DRM, le retour de la rareté

Posté par  . Modéré par Mouns.
Étiquettes : aucune
0
24
juin
2005
Internet
Lors de la conférence "Le libre: la porte ouverte au téléchargement" du 19 mai dernier, à Nanterre, Ludovic Pénet, vice président de l'APRIL (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre), rappelait que les Mesures Techniques de Protection ne visent en fait qu'un seul objectif: rétablir la rareté. C'est qu'il s'agit là d'un des principes servant de socle au commerce tel que nous le connaissons.

En effet, on envisage qu'un bien ne peut avoir un coût que s'il est rare, autrement dit, difficile à se procurer, autrement que moyennant finance. C'est un point de vue, partagé, défendu et mis en pratique pendant des siècles de commerce et d'échanges monétaires. Mais le logiciel libre a fait son apparition, bousculant quelque peu ces conceptions, montrant qu'une autre approche est possible. Une approche collaborative, souvent passionnée, générant une "amélioration continue" que tout bon qualiticien qui se respecte a bien du mal à obtenir dans un cadre plus "classique".

La musique a emboîté le pas au logiciel, et d'innombrables projets ont vu le jour, les uns transposant à l'identique les licences "logicielles", comme la Licence Art Libre, les autres apportant des nuances configurables aux utilisations pouvant être faites des oeuvres ainsi diffusées, comme Creative Commons. Pour autant, la guerre des DRM est loin d'être terminée. L'économie de l'abondance et les DRM

Le logiciel libre a largement montré que l'abandon de la rareté ne signifie pas nécessairement l'abandon de l'économie. C'est qu'on se place d'emblée, a fortiori avec le développement des réseaux comme Internet, dans le monde numérique. Et comme le notait à la même occasion, et fort justement, Monsieur Pénet, l'ordinateur a pour fonction première de générer des copies, et des copies des copies, et ainsi de suite. Aussi, du "point de vue" d'un ordinateur, un morceau de musique, une image ou un texte ne sont après tout que des fichiers numériques, et la raison d'être des ordinateurs en réseau est de "partager" ces fichiers pour en faciliter la diffusion et l'utilisation. On le voit, le principe de rareté est mis à mal dans un tel contexte. C'est exactement l'inverse qui se passe, à savoir abondance de fichiers, d'oeuvres, et donc de copies de ces oeuvres. C'est là le point névralgique, et toute la problématique.

Il fallait bien inventer de nouveaux moyens de "gérer", en quelque sorte, ces nouveaux modes de diffusion. C'est aujourd'hui chose faite, avec, entre autres, les deux projets cités plus haut. Ceux-ci s'appuient sur les législations existantes, ne remettant donc nullement en cause le droit d'auteur tel que nous le pratiquons par exemple en France, et permettent au plus grand nombre de donner à lire, voir ou entendre leurs créations.

De leur côté, de nombreux industriels, souhaitant prolonger au maximum les sources de profits colossaux que peuvent être les films de cinéma ou les oeuvres musicales, dépensent des budgets gigantesques pour mettre au point des "verrous" numériques, censés empêcher les copies "sauvages" ou, selon eux, "illégales", de ces fichiers. Ce sont les fameux DRM, pour Digital Rights Management. Et chacun d'y aller de son format propriétaire, de sa variante d'un standard industriel, ou d'une restriction du type "nombre limité d'écoute" ou " temps limité de vision". Il s'agit, bien sûr, de limiter, de contrôler, pour, en fin de compte, forcer l'achat, ou pire, le ré-achat!


DRM équitables?

C'est à se demander qui conseille les grands pontes de l'industrie culturelle mondiale? Pourtant, ceux qui mettent au point ces "verrous" numériques sont bien eux-mêmes des informaticiens, à tout le moins des techniciens! Ils doivent donc savoir que le "contrôle d'usage", sur Internet, ne peut pas fonctionner de manière durable. Quelque part, un autre informaticien, ou un groupement de passionnés, ou encore une start-up oeuvrant à l'amélioration de la sécurité informatique en général, se chargera de "casser" le verrou. La volonté de rendre illégal ce processus reviendrait à nier le haut niveau de sécurité auquel sont parvenus aujourd'hui les serveurs et les systèmes associés, y compris et surtout, dans le monde du logiciel libre. Cela aboutirait également à une sorte d'état de droit totalitaire, dans lequel seuls les fichiers "approuvés" et "verrouillés" seraient en circulation.

C'est à ce point de la bataille, dont les enjeux sont d'une importance capitale, que pointent à l'horizon les "DRM équitables". Il suffirait de réduire la "force" du "verrou", donc soi-dit en passant, de le rendre plus aisément "cassable", pour mériter cette appellation. l'idée consiste à faire un pas en direction des utilisateurs, en leur faisant comprendre que l'on est pas contre eux, mais qu'il faut bien contrôler un minimum, sinon la copie "sauvage" et le "piratage" auront raison de la créativité dans son ensemble. Comme un son de cloches déjà entendu.

