Journal Tablette 2017

6
14
jan.
2017

Bonjour.
J'aimerais avoir votre avis, de façon assez large, sur le sujet des Tablettes en 2017.

On trouve aujourd'hui toute sorte de tablettes sur le marché. De l'Apple, de l'Android et du Windows (plus quelques outsider, mais un peu confidentiel quand même). Et on y vois, dans les grandes enseignes, des rayons au moins aussi grands que ceux des ordinateurs conventionnels.

C'est un système qui remplace aujourd'hui l'ordinateur conventionnel pour beaucoup de monde, et même si l'écran tactile pose de sérieux problème d'ergonomie quand on veux faire autre chose que consulter de l'information, ça n'en reste pas moins un objet pratique quand l'activité est la détente de neurone au fond du canapé.

Mais quel matériel prendre (ou même préférer) quand on est libriste, et quand on voudrais même un peu de vie privée ?


APPLE - iOS

Bon, pour l'ouverture on repasse, Pour la vie privée faut y croire, et pour le budget faut l'avoir.
Mais à côté de cela, ils semblent avoir arrêté d'innover dans ce secteur. Voir ils se concentrerais plus sur les tables (12" c'est déjà la taille de mon ordinateur, pour une tablette c'est grand), les petits appareils semblant simplement abandonné.

Google - Android

Un faux gentil qui fait de l'open source sans adopter vraiment la philosophie du libre, l'amour de Google pour nos données personnelles pouvant en refroidir plus d'un.
On y voir à peu près tous les prix, toutes les configurations, de la plus sage aux plus excentriques. Mais le support semble souvent abandonné à la sortie même du produit.

Quelques dérivés (plus éthique, plus respectueuse) existent, mais peu on vraiment parler de véritables alternatives ?

Microsoft - Windows

On ne présente plus Windows qui depuis sa version 8 essaye durement de s'adapter au monde des tablettes. Un monde encore difficile pour cet éditeur ou il essaye d'y faire revenir le monde sur le quel il est roi : Le Desktop.
Certains dirons «le bon vieux monde», mais c'est aussi souvent celui qu'on fuit les libristes.

Intel - Atom

Non pas au niveau du logiciel, mais au niveau du matériel, Intel qui c'est vu prendre son marché informatique par les ARM reviens ici à l'attaque sur le marché des tablettes et PC Hybride avec ce bon vieux x86.

Finalement cette architecture très largement connue du monde des bidouilleurs et des libristes, ne représenterais elle pas l'une des meilleures opportunité pour l'arrivée massive de nos Gnu/Linux dans ce monde ?


Comment le monde du libre (dans sa philosophie de liberté) arrive elle, aujourd'hui, à gérer ce changement ou le classique PC tombe en désuétude ?
Quels sont aujourd'hui les vrais projets viables ? Comment évolue on par rapport à ce virage de notre société numérique qui s'impose à nous ?

J'aimerais avoir le fruit de vos réflexions les plus larges possibles sur ce sujet.
Je suis certains qu'il s'y cache beaucoup de très bonne choses.

  • # La tablette : l'avers des services privateurs

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Perso je ne crois pas beaucoup à la désuétude du PC, car quand je regarde les gens (non geek) autour de moi, personne ne saurait travailler avec une machine qui n'aurait pas de clavier.

    Ça va faire comme pour toutes les « innovations » : les tablettes/smartphones créent et vont créer de nouveaux usages mais probablement pas se substituer aux PC. Ou alors vraiment pas rapidement (mais je ne lis pas l'avenir dans le marc de silicium).

    Par contre, niveau libertés informatiques, je ne suis pas optimiste :
    - le PC c'est une architecture relativement standarde avec des composants relativement interchangeables ; là ou la tablette est un monolithe (et le restera probablement car les contraintes de facteur de forme sont énormes en comparaison de la volonté de faire du standard). Donc l'univers de la tablette appauvrira la possibilité de choix des composants pour ceux qui veulent privilégier certaines propriétés dans le choix de l'assemblage.
    - La tablette c'est généralement un terminal tactile pour une appli web. C'est l'avers complet de la cloudification de l'informagique.
    - Enfin, aujourd'hui l'informagique domine car les gens ne savent pas comment fonctionne une machine. Or, la tablette c'est l'exemple roi de la playskoolisation de l'informatique. Il n'y a plus de question à poser : tu paies, tu tapes, tu sweep et c'est tout. :)

    Adhérer à l'April, ça vous tente ?

    • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

      Posté par . Évalué à -1.

      Perso je ne crois pas beaucoup à la désuétude du PC, car quand je regarde les gens (non geek) autour de moi, personne ne saurait travailler avec une machine qui n'aurait pas de clavier.

      Pour travailler, mais pour ce qui est du reste… Par ex. pour le développement web, aujourd'hui avec les media queries, on travaille d'abord pour le mobile. Voilà quelques statistiques.

      • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Euh ouais mais on travaille pour mobile, pas sur mobile.

        • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est exactement ce que j'ai dit.

          Mais bon qui sait… Un jour peut-être, on développera en parlant à un "assistant intelligent" qui se trouvera dans une plateforme mobile. Penserais-je à Jarvis ? Peut-être.

          Ou alors… Avec des lunettes de réalité augmentée.
          Ce sera déjà une chose intéressante de voir comment le design des sites Internet vont s'adapter à ce genre de supports. Il y a toujours l'option handheld pour les media queries dans css, mais qui n'est pas vraiment utilisée.

          • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

            Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 14/01/17 à 19:59.

            C'est exactement ce que j'ai dit.

            Et ça n'avait aucun intérêt en réponse au "Perso je ne crois pas beaucoup à la désuétude du PC, car quand je regarde les gens (non geek) autour de moi, personne ne saurait travailler avec une machine qui n'aurait pas de clavier." puisque les dev web qui ciblent le mobile en priorité maintenant, ne développent toujours pas sur leur smartphone mais sur un poste de travail correct…

            Mais vu le délire du dernier paragraphe je comprends que je perds mon temps. Ça avance bien Zino ?

          • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            C'est exactement ce que j'ai dit.

            Oui, sauf que le mobile, en majorité, c'est le téléphone, pas la tablette…

            Quand je vois les étudiants, la mode de la tablette a duré 1 an et aujourd'hui, y'en a plus une seule, que du laptop. Enfin si y'a les tablettes Microsoft vu qu'elle font les deux (PC et tablette)

    • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Il m'arrive souvent de définir la tablette comme un «Minitel sans fil en couleur», et c'est vrai que à part quelques applications spécifiques, ces appareils sont plus utilisé comme des terminaux internet qu'autre chose.

      Ma remarque sur la «désuétude du PC» viens des annonces régulière de la chute des ventes de ces dernier, souvent au profit des tablettes (Produit pour les quels la vente de clavier semble assez bien se porter). Mais je suis d'accord, si l'on veux réellement travailler, un vrai ordinateur est beaucoup plus confortable et même souvent nécessaire (A savoir quelle part de particulier à besoin de «travailler» sur informatique chez lui)

      Oui, on perd toute la souplesse matérielle déjà entamée par la popularisation des ordinateurs portables, mais le format n'en reste pas moins intéressant, et comme tu le dit, adapté à des usages qui se développent.

      La question est finalement celle-ci : Comment le libre s'adapte à ces nouveaux usages ?

      • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

        Posté par . Évalué à 6.

        Les ventes de pc enregistrent tout simplement parce que depuis quelques années tout le monde est équipé et que la course à la performance qui imposait de remplacer son pc tout les deux ans net plus: mon desktops à plus de 5 ans, un i5 et 16G de ram, et il est bon pour le service pour encore quelques années avant que je n'éprouve le besoin de le remplacer !

        De leur côté, les tablettes sont encore dans la course au remplacement: sous Android, une tablette de 2 ans n'a en général plus de support logiciel, dans un écosystème où une nouvelle version majeure d'un Android sort tous les 18 mois… Qui voudrait enivre tablette sous Android 3, incapable de faire tourner la majeure partie des application du playstore aujourd'hui ?

      • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

        Posté par . Évalué à 4.

        Si par travailler tu entends "pisser du code" s' est effectivement marginal, mais si on élargit à ne serait-ce que celui qui a besoin de rédiger un courrier ou un rapport, alors tout de suite tu adresses à peu près 100% des utilisateurs !

