Journal De l'incompétence comme moteur de l'économie…

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags : aucun
45
17
avr.
2012

Cette histoire se passe dans une très grande société, multinationale du domaine bancaire. Elle m'a été rapportée par une personne, non-informaticienne, qui me demandait si c'était normal.

Acte 1: afin de gérer son infrastructure et sa logistique, le groupe décide d'acheter une solution clé en main composées d'un ensemble de capteurs effectuant des mesures régulières et d'une base de données. Cette solution est proposée par une autre multinationale et coûte plusieurs millions d'euros.

Acte 2: Après un an de mesure, la base de données de toutes les mesures atteint 30Go (ce qui est honnête).

Acte 3: Il est demandé d'extraire les mesures du mois dernier afin de réaliser un graphique (requête somme toute logique).

Résultat: malgré un serveur ulta-performant, la requête ne peut obtenir les données en moins de 600secondes.

Un expert est dépêché sur place par le fournisseur: la seule solution envisageable est d'archiver les données après 6 mois au lieu d'un an. (remarquons qu'au départ, on parlait de 3 à 5 ans).

Moralité:

  • L'expert est incompétent. Faire une recherche aussi basique dans une base de données de 30Go doit pouvoir se faire en optimisant la requête et/ou la base de donnée.

  • L'équipe chez le client est incompétente. Aucun n'a remis en cause la solution du fournisseur, aucune ne s'est posé de questions. Mais, plus grave: il s'avère que la solution a été achetée sans qu'on sache exactement pourquoi.

  • Le responsable qui a payé ce contrat est incompétent et irresponsable. Il a signé un chèque en blanc de plusieurs millions envers un fournisseur sans s'assurer des besoins réels de son entreprise ni s'assurer la moindre garantie vis-à-vis du fournisseur.

Comme tout le monde est incompétent, cela permet que le système tourne. En effet, pointer du doigt l'erreur de qqn revient à pointer sa propre compétence. Personne n'a intérêt à reconnaître le moindre problème. Le manager qui a signé le contrat est le plus à risque et va donc tout faire pour que "tout aie l'air de fonctionner". Au point même de renouveller le contrat. Pour le plus grand plaisir du fournisseur.

Le tout fait donc fonctionner l'économie à plein rendement et arrive à ce constat effrayant: les gens compétents ne sont pas une bonne chose dans une grosse société et sont nocifs à l'économie.

Étonnant non ?

  • # Ca s'appelle le principe de Dilbert

    Posté par . Évalué à  9 .

    Il est important de laisser les gens compétents là ou ils sont et de promouvoir les incompétents à des postes décisionnels et de management pour limiter leur impact sur les gens compétents.

    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Dilbert_principle

    La direction est le moyen qu'a trouvé la nature pour sortir les andouilles des flux de production.

    • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

      Posté par . Évalué à  10 .

      • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        je rajoute même [http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter][1]

        C'est génial.

        • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

          Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

          Ce qui est très con dans cette logiques, c'est que les cons sont payés grassement et les vrais bons sont managés par des incompétents et payés au lance-pierre.

          Désolé, mais je préfère être bête et bien payé qu'intelligent, mal payé, et conscient de ma situation de merde.

          Finalement, heureux soient les imbéciles, non?

          • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

            Posté par . Évalué à  10 .

            Ce n’est pas une question d’être con, puisque tu atteins le poste ou tu n’es plus compétent à force de promotions pour avoir été bon, à la limite c’est le système qui est stupide.

            Depending on the time of day, the French go either way.

            • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

              Posté par . Évalué à  7 . Dernière modification : le 17/04/12 à 22:41

              Trop souvent la récompense est une promotion de poste puisque la seule qui justifie une augmentation du salaire (le salaire étant indexé à la hiérarchie 99% du temps d'après mon pifomètre). C'est autant le système et que les mentalités qu'il faut changer.

              • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

                Oui mais ça ne marchera jamais, parce qu'il y a un autre facteur à prendre en compte dans le salaire: la charge totale du salaire.

                Si tu as une équipe d'ouvriers super top, les meilleurs des meilleurs gérés par un incapable notoire, disons que tu as le cas suivant (complètement pifométrique hein!!):
                -ouvriers: 1200€/mois (et encore, je suis optimiste, ça sera sans doute plutôt le SMIC!)
                -manager: 2000€/mois
                Total: 1200*100+2000=122,000€/mois (sans compter les charges, mais c'est juste pour le principe)

                Maintenant, tu te rends bien compte que l'équipe cartonne, il faut récompenser tout ça.
                Mettons qu'on augmente tout le monde de 200€/mois:
                PAF! Tu te retrouves à 1400*100+2200=146,200€/mois

                Bon, alors on augmente les ouvriers de 50€ et le manager de 200€:
                1250*100+2200 = 127,500€/mois

                Tout le talent de la hiérarchie, c'est de faire croire à leur base que les salaires des managers sont plus élevés parce qu'ils sont une sorte d'élite, alors que c'est surtout parce que donner un bon salaire à "la masse", ça coûte trop cher!

                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                  Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

                  ouvriers: 1200€/mois (et encore, je suis optimiste, ça sera sans doute plutôt le SMIC!)

                  Aux dernières nouvelles, le SMIC pour 35h/semaine est de 1398,37€/mois

                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                  Posté par . Évalué à  5 .

                  oui mais non, je bosse dans une entreprise de fabrication d’élément en beton il y en a 4 a la production et 1 manager.

                  le cout des matière première par mois s’élève a 450 000 euros, les salaires mensuel c'est vraiment pas chère, et c'est payé en 1 heures de production par mois. si l'entreprise doublait tous les salaires : 2 heures de production pour les payer.

                  l'entreprise est la pour donner de l'argent a l'actionnaire/propriétaire, pas au salarié :)

                  • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                    Pas d'amortissement du matériel de production ? Pas de frais de maintenance ?

                  • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                    Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

                    heu… calcul foireux je crois bien…
                    Les salaires doivent s'apprécier sur la valeur ajoutée apportée par l'entreprise.
                    Si elle achète 450k€ et revent 451k€, ben, ca paye pas les salaires.

                    Donc dire que le salaires représente 1% des achats, ben, dans l'industrie, ca veut pas dire grand chose, désolé

                    • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                      Posté par . Évalué à  2 .

                      ce que je voulais dire c'est que la part des salaires est vraiment faible par rapport a d'autres cout. Imaginons que nous sommes payé 10 euros/mois, il y aura quand même 450 000 euros d’achat de matière première. sans compter les 30 000 euros d’électricité / an

                      j'insiste le cout du travail en France n'est pas très chère

                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  Pourquoi ne pas augmenter tout le monde de 50€ ? Je ne vois pas en quoi les ouvriers vont se sentir motivés de voir leur chef incompétent bien récompensé et pas eux…

            • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

              Posté par . Évalué à  3 .

