GPL3, TiVo ou TiVo pas ?

Posté par  . Modéré par Nÿco.
Étiquettes :
1
4
juin
2007
Commercial
Novell et Microsoft ne sont pas les seuls éditeurs à s'inquiéter à quelques semaines de l'arrivée de la GPL v3 : le constructeur Américain de set-top boxes TiVo avoue être très inquiet quant à la continuité de son business.

La GPL 3 interdit purement et simplement de prendre des mesures techniques pour empêcher l'utilisateur d'utiliser des programmes modifiés. Or TiVo, via un mécanisme de signature cryptographique, empêche l'utilisateur de démarrer sur un autre noyau que celui livré avec la machine (principe nommé « Tivoization »).

Pour rappel TiVo développe, entre autres, un décodeur/enregistreur TV fonctionnant sous Linux. Cet outil, très populaire aux États-Unis, permet de stocker sur disque dur les programmes télévisés choisis par l'utilisateurs via un guide des programmes (EGP) très évolué.

D'où la déclaration de TiVo : « si la version de la GPL3 actuellement proposée entre en vigueur, il deviendra pour nous impossible d’incorporer des améliorations supplémentaires dans nos logiciels. Il en va de la survie de nos affaires... »

NdM : Merci à izulium d'avoir soumis une dépêche sur la sortie de ce 4ème draft de la GPL v3 qui fait tant réagir sur les DRM et brevets.

Aller plus loin

  • # Le pistolet sur la tempe

    Posté par  . Évalué à 8.

    En même temps personne ne les obligent à utiliser des logiciels sous licence GPLv3 (qui n'existe pas encore) et ceux qui utilise actuellement resteront de toute façon disponibles en GPLv2 qui semble leur convenir ... je ne vois pas ou est la menace sur leur business model pour le moment.
    Sachant que GNU/Linux restera exclusivement sur GPLv2 même dans les versions futures ...
    • [^] # Re: Le pistolet sur la tempe

      Posté par  . Évalué à 4.

      Effets de bord, dégâts collatéraux ...

      Dans la guerre menée contre les mesures techniques de protections, des logiciels, entreprises, utilisateurs et autres organismes subiront des effets plus ou moins important sur leurs utilisations des logiciels libres.

      L'adaptation par l'adoption progressive de cette nouvelle version de la GPL réglera au cas par cas ce genre de collisions involontaires.

      Le Kernel lui même et d'autre semble ne pas pouvoir passer avant longtemps à cette nouvelle version.
    • [^] # Re: Le pistolet sur la tempe

      Posté par  . Évalué à 7.

      Sachant que GNU/Linux restera exclusivement sur GPLv2 même dans les versions futures ...


      Faut arrêter de confondre... si Linux risque bien de ne pas passer sous gpl3 avant longtemps, les outils GNU ne vont certainement pas rester exclusivement sous GPL2, il y en aura bien qui passeront sous GPL3.
      • [^] # Re: Le pistolet sur la tempe

        Posté par  . Évalué à 4.

        Absolument ! Peut être que le kernel restera sous la GPLv2 mais le reste? c'est pour cela qu'on dit Gnu\Linux ;)
      • [^] # Re: Le pistolet sur la tempe

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 9.

        Ils n'ont qu'a utiliser un freeze sous GPL2 des outils GNU, et tant pis pour eux s'ils refusent la V3 : il n'auront pas les mises à jour.

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

        • [^] # Re: Le pistolet sur la tempe

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          Si ceci est envisageable à court tèrme, à la longue ils se retrouveront avec des versions archaïques des outils en question et devront par eux-même s'amuser à les mettre à jour, sans pouvoir profiter du code sous GPLv3...

          A mon avis, c'est un cul de sac...
          • [^] # Re: Le pistolet sur la tempe

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

            C'est donc tout l'intérêt d'accepter les conditions de la V3, et par ailleurs garantir la liberté des utilisateurs finaux.

            Ils sont fort à la FSF !

            Adhérer à l'April, ça vous tente ?

  • # Euh...

    Posté par  . Évalué à 10.

    L'une des particularités de TiVo est de ne pas donner accès aux codes sources de leurs produits, bien qu'issus de codes sous GPL.


    Si le problème de tivo était juste un déni d'accès aux sources, un simple procès de la FSF suffirait, pas besoin de réécrire le GPL pour ça.

    Le problème dit de "tivoisation" repose sur le fait qu'en ayant les sources sous gpl, l'utilisateur ne peut pas pour autant réintégrer un résultat recompilé sur la machine, à cause d'un blocage drm externe au logiciel sous gpl.

    Ce serait bien, quand on laisse passer une dépêche en première page, qu'on ne laisse pas de tels éléments incorrects.
    • [^] # Re: Euh...

      Posté par  . Évalué à -2.

      Ce serait bien, quand on lit une depeche, de la lire jusqu'à la fin :
      Or TiVo, via un mécanisme de signature cryptographique, empêche l'utilisateur de démarrer sur un autre noyau que celui livré avec la machine (Tivoization).
      • [^] # Re: Euh...

        Posté par  . Évalué à 10.

        La phrase que tu cites ne rend pas moins fausse celle que je cite...
    • [^] # Re: Euh...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -3.

      Les deux éléments sont vrais, et l'élément que tu donnes est cité dans le dernier paragraphe très explicitement, avec un lien sur Tivoization.

      Donc ça serait bien, quand on fait un commentaire réprobateur, de pousser la lecture trois lignes plus loin.
      • [^] # Re: Euh...

        Posté par  . Évalué à 10.

        Donc ça serait bien, quand on fait un commentaire réprobateur, de pousser la lecture trois lignes plus loin.


        J'ai bien lu l'article jusqu'au bout dès la première lecture, et je maintiens que cette dépêche aurait dû être éditée car tivo se conforme bien aux règles du GPL2 et publie le code source.

        http://www.tivo.com/linux/linux.asp

        donc la phrase "L'une des particularités de TiVo est de ne pas donner accès aux codes sources de leurs produits, bien qu'issus de codes sous GPL." est fausse, et la dépêche aurait dû être modérée pour cadrer correctement le problème.
  • # pas tout à fait exact ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

    """L'une des particularités de TiVo est de ne pas donner accès aux codes sources de leurs produits, bien qu'issus de codes sous GPL."""

    Si je ne m'abuse, après lecture, ceci est faux. Les sources des codes GPL seraient bien disponibles, mais le matériel refuserait de faire tourner un code modifié (car la signature ne serait pas présente).


    Ceci dit la réaction de TiVo est aussi du FUD. Rien ne les empêches d'incorporer des améliorations supplémentaires tout en gardant le même modèle. Ils peuvent continuer à travailler sur les versions actuelles (qui seront toujours disponibles sous GPL v2) et vraisemblablement aussi sur les nouvelles versions du kernel Linux (qui restera sous v2).
    • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

      Posté par  . Évalué à 2.

      Cela me semble plus logique en effet.
      Si Tivo ne donne pas accès aux sources, il viole de toute façon la GPL V2 (et même v1) .

      Je ne suis (carrement) pas spécialiste de la GPL, et je ne connais d'ailleurs pas les nouveauté de la v3. Je découvre donc cette clause et je suis surpris de voir que la GPL s'immisce maintenant sur le contrôle du "hardware" qui exécute des programmes.

      Je conçois que ce soit une contre-mesure anti-DRM, mais je suis assez sceptique quant à la finalité pour le code-source lui-même. A force d'être libre, doit-on faire des clauses liberticides?