        Alors tu vas me répondre qu'on peut utiliser un vrai clavier mécanique avec une tablette et tu as raison, mais perso je ne connais aucun utilisateur de tablette équipé en un tel clavier, à part moi même: j'ai une une sais ft101, et je me suis très vite rendu compte que le clavier était très peu utilisable en pratique, car très mal intégré à l'écosystème Android (cela dit les version plus récentes d'Android s'en sortent petit peu-être mieux). De plus je n'ai jamais vraiment joué avec les suites bureautiques sous Android autrement que pour visualiser des documents mails question ergonomie on est tout de même à des années lumière des versions desktops !

        Juste pour l'anecdote, je rédige cette réponse avec le clavier virtuel de ma tablette sony z3. Cela m'aurait pris 2 minutes si j'avais allumé mon pc, ça m'en a pris plus de 10 sur la tablette…

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 18/01/17 à 16:11.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Et tu as posté ton commentaire deux fois ;)

          Dans le cadre strictement personnel (hors professionnel, associatif et passions atypiques, …) tu n'as que peu l'occasion de rédiger un rapport, pisser du code, … et finalement même la rédaction d'un courrier n'est pas courante (et se fait assez bien avec un papier et un stylo).

          L'ordinateur est pour moi un indispensable pour travailler, et donc en milieux professionnel (et encore, tout dépend de l'activité). Une grande partie des utilisateurs me semblent avoir une utilisation très simple, et une tablette, parfois avec un clavier externe.
          Je connais plusieurs personnes qui ont des claviers externes pour leurs tablette / téléphone, on en vois dans de nombreuses boutique, même mieux, ça deviens un argument sur plusieurs produit haut de gamme. J'ai le sentiment que ça se fait quand même beaucoup.

          Mais les usages sont différents.
          Même avec un petit ordinateur (12") qui traine généralement en veille dans mon sac (donc rapide à remettre en marche), il m'apporte beaucoup plus de confort pour «Travailler» ou même écrire des messages plus long que quelques mots.
          Mais malgré tout, il me faut un minimum de place pour me poser, un bout de table, parfois quelque part ou m’assoir, pour l'utiliser.
          La tablette, malgré son manque d'ergonomie dans la saisie me permet de taper facilement debout ou dans d'autres solutions improbables. C'est moins pratique mais plus polyvalent.

          J'en suis même déjà arrivé, à l'arrière d'une voiture qui me secouais activement, à ressortir la tablette pour pouvoir rédiger un texte, les vibrations m’empêchant d'utiliser correctement mon clavier.

      • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

        Posté par . Évalué à 5.

        Moi j'ai l'impression que beaucoup de monde s'est acheté une tablette pensant beaucoup l'utiliser mais qu'au final beaucoup en reviennent.

        Ma tablette me sert essentiellement de grosse télécommande multifonction + le truc plus petit et moins cher qu'un laptop qui me sert pour consulter les recettes de cuisines et que je n'ai pas peur de salir/abîmer. J'ai l'impression que c'est la même chose chez la plupart de mes connaissances. En gros on l'utilise pour lancer une vidéo ou un programme télé sur la chromecast où écuter de la musique, etc. Le truc c'est que pour ce genre d'usages les tablettes vont vite être remplacées par les "assistants à reconnaissance vocale style google home ou amazon Echo.

        Et pour ceux qui ont un smartphone haut de gamme avec grand écrans les tablettes deviennent finalement un peu trop redondantes. Le cul entre deux chaises avec un écran et un usage qui n'est pas à même de remplacer un vrai laptop pour des usages métiers, précis ou intensifs et une portabilité finalement médiocre.

        Du coup je pense que les tablettes vont continuer à exister mais que leur usage restera finalement limité. D'ailleurs alors qu'on parle de chute de vente de pc on parle aussi de croissance du marché des tablettes qui n'est pas aussi haut que celui escompté il y'a une dizaine d'années.

        • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

          Posté par . Évalué à 1.

          D'ailleurs alors qu'on parle de chute de vente de pc on parle aussi de croissance du marché des tablettes qui n'est pas aussi haut que celui escompté il y'a une dizaine d'années.

          En réalité, le marché des tablettes est en chute libre : -15% en 2016, -25% depuis 2015.

    • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Travailler sans clavier, non, mais beaucoup de gens qui utilisent l'informatique sont passifs (ils ne créent pas de contenu, ils consultent, ils regardent des vidéos, ils jouent). Pour tous ces gens là, la tablette se substitue facilement à l'ordinateur. Aujourd'hui, la majorité du trafic internet vient du mobile (source).

    • [^] # Re: La tablette : l'avers des services privateurs

      Posté par . Évalué à 0.

      personne ne saurait travailler avec une machine qui n'aurait pas de clavier

      On trouve des claviers bluetooth pour smartphone/tablette (ils fonctionnent aussi sur pc par contre il manque des touches et le comportement est légèrement différent)

      Donation Bitcoin : 1N8QGrhJGWdZNQNSspm3rSGjtXaXv9Ngat

  • # Et Ubuntu ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Il semblerait que les ordiphones et tablettes sous Ubuntu soient apparus :
    http://www.tablette-tactile.net/test/ubuntu-touch-os-165872/
    http://www.tablette-tactile.net/test/bq-aquaris-m10-ubuntu-edition-174952/

    Ça manque encore d'applis semble-t-il : avis aux développeurs ;) . Je suppose qu'il faut voir comment fonctionne les bibliothèques pour l'interface et qu'il y a quelques subtilités, mais sinon c'est du GNU/Linux comme il faut j'ai l'impression, donc plutôt un terrain connu.

    Est-ce que quelqu'un sait si SDL2 tourne dessus ?

    • [^] # Re: Et Ubuntu ?

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Ça rentre dans la catégorie des «Outsider», oui ça existe et c'est peu être très novateur (je sais pas, je connais pas) mais quand belle maman veux aller acheter un tablette dans une boutique en ville, ça se trouve pas.

      • [^] # Re: Et Ubuntu ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Ça rentre dans la catégorie des «Outsider»… mais quand belle maman veux aller acheter un tablette dans une boutique en ville

        C'était pour toi à la base, non? Ou tu es la belle-maman en question???

        Car tu disais dans ton journal:

        Mais quel matériel prendre (ou même préférer) quand on est libriste, et quand on voudrais même un peu de vie privée ?

        Dis simplement qu'Ubuntu ne te convient pas alors! Au lieu de sortir le mythe de la Michu soucieuse de ces considérations techniques et philosophiques.

        "Michu", "Belle maman"*, c'est l'excuse d'un(e) libriste qui n'est pas certains d'avoir fait le bon choix d'utiliser du LL.
        Je pari que tu utilises une distro de niche sous i3 ou XFCE avec les galères et limitations que cela implique et en appelle à la Michu pour rappeller que GNU/Linux n'est pas prêt pour le desktop. :)

        Au delà de la carricature, je pense vraiment que certaines personnes prétendues libristes déchantent ou au mieux, selon moi, fantasme le monde proprio.

        • [^] # Pourquoi ce journal

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je vais essayer d'expliquer un peu plus longuement la raison de ce journal, et sa question peu être un peu particulière.
          Les messages que j'ai trouvé en faisant mes recherches avec des mots clefs du style «Linux Tablette» sont des demandes individuelles avec une liste de caractéristiques précises pour trouver le graal.

          Mais tout le monde est différent, et tout le monde as des vie, des besoins, des attentes, des niveaux, de compétences et une sensibilité aux libertés numériques différents. L'appareil idéal de l'un sera très différent de l'appareil idéal de l'autre.

          Je n'ai mis de caractéristiques, de critères recherché. C'est une interrogation générale sur les tablette et leur coté libre dans notre monde actuel. Une réflexion un peu plus large que mon petit besoin à moi dans mon coin.


          Je suis un utilisateur et défenseur actif et engagé dans le domaine du logiciel libre (et je ne donnerais pas mon CV pour m'en justifier).

          Mais si pour moi le critère de la liberté (au sens Logiciel Libre) est un critère (important), il est loin d'être le seul. Et il n'est souvent pas un critère du tout pour de nombreuses personnes (auquel je m'évertue à vouloir donner un peu de conscience libriste).

          Des «outsider» j'en ai utilisé et en utiliserais encore probablement, des superbes concepts, qui fourmillent de bonnes idées et qui m’ont donné beaucoup de plaisir dans leur utilisation, mais qui sont les derniers de leur génération (Le Nokia N900 n'en étant qu'un exemple), quand ils n'ont pas été presque les seuls. Et je regrette même souvent le manque d'innovation et d'originalité que l'on peu trouver dans les produit du commerce.

          Donc non, personnellement, je n'aime pas la philosophie propre d'Ubuntu, te ne crois pas en leur concept de tablettes et téléphones.
          Mais j'ai vraiment envie que quelqu'un vienne argumenter pour me prouver que j'ai tord de ne pas vouloir essayer.
          Il ne va peu être pas me convaincre, mais peu être arrivera il à convaincre les lecteurs qui suivrons.


