Journal Mais où sont les stagiaires curieux et passionnés ?

Posté par (page perso) .
25
9
jan.
2012

Amis Linuxiens, je désespère de trouver des candidats stagiaires compétents.

Pourtant, je propose un stage bien payé, avec des possibilités de recrutement, sur un sujet funky (parallélisation d'un algo d'IA primé dans des concours internationaux), avec des logiciels libres (G++, LGPL, sous cluster Linux, 250 processeurs 64 bits, etc.) et dans une équipe compétente et agréable (comprendre : avec 50% de filles).

Je ne sais pas où poster mes demandes de stage. Partout où je tente je n'obtiens que des candidatures mornes de windowsiens sous java ne sachant pas où finir leurs études et n'ayant aucun enthousiasme pour leurs projets de programmation…

Bref, si vous avez des idées, merci de m'éclairer.

Et puis si connaissez des gens intéressants, faites-leurs suivre ce lien : http://www.nojhan.net/pro/spip.php?article38

  • # En effet c'est pas facile

    Posté par . Évalué à  9 .

    Je n'ai malheureusement pas de solution à ton problème mais je suis d'accord avec toi sur la difficulté à trouver des candidats pour les différents stages que nous proposons annuellement.

    Je ne sais pas si le contexte à changer depuis le temps où j'étais stagiaire, mais je n'ai pas la solution miracle. Et vu le public visé, je ne pense pas que passer par Facebook, pour faire moderne, soit la bonne solution :)

    Si d'autres personnes ont trouvé une solution, je les encourage à la partager :)

    • [^] # Re: En effet c'est pas facile

      Posté par . Évalué à  3 .

      Tu dis ça mais vous êtes parvenus à en trouver certains particulièrement brillants!

    • [^] # Re: En effet c'est pas facile

      Posté par . Évalué à  2 .

      Tiens, je peut peut etre écrire, je viens de passer du côté pro, donc c'est tout frais !
      Je suis en train de terminer mon doc: je ne sais pas si c'est le niveau que tu cherches, mais je sais que tu n'es pas le seul à galérer pour trouver du monde compétent, même en embauche.
      En effet, mon groupe a mis plus de 4 mois pour trouver quelqu'un de compétent ; 7 mois en tout entre le début de leurs recherches actives, et mon premier jour de travail !

      Pourtant, ils ont essayé de baisser le niveau exigé, ils ont communiqué avec des connaissances "limites", qui eux-même refusaient parce que celà leur faisait peur...
      Et tout cela pour un boite qui propose des salaires compétitifs (aux USA, donc c'est très nettement au dessus des salaires français !) avec des avantages vraiment intéressants.

      Je pense que ma génération est principalement constituée de gens qui veulent "juste une job", de quoi vivre et le max de temps libre. C'est terriblement vrai dans ma promo d'école d'ingé (j'ai émigré pour mon doc, mais mon cursus ingé je l'ai fait en france). Donc les boulots intéressants, y'a pas grand monde pour y être intéressé !

      J'ai vu un CEO (d'une boite de taille moyenne, ~500 dans le domaine de la micro-électronique) parler de leurs difficultés à recruter de bons ingénieurs: en trouver est facile, mais des gens motivés nettement moins.

      J'ai juste une piste: j'ai été embauché parce que mon directeur de thèse a été contacté directement: "as tu des finissants qui ont le profil à recommander ?". Je pense que c'est une bonne approche, aller directement auprès des écoles. Je vois notament les écoles de provinces (dont je viens), dont les étudiants cherchent d'abord soit proche de chez leur parent, soit dans la région de l'école. Comme en général la plupart viennent de la région, peut s'éloignent... mais les plus intéressants éléments en général seront prêts à bouger pour un stage intéressant.
      Donc, une piste et d'entrer en contact et prospecter auprès des écoles/universités qui te semblent pertinentes pour test stages, pour "court circuiter" les autres stages offerts dans une forme plus standard ;-)

      • [^] # Re: En effet c'est pas facile

        Posté par . Évalué à  10 .

        Je pense que ma génération est principalement constituée de gens qui veulent "juste une job", de quoi vivre et le max de temps libre. C'est terriblement vrai dans ma promo d'école d'ingé (j'ai émigré pour mon doc, mais mon cursus ingé je l'ai fait en france). Donc les boulots intéressants, y'a pas grand monde pour y être intéressé !

        Perso j'ai une vision où c'est plutôt le contraire : tu fais des études d'ingénieurs (assez difficiles) et ta seule perspective d'avenir à relativement long terme est de bosser dans des sociétés de service moisies ou on te laissera pourrir sur des jobs inintéressants et non qualifiés.

        Alors s'il existe des boulots intéressants, j'aimerais bien savoir où ils sont...

        • [^] # Re: En effet c'est pas facile

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          et ta seule perspective d'avenir à relativement long terme est de bosser dans des sociétés de service moisies ou on te laissera pourrir sur des jobs inintéressants et non qualifiés.

          Il me semble que les gens qui ont des compétences (=qui s'investissent dans des projets libres par exemple) n'ont pas trop de mal pour trouver du taf intéressant.
          Après c'est donnant-donnant : si tu n'as aucun projet auquel tu participes sur ton CV, en tant qu'employeur libriste potentiel, c'est un gros point négatif (des pisseurs de code pas motivé, il y en a à plus savoir qu'en faire...)

          Bref, les boulot intéressants sont aussi peut-être pour les personnes intéressantes.

          • [^] # Re: En effet c'est pas facile

            Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

            Clairement. Le coup du type qui aligne des options intéressantes à ses diplômes, sur son CV, mais qui n'a rien à montrer et qui n'est pas capable d'expliquer en quoi son code est cool… c'est déprimant.

            Mettez vos projets sur vos CV et expliquez ce que vous avez fait de cool dans vos lettres e-mails de motivation et épargnez-moi les banalités du genre « je souhaite valoriser mes compétences en systèmes d'information »… peut-être que ça m'évitera des faux négatifs :-)

            • [^] # Re: En effet c'est pas facile

              Posté par . Évalué à  10 .

              Ce qui me gonfle c'est le côté cercle vicieux que je vois apparaître dans cette page.

              Les offres d'emploi c'est pour la plupart "youhou windows + java/web" même en insistant "tout ce qui est techno libre, gnu, C et compagnie donnez-moi", les postes/projets restants et de l'autre, en grossissant, des employeurs libristes qui n'embaucheront que des gens ayant contribué au libre.

              Je ne peux coder que très peu à coté de mon travail, ayant beaucoup d'autres choses à faire, donc je suis condamné à faire du java/tomcat ?

              • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                Mais non, code à ton travail. Il suffit juste de prendre un peu de retard, et de pas se faire choper. Ou de t'arranger pour subtilement orienté ton taf vers du logiciel libre. Par exemple, en contribuant à tomcat, en écrivant des articles et/ou de la doc. De mon éxpérience, il faut pas non plus être un top cador pour trouver un taf dans le libre, et je suis sur qu'en utilisant le DIF, tu peux réussir à faire passer le message auprés de ta boite.

                Et si vraiment, ton taf ne te permet pas ça, tu peux jouer ton va-tout et en changer, quitte à trouver un poste plus peinard avec possibilité d'autoformation via un un retard selectif. Ou change ce qui fait que tu n'as pas de temps libre ( je parle pas d'abadonner femmes et enfants au bord de la route, mais plus rapproche toi de ton taf pour perdre moins de temps dans les transports, etc ). Autre option pour faire du libre, faut réseauter un maximum. Fait des confs, va voir des gens, traine sur irc.

                Ou enfin, fonde ta boite. Même si elle marche pas, tu as des aides et compagnie pour tenir un peu, juste le temps de changer ton cv.

                Donc non, si java/tomcat ne te plait pas, c'est pas une fatalité.

                • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                  Posté par . Évalué à  1 .

                  Code à ton travail

                  J'ai déjà profité d'heures très très creuses pour m'essayer à des trucs (on me "choppe" je dis bah j't'ai prévenu que j'ai rien à faire et un café stp*). Là c'était un WM fait en pur ajax mais bon passons. :D

                  Il suffit de t'arranger pour subtilement orienté ton taf vers du logiciel libre.

                  C'est ma ligne de conduite ;) Et hop, install d'un tit cygwin pis des scripts d'industrialisation en bash, pis...

              • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                Posté par (page perso) . Évalué à  -10 .

                Je ne peux coder que très peu à coté de mon travail, ayant beaucoup d'autres choses à faire

                Tout est question de priorité et d’intérêt de ta part. Tu choisis tes priorités, l'employeur aussi.
                Justement, l’intérêt est de filtrer ceux passionnés par l'informatique de ceux qui font ça de manière alimentaire.

                Si tu as d'autres choses à faire à côté de ton travail, j'en conclu que l'informatique est alimentaire pour toi, donc tu es dans le paquet contenant des milliers de demandeurs identiques, pourquoi toi plutôt que les milliers d'autres? Pourquoi toi que quelqu'un intéressé par ce travail au point d'en faire son hobby? Ne mérite-t-il pas plus le poste intéressant?

                Ce n'est pas un mal, chacun ses priorités, mais je me demande pourquoi tu penses qu'une personne pas intéressée, donc pas intéressante, mériterait un poste intéressant.

                donc je suis condamné à faire du java/tomcat ?

                Tu n'es pas condamné, tu peux changer tes priorités. Ce n'est pas un truc de naissance inchangeable, c'est ton choix, assume-le.

                • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                  Posté par . Évalué à  8 .

                  Bien sûr le monde est bipolaire d'un coté les nerds qui eux font de la bonne informatique insomniaques et libristes, de l'autre la masse informe de codeur ratés qui travaillent sur du proprio et codent extrêmement mal.

                  Personnellement il me semble que les JUG (Java User Group) sont de loin les clubs/associations de programmeurs les plus répandu et composé de passionné pour la plupart traitant dans la majorité des cas de technologies « contrib » (pour reprendre la terminologie Debian) au dessus de Java.

                  Comme quoi on peut être libriste, faire du Java et être passionné ? Bizarre.

                  Faut vraiment être débile ou dans les ressources humaines pour coller des étiquettes comme ça et c'est à mon avis le plus gros défaut de la recherche d'emploi en tout cas en France. Une entreprise qui « analyse », enfin non ce n'est pas une analyse ça ne demande pas de réflexion, disons plutôt qui catégorise les candidats comme ça, elle est sure que je refuserais tout poste qu'elle peut me proposer. Si c'est pour passer mes journées de travail à me faire rentrer dans une petite boite bien étiqueté qu'ils aillent trouver d'autres pigeons.

                  Les employeurs cherchent un profil précis et ne donnent pas leur chance à ceux qui n'ont pas l'étiquette exact. Ils restent sur leurs idées préconçues sans chercher à se remettre en cause.

                  Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

                  • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                    Tu n'as pas répondu de savoir comment faire la différence avec les milliers de postulants ayant exactement le même CV et lettre de motivation.

                    Le monde n'est pas bipolaire, non, et justement : des gens qui pissent du code et qui n'ont pas d’intérêt en l'informatique, c'est d'un côté, et de l'autre ce n'est pas un autre, mais plein de gens qui font des choses. Plein de pôles. Juste que le pôle "je fais du code alimentaire", il est bien rempli, et les employeurs sont gavés de ce genre de choses, ils aimeraient les autres pôles.

                    Les employeurs cherchent un profil précis et ne donnent pas leur chance à ceux qui n'ont pas l'étiquette exact

                    Désolé, mais une personne qui annonce cash que l'informatique ne l’intéresse pas, pas suffisamment pour le choisir en hobby, ce n'est pas ne pas avoir l'étiquette exacte, c'est être comme TOUS les autres : ils veulent tous faire un truc super intéressant, mais sur un domaine qui ne les intéresse pas. on ne parle pas de profil précis, juste que le profil affiché est précis, classique, chiant, pas intéressant.

                    Excuse-moi, mais non : priorité à ceux que ça intéresse, après si il reste des places pourquoi pas, mais je ne vois pas comment on peut imaginer prioriser les gens qui ne sont pas assez intéressés pour en faire un hobby. Ce n'est pas une question de profil précis, au contraire, on veut un profil non précis!

                    • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                      Posté par . Évalué à  6 .

                      Tu n'as pas répondu de savoir comment faire la différence avec les milliers de postulants ayant exactement le même CV et lettre de motivation.