Il serait souhaitable, par ailleurs, de laisser le terme d'équitable aux associations pratiquant et développant le commerce du même nom. Celles-ci sont bien malmenées, de l'intérieur comme de l'extérieur, et ce terme de "commerce équitable" n'a pas été choisi par hasard. Consécutivement à la "rareté" évoquée plus haut, un déséquilibre de plus en plus marqué s'est progressivement installé entre pays industrialisés et pays en voie de développement, aboutissant en de nombreux endroits du globe sur des situations absolument dramatiques, laissant loin en arrière les aspects économiques pour ne plus se consacrer qu'à la survie pure et simple. La problématique des échanges de fichiers numériques ne semble pas être, pour l'heure, concernée.

Aller plus loin

  • # concours ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

    >> pointent à l'horizon les "DRM équitables". Il suffirait de réduire la "force" du "verrou", donc soi-dit en passant, de le rendre plus aisément "cassable", pour mériter cette appellation

    Y'a pas un concours ouvert quelque part sur le net pour recenser les idées grotesquements stupides ?
    Parceque là c'est quand même l'apogée de la crétinerie en action ! Les vrais pirates se foutent d'une protection cassable...justement parcequ'elle est cassable ! Imaginons un vendeur de coffre-forts qui dirait à son client : "De toute les façons les cambrioleurs sont trop habiles alors je vous vends un coffre en carton...il ne resiste pas mais c'est juste pour vous faire payer un truc".
    • [^] # Re: concours ?

      Posté par  . Évalué à 3.

      voir aussi le nom du DRM made in Apple : "FairPlay".

      c'est bien mignon comme nom, sympatique et tout... mais pas du tout fair play pour le consommateur^Wutilisateur qui s'apercevra un peu tard des limitations qu'il aura acheté avec sa musique.
      • [^] # Re: concours ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

        Il me semble que c'est grace a ça qu'on peux lire les morceaux de music d'apple sous linux grace a un programme en python qui permet de sauvegarder les fichiers sans DRM.

        En effet, si je me rappelle bien comment marche les DRM d'apple, ceux-ci sont appliqué au moment de la sauvegarde su fichier.

        En tout cas je ne suis pas pret d'achetter leur "merde" numérique, pour moi la musique ça se résume a de la cration et pas de la remise en tube...

        En tout cas le jour où je trouverais des valses chinoises jouées sur morceaux de barils métaliques, ben je franchirais ptet le pas de sortir le porte feuille...
        En tout cas, je n'accepterais jamais que les même qui me taxe pour mon accès internet me retaxe pour de la zic sous license inacceptable qui n'a en plus aucun intérêt pour moi.

        Quand je télécharge de la zic que je l'écoute et que je fait un Maj+Suppr (suis sous kde) juste après je vois pas pourquoi je devrais payer, quand j'écoute la radio c'est pareil et je paye pas.

        Ces gens continuent de croire dans un modèle économique dépassé depuis des années (3ans et l'arrivée du p2p).

        Comme dis par un expert en sécurité informatique (Thomas Xavier Martin) dans un conférence pour l'université de tous les savoirs dans un précédent post ici, pourquoi devons-nous a payer pour la musique?
        Les artistes continueront toujours de créer car c'est leur volonté, il y aurra toujours des rémunérations indirectes pour eux (concert, autographe, etc...).

        De plus pourquoi payer des majors qui rémunères les artistes a hauteur de 0.001%, se prennent 90-99% de marge bénéficiaire, rémunère leur patron incapable de se remettre en question 15M¤ (M. Negre) ?

        Et bien aujourd'hui je suis fier que je ne pirate pas spécialement (je regarde surtout du fansub non licencié) et je continuerais de faire tout pour protéger les utilisateurs du petit réseau p2p que j'anime contre une loi qui n'est plus la nôtre.

        On parle aujourd'hui de nouvelle constitution française et européenne, pourquoi serais-je encore en accord avec les escrocs qui tentent de nous maintenir sous leur contrôle ?
        Pour moi la loi n'est là que pour nous permettre de vivre en comunauté et agir pour le bien de la comunauté, quand même le président de la république est incapable de la respecter pourquoi devrions nous accepter les nouvelles règles qu'ils tentent de nous appliquer alors qu'ils ne les respectent même pas...

        Je continuerais de respecter la loi du monde réel car elle est simple a appréhender et nécessaire.
        En revanche, leur lois stupides non réfléchies pour rattraper la liberté acquise et permettre au riches et puissant de gagner encore de l'argent sur notre dos NON.

        il y a eu la révolution de l'électricité,
        de l'électronique,
        de la cassette audio,
        du cd,
        du cd gravé,
        d'internet,
        du logiciel libre,
        de la génétique...

        A chaque étape de l'évolution par bon de l'homme il y a eu des gens qui ont tenté de la freiner (l'église pour galilé), aujourd'hui c'est une organisation nommée RIAA, MPAA, etc...
        Personne n'arrêtera l'évolution même pas eux, malgré leur carte d'identification numérique, comment ça le tatouage nazi c'est pareil ?
        Ils ne pourront pas tous nous mettre ne prison, une fois de plus ne laissons pas ces gens bien-pensant gagner, remettons les en question, ils finiront bien par changer et si universal coule et bien tant pis, des pme la remplacerons bien avantageusement...
        • [^] # PlayFair / Hymn

          Posté par  . Évalué à 4.