          PS : Illustration de mes dilemmes personnels autours des tablettes.
          Ma compagne qui as vu en magasin une tablette pleine de qualités avec ce qu'il faut d'originalité (Lenovo Tab 3 plus) et qui me dit «Elle est vraiment bien, elle fait envie, mais c'est du Google et niveau liberté c'est pas terrible, c'est vraiment dommage»

          • [^] # Re: Pourquoi ce journal

            Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 16/01/17 à 03:24.

            Donc non, personnellement, je n'aime pas la philosophie propre d'Ubuntu…

            Au lieu de nous enfumer avec des grands mots, défini les points bloquants.
            Si tu mets Ubuntu sur le même pied qu'Android ou iOS en terme de respect de la vie privée, je doute vraiment quant à ton critère premier et je pense que tu es simplement du camps des anti-ubuntu car ce dernier aurait réellement reussi à rendre GNU/Linux accessible au plus grand nombre. C'est apparement une honte en francophonie.

            Mais je pense surtout que tu n'as pas envie de mettre de l'argent dans une tablette GNU/Linux car tu sais ou subodores que les perfs et l'UX seront en deça d'un Android stock/touchwiz sans parler d'un iPad 3 - donc du matos "vieux" de 3 ans.
            Tu pouvais certes te le permettre à l'époque de la N900, parce que t'avais 19 ans et qu'il n'y avait pas grand chose en face et puis SSH c'etait la vie! Mais une tablette rutilente, certes plus libre* mais avec 3 apps, c'est trop chère payée** pour tes convictions de nos jours.

            Ubuntu Touch a encore besoin d'être pauffiné mais si les so-libristes ne sont pas prêt encourager la plate-forme, ils peuvent arrêter leur hypocrisie et aller acheter du Google/Apple/Microsoft.

            C'était le fond de ma pensée, j'attend ta version sans langue de bois.

            * Une vraie pile gnu/linux, de la télémétrie ultra limitée, je doute que Canonical a les même "besoins" qu'Apple/MS/Google.

            ** Toute de même 2,5-3x moins chère que la première concurrence sur ce format.

            • [^] # Re: Pourquoi ce journal

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              camps des anti-ubuntu car ce dernier aurait réellement reussi à rendre GNU/Linux accessible au plus grand nombre.

              Sans nier l'excellent travail d'Ubuntu là-dessus, Mandrake et SuSE avaient largement préparé le terrain pour ça.

              Si tu mets Ubuntu sur le même pied qu'Android ou iOS en terme de respect de la vie privée

              Certes non, mais Ubuntu a aussi des problèmes de ce côté, par exemple ici ou , même si cela ne semble pas intentionel.

              Ubuntu Touch a encore besoin d'être pauffiné mais si les so-libristes ne sont pas prêt encourager la plate-forme, ils peuvent arrêter leur hypocrisie et aller acheter du Google/Apple/Microsoft.

              Tu as raison sur le fond. Mais même les libristes veulent des fonctionnalités. Un système mobile sans beaucoup applications populaires (sans l'application de la SNCF, du Louvre, de la météo, Shazam, sans jeu célèbre, sans PagerDuty, sans l'application que vous utilisez dans votre boulot) est-il utile ? On a vu ce qu'ont donné Maemo et Firefox OS. Si tu n'as pas d'applications à utiliser, as-tu besoin d'une tablette ou d'un smartphone ? Je pense que cela explique le faible engouement pour Ubuntu Touch actuellement.

              • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                Posté par . Évalué à 3.

                On a vu ce qu'ont donné Maemo et Firefox OS. Si tu n'as pas d'applications à utiliser, as-tu besoin d'une tablette ou d'un smartphone ? Je pense que cela explique le faible engouement pour Ubuntu Touch actuellement.

                Le problème de Maemo, Firefox OS et même Ubuntu Touch, c'est avant tout qu'ils étaient mis en scène sur du matériel assez faiblard pour pas dire "de merde". Du CPU MediaTek, franchement…
                Or ces OS sont jeunes avec encore pas mal de place pour optimisation et qui misent sur le couple HTML5+JS donc il aurait fallu compenser avec du matériel moyen de gamme.
                iOS c'est natif, Android du natif et du Java avec une JVM optimisée et la tablette de base qui se respect est aux alentours des 400euros minimum, arrêtons de deconner avec "les Firefox Phone à seulement 2,99Eur et son facicule chez votre marchant de journaux"!

                Car faut pas croire, la BQ M10 (240Eur) que j'ai mis en lien c'est du bas de gamme et c'est le porte-drapeau de Canonical pour la tablette, si tu veux pas vendre, c'est la meilleure approche.

                Bref, si une compagnie veux jouer avec les grands, va falloir mettre les moyens dans le matériel ou alors penser que les libristes ont vraiment des convictions en acier et prêt à débourser pour du mauvais avant même de parler de l'OS.

                Pour repondre à la question de ce journal: Un tablette +- libre (qui ne viole pas ta vie privée) et de qualitay, c'est MORT!
                Sauf si tu es sincère dans tes convictions, tu peux prendre l'Aquaris M10 de BQ qui est le seul s'en approchant mais à 240Eur, t'attends pas à des miracles.

                • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Le problème de Maemo, Firefox OS et même Ubuntu Touch, c'est avant tout qu'ils étaient mis en scène sur du matériel assez faiblard

                  Personnellement, pour avoir eu un N900 sous Maemo et un Flame sous Firefox OS, les performances ne me posaient pas de problèmes (et leur config à leur lancement n'était pas mauvaise en regard de la concurrence). Même si on avait sans doute pas la fluidité ou la rapidité de certains smartphones, ça restait bien utilisable. Le problème, c'est que c'était des systèmes pour lesquels il n'y avait pas d'applications : finalement, un smartphone sans application, ça n'apporte rien en comparaison à un petit téléphone portable classique.

                • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                  Posté par . Évalué à 4.

                  si tu veux pas vendre, c'est la meilleure approche

                  Bopf. Je bosse dans le milieux des applis mobiles depuis qq années déjà, et ce qui me fait fuire c'est pas tant le CPU, mais:

                  • le support software: les applis tierces qui m'intéressent ne sont pas dispo. En tant que dev, faudrait que je jette un œil à leur apis, mais Apple a mit la barre tres haut après 10 ans d'iteration sur leur plateform, ca devient difficile de convaincre des devs expérimentés d'aller ailleurs
                  • le matos périphérique: qualité de l'écran, TouchID, truc magnétique qui allume l'iPad quand tu l'ouvres, durée de la batterie, qualité de construction, durée du support soft, et durée de vie générale du matos (je croise régulièrement des gens avec un ipad 1 dans Bart, et j'ai passé moi même un week end avec un ipad 1 récemment, ca tient toujours la route pour un usage léger. Un ipad 2 ou 3 sont toujours tres utilisables, et ont entre 4 et 5 ans quand même

                  Ton CPU, j'ai pas la moindre idee de ce qu'il vaut, et je m'en cogne. Je confonds régulièrement les générations de CPU apple, et je suis même pas sur lequel est dans mon air 2 sur lequel j'écris ce message, Pour être honnête, je sais pas combien de ram j'ai dans mes iTrucs, ni sur mon laptop, et je suis incapable de te dire si le CPU de mon laptop est bon ou mauvais. Et je sais meme pas si mon gpu dans mon laptop est un nvidia ou un amd.
                  Ca fait longtemps que les specs "pures" sont plus tres pertinentes, tant qu'elles sont suffisamment décentes.

                  La mauvaise nouvelle pour Ubuntu c'est que le marché d'os pour tablettes et téléphones est verrouillé: apple se taille la part du lion et rafle la majorité des profits, google vise la collection de donnees à tres large échelle, au détriment de ses partenaires. Sorti de ces 2 la, point de salut, a moins de taper dans la microniche (et encore, même dans ce cas, tu vas partir sur du android, potentiellement customisé).
                  Même Microsoft ne s'en sort pas, avec pourtant toute sa force de frappe marketing, commerciale et d'ingénierie.
                  Travailler sur Linux sur les tablettes, c'est aussi pertinent que de travailler sur Linux sur le desktop y'a 10 ans: c'est une impasse. les 40 dernières années ont marche comme ça: un nouveau marche se fait rafle pour une ou deux boîtes, le marché reste verrouillé jusqu'à la prochaine vague.