                      • Le CV permet de trier ceux ont ou pas les compétences minimales requises (avoir touché au C par exemple). Il doit tout de même être vérifié avant l'embauche (soit par la vérification des références, soit en demandant au candidat de présenter ses diplômes).
                      • L'entretiens technique permet de vérifier de manière plus précise les compétences de la personne en lui demandant sa vision du projet en question si c'est une embauche pour un projet précis par exemple. En demandant 3 trucs techniques qui ne se vérifient pas dans de la doc en 4,5 s (donc éviter de demander les options de gcc, le gars devant peut par exemple ne pas oser dire que gcc ça fait un baille qu'il ne l'utilise plus directement car make/omake/cmake/whatever fait le boulot pour lui et que si un jour il a besoin d'une option spécifique man est un très grand pote à lui).
                      • L'entretiens RH sert surtout à voir si la personne peut s'intégrer à l'entreprise, c'est un domaine que je ne connais pas même si je le conchie.

                      Enfin tu as derrière 3 à 6 mois pour vérifier que tu ne t'ai pas planté.

                      Désolé, mais une personne qui annonce cash que l'informatique ne l’intéresse pas, pas suffisamment pour le choisir en hobby, ce n'est pas ne pas avoir l'étiquette exacte, c'est être comme TOUS les autres : ils veulent tous faire un truc super intéressant, mais sur un domaine qui ne les intéresse pas. on ne parle pas de profil précis, juste que le profil affiché est précis, classique, chiant, pas intéressant.

                      C'est n'importe quoi. Ça te fais quoi toi pour le boulot que tu lui propose qu'il préfère faire tout un tas de choses très intéressante à coté ? Avoir quelqu'un d'un peu ouvert sur le monde et qui apporte une vision différente au projet c'est mal ? Si le candidat n'aime pas le café c'est pas un vrai geek, il ne faut pas le prendre ? Il aime suffisamment la programmation pour imaginer s'en faire un métier et avoir fait 2, 3 ou 5 ans d'étude dans le domaine.

                      Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

                • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                  Posté par . Évalué à  9 .

                  Pourquoi tu me classe parmi les personnes personne pas intéressée alors que c'est ce que je cherche ?

                  C'est mon travail qui est alimentaire. Le coding a sa place dans mes loisirs. Le code fait partie de mes loisirs (j'ai même touché du hardcoding plus jeune), mais lis bien : loisirs (donc hobby).

                  Et avant cela les loisirs et le taf il y a des choses sur lesquels on axe sa vie. Participer à un projet libre est bien plus qu'un loisir, ça demande de l'investissement en temps, énergie, c'est beaucoup plus : du bénévolat. (La vie est plus nuancée, mais bref, c'est l'idée)

                  L'environnement où je me sens le mieux sont les technos libres, GNU/Linux toussa. Je pratique tous les jours. C'est juste m'entendre dire "oui mais t'as rien commité sur Gimp alors non." qui me gdgteyrhtr.

                • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  Ce serait bien que ce filtre fonctionne: passionné = bon.

                  Malheureusement le monde n'est pas noir ou blanc. J'ai donc un contre exemple: un gars qui codait chez lui (passionné) mais qui codait très mal avec plein de bugs. Alors peut être que le langage qu'il utilisait au boulot n'était qu'alimentaire? Dans ce cas, ça ne va pas être facile de deviner qui est bon et qui ne l'est pas.

          • [^] # Re: En effet c'est pas facile

            Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

            Il me semble que les gens qui ont des compétences (=qui s'investissent dans des projets libres par exemple) n'ont pas trop de mal pour trouver du taf intéressant.

            Bof. Je fais partie de cette catégorie et on peut pas dire que j'aie trouvé ça facile.
            Le standard aujourd'hui c'est "même pas non" : tu sors le champagne quand tu reçois une réponse négative d'une entreprise tellement tu vois peu de réponses. Même avec un profil qui colle aux exigences parfois complètement tordues (10 ans d'expérience en truc super détaillé que y a trois personnes en France qui savent faire et 5 ans d'expérience en truc de jargon de la boîte que personne sait ce que c'est) c'est rare d'avoir une réponse même négative.

            Alors certes, je me plains, j'ai trouvé en moins d'un mois, mais je ne dirais pas que les gens "qui ont des compétences" n'ont pas trop de mal : je dirais qu'ils en ont suffisamment pour se demander comment font les autres...

            • [^] # Re: En effet c'est pas facile

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Pour ma part, je ne suis pas d'accord. J'ai eu des réponses négatives aprés une paire d'entretiens, mais j'ai aussi eu pas mal de réponses positives. Ceci dit, je pense tout d'abord que la zone de recherche compte. On trouve plus de choix de travail en région parisienne dans le domaine de l'informatique. Et pourtant, j'ai pas répondu à beaucoup d'annonce, j'ai du en faire à tout casser 5/6 durant les mois ou j'ai décidé de me remettre au travail. Peut être que c'est la source de tes annonces qui posent souci ?

          • [^] # Re: En effet c'est pas facile

            Posté par . Évalué à  1 . Dernière modification : le 09/01/12 à 18:35

            Mon domaine n'est pas exactement l'informatique, après vu que c'est ce qui m’intéresse plus, il faudrait peut-être que je cherche un emploi plus dans ce domaine. Sinon les projets libres, c'est plus facile si c'est du web ou une autre techno ou le libre est bien implanté. Si tu fais du soft embarqué, ça devient plus dur.

            Maintenant pour rigoler va sur monster ou l'apec et regarde les offres, c'est 98% de alten, altran and friends...

            • [^] # Re: En effet c'est pas facile

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Maintenant pour rigoler va sur monster ou l'apec et regarde les offres, c'est 98% de alten, altran and friends..

              mouais, ça n'a pas changé en 10 ans. J'ai commencé comme ça, mais ça ne change pas grand chose : ils font le boulot de l'apec (tri etc...), avec un verni de contrat "CDI" (qui peut vite sauter, mais chut) pour faire plaisir aux candidats, et le but est de faire de l'interim chez un client, j'y vois rien d'horrible (oui, bouh interim tout ça, mais en fait non, pas bouh), et c'est comme ça que j'ai été ensuite embauché (hors de question pour le client d'embaucher une personne sans l'avoir testé pendant 2 ans, et je le comprend complètement : 3 mois ou 6 mois, ce n'est pas assez pour voir si une personne vaut le coup, et vu que le CDI est impossible à virer ensuite pour une grosse boite, il ne faut pas se louper, c'est ça de trop protéger ce statut)

              Bref : la façon dont tu le dis a un côté "les méchants", forcément ça commence mal pour la discussion de les voir comme ça...

              • [^] # Re: En effet c'est pas facile

                Posté par . Évalué à  4 .

                Bref : la façon dont tu le dis a un côté "les méchants", forcément ça commence mal pour la discussion de les voir comme ça...

                C'est parce que je suis aigri : j'ai un boulo qui ne me satisfait pas, et je ne sais pas comment faire pour en sortir. J'ai un peu bondi au plafond en lisant le journal qui disait ne pas trouver de talents (même si avec 2 secondes de recul je comprends son problème). Je serais prêt à diminuer mon salaire par deux si je pouvais faire quelque chose d’intéressant.

            • [^] # Re: En effet c'est pas facile

              Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

              C'est un point de détail dans la discussion mais bon:

              Si tu fais du soft embarqué, ça devient plus dur.

              Je suis pas encore diplôme, mais j'ai déjà plusieurs projets significatifs en logiciels libres embarqués, et j'en vois de très nombreux autres.
              La seule chose compliquée est le temps disponible pour participer aux-dits projets.

          • [^] # Re: En effet c'est pas facile

            Posté par . Évalué à  5 .

            En même temps, des employeurs libristes, il n'y en a pas tant que ça...

            si tu n'as aucun projet auquel tu participes sur ton CV, en tant qu'employeur libriste potentiel, c'est un gros point négatif (des pisseurs de code pas motivé, il y en a à plus savoir qu'en faire...)

            Note qu'être motivé par la contribution à un projet libre ne te rend pas forcément motivé par le code de l'employeur (surtout s'il est proprio).

        • [^] # Re: En effet c'est pas facile

          Posté par . Évalué à  8 .

          Tu fais des études d'ingénieurs (assez difficiles) et ta seule perspective d'avenir à relativement long terme est de bosser dans des sociétés de service moisies

          Même expérience de mon côté. Des sujets de stage comme ça, j'aurais bien aimé en trouver quand j'étais en école. A l'époque, la plupart des stages étaient un peu des sujets bateaux quasi identiques d'une boite à l'autre. Il y avait bien quelques sujets un peu excitants (un peu orientés recherche) mais là comme souvent dans la recherche en France ça se passe par cooptation (ie. piston). Le gus motivé qui tente sa chance n'en a justement aucune s'il ne connaît pas du monde sur place.
          Après il y avait aussi les stage en régie (???) pour lesquels il ne faut surtout pas dire au client qu'on est stagiaire (parce que lui, ça lui coûte une couille, la facture) sans parler de ceux qui cherchent des stagiaires "ayant de l'expérience" (x années, x>1, WTF)

  • # même problème du coté des sysadmins

    Posté par . Évalué à  1 .

    Je bosse un peu dans le même milieu (recherche) mais pas au même endroit.

    Nous avons actuellement une jeune fille en alternance (BTS d'informatique) et j'ai l'impression, je ne sais pas, d'un manque de curiosité envers l'informatique.
    Elle maîtrise très bien facebook et autres, elle avance sur ces projets mais je ne la vois pas rester un peu plus le soir pour finir quelque chose (à 5H, hop, plus personne) ou récupérer une vieille machine pour bidouiller un peu

    De l'autre coté du spectre, nous avons eu avec nous pendant 2 jours, un jeune stagiaire de 3e, et là, c'était l'inverse. Linuxien, qui code (oui, en 3e), qui était très intéressé par tout ce que nous faisions. Un hacker en herbe qui j'espère continuera dans cette voie.

    Donc, 2 stagiaires, 2 expériences très différentes

    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      Elle maîtrise très bien facebook et autres, elle avance sur ces projets mais je ne la vois pas rester un peu plus le soir pour finir quelque chose (à 5H, hop, plus personne) ou récupérer une vieille machine pour bidouiller un peu

      En plus d'avoir de la main d'œuvre gratuite(ou presque), faut aussi qu'ils fassent des heure sup? Et vous vous étonnez qu'ils manquent de motivations...

      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

        Posté par . Évalué à  4 .

        C'est pas tant une question d'horaire qu'une question d'attitude.
        Pour elle, je pense, elle fait de l'informatique parce qu'il faut un métier, pas par passion.

        Et il y a une différence entre faire des heures supplémentaires et partir à 17h10 parce qu'on veut finir le truc qu'on a commencé

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  10 .

          Et il y a une différence entre faire des heures supplémentaires et partir à 17h10 parce qu'on veut finir le truc qu'on a commencé

          Oui, mais non.

          Si tu es souple sur les horaires, styles "si tu veux partir un peu avant parce que tu as finis ou que tu as qqch a faire" les gens feront plus facilement des petits écarts sur les horaires pour finir ce qu'ils font.

          Si tu attends qu'ils soient là à 9h (quand la majorité de l'équipe doit arriver à 9h30-10h ^^), et qu'elle ne parte pas avant 17h00, n'attend pas qu'elle te saute dans les bras aussi ;)

          Je dis ça parce que j'ai eu à peu près les deux expériences (mais moi en tant qu'employé, pas de donneurs d'ordres). Et il est clair que quand on te prend le choux, tu n'as aucune envie de "t'épanouir".

          Ensuite j'ai aussi connu des "experts facebook" (et bien payé en tant qu'ingé eux) qui faisaient mal leur taf et à 17h pétante il n'y avait plus personnes.

          Enfin, autre facteur à ne pas oublier : les transports.

          La personne qui a un train/car/... à une horaire précise a pas forcément envie de perdre 30-45min pour "terminer la commande que j'étais en train de faire".

          • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

            Posté par . Évalué à  6 .

            J'ai mis le milieu dans lequel on est. Et les horaires c'est souple, pas de pointeuse, personne qui vérifie que tu fais bien tes heures.
            Si quelqu'un a besoin de partir une heure plus tôt ou d'arriver plus tard, ça ne gêne personne (je l'ai déjà fait)

            • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

              Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

              Moi, perso, quand c'est la fin de la journée, je me casse, fini ou pas... J'ai aussi des choses intéressantes à faire IRL et de toute façon je sais que j'y retourne le lendemain, donc no stress...