          Le programme permettant de contourner FairPlay était nommé PlayFair. Il a été retiré Web suite à une plainte d'Apple, et maintenant il y a "Hymn" qui a repris le flambeau (sous GPL) :
          http://www.hymn-project.org/(...)
    • [^] # Re: concours ?

      Posté par  . Évalué à 0.

      > Parceque là c'est quand même l'apogée de la crétinerie en action !

      Tout doux quand même, enfin moi j'avoue ne pas franchement comprendre vraiment à quoi ces "DRM équitables" font référence¹. Peut-être que Dominique pourrait nous en dire plus avant qu'on lynche l'idée, non ?

      ¹ à moins que ça ne soit de ça qu'il s'agisse ? :
      http://www.ratiatum.com/p2p.php?article=2223(...)
      • [^] # Re: concours ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

        d'après ce que j'ai compris de la news c'est plutot un système du type : "oui on sait que le DRM ne marche pas techniquement car il est toujours cassé mais on met quand même un DRM minimum pour constituer une barrière minimale contre les pirates : c'est le concept de DRM équitable"

        Si c'est bien ça alors je réitère : c'est complètement grotesque !
        Mettre une protection inefficace pour faire comprendre que l'on est pas contre eux, mais qu'il faut bien contrôler un minimum est idiot car justement la protection ne marche pas et donc elle ne fait rien comprendre du tout.
        • [^] # Re: concours ?

          Posté par  . Évalué à 6.

          Mettre une protection inefficace pour faire comprendre que l'on est pas contre eux, mais qu'il faut bien contrôler un minimum est idiot car justement la protection ne marche pas et donc elle ne fait rien comprendre du tout

          Sans compter que son inefficacité ne l'empêche pas de compliquer la vie des utilisateurs honnêtes.
  • # penser autrement ...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    En effet, on envisage qu'un bien ne peut avoir un coût que s'il est rare, autrement dit, difficile à se procurer, autrement que moyennant finance.

    Petit exemple :

    Si on prends un boulanger. On lui dit : "C'est pas compliqué : on te donne tout ce dont tu as besoin pour faire ton pain, en echange, au lieu de le vendre tu le donne. Certes les premiers temps tout le monde va se jeter dessus, mais quand ils seront rassasiés, ils vont se calmer et se moderer."

    Il va se passer quoi ?

    La grande question, de quoi il va vivre ? Simple, si tout le monde fait comme lui ...
    Mais comment alors obliger les gens a travailler si ils peuvent vivre sans en avoir besoin ? Simplement par devoir ? C'est pas gagné malheureusement ... /o\
    Les limites de la nature humaine !

    Si qqun a une idée ...
    • [^] # Re: penser autrement ...

      Posté par  . Évalué à 5.

      Ce n'est pas comparable...

      La rareté se rapporte au fit qu'il existe une limite physique à la disponibilité d'une ressource (le pain, la farine, le blé...) et l'argent propose un moyen simple pour limiter les ressources qu'un individu donné peut utiliser.

      Evidemment, la musique et les programmes, comme tout ce qui est numérique n'est pas à proprement parler une ressource, puisqu'il n'y a pas de limite à sa disponibilité.

      La solution avait jusque là été d'associer toute donnée à un support physique, qu'il faut fabriquer. Maintenant que les majors veulent distribuer leurs données sans support, ça ne marche plus.
      • [^] # Re: penser autrement ...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

        La rareté se rapporte au fit qu'il existe une limite physique à la disponibilité d'une ressource (le pain, la farine, le blé...) et l'argent propose un moyen simple pour limiter les ressources qu'un individu donné peut utiliser

        Le probleme est que l'argent est aussi devenu un bien physique qui se moneille. On derive vachement du principe initial quand on voit les cours de la bourse, des parts d'entreprises, stock options etc ...
        Pourquoi un travailleur gagne t il moins qu'un ministre ? si l'argent était la pour limiter les acces a une ressource, pourquoi plus le limiter pour certains que pour d'autres ? sous quel motif ?

        Quand on voit que des domaines comme la recherche spatiale son limites par des question de budgets alors que notre avenir passe (je l'espere sinon ca va etre triste) par une expansion hors de notre bonne vieille terre, pourquoi se brider avec des concepts de monnaie ?
        Quand des enfants meurent de faim (un toutes les 3 secondes dit on), pourquoi les laisser crever alors que d'autres souffrent d'obesité ?
        Tout ca pour des questions de limitations de budget, des limitations que nous nous sommes nous meme imposés comme des cons ...

        Bon, la je derive un peu trop du sujet de la news je crois ...

        ---------------->[]
        • [^] # Re: penser autrement ...

          Posté par  . Évalué à 4.

          > Pourquoi un travailleur gagne t il moins qu'un ministre ? si l'argent était la pour limiter les acces a une ressource, pourquoi plus le limiter pour certains que pour d'autres ? sous quel motif ?