      Mais je suis sur que tout ca a du déjà être largement débattu.

      Vince
      • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

        Posté par  . Évalué à 10.

        Le but est d'autoriser la modification du logiciel. A quoi cela sert d'avoir les sources et la possibilité de les modifier si on ne peut pas utiliser le binaire résultant ... (Les étudier? Et?)
        • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

          Posté par  . Évalué à 1.

          Ca voudrait dire que si jamais un mec fabrique un nouveau processeur, et qu'il fait tourner linux dessus, il serait *obliger* de fournir le compilateur qui va avec ??

          L'informatique est à mon avis trop vaste et les cas particulier sont trop nombreux pour qu'on impose des règles d'utilisation aussi stricte!
          • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

            Posté par  . Évalué à 1.

            «Ca voudrait dire que si jamais un mec fabrique un nouveau processeur, et qu'il fait tourner linux dessus, il serait *obliger*(sic) de fournir le compilateur qui va avec ??»

            Pas du tout.

            Sela signifie que si il distribue la version de linux qui tourne sur son processeur, il devra bien entendu donner à ses licenciés les moyens de l'utiliser, et donc un compilateur.

            L'important, c'est « si il distribue »
            • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

              Posté par  . Évalué à 1.

              J'ai relu plusieurs fois ta réponse, mais j'ai l'impression que j'ai du rater une subtilité!
              Il sera donc bien obliger de fournir le compilateur?

              Pourtant, ca ne semble avoir aucun rapport avec le logiciel en question...
              • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                Posté par  . Évalué à 2.

                Ce que j'essayais de dire, c'est que le gars, il fait absolument ce qu'il veut avec son super processeur et les sources de Linux, il n'est absolument obligé à rien, il peut tout garder pour lui, tant qu'il ne va pas redistribuer sa version modifiée de Linux.

                Par contre, si il distribue par exemple un noyau binaire issus de Linux, il doit fournir les sources correspondantes, sous une forme qui permette à l'utilisateur de s'en servir. L'utilisateur doit avoir la liberté d'executer du code modifié. Si on ne lui donne pas le moyen de le faire, on le prive de cette liberté.

                Ceci dit, l'exemple du nouveau processeur me parait un peu bancal, car on rentre dans quelque chose de beaucoup plus complexe que les seules sources du noyau (chaîne de compilation croisée, modifications de gcc, ...)
      • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

        Posté par  . Évalué à 10.

        A force d'être libre, doit-on faire des clauses liberticides?


        Dans la mesure où le "contrôle hardware" rend l'exercice des quatres libertés impossible, on peut difficilement parler de liberticide pour le gpl3 qui tente juste de préserver les libertés du logiciel libre.

        Ce qui est liberticide avant tout, c'est les mesures visant à empêcher l'exercice des libertés du logiciel libre.

        La première liberté de Tivo reste de passer son chemin et utiliser du non-libre si les libertés des utilisateurs sont tellement intolérables.
        • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

          Posté par  . Évalué à 6.

          c'est bien Tivo qui empèche l'exercice d'une des liberté accordé par le logiciel libre , et non la GPL v3 qui a pour but justement de la préserver ..

          Attention à ne pas inverser les rôles , Novlang quand tu nous tiens ...
          • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

            Posté par  . Évalué à 1.

            J'avais compris que la GPL avait pour but de protéger les droits d'auteur d'un code source d'un programme tout en le dévoilant et permettant sa modification (je simplifie!).

            L'interdiction d'exécution s'éloigne de cette notion de code source à mon avis. Je suis évidement contre les DRM, mais je trouve que cette clause est trop clairement ciblée anti-DRM.

            Le DRM est un contrôle hardware maitrisé par les fabriquants.
            La GPLv3 imposerais donc un contrôle juridique du hardware? Est-ce mieux??

            v.
            • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

              J'avais compris que la GPL avait pour but de protéger les droits d'auteur d'un code source d'un programme tout en le dévoilant et permettant sa modification (je simplifie!).
              Tu as mal compris ou tu simplifies trop. La GPL a pour but de préserver les 4 libertés fondamentales (cf http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.html ) :
              - utilisation
              - étude
              - modification
              - redistribution du logiciel
              avec une notion qui s'appelle le copyleft et qui a pour but d'assurer aux autres (les cibles de la redistribution) les mêmes droits que ce qui ont étés accordés par l'auteur à la première distribution du logiciel.

              L'interdiction d'exécution s'éloigne de cette notion de code source à mon avis.
              Justement la GPL ne couvre pas que le source et une limitation de l'utilisation via DRM est dans l'esprit une entorse à la GPL (peut-être pas dans les faits) un peu comme le non accès aux sources des freebox et autres joyeusetés du genre.
              Bref, certains jouent sur la forme pour contrevenir à l'esprit et quand la FSF planche sur les bug de la GPL pour éviter ça, forcément, ceux qui contournent se posent des question quand à la viabilité de leur business model.
              Je pense que baser son casse croute sur un bug, c'est pas un signe de clairvoyance commerciale et ça merite pas mieux que la faillite dans ce beau monde tout libéral.

              La GPLv3 imposerais donc un contrôle juridique du hardware?
              Heu, personne n'impose d'utiliser des outils GPL. Si tu veux faire du non libre rien ne t'empèche d'utiliser autre chose qu'un soft copylefté (BSD ou licence autre).
              Mais si tu veux profiter d'un truc copylefté, le prix à payer est de verser ta contribution dans le pot commun en donnant aux autres les mêmes droits que ce qu'ils t'ont donné : je ne vois pas en quoi c'est plus choquant que de payer une licence d'exploitation ni en quoi c'est "liberticide".
              • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                Posté par  . Évalué à 4.

                Essayer de pas trop me moinsser ce coup-ci, j'essaie juste de comprendre (peut etre que d'autre se posent les memes questions que moi!)

                Je pense tout d'abord qu'il faut bien évidement que ceux qui utilisent du code GPL le publient (ex : freebox et autres joyeuzetés;). Mais j'avais compris que la GPLv2 couvrait déjà ce principe, même si ce n'est pas toujours évident à faire appliquer dans la pratique.

                Donc, ce qui me choquerait un peu, c'est le fait que si une boite (genre tivo) utilise des codes sous GPL et ne divulgue pas ses modifs. Or il semble qu'elle ouvre son code.
                Ensuite, que tivo fasse en sorte qu'on ne puisse pas utiliser autre chose dans sa box, c'est à la limite son problème. Ex: pour eviter de se faire rootkité le noyau d'une *box par exemple... Tout le monde n'est pas informaticien.

                Quand moi je lit dans cette news, je comprend que si un ordinateur exécute un programme GPLv3, alors il faut que le programme modifié s'exécute également, j'ai bon?
                Je comprend donc que TiVo veux simplement "protéger" son hardware. Le software qui s'exécute, lui est libre, enfin à mon sens. Et ce pourquoi je soutiens la GPL, c'est que le code source est utilisable et modifiable par tout le monde.

                Bon je sais pas si j'arrive à bien m'expliquer en fait.
                Le fait est que j'ai pas réussi à mettre la main sur une traduction française de cette fichu draft de la GPLv3 et que je parle peut-être sans savoir. Et puis bien sûr rien ne m'oblige à licencé mon code sous V3...

                N'empêche qu'on est loin du Keep It Stupid Simple et que c'est plutôt à monsieur tout le monde d'etre Keep Stupid !
                Même si j'ai une vénération pour les logiciels libre, je suis parfois un peu perplexe devant la complexité grandissante des versions de la GPL...
                • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                  Posté par  . Évalué à 6.