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par (page perso) . Évalué à  -3 .

                Moi, perso, quand c'est la fin de la journée, je me casse, fini ou pas...

                Mmm... Ca donne envie ce genre d'employé incapable de la moindre souplesse...
                Et après, tu vas aussi t'étonner qu'on ne te donne pas de projets intéressants mais sensibles?

                J'ai aussi des choses intéressantes à faire IRL et de toute façon

                Pas incompatible.
                Souplesse != faire plus d'heures.

                Bon, ben, au moins, ça me confirme mes opinions... Trouver un bon salarié (qu'on sait remercier), intéressé, qui n'a pas pour principe de planter son employeur, c'est dur.

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par . Évalué à  10 .

                  Trouver un bon salarié (qu'on sait remercier), intéressé, qui n'a pas pour principe de planter son employeur, c'est dur.

                  À peu près autant que de trouver un employeur qui respect ces salariés.

                  Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

                  Mmm... Ca donne envie ce genre d'employé incapable de la moindre souplesse...

                  Généralement la souplesse se transformant en bénévolat je comprends que certains en arrivent à être rigide. Pour ma part, j'ai pris le plie de ne pas (sans partir à la minute non plus) faire d'heures sup sans qu'on me le demande.

                  Trouver un bon salarié (qu'on sait remercier), intéressé, qui n'a pas pour principe de planter son employeur, c'est dur.

                  Non c'est facile. Il suffit de présenter des règles du jeu bien claires et pas un flou artistique dans lequel l'employé sent pertinemment qu'il va se faire baiser. Il faut aussi penser que quelqu'un que tu viens d'embaucher ne va pas forcement te dire qu'il est emmerdé tel jour pour faire garder ses gamins ou que ce mois ci il préférerai que tu lui paye ses rtt. Je pense qu'il est surtout difficile pour un salarier de trouver un patron qui est capable :
                  - d'établir des règles du jeu claire et précises
                  - d'entendre que le "remerciement" comme tu dis qu'il propose n'est pas forcement celui que le salarié souhaite.

                  Le rapport salarié patron est un rapport inégalitaire. Il ne faut pas l'oublier. Si tu veux que tes salariés pensent comme un patron, il faut que tu puisse penser comme un salarié.

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par . Évalué à  9 .

                  J'ai aussi des choses intéressantes à faire IRL et de toute façon
                  

                  Pas incompatible.
                  Souplesse != faire plus d'heures.

                  Malheureusement, pour la plupart des patrons, si. C'est a dire que la plupart des patrons, ils veulent que tu reste 30 min de plus pour terminer ce que tu faisais le soir, mais pas que tu arrive 10 min en retard le matin.

                  Je l'ai vécu : un pote arrive 10 minutes en retard le matin. Le patron lui fait une remarque, il répond "oui mais hier je suis resté 30 min de plus". Le patron lui a répondu "c'est pas moi qui te l'ai demandé". Dans ces cas la (et ils ne sont pas si rares que t'as l'air de le croire), je dis que l'employé a bien raison de pas se faire prendre au piège.

                  Mais sinon, t'as raison : les employés sont tous des feignasses qui veulent en faire le moins possible et qui n'arrete pas de se plaindre des méchants patrons.

                  • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                    Posté par (page perso) . Évalué à  3 . Dernière modification : le 10/01/12 à 18:34

                    je dis que l'employé a bien raison de pas se faire prendre au piège.

                    Et je ne dis pas le contraire.
                    A patron con, ne pas faire de cadeau, et ne surtout pas lui offrir du temps, c'est donnant-donnant ou qu'il aille se faire foutre, ne rien lâcher dans ce cas, rien du tout.
                    Mais il faut être cohérent, pareil à l'inverse : à salarié con, ne pas faire de cadeau non plus.

                    Mais sinon, t'as raison : les employés sont tous des feignasses qui veulent en faire le moins possible et qui n'arrete pas de se plaindre des méchants patrons.

                    Certains employés. J'en connais un paquet qui sont loin d'être des feignasses. Dans le lot il y a les entubés (ceux qui continuent d'offrir malgré les non-remerciements, exploités), mais il y a aussi les remerciés (primes exceptionnelles, joli projet, monter en hiérarchie...), il faut faire le tri partout (autant dans les employé que dans les employeurs), juste ne pas oublier que si certains employés en sont "la", à rouspetter car pas d'évolution ou poste intéressant, c'est aussi de leur faute... Le monde n'est pas fait que de méchant employeurs maltraiteurs et de gentils employés maltraités.

                    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                      Posté par . Évalué à  3 .

                      [à propos des employés pas feignasses] Dans le lot il y a les entubés (ceux qui continuent d'offrir malgré les non-remerciements, exploités), mais il y a aussi les remerciés (primes exceptionnelles, joli projet, monter en hiérarchie...)

                      (L'emphase est de moi)
                      [note: c'est RELOU de devoir écrire "il/elle" tout le temps. Donc mon programmeur pour la suite de ce post est une programmeuse, parce que pourquoi pas.]

                      Ça rejoint ce que quelqu'un disait plus haut : peut-être que ce que tu cites comme "remerciement" n'est pas ce que voudrait l’employée. Peut-être qu'elle voudrait avoir un salaire identique, des responsabilités identiques, mais quelques jours de congés supplémentaires à la place. Et peut-être que le patron lui, ne veut pas, parce qu'il aimerait bien garder son employée occupée tout le temps, le maximum de temps.

                      Bien entendu il y a un juste milieu : on ne peut pas réclamer 2 mois de vacances supplémentaires juste parce qu'on bosse bien (à moins d'avoir une telle productivité que tous les projets sont effectivement rendus 2-3 mois en avance...).

                      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                        (Donc mon programmeur pour la suite de ce post est une programmeuse, parce que pourquoi pas.)

                        Je vote pour

                        Ça rejoint ce que quelqu'un disait plus haut : peut-être que ce que tu cites comme "remerciement" n'est pas ce que voudrait l’employeur

                        Employeuse (on dit ça?), pas de raison que ce soit un employeur :)
                        Pas de soucis : un remerciement, c'est bien ce que voulais l'employée, sinon ce n'est pas un remerciement. Ca doit être un "poids" pour l'employeuse, et il peut être n'importe quoi.

                        on ne peut pas réclamer 2 mois de vacances supplémentaires juste parce qu'on bosse bien

                        J'en connais qui les ont fait, leur deux mois de vacances, ce fût le remerciement. Alors je l'affirme : si, on peut réclamer 2 mois de vacances supplémentaires (et les avoir).

                        Ça rejoint ce que quelqu'un disait plus haut

                        Mais ça, je n'ai pas critiqué. Ce que j'ai critiqué, c'est le manque de souplesse "par principe" l'heure, c'est l'heure, tant pis si ça plante le projet, même si c'est qu'une fois dans l'année. C'est l'assertion claire, nette, sans négo possible, que je critique, c'est la position initiale braquée que je critique. N'y voit pas autre chose.

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par . Évalué à  6 .

                moi ça va dépendre de plein de truc

                • ai je conscience de l'heure ? (bah oui il m'arrive de lever le nez de l'écran pour m’apercevoir qu'il est sacrément tard.
                • suis je a l'heure pour le projet. (et si le projet a été correctement dimensionné si ce n'est pas moi qui ait coté )
                • ai-je une deadline IRL (genre train à prendre)
                • et ce que j'ai une longue procédure à lancer (si c'est pour arriver le lendemain, lancer une commande prenant 1/2 heure, autant la lancer avant de partir)
                • ai je à attendre avant de lancer une commande (idem si faut attendre 1/2 heure pour faire un truc, c'est pas la peine)
                • est ce qu'une interruption me fera perdre du temps.
                • le client est il sympa.

                Derrière, il n'est pas rare que l'ordinateur continue de travailler en mon absence ( les &&, ||, sleep, at, { }, ; sont super pour ça ;) Le tout dans une session script suivi d'un halt si c'est une machine perso ne supportant pas la mise en veille, ou simplement une mise en veille si c'est géré. (ou screen si c'est un serveur )

                Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  10 .

          L'heure c'est l'heure. Perso si mes horaires finissent à 17h, ben je pars à 17h. Travailler reste une contrainte, même si c'est dans mon domaine.

          D'ailleurs si je reste plus tard au boulot, j'aurais moins de temps pour contribuer à Debian en rentrant chez moi, après le boulot…

          • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

            Posté par (page perso) . Évalué à  -2 . Dernière modification : le 09/01/12 à 17:26

            Et après on se plaint que les employeurs sont tatillons, mais bon, si la mentalité des employés est celle-la, il ne faut pas s'étonner.

            Si l'employeur est souple (comprendre : tu reste 1, 2 heures de plus, mais un autre jour pas de problème pour rattraper) (et d'après le message de Jehanne, ça l'est), l'employé doit rester rigide?

            On parle souvent des méchants employeurs tatillons (genre je ne t'ai pas entendu défendre l'employeur voulant virer un employé car il a pris un bon de caisse qu'il ne devait pas, même principe, un bon c'est pour le client, pas pour l'employé, donc tu devrais hurler que les gens disent "c'est pas grave", pour le principe, comme les horaires), mais bon, côté employés : pas mieux, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre.

            • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

              Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

              Ce que j'ai constaté, c'est que même quand c'est "souple", tu finis souvent par donner plus que ce que tu récupères. Et pour rester après l'heure, c'est mieux si les technos motivent (dans mon cas, avec du Windev, bof).

              Prochainement, je vous proposerais peut-être un commentaire constructif.

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                Ce que j'ai constaté, c'est que même quand c'est "souple", tu finis souvent par donner plus que ce que tu récupères.

                Ben, je vais te contredire : dans mon ancien taf salarié, j'ai beaucoup donné, mais c'était très souple, si il fallait attendre le plombier sans savoir la fin, ben ça allait. Et j'ai beaucoup reçu (autant en projets intéressants ensuite qu'en rémunération fixe et variable). Je ne suis pas du tout parti à cause de ça, c'est une chose de sûre.

                Bref, ça dépend : il y en a qui font que donner sans recevoir, mais ça ne veut pas dire que c'est généralisable, des patrons corrects, ça existe (autant que d'employés corrects, et idem sur les pas corrects), ce qui me fait bondir la, c'est le "l'heure c'est l'heure" sans aucune possibilité de dialogue (on a l'impression que quelque soit les remerciements potentiels de l'employeur, ce sera la même chose), et ça, je l'ai aussi beaucoup vu : ces mêmes personnes crachent ensuite sur l'entreprise qui ne les augmente pas, ne les fait pas évoluer, sans se poser la question que si les collègues ont une belle prime et un poste intéressant, c'est peut-être que le problème vient de...

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par . Évalué à  7 .

                  ce qui me fait bondir la, c'est le "l'heure c'est l'heure" sans aucune possibilité de dialogue

                  Chacun ses objectifs dans la vie : perso je vois mon travail comme une corvée : il me faut de l'argent pour vivre, dans notre société je dois donc vendre ma force de travail. Moins j'aurais à bosser, plus j'aurais de temps pour faire ce qui m'intéresse vraiment. Du coup je choisit mon poste aussi en fonction de ça : un truc qui paye bien avec des horaires impossible c'est non.

                  Comme dis plus bas, je contrat est que je bosse tant d'heure et je suis payé tant d'euros. Je n'en demande pas plus. Et si mon employeur veux me remercier, alors qu'il me fasse travailler moins avec le même salaire.

                  Bien entendu, je comprend tout à fait qu'une personne qui se dévoue corps et âme pour mon employeur soient mieux payé que moi. Par contre que quelqu'un qui bosse bien ne soit pas bien considéré parce qu'il ne finit jamais en retard je trouve ça abusé. La limite entre l'abus du salarié (départ à 16h50) et l'abus de l'employeur (départ à 17h10) est mince :-)

                  • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                    Chacun ses objectifs dans la vie : perso je vois mon travail comme une corvée : il me faut de l'argent pour vivre

                    Tu n'as pas complètement tort (je suis pas d'accord mais je comprends) mais je pense que tu fais bien de ne pas publier ton vrai prénom et nom ici. :)
                    Ce qui est un peu embêtant par exemple en open space c'est que tu es parfois "évalué" selon l'heure à laquelle tu pars...

