoiré!!!
      • [^] # Re: C'est encore plus vieux que ça

        Posté par . Évalué à 7.

        Soyons fou, partageons encore de la vidéo : le monde selon Monsanto, sponsorisé par Arte, explique ces histoires de procès et contaminations très bien. Cependant, ce film est aussi cautionné par Bayer, concurrent n⁰1 de Monsanto, donc faut pas croire que c'est juste eux les méchants

        http://openvideo.dailymotion.com/video/x4drlw_bande-annonce-(...)


        Pour aller plus loin avec ces histoires de contamination, il existe la même problématique avec le maïs en amérique du sud. Le brésil (je crois) a refusé d'importer du maïs US (celui de monsanto) pour des raisons sanitaires, et peut-être politiques. On ne sait pas comment, des champs entier ont été contaminés dans ce pays, par du Monsanto ! Comme par hasard, juste sur les bords de route. Le Brésil a été obligé d'importer du Monsanto sinon les agriculteurs allait avoir procès et n'aurait pu assumé : depuis, le Brésil exporte dans le monde entier, son maïs Monsanto, pendant que les paysans crèvent de faim.

        Pareil en Inde avec le coton : obligation d'acheter semences et produits Monsanto, Bayer, ..., coûteux, et donc les paysans s'endettent, obligé de cultiver toujours plus. Et ce plus de coton, fait moins de légumes et céréales vivrières. On arrive sur des cas de famine.

        Pareil en Afrique, suivant la même logique.

        Pareil partout où on laisse et où on laissera des PAC nous dicter comment et quoi cultiver, sous prétexte de subventions, d'exonérations, et de productivité : produire plus pour vendre moins cher. Bienvenu dans la ferme mondiale :(
  • # ouf

    Posté par . Évalué à 4.

    • [^] # Re: ouf

      Posté par (page perso) . Évalué à -9.

      Deux en Theora, deux en Flash. Ce n'est pas parce qu'on rajoute « openvideo » dans l'URL que c'est disponible en Theora, hein.
      • [^] # Re: ouf

        Posté par . Évalué à 5.

        Va te plaidre à délimochon (représente kaï kaï) ! asteroid a fait l'effort de fournir les URLs vers les contenus non-Flash sous réserve que délimochon (représente kaï kaï) ait effectué la convesion, et c'est quand même pas mal !

        « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

        • [^] # Re: ouf

          Posté par . Évalué à -10.

          Va te plaidre à délimochon
          Les vidéos se sont pas mises dessus toutes seules, donc non. C'est le fait de choisir un mauvais hébergeur qui est reprochable, pas de proposer un service d'hébergement en Flash.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: ouf

          Posté par . Évalué à 7.

          Bullshit, on dit délimochonne.
  • # Une petite remise en contexte ne ferait pas de mal…

    Posté par . Évalué à -5.

    Parce que d’après Wikipédia:
    DL50 de la caféine : 192 mg/kg
    DL50 du 2,4-D: 375 mg/kg

    (je rappelle que plus l’indice DL50 est élevé, moins la molécule est toxique)
    • [^] # Re: Une petite remise en contexte ne ferait pas de mal…

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      (Pour info la DL50 c'est la dose suffisante en théorie pour avoir 50% de chance de tuer. Par exemple pour un être humain de 80kg il faudra ~16g de caféine.)

      Par ailleurs, ce n'est parce que la caféine est plus toxique que le 2,4-D, qu'il faut en être "rassuré". On ne pulvérise pas la caféine par dizaine de tonnes sur les champs et c'est en ça que réside le risque, pas dans la toxicité absolue. Le contexte d'emploi et l'utilisation des produit que l'ont fait sont importants.
      • [^] # Re: Une petite remise en contexte ne ferait pas de mal…

        Posté par . Évalué à 6.

        > Le contexte d'emploi et l'utilisation des produit que l'ont fait sont importants.
        Tout à fait d’accord.
        C’est pour ça que je dis « une remise en contexte ne ferait pas de mal ». C’est bien beau de dire que « c’est un composant de l’agent orange », afin de sous-entendre « on va tous crever par la faute de Mosanto ! », mais si on veut faire quelque chose de vaguement honnête, il faudrait quelques chiffres comme, par exemple:
        - quantité de pesticides restant en bout de chaine
        - quantité journalière ingurgitée par quelqu’un qui mange 5 fruits et légumes par jour
        - comparaison avec la quantité de caféine ingurgitée par quelqu’un qui boit un café par jour.

        Mais bon, c’est sûr que c’est un peu plus difficile que de faire juste du FUD avec les mots « armes chimiques »…
        • [^] # Re: Une petite remise en contexte ne ferait pas de mal…

          Posté par . Évalué à 3.

          Pour le café, on peut calculer la dose nécessaire pour atteindre la dl50 avec les valeurs de wikipédia si on veut...