          Parce qu'il y a des competences plus rares que d'autres?
          • [^] # Re: penser autrement ...

            Posté par  . Évalué à 10.

            Bof, les ministres dont les compétences sont rares, c'est pas vraiment ce qui manque en ce moment.
        • [^] # Re: penser autrement ...

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

          << On derive vachement du principe initial >>

          Ouaip. Pareil pour les brevets. Au depart, c'est un principe pour stimuler le partage des decouvertes, avec la contrepartie d'une remuneration financiere pour l'exclusivite.
        • [^] # Re: penser autrement ...

          Posté par  . Évalué à 3.

          Quand des enfants meurent de faim (un toutes les 3 secondes dit on), pourquoi les laisser crever alors que d'autres souffrent d'obesité ?
          Tout ca pour des questions de limitations de budget, des limitations que nous nous sommes nous meme imposés comme des cons ...


          bof, ne pas être capable de déplacer *toute* la nourriture nécessaire des lieux de production à *tous* gens qui crèvent de fin, c'est pas un problème de budget, c'est une vraie limite du monde physique... et puis t'as envie toi de passer ton temps sur un bateau à balader des tonnes de blés sans avoir de femme, d'enfants et de maison?

          sans parler de tous les endroits où la famine est entretenue par la guerre plus que par l'incapacité du sol à fournir à manger...
          • [^] # Re: penser autrement ...

            Posté par  . Évalué à 4.

            sans parler de tous les endroits où la famine est entretenue par la guerre plus que par l'incapacité du sol à fournir à manger...

            Ni par les dirigeants qui s'engraissent royalement sur le marche "humanitaire" en laissant son peuple crever de faim.
            Comme disait mon prof d'hist ge au moent du bac (2001 ca remonte quand meme :-D) "maintenant les famines sont presques toutes politiques".
    • [^] # automatisation et économie monopolisée

      Posté par  . Évalué à 6.

      La gratuité totale semble en effet un peu lointaine.
      Il y a une solution plus réaliste aujourd'hui: travailler moins grace à l'automatisation (machines, informatique, techniques améliorant la productivité, science...).

      Mais la concentration de l'économie vitale (énergie,eau,aliments, médicaments,communications,...) dans les mains de cartels (monopoles ou oligopoles) fait que ceux-ci peuvent pratiquer des hausses de prix et des baisses de salaire, même quand leur coûts diminuent grace à l'automatisation.
      Du coup l'automatisation profite surtout à ces cartels, et très peu à nous.
    • [^] # Re: penser autrement ...

      Posté par  . Évalué à 2.

      "Mais comment alors obliger les gens a travailler si ils peuvent vivre sans en avoir besoin ? Simplement par devoir ? C'est pas gagné malheureusement"

      Une autre solution ... ne pas obliger les gens à travailler, ils creeront simplement par plaisir. Et faire du pain ou des pizzas c'est bien sympa (et encore plus pour les partager avec les autres).
  • # ...

    Posté par  . Évalué à 3.

    Ils doivent donc savoir que le "contrôle d'usage", sur Internet, ne peut pas fonctionner de manière durable. Quelque part, un autre informaticien, ou un groupement de passionnés, ou encore une start-up oeuvrant à l'amélioration de la sécurité informatique en général, se chargera de "casser" le verrou.

    Ben oui ils jouent au chat et a la souris et le but c'est de faire tenir la protection le plus longtemps possible pour pouvoir proteger les oeuvres recentes pendant leur apogee (x premier mois).

    En suivant ce raisonnement on pourrais dire, a quoi bon utiliser des algos de cryptage il seront casse dans X annees...

    On peut par exemple regarder les DRM sur les jeux video qui sont la depuis tres longtemps et qui risque de l'etre pendant encore longtemps.

    PS : le parallele logiciel/musique au niveau colaboratif me parrait un peu ossé : autant un logiciel peut etre developpé avec x codeurs et avec des personnes qui rapportent des problemes autant au niveau artistique je ne vois pas...
    • [^] # Re: ...

      Posté par  . Évalué à 3.

      Et pourtant c'est ce qu'il c'est passé avec Our lives change, voici l'article de Framasoft qui en parle :
      http://www.framasoft.net/article3793.html(...)
    • [^] # Re: ...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Le travail collaboratif sur une "oeuvre", par exemple (quasi-tétracapillotracté mon exemple mais bon) :
      https://linuxfr.org/~Space_e_man/18571.html(...)

      Dans ce cas, c'est une image voire une vidéo générée par ordinateur (on reste dans le thème de la dépêche). Si le thème de l'image initiale te convient et te permet d'en créer une autre (voir toutes les déclinaisons de Tux existantes...), tu as 2 oeuvres, la seconde n'aurait peut-être pas existé sans la première (voire sa disponibilité libre dans le cas qui nous intéresse).
      Pour les images de synthèse, je ne crois pas que dans les studios de ILM (Lucas Films...) il n'y ait qu'une seule personne, ce sont plutôt des équipes.

