Fedora 33 bêta peut être testé

Posté par  (site Web personnel) . Édité par Davy Defaud, Xavier Teyssier, bobble bubble et Ysabeau. Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
31
29
sept.
2020
Fedora

En ce mardi 29 septembre, la communauté du projet Fedora sera ravie d’apprendre la disponibilité de la version bêta de Fedora 33.

Malgré les risques concernant la stabilité d’une version bêta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 33 et réduisant du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

La sortie de la version finale est pour le moment prévue pour le 20 ou 27 octobre. Voici les nouveautés annoncées pour cette version.

Sommaire

Expérience utilisateur

  • Passage à GNOME 3.38.
  • Nettoyage de la fonction pour cacher le menu du chargeur de démarrage. Cette fonction introduite par le passé permet de mettre à jour le noyau de manière transparente pour l’utilisateur, si après une mise à jour du noyau le démarrage échoue, le chargeur de démarrage le saura et choisira le noyau précédent automatiquement au redémarrage. Cette fonction était spécifique à Fedora et l’objectif ici est de le rendre disponible en amont.
  • C’est le retour des fonds d’écran animés par défaut, le fond d’écran a une teinte qui varie en fonction de l’heure de la journée.
  • L’environnement de bureau LXQt 0.15.0 a été mis à jour.
  • Le service dmraid-activation.service ne sera pas activé si aucun système RAID n’est détecté lors de l’installation.
  • L’éditeur de texte nano devient l’éditeur de texte par défaut en lieu et place de vi car il est considéré comme plus intuitif.
  • L’extension de mémoire avec le mécanisme d’échange (swap) utilise maintenant zram par défaut pour améliorer la réactivité et les performances. Cela est effectué aussi pour les systèmes existants. Les partitions ou fichiers swap existants sont préservés et obtiennent une priorité d’utilisation plus faible.
  • Btrfs devient le système de fichiers par défaut des variantes orientées bureautique, dont Fedora Workstation. Il remplace ainsi ext4 qu’il reste évidemment possible d’utiliser. Notons qu’OpenSUSE avait sauté le pas il y a déjà plusieurs années.
  • DXVK devient l’implémentation de référence de wine3d en étant basé sur Vulkan. Cela améliorera les performances des programmes graphiques prévus pour Windows et fonctionnant sous Fedora, en particulier les jeux vidéo.
  • Alors que earlyoom était apparu sur Fedora Workstation 32, la variante Fedora KDE le propose désormais par défaut
  • Un cgroup a été créé pour réserver des ressources minimum aux sessions graphiques actives.

Gestion du matériel

  • Activation des techniques ARM Pointer Authentication et de Branch Target Identification pour l’architecture AArch64 pour améliorer la sécurité des programmes par défaut.
  • Meilleure gestion des pics d’activité et de la chauffe des processeurs Intel, entre autres via le démon thermald.
  • L’écosystème .NET Core est disponible pour AArch64 et non plus uniquement pour l’architecture x86‑64.
  • L’édition Internet des objets de Fedora devient une édition officielle de Fedora.

Internationalisation

  • Mise à jour d’iBus 1.5.23.
  • La plate‑forme de traduction Zanata tire complètement sa révérence de l’écosystème Fedora.

Administration système

  • La synchronisation du temps par le réseau sécurisé (NTS) est prise en charge dans le client NTP chrony et l’installateur Anaconda.
  • Les dépôts modulaires sont proposés dans un paquet à part : fedora-repos-modular.
  • La résolution des noms de domaine dans les applications se fera via systemd-resolved. La bibliothèque glibc utilisera nss-resolve au lieu de nss-dns jusqu’à aujourd’hui.
  • Renforcement de la politique globale du système : désactivation des protocoles TLS 1.0 et TLS 1.1, rejet des clés Diffie‑Hellman 1 024 bits et des hachages SHA‑1 en guise de signature.
    En cas de problème, pour restaurer à une politique plus souple, vous pouvez exécuter la commande :

    # update-crypto-policies --set LEGACY
  • La prise en charge du format dbm dans NSS a été supprimée.

  • Ajout de PARSEC pour proposer une API pour le matériel de sécurité ou des services de cryptographie en étant indépendant du matériel. Il peut exploiter les matériels suivants : TPM2, HSM et ARM TrustZone.