          Pour un expresso (40 mg de caféine/30ml), pour une personne de 70kg on trouve 0,571 mg/kg, pour atteindre la dl50 il faut 336 fois plus de caféine => il faut boire 10,08 L d'expresso.
          Pour un café normal (100mg de caféine/120ml), c'est 1,4 mg/kg après avoir bu une tasse de café, pour atteindre la dl50, il faut 134,4 fois plus de caféine => 16,128 L de café normal.
          Et vu que la demi-vie de la caféine est de 3-4h, faut se dépêcher pour boire tout ça... ;-)

          D'un autre coté, vu qu'on ne connait pas la quantité de caféine qui passe dans le sang après digestion, tout ce calcul ne sert a rien... mais on peut dire que le café n'est pas une arme chimiques!! (quoi, c'est pas ça le soucis? ^^)
        • [^] # Re: Une petite remise en contexte ne ferait pas de mal…

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          on va tous crever par la faute de Mosanto !

          Ben c'est la cas. Même nos petits jardins sont pollués par les saloperies de pesticide déverser par millions de litres sur cette planète grâce à l'entreprise la plus vicieuse qui existe.

          - quantité journalière ingurgitée par quelqu’un qui mange 5 fruits et légumes par jour
          Le problème n'est pas là, mais chez ceux qui habitent à côté des champs Monsanto et qui prennent quelques millions de kilo litres par jour de pesticide Monsanto, ceux qui se suicident parce que le coton Monsanto crêve de nouvelles maladies inconnues et perdent tout ... sans pouvoir retrouver du coton né de l'évolution naturelle parce que Monsanto est le seule et unique fournisseur de graine ...

          Je m'arrête là, parce que la prochaine comparaison c'est le point Godwin assuré

          "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

    • [^] # Re: Une petite remise en contexte ne ferait pas de mal…

      Posté par . Évalué à 10.

      Sauf qu'on en boit du café depuis des siècle ancestraux et il ne semble pas que ça ait créé de nouvelles espèces d'être humains mutant (si on exclu les informaticiens). Alors que le précuseurs de ton 2,4-D, déjà en moins de 20 ans, il a déjà fait des dégats avec au moins déjà des espèces résistantes. Tu as de nouveaux chiffres ou arguments à la signification aussi pertinente qu'un sondage du genre 99% des gens qui mange une feuille de salade par jour n'ont pas le cancer du colon ?

      « (je rappelle que plus l’indice DL50 est élevé, moins la molécule est toxique) »

      Tu fais bien de le rappeler, j'ai rondement oublié les bases de cours de chimie du CP :)

      « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

  • # L'amarante n'est pas une mauvaise herbe

    Posté par . Évalué à 8.

    Sur la page wikipedia de Amarante_(plante), il y a un passage qui donne une vision amusante sur ce qui se passe actuellement sur la terre des bigots : « Sur le plan rituel, l'Amaranthe était la plante sacrée par excellence. Durant certaines fêtes religieuses, des figurines élaborées à partir de la pâte d'Amaranthe étaient offertes aux dieux du panthéon Aztèque et étaient parfois consommées lors de certains rituels religieux rappelant le rite catholique de l'Eucharistie. (...) La valeur sacrée de l'Amaranthe suffit sans doute à expliquer que sa culture fut l'objet de répressions directes ou indirectes, de la part de la chrétienté désireuse d'extirper la vieille religion hérétique ».

    Qu'il est loin le temps de Bob Dylan et de son cynique « With god on our side ».

    Ceci dit, le sujet a déjà été abordé sur DLFP il y a quelque temps de cela.

    The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

  • # Encore un bon journal qui dénonce l'agro-industrie

    Posté par . Évalué à 2.

    Je voudrai tirer mon chapeau pour ce journal. Merci de nous garder informés des nouvelles du monde agricole.

    Et oui, encore une aberration de l'être humain. Dans le film Solutions locales pour un désordre global, de Coline Serreau [1,2] , le spécialiste de microbiologie des sols qu'est Claude Bourguignon nous dit que l'orge a une molécule d'ADN deux fois plus longue que celle des humains. Peut-on en déduire que l'orge actuel est le produit d'une sélection naturelle qui fut beaucoup plus longue que celle de l'histoire de l'espèce humaine ?

    Bon, ceci dit, c'est vrai que une génération de plante c'est beaucoup plus court qu'une vie humaine, et que c'est donc une des espèces les plus faciles à adapter (avec les insectes et les microbes). D'ailleurs, le transgénique, ce ne serait pas tout simplement l'histoire de la vie à laquelle nous voudrions appliquer une artificialisation de mauvaise foi ?

    Je vous laisse méditer là-dessus, amis DLFPiens.Et il est également dit que l'on peut se rendre au marché du quartier acheter des produits locaux, plutôt que de souscrire à l'industrie agro-alimentaire en fréquentant régulièrement son hypermarché favori, qui n'est autre que le bout de la chaîne de la loi du marché et des rendements agro-chimiques (même si la pâte à tartiner nutella c'est bon, et qu'il n'y en a pas au marché. Une recette de substitution sous licence libre serait sympa, bien qu'il existe le chocolat fondu qui marche assez bien aussi).