              Ce n’est pas une question d’être con, puisque tu atteins le poste ou tu n’es plus compétent à force de promotions pour avoir été bon, à la limite c’est le système qui est stupide.

              En fait dans certains grands groupes tu n'as même pas forcément à être bon dans un quelconque poste pour avoir des promotions grâce à une évolution basés sur des notations… paradoxalement des responsables d’équipe ont tendance à surnoter leurs plus mauvais éléments car c'est souvent la meilleure façon de s'en débarrasser rapidement. Et c'est beaucoup plus facile que de les virer. J'ai parfois entendu le terme de "mauvais gagnants" pour les désigner.

              • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                J'ai connu un ingénieur dont plus personne ne voulait car, outre son incompétence (j'ai des anecdotes vécues à ce sujet), il bouffait le temps de tout le monde (ce qui est souvent le cas).

                La seule solution trouvée a été de lui proposer un poste dans une autre équipe, avec augmentation de salaire et voiture de société.

                Au moins, l'équipe originale a pu continuer à faire son travail.

                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                  Posté par . Évalué à  2 .

                  J'ai connu un ingénieur dont plus personne ne voulait car, outre son incompétence, il donnait des leçons à tout le monde.

                  Après un effort de plusieurs mois de l'entreprise pour lui trouver une place convenable, il a été licencié.

                  Comme quoi on peut se débarrasser des vrais boulets si on le veut.

                  • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                    Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

                    Toutes les entreprises ne veulent pas payer le coût d'un licenciement.

                    « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                    • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                      Toutes les entreprises ne veulent pas payer le coût d'un licenciement.

                      Le licenciement pour incompétence necessite t-il des indémnités ? N'est pas plus rentable de licensier un incompétent que d'attendre son départ en retraite ?

                      • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                        Tout ça dépend du niveau d'incompétence du gars. Et puis, je suppose qu'on ne peut pas virer un type comme ça dans une grosse boîte (dans le cas général évidemment), du coup, ce n'est pas forcément facile de le justifier, ou alors, le coût du licenciement est imputé au projet sur lequel il travail, donc il vaut mieux l'envoyer dans un autre projet, ça coûte moins cher.

                        « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                        • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                          Posté par . Évalué à  4 .

                          à priori virer moins de 9 personnes par an, n'est pas trop difficile.

                          "La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire". "La question n'est pas de savoir si vous avez quelque chose à cacher. La question est de savoir si c'est nous qui contrôlons le gouvernement ou l'inverse

                      • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                        Le licenciement doit avoir une cause réelle et sérieuse, c-à-d une cause objective et suffisamment grave. Le licenciement pour incompétence est donc très difficile à justifier (car l'incompétence devra être prouvée objectivement, ce qui est impossible, et sa gravité est également sujette à débat).

                        Note : je suis pour qu'un employeur puisse licencier les employés incompétents - mais dans le droit du travail actuel c'est loin d'être évident.

                        • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                          Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                          Tu veux dire qu'on ne peut jamais virer quelqu'un même avec un préavis de 3 mois ? J'ai l'impression que tu cite les causes de licenciement pour faute grave.

                          « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                          • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                            Posté par (page perso) . Évalué à  3 . Dernière modification : le 19/04/12 à 15:48

                            Non, on ne peut pas virer pour motif personnel un salarié en CDI en France même avec un préavis de 10 ans sans cause réelle et sérieuse. (Tout comme un propriétaire ne peut pas virer son locataire facilement.)

                            La faute grave est un exemple de cause qui justifie un licenciement. En plus, il y a les règles du licenciement pour faute qui s'appliquent, c-à-d que si la faute est grave ou lourde, l'ex-employé perd certains droits (préavis, assurance chômage, congés payés).
                            Il y a d'autres exemples qui ne sont pas forcément des fautes, par exemple une maladie sérieuse qui rend le salarié inemployable.

                            Par contre je n'ai pas été tout à fait exact : il existe aussi le licenciement économique, qui ne requiert pas une cause réelle et sérieuse, mais simplement une justification d'ordre économique. Ceci est encore plus encadré que le licenciement personnel.

                            En tout état de cause, si un employeur n'est pas content de son employé en CDI, il n'a bien souvent pas de recours.

                            Remarque : la page Wikipédia FR sur le licenciement fait mention d'un licenciement pour "insuffisance professionnelle". Outre que ce terme n'apparaît à ma connaissance pas dans le code du travail (qui est pour une fois particulièrement concis sur la question du licenciement :
                            http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=DD550B5C6A8952603DEE6B1A40B8A7D6.tpdjo10v_2?idSectionTA=LEGISCTA000006189432&cidTexte=LEGITEXT000006072050&dateTexte=20120419 ), cela n'exclut pas que la cause doit être objective (c'est l'interprétation par la jurisprudence de l'adjectif "réelle"), ce qui est à mon humble avis difficile à prouver.

                            Concernant le préavis, le préavis dans le cas d'un licenciement est souvent (je ne connais pas toutes les conventions collectives…) de 3 mois, que ce soit pour un licenciement économique ou personnel. Les fautes lourdes et graves empêchent par définition le maintien du salarié dans l'entreprise et suppriment donc le préavis totalement.

                            • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                              Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                              En tout état de cause, si un employeur n'est pas content de son employé en CDI, il n'a bien souvent pas de recours.

                              Bon, ça n'a pas l'air d'être le cas en Belgique

                              http://www.emploi.belgique.be/detailA_Z.aspx?id=1416#AutoAncher1

                              Lorsque le contrat a été conclu pour une durée indéterminée, chacune des parties peut le résilier moyennant un préavis. La notification du préavis doit indiquer le début et la durée du préavis.

                              « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                              • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                                Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                                Désolé, ma réponse concernait la France, et j'ai complètement oublié de le préciser.

                                Les belges ont plein de défauts mais pas celui d'avoir un droit du travail générateur de harcèlement moral. :)

                                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                                  Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                                  Je préfère savoir qu'on peut virer un collègue (qui m'inclut du point de vue de mes collègues) s'il fout la merde plutôt que de devoir garder un bras cassé. Parce que virer avec un préavis de 3 mois, ça n'est pas non plus simple pour l'employeur.

                                  « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

                            • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                              Posté par . Évalué à  2 .

                              l'ex-employé perd certains droits (préavis, assurance chômage, congés payés).