                  J'espère qu'un jour les linuxiens comprendront qu'il faut arriver le premier sur une nouvelle vague avec un produit suiffisament bon qui peut évoluer suffisament vite, plutôt que de se pointer la gueule enfarinée avec des années de retard.

                  Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

                  • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                    Posté par . Évalué à 5.

                    Ça n'existe pas "les linuxiens". Et pour pouvoir se lancer sur un marché, mieux vaut qu'une société tourne déjà et dispose de capacités d'investissement : je trouve l'existence et le travail de Canonical assez importants.

                    Sinon je suis assez content que tout le monde n'ait pas laissé tomber linux sur le bureau : ma mère est sous Ubuntu (une pure utilisatrice lambda), mes collègues-développeuses aussi (des utilisatrices beaucoup moins lambda, avec des besoins nettement plus avancés), les environnements de bureau ont fait pas mal de chemin, les outils dessus aussi.

                    Ce n'est pas parce qu'un terrain est occupé par le monde propriétaire qu'il faut lâcher l'affaire. C'est même un modèle assez courant, où une société se lance dans un logiciel propriétaire pour couvrir un besoin puis à terme le fossé finit par être comblé par des logiciels libres (ce qui limite les rentes des logiciels propriétaires au passage). Ici c'est plutôt un problème de financement : existe-t-il un marché pour des logiciels libres novateurs et comment verser de l'argent dans ces projets ? Des progrès ont été réalisés récemment, il faut poursuivre : mettre de l'argent dans des projets libres, permettre à des gens de se lancer dedans plutôt qu'attendre que le travail bénévole ait fini par rattraper le travail rémunéré du monde proprio.

                    C'est là qu'on rejoint l'importance d'organisations comme Canonical ou Mozilla, qui ont des contraintes liées au fait qu'elles doivent gagner de l'argent mais qui permettent aussi de proposer autre chose que les solutions propriétaires. Mozilla est moins en forme aujourd'hui mais elle a fait beaucoup pour l'ouverture de la toile et elle s'est lancée sur un marché bien verrouillé. Il s'agit toujours d'une bonne plate-forme pour promouvoir des standards ouverts et de bonnes pratiques (les travaux en cours sur l'anonymisation des navigateurs).

                    Je trouve très bien que Canonical se lance dans les tablettes : c'est proche de ce qu'ils savent faire, c'est abordable d'un point de vue investissement et les enjeux sont réels. D'ailleurs il ne s'agit pas juste de "nouveaux produits" mais aussi de comment tous ces produits s'intègrent à terme : il sera encore plus difficile de lancer des produits ouverts si aucun produit disponible chez les gens n'est sur le même créneau (interface, communication, …).

                    Lancer de nouveaux produits c'est bien, mais je ne suis pas sûr que ce soit le plus simple et le reste ne doit pas être abandonné : de mon point de vue on devrait plutôt leur apporter du soutien et chercher commet les financer. Canonical distribue Ubuntu gratuitement, je suppose qu'ils vendent du service derrière mais les utilisateurs d'Ubuntu peuvent faire un don aussi (les non-utilisateurs également, évidement, s'ils sont contraints à utiliser une solution propriétaire ou s'ils n'ont pas encore fait le pas). Soutenir les projets utiles (qu'on utilise ou non) est un enjeu majeur actuellement. Et même si tout n'est pas parfait (Canonical s'est égaré parfois, bien qu'elle ait tenu compte des remarques), il est plus facile de gueuler quand on contribue (financièrement ou non) que quand on ne fait que regarder et espérer.

                  • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                    J'espère qu'un jour les linuxiens comprendront qu'il faut arriver le premier sur une nouvelle vague avec un produit suiffisament bon qui peut évoluer suffisament vite, plutôt que de se pointer la gueule enfarinée avec des années de retard.

                    Sauf que la communauté et les entreprises qui font des logiciels libres n'ont pas les mêmes ressources que les gens en face et ne font pas de matériel. Même quand cela arrive, comme l'Asus Eee PC qui était seulement sous GNU/Linux à l'origine et qui avait été un des objets électroniques les plus vendus aux États-Unis d'Amérique en décembre 2007, rapidement la concurrence s'est emparée du secteur et les EeePC vendus avec Linux ont été rapidement quasi-introuvables alors qu'ils étaient plus performants et moins chers que la version Windows.

                    Bref, la communauté ne fait pas d'études de marché, n'a pas de service marketing, n'a pas d'objectifs financiers (dans son ensemble) : ce serait étonnant qu'elle arrive la première sur un marché, damne le pion à tout le monde dès le début et arrive à se maintenir.

                    De plus, Linux, Apache, MySQL etc. ne sont pas arrivés premiers dans leurs secteurs et ont réussi à se hisser tout en haut de l'affiche. Même si le démarrage est lent, le fait d'être libre permet à tout le monde de contribuer et donc en définitive d'avoir un produit de qualité.

              • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Sans nier l'excellent travail d'Ubuntu là-dessus, Mandrake et SuSE avaient largement préparé le terrain pour ça.

                Et Corel Linux était là avant!

                • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                  Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 17/01/17 à 08:20.

                  À vrai dire je n'ai jamais trop compris en quoi ubuntu a fait quoique ce soit de si extraordinaire. Je parle essentiellement des tout débuts quand ubuntu était en plein boom (Ubuntu Hoary Hedgehogs). Pour moi à l'époque Ubuntu a rendu debian un peu plus accessible via un installeur un peu moins austère mais c'est à peu près tout. Les Mandrake, Suse et Corel étaient bien plus efficace et user friendly avec des outils d'administration complet que ubuntu n'avait pas du tout à l'époque.

                  J'avoue qu'à l'époque ce qui fait que je l'ai testée et utilisé pendant quelques années c'était plus l'identité de la distrib : la signification du mot ubuntu, le thème par défaut qui changeait radicalement des looks pseudo hightech jevoudraisêtreMacOSX et le fait que ça mettait en avant un continent dont les gens se moquent régulièrement.

                  • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Ha, la dessus je peu te répondre !
                    Ubuntu, en plus de l'identité sympa et du coté nouveau venu, as fait beaucoup de travail (visible, je ne doute pas qu'une part était largement faite en amont) pour le support des ordinateurs portables et surtout du WiFi, quitte à inclure plus promptement des composants non libres.

                    On y trouvais aussi au contraire des Mandrake et Suse, par défaut un bureau Gnome sobre et fonctionel, en opposition aux KDE plutôt chargé (notament en outil maison) d'autres distributions.

                    Voici les raisons qui, à l'époque débutant, m'ont attiré vers cette distribution, et m'on fait migré (ce que n'avais pas réussi à faire Mandrake)

                    • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                      Il y a d'autres éléments à prendre en compte.
                      Mandrake à l'époque avait son club payant pour accéder à des CDs plus complets ou à des accès sur le site officiel par exemple. À l'inverse Canonical offrait des LiveCD par courrier gratuitement sur demande.

                      Canonical a également déployé de grands moyens pour promouvoir son produit et cela a fonctionné.

                      • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Il y a d'autres éléments à prendre en compte.
                        Mandrake à l'époque avait son club payant pour accéder à des CDs plus complets ou à des accès sur le site officiel par exemple. À l'inverse Canonical offrait des LiveCD par courrier gratuitement sur demande.

                        Justement, Ubuntu n'avait pas besoin de cela. Elle avait une identité sympa pas trop geek, un bureau simple avec un outil par fonction et un support matériel automatique efficace.
                        Elle ne cherchait pas à en faire des tonnes comme Mandrake ou Suse.

                        Après, Suse était lèchée mais aussi trop fournie et assez lente à matériel équivalent.

                        Ubuntu apportait donc une réponse équilibrée, pas parfaite mais mieux que ce qu'il pouvait y avoir pour le grand publique et même les utilisateur avancés selon moi (j'en étais un).

                        Finalement, il y a eu Unity et je suis moins fan mais bon, au moins, c'est leur bébé.

                  • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    À vrai dire je n'ai jamais trop compris en quoi ubuntu a fait quoique ce soit de si extraordinaire.

                    Envoyer des CD gratuits de par le monde pendant deux ans, très utiles pour les install parties alors en plein essort, et proposer une base Debian aux allergiques à RPM.

                    • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                      Posté par . Évalué à 3.

                      C'est pas faux, je me rappelle en avoir commandé et distribué aux collègues maintenant.

                  • [^] # Re: Pourquoi ce journal

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    Pour moi à l'époque Ubuntu a rendu debian un peu plus accessible via un installeur un peu moins austère mais c'est à peu près tout.

                    D'ailleurs c'était marrant parce que le fameux installeur qui était plus simple que celui de Debian était en fait… celui de Debian. Il n'était pas sorti en stable mais c'est tout. En gros on avait une SID sur un CD avec un thème marron.