                    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                      Posté par . Évalué à  9 .

                      et pour rajouter de l'huile sur le feu
                      entre un type qui fait correctement son taff, rend les trucs dans les délais, et se cassent à 16h30, il est moins bien que celui qui fait mal son taff, respecte pas les délais, mais reste quand le veux son employeur ?

                      Mieux, celui qui a des augment, c'est pas le bon technique qui reste plus tard, c'est souvent la personne qui fait de la lèche et/ou qui sait bien se vendre et mentir sur son taff/compétences.

                      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                        Mieux, celui qui a des augment, c'est pas le bon technique qui reste plus tard, c'est souvent la personne qui fait de la lèche et/ou qui sait bien se vendre et mentir sur son taff/compétences.

                        Hélas souvent oui. Voilà encore un argument pour monter sa SARL/EURL/SAS dans son coin, si on supporte mal de voir un tire-au-flan fort en fayotage ("que vous êtes génial chef !") ou présentation Povrepoint nous passer devant.

                        La supériorité de Windows sur Linux http://t.co/DVzDjqwZ6B

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par . Évalué à  8 .

                  Bon, je suis dans un domaine (recherche) qui a tendance à être chronophage et les horaires sont ultra souples -- par contre la semaine, on ne sait pas trop quand elle commence ou finit (genre je bosse "moyennement" le lundi, mais le weekend précédent j'ai bossé comme un fou pour un article, ou une proposition de financement, ou...). J'ai aussi bossé dans des boites avant ça (pour des stages en IUT et école d'ingé), avec des horaires plus ou moins fixes.

                  Apres avoir pas mal discuté avec des amis (pas qu'informaticiens), je retire trois règles de base :

                  1. L'heure c'est l'heure, en général.
                  2. Parfois il y a une urgence, et un technicien (DUT ou BTS ou ...) n'est pas tenu de rester, même si beaucoup le font. Et c'est très bien comme ça. Comme me disait notre prof d'IUT à l'époque : "Vous savez ce qui change entre le boulot d'un ingénieur et le votre ? Le salaire." (il parlait dans le cadre de développement logiciel) Puis d'ajouter : "Enfin, si y'a un truc quand même : le technicien n'est pas censé gérer l'imprévu." Le mec qui est cadre/ingénieur, etc., lui est payé entre autres pour gérer les urgences et les imprévus. En bref, il est payé pour être "chef" (même si ce n'est que de lui-même). :-)
                  3. Parfois il y a des taches planifiées, qui sortent des horaires traditionnels. Je pense qu'il est normal de demander de contribuer dans ces cas-là.

                  Mon expérience perso a été très diverse (que dans des petites boites) :

                  1. Premier stage, j'étais le seul infoteux "pur jus" (admin & sécu) a l'exception de mon maitre de stage, dans une petite entreprise composée principalement de commerciaux (qui eux bossent avec des horaires fixes vu qu'ils devaient répondre au tél/mail pour les clients etc.). A cause de cela, j'étais moi aussi obligé d’être à l'heure (9h du mat), et j'avoue que je suis pas trop du matin. En pratique je me suis fait remonter les bretelles ca l'époque car j'arrivais entre 5 et 10 minutes en retard. Par contre j'adorais mon boulot la-bas, du coup je partais non pas à 18h30 (comme la plupart des employés) mais à 19h30... Quand le dernier de la boite (avec les clefs des locaux) me disait "on ferme".
                  2. Deuxième stage, les horaires étaient plus souples (il fallait arriver à 9h-9h30, et partir du coup vers 18h-18h30 en fonction). Ce que j'ai beaucoup, BEAUCOUP aimé pendant ce stage c'est que, lorsqu'il a fallu que nous restions plus longtemps (je crois que nous avons fini vers 10h ce soir-là), l'un des responsables était réellement embêté, et c'est nous, stagiaires, qui avons insisté pour rester parce que le client testait le lendemain vers 8h. Réaction : "OK, mais on vous paie la bouffe ce soir, et le taxi." Leur objectif était réellement que la boite ferme ses portes le soir à 19h. Ce qui a fait que nous, stagiaires, ayons insisté, était aussi que l'équipe était dynamique, ne nous traitait pas comme des robots, et prenait en compte notre avis lorsqu'on émettait des doutes (au niveau technique bien sur) sur la direction que pouvait parfois prendre le projet.
                  3. Troisième stage : "projet de fin d'étude" (stage de dernière année d'école d'ingé), ou j'ai compris ce qu'était être un code monkey. Alors que j'étais censé effectuer quelque chose de technique, certes, mais qui montrait que je pouvais fonctionner comme ingénieur "junior", j'ai eu moins de responsabilités que jamais (comparé aux stages d'IUT et stage "technicien" de début d'école), et je ne faisais que des formulaire web en j2ee/struts/hibernate, etc. Niveau horaire, c'était plutôt souple (tant qu'on arrivait dans les 9h-9h30 la plupart du temps, arriver de temps en temps à 10h ça allait). Par contre la boite était vraiment située loin de tout, et je me tapais 3h de transport par jour. Du coup, quand le chef de projet me disait "ce serait bien si tu pouvais finir ça ce soir" à 19h, c'était non. Parce que 19h, c'était la dernière limite pour chopper le bus qui mène à la gare qui me mène à l'autre gare qui me mène chez moi. Accessoirement, tous les RER semi-directs devenaient omnibus après 18h30...
                  4. Stage Master recherche : bon ben c'est un monde très différent, donc je refuse de comparer. :)

                  Bref, comme ce qui a été dit précédemment, l'ambiance dans l'équipe, la façon dont on a l'impression d’être valorisé, etc., est très importante, et le projet sur lequel on bosse aussi. Mais vraiment, vraiment, le cotée humain/l'environnement est primordial.

                  • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                    Ah bon, tu as été faire ton stage dans une autre dimension pour refuser de comparer ?

                    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                      Posté par . Évalué à  4 .

                      Mon expérience dans les labos est que les horaires et le besoin de temps de présence "physique" sont, en règle générale, extrêmement souples. Par exemple, pendant mon stage en labo, le mois de juillet de cette année était extrêmement chaud. J'ai passe presque tous les jours chez moi pour travailler, parce que les locaux étaient insupportables (a cause de la chaleur). Chez moi aussi, mais au moins la douche n’était pas loin...

                      Je me serais mal vu dire ca mes patrons de me faire confiance, et que j'allais bosser chez moi sans supervision. Comme je le disais dans le message auquel tu réponds, cette flexibilité a bien entendu un prix : j'ai aussi passé pas mal de week-ends à bosser sur mon sujet.

            • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

              Posté par . Évalué à  8 .

              mais bon, si la mentalité des employés est celle-la, il ne faut pas s'étonner.

              On me paye pour faire un nombre d'heure, je fais mon nombre d'heure, c'est clair, carré, il n'y a pas à tortiller. Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de gênant là dedans. Mon employeur et moi avons été clair dès le départ et ça se passe très bien.

              Après c'est une question personnelle : j'aime bien avoir des horaires fixes et stables, chacun sa préférence, d'autres préférerons sans doute une grande flexibilité, l'important est d'avoir le choix.

              Je réagissais juste au fait que ne pas faire d'heure sup' ne veux rien dire sur ma motivation et ma compétence.

              Pour ton dernier paragraphe : j'ai rien compris. Étant contre le système capitaliste, il me semble assez normal d'être plutôt du côté des travailleurs, même si je ne mélange surtout pas les gros patrons des petits, qui peuvent galérer pas mal suivant les situations.

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

                Je réagissais juste au fait que ne pas faire d'heure sup' ne veux rien dire sur ma motivation

                Si, ça montre que Chacun ses objectifs dans la vie : perso je vois mon travail comme une corvée tu n'es donc pas motivé par ton travail.

                « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

                  Ne pas faire d'heure sup ça ne montre pas que tu vois ton boulot comme une corvée, ce qui montre ça c'est si un type le fait mais en râlant, en soupirant, mal et vite.Et en informatique comme ailleurs. Ce domaine n'est en rien une exception.

                  Faut arrêter avec les "Nan mais si tu donnes plus on te rends plus", j'en veux bien un d'employeur comme ça, mais en général quand tu donnes sans qu'on te demande, tu peux aller te faire traire. Alors après on peut ergoter sur le fait que pour avoir de l'avancement il faut s'investir et tout, mais bon, la qualité du travail et l'investissement ça se mesure pas en nombre d'heure sup. Ou alors faut revoir vos techniques de management.

                  • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                    Ne pas faire d'heure sup ça ne montre pas que tu vois ton boulot comme une corvée,

                    Relis ses messages, par exemple :
                    https://linuxfr.org/nodes/88968/comments/1308464

                    Le texte en italique, il vient de lui. Quand quelqu'un dit que c'est une corvée, difficile de croire autre chose que : il voit son boulot comme une corvée.

                  • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                    Posté par . Évalué à  7 .

                    Il y a heure sup et heure sup'. Quand l'heure sup est une philosophie de travail, que c'est systématique, alors je ne pense pas que rechigner à les faire soit un manque de motivation. Par contre il y a les heures sup' ponctuelle, celles qui se font en fin de projet pour finir une dernière tâche ou parce que le client a un besoin précis et urgent par exemple.

                    Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

                    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                      Posté par . Évalué à  2 .

                      mais dans ce cas, il y a client et client.

                      Quand le client a été toujours chiant par ex qui disait "non vous devez faire vos horaires postées, il faut toujours qu'il en y ait un, vous pouvez pas partir en même temps à la machine à café [qui est à 10m de l'open space]", ben celui là il pourra attendre longtemps avant de voir des gars faire des heures sups pour respecter les délais.
                      Ca sera plutôt "tiens on a pas pu respecter les délais".

                • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                  Posté par . Évalué à  3 .

                  tu n'es donc pas motivé par ton travail.

                  Le sentiment est difficile à exprimer : le travail en lui-même, la matière me plaît. Mais là je suis obligé de consacrer 40h par semaine à une organisation qui finalement ne me touche pas plus que ça et qui est relativement hiérarchique (j'ai du mal avec les hiérarchies). Si j'avais le choix, j'aurais sans doute le même genre d'occupation que mon travail actuel, mais pas dans les même condition (horaires, prises de décision, etc) ni avec les même but.

                  Mais le fait que je considère mon travail comme une corvée ne veux pas dire que je le bâcle, au contraire, d'après les écho et bruits de couloir il serait même plutôt bien fait :-)

            • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

              Posté par . Évalué à  2 .

              Si l'employeur est souple (comprendre : tu reste 1, 2 heures de plus, mais un autre jour pas de problème pour rattraper) (et d'après le message de Jehanne, ça l'est), l'employé doit rester rigide?

              Personne ne pointe en France? Ici, en Allemagne, c'est plutôt standard, y compris pour les ingés, après on peut soit se faire payer les heures sup (au tarif heures sup) ou bien les rattraper. Ni l'employé ni l'employeur n'ont l'impression de se faire arnaquer, surtout si c'est couplé a un minimum de communication et de savoir-vire. Et chacun peut bosser aux horaires qui lui conviennent tant que ça colle à peu près avec ceux des gens avec qui on doit communiquer.

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par . Évalué à  2 .

                Personne ne pointe en France? Ici, en Allemagne, c'est plutôt standard, y compris pour les ingés, après on peut soit se faire payer les heures sup (au tarif heures sup) ou bien les rattraper. Ni l'employé ni l'employeur n'ont l'impression de se faire arnaquer, surtout si c'est couplé a un minimum de communication et de savoir-vire. Et chacun peut bosser aux horaires qui lui conviennent tant que ça colle à peu près avec ceux des gens avec qui on doit communiquer.

                C'est ce que je demande à chaque fois qu'un chef me fait une remarque sur le fait que je fasse beaucoup de pauses : une pointeuse (qu'on soit bien d'accord : c'est vrai que je fais beaucoup de pauses, mais je fais aussi 8h par jour alors que j'ai un contrat de 35h/semaine... pas sur que je fasse 5h de pause par semaine !).

                En général quand je répond ca le chef ne va pas chercher plus loin (il connait mes horaires et mon contrat).