                  « Je comprend donc que TiVo veux simplement "protéger" son hardware. Le software qui s'exécute, lui est libre, enfin à mon sens. Et ce pourquoi je soutiens la GPL, c'est que le code source est utilisable et modifiable par tout le monde. »

                  Ben sauf que le matériel en question, il a été acheté. Il n'appartient plus à Tivo. Donc si je veux me pourrir la garantie, et essayer de mettre mon noyau, c'est mon problème.

                  La vérité, c'est que, comme il a été dit plus haut, tivo, pour garder ses certifs macrovision, etc., a besoin de pouvoir empêcher les gens de couper les pubs par exemple -- et donc il faut pouvoir empêcher les gens de modifier le logiciel qui tourne dans chaque boite.
                • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                  Mais j'avais compris que la GPLv2 couvrait déjà ce principe
                  Comme dit au dessus, le problème est que la GPL ne couvre pas -que- ce principe de publication des modifs. Son but est de couvrir les 4 libertés et d'assurer aux 'clients' l'usage de ces 4 libertés dont celles de la liberté d'utilisation des soucres modifiées, or là, suite à une faille de la licence, on se retrouve dans un cas de limitation d'utilisation volontaire. Il faut donc corriger la faille (et faut un saut de version :) ).

                  Ensuite, que tivo fasse en sorte qu'on ne puisse pas utiliser autre chose dans sa box, c'est à la limite son problème.
                  L'emmerdant c'est que Tivo ne distribue pas qu'une box mais une box + du logiciel .... GPL. Si Tivo distribuait un matériel seul ou un matériel avec du logiciel non copylefté il n'y aurait aucun problème.

                  Quand moi je lit dans cette news, je comprend que si un ordinateur exécute un programme GPLv3, alors il faut que le programme modifié s'exécute également, j'ai bon?
                  A mes yeux non. Moi je lis que si on distribue un package matériel + logiciel qui contient du GPLv3, alors il faut que la partie GPL v3 distribuée avec le matériel puisse s'exécuter sur le matériel dans l'esprit de conservation du droit d'utilisation et de modification du logiciel libre.

                  Même si j'ai une vénération pour les logiciels libre, je suis parfois un peu perplexe devant la complexité grandissante des versions de la GPL...
                  héhé, n'essayes jamais de comprendre des licences propriétaires alors, elles sont souvent encore plus complexes.
                • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                  Posté par  . Évalué à 3.

                  Tu confonds la liberté du code et la liberté de l'utilisateur.

                  Ce qui est gênant dans le cas de Tivo, c'est que l'utilisateur est finalement privé de la liberté de faire tourner du code modifié sur le hardware qui lui appartient. C'est un trou dans la GPLv2 que la GPLv3 va boucher.
          • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -1.

            Faut pas abuser. Les "droits" il y en a de tous les cotés. Nous ne sommes pas dans des droits fondamentaux comme le droit à la vie, à la liberté d'expression, tout ça.
            L'auteur doit aussi avoir le droit de contrôler ce qu'il fait, de faire un contrat, etc. Le but est d'avoir un équilibre correct entre celui qui donne la licence et celui qui reçoit.

            Quand tu insinues que les "droits" ne sont que d'un côté et que tout ce qu'on fait pour les préserver va dans le bon sens, tu ne fais pas mieux.
            Les droits il y en a des deux côtés et oui, quand la GPL v3 renforce de manière importante les droits de celui qui reçoit, elle change l'équilibre en empiétant d'autant sur les droits de celui qui donne.

            Ce qui est éventuellement débattable c'est savoir si la limite et l'équilibre choisis sont au bon endroit. La question n'est jamais de savoir si on supprime ou si on sauvegarde un droit, on fait toujours les deux.
            • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

              Les droits il y en a des deux côtés et oui, quand la GPL v3 renforce de manière importante les droits de celui qui reçoit, elle change l'équilibre en empiétant d'autant sur les droits de celui qui donne.
              Sauf que celui qui donne n'est pas obligé de donner sous GPL v3 : rien ne l'empêche d'utiliser autre chose s'il veut conserver l'équilibre actuel.
              • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                Sauf que celui qui donne n'est pas obligé de donner sous GPL v3 : rien ne l'empêche d'utiliser autre chose s'il veut conserver l'équilibre actuel.

                De même que celui qui reçoit n'est pas obligé d'accepter le logiciel et de l'utiliser : rien ne l'empêche d'utiliser autre chose. La phrase vaut (heureusement) dans les deux sens.

                Je n'ai absolument pas dit le contraire. Mais ça n'oblige pas à nier que oui, les garanties qu'on a ajoutées ont forcément une contrepartie. Se bander les yeux n'y changera rien et assumer en disant que le résultat est "mieux" me parait beaucoup plus sage (si effectivement on pense que l'équilibre est meilleur en v3).
                • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

                  ça te conviendrait que le matériel que tu as acheté s'arrête soudainement de fonctionner (par exemple il y aurait une date de péremption) ?

                  prenons le cas hypothétique d'une société t1v0 : suite au bug de l'an 2038, tous les matériels tombent en rade au même instant suite à un dépassement de date de validité (enfin d'un bug de la vérification de cette validité).
                  Cela te convient-il toujours pour du matériel que tu aurais acheté ?
                  Bien sûr en 2038 cette société t1v0 aura mis la clé sous la porte et tu ne pourras te retourner vers personne pour avoir un correctif (et tu ne pourras pas le faire toi-même puisqu'il te manquera la clé de "certification" pour le matériel que tu as pourtant acheté). Et hop, un nouveau cale-livre ou presse-papier :/

                  D'autre part, le fond du problème est que le matériel et le logiciel ne sont par défaut pas liés : il est possible d'exécuter du logiciel libre sur ce matériel. Pourquoi ne pas pouvoir faire tourner un logiciel libre amélioré ? Cela me semble une régression énorme.

                  Pour finir sur un cas plus courant que l'on croit (ce n'est pas parce qu'on n'est pas parano qu'ils ne sont pas après nous), ça te convient quelqu'un qui pourrait désactiver à distance ton matériel parce qu'il l'a choisi (mais pas toi à la base). Sympa le déni de service sur du matériel qui t'appartient... Reprendre cet exemple à l'échelle d'un pays (le Vénézuela par exemple...).
                  • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                    Posté par  . Évalué à -1.

                    D'autre part, le fond du problème est que le matériel et le logiciel ne sont par défaut pas liés : il est possible d'exécuter du logiciel libre sur ce matériel. Pourquoi ne pas pouvoir faire tourner un logiciel libre amélioré ? Cela me semble une régression énorme.

                    Parce que c'est pas le but de la machine, c'est une raison tout a fait suffisante.

                    T'achetes pas un ordinateur ou un systeme modifiable, t'achetes un Tivo pour enregistrer des emissions TV, la societe ne promeut pas ce produit comme etant modifiable, que ce soit une regression peut-etre pour toi, dans ce cas t'es libre de ne pas l'acheter.

                    Pour finir sur un cas plus courant que l'on croit (ce n'est pas parce qu'on n'est pas parano qu'ils ne sont pas après nous), ça te convient quelqu'un qui pourrait désactiver à distance ton matériel parce qu'il l'a choisi (mais pas toi à la base).

                    Moi ca me ferait ch***, raison pour laquelle je ne comptes pas acheter de produit de ce genre, par contre je ne comptes pas empecher qui que ce soit de vendre des produits de ce type, c'est leur droit.
                    • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                      Posté par  . Évalué à 7.