    [1] http://linuxfr.org/~neCua6nahS/29672.html
    [2] http://linuxfr.org/~SamWang/29577.html

    Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

    • [^] # Re: Encore un bon journal qui dénonce l'agro-industrie

      Posté par . Évalué à 10.

      D'ailleurs, le transgénique, ce ne serait pas tout simplement l'histoire de la vie ?
      Comme j'en ai marre de cet argument à la con, je répond. Le transgénique est à la sélection naturelle ce que la voiture est à la bipédie. Ce n'est pas parce que le résultat peut être vu de la même façon (nouvelles espèces ou déplacement) que les deux ont quoi que ce soit à voir.

      En particulier trafiquer des bactéries pour leur implanter des gênes d'une autre espèce pour qu'elles produisent de l'insuline humaine n'a rien à voir avec sélectionner les bactéries en favorisant celles qui ont les caractères les plus adaptées. Dans un cas on favorise une variation génétique préexistante, dans l'autre crée une chimère dont la probabilité qu'elle arrive par hasard est nulle. Pour les bactéries, confinées dans l'espace d'un labo le risque est faible. Pour les chimères végétales en plein champ, l'interaction avec le milieu naturel est inévitable et elles sont autorisées sans qu'aucune étude n'ait été menée sur les conséquences possibles. Dans quel but? Privatiser les semences à coup de brevet. Personne n'a besoin des OGM, sauf Monsanto qui rêve de devenir le MicroSoft des semences.
    • [^] # Re: Encore un bon journal qui dénonce l'agro-industrie

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      l'orge a une molécule d'ADN deux fois plus longue que celle des humains. Peut-on en déduire que l'orge actuel est le produit d'une sélection naturelle qui fut beaucoup plus longue que celle de l'histoire de l'espèce humaine ?

      On a un ancêtre commun avec l'orge. Donc théoriquement la sélection naturelle s'est faite exactement sur la même durée.

      c'est vrai que une génération de plante c'est beaucoup plus court qu'une vie humaine

      Le nombre de génération est important. Mais c'est surtout la pression environnementale qui va favoriser la sélection naturelle et l'évolution. Si les acacias ne s'étaient élevés en hauteur les girafes n'auraient pas un long cou.
    • [^] # Re: Encore un bon journal qui dénonce l'agro-industrie

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      [...] l'orge a une molécule d'ADN deux fois plus longue que celle des humains. Peut-on en déduire que l'orge actuel est le produit d'une sélection naturelle qui fut beaucoup plus longue que celle de l'histoire de l'espèce humaine ?

      Quel est le rapport entre les deux ? Il semble que c'est une question rhétorique mais j'ai du mal à savoir si la réponse qui doit venir naturellement est oui ou non.
  • # traduction rapide de l'article original

    Posté par . Évalué à 10.

    L'article original étant en anglais je me suis permis en ce dimanche gris une traduction rapide et donc pas parfaite, qui permettra aux anglophobes de goûter aux joies du journalisme américain.
    Il en ressort qu'aux states Monsanto a bien fait sa propagande et passe dans les medias pour un défenseur de l'environnement. Il y a plus d'un scientifique qui se prend pour Allègre là-bas.

    Quelques précisions : adventices = mauvaises herbes.

    1 acre = 1/2 hectare

    1 pied = environ 30 cm

    1 pouce = environ 2.5 cm

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    LES FERMIERS FONT FACE AUX PLANTES RÉSISTANTES AU ROUNDUP


    DYERSBURG - tenessee

    Depuis 15 ans, Eddie Anderson, agriculteur, est un fervent partisan de la technique agriculture simplifiée ou agriculture sans labour, une technique écologique qui élimine le labour pour éviter l'érosieon du sol et la dispersion des fertilisants et des pesticides.

    Mais pas cette année.
    Cet M. Anderson assiste au ballet des tracteurs sillonnant les terres, labourant et mélangeant terre et herbicides dans le sol pour tuer les adventices là où les graines de soja vont être plantées.

    De même que l'utilisation intensive des antibiotiques a contribué à l'apparition de supermicrobes résistants aux médicaments, l'utilisation quasi universelle par les agriculteurs américains de l'herbicide Roundup a mené à la croissance rapide de nouvelles supervilaines-adventices tenaces.

    Pour les combattre M. Anderson et des agriculteurs de l' Est, du Midwest et du Sud ont été forcés d'asperger leurs terres avec des herbicides encore plus toxiques, d'arracher les adventices à la main et de revenir à des méthodes plus exigeantes en force de travail comme le labour traditionnel.