  • # LineageOS et chromebook

    Posté par . Évalué à 4.

    Pour les tablettes android, il y a le tout nouveau système LineageOS qui vient remplacer CyanogenMod, qui n'est plus développé (attention avec les mises à jour, la sécurité, etc.). Ce n'est pas encore pleinement officiel (depuis Noël dernier), mais il y aura très bientôt des annonces à ce niveau. De nombreux téléphones et tablettes peuvent tourner sous Lineage. Pour les applications, il y a f-droid, qui ne demande pas de s'inscrire et qui ne fournit que des apps libres.

    Il y a peut-être aussi des choses à voir du côté des chromebook. Notamment, avec les 2 derniers de Samsung (Plus et Pro), et avec l'Asus C302 (ils sortiront en février). Ce sont des "convertibles" (avec un stylet pour les Samsung). Ce qui est intéressant (oui… Cette fois, chromebook pourra lancer des applications android), c'est que tu peux virer chrome et installer ta distribution linux. Mieux… Tu peux installer SeaBIOS sur de nombreux chromebook, et il y a fort à parier que tu pourras aussi le faire avec ces ordis avec les nouveaux processeurs Intel Skylake.

    En attendant, une "Ubuntu Tablet" compétitive…

    • [^] # Re: LineageOS et chromebook

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      Je ne connais pas vraiment l'univers Android (et en un sens je travail très activement à ne pas le connaître), mais pour moi LineageOS / CyanogenMod n'est finalement qu'un dérivé qui se voudrais un peu plus propre d'Android. Je comparerais ça à la différence entre deux distributions Gnu/Linux (Ubuntu et Debian par exemple), il y as des différence, notamment philosophique, entre les deux, mais ça reste deux système sur la même base et qui partagent beaucoup d’avantages et d’inconvénient en commun.

      La piste de Chromebook / Ultraportable / Hybride sur le quel on pourrais changer l'OS pour installer une distribution «classique» me semble intéressante. Quid de la bonne compatibilité.
      Le format 12" des appareils que tu cite est intéressant, mais, à mon goût, peu être un peu grand pour une tablette (mais elle ne se contente pas de cet usage)

      • [^] # Re: LineageOS et chromebook

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Oui LinageOS n'est qu'un dérivé de Android, mais les arguments que tu as contre Android sont:
        - "c'est pas du vrai logiciel libre", ce que j'inteprète comme "c'est opensource, mais c'est pas une communauté, ça compte pas", ce qui est justement l'inverse avec LinageOS
        - "c'est fait pour te tarcer" Il n'y a aucun élément traceur dans le code open-source d'Android, et LineageOS ne contient que ce code open-source et des drivers. Il ne contient pas les applications Google (dans le milieu on sépare "applications Google" et "applications Android", les premières sont proprios, lourdes, traçantes, les dernières n'ont pas ces défauts)

        Pour ce qui est chromebook, ChromeOS/ChromiumOS est une très bonne distrib, et libre, en l'état.
        Cependant, ChromiumOS n'a pas vraiment le pendant de LineageOS, mais c'est parce que les devs de ChromiumOS sont beaucoup plus ouverts, et intègrent bien plus facilement des modifications.

        Les chromebook, qu'ils soient en ARM ou en x86, font parties des machines les plus libres actuellement, et avec le plus de support mainline.

        • [^] # Re: LineageOS et chromebook

          Posté par . Évalué à 2.

          Pour ce qui est chromebook, ChromeOS/ChromiumOS est une très bonne distrib, et libre, en l'état.
          Cependant, ChromiumOS n'a pas vraiment le pendant de LineageOS, mais c'est parce que les devs de ChromiumOS sont beaucoup plus ouverts, et intègrent bien plus facilement des modifications.

          J'ajoute à ta liste GalliumOS.

        • [^] # Re: LineageOS et chromebook

          Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 14/01/17 à 22:15.

          Comme je le disais, c'est un monde que je ne connais pas.
          J'ai vu quelques informations sur les déboires de Cyanogen et la création précipité de LineageOS, et si la communauté doit être le point fort de cette «distribution Android/Linux», mais il faut encore le temps qu'elle se constitue (ou alors c'est juste que je ne l'ai pas trouvé).

          Je reste à priori méfiant, le tout venant de google, mais c'est peu être quelque chose à expérimenter.
          Reste, ce qui est un à priori de néophyte pour moi, les potentiel difficultés d'installation sur un matériel.

          C'est un sujet auquel il faudrait que je m’intéresse plus.
          (Mais c'est entre autre pour ce type de discourt que j'ai lancé ce sujet)

          • [^] # Re: LineageOS et chromebook

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            C'est un peu compliqué le fonctionnement chez Google, qui est une grosse entreprise avec pas mal de monde dedans. Il y a des équipes qui ont bien compris comment marche le libre et qui font ce qu'elles peuvent pour contribuer. C'est le cas pour les gens qui font Android.

            Il y a d'autres équipes qui sont plus dans une approche fermée des choses. C'est le cas pour les "Google Apps", qui sont indépendantes de Android.

            Donc, déjà si tu enlèves les Google Apps, tu obtiens un système libre (partiellement, j'y reviens) et sans traceurs de la part de Google. Tu peux installer un app store alternatif (f-droid qui ne contient que des logiciels libres, par exemple, mais il y a d'autres possibilités avec différents degrés de qualité des logiciels et de quantité d'espions dedans). Pour cela, on peut regarder du côté de AOSP (Android Open Source Project) et des divers forks, dont CyanogenMod était le plus connu, mais il y en a d'autres.

            Maintenant, il y a un autre problème, c'est d'avoir le noyau Linux a mettre en-dessous de ton Android. Contrairement à l'architecture des PC, qui est bien standardisée maintenant (avec un BIOS ou un UEFI, un bus PCI pour découvrir les périphériques, etc), sur les tablettes et en général tous les machins avec un CPU ARM, il n'y a rien de tel. Le noyau est donc, pour le moment, adapté spécifiquement à chaque matériel. Les constructeurs de matériel et les gens qui portent le noyau jouent plus ou moins le jeu du logiciel libre, et c'est là que se joue vraiment les choses (pas tellement chez Google, en fait). Donc, il faut se renseigner sur le matériel utilisé et sur la possibilité d'avoir un noyau Linux dont on dispose des sources (ça devrait être obligatoire, mais il faut avoir envie de faire un procès au vendeur de la tablette pour qu'il te fournisse les sources, bon courage).

            Et donc, si tu as envie d'être extrêmiste et de n'avoir que du logiciel libre, il te faut aller voir du côté de Replicant. C'est une version d'Android avec exclusivement du logiciel libre: pas de blobs binaires, noyau entièrement sous GPL, etc. Ils supportent un choix de matériel assez restreint, et souvent pas toutes les fonctionnalités (accélération 3D, wifi, …) par manque de drivers ou de firmware libre. Il peut être intéressant de voir quels modèles ils supportent (a priori ce sont les fabriquants les plus coopératif), mais de prendre un Android avec quelques blobs binaires pour avoir quelque chose d'utilisable, faute de mieux.

            Enfin, si tout cela ne te convient pas, il vaut mieux regarder du côté des tablettes sur une base de processeur Intel, sur lesquelles il sera plus facile d'installer un Linux plus traditionnel. Et il paraît que Gnome 3 fait de gros efforts pour être plus ergonomique sur un écran tactile, de nos jours.

            • [^] # Re: LineageOS et chromebook

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              Donc, il faut se renseigner sur le matériel utilisé et sur la possibilité d'avoir un noyau Linux dont on dispose des sources (ça devrait être obligatoire, mais il faut avoir envie de faire un procès au vendeur de la tablette pour qu'il te fournisse les sources, bon courage).

              Petite précision. La quasi totalité du temps les constructeurs de téléphones respectent la GPL. Tu peux retrouver les sources du noyau ayant servi à faire tourner ton téléphone quelque part. D'ailleurs le plus gros ne vient pas du constructeur du téléphone mais du fondeur de la puce utilisée (Qualcomm, Broadcom, nVidia et autres).

              Et le problème est là, le code source est souvent disponible mais est crade. Pas de réutilisation des infrastructures du noyau (donc intégration pourrie avec ce dernier), souvent les commits sont gros, rarement bien faits (c'est-à-dire que les fonctionnalités sont rarement bien délimitées et séparées) et bien entendu rarement maintenu (tu auras les sources pour le noyau 3.4 ou une autre version supportée, mais jamais pour la dernière).