                      Parce que c'est pas le but de la machine, c'est une raison tout a fait suffisante.

                      c'est une raison galactiquement bidon. et ce n'est sûrement pas le fournisseur d'un produit qui va me dire comment l'utiliser ou pas.
                      • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                        Posté par  . Évalué à -2.

                        Mais le fournisseur il ne te force a rien du tout, si le fait de ne pas pouvoir modifier le microcode de ta machine a laver est un probleme, va acheter un modele qui le permet, c'est aussi simple que ca.

                        Les constructeurs sont libre de construire leur systemes comme bon leur semble que je sache, et les consommateurs sont libre d'acheter ce qu'ils veulent.
                        • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                          Posté par  . Évalué à 5.

                          Toujours l'exemple de la machine à laver...

                          Les constructeurs sont libre de construire leur systemes comme bon leur semble que je sache


                          Les libertés, ce n'est qu'une question de licence, pas de désirs des utilisateurs, seulement des propriétaires du code.

                          Il y a les licences propriétaires et il y a les licences libres. Au final, c'est de toutes façons la licence qui conditionne les droits et devoirs des utilisateurs, qu'ils soient finaux ou intégrateurs.

                          Le constructeur est libre dans les limites de la licence, et avec le GPLv3, les règles seront plus restrictives, et les constructeurs désireux de bénéficier de la valeur ajoutée des logiciels régis par cette licence devront se conformer aux exigences de cette licence. C'est tout.

                          Si demain je décides de mettre Windows CE de série sur un modèle de machine à laver, en tant que constructeur, je ne pourrai pas faire ce que je veux avec ce logiciel et devrai me conformer à cette licence. Avec le GPL3, c'est pareil. Si la licence dit "ne peut pas empêcher l'utilisateur final de ..." et bien le constructeur désireux de réduire son r&d et/ou son coût licence en se reposant sur le logiciel sous gpl3 devra se plier aux règles de la licence.
                          • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                            Posté par  . Évalué à 2.

                            Qu'on se comprenne, les auteurs de code GPL sont libre de mettre ce qu'ils veulent dans leur licence, c'est leur code et personne n'est oblige de l'utiliser.

                            De meme, les constructeurs sont libre de vendre ce qu'ils veulent, et ils doivent bien evidemment respecter la licence des different softs qu'ils utilisent.

                            Mon point est simplement qu'il n'y a rien de scandaleux a vendre un systeme que l'utilisateur ne peut pas modifier.
                            • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                              Posté par  . Évalué à 2.

                              Mon point est simplement qu'il n'y a rien de scandaleux a vendre un systeme que l'utilisateur ne peut pas modifier.


                              En effet, le constructeur peut aller dans ce sens s'il le veut, sauf si la licence des logiciels l'interdit. Vous êtes donc d'accord !
                            • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                              Posté par  . Évalué à 2.

                              je n'ai pas parlé de "modifier", j'ai parlé de détourner de son usage primaire et prévu, ce qui est une liberté encore plus fondamentale.


                              si j'achète un perchoir à linge pas pour du linge mais pour mes piafs, c'est mon problème.
                              • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                                Posté par  . Évalué à 2.

                                je n'ai pas parlé de "modifier", j'ai parlé de détourner de son usage primaire et prévu, ce qui est une liberté encore plus fondamentale.

                                T'es libre d'en faire ce que tu veux, et de meme le constructeur lui est libre de ne pas faire quoi que ce soit qui te permette de detourner l'usage.

                                Ensuite, c'est a toi de choisir si tu veux acheter ce qu'on te propose.
                  • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                    Posté par  . Évalué à 6.


                    Reprendre cet exemple à l'échelle d'un pays (le Vénézuela par exemple...).

                    C'est quoi le problème avec le Venezuela par exemple ?

                    Serait-ce une allusion à la censure présumée et relayée par les organes de désinformation qui ont sabordé ce communiste qu'était Jimmy Carter lorsqu'il a légitimité de la réélection de Chavez en tant qu'observateur indépendant ou d'autres ONG qui ne sont peut-être pas si NG qu'on veut bien le croire
                    http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=2160

                    Bref en recherchant des avis contraires, tu auras un point de vue différent sur la situation.
                    pour ne citer que quelque extraits ... de sites gauchiste évidemment

                    La chaîne vénézuélienne RCTV (Radio Caracas TV) qui appartient au groupe 1BC bénéficiait pour une durée de 20 ans, d’une licence de diffusion par voie hertzienne, venue à expiration le 27 mai 2007. Le gouvernement bolivarien a décidé de ne pas la renouveler, tout en laissant la chaîne libre de diffuser ses programmes par d’autres canaux (câble, satellite).


                    Qui dit la vérité ?
                    Mais peut être que tu vis à Caracas et que tu es mieux à même d'apprécier la situation.

                    Je crois me souvenir que la France a perdu quelques places dans le classement des pays vis à vis de leur indépendance des médias.
                    L'exemple est valable aussi alors ?
            • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

              Posté par  . Évalué à 8.

              quand la GPL v3 renforce de manière importante les droits de celui qui reçoit, elle change l'équilibre en empiétant d'autant sur les droits de celui qui donne


              Celui qui donne étant avant tout celui qui décide de mettre son travail sous gpl v3, je ne vois pas de problème...

              Les premiers lésés par un durcissement de la GPL sont ceux qui veulent redistribuer en trahissant les libertés offertes par "celui qui donne"
              • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                Je ne suis justement pas d'accord avec ça. Je ne dis pas que ce que fait Tivo est bien, loin de là, mais il ne s'agit pas d'une "trahison" ou quoi que ce soit du genre.
                Ils respectent le texte et les conditions qu'on leur a donné. Et d'ailleurs ça convient très bien à certains détenteurs de softs GPL (cf l'opinion de Linus).

                > Celui qui donne étant avant tout celui qui décide de mettre son travail
                > sous gpl v3, je ne vois pas de problème...

                Je n'ai pas dit qu'il y avait problème. Mais la GPL v2 n'est pas forcément "problématique" non plus. Elle met juste l'équilibre ailleurs.

                C'est pour ça que je n'aime pas la notion du "non ça ne restreint pas les libertés, ça les améliore". Ca en enlève certaines pour en améliorer d'autre. Et même si ce changement peut être souhaitable, il ne faut surtout pas nier que oui, ça entraîne bien des contraintes en plus (donc des libertés en moins) d'un des deux côtés de la licence. C'est l'unique sens de mon commentaire.
                • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

                  Posté par  . Évalué à 2.

                  Je ne suis justement pas d'accord avec ça. Je ne dis pas que ce que fait Tivo est bien, loin de là, mais il ne s'agit pas d'une "trahison" ou quoi que ce soit du genre.
                  Ils respectent le texte et les conditions qu'on leur a donné. Et d'ailleurs ça convient très bien à certains détenteurs de softs GPL (cf l'opinion de Linus).


                  Si ça convient à certains développeurs, grand bien leur fasse, ils continueront à utiliser GPLv2. La licence reste un outil, et si certains développeurs décident d'utiliser le GPLv3 pour protéger les libertés qu'ils donnent face aux détournements possibles, je ne vois pas au nom de quoi on leur collerait l'étiquette "liberticide" comme cela a été fait un peu plus haut dans la conversation. Le GPL3 reste moins liberticide au final que la repropriétarisation par la ruse.
        • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

          Il faut essayer de voir le parallèle avec des ordis de bureau.