    'On revient 20 ans en arrière', déclare M. Anderson, qui labourera environ 1/3 des ses 3000 acres de soja ce printemps, plus qu'il ne l'a fait depuis de nombreuses années.'Nous essayons de trouver ce qui marche'.

    Des agronomes disent que de tels efforts pourraient mener à une hausse des prix de la nourriture, une dévaluation des terres, une augmentation des coûts agricoles et de la pollution de l'eau et de la terre.
    'C'est la pire menace contre la production agricole que nous n'ayons jamais vu.' a déclaré Andrew Wargo III, président de l'Arkansas Association of Conservation Districts.
    Le premier spécimen à poser une menace sérieuse à l'agriculture a été repéré dans un champ de soja du Delaware en 2000. Depuis lors le problème s'est répandua avec 10 espèces résistantes dans au moins 22 états, infestant des millions d'acres, principalement soja, coton et maïs.
    Les super-mauvaises-herbes pourraient tempérer l'engouement des agriculteurs américains pour les OGM. Le soja, le maïs et le coton conçus pour survivre à l'épandage du Roundup sont devenus banals sur les terres américaines. Pourtant, si le Roundup ne tue plus les adventices les agriculteurs seront beaucoup moins enclins à dépenser leur argent de poche pour ces graines spéciales.
    Le Roundup - conçu à l'origine par Monsanto, mais vendu maintenant par d'autres sous le nom générique de glyphosate - a été un quasi miracle chimique pour les agriculteurs. Herbicide à large spectre, il est facile à utiliser, sans danger, et se dégrade rapidement, réduisant ainsi son impact environnemental.
    Les ventes ont décollé à la fin des années 1990, après que Monsanto eut créé sa marque Roundup Ready, pour des plants génétiquement modifiés pour tolérer le produit chimique, permettant ainsi aux agriculteurs d'asperger leurs terres pour tuer les adventices sans abimer leur plants. Aujourd'hui les plants Roundup Ready représentent 90% du soja et 70% du maïs et du coton produit aux Etats-Unis.

    Mais les agriculteurs ont répandu tellement de Roundup que les adventices ont rapidement évolué pour survivre. 'Ce dont on parle ici c'est d'une évolution darwinienne accélérée' a déclaré Mike Owen spécialiste des adventices à l'Université d'État de l' Iowa.

    Maintenant les adventices résistantes au Roundup contraignent les agriculteurs à reprendre des méthodes plus coûteuses qu'ils avaient abandonnées depuis longtemps.

    M. Anderson, l'agriculteur se bat contre une espèce résistante particulièrement tenace appellée (anglais) Palmer amaranth ou herbe à cochon, qui n'a commencé à infester les fermes du Tennessee que l'an dernier.

    L'herbe à cochon grandit de 3 pouces par jour et atteint 7 pieds ou plus, étouffant les plants. Elle est si robuste qu'elle peut endommager les moissonneuses. Tentant de venir à bout de l'ennemi avant qu'il soit aussi gros, M. anderson et ses voisins labourent leurs terres et mélangent les herbicides à la terre.

    Cela menace une avancée dans l'agriculture que la révolution Roundup avait permise : l'agriculture sans labour. En combinant le Roundup et les plants OGM Roundup Ready les agriculteurs n'avaient plus à labourer pour controler les adventices. Cela a réduit l'érosion, la dispersion des produits chimiques dans les nappes phréatiques et la consommation de fuel pour les tracteurs.

    Si un labour fréquent redevient nécessaire,'cela sera un souci majeur pour l'environnement' a déclaré Ken Smith, un spécialiste des adventices de l'Université de l'Arkansas. De plus, les opposants aux OGM disent que l'utilisation d'herbicides supplémentaires, y compris d'anciens produits qui sont moins compatibles avec l'environnement que le Roundup, confirme l'inanité des allégations de l'industrie biotechnologique selon lesquelles les plants OGM seraient meilleurs pour l'environnement.

    'L'industrie biotechnologique nous mène à une agriculture plus dépendante des pesticides que jamais, à l'encontre de ses promesses et des nécessités actuelles' a dit Bill Freese, un analyste des politiques scientifiques du centre pour la sécurité alimentaire de Washington.

    Jusqu'à maintenant les spécialistes des adventices estiment que la proportion de terres agricoles concernées par la résistance au roundup est relativement faible 7 à 10 millions d'acres de soja, maïs et coton selon Ian Hea responsamble d'une étude internationale financée par l'industrie chimique.. On trouve également des adventices résistantes dans d'autres pays dont l'Australie, la Chine et le Brésil, selon cette même étude.
    Monsanto, qui prétendait que la résistance ne deviendrait pas un problème majeur, met en garde contre une exagération de son impact. 'C'est une problème sérieux, mais gérable' dit Rick Cole, qui s'occupe de se problème pour la compagnie aux Etats-Unis.
    Bien sur, Monsanto est sur le point de perdre de l'activité si les agriculteurs utilisent moins de Roundup et moins d'OGM Roundup Ready.
    'Il faudra ajouter une autre produit, en plus du Roundup pour tuer les mauvaises herbes" dit Steve Doster, producteur de maïs et de soja à Barnum, Iowa."alors, pourquoi acheter des produits Roundup Ready?'