              Du coup pour avoir un truc exploitable dans la version officielle du noyau, le travail à faire est titanesque (c'est presque plus simple de merger grsecurity). Du coup personne ne le fait et ce travail est perdu pour la communauté.

      • [^] # Re: LineageOS et chromebook

        Posté par . Évalué à 5.

        Android, machine de domination de Google, c'est un faux problème : oui, google profite d'android pour avoir la main-mise sur les informations personnelles des gens. Mais toi, en tant qu'informaticien éclairé et astucieux, tu n'es pas obligé de subir cela.

        Tu peux (ainsi que ta copine qui avait vu une tablette pas mal) simplement désactiver tous les logiciels ou services de google, et installer un magasin d'applications type f-droid. Tu peux également synchroniser un agenda, tes contacts et tes données avec un serveur perso sous owncloud (c'est ce que je fais).

        Le vrai problème, à mon sens, ce sont les pilotes et firmwares fermés, qui empêchent d'avoir facilement des OS alternatifs (type ubuntu, webos ou une distribution classique). J'ai d'ailleurs une tablette nexus 7, avec ubuntu, webos et bodhi linux (dérivé de debian), ça fonctionne pas trop mal, mais android est quand même plus pratique au quotidien.

        Chromebook, ça n'a rien à voir, c'est pour un format de netbook ou ordi portables, pas pour une tablette équipée d'un processeur ARM.

        • [^] # Re: LineageOS et chromebook

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Tu marque un (gros) point par rapport à l'anti-android que je suis.

          «Configurer sa tablette pour limiter son affinité avec l'éditeur de son logiciel» c'est déjà ce que je fait mon matériel actuel (Apple) et si je ne connais pas les possibilités de paramétrages sur un Android, je suppose qu'on doit pouvoir (avant d'en passer au «Root» de la tablette) ne pas en donner plus à Google qu'à Apple. L'avantage en plus de pouvoir installer des applicatifs hors des circuits officiels (via un format de package *.APK si j'ai bien compris)

          Comme tu le dit j'ai déjà pas mal d'outil personnels et d'habitude préservatrices par rapport à mon matériel actuel.
          Et comme je le dit souvent, il est difficile de connaître ce que l'on as pas pu utiliser et tester correctement.

          • [^] # Re: LineageOS et chromebook

            Posté par . Évalué à 6.

            Il suffit tout simplement de ne pas créer de compte google pour ta tablette android.

            • [^] # Re: LineageOS et chromebook

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Ce n'est pas simple. Il me semble que rapidement un compte google est demandé (requis?) pour accéder à certaines choses.

              • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                Posté par . Évalué à 2.

                Ça manque de précision. Quelles choses ? À part les services fournis par google (agenda, contacts et logiciels téléchargés sur le google play store), je ne vois pas ce qui est limitant dans le fait de ne pas utiliser de compte google sur une tablette android.

                J'en ai récupérée une que j'ai réinitialisée, je n'ai pas entré mon compte google, et je peux faire tout ce que je veux dessus. Il est même possible de transférer des APK depuis un autre appareil android, et donc installer ce que l'on veut.

                A priori aucune de mes données ne transite vers google, d'un autre côté c'est une rom de base (samsung), donc ce n'est pas impossible que la surcouche le fasse, mais en installant une rom alternative à la place (un jour peut-être), ça devrait limiter les risques.

                • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Si tu veux utiliser le Play store ne serait-ce qu'une fois, en revanche, tu dois renseigner une adresse Gmail.

                  • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                    Posté par . Évalué à 3.

                    oui, évidemment, c'est un service google.

                    Il est possible de sauvegarder les APK depuis un autre appareil, puis de transférer vers celui qui n'a pas de compte google.

                    À noter : si vous indiquez une adresse gmail pour avoir accès au store, une fois celle-ci renseignée, il n'est pas possible (à ma connaissance) de la retirer, il faut réinitialiser tout l'appareil pour ne plus l'avoir !

                  • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 18/01/17 à 14:32.

                    Si tu veux utiliser le Play store ne serait-ce qu'une fois, en revanche, tu dois renseigner une adresse Gmail.

                    Google vous empêche de créer des adresses mail sans donner soit un numéro de téléphone soit une adresse mail de secoure. Mais en passant par la Playstore (de google) vous pouvez créer une adresse gmail sans rien donner.
                    Il n'y a que si vous tentez d'utiliser ce mail sur youtube que google va râler et réclamer des infos personelles.

                    Par contre la Playstore récupère les identifiants de l'appareil (dont certains sont généré lors de l'installation de la ROM; couper l'accès a ces infos revient a casser la Playstore, par contre vous pouvez générer des fakes)

                    Donation Bitcoin : 1N8QGrhJGWdZNQNSspm3rSGjtXaXv9Ngat

              • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                Posté par . Évalué à 4.

                À ma connaissance seulement le playstore, google music et sinon la sauvegarde de pleins de trucs sur leurs services.

                Mais n'empêche qu'il faut garder en tête que ne pas logger de compte google ne les empêche pas de nous tracer autrement via l'empreinte digitale de l'appareil et les différents sites/services que l'on utilise evia google analytics, adsense et autre.

                • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  Ce dernier point change il vraiment avec Android spécifiquement ?
                  Pister une machine donnée via Google Analystic et AdSense, il me semblent qu'ils le font quelque soit l'OS et le navigateur. Et, à part une défense active (installer les bon additifs sur son navigateur et éviter certains sites) il me semble que tout le monde est concerné.

          • [^] # Re: LineageOS et chromebook

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Ne compare pas Android et IOS, quoique tu fasses, tu donnes ta vie privée à Apple sauf si tu laisses l'ipad éteint.

            • [^] # Re: LineageOS et chromebook

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Oui. Je te dirais que du mon coté, étant tout à fait incapable de comprendre un code source aussi complexe que celui d'Android ou de nimporte quel sysytéme d'exploitation aussi simple et libre soit il, soit j'accorde ma confiance à d'autres soit je me limite à ce que je comprend et j'en reviens au papier crayon.

              Si mon pouvoir supposé sur de libre est plus élevé, mon pouvoir réel l'est largement moins. Et même la, l'environnement 100% libre n'est aujourd'hui qu'une illusion à peine confirmée par quelques exceptions à la régle (en prenant en compte tout les problémes de firmware et de matériel libre).

              iOS est propriétaire et il faut s'en méfier ?
              Oui, et je sais à quoi m'en tenir.
              Pour Android j'ai besoin de faire le tri entre ce qui est supposé respectueux de ma vie privée, ce qui l'est vraiment, et ce qui ne l'est pas du tout (Et le flou entre ces différentes parties)

        • [^] # Re: LineageOS et chromebook

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Tu peux (ainsi que ta copine qui avait vu une tablette pas mal) simplement désactiver tous les logiciels ou services de google,

          C'est hélas faux. Il faut pouvoir rooter sa machine pour ça, ce qui rend l’exécution bien plus complexe.

          Le vrai problème, à mon sens, ce sont les pilotes et firmwares fermés, qui empêchent d'avoir facilement des OS alternatifs (type ubuntu, webos ou une distribution classique).

          libhybris a complètement rempli ce trou. Même s'il faut noter que ce n'est clairement pas grâce à Android, et que c'est une solution à-la ndiswrapper, c'est un problème à peu près résolu.

          • [^] # Re: LineageOS et chromebook

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Ho.
            Le niveau monte un peu, et j'ai un peu plus de mal à suivre.

            Le «Root» (Récupérer l'accès root sur la machine ?) semble l'étape nécessaire à la libération de l'appareil.

            Mais comment faire ? Enfin ou trouver les informations sur comment faire (Vu qu'il parrait que c'est différent sur chaque appareil) ?
            Quel en sont les avantages / inconvénients / risque ?


            Libhybris ?
            Première fois ou j'en entend parler.
            Ça veux dire que je peu installer ma distrib préféré sur n'importe quel tablette ? J'en doute quand même un peu, mais on sais jamais.

            • [^] # Re: LineageOS et chromebook

              Posté par . Évalué à 2.

              Le «Root» (Récupérer l'accès root sur la machine ?) semble l'étape nécessaire à la libération de l'appareil.

              Non, il faut d'abord obtenir du fabricant pour déverrouiller le bootloader, ensuite on peut installer une autre version d'Android. Le root n'est même pas nécessaire, on peut s'en passer et pour l'avoir il faut faire une manipulation supplémentaire en installant le binaire « SU ».

              Mais comment faire ? Enfin ou trouver les informations sur comment faire (Vu qu'il parrait que c'est différent sur chaque appareil) ?
              Quel en sont les avantages / inconvénients / risque ?

