Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

Posté par . Modéré par Nÿco.
Tags : aucun
0
18
fév.
2004
Linux
Le site Groklaw.net, qui s'est montré sérieux dans le suivi de la plainte de SCO vis-à-vis d'IBM, comporte une retranscription de la liste des bouts de code qu'SCO estime lui appartenir et qui seraient intégrés au noyau Linux. Cette liste mentionne les parties du code de Dynix qui auraient été copiées, mais bien sûr, code fermé oblige, on ne peut rien vérifier.

Par ailleurs, SCO avait annoncé qu'ils allaient poursuivre les utilisateurs de Linux dans les 3 mois à venir... il y a trois mois. Et l'on n'a toujours rien vu venir. La dépêche sur Slashdot fait remarquer que les parties au sujet desquelles SCO porte plainte concernent la journalisation du système de fichiers (JFS), le LVM, les entrées/sorties asynchrones, le "read copy update", et les entrées/sorties "scatter gather", bref, des morceaux qui font de Linux un système utilisable en entreprise. Si les pros (je ne suis pas développeur) veulent bien nous en dire un peu plus sur ces fonctionnalités...

Aller plus loin

  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    J'y comprends plus rien... Que deviennent les bouts que ils ont presentés avec des caracteres grecs (sic) dans leur présentation a vegas et surtout ce qu'en avait dit bruce perens ?(http://perens.com/SCO/SCOSlideShow.html(...))
    Que deviennent les bouts de code dont linus disait qu'ils étaient la depuis linux 0.0.1, et qui montraient a quel point il debutait a l'epoque ?
    • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Ils n'attaquent plus sur du code Unix - leur appartenant prétendument - inclus dans le noyal (c'est dommage, on se marrait bien...), mais sur du code écrit par IBM pour AIX/Dynix et inclus dans le noyau, en argüant que la licence Unix d'IBM ne le lui permet pas (ce code consisterait selon SCO un "produit dérivé").
      • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        SCO : Ah oui ! mais non, mais en fait si, c'est peu etre probablement ca...
        • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

          Posté par . Évalué à 3.

          Il faut lire l'excellente interview de Darl McBride, ou il compare Linux a de l'eau du robinet (gratuite). Lui prefererai vendre la meme eau, mise en bouteille.

          Cet homme fait partie de la préhistoire de l'économie. Il ne PEUT PAS comprendre comment un "produit" peut être libre. Pour lui, il FAUT un propriétaire ou ayant droit, et cela DOIT rapporter de l'argent.

          Bon, il aura essayé.

          Pour l'article, je suis une m**, j'ai paumé le lien et j'ai une googleflegme.
          • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

            Posté par . Évalué à 7.

            Pour lui, il FAUT un propriétaire ou ayant droit, et cela DOIT rapporter de l'argent.

            Linux a des proprietaires (beaucoup, chacun un morceaux), des ayants droits (a peu pres tout le monde) et il rapporte de l'argent.

            Son cote prehistorique vient plutot du cote enferme dans un labo, sous le secret, avec une strategie de management d'une grande boite...

            Kha
          • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

            Posté par . Évalué à 7.

            > l'eau du robinet (gratuite)
            Dans quel monde vit Darl!! Je la paye, moi mon eau de robinet!
            • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

              Posté par . Évalué à 4.

              Dans la réalité tu (est censé) ne paye(r) que le transport, l'épuration et autre, non l'eau en elle même...

              Ce qui traduit en distrib linux se traduit par l'achemintement, le packaging, le support technique, ...
              • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

                Posté par . Évalué à 6.

                Dans la réalité tu (est censé) ne paye(r) que le transport, l'épuration et autre, non l'eau en elle même...
                Ça c'est si tu habites dans une commune qui gère elle-même son eau. Si par contre tu habites dans une commune où Véolia, Saur ou la Lyonnaise ont la régie de la fourniture d'eau, alors oui, tu participes aussi au bon bénéfice de ces sociétés...
          • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Il préfère peut-être le feu à l'eau ?
            http://www.gnu.org/philosophy/fire.fr.html(...)
          • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

            Posté par . Évalué à 4.

            Ca me rappelle une histoire qui est arrivée en Allemagne. Un cycliste avec une gourde entre dans un McDal, demande de l'eau. Le serveur lui remplit la gourde, et lui rend en demandant 2 euros environ (le prix de l'eau minérale). Le cycliste, navré, dit qu'il voulait de l'eau du robinet, gratuite. Le serveur dit que c'est un peu trop tard, mais que bon, faut voir avec le dirlo.
            Se pointe le manager, qui après palabres et réflexion, suggère au serveur de vider l'eau payante dans l'évier et de remplir à nouveau la gourde, mais cette fois avec de l'eau gratuite.

            M
  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par . Évalué à 3.

    Finalement, je trouve que l'affaire SCO se résume à une banale histoire d'intimidation judiciaire comme on en voit tant aux USA.

    Un proverbe me vient à l'esprit : "les chiens aboient, la caravane passe". SCO peut aboyer tant qu'ils veulent, ca n'empêchera pas la caravane Linux d'avancer et de réussir.
  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Bon, bah les news sur SCO vont pouvoir passer en seconde page ...
  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par . Évalué à 10.