          Imaginons qu'un vendeur d'ordinateur installe un linux à sa sauce et contrôle la signature du kernel avant de booter. Serait-il normal que, bien qu'ayant accès au source du noyau modifié, on ne puisse pas démarrer l'ordi sur un kernel maison ?

          Logiquement, je dirais non. Et si la GPLv2 n'avais pas prévu ce genre de situation, je dis vivement la GPLv3 !!

          Maintenant, je suis peut-être complètement à côté de la plaque...
          • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

            Posté par  . Évalué à 1.

            je plussois , c'est ce que je voulais dire :)
          • [^] # Re: pas tout à fait exact ?

            Posté par  . Évalué à 2.

            sauf que l'usage fait de TiVo et d'un PC de bureau est completement different: ordinateur de bureau=machine généraliste, tivo=boite à images. Cela dit, les raisons invoquées par tivo me paraissent lamentables. Je comprendrais qu'un fabricant d'équipements tels que les GSM par exemple, refuse d'exécuter un noyau modifié, si celui-ci risque de perturber le fonctionnement du réseau (cela dit, ce n'est qu'un exemple: a mon avis si le soft d'un GSM perturbe tout le réseau, c'est que celui-ci souffre d'un gros problème de conception ).
  • # Les brevets

    Posté par  . Évalué à 1.

    Je souligne la condition suivante dans le dernier brouillon : "unless you entered into that arrangement, or that patent license was granted, prior to 28 March 2007". Elle me semble dangereuse et non concurrentielle. En effet cette condition a surtout pour but de couvrir l'accord Microsoft-Novell. Combien de temps sera nécessaire pour migrer la plupart des logiciels GPLv2 sur la GPLv3? Il est préférable de prévenir maintenant que guérir dans l'urgence.
  • # C'est permis ?

    Posté par  . Évalué à 1.

    L'une des particularités de TiVo est de ne pas donner accès aux codes sources de leurs produits, bien qu'issus de codes sous GPL.

    C'est autorisé par la GPL ça ?
    • [^] # Re: C'est permis ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Non, cf plus haut.

      En fait à priori ils donnent bien les sources, ils se débrouillent juste pour pas qu'on puisse les utiliser sur leur matos. Ca c'est autorisé par le texte de la GPLv2
  • # Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

    Posté par  . Évalué à 8.

    Résumé :

    "Les logiciels libres c'est bien parce qu'on peut y piocher ce qu'on veut et s'en servir"

    "Les logiciels libres c'est mal parce que les autres peuvent y piocher ce qu'ils veulent et s'en servir".
    • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

      Posté par  . Évalué à 2.

      Industriel : le logiciel libre c'est bien , c'est gratuit , et on fait ce qu'on veut avec ...

      Whahahahah - rire démoniaque -
    • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

      Posté par  . Évalué à 10.

      Y'en a qui confondent encore le libre et la GPL... D'ailleurs cette dépêche est vraiment pas claire :

      Déjà faudrait expliquer que tout ça, c'est parti des "SEC fillings", c'est-à-dire des prévisions pour les actionnaires de l'année future auprès du FISC américain. Dedans, Novell puis TiVo ont indiqué que la GPLv3 pourrait leur poser problème.

      Rien de plus normal, puisque dans ces SEC fillings ils mettent tout et n'importe quoi : c'est leur assurance vis-à-vis de leurs actionnaires (et si ils sont au courant d'un truc qui peut leur nuire et qu'ils ne le disent pas, après le SEC ou les actionnaires les attaquent en justice...).

      Donc déjà TiVo n'est pas "très inquiet de la continuité de son business", ils sont justes prudents vis-à-vis de la GPLv3. Et c'est normal : la GPLv3 est *conçue* spécifiquement entre autre pour empêcher la tivoization, alors là encore je lis tout et n'importe quoi. Le principe c'est juste d'utiliser du code GPL signé et le "hardware" refuse d'exécuter du code non-signé (c-à-d modifié par les vilains hackers), mais effectivement il reste distribué : TiVo contourne donc l'esprit de la GPL ainsi, et c'est normal que la mise à jour de cette dernière résolve ce problème. Pour info TiVo signe son code car sur certaines chaînes ils ont le droit de "zapper" les pubs, d'autres non : en gros c'est comme iTunes avec les majors, TiVo est dépendant des chaînes de télé.

      La solution pour TiVo est bien entendu d'arrêter l'usage de Linux à moins qu'ils décident de mettre à jour par eux-mêmes tous les GNU tools/bibliothèques (dont la libc) une fois que ceux-ci seront en GPLv3 : bonne chance (et quand un développeur zélé récupère du code v3 attention aux doigts :P)...

      En ce qui concerne Novell, c'est encore autre chose. Eux ils ne craignent pas la GPL3 pour la tivoisation mais pour les mesures sur les brevets. Et depuis, les choses ont changé, puisque la FSF a décidé d'utiliser les accords de Novell avec Microsoft pour forcer Microsoft a donner une licence des brevets en question à la communauté libre : l'idée, c'est que si Microsoft a un accord avec Novell pour les brevets, et que Novell utilise la GPLv3 (avec une clause qui dit explicitement, contrairement à dans la GPLv2, "si j'ai la licence pour un brevet, et que je développe/contribue/distribue du logiciel libre sous GPLv3, alors je dois garantir que ma licence s'applique au logiciel en question"). Ici l'histoire est légèrement plus compliquée que pour TiVo, je vais pas entrer dans les détails, mais depuis la FSF a dit "Ok pour Novell on verra ce qu'eux décident" (ils peuvent donc passer en GPLv3 sans problème, alors que pour TiVo c'est DTC).

      Au niveau des liens de l'article, sérieusement : le coup de "la FSF interdit à Novell de distribuer Linux" c'était faux dès le départ et ça a été nié par Eben Moglen directement, alors le retrouver encore là c'est bidon : la FSF n'a jamais eu ce pouvoir de toutes façons, le seul moyen de ne pas pouvoir distribuer des softs sous GPL, c'est de rompre la licence (et c'est bien ça le problème avec Novell, ils sont restés dans le cadre de la licence même s'ils n'ont pas vraiment respecté son esprit, mais comme d'après Moglen y'a un loop hole dans leur accord avec Microsoft, au final ils sont contents).

      Le lien qu'il y aurait dû avoir dans l'article, c'est plutôt celui-là (même si tout le monde l'a sans doute déjà lu, enfin j'espère) : http://gplv3.fsf.org/rms-why.html

      C'est quand même beau de voir sur DLFP un article qui sonne un peu comme du FUD. C'est la moindre des choses d'expliquer pourquoi c'est bien que TiVo l'ait profond :).
      • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

        Posté par  . Évalué à 4.

        Pour info, ayant habité aux USA pendant 6 ans et ayant eu un TiVo (hacké), le problème n'est historiquement pas lié à la pub, c'est tout le contraire. Ce qui avait forcé TiVo a aller vers cette solution c'est que les chaînes de télé et les majors (du ciné) étaient inquiètes de savoir que les gens pourraient pomper, et ce au format numérique, tout ce qui passe à la télé (un problème similaire qu'avait eu Sony avec le Betamax).