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par . Évalué à  3 .

                en allemagne je sais pas comment ça se passe, mais j'ai eu des retours de boulots mal considéré (secrétaires) sur des boites ayant plusieurs milliards de CA, et ben lorsqu'il y avait des réunions de "chefs" tard le soir, ils demandaient aux secretaires de sortir pointer, et de revenir, avec comme mot d'ordres "vous n'êtes pas toutes seules sur le marché du travail".

                Conclusion, être ingé a quand même des avantages par rapport au secrétariat ^^.

              • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

                Posté par . Évalué à  1 .

                Chez moi, une boîte de recherche semi-privée (pas en informatique, même si on a un petit département), les CDI/CDD/post-docs pointent (et cumulent des RTTs). Et à 19h, on se fait virer du bureau par la sécurité. On a, sauf nécessité, pas d'accès SSH de l'extérieur et pas vraiment le droit de sortir les documents de travail. Donc sur le papier, on ne peut pas faire d'heures sup' gratuitement. Ils nous laissent l'accès au mail de l'extérieur, tout de même.

                En pratique on se débrouille si besoin il y a, mais en règle générale ils essayent d'être réglo sur le temps de travail.

      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        En plus d'avoir de la main d'œuvre gratuite(ou presque),

        Le monsieur il a dit que la demoiselle était en alternance. C'est tout sauf gratuit pour la boite, l'alternance. Quand tu es en alternance, tu as un vrai salaire (au prorata du nombre de jours travaillés bien sûr, puisque c'est du mi-temps). Tu n'as pas le statut "stagiaire", mais plutôt salarié.

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  8 .

          Oui enfin la main d'œuvre en alternance elle coûte pas bien chère à une entreprise vu les aides de l'État qui vont avec.

          Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  2 .

          La madame, elle a dit pas le monsieur !
          (vous pouvez moinser)

          • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

            Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

            Pourquoi moinser? Surtout pas, il faut dire Madame quand c'est le cas, faute de mot utilisable sans surprendre et qui soit "neutre" (parce que bon, "La personne", ça fait bizarre). Pour rappeler qu'il n'y a pas que des Monsieurs en info...

            Bon, maintenant, en disant "La madame il a dit que la demoiselle", on peut troller sur la différence qu'on fait entre Madame et Mademoiselle :)

    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

      Posté par . Évalué à  10 .

      Dans l'informatique il y a deux sortes de personnes : ceux qui sont passionnés, et ceux qui font ça comme n'importe quel boulot.

      La deuxième catégorie est assez fréquente, c'est celui qui veut totalement déconnecter quand il rentre chez lui, qui ne connait rien d'autre que les logiciels qu'il utilise, la photo des gosses en fond d’écran et sur les murs, qui lit l'équipe et pas des magazines informatiques. Je trouve assez déprimant de bosser avec ces gens là.

      La première catégorie c'est le type qui connait par cœur son environnement informatique, qui a un serveur chez lui, qui peut t'expliquer de A à Z pourquoi il a choisi cette solution pour l'entreprise, qui envoie chier les commerciaux qui racontent des conneries... c'est beaucoup plus intéressant.

      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

        Posté par . Évalué à  8 .

        Moi je suis à cheval sur les deux catégories. J'ai un serveur, je connais par cœur mon environnement, j'essaie de contribuer au libre, mais quand je travaille je fais ça comme n'importe quel boulot.

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  3 .

          Par contre je n'envoie chier personne, à part ceux qui se croient plus intelligents et qui m'envoient chier.

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  3 .

          Pareil je suis a cheval.

          J'aime développer chez moi même si je le fait rarement. Ceci dit je pense que c'est aussi parce que le dev au travail ne me passionne pas du tout.
          Il y a 2 ans jetait super passionne, je faisais plein d'infos mais j'ai remplacer l'info par d'autres activités.Je passe déjà trop de temps devant un ordinateur au travail je trouve.

      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

        Posté par . Évalué à  -1 .

        Il y a 10 sortes d'informaticiens... ceux qui comprennent le binaire, et ceux qui le comprennent pas.

      • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

        Posté par . Évalué à  3 .

        La première catégorie c'est le type qui connaît par cœur son environnement informatique, qui a un serveur chez lui, qui peut t'expliquer de A à Z pourquoi il a choisi cette solution pour l'entreprise, qui envoie chier les commerciaux qui racontent des conneries... c'est beaucoup plus intéressant.

        Le passionné a déjà quelques années d'expérience dans une boite alors que les nouveaux c'est tous des flémards (on sait bien que c'était mieux à vent).

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

        • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

          Posté par . Évalué à  2 .

          une chose est sur, c'est pas le nouveau qui ira envoyer chier les commerciaux, parce qu'il sait très bien que dans ce cas, il a de fortes chance qu'il saute aussi.

          L'ancienneté à quelques avantages.

    • [^] # Re: même problème du coté des sysadmins

      Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

      M'occupant actuellement de trouver un stage en administration systèmes, si je peux me permettre : pitié, publiez déjà vos offres de stage quelque part. Je trouve ça vraiment dommage que, dans ce domaine-là, la majorité des offres n'existent en fait pas. Il faut bien souvent « connaître quelqu'un » pour entendre parler de l'existence d'un stage en adminsys parce que les boîtes sont très frileuses de faire une annonce officielle quelque part (probablement parce qu'un stage en administration systèmes est souvent plus « critique » qu'une appli web ou le genre de choses que l'on trouve habituellement). Évidemment, il y a des exceptions, mais je trouve ça vraiment dingue que 80% des offres de stage soient en développement web.

      Quant au fait d'être passionné, motivé, curieux... je le suis, personnellement (j'utilise Slackware depuis que j'ai 13/14 ans, pour donner une idée :p), mais c'est déprimant quand le système scolaire ne récompense rien de tout ça et que l'on est entouré de gens qui ne demandent qu'à aller pisser du Java dans une SSII « tant que c'est bien payé » (variante : aller faire du PHP avec, évidemment, aucune formation en sécurité web et sans avoir eu la curiosité de regarder s'il n'existait pas quelque chose de mieux que PHP).

      GRUB3 will be Elisp serialized as XML jited to JVM running as Eclipse plugin on a Mac running in a virtual PC in a Xen instance on a 286er.

  • # Idée

    Posté par . Évalué à  10 .

    Peut-être que tu trouveras ce que tu cherches en postant un journal sur DLFP.

    Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Idée

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      C'est une bonne idée, mais si tu veux qu'elle soit utile, il faudrait peut-être lui expliquer où aller et comment faire.

    • [^] # Re: Idée

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      Oui mais un vendredi :)

  • # pour avoir fait un stage avec de la programmation parallèle

    Posté par . Évalué à  10 .

    10 ans déjà, une période creuse pour les stages et pourtant je suis le seul a avoir postulé. Et sur des algo assez simple.

    Là, tu mets programmation parallèle/algo génétique/mpi/solveur/openmp et un framework pas forcement connu. Ça fait plus boulot pour programmeur expérimenté que stage...

    Sinon il te faut une perle rare, fan de tout ça. Ce qui par définition est rare.

    • [^] # Re: pour avoir fait un stage avec de la programmation parallèle

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      C'est sans doute pas assez clairement dit, mais on cherche juste un stagiaire potentiellement intéressé par tout ça, pas un expert. Les sujets sont juste des indications. Par exemple, le premier stage n'implique pas de travail sur l'algo lui-même, c'est (« uniquement ») du dev sur le framework de parallélisation.

    • [^] # Re: pour avoir fait un stage avec de la programmation parallèle

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Hum bah là je suis en M2 et mpi/solveur/openmp c'est pile poil l'un des modules (enfin une option) du premier semestre. Bon on était une dizaine dans la promo alors c'est peut être pas non plus effectivement l'effectif d'une promo de DUT.

      Perso je trouve le sujet intéressant, mais je suis sur Strasbourg et je n'ai pas l'intention de bouger, j'aime le libre passionnément, mais plus encore ma femme et mes autres relations sociales.

      D'ailleurs, si quelqu'un cherche un stagiaire niveau master pour 6 mois dans la région Alsace, je suis dispo. :P

  • # DTC !

    Posté par . Évalué à  9 .

    Le problème est que tu demandes des compétences de pro, pour le statut d'un stagiaire. Le "possibilité de recrutement" est du vent souvent utilisé pour faire croire à un embauche CDI en jouant sur la sémantique. Note que ton offre ne précise même pas cela, donc quelqu'un qui va lire ton journal puis ton offre va se trouver rudement trompé ...

    Bref, nettoie ton offre que les gens intéressés n'ai pas l'impression que tu veux les gruger. Parce que si tu cherches des gens curieux et passionnés, ils vont rapidement sentir l'arnaque, aller voir ailleurs, et tu vas te retrouver ... avec les abrutis sans enthousiasme sous Windows qui ont vaguement faire du Java pour être "informaticien" parce que ça rapporte.

    « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

    • [^] # Re: DTC !

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Effectivement, lorsque tu cherches un stage toutes les grosses entreprises te disent que "si ça se passe bien, on te recrute ensuite". En 2010, c'était vrai chez Michelin, faux chez IBM et un certain nombre d'autres...
      Cela dit c'est un critère important pour un certain nombre de stagiaires de savoir qu'il peut y avoir une embauche derrière. Mais vu que c'est annoncé par toutes les entreprises, il faut que tu sois crédible quand tu l'annonces à ton tour !

      • [^] # Re: DTC !

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        Certes. Il ne faut pas non plus croire que si la boîte ne te recrute pas, c'est parce qu'elle a pipeauté… Nous on veut vraiment recruter, et le stage est un moyen d'identifier des bons candidats (et c'est carrément le bon plan d'être connu lors d'une embauche). Maintenant, c'est pas forcément le recrutement direct à l'issue du stage, il se peut qu'il faille faire une thèse, par exemple, selon le service concerné.

    • [^] # Re: DTC !

      Posté par . Évalué à  5 .

      Je n'ai pas trouvée l'offre choquante. De nombreuses offres exigent des pré requis (maîtrise de X+Y+Z, expérience sur un tas de trucs) formant un catalogue aussi long que ce qui est demandé pour une embauche. Là, c'est ouvert. Si vous venez, ce sera pour travailler sur tel truc (il ne demande pas de dejà connaître la techno). Si ça vous branche, bah, yaka.
      Le stage est rémunéré. Le "bien payé" reste à définir, mais c'est déjà moins de l'exploitation que 99% des offres proposées.

    • [^] # Re: DTC !

      Posté par . Évalué à  2 .

      Je suis un passionné d'informatique.
      Je suis développeur Java.
      Je ne veux pas et ne fais pas de JAVA J2EE dans la finance à la Défense.
      Alors arreter de véhiculer l'idée que les dev Java sont des branlos amputés des 10 doigts!

  • # J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Salut,

    est-ce que tu as transmis ton offre à des écoles d'ingénieur ? C'est le meilleur moyen qu'au moins elle soit lue.

    J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps que ça, et voila au moins 4 problèmes que j'identifie dans ta proposition (si tu veux des gens hors du commun ta proposition doit l'être aussi) :

    • tu dis que c'est bien payé, je demande qu'à te croire, mais c'est pas indiqué !
    • 9 janvier, tous les bons ont déjà un stage depuis un mois ou deux
    • un .doc pour décrire le sujet ? bof.
    • ton sujet manque d'infos sur le contexte (on y comprend rien si on est pas du domaine)... il y a des centaines de boîtes en France, qui travaillent chacune dans leur contexte en s'imaginant que les candidats le connaissent. ("Le solveur Divide-and-Evolve (DAE), conçu en partenariat avec l'INRIA et l'ONERA et développé sous EO, s'est ainsi vu remporter la compétition internationale de planification automatique, dans le domaine de la planification temporelle approchée.")

    Après, sur la motivation et la compétence des élèves ingénieurs même dans une école renommée, je préfère ne rien dire, mais je pense que ton désespoir est parfaitement justifié.

    • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

      Posté par . Évalué à  -1 .

      9 janvier, tous les bons ont déjà un stage depuis un mois ou deux

      Non.

      Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

      Posté par . Évalué à  10 .

      9 janvier, tous les bons ont déjà un stage depuis un mois ou deux

      Non, mon stage, je l'ai fait un peu comme tous les trucs administratifs : à l'arrache. Je suis le premier à reconnaitre que c'est un problème, mais ça ne dénote d'aucun manque de motivation ou de compétence. Pour mon stage de DESS, j'avais tenté de m'y prendre à l'avance (début novembre), finalement j'ai eu des entretiens assez tard (février), et j'ai eu des question du genre quel est votre perspective de carrière, et tout un paquet de bullshit dont je n'avais rien à battre.