              Il faut d'abord trouver le site adéquat, propre à chaque constructeur, remplir un formulaire, attendre un mail de validation avec un code, revenir sur le site constructeur, valider le code et ensuite seulement on à le code de déverrouillage à entrer sur l'appareil en le mettant en mode debug, le démarrer sur le bootloader et utiliser ADB sur l'ordi pour envoyer la commande qui va bien sur l'appareil. Ouf ! Et oui c'est différent pour chaque constructeur, en tout cas c'était le cas pour mon téléphone Motorola et la tablette Sony…

              L'avantage est ensuite d'avoir un appareil débarrassé de toutes les applications préinstallées par le fabricant, souvent impossibles à éliminer proprement et d'être aussi débarrassé des Google apps si on veut.

              L'inconvénient est que déverrouiller le bootloader fait instantanément sauter la garantie, si tu « brique » ton appareil en faisant un fausse manip', tu peux t'asseoir dessus. Et c'est peut-être un détail, mais depuis son déverrouillage mon téléphone m'insulte à chaque allumage en affichant un message avec un gros panneau "danger" assorti d'un message me prévenant que déverrouiller le bootloader, saimal, et que s'il explose dans mes mains ou ma poche ça sera entièrement de ma faute…

              • [^] # Re: LineageOS et chromebook

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                J'ai installé CyanogenMod récemment sur un Samsung Galaxy S (pas tout récent), et ça s'est plutôt bien passé. Il y a un outil sous Linux pour remplacer le bootloader sans l'aide du constructeur. Je n'ai aucun message d'avertissement au démarrage. Et j'ai un bootloader avec un menu de secours qui me permet de faire pas mal de choses pour tenter une récupération, si jamais l'OS tombe en panne (accessible avec une conbinaison de boutons au démarrage).

                Et de toutes façons, ce téléphone n'est plus sous garantie depuis un moment. J'ai donc un téléphone plutôt correct (pas pour lancer les derniers jeux à la mode, mais pour naviguer sur internet ou écouter de la musique) et avec une version d'Android plutôt propre, pas mal configurable, et surtout, suffisamment à jour pour pouvoir y installer des applications récentes (je suis passé d'Android 2.3 fourni par Samsung avec plein d'applications SFR dedans, à un Android 4.4).

                Je pense que se renseigner sur un téléphone d'occasion pas cher et qui peut être mis à jour de cette façon, est une option intéressante si on a pas besoin de gigaoctets de mémoire et de tout plein de gigahertz (peut être un peu plus récent que le mien, tout de même). Et bien sûr si on accepte que ce ne soit pas 100% libre (le noyau Linux l'est probablement, mais il y a des firmware binaires pour le Wifi, le GPU, et le modem téléphonie).

                Ensuite, j'ai installé F-Droid et également le Play Store (mais pas les autres applications de Google, ce qui limite un peu le traçage), j'utilise le premier en priorité mais on n'y trouve pas encore des applications pour tout faire. Là, à chacun de faire son compromis comme il veut.

          • [^] # Re: LineageOS et chromebook

            Posté par . Évalué à 0.

            C'est hélas faux. Il faut pouvoir rooter sa machine pour ça, ce qui rend l’exécution bien plus complexe.

            Sur ma défunte tablette (rom d'origine) lors de l'initialisation je pouvais choisir d'installer ou non les GoogleApps. Il me semble que sur mon smartphone c'est pareil par contre certaines applications du fabricants sont imposées (dont un espace du bureau monopolisé par un lecteur de flux RSS qui se limite a une liste de média et refuse d'en ajouter d'autres)

            Donation Bitcoin : 1N8QGrhJGWdZNQNSspm3rSGjtXaXv9Ngat

    • [^] # Re: LineageOS et chromebook

      Posté par . Évalué à 5.

      J'ai une Sony Z3 tablet compat wifi avec la dernière version de cyanogenmod disponible dessus (5.1) avant la disparition du projet qui m'a laissé tout déconfit… J'attends de voir ce que va donner LineageOS pour ma tablette ainsi que mon smartphone, un Moto4G qui avait la chance d'être un des modèles les plus suivis par le projet, c'est ainsi que j'ai pu profiter d'Android en version 7.1, sympa pour un téléphone que j'ai depuis plus de deux ans et livré d'origine avec un Android 4.4.x. Rare sont les possesseurs d'appareils avec une distribution Android constructeur pouvant se targuer d'un suivi aussi long.

      Pour les applications j'utilise, pour la tablette comme le smartphone, uniquement le magasin f-droid sur lequel j'ai trouvé toutes celles dont j'ai besoin… ou pas ! Firefox et toutes ses extensions fonctionne bien dessus et pour le blocage de pub j'utilise AdAway (nécéssite un appareil rooté). Pas besoin de supporter la version Android du constructeur avec son lot d'applications inutiles et impossible à désinstaller

      Je trouve la tablette très pratique pour le surf, les vidéos ou la musique, pas besoin de sortir le PC portable et surtout d'en avoir un second pour ma chérie. C'est plus léger, maniable et autonome. Un seul bug gênant sur la tablette : la lecture de certains fichiers AVI est complètement saccadée, sans que je sache trop pourquoi, j'ai pas spécialement investigué le problème.

      En revanche, lorsque le besoin s'en fait sentir - genre pour rédiger ce message - j'ai un petit clavier bluetooth qui rend la saisie des textes bien plus confortable.

      • [^] # Re: LineageOS et chromebook

        Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 17/01/17 à 09:04.

        Euh, je suis à peu près sûr que Sony fourni de quoi compiler un Android AOSP 7.0 sur la Z3 Tablet Compact WiFi, t'as essayé/regardé?

        (Sony à ce niveau là est vraiment génial, ils supportent par ce biais tous les Xperia Z)

        • [^] # Re: LineageOS et chromebook

          Posté par . Évalué à 1.

          Non j'ai pas regardé si c'était faisable, j'avoue m'être contenté du howto sur le wiki de cyanogenmod pour l'installation et ensuite de cliquer simplement sur « mise à jour » dans les paramètres de la tablette.

          Merci du tuyau je vais aller voir sur le site « développeur » de Sony histoire de voir ce que je peux y trouver.

  • # Tablettes Apple

    Posté par . Évalué à 8.

    Bien que détestant les produits Apple (à cause de la politique d'ouverture, le marketing, l'ergonomie de leur produit qui cherche absolument la simplicité et donc qui permet de presque rien faire), j'ai malheureusement une tablette iPad à la maison (offerte à ma copine).

    Et un truc que je trouve absolument insupportable, c'est le fait que ce ne soit pas multi-utilisateur (c'est le 'i' de tous les produits Apple).
    De ce fait, je ne peux tout simplement pas l'utiliser car je ne veux pas (et elle non plus) connaitre son mot de passe ou pouvoir consulter ses mails.

    Ça fait un peu mal aux fesses pour un produit aussi cher et "révolutionnaire"…

    Comment font les familles?

    • [^] # Re: Tablettes Apple

      Posté par . Évalué à 1.

      Tu es sur ??

      Il me semble pourtant qu'il est possible de créer un compte pour son enfant qui aura moins de droit (pas acheter sur le store) que le compte adulte auquel il est rattaché.

      Après un google ou un apple qui change de condition d'utilisation à chaque mise à jour de son store :-(

      • [^] # Re: Tablettes Apple

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non non.
        Je confirme, les tablettes Apple sont mono-utilisateur.

        Il y as bien des options de restriction … si l'utilisateur de la tablette (ou autre outil Apple) est un enfant.
        Le compte adulte (de la même famille) étant généralement sur un autre appareil.

        Les tablettes Android serais multi-utilisateur ?

        • [^] # Re: Tablettes Apple

          Posté par . Évalué à 2.

          Android 6 est multi utilisateur (tablette ou non) peut-être que les versions antérieures le sont aussi.

          • [^] # Re: Tablettes Apple

            Posté par . Évalué à 2.

            Android 6 est multi utilisateur (tablette ou non) peut-être que les versions antérieures le sont aussi.

            Oui, depuis au moins la branche 4.x et cela marche nickel mais attention, les apps installées sont cloisonnées a l'utilisateur qui les a installé. Ce n'est pas plus mal.

    • [^] # Re: Tablettes Apple

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est juste pour en vendre plus, une tablette par utilisateur.
      Auquel s'ajoute l’obsolescence par le design, la nouvelle toujours plus belle!
      L'obsolescence logicielle par les mises à jour qui installent des soft conçus pour du matériel plus récent et performant.