        Donc dans ce cadre, pour éviter d'avoir tout le monde sur le dos, ils avaient développé (de mémoire) :
        - un noyau qui ne boot que si les checksums du noyau et du rootfs sont valides (facilement contournable)
        - un nouveau filesystem (MFS)
        - une couche au driver IDE pour chiffrer toutes les données contenues dans les FS MFS

        Et c'est ce dernier point qui fait qu'ils signent tout. Parce que sur les premières générations de modèle, tu pouvais facilement remplacer le noyau et virer le chiffrement du FS. Résultat, je pouvais pomper directement depuis le TiVo n'importe quel programme au format MPEG2. Et si tu avais le satellite numérique (comme DirecTV), étant donné que ce modèle de TiVo n'encode pas (sur les modèles pour le cable, la machine a des encodeurs MPEG alors que pour la version satellite il se contente de sauvegarder le flux venant du sat), tu enregistrais tout simplement ce que le provider sat émettait, sans perte en réencodage et autres...

        Donc dans les dernières versions des machines, c'est la boot ROM qui checke la signature du noyau et elle va refuser de booter le noyau si la signature n'est pas valide. Le seul moyen pour contourner c'est un programmateur d'EEPROM (c'est pas flashable).

        Bon sinon y'avait des trucs marrants à savoir que la plupart des outils sont codés en Tcl... ;-)

        Just my 2 cents
    • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Heu, c'est pas Novell qui soutient le développement de mono ?
      C'est pas Novell qui développe F-spot ? Non parce que si c'est le cas, j'ai tout ça sur mon ordi, j'ai le droit de consulter et de modifier les sources et je crois même avoir le droit de faire un fork.
      Alors je sais bien que Novell a des accords douteux avec Microsoft, mais ne mettons pas tout le monde dans le même bateau non plus. Novell fait au moins un peu de libre. Peut être qu'ils sont fondalement contre et ne veulent qu'imposer leur logique industriel en exploitant le système, mais enfin pour le moment, il y a encore du libre qui sort de leur usine.
      • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        A mon avis, entre les deux, je pense que c'est Novell à qui j'en voudrai le plus. Tivo exploite une "faille" de la GPLv2, certes, mais au moins on a accès au code source. Tout ce qu'on ne peut pas faire, c'est bidouiller l'appareil.

        Par contre, Novell, comme tu le soulignes parfaitement (et je dirai même que t'es un brin trop critique là-dessus) contribue beaucoup au libre: mono, openoffice, samba, opensuse, etc. De plus ils sont membre à grande part du Open Invention Network, que du bon jusque là. Seulement, cet accord justement, comme il a été discuté moultes fois après son annonce ne protège que les clients de Novell, comme l'avait répété au moins à 2 reprises Ballmer qui reprenait les représentants de Novell. Ceci pourrait (je dis bien pourrai) mener à une inclusion de code protégé par un brevet de M$ dans un outil libre, modification qui serait après ramenée au projet principal, accessible à tous...

        Et là, c'est le bad...
        • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

          Donc tu penses qu'entre :

          - une boite qui joue volontairement borderline et qui consciemment est en dehors des souhaits des auteurs, bref, de mauvaise foi

          et d'un autre côté

          - une boite qui contribue au libre et qui agit pour protéger ses clients des risques inhérents à leur choix, bref, de bonne foi, qui ce faisant ne garanti pas les non clients d'un risque tout hypothétique à peut être faire moins attention à une intégration par mégarde d'une technologie sous brevet (chose qui aurait pu aussi arriver sans l'accord)

          Il faut en vouloir au second ?
          Il y a vraiment des jours où j'ai l'impression d'être sur une autre planète (et je dis ça sans avoir aucun avis tranché sur aucun des deux cas).
          • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            je pense qu'il fait la différence au niveau du "manifestement"

            Oops ah non c'est pas du DADVSI, m'enfin bon ça s'applique : en terme d'intention, elle est plus évidente d'un côté (celui qui connaît ou est censé connaître) que de l'autre (ah bah je savais pas, chui pas habitué) qui peut feindre l'ignorance ('fin pas très longtemps vu le cortège d'avocats et conseillers à sa disposition qui eux sont censé savoir).

            bref, 1 à 1, balle au centre, tous en tôles, euh je m'égare encore :/
          • [^] # Re: Ce que les industriels (TiVO, Novell, MS) pensent du libre

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            Vu comme ça oui, en effet ça peut paraître étrange. Mais à mon avis, l'insertion d'un code protégé par brevet est plus probable que tu le présentes. L'un des objectifs de l'accord est également de s'échanger des informations techniques pour permettre une meilleure interopérabilité entre produits M$ et libres.

            Ce que je veux donc dire, c'est que pour le libre, le second cas est plus nuisible. Parce que si justement du code "inspiré" par celui de M$ se retrouve (par Novell) dans un projet libre, ce dernier pourrait un jour être en difficulté. Certes, je ne dis pas que c'est la fin du monde, mais cette dernière année, M$ parle de plus en plus de brevets. Intimidation non fondée ? Peut-être, mais ça n'empêche, il y a un certain flou dans cette affaire là qui n'est pas bénéfique au libre.

            De l'autre côté, Tivo ne fait du "mal" qu'aux personnes qui veulent modifier et jouer avec leur appareil. Rien qu'en regardant le nombre de concernés, il y a une différence majeure entre les deux cas.

            L'idéal serait de ne pas avoir à faire à ce genre de situations, mais si je devais choisir, la seconde m'inquiéterait plus...
  • # Devoir d'information

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0.

    Est-ce qu'il ne serais pas suffisant, déjà, de prévenir l'acheteur potentiel que l'équippement a recours à la "tivoization" ?

    Avec, par exemple, un sticker sur la boite et une mention sur les sites web genre:

    "Attention: Ce matériel contient des protection logicelles et matériel qui sont concue pour vous empêcher d'exercer vos droits"

    En anglais, ca donnerais:

    "Warning: This equippment contains software and hardware protections that prevent it usage under the Fair Use Act."

    Déjà, ca éviterais à tous les bidouilleurs d'acheter ces appareils.
    Ensuite, ca serais suffisament négatif, je pense, pour que les gens qui ne s'y connaissent pas choisissent un appareil sans le sticker.
    A la fin, soit Tivo re-négocie avec les société de production, soient ils meurent.

    On pourrais coller la même chose sur les Livebox signées, aussi.

    Cela dis, je pense vraiment qu'un jour ou l'autre, ils finiront tous par libérer leurs sources:

    Rien que Linksys par exemple, à mon avis ils ont été (avec le recul) très contents de libérer les sources du routeur WRT-54G : Les geeks se sont jeté dessus comme des petits pains (alors meme qu'il y a des parties non libre dedans), des business se sont montées autour de ca,...

    Lorsque il y en a un qui entend l'appel feutré de la liasse de billets, le soir au fond des bois, très vite la meute arrive...

    obc
    • [^] # Re: Devoir d'information

      Posté par  . Évalué à 2.



      "Attention: Ce matériel contient des protection logicelles et matériel qui sont concue pour vous empêcher d'exercer vos droits"


      Comme les paquets de cigarettes :


      L'utilisation de matériel Tivoïzée nuit fortement à l'exercice de vos droits et de vos libertés


      au fait qui imposerait ces stickers ? Cela ne fait pas partie des stratégie marketing je pense :) , Faut une campagne de sensibilisation avec la CNIL (comme les campagne avec le ministère de la santé )
      • [^] # Re: Devoir d'information

        Posté par  . Évalué à 2.

        faudrait déjà que ces TiVo soient disponibles et utilisables en France, or comme par hasard, fichtre et diantres elles ne le sont pas, serait-ce par hasard la faute des chaines de télé qui n'aimeraient pas le fast-forwarding des pubs ou les trafics d'émissions enregistrées ?

        on a juste quelques canards boiteux qui tentent mollement de remplir la même fonction, un boitier de Canal il y a quelques temps, puis Orange qui s'y colle récement (ils ont un spot TV en cours) alors que le produit a été lancé fin 99 et a receuilli un acceuil très enthousiaste...
    • [^] # Re: Devoir d'information

      Posté par  . Évalué à 8.