                              La seule règle qui prévaut pour avoir tes Assedics est d'avoir involontairement été privé de ton emploi (et d'avoir cotisé).
                              Donc même en cas de faute lourde tu as le droit à l'assurance chômage, sauf si ton employeur prouve que ta faute lourde était une malveillance volontaire.

                              • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                                Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                                J'ai du mal à trouver une source fiable qui le confirme, mais il semble que tu aies raison.
                                Est-ce que tu as un lien ?

                                Juste un commentaire : la faute lourde comprend par définition l'intention de nuire, sinon c'est une faute grave.

                                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                                  Posté par . Évalué à  2 .

                                  je le sais uniquement pour avoir rencontrer quelqu'un dans ce cas lorsque je me suis retrouvé moi même au chômage.
                                  La cause de la faute était apparemment que la personne en question bossait à la fois pour 2 entreprises concurrentes, je n'en sais pas plus, ni même si c'est vrai (ça me parait léger, sauf si il y a transmission d'infos confidentielles), la réponse venait néanmoins d'une conseillère assedic.

                                  En source, en cherchant un peu sur google j'ai trouvé ça:
                                  http://lentreprise.lexpress.fr/donner-demission/4-le-licenciement-pour-faute_3445.html
                                  J'ai regardé vite fait sur legifrance et le site de l'unedic, mais il y avait trop de truc à lire ;)
                                  Mais le texte qui prévaut est apparemment la convention du 6 mai 2011 relative à l'indemnisation du chômage

                                  • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                                    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                                    En l'absence de texte décrivant une situation exceptionnelle, c'est la règle commune qui s'applique, donc effectivement l'indemnisation du chômage n'est pas affectée par la faute lourde.

                                    Ça me semble un peu gros la faute lourde pour le cas que tu décris… mais s'il n'est pas allé aux prud'hommes on saura jamais si c'était gros ou pas.

                        • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                          Posté par . Évalué à  0 .

                          Ca peut être simple :
                          - tu prends le CV de la personne
                          - tu lui donne un taf en conformité avec les compétences répertoriées sur ce µCV
                          - soit elle y arrive et tu ne peux la virer, soit elle n'y arrive pas et tu la vire non seulement pour incompétence, mais aussi pour tromperie.

                          • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                            Posté par . Évalué à  2 .

                            Son CV n'indique pas ce que la personne sait faire mais ce sur quoi elle a travailler. Si tu veux attaquer pour tromperie sur la base du CV, il va falloir que tu prouve qu'elle n'a pas fait ce qu'elle dis avoir fait sur son CV.

                            Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

                            • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                              Posté par . Évalué à  3 . Dernière modification : le 20/04/12 à 10:11

                              Lorsque j'ai passé un certain nombre d'entretiens d'embauches, j'ai du, avant l'entretien remplir une fiche de compétences avec pour chaque compétence prétendue, positionner un niveau (entre noion et maitrise).

                              En se basant sur ça, c'est déjà plus difficile de dire "je sais pas faire, je manque de formation" alors qu'on prétend maitriser.

                              De toute façon lorsqu'un incompétent n'est pas viré, c'est simplement parce qu'il n'est pas assez incompétent. Parce que de vrais incompétents, ou des gens pas sérieux, j'e ai vu se faire virer. Ca prend un peu de temps mais ça peut se faire.

                          • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                            Posté par . Évalué à  6 . Dernière modification : le 19/04/12 à 19:23

                            Tu es patron et tu l'as déjà mis en pratique pour être aussi sur de toi ?

                            Pour aller chercher l'insuffisance professionnelle t'as intérêt à avoir un dossier vraiment béton pour pas signer un bon gros chèque aux prud'homme. C'est d'autant plus difficile dans nos métier, où le travail produit est difficilement mesurable et où on peut très facilement plaider le manque formation.

                    • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                      Posté par . Évalué à  1 .

                      Surtout que dans le coût d'un licenciement il faut inclure
                      la "capacité de nuisance" d'un individu.

                • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                  Posté par . Évalué à  3 .

                  La seule solution trouvée a été de lui proposer un poste dans une autre équipe

                  On dit aussi "chargé de mission".

              • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

                Posté par . Évalué à  2 .

                J'ai entendu pareil pour la gendarmerie nationale. Ça fait peur: les gens sont promus parce qu'ils sont nuls!!

                Ça contredit toute théorie de promotion au mérite, ça démotive tout le monde, du coup chacun se cherche un place peinard ou on l'emmerdera pas au lieu de donner le meilleur de lui même. Je trouve ça navrant :(

    • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

      Posté par . Évalué à  4 .

      On est sur Da Linux French Page, donc autant directement ajouter un lien vers Principe de Dilbert.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Ca s'appelle le principe de Dilbert

        Posté par . Évalué à  -4 .

        On est sur Da Linux French Page

        Qui possède paradoxalement un titre en English :).
        Quel intérêt pour un non-francophone de savoir qu'il s'agit d'un site francophone? Ça me fait penser au programmeurs qui abusent de la négation conditionnelle pour la vérifier.

  • # ICT ∉ Sciences

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    On dirait que tu viens de naître. Sois le bienvenu parmi nous.

  • # Étonnant non ?

    Posté par . Évalué à  10 .

    Moi j'ai l'impression que tout le système est basé la dessus. Incompétent de la base au sommet. Plus personne ne sait reconnaître la qualité car personne n'en a consommé (produit ou service). Et quand on propose quelque chose de réfléchis; une seule réponse : c'est trop compliqué.

    • [^] # Re: Étonnant non ?

      Posté par . Évalué à  2 .

      Je crois que l'explication n'est pas si simple (sinon ça se saurait).

      J'ose espérer que les gens aux postes élevés sont compétents en quelque chose, sinon la il y aurait vraiment des soucis partout!

      La vérité c'est que les dirigeants ne sont pas compétents en tout et ne peuvent pas l’être. Du coup ils font confiance a d'autres personnes (subalternes, consultants, etc.), mais puisque les dirigeants ne sont pas compétent dans le domaine, ils ne peuvent pas juger de la compétence de cette autre personne dans le sujet donné. Donc ils peuvent facilement faire confiance a des personnes incompétentes. Ca ne te surprendra pas qu'il soit plus facile de trouver des incompétents du domaine plutôt que des gens compétents!

      De plus, les dirigeants ou chefs sont souvent des gens non issus de l'informatique, mais plutôt du métier de l'entreprise. Ils n'ont donc pas la compétences informatique mais doivent souvent gérer des projets informatiques (a tord ou a raison) donc le vivier de dirigeants/chefs incompétents en informatique ne va pas tarir.

      Enfin, si seuls les geeks démarraient les projets informatiques il y aurait moins d'incompétents mais pas forcément moins de problèmes (over-engineering, manque de communication, gestion des hommes, etc.).