  • Storage Instantiation Daemon fait son arrivée en grande pompe. L’objectif est d’avoir un démon unique étendant udev pour la gestion des espaces de stockage afin d’éviter d’aboutir à des règles complexes que l’on pouvait avoir sur certains systèmes.

  • La collection d’outils X.Org sera proposée via des paquets plus individuels que les paquets génériques xorg-x11-{apps,font-utils,resutils,server-utils,utils,xkb-utils} employés jusqu’ici. Certains utilitaires sont également supprimés.

  • Mise à jour de Stratis 2.1.

  • Le paquet device-mapper-multipath a été supprimé des médias autonomes (ainsi que des installations par défaut), ce qui améliore le temps d’amorçage pour les usages bureautiques. Les serveurs et centres de données qui en ont besoin pour leur usage pourront toujours l’installer ou en disposer via une image plus adaptée.

  • Les profils de connexion de NetworkManager seront sauvegardés dans le format officiel keyfile au lieu d’utiliser le format spécifique à Red Hat qui est ifcfg-rh. Cela ne concerne que les nouveaux profils, la compatibilité est pour l’instant conservée pour les profils préexistants.

  • Le gestionnaire de paquets RPM 4.16 a été mis à jour.

  • Les bases de données RPM passent du format Berkeley DB à SQLite.

Développement

  • LLVM passe à la 11ᵉ version.
  • Make prépare sa version 4.3.
  • Mise à jour de la bibliothèque C glibc 2.32.
  • Mise à jour des outils binutils 2.34.
  • Petit coup de Boost 1.73 pour la bibliothèque générique C++.
  • Mise à jour de l’environnement MinGW pour la compilation d’applications Windows sous GNU/Linux.
  • Passage de Golang à la version 1.15.
  • OpenJDK 11 danse la Java.
  • Node.js fait un 14ᵉ nœud.
  • Erlang 23 est disponible.
  • Mise à jour de GHC 8.8 et de Haskell Stackage LTS 16.
  • Le langage Perl est proposé à la version 5.32.
  • Ruby on Rails embarque dans la voiture 6.0.
  • La version 3.9 de Python débarque.
  • Alors que les versions 2.6 et 3.4 de Python sont supprimées.
  • À propos de Python, le paquet python-pytoml est déprécié et sera supprimé prochainement.
  • mod_php est supprimé, il permettait au serveur Apache d’exécuter du PHP directement.
  • La bibliothèque libdb est dépréciée et sera supprimée définitivement dans une prochaine version de Fedora.
  • Les paquets glibc-headers.i686 et glibc-headers.x86_64 ont fusionné dans le nouveau paquet glibc-headers-x86.noarch. Pour les autres architectures le paquet glibc-headers a fusionné dans glibc-devel.
  • Les paquets de BLAS/LAPACK seront compilés avec FlexiBLAS qui est un wrapper pour pouvoir choisir la bibliothèque compatible BLAS de référence de son choix.

Projet Fedora

  • CMake peut être utilisé pour faire des compilations dans différents répertoires pour la conception des RPM.
  • Mise à disposition d’ELN, un nouveau buildroot qui permettra de simuler un environnement RHEL afin d’évaluer les impacts des changements de Fedora directement dans RHEL.
  • Les paquets sont maintenant compilés avec l’optimisation au niveau de l’éditeur des liens qui supprime le code inutile.
  • Phase 3 pour supprimer les éléments automagiques pour la construction des paquets RPM autour de Python.
  • Les dépendances additionnelles des paquets Python seront automatiquement générées.
  • La macro non versionnée %{__python} génèrera une erreur.
  • Ajout des macros %make_build et %make_install pour la conception des RPM afin d’avoir un usage plus uniforme de la commande make pour créer ces paquets.

Tester

Durant le développement d’une nouvelle Fedora, comme cette version bêta, quasiment chaque semaine le projet propose des journées de tests. Le but est de tester pendant une journée une fonctionnalité précise comme le noyau, Fedora Silverblue, la mise à niveau, GNOME, l’internationalisation, etc. L’équipe d’assurance qualité élabore et propose une série de tests en général simples à exécuter. Il suffit de les suivre et d’indiquer si le résultat est celui attendu. Dans le cas contraire, un rapport de bogue devra être ouvert pour permettre l’élaboration d’un correctif.

C’est très simple à suivre et requiert souvent peu de temps (15 minutes à une heure maximum) si vous avez une bêta exploitable sous la main. Les tests à effectuer et les rapports sont à faire via la page suivante. Lorsqu'une journée de tests est planifiée, je l’annonce régulièrement sur mon blog.