    Monsanto répond que le Roundup contrôle encore des centaines d'adventices. Mais la compagnie est suffisamment gênée par ce problème qu'elle se prépare - mesure exceptionnelle - à prendre en charge le supplément d'hébicides complémentaires au Roundup.

    Monsanto et d'autres compagnies de biotechnologies agricoles développent des plants OGM résistants à d'autres herbicides.
    Bayer vend déjà du coton et du soja résistants au glufosinate, un autre pesticie. Le tout nouveau mïs maonstant est tolérant au glyphosate et glufonsinate et la compagnie développe des plants résistants au dicamba un pesticide plus ancien. Syngenta développe un soja résistant à son produit : Callisto.. Et Dow Chemical développe un maïs et du soja résistant au 2.4D, un composant de l'Agent Orange, le défoliant utilisé pendant la guerre du Viet-nam.

    Il n'en reste pas moins que, selon les scientifiques et les agriculteurs, le glyphosate est 'la découverte du siècle' et que des mesures doivent être prises pour préserver son efficacité. Le Glyphosate est 'aussi important pour une production agricole fiable que la péniciline pour combattre la maladie' a écrit Stephen B. Powles, un spécialiste australien des adventices dans un commentaire de janvier à l'académie nationale des sciences.
    Le Conseil National de la Recherche, qui conseille le gouvernement fédéral sur les sujets scientifiques a lancé son propre avertissement le mois dernier, disant que l'émergence de mauvaises herbes résistantes menaçait les bénéfices subtantiels que les plants OGM apportaient à l'agriculture et à l'environnement.
    Les spécialistes encouragent fortement les agriculteurs à alterner le glyphosate avec d'autres herbicides mais le prix du glyphosate a fortement baissé en raison de la concurrence des produits génériques renforçant son attractivité auprès des agriculteurs.

    'Il faut faire quelque chose' a dit Louie Perry Jr, un producteur de coton dont l'aïeul a crée la ferme à Moultire, Géorgie en 1830. La Géorgie est frappée de plein fouet par l'herbe à cochon et M. Perry, qui est aussi président de la commission cotonnière de Géorgie, la compare à cet insecte qui a dévasté l'industrie du coton au début du 20e siècle. 'Si nous n'éliminons pas cette chose, elle fera comme l'anthonome du cotonnier, elle nous emportera!'.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Si vous trouvez que le style est lourd, rassurez vous, il l'est aussi dans l'article original.
    • [^] # Re: traduction rapide de l'article original

      Posté par . Évalué à 9.

      Merci beaucoup.
    • [^] # Re: traduction rapide de l'article original

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Contrairement à l'idée reçue, le sel de glyphosate est toxique et la publicité de rex avec son os a été supprimée, les mentions de non toxicités ont été supprimés des emballages, et il est bien plus rémanent qu'annoncé.
      • [^] # Re: traduction rapide de l'article original

        Posté par . Évalué à 3.

        Effectivement, j'ai lu quelques réfutations des mythes monsanto qui me semblent tout à fait exactes. Dans l'article c'est le journaliste américain qui parle.
        Et le pire c'est qu'il semble sincèrement craindre pour l'environnement à cause de l'abandon du roundup.
        Ce qui m'a également surpris (choqué?) c'est de voir la méthode sans labour - souvent présentée comme écologique - récupérée par l'agrochimie. Ils sont forts ces s.... !
        • [^] # Re: traduction rapide de l'article original

          Posté par . Évalué à 4.

          Un truc dommage peut être c'est qu'ils ne semblent voir la terre que comme un substrat pour les plantes. La terre est vivante \o/ faudrait pas l'oublier.

          Ceux (les passionnés) faisant du hors-sol le savent depuis longtemps : pour avoir une production au top, un substrat neutre avec une rivière articificielle contenant des engrais ne suffit pas : il faut fertiliser le substrat neutre avec de la vie (champignons, microbes,...) et faire vivre le sol. Le rendement est alors bien supérieur. Vraiment supérieur. C'est pourquoi la production hors sol sur fibre de coco (naturel) est bien supérieure à celle en hors-sol sur système hydroponique standard.

          L'équilibre proposer par la nature est complexe. Nous ne faisons que palement l'imiter, aujourdhui, de plus en plus. L'agriculture intensive telle que dans les années 30-70 n'a plus lieu d'être aujourdhui : npk + insecticides + persticides + herbicides est la combinaison simpliste et ravageuse de ces années là. Pas pour le porte monnaie des monsanto jusqu'à aujourdhui. Mais cela pourrait bien changer (espérons le). Comprendre et reproduire les interactions complexes du millieu naturel, puis le reproduire en hors sol pour ne pas modifier le milieu naturel, est une voie d'avenir.



          un tit texte à lire, juste un complément, pas une référence :
          http://www.spectrosciences.com/spip.php?article75
          (les stimulateurs de défenses naturelles : alternative aux pesticides ?)
  • # Lutte biologique.