      J'aime aussi beaucoup le site web sur les projets pathologiques cités par totof2000 ici:
      https://linuxfr.org/nodes/90320/comments/1342118

  • # Bof

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Des histoires dans ce genre, j'en ai à la pelle.

    Allez une. Un pote intervient sur des bases de données dans une grosse boite. Les perfs sont lamentables. Il lui faut 15 minutes pour voir que la machine manque désespérement de mémoire.
    Il fait quelques optimisations, mais recommande surtout d'ajouter de la mémoire.
    Le client (une boite qui aime les plans de réductions des coûts) commande la mémoire chez son fournisseur attitré, qui lui facture 6 fois le prix normal. Pas d'appel d'offre.
    Mémoire commandée, installée, problème résolu.
    Par pudeur, je ne dirai pas le nombre de jours qui avait été commandés pour résoudre le problème…

    Moralité : à force d'externaliser, cette boite a des informaticiens incompétents (pendant que tu colories des tableurs Excel, tu ne progresses pas vraiment en informatique), des acheteurs incompétents (pas d'appel d'offre et pas la moindre notion du prix "normal" pour de la mémoire).

    Merci, ça a fait du taf pour d'autres.

    La supériorité de Windows sur Linux http://t.co/DVzDjqwZ6B

    • [^] # Re: Bof

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      Ça c'est rien!

      Moi j'ai vu des boites déployer des solutions MS!!

      --------------> [ ]

      • [^] # Re: Bof

        Posté par . Évalué à  7 .

        Il y en a qui font pire et qui déploient Lotus…

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

        • [^] # Re: Bof

          Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

          On ne dit pas déroule dans ce cas ?

          « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

    • [^] # Re: Bof

      Posté par . Évalué à  5 .

      Ton pote est une calamité pour sa boite! Du coup elle n'a pas pu facturer les jours commandés? Pour moi c'est limite une faute professionnelle…

      • [^] # Re: Bof

        Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

        Ton pote est une calamité pour sa boite! Du coup elle n'a pas pu facturer les jours commandés? Pour moi c'est limite une faute professionnelle…

        Non c'est un investissement sur l'avenir, car l'entreprise qui est intervenue à marqué un bon point envers sont client.

        Moi j'ai ramassé des clients comme ça (ils avaient marre de se faire sucer le sang par leur prestataire)

      • [^] # Re: Bof

        Posté par . Évalué à  4 .

        Tu voulais qu'il fasse quoi ? Même en étant malhonnête je ne vois pas quelle magouille il aurait pu trouver.

        • [^] # Re: Bof

          Posté par . Évalué à  2 .

          Mon bon monsieur, c’est votre machine qui s’essouffle. Il va faloir penser à changer votre serveur.

  • # Peuvent pas attendre un peu ?

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Résultat: malgré un serveur ulta-performant, la requête ne peut obtenir les données en moins de 600secondes.

    Même si la solution est foireuse, que les données sur les 6 derniers mois prennent 600 secondes à être récupérées, on peut pertinemment trouver ça vraiment long… mais quel impact si ça prend 600 secondes ou dix fois plus ? Ils redemandent ces données toutes les minutes ? Elles sont critiques au niveau du temps d'accès ?

    • [^] # Re: Peuvent pas attendre un peu ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Je ne connais pas les détails mais je sais juste qu'il y a un timeout à 600s qui empêche la requête de s'éffectuer.

      • [^] # Re: Peuvent pas attendre un peu ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        j'ai déjà vu cela quelque part ^

        Un appli java avec un timeout très long .. tournant sous un Apache avec un timeout normal … résultat, si la requête est trop longue .. Le timeout d'Apache ferme la connexion … Ce fut dur de faire changer cette configuration …

        (même si la vraie solution aurait été de revoir la requête en question … mais c'est un autre problème … )

      • [^] # Re: Peuvent pas attendre un peu ?

        Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

        Es-tu en train de nous dire que tu émets un jugement critique sur un sujet dont tu ne connais pas grand chose au final ?

        • [^] # Re: Peuvent pas attendre un peu ?

          Posté par . Évalué à  9 .

          Ah bah s'il se prépare à faire de la politique, il faut qu'il s'entraîne…

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # Mouais...

    Posté par . Évalué à  10 .

    C'est tellement facile de se dire que "c'est tous des incompétents"…

    Mais bon, gérer une grosse boîte, c'est tellement simple, gérer un service informatique, ça se fait un mi-temps.

    Et puis la personne non informaticiennes, quand elle aura cinq mn, elle créera un système de metrologie pour base de donnée, apparemment, ça se vend des millions….

    • [^] # Re: Mouais...

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      Qu'un manager ne comprenne pas une requête SQL me semble normal.

      Mais qu'un manager puisse passer un contrat de plusieurs millions sans avoir aucune garantie de fonctionnement, c'est de l'incompétence, oui.

      • [^] # Re: Mouais...

        Posté par . Évalué à  10 .

        M'enfin là, c'est l'histoire de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours.

        Au final, et tu le dis toi même, tu n'as que peu de détails, et l'histoire t'a été racontée par une personne non informaticienne. Pour travailler dans un grand groupe bancaire, la situation est loin d'être rose, mais la plupart des gens n'ont pas idée de la complexité engendrée par un système d'information qui comprend des milliers d'applications, de serveurs, et des centaines de milliers d'utilisateurs.

        On est parfois obligé de composer entre une volonté légitime de rationaliser et d'uniformiser les outils et les besoins spécifiques. Regarder par le petit trou de la lorgnette, et pointer un problème en particulier, c'est un peu facile et ça mène pas loin.

        Ca ne m'empêche pas de m'énerver régulièrement et de pester, mais je garde en tête que derrière, c'est un gros truc.

        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par . Évalué à  5 . Dernière modification : le 17/04/12 à 22:55

          Parfois c'est avec la pression de la hiérarchie qu'il faut faire et ces moments là ne sont pas vraiment sujet à discussion philosophique sur la méthode à utiliser.

          Le manque de temps oblige à faire un truc dont l'auteur de La RACHE serait très fier. Le fait que ça soit un soft d'une multinationale n'y change rien.

        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

          De ce que j'ai vu des groupes bancaires, c'est qu'il y a effectivement des trucs énormes difficiles à gérer mais aussi beaucoup de trucs annexes plus ou moins indépendant et pas trop critiques et ces derniers ont souvent des budgets bien trop grand parce que ces budgets sont calculés sur les trucs critiques et complexes et c'est donc souvent le n'importe quoi qui prime.

          « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

      • [^] # Re: Mouais...

        Posté par . Évalué à  10 .

