Forum Linux.général Linux et les enfants

Posté par  . Licence CC By‑SA.
14
4
juin
2021

Bonsoir,

C'est Trolldi, donc je me lance.

Selon vous, mettre du Linux dans les mains des enfants pour la découverte de l'ordinateur et de l'informatique en général serait-il une bonne solution pour en faire des usagers plus compétents et éclairés (tant au niveau scientifique, technique que sociétal, sur les enjeux du numérique)?

Si oui, comment pourrait-on s'y prendre et qu'avez-vous constaté en tant que parent/enseignant/… ayant tenté l'expérience?

J'espère ne pas me faire trop moinsser avec ce genre de sujet…

MdC

  • # Aucun problème en tant que parent

    Posté par  . Évalué à 6.

    Mes filles (6 et 8 ans) utilisent Archlinux sur i3 quand elles sont sur mon ordi. Elles savent lancer gcompris et pacman (le jeu, pas le gestionnaire de paquets ;) ). Elle ont aussi mon ancien laptop avec Primtux, c'est super bien, elles font des trucs… étonnants… avec TuxPaint.

    Si l'envie est là, même avec un truc rudimentaire les enfants sauront s'en sortir. Tout à l'heure la petite a tenu à ce qu'on démonte le Roomba cassé pour voir dedans… La vie de famille quoi :D.

    Je trouve ça enrichissant de pouvoir programmer et "casser" l'ordi, ce qui est plus difficile avec des environnements type tablette/iOS.

    La grande a eu un cours sur le web à l'école, elle me fait maintenant remarquer quand un site est en https "c'est bon, c'est sécurisé, papa" (d'où l'intérêt d'avoir cette info affichée dans la barre d'URL!).

    L'année dernière on a tourné une mini-série diffusée sur Youtube, en visibilité privée, c'était l'occasion de parler des questions de confidentialité.

  • # no problem

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

    Tant qu'on en reste à l'interface graphique, loin des choses techniques, je n'ai pas l'impression que ça change grand chose. Tant que ça marche pour eux, ça passe.

    Les jeunes de maintenant sont plus ouverts à d'autres interfaces. Il y a vingt ans, très peu connaissaient autre chose que Windows, et ils étaient perdus voire dégoûtés dès qu'on leur proposait un truc différent. Maintenant, ils savent qu'il y a autre chose puisqu'ils passent beaucoup de temps sur des systèmes portables, essentiellement Android, ou iOS. Donc avoir affaire à Gnome ou Plasma, ça passe. Il s'agit toujours de manipuler une souris ou un écran tactile.

  • # Je l'ai fait...

    Posté par  . Évalué à 7.

    Je suis passé à Linux (Mint/Ubuntu/Debian/Raspbian) il y a maintenant une dizaine / douzaine d'années, par dégoût de Windows et des orientations techniques prises à l'époque par Microsoft pour son OS.

    Tous les ordis de la maison ont fait le saut (et il y en a beaucoup)…

    Plus de 10 ans après, mon fils aîné , gamer, est repassé sous W. pour profiter des blockbusters qui vont bien avec ses potes. L'usage quotidien de Linux ne lui a jamais posé problème cependant.
    Ma fille cadette est restée sous Linux avec ses 2 ordis (fixe et portable) alors que durant ses études elle a été obligée de côtoyer l'écosystème Windows.
    Ma benjamine est contrainte d'utiliser les 2: Linux à la maison (avec grand plaisir) et Windows 10 sur le laptop 'lycéen'. Elle a hâte de décrocher son bac pour que je puisse virer "cette merde de Windows" du laptop et y installer à la place un OS qui fonctionne bien (ce sont ses mots).

    Pour ma part, bien qu'ayant été formé au fourbi Microsoft durant mes années SSII (multiples MCP, sur de multiples sujets), jamais je n'imagine revenir en arrière.
    Mon épouse s'en fout, tant qu'elle peut gérer les comptes du ménage (avec un antique MS Money sous Wine), surfer et faire des mails, elle est heureuse.

    Pour situer les choses, mes mômes avaient entre 7 et 15 ans lors du saut XP -> Linux Mint.