    Posté par . Évalué à 5.

    Il me semble que le seul moyen de lutter contre les capacités d'adaptation du vivant, est d'utiliser le vivant. Donc, de s'appuyer sur les prédateurs naturels de ce dont on veut se débarrasser. L'évolution de l'arme se fait alors "toute seule". Non?

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Lutte biologique.

      Posté par . Évalué à 3.

      c'est ce qu'on fait en permaculture pour lutter contre les « mauvaises herbes » : on occupe le sol avec des « herbes » choisies, souvent des légumes ou des plantes qui ont un effet sanitaire (lutte contre certains insectes ou champignons, ou au contraire qui attire certains insectes ou aide les champignons à se développer).

      Sauf que ça, les gros qui ne font que du maïs, ne peuvent pas le faire. D'où l'intérêt de remettre des paysans en place partout dans le monde, surtout dans les régions qui font de la mono-culture (USA, Europe, Inde, ...)
    • [^] # Re: Lutte biologique.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Exactement. C'est par exemple ce qui a été fait avec la myxomatose ou les silures. Des exemples comme ça, il y en a des tonnes.

      Juste pour rire, l'histoire des silures en Europe de l'ouest: pour débarrasser nos merveilleux étangs de certains horribles poissons, certains ont eu l'idée de récupérer des silures. Les silures existent dans nos cours d'eau depuis longtemps, mais en faible quantité.
      La grosse astuce a été d'élever des silures d'un seul sexe. Comme ça en cas de problème, ils disparaissent à la génération suivante. Pas bête.
      Sauf que... la plupart des poissons changent de sexe lorsque nécessaire. D'où l'explosion du nombre de silures dans l'ouest de l'Europe.



      Bon, pour les silures c'est en fait une légende :-)

      Par contre il y a réellement des tonnes de vrais exemples ratés. Pour protéger les cannes à sucre je ne sais plus où, on a introduit des insectes, des rongeurs, des je ne sais quoi, et à chaque fois ça n'a pas fonctionné. Résultat, le problème de base était toujours présent, avec en plus des prédateurs supplémentaires. Jolie opération.

      Je viens de trouver un lien: http://www.dossierpourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article(...)
    • [^] # Re: Lutte biologique.

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est pas la panacée ce genre de technique non plus, l'introduction de certaines espèces déstabilise parfois complètement l'écosystème local. T'as plusieurs exemples ou ça tourne pas très bien, faut faire attention aussi dans ces cas là.
      • [^] # Re: Lutte biologique.

        Posté par . Évalué à 2.

        On peut aussi utiliser l'espèce elle même pour l'éliminer, en utilisant des mâles stérilisés qui vont entrer en compétition avec les mâles normaux, et ainsi diminuer le nombre de parasite à la génération suivante.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouche_ts%C3%A9-ts%C3%A9#Lutte_(...)
      • [^] # Re: Lutte biologique.

        Posté par . Évalué à 3.

        L'idée n'est pas d'introduire des nouvelles espèces, mais de développer les espèces utiles existantes. C'est long, on gagne pas d'argent au début (surtout si c'est un métier), mais en quelques années, l'équilibre entre la culture voulue, et le maintient des espèces qui aident est atteint.

        Une forêt n'est jamais malade. Pourquoi ? Parce que l'équilibre c'est créé, mais pas en une saison. Ça prend du temps de mettre en place ce type d'équilibre, surtout que c'est sans cesse en évolution. D'où le terme de permaculture ;)
  • # Comme dirait l'autre : je l'avais prédit !

    Posté par . Évalué à 7.

    Ce qui est impressionnant, c'est la vitesse à laquelle ces variétés résistantes se sont développées.

    Impressionnant, peut-être. Mais pas surprenant pour autant !
    Il y a 15 ans déjà (voire même plus), le développement de populations résistantes était cité comme un des risques majeurs de cette catégorie d'OGM (plus sérieux encore que les risques pour le consommateur).

    L'efficacité de la technique pendant les premières années allait affamer les prédateurs (enfin, le maillon suivant dans la chaîne alimentaire), puis l'intense pression de sélection allait favoriser le développement rapide des populations résistantes (que les prédateurs naturels ne seraient même plus là pour réguler...)

    Les scientifiques indépendants préconisaient de mettre en place des zones franches, sans herbicide, où les mauvaises herbes pourraient se développer librement (sans favoriser les individus résistants), et ainsi faire baisser la pression de sélection dans les zones cultivées (grâce au vent et à nos amies les abeilles).