        Au final tu juge quelqu'un en connaissant très peu le contexte. Il peut avoir des pressions plus ou moins forte de sa hiérarchie par exemple.

        C'est toujours extrêmement simple d'arriver après coup et de dire que tout ce qui a était fait avant n'était que de la daube.

        De manière plus profonde, je trouve dommage de se borner à cette classification :

        • moi, je vois que ce qui a était fait a était nul, j'aurais certainement fait mieux
        • lui/eux, ce sont des incompétents qui passent leur temps à faire les plus mauvais choix possibles, mais bien sûr je ne suis pas dans ce groupe là

        On est tous l'incompétent d'un autre, avant de juger de manière arbitraire, je pense qu'il serait bon d'avoir l'humilité d'au moins regarder plus de contexte. C'est la situation qui est problématique, juger les Hommes sur cette seule situation qui t'a était vaguement décrite me semble dommage.

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

          C'est toujours extrêmement simple d'arriver après coup et de dire que tout ce qui a
          était fait avant n'était que de la daube.

          Le problème n'est pas ici d'arriver après la bataille et de dire c'est de la merde. Le problème c'est que visiblement les utilisateurs ont un besoin non-fonctionnel qui n'a pas été pris en compte : « la performance en terme de délais ».

          Le problème n'est pas de dire que cela ne va pas mais l'incapacité de se remettre en question et de changer les choses. Personnellement, j'apprécie les gens qui isolent les problèmes (et offrent une solution presque sur un plateau d'argent). Ce sont des gens impliqués qui veulent faire leur boulot correctement. Mais le hic c'est que la société n'aime pas le porteur de mauvaises nouvelles (Sophocles à la louche).

          C'est la situation qui est problématique, juger les Hommes sur cette seule situation
          qui t'a était vaguement décrite me semble dommage.

          Toute la vie est basée sur des informations partielles. Le tout est de savoir si la quantité d'information est suffisante. Pour moi, elle l'est pour montrer l'existence d'un problème. Mais est, par contre insuffisante, pour connaître l'origine exacte du problème. On est sur que les besoins non-fonctionnel des utilisateurs ne sont pas rencontrés. Il semble également étrange qu'une DB qui tient en RAM dans son entièreté offre des perfs aussi miteuses (il peut y avoir plusieurs causes).

          Mais en tous cas nier l'évidence d'un problème est de l'incompétence.

          • [^] # Re: Mouais...

            Posté par . Évalué à  3 . Dernière modification : le 18/04/12 à 10:28

            Le problème n'est pas ici d'arriver après la bataille et de dire c'est de la merde. Le problème c'est que visiblement les utilisateurs ont un besoin non-fonctionnel qui n'a pas été pris en compte : « la performance en terme de délais ».

            Nan pas d'après ce qui est dis plus haut. Le problème c'est que l'intégration de la solution est mal faite et qu'il y a un timeout qui pète (c'est un problème de correction du logiciel pas de mauvaises définitions des besoins). Quand un timeout pète, il y a toujours 2 solutions :

            • agrandir le timeout : je doute avoir besoin d'expliquer pourquoi c'est rarement la bonne (mais pas jamais)
            • réduire le temps de traitement : 30Gio ça me paraît léger pour mettre 10 minutes à s'exécuter, je suppute qu'il serait possible d'améliorer les performances en partitionnant la base et/ou ajoutant des indexes là où il faut ou revoir l'algorithme utilisé.

            Mais je ne vois pas pourquoi j'irais insulter les personnes impliquées.

            Pour moi, elle l'est pour montrer l'existence d'un problème.

            Tu ne m'as pas lu nier l'existence d'un problème. Je dis simplement deux choses :

            • ce n'est pas parce qu'un problème existe que tout ceux qui sont impliqués sont des incompétents ;
            • c'est dommage de chercher à diviser la population en 2 : les incompétents d'un coté, les bons de l'autre, les bons/mauvais programmeurs, etc. D'une part c'est assez peu constructif, d'autre part quand on classe quelqu'un dans la mauvaise catégorie, c'est terminé, on lui a posé notre jolie étiquette et on a tendance à ne plus l'écouter ou chercher à discuter avec lui (ben oui il est incompétent).

            Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

            • [^] # Re: Mouais...

              Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

              L'incompétence n'est pas une étiquette. Par contre, mettre des étiquettes c'est de l'incompétence. L'incompétence se mesure aux actions ou l'absence de celles-ci. Il ne faut pas non plus confondre incompétence et erreur ponctuelle. L'incompétence se caractérise par un flot continu d'aberrations. Il est indispensable d'éviter la répétition des erreurs, donc, il faut se débarrasser des incompétents (soit en les faisant devenir compétent, soit en les écartant).

              Si on est plus capable de réagir aux aberrations, l'incompétence s'installe à tous les niveaux. On se cache derrière des procédures, on dit c'est de la faut pasdechance ou toujours au service voisin, on ne résout jamais les problèmes, …

              Pour rappel, au pays des aveugles, on crève l'oeil du borgne.

              • [^] # Re: Mouais...

                Posté par . Évalué à  1 .

                L'incompétence n'est pas une étiquette.

                C'est une classification à partir de moment où l'on dit « ce gars là est incompétent ».

                L'incompétence se caractérise par un flot continu d'aberrations.

                Le journal juge justement des personnes sur un évènement ponctuel.

                Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

      • [^] # Re: Mouais...

        Posté par . Évalué à  4 .

        Qu'un manager ne comprenne pas une requête SQL me semble normal.

        Et bien je dirais ça dépend qu'est ce que manager gère. Si c'est le manager des développeur, je me fais du souci sur les prochaines embauches et pour l'avenir de la boite en général. je m'explique: j'ai lu un papier de recherche en science sociale (je ne le retrouve plus hélas!). Ce papier disait simplement qu'une personne qui n'a pas les bonnes compétences pour réaliser une tache ne sera pas non plus capable de dire si les autres personnes sont capables de bien faire cette tache.

        Dans le cas précis cité plus haut: avoir un manager des développeurs nul en développement signifie qu'il ne sera pas capable de juger le travail des développeurs sous son autorité, se trompant souvent dans la reconnaissance des mérites de chacun, mais il va aussi embaucher des développeurs incompétents! Pour finir, lorsqu'on lui présentera une bonne idée d’amélioration, il ne sera pas capable de comprendre en quoi cette idée est bonne et risque donc de la rejeter.

        Mais qu'un manager puisse passer un contrat de plusieurs millions sans avoir aucune garantie de fonctionnement, c'est de l'incompétence, oui.

        De l'incompétence grasse. Dans les 2 premiers commandements du manager: déléguer, mais surtout vérifier!