    Pour rappel il est bon de preciser que SCO n'a fait aucun proces a qui que ce soit pour vol de propriete intellectuelle.

    Le proces avec IBM porte sur la rupture d'un accord de non divulgation, le proces contre Novell porte sur la rupture d'une clause du contrat signée entre Novell et SCO et qui stipulait que Novell ne ferait pas obstruction aux demarches de SCO concernant la gestion des droits Unix.
    Le proces contre Red Hat porte sur diffamation et procedure abusive.

    Que devrait faire SCO pour menacer Linux ?
    1) Prouver qu'IBM a bien relache du code UNIX protege dans le noyeau Linux.
    2) Prouver qu'ils sont detenteurs des droits Unix (Pour l'instant officiellement c'est toujours Novell)
    3) Invalider la GPL (ils ont ditribue Linux par le passe)
    4) Invalider les droits de tous les developpeur du noyeau Linux sur leur code respectif (Meme si la GPL est invalidee, le code distribue par les contributeur du noyeau reste la propriete des auteurs respectifs, lesquels auteurs ont indique qu'il n'etait pas possible de lier leur code a une license payante par utilisateur/CPU)
    5) Justifier leur license Linux (La GPL interdit formellement ce genre de license, le fait de mettre cette license en vente constitue pour le coup un vol de "propriete intellectuelle", en l'occurence une offense grave au droit d'auteur).
    6) Reccuperer les droits sur l'ensemble du code Linux (meme si la GPL est morte et que les auteurs sont depossedes de leur droits, il faut encore que ceux ci (les droits) soient transferes a SCO, sans quoi la license Linux de SCO devra etre arrettee)
    7) Recuperer tous les brevets logiciels dans le noyeau linux. (Un certain nombre de contributeurs a mis leur brevets sous libre utilisation par le noyeau Linux ou par les logiciels GPL. On y retrouve notament IBM, SGI et SUN. Si la GPL est invalidee, le droit d'utilisation de ces brevets aussi. Il faudra donc reobtenir des contributeurs le droit d'utiliser les brevets pour pouvoir vendre la license Linux.)

    Ca laisse le temps de voir venir...

    Pour l'instant SCO n'a pas le droit legalement de vendre des licenses Linux
    1) A cause de la GPL
    2) Parcequ'il n'a pas les droits sur l'ensemble du code du noyeau
    3) Parcequ'il n'a pas les droits sur les quelques brevets present dans le code du noyeau et utilisable uniquement sous GPL stricte.

    Bref SCO est en position illegale flagrante et a 7 etapes a franchir avant d'inverser la tendance.

    Kha
  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Pour le coup, la liste des fichiers et les affirmations sont cette fois tres precises et assez etendu avec des noms, des dates, les features "copiées" etc ...

    Si cette "copie" est justifiée, et est jugé en faveur de SCO, alors AMHA Linux risque d'avoir des problemes aux states.

    Je ne connais pas assez Linux (ni Sequant d'ailleurs) mais il me tarde de savoir qui va repondre et comment il va repondre ...
    Bref, est ce que pour une fois les plaintes de SCO sont fondees ou pas ?
    Ils citent quand meme directement Linus Torvald et l'OSDL dans le document...
    • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Bon, desole pour le bruit...

      J'ai trouve d'autres infos, nottamment ca : http://www.computerworld.com/governmenttopics/government/legalissue(...)
      qui etait aussi paru ailleurs mais j'avais pas fait le rapprochement.

      En resume, tous les fichiers cites par SCO ont ete cree par IBM.
      SCO dit qu'IBM n'a pas le droit de le faire car ca constitue un travail derive, et que dans le contrat original UNIX d'ATT, tout travail derive appartient au proprietaire d'UNIX. (donc SCO)
      Sauf que Novell a trouve dans une vieille revue d'ATT appelee $echo une clarification de ce que ATT appelle travail derive pour UNIX.
      Et a priori ce qui est cree par les clients n'entre pas dans le cadre du travail derive.
      Donc tous les fichiers cites par SCO appartiennent bel et bien a IBM qui en fait ce qu'il veut.
      C'est aussi valable pour SGI d'ailleurs.

      Ce qui me rassure...
      • [^] # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

        Posté par . Évalué à 2.

        De toute facon, je pense que SCO est le seul a avoir eu cette interprétation. A mon avix cette clause permettait simplement de ne pas avoir a rééditer une nouvelle licence pour chaque mise a jour, patch ou autre sur leur produit UNIX, sinon ca revient a dire que AIX est la propriété de SCO et toutes les applis (pardon transaction) développé par IBM et SGI sur UNIX ... Ca ferait un joli capital logiciel.
        Et si on suit ce résonnement SCO pourrait librement vendre AIX, puisque c'est un produit dérivé.
  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par . Évalué à 1.

    Et i2bp vous connaissez?
    Parce que eux, ils avaient donné des dates et les avaient plus ou moins tenu.
  • # Re: Affaire SCO : des précisions sur le code incriminé

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    C'est marrant mais j'ai toujours cru que le LVM venait d'un boite appellée Sistina et non IBM, comment peuvent t'il accuser IBM sur un truc qu'ils n'ont pas ecrit ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.