      J'aurais adoré tomber sur une offre de ce genre.

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Il ne fallait pas comprendre "tous" au sens mathématique. Si tu l'as fait à l'arrache, c'est que tu n'étais pas motivé - pour moi, les stagiaires compétents et motivés trouvent un stage plus tôt que les autres. Donc il vaut mieux présenter son offre tôt que tard.

        • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

          Posté par . Évalué à  6 .

          pour moi, les stagiaires compétents et motivés trouvent un stage plus tôt que les autres

          C'est tout simplement faux. J'ai vu autant de bons stagiaires compétents et motivés qui s'y prenaient à l'avance que ceux qui étaient bien à l'arrache. Je pense notamment à deux de mes amis qui ont fini dans la même équipe et ont bossé ensemble pendant des années, et sont depuis devenus des experts en C++/multithreading/algorithmique (ils étaient déjà bons avant d’être recrutés pour leur stage cela dit).

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        Non, mon stage, je l'ai fait un peu comme tous les trucs administratifs : à l'arrache.

        Il a mis : "tous les bons".
        Et vu ta méthode, ben...

        • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

          Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

          Tu as tort de sous-estimer cette méthode. Elle est très rechercher dans le monde "professionnelle".

          L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

          • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

            s/cher/chée/

            s/nelle/nel/

            Oui, je suis un adepte :)

            L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

        • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

          Posté par . Évalué à  6 .

          Si tu cherches quelqu'un pour gérer un planning ou faire de l'administratif, tu as probablement raison. Après, des gens techniquement bon, qui quand tu leur dit "j'ai besoin de faire ceci" (enfin, un peu plus long, la description) comprennent ce que tu veux et peuvent te donner une date, la respecter et te faire le truc correctement, tout en ayant l'air désorganisés et en finissant d'une façon qui peut sembler précipitée, ça existe aussi.

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        Dans le domaine de la recherche publique, pour ouvrir le stage il faut le budget... et ça peut dépendre d'attente de réponse de financements sur projets ici ou là, donc être affiché assez tard.

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par . Évalué à  3 .

        Non, mon stage, je l'ai fait un peu comme tous les trucs administratifs : à l'arrache. Je suis le premier à reconnaitre que c'est un problème, mais ça ne dénote d'aucun manque de motivation ou de compétence.

        Ça ne montre pas un manque de compétences, mais de motivation j'ai plus de doute.

        Quelqu'un qui n'a pas le courage de se sortir les doigts, pour chercher un sujet qui l'intéresse, il est probable qu'il se retrouve au dernier moment a accepter quelque chose qui cadre plus ou moins avec son CV, plutôt que quelque chose qui cadre le mieux possible avec sa passion.

        J'aurais adoré tomber sur une offre de ce genre.

        Tout le monde adore quand quelque chose te tombe dans la main tout cuit.

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

        • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

          Posté par . Évalué à  3 .

          Tout le monde adore quand quelque chose te tombe dans la main tout cuit.

          On aime bien aussi tomber sur des réponses lorsque l'on cherche sur lolix, ou autre site, ce qui pour cette annonce n'a pas été fait (ou du moins pas avant le journal), je pourrais mentionner une idée sur la motivation d'encadrer un stagiaire ;)

          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

          • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

            Posté par . Évalué à  5 .

            Je pourrais t'en dire plus. Un stage c'est fait pour faire de la formation et rien dans la description du stage ne va dans ce sens. Il donne l'impression qu'il s'agit d'un CDD à moindre frais.

            Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        j'ai eu des question du genre quel est votre perspective de carrière, et tout un paquet de bullshit dont je n'avais rien à battre.

        Les questions sous-jascentes à celle que tu mentionnes sont:

        • Le candidat a-t-il préparé son entretien?
        • Le candidat est-il capable de s'organiser dans le temps sur des périodes de plus de trois jours?
        • Le candidat a-t-il un intérêt pour le sujet tel qu'il s'imagine y faire carrière.

        Si tu sembles surpris par la question ou ne réponds pas instantanément, tu réponds NON à ces trois question en un brin de seconde!

        • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

          Posté par . Évalué à  10 .

          j'ai eu des question du genre quel est votre perspective de carrière, et tout un paquet de bullshit dont je n'avais rien à battre.

          Les questions sous-jascentes à celle que tu mentionnes sont:

          • Le candidat a-t-il préparé son entretien?

          En gros, comme c'est une question qui est posée souvent, pour "bien préparer son entretien", il faut connaître les questions qui ont été souvent posées, même si elles n'ont rien à voir avec le sujet. Si les premiers RH avaient demandés "quelle est la couleur de votre caleçon", il faudrait donc, par tradition, pouvoir y répondre instantanément ?

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

        • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

          Posté par . Évalué à  6 .

          Le candidat a-t-il préparé son entretien?

          ça veut dire quoi réviser tout le bullshit courant ? Apprendre J2EE par coeur? Connaitre les option de javac sur le bout des doigts, a l'orale et sans le --help?

          Le candidat est-il capable de s'organiser dans le temps sur des périodes de plus de trois jours?

          Bien sur, y compris l'administratif, en tenant compte des délais, mais ce sera repoussé au maximum.

          Le candidat a-t-il un intérêt pour le sujet tel qu'il s'imagine y faire carrière.

          Avec la question type : ou vous voyez vous dans cinq ans. Et ne surtout pas dire a peu près au même poste, cela dénote un manque d'ambition ou que que candidat estime qu'il n'aura pas de promotion parce qu'il est mauvais, et absolument pas parce qu'il aime ça.

          Perso les meilleurs entretient que j'ai passé en info c'était avec un responsable technique avec un passage sur ordi pour fait rapidement du code, suivit d'un entretien avec une RH qui justement n'a pas posé les question que je trouve complètement stupide.

          Par contre les entretiens à la con avec des question de par coeur et autre j'en ai eu.

          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

          • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

            Posté par . Évalué à  5 .

            Le candidat a-t-il préparé son entretien?

            ça veut dire quoi réviser tout le bullshit courant ? Apprendre J2EE par cœur? Connaitre les option de javac sur le bout des doigts, a l'orale et sans le --help?

            Connaître l'entreprise où tu va me semble un minimum : Quel type d'entreprise est-ce ? (SSII, éditeur, autre,...) Quel techno sont utilisées ? (JavaEE, C++, ASP, ...) Quels type de projets ? Quel type de clients ? Taille de l'entreprise ? (internationale, nationale, locale)

            Ça te permet de savoir si tu as vraiment une bonne idée de ce à quoi tu t'attends, des technologies et des projets de l'entreprise et ça peut permettre de poser des questions pertinentes lors de l'entretiens au lieux de poser des question bateaux lorsque le RH demande si on a pas une question. C'est même pas un problème pour donner une bonne image de soit à l'entreprise, c'est pour que toi tu puisse passer un entretien intéressant qui t'apporte quelque chose.

            Mais bon c'est comme les TC et les TP, ils ne sont intéressants que si on a pris le temps de revoir respectivement les cours et les TD avant de s'y lancer. C'est pas pour ça que la majorité des étudiants le font.

            Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

            • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

              Posté par . Évalué à  4 .

              C'est marrant moi je voyais pas du tout ça comme ça à l'époque. Je trouvais une annonce qui m'intéressait (sujet &techno), je postulai, point barre. Si le projet est un ovni dans les sujets traditionnels de la boite, et que j'ai postulé pour celui là, il est de toute façons peu probable que j'ai envie du job au final. La taille de l'entreprise, je n'en avais vraiment rien a battre, le type de client, idem, c'est de l'habillage.

              Si je devais changer de job, il est probable que je ferai un ptit effort la dessus, mais ce sera aussi parce que je voudrai absolument le réussir, pour le moment, j'ai un job qui me plait, sans avoir eu à 'réviser' l'entretien, la RH m'a trouvé super motivé, et le responsable technique m'a trouvé bon (bonne réponse sur tout, mais incapable d'expliquer pourquoi c'était la bonne réponse )

              c'est pour que toi tu puisse passer un entretien intéressant qui t'apporte quelque chose.

              Tu peux être plus précis? parce que à part un job ou un stage, j'ai du mal a voir ce que peut m'apporter un entretien d'embauche.

              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

              • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

                Posté par . Évalué à  3 .

                C'est marrant moi je voyais pas du tout ça comme ça à l'époque. Je trouvais une annonce qui m'intéressait (sujet &techno), je postulai, point barre. Si le projet est un ovni dans les sujets traditionnels de la boite,

                Comment fais-tu pour savoir que c'est un ovnis ? Si une boite n'a jamais fais que du web en PHP et qu'elle t'embauche pour faire du web en python, il peut être intéressant de savoir si :

                • c'est une volonté globale pour cette entreprise de ce diriger vers python au quel cas, ça peut être une opportunité pour toi de devenir à moyen terme référent technique dans l'entreprise et de pouvoir prendre des décision technique
                • c'est une opportunité présenté par un client dont ils ont l'habitude

                Au passage la vision courtemiste et changer d'entreprise à chaque projet ça peut causer du tord. Il semble qu'une entreprise rentabilise un emploi au bout d'un an, si tu change trop régulièrement de boite les RH risquent de mettre leur veto car ils n'ont pas envi de t'embauche pour te voir partir 8 mois plus tard.

                La taille de l'entreprise, je n'en avais vraiment rien a battre

                Entre une boite dont le moindre site faire plus de 1 500 personnes minimum et une TPE de 2 employés la différence est très nette sur ton travail.
                Ça donne aussi des informations sur les « à coté ». Je sais que quand on est passionné c'est mal de s'intéresser à ça, mais ça indique si l'entreprise a un CE ou pas, s'il possède une ou plusieurs sections syndicales, ... Des choses que tu ne demandera pas en entretiens.

                le type de client, idem, c'est de l'habillage

                Pour certains il est plus valorisant et/ou plus agréable de savoir que le logiciel est à visé grand publique ou que c'est quelque chose lié à l'énergie. Si les clients sont principalement des services publiques les projets ne se passent pas de la même façon que lorsque c'est des entreprises.

                Si je devais changer de job, il est probable que je ferai un ptit effort la dessus, mais ce sera aussi parce que je voudrai absolument le réussir, pour le moment, j'ai un job qui me plait, sans avoir eu à 'réviser' l'entretien, la RH m'a trouvé super motivé, et le responsable technique m'a trouvé bon (bonne réponse sur tout, mais incapable d'expliquer pourquoi c'était la bonne réponse )

                Ils ont l'intention de te garder longtemps ? :)
                Ça donne l'impression du gars qui connaît ces cours mais qui ne les comprends pas.

                c'est pour que toi tu puisse passer un entretien intéressant qui t'apporte quelque chose.

                Tu peux être plus précis? parce que à part un job ou un stage, j'ai du mal a voir ce que peut m'apporter un entretien d'embauche.

                Je trouve incroyablement chiant de chercher un emploi. Quand je sors d'un entretiens, je veux avoir le maximum d'informations pour faire mon choix au final. J'ai pas envie de signer avec une boite et 4 jours après trouver que ça ne me conviens pas démissionner dans la fouler et repartir dans la recherche d'emploi.

                Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

                • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  Au passage la vision courtemiste et changer d'entreprise à chaque projet ça peut causer du tord.

                  L'idée de base c'était de me faire les dents sur 2/3 ans, au final ça fait 6 ans que je suis dans la même boite.

                  Entre une boite dont le moindre site faire plus de 1 500 personnes minimum et une TPE de 2 employés la différence est très nette sur ton travail.

                  Idem, l'idée était d'avoir un truc qui correspondait à ce que j'avais envie de faire, histoire d'avoir autre chose que des stages sur mon CV, et pouvoir répondre ensuite aux offres réclamant 5 ans d'expérience

                  Ils ont l'intention de te garder longtemps ? :)

                  Vu qu'ils me donnent mes augmentes et me tannent pour passer chef de projet, et me considèrent plus ou moins comme référent technique pour tout ce qui touche à linux, je pense que oui.

                  Ça donne l'impression du gars qui connaît ces cours mais qui ne les comprends pas.