      Pour la musique, idem : penser aux samplers, aux remix, ... même si c'est un peu plus tordu (soit on a l'oreille musicale, soit on ne l'a pas...).

      Dans ces cas artistiques, je le vois plus comme un moteur pour un artiste de se faire connaître et d'inviter à participer à son oeuvre (un peu le donnant donnant...). Après il lui faut trouver les compléments pour vendre son produit : faire des concerts, trouver des contrats faisant appel à ses qualités artistiques spécifiques.
      Finalement, ce n'est pas forcément si loin de la notion de service en informatique...
  • # Rareté et propriété

    Posté par  . Évalué à 6.

    De manière générale les DRM permettent plus que de rétablir la rareté.

    L'information (donc la musique, la video, les logiciels) violent allègrement les principes fondamentaux de la propriété que sont la "rivalité" et "l'exclusivité". J'ai pu par le passé poussé le raisonnement dans quelques articles que j'avais commencé (http://n.chapin.free.fr/index.php?2005/04/07/12-le-disque-est-mort-(...) mais pas poussé plus loin faute de temps. Pour résumé en gros, comme l'information dans son essence viole les principes fondamentaux de la propriété, tout les bons vieux modèles économiques tendent à être mis en échec par celle-ci: en gros on peu saisir un ordinateur (ou tout autre support physique) mais pas un fichier circulant sur internet (une information).

    Hors les DRM permettent de rétablir ces principes en empéchant la copie ("exclusivité") et le partage des fichiers ("rivalité"). Les maisons de disques peuvent dès lors revenir aux bons vieux modèles économiques que les maisons de de disques connaissent. De plus cela s'applique à tous les contenus (video, musique, texte). Finis les fuites de documents génants dans la presse.

    Mais personnellement je pense que toutes les tentatives de DRM sont vouées à l'echec. Par essence l'information est indépendante de son support de transmission et à un moment ou un autre elle doit être transmise sous une forme compréhensible par un être humain (onde sonore, flux de photons) donc s'échapper de la cage imposée par les technologies DRM.

    Il suffit alors de l'intercepter pour s'absoudre de la technologie de DRM sans avoir à violer un quelconque brevet ou licence. A moins évidement que l'on impose des cerveaux DRM compliant :)

    Dans tous les cas ceux qui veulent violer les droits d'auteurs (ex: l'industrie de la contrefaçon en Chine) pourront toujours le faire. Les DRM ne font que limiter les libertés des simples gens (je ne dis pas honnête car violer les droits d'auteurs c'est mal(tm)).
  • # Cross-posting

    Posté par  . Évalué à 4.

    Dominique Godon a pour habitude de cross-poster à foison. Le texte ici publié a déjà été envoyé à diverses listes de diffusion, à l'identique.

    C'est limite casse-couilles : quand on répond à un tel texte, il faudrait s'emmerder à répondre sur tous les supports utilisés par l'auteur. Bien sûr, celui-ci ne prend la peine de préciser à quels endroits a été envoyé le texte (respecter le lecteur ? quoi ?).

    Donc, je copie/colle la réponse que j'ai déjà faite sur la liste "freescape".

    > Et comme le notait à la même
    > occasion, et fort justement, Monsieur Pénet, l'ordinateur a pour
    > fonction première de générer des copies, et des copies des copies, et
    > ainsi de suite.

    ... L'informatique, comme son nom l'indique, sert à automatiser le
    traitement de l'information (information + automatique). La copie est loin
    d'être le seul traitement possible et, en terme de "plus value", de
    quantité d'information ajoutée, est le moins intéressant (puisque la
    quantité d'information apportée par une copie est exactement nulle). La
    modification et la transformation d'oeuvres (de fichiers), au contraire,
    est une tâche productrice de quantité d'information.

    Si les ordinateurs ne servaient qu'à copier, ils n'auraient pas besoin
    d'être aussi complexes qu'ils le sont actuellement.

    Etymologiquement, un ordinateur "met de l'ordre", c'est-à-dire qu'il
    remplit des structures ou transforme le chaos (des bits) en cosmos (de
    l'information) - je conseille en passant la lecture de l'excellent «
    Cosmos » de Witold Gombrowicz. C'est évidemment une vision un peu utopique
    - les structures ou leur mode de création doit avoir été définie au
    préalable par un être humain -, comme le souligne Michel Volle dans sa
    dissection des mots de l'informatique :
    http://www.volle.com/opinion/informatique.htm(...)


    > Quelque part, un
    > autre informaticien, ou un groupement de passionnés, ou encore une
    > start-up oeuvrant à l'amélioration de la sécurité informatique en
    > général, se chargera de "casser" le verrou.

    C'est une hypothèse que l'on voit souvent... Les systèmes de sécurité ne
    peuvent pas être inviolables, donc ils seront forcément cassés, donc ils
    ne servent à rien. (les personnes qui pensent cela, soit dit en passant,
    feraient mieux de mettre leur carte bleue à la poubelle après avoir
    demandé son invalidation auprès de leur banque)
    Mais ce qui compte, c'est le temps pendant lequel la protection résistera
    : c'est un principe archi-connu, par exemple, de ceux qui réalisaient les
    protections des logiciels dans les années 80/90 (et de ceux qui les
    déplombaient ;-)). En d'autres termes, si le système de DRM tient
    techniquement pendant quelques années, le retour sur investissement sera
    supérieur à l'investissement initial, donc c'est tout bénéf.