      Les geeks se sont jeté[s] dessus comme des petits pains

      Personnellement, je n’ai jamais vu de petit pain se jeter sur quoi que ce soit…
  • # je ne vois pas ou est leur probleme ...

    Posté par  . Évalué à 3.

    Ils onjt deja une base en GPL V2 .... Linux est en GPL V2 ...

    Ah,si ils ne pourront plus pomper les évolutions des logiciels en GPL V3 pour les intégrer à leur box. Ils vont devoir bosser un peu ces feignasses !!!!
  • # Et le cas de Free ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    Il est question ici d'une vérification ayant lieu sur la machine même n'autorisant pas de booter un binaire modifié.

    Dans le cas de Free, le code source est disponible (plus ou moins, je n'ai personnellement pas trop cherché, mais il me semble qu'on peut trouver presque tout ce qu'il faut sur les ftp de Free), mais je me souviens avoir lu il y a à peu près un an, un responsable de Free annoncer qu'il n'accepterait aucune Freebox avec firmware traffiqué sur le réseau de Free.

    Bien que je comprenne son point de vue (la sécurité du réseau par exemple), n'est-ce pas un cas plus ou moins similaire avec celui de Tivo ? Ou bien, le fait que la vérification de la signature soit faites par le DSLAM fait qu'on ne tombe pas dans le même cas ?

    Non pas que ça m'intéresse particulièrement de pouvoir modifier le firmware de la Freebox (je n'en ai même pas), mais c'était juste pour voir si Free aurait aussi à faire à ce genre de problème une fois la GPLv3 adoptée ?
    • [^] # Re: Et le cas de Free ?

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

      je ne pense pas puisqu'ils autorisent le boot ...
      • [^] # Re: Et le cas de Free ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

        Ils l'autorisent, mais la Freebox est inutilisable puisque une signature du firmware est normalement envoyée au DSLAM... Enfin du moins je crois. Quoi qu'il en soit, une freebox traffiquée n'est (ou ne sera) pas admise sur le réseau de Free...

        Est-ce que la GPLv3 interdira tout dispositif qui empêche le fonctionnement correct d'un appareil avec firmware modifié, ou elle se focalise juste sur un problème de boot ?
        • [^] # Re: Et le cas de Free ?

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          En même temps si c'est le logiciel qui envoie une signature, il peut onner la signature qu'il veut je pense, non ?

          Après ça peut poser problème pour les upgrades de firmware.
        • [^] # Re: Et le cas de Free ?

          Posté par  . Évalué à 3.

          Les situations sont différentes :

          — Les DSLAMs et le réseau de Free sont privés.
          — D’après ce que je comprends, les « réseaux » sur lesquels sont connectés les TiVo sont publics ou indépendants (télévision par câble, satellite, hertzien, et programmes TV par internet (leur service internet est payant mais rien n’empêche d’en avoir un autre)).

          En clair, Free t’empêche d’utiliser un autre microcode sur _leur_ réseau. Rien ni personne ne t’empêche d’utiliser ta Freebox avec un autre microcode sur un autre réseau que celui de Free. Bon, il faudra sûrement que tu montes ton propre DSLAM dans ton garage mais tu peux quand même te servir de ta Freebox hackée.

          De son côté, TiVo t’empêche d’utiliser ta « TiVobox » (je ne sais pas comment ils appellent ça) avec un autre microcode – point barre.
        • [^] # Re: Et le cas de Free ?

          Posté par  . Évalué à 3.

          Quoi qu'il en soit, une freebox traffiquée n'est (ou ne sera) pas admise sur le réseau de Free...

          Le réseau de Free appartient à Free et il n'est pas sous GPL. Il n'y a aucune raison de leur nier le droit d'administrer leur réseau comme bon leur semble.

          La rédaction de la GPLv3 est assez spécifique : elle interdit les restrictions sur l'utilisation du produit avec lequel est fourni le logiciel, non pas les services éventuellement fournis en supplément.
          En effet, à la fin de l'article 6 :
          « The requirement to provide Installation Information does not include a
          requirement to continue to provide support service, warranty, or
          updates for a work that has been modified or installed by the
          recipient, or for the User Product in which it has been modified or
          installed. Network access may be denied when the modification itself
          materially and adversely affects the operation of the network or
          violates the rules and protocols for communication across the network.
          »
          (la dernière phrase s'applique parfaitement au cas d'un FAI comme Free qui voudrait protéger sa qualité de service vis-à-vis de terminaux modifiés)
    • [^] # Re: Et le cas de Free ?

      Posté par  . Évalué à 0.

      L'argument de Free est qu'ils ne vendent pas de Freebox. Ils les prêtent à leurs abonnés.

      La Freebox est donc un élément de leur réseau privé qui leur permet de vendre des abonnements. Dans ce sens Free ne vend pas de matériel équipé de softs sous GPL.

      A mon avis ça se défend mais c'est un peu jouer sur les mots. D'ailleurs à propos de jouer sur les mots il me semble que dans la GPL c'est le mot "distribuer" qui est utilisé (pas vendre) et à ce moment là on peut considérer que Free "distribue" des Freebox.
      • [^] # Re: Et le cas de Free ?

        Posté par  . Évalué à 2.

        Ah, tiens, le sempiternel troll sur Free/Freebox/prêtée/GPL qui fait une nouvelle tentative de perçage. Ça commençait à me manquer.
      • [^] # Re: Et le cas de Free ?

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -2.

        La Freebox est une boite noire dont les interfaces relatives à l'utilisateur sont connues. L'utilisateur n'a pas à transformer un matériel qui lui est prêté et le fait qu'il y a une logique câblée ou logicielle à l'intérieur ne le regarde pas. D'ailleurs le code est téléchargé au boot initial puis de temps à autre.
        • [^] # Re: Et le cas de Free ?

          Posté par  . Évalué à 2.

          Et le téléphone WiFi de free, qui n'est pas prété, lui, on les trouve où les sources ?
          • [^] # Re: Et le cas de Free ?

            Posté par  . Évalué à 2.

            toute facon a un moment on pouvait devenir propriétaire des freebox, donc elles ont bel et bien était distribué.

            Et si c'était tant privé que ca alors :
            si la foudre passe par la ligne téléphonique (a eux) pour casse la freebox ("a eux") tu ne devrais pas devoir la repayer...
            • [^] # Re: Et le cas de Free ?

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

              Oui, mais ils l'ont distribué sans le soft qui est normalement effacé (cf le site openfreebox qui parle justement de ces boites noires "achetées" pour faire tourner des choses dessus).
              • [^] # Re: Et le cas de Free ?

                Posté par  . Évalué à 3.

                Mouarf, jamais de la vie. Le contenu du BANK0 (le truc minimal de recovery) n'est jamais effacé, et le BANK1 (qui contient le "vrai" firmware) n'est pas effacé à la déconnexion du réseau Free. A ce qu'il me semble me rappeler des conversations avec les personnes d'OpenFreebox, il n'y a que le code pour le décodeur MPEG qui est téléchargé à chaque boot.
                • [^] # Re: Et le cas de Free ?

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                  moi sur la FAQ de leur site je lis """ET DONC NORMALEMENT FREE aura pris toutes les dispositions nécessaires pour en retirer la partie logiciel (firmware)."""