  • # VDB : Vie de barbu

    Posté par . Évalué à  8 .

    Dans des situations identiques, il faut faire attention avant de l'ouvrir
    pour éviter l'effet "maillon faible" ou tous les incompétents peuvent se
    liguer contre "celui qui dit la vérité".
    J'attends impatiemment que tout les boites passent au cloud (payer à l'utilisation ) pour voir le retour des chasseurs de prime. Après tout, si les acheteurs
    sont incentivés sur les économies réalisées, les DBAs de la mort et autres
    "optimiseurs de requêtes" vont pouvoir justifier des primes sympas.

    Est ce que ce journal sert à collecter des histoires de barbus ?
    J'en ai quelques unes en stock.

    • [^] # Re: VDB : Vie de barbu

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Au pays des aveugles, on crève l'oeil du borgne.

      • [^] # Re: VDB : Vie de barbu

        Posté par . Évalué à  2 .

        C'est ta phrase du jour ? Elle t'a bien fais rire du coup tu espère pouvoir la sortir à toutes les sauces ?

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

      • [^] # Re: VDB : Vie de barbu

        Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

        Au pays des aveugles, on crève l'oeil du borgne.

        Et dans ce même pays, les exhibitionnistes sont bien malheureux.

  • # dans le même genre

    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

    un peu plus orienté programmation, y'a le The Daily WTF

    • [^] # Re: dans le même genre

      Posté par . Évalué à  4 .

      Puisque tu en parles, une petite histoire sur l'embauche des incompétents :
      http://thedailywtf.com/Articles/Riddle-Me-An-Interview.aspx

      • [^] # Re: dans le même genre

        Posté par . Évalué à  1 .

        T'as été les voir pour les entretient et tu connais leurs équipes ? Par ce que oui les puzzles mal posés ou absurdes ça arrive, et ça fait chier. Tout comme les questions de design général. Mais en général c'est pas du tout aussi absurde que ça semble, et ça à un but dans l'évaluation.

        Ça me fait marrer de parler d'embauche d’incompétent alors que ton article parle juste des rares boîtes en informatique qui ont une démarche rationnelle et objective pour évaluer les candidats. Tu peux difficilement taxer un mec qui passe tout les rounds d'Amazon/MS/Google & co d'incompétent. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas de défaut, ou que j'aimerai bosser avec tous.

        Après les boîtes qui essaient de copier en faisant nawak bha t'inquiètes pas elles faisaient nawak avant et feront nawak après…

        • [^] # Re: dans le même genre

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          on dirait un employé Microsoft qui se sent blessé que son entreprise ne soit pas encensé pour ces merveilleuses techniques (de management).
          C'est quoi cette réaction ?

          J'ai déjà fait une rencontre avec une employé microsoft aujourd'hui sur wikipedia. Un, ca me suffit

          • [^] # Re: dans le même genre

            Posté par . Évalué à  3 .

            Tu fais complétement fausse route.

            Simplement pour avoir longtemps refusé de passer ces itw sur cette mauvaise appréciation; avoir pas mal d'anciens collègues qui ont été embauché ou pas; et avoir expérimenté moi même quelques uns; je trouve assez débile de dire qu'ils recrutent des incompétents. Les mecs qui passent sont compétents.

            Vu qu'ils ont beaucoup plus de candidats que de postes, ils peuvent se permettre d'avoir des critères de recrutement plus large que la plupart des boites. Ils ont aussi la possibilité de comparer un grand nombre de candidats sur ces critères. Ca peut mener à des faux négatif, et ils assument pleinement leur très fort taux. Mais ca n'empeche pas que sur les critères standard ils ont des exigences largement plus élevées et objectives que l'immense majorité des boites.

            Par contre tu es libre de ne pas aimer tout leurs critères de recrutement ou toute autre chose chez eux.

        • [^] # Re: dans le même genre

          Posté par . Évalué à  1 .

          Alors on se calme, je ne suis rien allé voir du tout et je ne connais rien à leurs équipes. Simplement le journal parle d'incompétence et le commentaire du dessus de TheDailyWTF. L'association des deux m'a fait penser à cette petite histoire que j'avais trouvée drôle alors j'ai partagé. Ça s'arrête là.

          Sinon pour commenter l'histoire, je peux concevoir qu'on pose des questions de 'triage' dans les entretiens d'aussi grosses société mais là ça allait un peu loin je trouve.

          • [^] # Re: dans le même genre

            Posté par . Évalué à  3 .

            Des mecs qui seront amenés à faire du troubleshooting sur des systèmes compliqués ou à créer des trucs innovants c'est pas débile de les sortir de leur zone de confort pour aller voir comment ils raisonnent et comment ils attaquent les problèmes. Y'a même pleins de questions techniques où on n'attend pas forcement de toi que tu trouves la bonne ou la meilleure réponse. En parallèle, y'en a aussi beaucoup où tu as intérêt à être bon techniquement, en CS, et très très carré.

            Dans les 3 puzzles donnés, le 2 et le 3 utilisent les même raisonnement qu'aurait un dev ou un admin pour construire sa solution même si sur la 2 y'a une astuce. Le 1 est plus abstrait mais en général ce type de question est pour les managers.

            Je défends pas le truc, j'aime pas et je suis mauvais aux puzzles. Mais c'est toujours un peu facile de critiquer et de dire que les autres sont incompétents… Mais on peut aussi faire preuve d'un peu d'objectivité et d'humilité.

  • # 3 francs 6 sous

    Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

    Commençons par le début

    Acte 1: afin de gérer son infrastructure et sa logistique, le groupe décide d'acheter une solution clé en main composées d'un ensemble de capteurs effectuant des mesures régulières et d'une base de données. […]

    je suis sûr que cette entrprise utilise Word, Excel et Access, trop produits qui sont absolument inadaptés au travail en entreprise, en subit donc une grosse pénalité de productivité. Ensuite ils utilisent certainement Windows, ce qui ajoute une pénalité de production supplémentaire. (Je n'ai pas pu attendre vendredi.)

    Acte 2: Après un an de mesure, la base de données de toutes les mesures atteint 30Go (ce qui est honnête).

    C'est assez petit. La DLR (agence spatiale en Allemagne) reçoit un To de données toutes les heures de ses appareils…

    Le manager qui a signé le contrat est le plus à risque et va donc tout faire pour que "tout aie l'air de fonctionner". Au point même de renouveller le contrat. Pour le plus grand plaisir du fournisseur.

    Il ne faut pas perdre de vue que le client a investi un temps considérable à la définition du cahier des charges, etc. et que comme il se doit, ils sont super-busy et n'ont pas spécialement envie de recommencer avec un autre, sauf s'ils sont certains que l'autre leur fournira un meilleur service.