    Toute la famille a survécu ;-)

  • # Moinsage

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    Ca serait surprenant que tu te fasses moinser sur un tel sujet sur Linux.fr. Ceci dit, on n'est jamais à l'abri de surprises. Sinon, comme dit ci-dessus, le Pb au départ c'est l'école qui pousse à l'utilisation de logiciels propriétaires (on sait bien d'où vient le Pb) puis les jeux blockbusters pour être avec les copains. Par contre, dans l'enseignement technique, on passe vite à Linux. Du coup il faut souvent les deux, soit sur des PC différents soit sur le même. Pour contrer tout ça : faire la promotion des LL à l'école et à la mairie, voter pour qui va bien au Départementales pour le collège et même chose aux Régionales pour le Lycée. Sinon, contribuer à Play-it, PlayOnLinux et Wine, c'est bien aussi.

  • # De ses 3 ans à jeune adulte

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    Mon fils a appris à écrire sur le clavier pour pouvoir lancer pingus depuis la console. C'était il y a presque 20 ans.
    Il a joué sur Pingus, Penguin Racer, Gcompris, animals (en ligne de commande, c'est toujours dans les dépôts, et aussi Xmoto, SuperTux, Tuxkart, et Battle for Wesnoth, plus tard…

    Mais maintenant c'est sous Win et en réseau, rien à faire pour l'en faire décoller (hormis planquer la box).

    Au final je n'ai rien contre les jeux libres pour les petits si ce n'est pas trop prédominant dans la ronde de leurs activités.

  • # Merci

    Posté par  . Évalué à 1.

    Merci à tous les participants pour ces retours d'expérience.
    Je ne pensais pas tant à l'aspect jeux, mais vos messages me rappellent qu'ils représentent une part importante du temps passé sur PC pour la plupart des enfants/ados et pour bon nombre d'adultes :)
    Je m'interrogeais plutôt sur les bienfaits et limites de Linux concernant l'apprentissage du numérique et une éventuelle "mise en concurrence" avec l'environnement proposé à l'école (très majoritairement sous Windows)

    MdC

    • [^] # Re: Merci

      Posté par  . Évalué à 2.

      Je m'interrogeais plutôt sur les bienfaits et limites de Linux concernant l'apprentissage du numérique

      Sur ces aspects, déjà une grande partie se passe dans les navigateurs, qui sont les mêmes sur Windows et Linux (en gros Firefox et Chrome/Chromium), et les règles de base à connaître sont les mêmes quand on est en ligne quel que soit l'OS. La plupart des autres applications, tant qu'on est pas sur des trucs hyper spécialisés genre SolidWorks, c'est quand même similaire (bureautique, le mail, le dessin).

      La première fois que j'ai été face à un ordi Unix, c'était une Indy de chez Silicon Graphics, sur CDE. Le gars lance xeyes et une simulation 3D de particules dans de l'eau pour m'expliquer un peu son métier et l'apport des ordis (il était au département rétrovirus de l'institut Pasteur). Il referme le logiciel de simu en cliquant dans un coin de la fenêtre. Je lui demande comment fermer xeyes, qui n'a pas de fenêtre. Et là attention : dans un terminal, il tape un truc qui affiche les programmes avec un numéro à côté. Et il fait genre kill 342. Et xeyes se ferme. Je m'en suis jamais remis, c'est mon métier depuis plus de 20 ans.

      À cette époque, sur Windows, savoir changer le fond d'écran et la police des icônes était considéré du grand art ;).

      Le fait que sur Linux, tu as en général accès sous le capot pour t'en sortir est incroyable. Un fichier odt corrompu ? unzip et édition dans emacs ou réparation avec tidy. Un problème réseau ? Tout est visible. La haine de la société ? rm -rf / ! Bien sûr, On peut faire tout ça avec Windows, mais ce n'est pas très naturel. Sur Unix c'est fait pour.

      Et dans un registre moins passionné, comme dit dans un autre commentaire, manipuler plusieurs environnements est bien aussi. D'ailleurs on peut avoir un genre de VM Ubuntu quasi nativement sous Windows je crois.

      • [^] # Re: Merci

        Posté par  . Évalué à 3.

        eh non le mythique

        rm -rf /

        Ne fonctionne quasiment jamais car peu de système de fichiers permettent la destruction de la racine; un \rm -rf /* te garanti une restoration en bonne et due forme!

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.