Si l’aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent ou via site officiel. Si vous avez déjà Fedora 32 ou 31 sur votre machine, vous pouvez réaliser une mise à niveau vers la bêta. Cela consiste en une grosse mise à jour, vos applications et données sont préservées. Nous vous recommandons dans les deux cas de procéder à une sauvegarde de vos données au préalable.

En cas de bogue, n’oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla ou de contribuer à la traduction sur Weblate.

Bons tests à toutes et à tous !

Aller plus loin

  • # btrfs / stratis

    Posté par  . Évalué à 6 (+4/-0).

    J'avoue avoir été surpris quand j'ai vue l'annonce de la venue par défaut de btrfs dans fedora magazine.

    Redhat a complètement abandonné btrfs dans sa distro entreprise, privilégiant xfs et développent stratis.

    • [^] # Re: btrfs / stratis

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9 (+6/-0).

      C'est l'exemple typique qui démontre que l'assertion Fedora est la version de test / développement de RHEL est fausse. Fedora, même si elle tire beaucoup de Red Hat et vice versa, est indépendante et elle peut prendre ses propres décisions.

      Après évidemment le consensus pour cette fonctionnalité n'a pas été parfaite (ce qui est relativement rare pour être souligné) et a généré beaucoup de discussions. Mais pas tellement à propos de la stratégie de Red Hat, mais plutôt des craintes ou un questionnement au sujet apports de Btrfs par rapport au choix de ext4 qui prévalait jusqu'ici.

      Cette fonctionnalité a également 12 personnes qui ont travaillé dessus et soutenu le processus, ce qui est très élevé. D'habitude c'est une personne seule voire un duo, rarement plus.

      • [^] # Re: btrfs / stratis

        Posté par  . Évalué à 6 (+3/-0).

        Ce qui m'étonne, c'est que Btrfs a des bugs (ou en tout cas des fonctionnalités particulières) qui me semble assez rédhibitoire pour un système de fichier par défaut pour un desktop. Par exemple, si tu remplis ta partition, tu peux te retrouver avec un système en readonly pour lequel tu ne peux pas supprimer de fichier https://superuser.com/questions/1419067/btrfs-root-no-space-left-on-device-auto-remount-read-only-cant-balance-cant (il ne me semble pas que ce bug ait été résolu)

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: btrfs / stratis

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+1/-0).

          Pour le coup je ne peux pas trop répondre, je ne connais pas assez le statut actuel de Btrfs. Mais manifestement Fedora n'est pas la première distribution à sauter le pas.

          Il y a eu d'ailleurs une semaine de tests de cette fonctionnalité qui a été positive.

          L'objectif aussi de Fedora est aussi de pousser certaines technologies pour améliorer les retours et corriger certains problèmes. Btrfs n'a pas la fiabilité de ext4 (du moins, j'en doute), mais c'est peut être largement suffisant pour le projet. Du moins c'est la conclusion qui en a été tirée pour accepter ce changement.

  • # Btrfs (encore)

    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

    Quelqu'un sait si Fedora proposera la conversion ext4 vers btrfs ou non pour faciliter la chose ?

    Au fait, si je ne me trompe pas, la version serveur de Fedora 32 propose déjà par défaut btrfs.

    Sinon en dehors de btrfs, pas de grande évolution sur cette version Fedora.

    • [^] # Re: Btrfs (encore)

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

      Oups, confondu avec xfs. Btrfs n'est pas par défaut sur la version serveur, mais xfs.

    • [^] # Re: Btrfs (encore)

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+2/-0).

      Quelqu'un sait si Fedora proposera la conversion ext4 vers btrfs ou non pour faciliter la chose ?

      Une conversion de quoi ? Des partitions existantes ext4 en Btrfs ? Non ce n'est pas prévu.

      Une nouvelle installation est nécessaire dans ce cas, du moins pour le système. Pour la partition des données de l'utilisateur il faudra sauvegarder les données, formater la partition et utiliser la sauvegarde.

      • [^] # Re: Btrfs (encore)

        Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

        Il existe la commande btrfs-convert mais pour ma part j'ai préféré re-formater, ça fait moins peur.

        • [^] # Re: Btrfs (encore)

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+0/-0).