    • [^] # Re: 3 francs 6 sous

      Posté par . Évalué à  1 .

      Ta remarque me fait penser à ça

      • [^] # Re: 3 francs 6 sous

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        En fait le phénomène récurrent est que les activités qui ne correspondent pas au cœur d'activité d'un service (on parle de grosses boîboîtes) sont souvent perçues comme inutiles ou nuisibles, car elles détournent la force de travail du cœur d'activité — et que l'outil d'évaluation du service se concentre dessus.

        Alors tout ce qui est formation du personnel, démarchange d'étudiants pour faire connaître son métier ou sa boîte, adoptions de nouvelles méthodes de travail ou d'outils… sont très difficiles! Sans parler de l'élaboration d'un cahier des charges.

  • # C'est plus courant que vous ne le croyez

    Posté par . Évalué à  6 .

    bonjour a tous,

    ce scénario est plutôt courant IRL même si celui ci est à placer en haut de la pile (au vu du tarif)

    • des commerciaux sans scrupules
    • des technico commerciaux qui transforment des besoins en licences (au lieu de bâtir des solutions)
    • de faux problèmes mais qui sont montés en épingle
    • de pseudos "experts", le vrai expert ne va pas se baigner dans la boue avec les cochons :)
    • des remèdes qui ne corrigent que les symptômes et ne traitent pas le mal
    • et pour finir des produits fermés et étanches à toutes modifications, conçu en fonction de leur potentiel de vente plutôt que de leur capacité à répondre à un besoin

    Note : toutes ressemblances avec certains produits informatiques est fait EXPRÈS

    la même chose en image => le syndrome de la balançoire

    A+

  • # Petit joueur

    Posté par . Évalué à  6 . Dernière modification : le 18/04/12 à 09:40

    Acte 3: Il est demandé d'extraire les mesures du mois dernier afin de réaliser un graphique (requête somme toute logique).

    Résultat: malgré un serveur ulta-performant, la requête ne peut obtenir les données en moins de 600secondes.

    Là où je travaille, pour avoir un graphique des capteurs, il faut envoyer un mail vers un pays étranger pour que le fournisseur de la solution tape ses codes dans un logiciel de gestion à distance et réponde avec le graphique, dans le courant de la semaine.

  • # Mauvaise organisation des entreprises

    Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

    Au lieu de sous-traiter systématiquement tout ce qui touche de près ou de loin à l'informatique sous prétexte que c'est compliqué, les entreprises devraient commencer à embaucher quelques employés qui savent utiliser un ordinateur (c'est à dire qui savent programmer).

    Résultats: les problèmes simples seraient résolus immédiatement, et les entreprises auraient des gens pour superviser les marchés pour les choses plus compliquées.

    Mais non, elles continuent à se faire entuber, et les geeks végètent en SSII.

    • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      les entreprises devraient commencer à embaucher quelques employés qui savent utiliser un ordinateur

      Si je suis d'accord dans le fond (j'ai horreur des grosses SSII), ce n'est pas forcément aussi simple que ça. En effet, lorsque ladite entreprise n'a pas la culture informatique (ce n'est pas du tout son métier), et bien c'est difficile pour elle d'embaucher des gens compétents : ils sont rares, contrairement aux incompétents qui ont appris à cacher leur incompétence (surtout à ceux qui n'y connaissent rien). J'ai vu ce cas de figure à 2 échelles ; une fois un petit service informatique de 4 personnes dans une PME de quelques centaines d'employés, et une fois un service informatique de 150 personnes pour une entreprise de la grande distribution. Dans ce 2ème cas, les plus compétents du lot arrivent difficilement à pondre une requête SQL simpliste en 3 jours… Au moins le sous-traitant on peut s'en débarrasser un peu plus facilement.

      et les geeks végètent en SSII

      Mouais. Contrairement à un ouvrier peu qualifié qui n'a pas trop le choix, un informaticien compétent peut trouver un boulot sympa s'il s'en donne la peine. S'il se contente des mêmes SSII qui embauchent tous les bras cassés, et ben il ne peut s'en prendre qu'à lui même.

      • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

        Posté par . Évalué à  3 . Dernière modification : le 19/04/12 à 22:50

        les plus compétents du lot arrivent difficilement à pondre une requête SQL simpliste en 3 jours…

        perso je trouve que c'est un problème de productivité, mais pas obligatoirement de compétences. Si la personne connait suffisamment de pointeurs pour, malgré son ignorance du domaine, avoir un résultat cohérent, perso je ne le traiterai pas d'incompétent.

        un informaticien compétent peut trouver un boulot sympa s'il s'en donne la peine

        En l'occurrence il parlait de geeks, les geeks sont souvent touche-à-tout. Prétentieusement, je ne me considère pas incompétent, mais je ne suis pas compétent non plus: mon problème, en tant que geek, c'est que je suis touche-à-tout, j'ai fait un peu de SI, du web, de l'indus, des télécoms et là du pentest… le problème d'un cv comme le mien c'est que je ne suis spécialiste en rien (ou plutôt en tout, selon les ssii ;) ). Ceci dit, à une courte expérience près, j'ai jusque-là pu éviter les ssii.

        D’ailleurs je pense que c'est également le problème des SSII: qu'une boite dont le corps de métier n'est pas l'info fasse appel à une société spécialisée me parait logique, le prob, cest que les ssii essayent de tout faire et du coup ne font rien correctement

        • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          perso je ne le traiterai pas d'incompétent

          Je me suis peut être mal exprimé : je parlais précisément de mon 2ème exemple ; ces gens ont pondu une espèce d'ERP en PHP/MySQL. Donc oui, ils sont censés savoir faire une requête SQL (et les preuves de leur incompétence sont nombreuses, mais peu importe).

          cest que les ssii essayent de tout faire et du coup ne font rien correctement

          Je n'ai pas dit le contraire ; en fait j'ai même dit que je n'aimais pas les SSII…

        • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

          Posté par . Évalué à  3 .

          D’ailleurs je pense que c'est également le problème des SSII: qu'une boite dont le corps de métier n'est pas l'info fasse appel à une société spécialisée me parait logique, le prob, cest que les ssii essayent de tout faire et du coup ne font rien correctement

          Beaucoup de SSII sont spécialisées. Il y en a que quelques unes qui font de tout.

          Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

      • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        Au moins le sous-traitant on peut s'en débarrasser un peu plus facilement.

        Encore faut-il se rendre compte qu'il est incompétent.

        « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

        • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

          Mon commentaire disait justement qu'on a le même problème avec les employés ! Si tu es incapable de comprendre que tes employés sont incompétents, tu seras incapable de savoir que ton sous-traitant est incompétent.