    > Pourtant, ceux qui mettent au point ces "verrous"
    numériques sont bien eux-mêmes des informaticiens, à tout le moins des
    > techniciens! Ils doivent donc savoir que le "contrôle d'usage", sur
    > Internet, ne peut pas fonctionner de manière durable.
    >

    Je travaille dans l'informatique et je pense qu'il y a erreur dans cette
    supposition. La culture de l'informatique n'est pas celle de l'Internet.
    Tous les gros acteurs (des opérateurs télécom aux fabriquants de bidules
    électroniques) ont une "culture interne" qui est antérieure à l'explosion
    du réseau des réseaux. Cela ne veut pas dire simplement que « le
    management n'est plus à la hauteur », comme on l'entend souvent ; cela
    veut dire que les gens qui travaillent dans ces entreprises (ingénieurs,
    chercheurs, techniciens) ont été formés dans un sérail où les valeurs
    promues n'étaient absolument pas celles du partage gracieux et de
    l'ouverture auxquelles nous sommes habitués. Plus l'acteur est gros
    (penser à France Telecom par exemple), plus le corps social constitué par
    les personnes y travaillant est hermétique et insensible aux influences
    extérieures. Du côté du logiciel, cela se retrouve dans les stratégies
    internes de "valorisation" : brevetage maximal, production de logiciel
    propriétaire, fermeture du code y compris vis-à-vis d'autres unités
    internes, etc.

    Le monde de l'informatique (et ce qu'on appelle souvent son « industrie »)
    est loin d'être homogène.

    Amicalement

    Antoine.
    • [^] # Re: Cross-posting

      Posté par  . Évalué à 0.

      je suis informaticien

      le blabla plus haut est très romantique, c'est une abstraction de ce qu'est un ordinateur dans sa finalité, rien à y redire

      sauf que

      concrètement un ordi est une machine relativement SIMPLE qui sert à copier un BIT a droite pour le mettre à gauche et/ou faire des opérations ELEMENTAIRES dessus.

      c'est tout.

      rien de plus.

      la principale activité d'un processeur est de copier de ces registres vers la mémoire, d'un registre à un autre, d'une unité à une autre.

      ---



      personne a dit que les informaticiens ont tous les même valeurs.

      on dit que les GENS QUI CONNAISSENT LA TECHNIQUE (et je suis désolé mais c'est pas sorcier de savoir ce qui est technique vrai et faux) SAVENT que tout système de DRM est fondamentalement irréaliste.

      tout comme un cryptage est mathématiquement cassable. non pas que simplement les math servent à casser, mais que pire encore : il est prouvé mathématiquement qu'un cryptage est cassable. point.


      un DRM est cassable. forcément
      fondamentalement
      par définition
      intrinsèquement

      pourquoi ? parce que de base, pour que le produit final serve a QUELQUE CHOSE vous devez fournir la CLE de décryptage ET le fichier crypté au spectateur. le spectateur étant la même personne qui veut casser.

      c'est inéluctable.


      pour que DRM fonctionne, il faut interdire la visualisation, l'écoute, la restitution, la diffusion, la retransmission de l'oeuvre sous DRM. c'est tout.


      exemple : pourquoi ITMS (magasin apple itunes) et ipod ont été systématiquement cassé (on a toujours pu DRM-isé les ficihiers vendu par apple) parce que pour qu'on puisse ECOUTER les chansons sur son ipod (la raison qu'on paye) apple fournit tout ce qu'il faut pour réussir à casser

      (un original crypté, les clés, les outils logiciels et physique pour étudier le fonctionnement (un ordinateur normal avec un os complet) et à un moment ou un autre l'ipod fourni une version décryptée du fichier, bref... )

      vous voulez empêcher tout cela ? ok

      il faut cadenasser la tour de l'ordi
      il faut faire des système d'exploitation sans outils de debugging, des mémoires verrouillés par application sans notion d'utilisateurs "root" ni possibilités de modifier le logiciel système fourni, l'impossibilité de brancher un casque audio à l'ipod autre que celui vendu par apple avec une prise inconnue sur Terre et surtout pas la possibilité de le couper et de dénuder les fils pour les brancher sur un enregistreur audio , ni la possibilité d'ouvrir l'ipod et d y brancher des connecteurs à l'intérieur
      il faut ensuite interdire toute vente de logiciel tiers qui compléterait le système d'exploitation.
      etc etc

      bien sur faut éviter les bugs

      dans l'histoire d'itms il y en a eu des bugs. l'un d'eux étant qu'on pouvait programmer quicktime pour convertir un fichier drm fermé vers mp3, ben vi , mais c'est le rôle de quicktime de faire ce genre de transformation (faut bien un jour où l'autre bombardé la carte son sous une forme non compressé/signé )


      on me réponds, il suffit de toute faire en interne dans une puce electronique ultra secrete

      oui, ce fut fait avec CSS des dvd. il y a suffit qu'un jour un bug de conception d'une carte de décompression DVD soit utilisé par des techniciens pour déterminer comment casser CSS et zou.