                  Si j'avais appris mes cours j'aurai pu dire le pourquoi, j'ai toujours fonctionné à l'instinct pour ces trucs et ça a toujours marché. (pour le C/C++ du moins). Note bien, maintenant je saurai répondre le pourquoi :)

                  Je trouve incroyablement chiant de chercher un emploi. Quand je sors d'un entretiens, je veux avoir le maximum d'informations pour faire mon choix au final. J'ai pas envie de signer avec une boite et 4 jours après trouver que ça ne me conviens pas démissionner dans la fouler et repartir dans la recherche d'emploi.

                  C'est juste qu'on a pas eu la même approche. Moi je voyais mon premier job comme un truc qui durerai 2/3 ans maxi. Au final je suis bien tombé, entreprise sympa, clients intéressant, projet variés (avec deadline facilement tenable, même en glandant a mi temps, ou deadline intenable, même a 60H par semaine.). Si je me décide à changer de job, c'est que j'aurai déniché une perle rare. Mais mes critères sont rudes.

                  • semaine de 4 jours ou possibilité de télétravail
                  • moins d'1H de transport aller (ou possibilité de télétravail)
                  • sous environnement de travail linux (ou unix)
                  • projet intéressant
                  • idéalement dans le libre.

                  Pour le moment je suis chez un client qui a 4 des 5 points ci dessus (semaine de 4 jour pour ceux qui le souhaite (pas les presta), 13 minutes de chez moi, centOS, et je bosse dans le domaine de l'énergie ;)

                  Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

    • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      C'est un peu dur de devoir se taper l'envoi d'e-mails à 36 écoles…

      Pour le contexte, j'ai rédigé l'annonce qu'il m'aurait plu d'avoir quand je cherchait un stage, avec des termes à fouiller un peu, pensant naïvement que c'était un moyen comme un autre de détecter le stagiaire motivé.

      En fait, je crois que j'ai mal estimé que le rapport offre/demande est très en défaveur des employeurs :-)

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        En fait, je crois que j'ai mal estimé que le rapport offre/demande est très en défaveur des employeurs :-)

        Comme les autres ont dit, ça dépend de ce que tu cherches... Des pisseurs de code, il y en des demandeurs, mais des bons... Tu n'as pas donné ta définition de "bien rémunéré", mais pour les choper, ça a intérêt d'être haut... Parce que la, il y en a de l'offre!

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        Pour le contexte, j'ai rédigé l'annonce qu'il m'aurait plu d'avoir quand je cherchait un stage, avec des termes à fouiller un peu, pensant naïvement que c'était un moyen comme un autre de détecter le stagiaire motivé.

        Honnêtement j'aurais tendance à me dire qu'une annonce provenant du centre de recherche de Thalès attire presqu'automatiquement l'œil, qu'elle soit bien ou mal écrite.

        Un problème de la région parisienne pour les stages est probablement le prix des logements. Les rémunerations des stages et la situation du logement en France ne sont probablement pas faites pour exciter la mobilité, en région parisienne le problème devient peut-être encore plus aigu!

      • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

        Posté par . Évalué à  1 .

        Si j'y pense, je transmet ça ce soir sur la mailing de FédéRez[1] ; Tu auras p.-ê. une réponse[2]. ;)

        [1] http://www.federez.net/ (pub, toussa)
        [2] Si ça intéresse quelqu'un, je pense que le profil devrait correspondre... :)

    • [^] # Re: J'étais stagiaire il n'y a pas si longtemps...

      Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

      Ça dépend des formations pour la date. Par exemple pour mon école, le stage commence fin janvier / début février donc les gens qui n'ont rien début janvier, c'est soit qu'ils sont très difficiles, soit qu'ils ont eu une emmerde à la dernière minute et cherchent une roue de secours, soit qu'ils s'y prennent tard. Par contre, ce n'est pas forcément une question d'être bon ou mauvais, dans toutes les bonnes formations, en informatique, on croule sous les propositions de stages et les recruteurs nous donnent très peu de temps pour donner une réponse... Donc au contraire, les mauvais disent oui au premier stage qu'ils trouvent.

  • # Et les univ ?

    Posté par . Évalué à  9 .

    Tu as pensé à forwarder ton offre à des profs d'université qui travaille dans ton domaine ?

    Peut être que les gens que l'IA intéresse n'ont pas connaissance de ton offre ?

    Ensuite comment est formulé ton offre ?
    J'ai déjà participé à un entretien uniquement parce qu'on m'avais parlé de vive voix de l'offre (le téléphone arabe), et au seul vue de l'offre, il y a assez peu de chance que je postule directement.

    Honnêtement, j'ai lu l'offre de stage que tu avais posté l'année dernière ici :
    https://linuxfr.org/users/nojhan/journaux/vous-aussi-programmez-une-m%C3%A9thode-dia-en-c-sur-un-cluster-lin

    et les commentaires qui vont avec.

    (Je n'ai pas pu voir l'offre sur la page web, j'ai juste une page vide, avec "section" et "keyword" sur le coté.
    Pourtant j'ai bien accepté le js de nojhan.net )

    Ne le prend pas mal, mais c'est un stagiaire que tu recherche, ou un type qui a déjà travaillé 10 ans dans ton labos ?

    Perso j'ai rien compris de la teneur du stage
    -> cluster ?
    --> géré par le système, par le programme, par un framework ? (grid computing, calcul distribué "a la" seti, calcul HPC en utilisant des frameworks spécialisé style MPI, ...)
    -> metaheuristique bidule chouette
    --> appliqué à quel problème ?
    --> quel soutien pour la mise en place ?
    ...

    Le commentaire d'alice ... ben je rejoins totalement le commentaire subséquent de windu.2b
    (il me fait plus penser à du business loto qu'a une description d'un stage d'ailleurs).

    Ensuite il y manque une définition essentielle : quel encadrement.
    Parce que faire un stage sur un sujet pointu c'est bien, mais
    - utilisé un stagiaire pour du productif c'est déjà moins bien. Est ce le cas ? (D'où la destination du stage, la valorisation de son travail, ...)
    - si le stage ne marche pas, qui prend "cher" ? Le stagiaire ? Personne, et le stagiaire est évalué sur ce qu'il a pu faire et sa méthodologie ?
    - Rémunération, avantage, proximité, horaires, ...
    - et surtout : quel encadrement ? il est présent, pas/peu présent ? Actions menée conjointement ou le stagiaire se débrouille tout seul sur sa partie, ... ?

    • [^] # Re: Et les univ ?

      Posté par . Évalué à  6 .

      Oups, je viens juste de voir l'offre sur le lien. Je dois pas être super réveillé.

      Toutefois mes remarques précédents semblent pouvoir être un peu reprise :
      je prend l'exemple du premier stage :

      L’objectif du stage est l’implémentation parallèle de l’étape d’évaluation des algorithmes évolutionnaires.

      Dans quel but ? Implémenter un algo juste pour l'implémenter ?

      L’implémentation se fera au sein du framework open-source C++ ParadisEO, sur MPI.

      Bon au moins on sait de quel type de dev "cluster" tu parles.
      Un types spécialisé dans le parallélisme et dans l'IA ? C'est une bonne perle rare quand même.

      ParadisEO propose des extensions de calcul parallèle pour le framework Evolving Objects (EO), développé au sein de LMTD dans l’optique de créer des algorithmes d’aide à la décision parmi les plus performants dans le domaine de l’intelligence artificielle.

      Foutaises! j'ai bon, j'ai gagné le business loto ?

      Si ton framework utilise des extensions de calcul //, pourquoi tu dois gérer le // bas niveau (MPI) ?
      En plus ca semble être un truc bien interne ce framework. Peu utile de mettre le nom sur une offre d'emploi, à moins que ce soit une proposition de mutation au sein de la boite.
      En effet, il a assez peu de chance d'avoir déjà touché au bouzin si c'est interne.

      Le solveur Divide-and-Evolve (DAE), conçu en partenariat avec l’INRIA et l’ONERA et développé sous EO, s’est ainsi vu remporter la compétition internationale de planification automatique, dans le domaine de la planification temporelle approchée.

      A tes souhaits.
      Je pense avoir a peu près compris de quoi ca parlait (comment blinder un emploi du temps de la meilleure facon possible) mais on sait absolument pas quel lien il y a avec l'offre de stage.

      Le code produit devra également bénéficier à plusieurs autres solveurs utilisant déjà ce framework. Le logiciel devra être comparé à d’autres approches déjà disponibles (OpenMP et MPI en ile), sur le cluster de 240 processeurs disponible à TRT et sur un benchmark qui sera fourni.

      Alors tu dis qu'on doit utiliser MPI, mais finalement tu dois le comparer à des implémentations sous MPI ?

      Qui les faits ? Qui gère les benchs ?

      Ensuite rien ne définit les avantages (salaires, repas, transport, offres possibles après, cifre ? )

      • [^] # Re: Et les univ ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 . Dernière modification : le 09/01/12 à 18:18

        Dans quel but ? Implémenter un algo juste pour l'implémenter ?

        Quasiment, en fait. L'algo est très généraliste et sert aussi bien à te faire un emploi du temps qu'à gérer des ascenseurs (je schématise). Donc, oui, il s'agit surtout de dev.

        Un types spécialisé dans le parallélisme et dans l'IA ? C'est une bonne perle rare quand même.

        En fait on cherche un stagiaire ! C'est à dire un type intéressé par ça, pas spécialiste. Le stagiaire, on va l'encadrer et le former, en espérant qu'il reste chez nous après. Ce qui est difficile c'est de trouver des gens capable d'apprendre vite et d'être intéressés.

        Foutaises! j'ai bon, j'ai gagné le business loto ?

        C'est pourtant un résumé tout à fait correct et loin d'un pipotron. Sans doute mal tourné~ va falloir quand même revoir ton détecteur à pipeau.

        on sait absolument pas quel lien il y a avec l'offre de stage.

        L'algo, c'est sur lui qu'il faut travailler. Je peux difficilement être plus vulgarisant sans tomber dans le pipeau, justement…

        Alors tu dis qu'on doit utiliser MPI, mais finalement tu dois le comparer à des implémentations sous MPI ?

        Il y a du code de déjà fait, avec différentes schémas de parallélisation. Le stage est là soit pour bosser à fond sur l'une, soit pour comparer les existantes, etc. Les goûts du stagiaires comptent beaucoup dans l'orientation du sujet, en fait.

        Ensuite rien ne définit les avantages (salaires, repas, transport, offres possibles après, cifre ? )

        C'est le genre de trucs dont je viens de me rendre compte que c'était différenciateur avec la concurrence, en effet. Va falloir que je me mette au marketing RH :-)

        • [^] # Re: Et les univ ?

          Posté par . Évalué à  5 .

          Quasiment, en fait. L'algo est très généraliste et sert aussi bien à te faire un emploi du temps qu'à gérer des ascenseurs (je schématise). Donc, oui, il s'agit surtout de dev.

          Pourquoi ne pas le préciser dans l'offre ?
          Le stagiaire il a déjà une idée de ce qu'on va lui demander, a quoi ce peut s'appliquer, ...

          En fait on cherche un stagiaire ! C'est à dire un type intéressé par ça, pas spécialiste. Le stagiaire, on va l'encadrer et le former, en espérant qu'il reste chez nous après. Ce qui est difficile c'est de trouver des gens capable d'apprendre vite et d'être intéressés.

          Je comprends que ça te semble évident comme réponse, mais il y a tellement d'offre de "stage" où l'on demande d'être déjà compétent dans les technologie.

          La tu peux indiquer que la personne sera formée sur ces technos (et bosseras dessus).
          Ca lui permet de savoir que
          - il apprendra qqch, ca sera pas juste un job de "pisseur de code".
          - il sera encadré, car nécessitant d'être formé.
          - il peut proposer sa candidature même si il connait pas.

          C'est pourtant un résumé tout à fait correct et loin d'un pipotron. Sans doute mal tourné~ va falloir quand même revoir ton détecteur à pipeau.

          Maintenant, met toi à la place d'un stagiaire, c'est à dire tout juste sortant de son école, et ne connaissant pas ParadisEO, framework Evolving Objects (EO), lmtd, et n'a qu'une idée très vague de ce qu'est le calcul parallèle ou l'utilisation et le fonctionnement des algos d'aides à la décision.

          Est ce qu'il te semble "clair" comme résumé avec ce postulat ?