          Tout effacer te fait moins peur qu’une opération réversible ? C’est étrange. Bon c’est vrai qu’une fois que tu as une sauvegarde, btrfs-convert t’épargne juste le temps de la copie, ce qui n’est pas si long si tu ne dois le faire qu’une fois. Mais pour moi qui manque d’espace de stockage et qui ai une confiance un peu naïve en btrfs, btrfs-convert m’a bien aidé plusieurs fois.

  • # Performance

    Posté par  . Évalué à 2 (+1/-0).

    Quand est-il de la performance ? J'ai toujours eu des problèmes, parfois au début de son utilisation, ou beaucoup, beaucoup plus tard sur des partition en btrfs (sur HDD et SSD).

    J'ai également connu des soucis important sur un disque en btrfs dans un NAS car le disque avait des problèmes de cluster. Certains me diront que c'est normal mais avec une partition ext4 et les outils qui vont avec je me suis toujours débrouillé. J'ai même continué à utiliser un disque pendant des années en ext4, chose que je n'aurais pû faire en btrfs.

    Est-ce de fausses idées concernant la performance et la gestion des disques défectueux ?

    de même que nous profitons des avantages que nous apportent les inventions d'autres, nous devrions être heureux d'avoir l'opportunité de servir les autres au moyen de nos propres inventions ;et nous devrions faire cela gratuitement et avec générosité

    • [^] # Le bon mot

      Posté par  . Évalué à 2 (+1/-1).

      s/Quand/Qu’en/

      Frаnсе : 34210, Allеmаgnе : 9954. Масrоn : 24256.

    • [^] # Re: Performance

      Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

      Pas de réponse hélas. Je suis moi sur Fedora aussi, en ext4, et quand je cherche des benchs ou des comparaison ext4 vs btrfs, je ne trouve rien de récent.

      C'est surtout le commentaire sur "quand le FS est plein, il passe en lecture seule et impossible de s'en sortir" qui me fait peur.

      Pour l'instant, je crois que je vais garder mon baril de ext4.

      • [^] # Re: Performance

        Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

        Pas de réponse hélas. Je suis moi sur Fedora aussi, en ext4, et quand je cherche des benchs ou des comparaison ext4 vs btrfs, je ne trouve rien de récent.

        Juillet ça doit être assez récent, surtout en ce qui concerne des système de fichiers ;)

        https://www.phoronix.com/scan.php?page=article&item=linux-58-filesystems&num=1

        • [^] # Re: Performance

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+2/-0).

          Alors pour moi qui ne croit jamais au benchmarks, celui-là n’est pas inintéressant, mais il ne me fera pas changer d’avis à leur sujet.

          Comparer ext4 et btrfs sans option de montage pour un usage type laptop (sur un SSD sans RAID) me paraît déjà douteux, car on peut supposer que les options par défaut ne visent pas le même type d’utilisation pour ces deux systèmes de fichier. Mais soit, il faut bien se donner une règle pour faire un benchmark. Ensuite btrfs est lent, c’est vrai. Mais ça ne devrait pas surprendre vu tout ce qu’il fait en plus des autres systèmes de fichiers1. Et notamment, parmi ce qu’il fait en plus, c’est des snapshots, du “copy on write” qui font aussi que des opérations lentes avec ext4 (ou autre) deviennent instantanées avec btrfs2 ce qui rend la lenteur réelle de btrfs moins perceptible dans une utilisation type laptop, justement.


          1. sauf ZFS, mais justement ce dernier rivalise avec btrfs ou le bat en matière de lenteur en utilisation hors RAID et en surconsommation de ressources (RAM notamment) pour compenser ces lenteurs. 

          2. j’utilise par exemple l’alias cp='cp --reflink=auto'. 

          • [^] # Re: Performance

            Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

            Je crois qu'on est tous d'accord, cf dernière phrase du benchmark :

            That's the latest data for the performance off a Seagate FireCuda 520 for those debating the merits of Btrfs as the potential default on the likes of the Fedora desktop. **Of course, there is much more to file-system evaluation and selection besides just the raw performance××

            Mais cela permet de se faire une idée sur 1 des critères de choix…

        • [^] # Re: Performance

          Posté par  . Évalué à 0 (+0/-0).

          Intéressant, du coup je vais migrer avec xfs (ça me rappellera Prix).
          Je vais faire un tar de ma f33, formater, et décompresser l'archive. Enfin modifier le fstab, j'espère que ça le fera.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.