          D'où le fait que je dise que c'est compliqué.

          • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 . Dernière modification : le 20/04/12 à 09:39

            Je suis d'accord mais ne plus avoir d'employé qui comprennent le domaine d'expertise du sous-traitant n'aidera certainement pas à évaluer sa qualité. Les gens incompétents savent aussi râler sur l'incompétence des autres.

            « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

            • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Ah mais on est d'accord. Le pire c'est les boites qui arrivent à sous traiter leur coeur de métier où elles sont compétentes en interne, à des gens moins compétents (oui ça existe) !!

              Je dis juste que quand on n'y connait rien, embaucher ou sous-traiter sera difficile ; si le mec qu'on embauche (que ce soit pour se constituer des compétences en interne, ou pour surveiller la sous traitance) est mauvais, et bien la suite s'annonce compliquée.

              Pour la petite histoire, le SI de bras cassés a passé, au début, le plus clair de son temps à faire croire au patron que c'est nous qui étions la cause des problèmes de la bonne marche du projet (plutôt que de faire son boulot). Depuis, le patron a finit par comprendre qu'ils payaient toute une bande d'incapables depuis des années, et il cherche à dégraisser…

      • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        n effet, lorsque ladite entreprise n'a pas la culture informatique (ce n'est pas du tout son métier), et bien c'est difficile pour elle d'embaucher des gens compétents : ils sont rares, contrairement aux incompétents qui ont appris à cacher leur incompétence (surtout à ceux qui n'y connaissent rien). J'ai vu ce cas de figure à 2 échelles ; une fois un petit service informatique de 4 personnes dans une PME de quelques centaines d'employés, et une fois un service informatique de 150 personnes pour une entreprise de la grande distribution. Dans ce 2ème cas, les plus compétents du lot arrivent difficilement à pondre une requête SQL simpliste en 3 jours… Au moins le sous-traitant on peut s'en débarrasser un peu plus facilement.

        Justement, je ne parle pas du "service informatique", qui revient au même à mon avis. Mon idée est de recrtuter des gens du métier de l'entreprise, mais qui savent programmer. Je ne pense pas que ce soit si difficile à trouver que ça, si les entreprises le cherchaient vraiment. Pour moi le fond du problème est la fracture entre les "informaticiens" d'un côté et les gens du métier d'autre part.

        • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          Je ne suis pas sûr de te suivre. Tu veux dire que si une entreprise qui fait, par exemple, de l'ébénisterie, et fait toute sa gestion manuellement depuis des années, veut mettre en place une gestion informatisée (stocks, clients, commandes etc…), elle doit chercher un ébéniste qui sait programmer ?

          • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

            Non, pas exactement. Tu prends un exemple où les choses se passent plutôt bien à l'heure actuelle: un projet bien défini, 100% informatique où des tonnes de solutions toutes prêtes existent.

            Je pense plutôt aux 100 millions d'autres cas où l'informatique permettrait d'informatiser des choses, mais où il faut être du métier et informaticien à la fois pour comprendre le besoin et voir le potentiel d'automatisation. Genre le cas d'école du mec qui passe deux heures à faire des copier/coller là où une simple boucle aurait fait le travail en dix secondes.

            D'autre part, si une entreprise s'arrange pour avoir dans son personnel (managers, ingénieurs) quelques personnes qui savent programmer, alors les informaticiens que l'entreprise emploie, que ce soient des gens du service informatique ou des gens de l'extérieur, seront beaucoup mieux pilotés.

            • [^] # Re: Mauvaise organisation des entreprises

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              Tu prends un exemple où les choses se passent plutôt bien à l'heure actuelle: un projet bien défini, 100% informatique où des tonnes de solutions toutes prêtes existent.

              Non pas forcément. Quand tu te mets à utiliser un ERP, il faut beaucoup de customisation derrière quel que soit le degré de finition de l'ERP (et donc ça ne se passe toujours bien du tout).

              si une entreprise s'arrange pour avoir dans son personnel (managers, ingénieurs) quelques personnes qui savent programmer, alors […]

              Oui je suis d'accord, si elle arrive a avoir des gens qui savent en plus programmer, ça va être cool pour elle. Mais comment font les employeurs profanes en info pour savoir si un de leurs managers sait programmer ? Dans la vraie vie, le gars-qui-sait-programmer (selon le profane) c'est souvent un gars qui à réussi à faire une macro Excel. Pour l'avoir vu un bon nombre de fois, ça finit en souvent une appli interne infâme en Access ou en WinDev totalement non maintenable.

              Je ne dis pas que sous traiter change cet état de fait, je dis juste que "il suffit de trouver quelqu'un qui sait programmer" ça sonne bien, mais il n'y pas de solution magique malheureusement.

  • # De toute façon, l'incompétence EST le moteur de l'économie.

    Posté par . Évalué à  2 .

    Je suis incompétent pour réparer une voiture => je le fais faire par un mec compétent que je paie (cher) pour ça. Idem pour la plomberie.

    Autre exemple, je ne sais pas m'autopratiquer une intervention chirurgicale : je paie un spécialiste pour ça.

    • [^] # Re: De toute façon, l'incompétence EST le moteur de l'économie.

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Pas forcément, je sais monter un mur, ce n'est pas pour ça que j'ai le temps de construire ma maison. Et il y a incompétence et incompétence (la bonne et la mauvaise ;)), je ne sais pas réparer un robinet mais s'il fuit et que le plombier me dit qu'il faut changer toute la tuyauterie pour réparer ça, vu le coût du truc, je me renseigne pour savoir si c'est probable et si ça s'applique à mon cas.

      « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

    • [^] # Re: De toute façon, l'incompétence EST le moteur de l'économie.

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      Si tu veux prendre un exemple, tu imagines plutôt que tu achètes une voiture à 10x le prix du marché et que, le jour où tu rentres dedans, tu te rends compte qu'elle ne dépasse pas le 10km/h et ton concessionnaire te dit que c'est normal, qu'il faut payer des mécaniciens pour la faire monter à 15km/h.

      • [^] # Re: De toute façon, l'incompétence EST le moteur de l'économie.

        Posté par . Évalué à  3 .

        Je ne donnais pas un exemple censé représenter le cas de figure que tu as rencontré, mais juste réagir sur le titre de ton journal. Sinon, tu compares comme d'habitude un achat matériel à un service ce qui n'est pas la même chose du tout. Pour ma part je prendrais comme exemple l'achat d'un produit, avec le paiement (cher) d'une garantie prolongée qui prend en compte l'achat des pièces détachées, mais pas la main d'oeuvre pour remplacer (Faites gaffe, au passage, ça arrive).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.