    Mais les lobbyistes ont convaincu les sages politiques de ne pas écouter ces dangereux écolos qui menaçaient la rentabilité de la technique ! Ouf.
    • [^] # Re: Comme dirait l'autre : je l'avais prédit !

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      reste à prévoir l'imprévisible. Le livre de Taleb "Le cygne noir" est sur ce sujet.
      http://www.amazon.fr/cygne-noir-puissance-limpr%C3%A9visible(...)

      Un premier exemple simple est la dinde qui voit pendant 1000 jours un type venir la nourrir. La dinde associe ce type au repas. Le 1000 ème jour, ce type tue la dinde. Du point de vue de la dinde, rien ne le prévoyait.

      Un autre exemple du livre m'a frappé, un casino de Las Vegas. Il avait des procédures de pointe pour tout surveiller. Pourtant, sur une courte période, 4 risques non prévus se sont matérialisés.
      1) une grande attraction, avec un lion et son dompteur, a été arrêtée, car le lion a attaqué son dompteur. Rien ne le prévoyait, le lion et son dompteur dormaient même dans la même pièce. Perte 100 millions de $
      2) un entrepreneur a été blessé lors de la construction d'une annexe du casino. Outré par les dommages ridicules proposés par le casino, cet entrepreneur a posé des bombes pour faire s'écrouler le casino. Cela a été détecté à temps.
      3) le comptable du casino, parti récemment à la retraite, avait préparé les enveloppes pour le fisc américain, déclarant les personnes ayant gagné de fortes sommes, mais oublié de les poster. Redressement fiscal non prévu.
      4) la fille du directeur du casino ayant été enlevée, le directeur a payé la rançon en puisant dans la caisse.


      En informatique, je me demande ce qui pourrait se comparer ?
      Se rendre compte que tous les backups sont illisibles, ou que la société qui les entrepose nous annonce que tout a brûlé chez eux ?

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

      • [^] # Re: Comme dirait l'autre : je l'avais prédit !

        Posté par . Évalué à 4.

        Pour le #1, il s'agit de Roy Horn et d'un tigre blanc en 2003.

        Ce qu'il se serait passé : le tigre, élevé tout petit par Roy, aurait senti un danger dans la salle et aurait voulu protéger son dompteur en l'éloignant de la scène. Malheureusement la peau d'un homme étant bien moins résistante que celle d'un autre félin, le tigre a pratiquement tué Roy en le mettant à l'abri.

        Roy a continué de vivre avec les tigres après cet accident.

        Une photo d'un tigre blanc : http://msnbcmedia2.msn.com/j/msnbc/Components/Photos/050628/(...)

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Siegfried_&_Roy

        The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

  • # Evolution et science-fiction

    Posté par . Évalué à 2.

    Merci pour ces gentils rappels!
    (Cette réponse dans un nouveau fil de commentaires, car possiblement adaptée à plusieurs ci-dessus, pardon toussa)

    Comme dit précédemment, rien de nouveau dans cette sur-enchère de moyens liés à la survie.

    L'homme (occidental surtout, à tendance industrielle) s'amuse à modifier des équilibres partiels dans certains écosystèmes, pour en tirer un bénéfice (pour lui, au vu ici de plantes "utiles"). Ce faisant (i.e.: conséquence directe de cette manipulation), il sélectionne forcément les individus des autres espèces ("nuisibles") qui auront survécu à ce modifications. Il accélère la course aux armements de ses petits favoris, et donc de facto des autres espèces en interactions avec ceux-ci. Le B.A.-BA de la co-évolution, quoi.

    Seule solution, éradiquer en un seul coup (une génération) tous les individus des espèces qui ne lui plaisent (à tort) pas: ce qui est matériellement presque impossible, et introduit par ailleurs de nouveaux risques -- par rapport aux espèces restantes, aux niches soudain vides, etc. Notons que d'un point de vue 1) humain 2) socio-économique, les acteurs de ces changements sont les premiers bénéficiaires des conséquences de leurs actes passés, puisqu'ils accentuent une demande pour laquelle ils se posent en réponse, s'assurant des parts à venir du marché agrandi. Ces entreprises ont donc tout intérêt, à court comme moyen termes, à se prêter à ce petit jeu -- et au diable les conséquences sur autrui, ce n'est pas (encore) pris en compte par le marché!

    Et pour vous faire peur, si vous ne connaissez pas encore, je ne peux que vous recommander la lecture d'un livre de science-fiction des années 1970:
    "Le troupeau aveugle" par John Brunner.
    Une vision cauchemardesque des conséquences de telles dérives, où les agents naturels sont des insectes ayant muté sous les contraintes d'insecticides, les jigras. Mise en scène de manière brutale et efficace (des scènes à pleurer de rire et de désolation en même temps), et un humble héros mis au rebut, Austin Train, nouveau Jésus-Christ de ce temps moderne, qui se fera -- peut-être -- crucifier...