      vous me direz "il suffit de pas faire de bug" et hop
      mais un bug n'est pas forcément une faute de programmation suite à une étourderie

      il y a des choses qu'on appelle "bug" qui sont en réalité des Comportements INTRINSEQUES à ce qu'on fabrique. c'est sa nature.

      je vais dériver et prendre des exemples un peu exagérés du même genre de malaise :
      on construit un réseau mondial en étoile pour qu'il soit difficile de bloquer un accès, on créé un protocole SIMPLE et IDIOT pour qu'il soit robuste et adaptable partout (tcp/ip) et ensuite des gens viennent se plaindre que c'est difficile à contrôler et à verrouiller , ben vi.. hé! con , c'est le but! c'est pas un bug, c'est sa nature. alors on y greffe plein de bidules, des firewalls, des ssl, des pki etc etc et plein de bugs mais fondamentalement... tcp/ip est bête et robuste et internet est interfacé , cablé dans tous les sens, et y a toujours quelqu'un pour avoir l"accés qu'il fallait pas, ben vi c'est le rôle d'internet.

      ---autre :
      c'est comme si on dit "il faut interdire la documentation sur les drm, le cryptage et les mathématiques, la formation sera donnée que à des gens habilités mais bien sur le tout dans une démocratie du libre échange et de la libre entreprise, hein, on est gentil" y a forcément un "BUG" dans un tel souhait.
      à un moment on arrête le fantasme devant les inévitables gens qui disent "rien à péter ,je lis des livres et j'éduque" ou on vire en dictature et on brûles les bouquins et on flingue les profs qui parlent


      de la même manière, DRM est une utopie. à moins qu'on découvre une science et une électronique vivant dans des règles physiques sans aucun rapport avec nos bidules actuels..
      dans les commentaires des autres lecteurs de linuxfr sont expliqués les récurrents iet FONDAMENTAUX impondérables techniques de nos chers ordinateurs... (ils copient en interne les données, il faut bien faire une restitution physique de l'oeuvre pour le spectateur, on a des machines en libre accès avec des systèmes d'exploitation qui nous permettent d'installer les logiciels que l'on veut et faire ce qu'on veut, merci c'est quand même moi qui paye, etc etc etc )

      ETC.
      • [^] # Re: Cross-posting

        Posté par  . Évalué à 3.

        tout comme un cryptage est mathématiquement cassable. non pas que simplement les math servent à casser, mais que pire encore : il est prouvé mathématiquement qu'un cryptage est cassable. point.
        s/cryptage/chiffrage
        Donc tu peux me prouver que tu peux decrypter du one time pad sans avoir la clé ?
        Oh genial ; si oui apelle la dgse et la dst elles seraient tres interessées...



        un DRM est cassable. forcément
        fondamentalement
        par définition
        intrinsèquement

        Non ; pas si on utilise du matos hardwarement crypter ; sachant que le passage par l'analo fait perdre de la qualité. Donc si on regarde les drm d'un point de vue purement numerique (ie aucun passage en analo <=> aucune perte de qualité) un drm est pas forcément cassable.
      • [^] # Re: Cross-posting

        Posté par  . Évalué à 4.

        > un DRM est cassable. forcément
        > fondamentalement
        > par définition
        > intrinsèquement

        Mais comme le dit très justement Antoine à qui tu répondais, que ce soit potentielement cassable n'est pas la vraie question (ça n'est même pas vraiment en question d'ailleurs, pas la peine d'en faire des tartines). L'objectif des DRM, c'est de faire un truc suffisament solide pour que 99% (ou 95%, ou 80%, j'en sais rien) de la population joue le jeu en se disant que ça ne vaut pas le coup de le contourner, parce que trop galère par rapport à l'enjeu.
        Exactement comme le système de protection des cartes bleues est faillible, mais suffisament costaud quand même pour que la fraude reste quantitativement tolérable pour les banques.
      • [^] # Re: Cross-posting

        Posté par  . Évalué à 5.

        je suis informaticien

        Moi aussi, enchanté :)

        concrètement un ordi est une machine relativement SIMPLE qui sert à copier un BIT a droite pour le mettre à gauche et/ou faire des opérations ELEMENTAIRES dessus

        Ca revient à dire que le cerveau humain est un amas de neurones servant à effectuer des réactions chimiques.

        Le truc, c'est que les ordinateurs n'ont pas été créés en se disant « ce serait bien de bouger des bits et de faire des opérations élémentaires sur les bits ». Ce serait confondre la fin et les moyens. Le but des ordinateurs, c'est de traiter et transformer de l'information, pas de « faire des opérations élémentaires sur les bits ». L'information pourrait très bien être représentée autrement que par des bits.

        les GENS QUI CONNAISSENT LA TECHNIQUE (et je suis désolé mais c'est pas sorcier de savoir ce qui est technique vrai et faux) SAVENT que tout système de DRM est fondamentalement irréaliste.