          L'algo, c'est sur lui qu'il faut travailler. Je peux difficilement être plus vulgarisant sans tomber dans le pipeau, justement…

          Peut être, mais c'est pas clair.

          Même si je connais pas du tout le domaine, j'ai qq connaissances en infos, et tu vois j'ai pas compris grand chose ^^.

          Le stage est là soit pour bosser à fond sur l'une, soit pour comparer les existantes, etc. Les goûts du stagiaires comptent beaucoup dans l'orientation du sujet, en fait.

          Tout ça ce sont des plus pour un stagiaire. Il ne faut amha ne pas hésiter à l'indiquer.

          Le but c'est d'avoir une offre simple a comprendre, ou on a une idée un peu clair de ce qu'il y a faire, et ou on va aller.

          La description technique du poste peut etre effectuée dans le .doc de description ou autre, mais pas dans l'offre en elle même.

          (toujours amha bien sur).

          • [^] # Re: Et les univ ?

            Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

            Si ça peut te rassurer, je suis chercheur en informatique, je travaille dans le domaine du combinatoire, je me mets peu à peu au distribué (pas au parallèle, certes), et je n'avais jamais entendu parler d'aucun des termes techniques employés dans l'offre (c'est à dire pratiquement 50% du texte). Pour pécho du stagiaire, il faudrait vulgariser un minimum, et pas essayer de faire peur en essayant de caser un maximum de jargon au cm².

    • [^] # Re: Et les univ ?

      Posté par . Évalué à  0 .

      En école, j'avais fais de la programmation parallèle en TP de dev en C/C++. Pourtant, je n'étais même pas encore stagiaire... Comme quoi, c'et possible!

  • # bien payé ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    je propose un stage bien payé,

    Si c'est bien payé, pourquoi ne pas donner clairement le salaire ?

    Je ne vois rien, ou c'est bien caché.

    Je n'ai pas vu ton stage sur lolix, par ailleurs.

    La supériorité de Windows sur Linux http://t.co/DVzDjqwZ6B

  • # SSII

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Dans mon ancienne école apparemment toutes les SSII sont venues super tôt avec énormément de sujets de stages et elles ont récupérées énormément monde.

    • [^] # Re: SSII

      Posté par . Évalué à  3 .

      Ce qui est bien triste, c'est pas faute d'avoir essayé de tirer la couverture dans l'autre sens ...

    • [^] # Re: SSII

      Posté par . Évalué à  0 .

      Comment font-elle pour trouver encore des gogos ? Même de mon temps, tout le monde savait déjà à quoi s'en tenir. La SSII, c'était vraiment quand on n'avait rien d'autre à se mettre sous la dent.

      • [^] # Re: SSII

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        La SSII, c'était vraiment quand on n'avait rien d'autre à se mettre sous la dent.

        Ou pas. C'est aussi très bien pour "tester" plusieurs grosses boites avec lesquelles on aurait aucune chance "directement", se monter un réseau etc... Et si tu es compétant, elles peuvent aussi payer pas mal (après, si tu es classique, le salaire est classique)

        Forcément, en faisant le difficile "bouh SSII", ce n'est pas gagné.

      • [^] # Re: SSII

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Pour une personne n'ayant pas choisi l'informatique par passion, un stage en SSII n'est pas trop un problème, au contraire, il a l'avantage d'être facile a trouver et souvent simple.

        C'est vrai qu'une personne qui cherche vraiment à apprendre quelque-chose va les fuir pour partir plutôt sur de la recherche ou du développement intéressant mais c'est loin d'être la majorité des stagiaires.

        PS: Bouh! Les offres de stage sont au format Word! (si vous me cherchez je suis déjà dehors...)

        PS2: Il n'y a ni les dates (2012 correspond à maintenant ou ça court jusqu'en septembre?) ni le niveau recherché ( Bac+2, Bac+5, Doc? )

        PS3: Je cherche un stage Bac+3 pour septembre (ou Juillet en fait) et le stage sur le calcul distribué m'intéresse beaucoup même si je n'ai pas d'expérience dans le domaine

    • [^] # Re: SSII

      Posté par . Évalué à  1 .

      P----n de SSII !

  • # compétence et agrément

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    une équipe compétente et agréable (comprendre : avec 50% de filles).

    Sous entendu elle serait seulement compétente avec 0% de filles et seulement agréable avec 100% de filles ?

    Ok, je ->[]

  • # Trop tard

    Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

    J'aurais bien aimé lire ce journal il y a 6 mois, j'ai déjà un autre stage.

    Vous ne recruteriez pas de "jeunes diplômés" pour le mois de septembre par hasard ?

  • # La donne a changé

    Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

    Je suis à la recherche d'un stage entre 6 et 12 semaines cet été (ils pourraient réduire cette plage de temps pour l'été qui arrive en plus). Ça c'est la galère pour en trouver. Des offres de stage d'environs 5 mois j'ai qu'à renverser une poubelle pour en trouver plein (reste à en trouver des bons et éliminer les rapiats), mais pour des stages qui se comptent en semaine c'est dur.

    Condition supplémentaire : dans mon école d'ingé, on est censé passer au choix un de nos stages ou un semestre d'études à l'étranger. J'ai crû comprendre que c'est voué à se généraliser. Le stage de 6 mois a pour réputation d'être le stage où tu te fais embaucher dans la même entreprise juste après, et le semestre d'études à l'étranger il faut être rapide et vraiment motivé.

    Bon aussi, si j'avais pas l'expérience LinuxFr, j'aurais pris pour argent comptant ce qu'il y a marqué et j'aurais pris peur. Maintenant je sais qu'une candidature fonctionne par mots-clés et présente ce qu'on deviendra plutôt que ce qu'on doit être.

    J'espère apporter ma pierre à l'édifice pour répondre à ta question.

    PS : Je cherche un stage payé cet été entre 6 à 12 semaines hors de France (à partir de mi-juin). J'ai une préférence pour l'Europe (en particulier l'Allemagne) mais si je peux rejoindre Hawaii mi-août pour des cacahuètes ça me va aussi. J'aime commenter mon code, j'aime coder avec un langage haut niveau, en particulier le python, j'apprécie le troll velu, et je m'intéresse aux spécialités et coutumes culinaires des pays. Je peux pondre un cv en béton pour le profil "dév web" et "logiciel libre", mais faire des applis mobiles ou du logiciel client lourd m'intéresse aussi.
    Et comme on ne peut plus montrer son adresse mail aux autres sur DLFP, je suis joignable à l'adresse champoll polytech unice fr .

    Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

    • [^] # Re: La donne a changé

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      J'ai aussi galéré pour trouver un stage intéressant de cet durée (10 semaines pour moi et strictement pas plus étant donné les dates de début de stage et la date de rentrée de mon école d'ingé).

      Finalement je me suis pas trop mal débrouillé puisque j'ai bossé sur l'intégration de XMPP sur un soft web en GWT (donc oui de la SSII, du java et du web, mais c'était pas si mal que ça en fait)

    • [^] # Re: La donne a changé

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      champoll ^at^ polytech ^point^ unice ^point^ fr. Prévisualisation quand tu nous tiens…

      Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

  • # c'est général

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Bah, dans le monde de la cuisine c'est pareil.
    Même un mec qui a fait CAP cuisine par choix, par envie de monter son truc plus tard, se contente d'un 11/20 à l'examen (vu le niveau actuel du CAP, ça veut dire qu'il n'a rien de rien foutu), arrive tous les jours en retard au travail (c'est un emploi pas un stage), ment sur l'état de son frigo à son chef (moi), a la motivation et l'enthousiasme d'un lombric - et pourtant la cuisine qu'on fait, avec de bons produits frais, les félicitations des clients tous les jours, les plats sans cesse renouvelés, c'est plutôt amusant!
    Le plus terrible: il n'a jamais aucune réaction, non qu'il soit de marbre : il est amorphe, un genre de chamallow géant.
    Bref, y'a plus de motivation, la mornitude a fait son trou.

    (Qu'on me rende mes ex-taulards et mes immigrés sans diplômes culinaires, mais capables de tout apprendre en 15 jours - et vivants!).

    "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

    • [^] # Re: c'est général

      Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

      Le plus terrible: il n'a jamais aucune réaction, non qu'il soit de marbre : il est amorphe, un genre de chamallow géant.

      Il aurait pas un problème de cannabis ton employé? Vu les symptômes, cela y ressemble fort!

      • [^] # Re: c'est général

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        on y a pensé evidemment
        mais non
        y'en a plein des comme lui aujourd'hui
        le reveil va être dur

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

        • [^] # Re: c'est général

          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

          Alors c'est effectivement très préoccupant, c'est important d'être heureux de vivre et de savoir changer ce qui ne va pas pour y arriver… le réveil va être effectivement super dur.

  • # Je suis là !

    Posté par . Évalué à  2 .

    Eh bien, je n'ai pas encore été harponné par une SSII vicieuse qui me désenchantera de toute ma jeunesse, j'aime le C++ et ses recoins les plus sordides, j'ai envie d'en découdre avec Darwin, je pratique la randonnée et le Hill Climbing régulièrement en portant un (problème de) sac à dos, je suis pour la sauvegarde des pingouins et j'aime lire les sources du pare-feu gouvernemental Open Office. Je peux ?

    • [^] # Re: Je suis là !

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      je suis pour la sauvegarde des pingouins

      Tu veux parler des manchots non? (surtout des manchots papous!)

    • [^] # Re: Je suis là !

      Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

      je suis pour la sauvegarde des pingouins (...) Je peux ?

      Non, car tu ne sais pas faire la différence entre pingouin et manchot!

      Plus sérieusement, je ne pense pas que ce journal soit le meilleur endroit pour poser sa candidature, il y a une indication de où la poser sur le site... (autre mauvais point en plus du pingouin que de ne pas savoir s'orienter)

  • # Je n'y crois pas

    Posté par . Évalué à  4 .

    Dans mon ancienne école, ce genre de stage est une aubaine pour un noyau dur d'élève...
    Envoie ton offre à Anne Jobert.
    cf contacts sur http://www.isima.fr/isima/pratique/pratique.php?sousmenu=01
    Je peux transférer ton offre de stage moi-même si tu le souhaites.
    DSL pour le bookmark...

    • [^] # Re: Je n'y crois pas

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      C'est une aubaine car ils n'ont pas beaucoup d'offres ou parce que ça colle particulièrement à la formation des étudiants ?

      • [^] # Re: Je n'y crois pas

        Posté par . Évalué à  1 .

        Parce que ca colle bien à la formation et au calibre des étudiants qu'on trouve dans cette école. Dans une autre vie, j'y ai trouvé deux stagiaires qui ont été embauchés par la suite. Il y en a un qui traine par ici, il devrait se reconnaitre ;)

  • # Alternance / apprentissage

    Posté par . Évalué à  1 .

    Les écoles en alternance, avec contrats d'apprentissage et autres, peuvent fournir des candidatures intéressantes.
    Les rythmes d'alternance ne sont pas forcément faciles à gérer au sein de l'entreprise, mais le panel est assez large suivant les écoles (de 3j/2j à 2mois/3mois).

  • # Peut être l'ESIR

    Posté par . Évalué à  3 .

    Tu devrais trouver des stagiaires dans les filières INF-ASE et INF-LSI de l'ESIR :
    http://esir.univ-rennes1.fr/etudes/deroulement-des-etudes/informatique-et-telecommunications
    en écrivant à Maria Guilbert pour diffuser l'offre aux étudiants (elle demandera probablement quelques précisions, notamment sur le lieu du stage).

    Sinon, en passant par les chercheurs avec lesquels tu travailles (ou d'anciens profs?), ils connaîtront surement des élèves de leurs classes qui pourraient être intéressés

  • # Tu vends du rêve.

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Je suis en pleine période de recherche de stage. Je viens juste de me faire recaler sur un sujet qui me passionnait mais où le profil d'une personne avec de l'expérience a primée...

    Dur, d'avoir déjà l'expérience pour un stage...

    Mais bon, revenons à nos moutons. Est-il possible de suivre ce stage sur le site de Lyon où Villeurbanne? Je suppose que non, mais je préfère demander.

    J'ai des contraintes qui font que je ne peux pas déménager.

    La question de la motivation est assez délicate, c'est un peu comme l'éducation :
    << Il n'y a pas de mauvais élèves, seulement des mauvais professeur. >> - Victor Hugo

    La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.