    (PS: commentaire écrit sans trop de relecture, veuillez pardonner les fautes restantes)
  • # Rien à voir avec les OGM.

    Posté par . Évalué à 7.

    Malgré ce que pas mal de monde (dans les commentaires) semble extrapoler, il n'est dit nulle part dans l'article que l'apparition d'herbes résistantes au Roundup est due à une contamination génétique depuis le soja résistant au Roundup. Il n'y a d'ailleurs jamais eu aucun "transfert" de gène depuis un OGM.

    C'est par sélection naturelle toute banale (comme les antibiotiques, dit le NYT), que cette plante est apparue. De fait, il s'agit d'une dérive des pesticides, pas d'une dérive des OGM.

    Mais bon, à l'ère de l'information, rien de plus efficace pour faire avancer une cause que la désinformation...
    • [^] # Re: Rien à voir avec les OGM.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      C'est exact :-)

      L'utilisation d'OGM résistants au Roundup permet d'augmenter considérablement les doses de Roundup. On obtient ainsi un champ "parfaitement" débarrassé de ces vilains parasites que sont les plantes (enfin, toutes les plantes, sauf une: celle qu'on a planté).

      Avant les OGM, on avait des plantes "parasites" qui résistaient jusqu'à un certain point. Par exemple ça éliminait 95% de ce qu'on ne voulait pas. On ne pouvait pas augmenter les doses de Roundup sinon ça faisait crever les "bonnes" plante. Graces aux OGM, on a augmenté les doses. Résultat on a des plantes "parasites" qui résistent à _toutes_ les doses. Si on continue on aura même des plantes qui se nourrirons de Roundup :-)

      Aucun transfert de gènes.
    • [^] # Re: Rien à voir avec les OGM.

      Posté par . Évalué à 3.

      Ok, justement, la sélection naturelle a ici joué un rôle prépondérant. Je pense que c'est dur de croire qu'une mauvaise herbe peut acquérir des gènes de Soja.

      Les croisement entre espèces différentes sont durs à obtenir, non ?

      Bon, toujours est-il que cette bonne vieille sélection naturelle est manifestement un obstacle pour les agro-chimistes, alors qu'ils en sont eux même issus. C'est une contradiction manifeste de l'espèce humaine de violer les principes qui lui ont donné naissance, non ? Bref, bref...

      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

    • [^] # Re: Rien à voir avec les OGM.

      Posté par . Évalué à 4.

      De fait, il s'agit d'une dérive des pesticides, pas d'une dérive des OGM.
      Il me semble que la dérive OGM existe, entre variétés proches. De mémoire entre du riz et des cousins OGM (de mémoire, hein, en vrai je ne sais plus où j'ai lu ça).

      La dissémination des OGM dans la nature est déjà une réalité, et sera bientôt une catastrophe biologique.

      N'empêche qu'il y a un autre risque immédiat des OGM: l'augmentation massive des pesticides dans l'alimentation. Les pesticides ont été testé dans un contexte précis: on pulvérisait les «mauvaises herbes» en évitant le plus possible de pulvériser sur les plantations, pour éviter de les détruire aussi. Ça limitait (un peu) la présence des pesticides dans les productions. Avec les OGM on pulvérise massivement les plantations, puisque les plantes résistent. Au final dans l'assiette du consommateur, fut-il animal, il y a une quantité bien plus importante de pesticide.
      • [^] # Re: Rien à voir avec les OGM.

        Posté par . Évalué à 3.

        Toutafé. Mais les plantes résistantes, ça reste une seule des applications des OGM, et il existe un moyen très simple d'interdire la dissémination : le gène Terminator obligatoire.

        Mais faut dire, entre Monsanto et Bové, on est loin de trouver une solution intelligente et posée ;)
        • [^] # Re: Rien à voir avec les OGM.

          Posté par . Évalué à 7.

          Solution intelligente et posée: interdire les brevets et autres formes de P.I. sur les plantes, fussent-elles génétiquement modifiés.

          Sans brevet sur le vivant, il n'y aura plus personne pour trouver un quelconque intérêt à les planter partout, en particulier en plein champ.
      • [^] # Re: Rien à voir avec les OGM.

        Posté par . Évalué à 1.

        Il me semble que la dérive OGM existe, entre variétés proches. De mémoire entre du riz et des cousins OGM
        On a observé la même chose dans nos contrées, entre le colza cultivé et des variétés sauvages (qui elles peuvent être considérées comme mauvaises herbes).
  • # Poison !

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    >> article parle de glufosinate et de 2,4-D, un ingrédient de l'Agent Orange

    Supairtinent, ça !

    Tu savais que le monoxyde de dihydrogène était un ingrédient des pluies acides, qu'il a tué bien plus de monde que l'agent orange (et ça continue…), mais qu'il est pourtant aussi en vente libre, *même en France* ?
  • # Re: Les premières monstro-plantes

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Jayce reviens !!!

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.