      Prendre les utilisateurs pour des cons en leurs imposants des limites fictives, toujours dans le seul et unique but de les pousser à racheter. Se cachant derrière le masque d'une divinité technologique vénérée par des médias ignares, pour que personne ne se doute de rien.

      C'est là toute la révolution de la pomme (qui en a inspiré bien d'autres…). Mais aussi la source des maux de fesses des familles.

      • [^] # Re: Tablettes Apple

        Posté par . Évalué à 7.

        Juste pour nuancer, Apple est le champion de l'obsolescence par le design, mais on peut difficilement les accuser de promouvoir l'obsolescence logiciel. Leurs produits ont un temps de support relativement étendu par rapport aux produits de la plupart des fabricants Android. L'iPad2 a été supporté 5 ans, ce qui est énorme par rapport à la grande majorité des tablettes concurrentes.
        Et le fait que les mises à jour imposent des softs de plus en plus lourd pour le matériel, c'est comme pour les PCs. Sauf que les tablettes et téléphones évoluent aujourd'hui plus rapidement que les ordinateurs (bien que ça commence à ralentir) et donc ça se fait plus sentir, et qu'on ne peut pas installer de distribution Linux ultra-légère sur son téléphone.

        • [^] # Re: Tablettes Apple

          Posté par . Évalué à -2.

          Je n'ai jamais dit que les fabricants Android faisaient mieux. C'est une méthode qui a fait ces preuves, maintenant tout le monde veut sa part du gâteau.

          Mais ce n'est pas comme les "PCs", c'est comme Windows, normale M$ utilisait la même méthode. Rappel toi Vista, qui bouffe 1Go de RAM dès le démarrage alors que les PC de l'époque en avaient rarement plus. C'est juste pour booster les ventes.

          Les logiciels évoluent de leurs côtés et consomment plus de ressource, mais leurs installations n'est pas obligatoire et ne devrait jamais être forcée.

        • [^] # Re: Tablettes Apple

          Posté par . Évalué à 1.

          Mon seul et unique ibidule à été un iPhone 3G. Lorsque iTunes à poussé la mise à jour d'IOS 4 à la place du 3.2.3 (de mémoire) mon téléphone est devenu inutilisable: lorsqu'on m'appelait, le temps que l'un defreeze, l'appel était passé sur mon répondeur sans que j'ai pu répondre !
          J'ai du batailler pendant des jours avant de réussir à downgrader IOS (théoriquement impossible sur les imagine) et retrouver l'usage de mon appareil. Mais combien de mesdames Miche auront jette l'éponge et acheté un autre appareil ? Flambeur dans les mois qui ont suivi j'ai fini moi aussi par le remplacer car plus aucune applications n'acceptait de tourner sur IOS 3.

          Alors oui, l'obsolescence programmée par le soft est bel et bien une réalité chez Apple !

  • # Écrit depuis ma tablette

    Posté par . Évalué à 3.

    J'ai une tablette. Les +: allumage immédiat, applis prévues pour le tactile, et c'est fait pour trainer sur Internet… En mode bière à la main pour trainer sur Linux et dans le canapé, ça va.
    Les - : totalement fermé. Impossibilité d'installer Adblock (?!). Pas de vrai terminal (mais bon, sans clavier…). Monde en vase clos. Impossible de savoir ce qui se passe sous le capot.

    Conclusion: un bel objet pour ceux qui ne veulent pas faire de l'informatique.

    À côté de ça, j'ai un portable avec écran tactile. C'est finalement très bien. On surfe avec le doigt, quand il faut taper au clavier il y a ce qu'il faut, et surtout il y a un vrai OS sur lequel tu as la main! Le défaut c'est l'environnement de bureau non prévu pour le tactile (xfce dans mon cas).

    • [^] # Re: Écrit depuis ma tablette

      Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 14/01/17 à 17:40.

      Les +: allumage immédiat

      Heu… si tu ne l'éteins pas et le laisses en veille. Pareil pour mon ordi.

      Impossibilité d'installer Adblock

      Ben si, j'ai installé Firefox sur mon ordiphone et j'ai droit à toutes les extensions, dont u-block origin. Je subodore que j'aurai pu installer Adblock à la place

    • [^] # Re: Écrit depuis ma tablette

      Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 18/01/17 à 14:02.

      Sur f-droid, tu as termux comme terminal (et c'est pas le seul disponible) avec bash et zsh, gestionnaire de paquets type apt.. Avec anysoft keyboard c'est très pratique à utiliser.

      Et Adblock s'installe très bien sur firefox…

  • # CyanogenMod (LineageOS) + Lil'Debi

    Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 14/01/17 à 17:14.

    Je possède une tablette Android (ARM) sous CyanogenMod qui me permet d'aller sur le web sans avoir à allumer mon ordinateur de bureau, me sert de liseuse, et sur laquelle je peux compiler et lancer les logiciels que je développe. D'ailleurs, le logiciel que j'utilise le plus sur cette tablette est celui que je présente dans ce journal.

    Comme il s'agit d'un logiciel natif en ligne de commande, j'ai installé Lil'Debi pour disposer de l'environnement de compilation adéquat, et également pour disposer d'un environnement GNU/Linux, auquel je peux me connecter à distance via SSH. La finalité de mon logiciel est de produire un fichier HTML, et j'affiche celui-ci dans un navigateur web sous Android, ce dernier ayant accès au système de fichiers de Lil'Debi.

    À l'origine, je faisais tourner mon logiciel sur un Nokia N900, et c'était beaucoup plus simple parce que le N900 dispose d'un véritable environnement GNU/Linux. Malheureusement, l'écran du N900 est trop petit pour déchiffrer une partition. D'où l'utilisation d'une tablette, avec installation de Lil'Debi, pour me retrouver à peu prés avec le même environnent que celui du N900. Le problème, c'est que Lil'Debi rend la tablette poussive.

    Du coup, j'ai repéré une tablette Intel hybride Android/Windows, ce qui m'offre les possibilité suivantes :
    - Soit de remplacer Windows par une distribution GNU/Linux,
    - soit d'installer Cygwin pour y retrouver un environnement à la GNU,
    - soit de l'utiliser avec Android comme ma tablette actuelle, sachant qu'elle devrait pouvoir encaisser plus facilement Lil'Debi étant donné qu'elle a beaucoup plus de RAM, Windows oblige.

    Au final, je cherche l'équivalent de mon N900 en tablette 10" ou plus, et le modèle que je décris ci-dessus s'en approche le plus, sachant que j'aimerais, en plus, en lui adjoignant un trackball et un clavier, pouvoir m'en servir de machine de développement secondaire, lorsque je suis en déplacement, et qu'il faut donc qu'elle soit assez costaude…

    Développeur freelance.

  • # Astuce du jour

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    ça n'en reste pas moins un objet pratique quand l'activité est la détente de neurone au fond du canapé

    L'être humain dispose de cuisses sur lesquelles faire reposer un PC portable, donc même au fond du canapé, il est possible de rester libre!

    http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: Astuce du jour

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Ayant un canapé de gros flémard de type «Relax» ou l'on peu se mettre en position semi-allongé, je t'assure que c'est beaucoup moins pratique d'y utiliser un ordinateur portable qu'une tablette.

      Mais j'utilise par ailleur beaucoup mon ordinateur portable comme «Laptop».

      • [^] # Re: Astuce du jour

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Perso je trouve la tablette bien moins pratique car ça ne tient pas tout seul, il faut toujours avoir les deux mains prises quand on l'utilise en mobilité, avec le laptop je n'ai besoin que d'une main en général :)

        (Pas de blague toussa)

        « Je vois bien à quels excès peut conduire une démocratie d'opinion débridée, je le vis tous les jours. » (Nicolas Sarkozy)

  • # Vente de tablettes en chute libre

    Posté par . Évalué à 1.

    Comment le monde du libre (dans sa philosophie de liberté) arrive elle, aujourd'hui, à gérer ce changement ou le classique PC tombe en désuétude ?

    S'il y a bien un marché qui tombe en désuétude, c'est bien celui des tablettes.

    Outre le fait que les volumes en jeu sont très nettement inférieurs à ceux des PC, une fois l'effet de mode initial passé, les ventes se sont effondrées, et ce de manière bien plus violente et importante que celle des PC (dont la baisse est restée très contenue, et dans des limites logiques en regard de l'augmentation de la durée de vie d'un ordinateur et qui a donc moins souvent besoin d'être remplacé) : -15% en 2016 (contre -6% pour les PC), -25% sur les 2 dernières années.

    Les rares autour de moi qui s'étaient équipés d'une tablette la laissent désormais prendre la poussière, et ont racheté un nouvel ordinateur (souvent portable) à la place.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.