        Ah bon. J'en déduis que je ne « connais pas la technique ». En tout cas voilà un bel exemple de raisonnement incomplet. Ce n'est pas parce qu'un DRM est cassable qu'il est facile à casser, ni qu'il est inutile.

        (m'enfin, l'argumentaire était déjà contenu dans le message précédent, donc j'imagine que c'est volontairement qu'il a été ignoré)
    • [^] # Re: Cross-posting

      Posté par  . Évalué à 1.

      rappelons que le système bancaire des cartes bleus est effectivement bon a couper et à mettre à la poubelle


      si les arnaques à la carte bleu sont courantes (moi ca va, mais ca se compte en milliers d'escroqueries par an les arnaques à la carte bleu) c'est parce qu'en réalité le système repose sur la CONFIANCE

      la confiance qu'un numéro donné est vALIDE (ben vi, on interroge pas le réseau toutes les secondes pour savoir si madame michu peut payer ses 20 euros de courses par CB) , d'ou que certains ont su profiter de générateurs de faux numéros "valides" (plausibles) et acheter beaucoup de petites sommes dans des boutiques. (bien sur ce genre de connaissances sont secrète hein, et puis on complexifie le truc, et puis on vérifie de plus en plus souvent si c'est un numéro en service réellement et on recoupe avec le nom, l'adresse donnée, etc mais ce n'est pas toujours possible, le malin va venir profiter de ce moment du "pas toujours possible")



      de base, le système est pourri, il suffit de donner son numéro et son code à quelqu'un pour qu'il usurpe votre identité bancaire dans une foule de boutique... ben vi mais c'est l'arnaque la plus courante et facile !

      le fameux email du "bonjour, je suis paypal alors on a un soucis, confirmez nous votre numéro de carte bancaire + code, merci salut" ca marche des centaines de milliers de fois par an.
      le type répond et donne les infos, ben vi il connait bien paypal, il l'a déjà utilisé souvent, BOUM! c'est pas paypal, ho ben fa alors ? koaa on peut envoyer des courrier en disant qu'on est paypal sans que cela soit vrai Oo "- bienvenu sur le net, mec"

      autre variante

      "-salut, je peux avoir le zoli bidule pour 30euro seulement "
      "-bien sur, tenez, on valide, zou je vous prélève 3000 euros, la banque dit oui, j'ai passé qq temps à me construire une réputation d'honorabilité, je vous en dis que 30, bon je me tire , salut , hahah c'était pas mon vrai nom, ma carte d'identité ? c'est une fausse, toute façon, demain j'ai quitté le pays. pleure pas mec, ta banque acceptera sûrement de te rembourser, elle prendra sur elle, si les arnarques s'intensifient ben elle prendra des sous ailleurs, faire payer des services par exemple;.. à toi"



      le "phishing' n'est pas un alien venu de l'espace, c'est tout simplement une conséquence du très mauvais modèle de la "carte bleu"

      débrouillez vous pour tromper la victime, et zou prenez l'identité bancaire de la victime ! youhou je peux acheter.

      le système de CB est pourri
      heureusement, je fais CONFIANCE aux magasins yahoo, je fais CONFIANCE à Apple pour ne prélever que 99cents et je fais CONFIANCE à ma banque pour ne pas se gourer et me rembourser une demande abusive et je fais CONFIANCE au distributeur de ticket de mon métro pour être un vrai distributeur.
      (en réalité cela veut dire que pendant des années je me suis restreint à ne jamais payer par carte bleu sur le net jusqu'à que ce créé de grosses entreprises genre amazon, voire des filiales de banques pour la gestion des paiements qui sont tellement en vue que si il y a un litige, elles vont me rembourser sans que j'ai besoin de me trouver un avocat aux usa , et au pire, ma banque me rembourse, vu le prix de la carte par an.. hein)

      (cela dit, et c'est vrai, cela remonte à quelques mois, apple m'a facturé 160 euro une réparation qu'un technicien apple m'avait assuré gratuite parce que couvert dans la garantie, ils avaient mon numéro de CB parce qu'ils le demandent pour caution quand ils envoient des pièces détachés... mais hé!, j'avais confiance)

      bah oui, c'est pourri ce système de la CB mais malgré tout dans l'ensemble il marche, on a confiance pratiquement tout le temps et on a eu raison, et on commerce, et les pertes sont bien plus faibles que les gains, alors on les acceptes, on se prend des assurances, on se fait des fonds, et zou. c pourri, mais t'as mieux ? non, alors tais toi.

      AYEZ CONFIANCE
  • # s/rarete/moyen de faire respecter les licences

    Posté par  . Évalué à 5.

    Les DRM ne serait il pas plutot un moyen de faire respecter les licences auquel sont soumis ces oeuvres ?

    Apres si ces licences ne sont pas compatibles avec les lois (copie privé, interopabilite, ...), ne faudrait il pas s'attaquer au probleme a la racine (ie ces licences) plutot que troller sur des implementation techniques ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.