                  L'éventualité contraire n'est que listée dans un point avec marqué grosso modo "cas intéressant". Nul part il n'est fait état ou même sous entendu que c'est le cas habituel. C'est même plutot l'inverse. Après, effectivement, je n'en sais pas plus.
          • [^] # Re: Et le cas de Free ?

            Posté par  . Évalué à 2.

            Déjà, on est sur que le telephone utilise un systeme libre pour tourner ?
  • # Violation de la GPLv2?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    "L'une des particularités de TiVo est de ne pas donner accès aux codes sources de leurs produits, bien qu'issus de codes sous GPL"

    Si cette information est correcte, Tivo est en violation pure et simple de la GPLv2.
    • [^] # Re: Violation de la GPLv2?

      Posté par  . Évalué à 2.

      Si cette information est correcte


      Elle ne l'est pas, la dépêche est mal torchée, et cela a déjà discuté plus haut... et donc

      , Tivo est en violation pure et simple de la GPLv2.


      ... tivo n'est pas en violation du GPLv2, il contourne le problème. c'est tout l'intéret de la GPLv3: offrir aux développeurs qui le souhaitent une licence GPL permettant d'empêcher certains contournements comme ceux observés chez TiVo
  • # Pourquoi utiliser Linux ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

    Il y a un truc que je n'ai jamais pigé, c'est pourquoi ces entreprises qui ne veulent pas "jouer le jeu" utilisent Linux.

    Elles veulent pouvoir faire ce qui leur chante sans rien donner en retour... Suffit de prendre un OS sous licence BSD !
    C'est fait pour ça non ?
    • [^] # Re: Pourquoi utiliser Linux ?

      Posté par  . Évalué à 3.

      j'allais poser la même question...

      C'est pas comme s'il n'y avait pas le choix. Surtout que pour de l'embarqué, un netbsd n'a rien à envier à une base linux.

      'fin bon, ça doit être encore une histoire de daicideur praissai à qui on a proposé d'utiliser linux et qui s'est rappelé qu'il avait vu ce nom dans une brochure IBM...
  • # le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

    Posté par  . Évalué à 3.

    Je crois que c'est comme ca que l'on peut resumer le comportement de Tivo. Ils sont assez rigolo a dire que la GPL3 va tuer leur business model. Sans la GPL et la FSF ils n'auraient pas eu du tout de business model. Et leur comportement est a l'oppose de la philosphie et du pourquoi de la GPL.

    Qu'une clause ait ete rajoute pour empecher le detournement de ce style ce n'est que tant mieux sinon on pourrait avoir des linux partout y compris sur nos pc et ne jamais pouvoir en changer enfin pas sans la version du constructueur. De plus comme on ne peut pas compiler et utiliser le linux en question sur la meme machine qu'est ce qui prouve que le linux a l'interieur est bien celui fournit?

    Tivo a 3 solutions maintenant:

    1 - jouer le jeu et enfin respecter l'esprit et la lettre de la GPL
    2 - passer sur xBSD, ne connaissant pas ces systemes je ne sais pas du tout si tout ce qui est dessus est en licence BSD ou pas. Ca peut etre difficile de s'affranchi des gnutools par exemple (juste une hypothese).
    3 - acheter une licence a MS pour leur soft equivalent. Bon celle la je pense que cela greverait pas mal leur "business plan" ...
    • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      4) continuer à utiliser du logiciel en GPL v2, et financer le support du fork qu'il on besoin, comme déjà dit.

      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

        Posté par  . Évalué à 2.

        sur le long terme ce n'est pas viable et ils le savent pertinnement d'ou leur cri d'orfai pour faire peur et empecher l'adoption de la GPL3. Je soupconne qu'ils ont rien dit avant parceque Linus n'aimait pas les brouillons de la GPL3 mais depuis la derniere version il est presque ok et ca ca leur fout les jetons.
        • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          > sur le long terme ce n'est pas viable
          De toute façon, aucun modèle propriétaire n'est pérenne face au LL, sauf à la rigueur sur certains marchés de niche, ou la mutualisation des compétence n'est pas possible.

          Sinon, moi je me fiche complètement des gérémiades de TiVo, ils n'ont qu'a lancer un concept de Tv libre, et en profiter pour y retirer une once de débilité. Sinon, ils n'ont qu'a faire comme Apple, qui arrive très bien à vendre des DRM sponsorisés par du logiciel libre non copylefté.

          Adhérer à l'April, ça vous tente ?

          • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            De toute façon, aucun modèle propriétaire n'est pérenne face au LL

            Ah l'absolutisme de ceux qui connaissent tout, c'est beau.
            Je connais un certain modèle propriétaire qui commence par win et fini par dows, qui existe depuis 1985 et semble ne pas avoir trop de problèmes économiques. Ils sont certes des problèmes techniques de temps, en temps, mais de là à être certain qu'ils vont disparaître rapidemment devant le logiciel libre...
            • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

              D'accord, mais on est au début de l'ère de la société de l'information, et le logiciel libre commence tout juste à être vu comme crédible (on peut situer ça pour 2000 ...). Dans 20 ans, on pourra en reparler.
              Note que je n'ai jamais dit que ça serait rapide ... à mes yeux, la pérennité c'est pas celle de ouindoze enn'té, c'est des générations ...

              Adhérer à l'April, ça vous tente ?

        • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

          Posté par  . Évalué à 1.

          Je soupconne qu'ils ont rien dit avant parceque Linus n'aimait pas les brouillons de la GPL3 mais depuis la derniere version il est presque ok et ca ca leur fout les jetons.

          Que Linus soit ok ou pas, le noyau Linux est le produit de milliers de contributeurs et il faudra l'accord individuel de chacun pour changer la licence. Autant dire que c'est à peu près impossible.

          (par contre on peut imaginer que Linus décide d'une politique du genre "GPLv2 pour les sources existants, GPLv3 pour toute nouvelle fonctionnalité". Avec des exceptions éventuelles pour autoriser la liaison entre les deux.)
          • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

            Posté par  . Évalué à 1.


            Que Linus soit ok ou pas, le noyau Linux est le produit de milliers de contributeurs et il faudra l'accord individuel de chacun pour changer la licence. Autant dire que c'est à peu près impossible.


            Pas forcément.
            on peut tres bien lancé un appel publique de changement de licence, et que tous les gens qui sont contre devront se manifester avant 'telle date'. Si a partir de 'telle date' ils ne se sont pas manifesté on les supposera tactitement d'accord.
            C'est le protocole utilisé pour les permis de construire (ie tu dois te déclarer si tu n'es pas d'accord avec un permis) ou les brevets (si un brevet fait état d'un prior art, c'est a toi de te manifester, c'est pas l'office des brevets américain qui va regarder exhaustivement).

            Ensuite la question de la menace que pourrait faire planer en disant 'j'étais pas au courant, je veux retirer tout monde code de linux' si ce code est conséquent... Mais si le délai est suffisament grand (et avec suffisament de pub), cela ne devrais pas etre recevable trop facilement (ie que des cas 'spéciaux' style a l'hosto pendant tout un an etc...)
            • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

              C'est bien joli ton histoire, tu proposes aux législateurs des différents pays des dév. de Linux tes changements dans le droit d'auteur ? À mon avis à part passé le délai de prescription ou autre disposition légale existante, n'importe qui aura le droit de gueuler n'importe quand contre un changement de licence de sa ligne de code dans Linux.
            • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

              Posté par  . Évalué à 3.

              Jy crois pas des masses à ton truc, c'est l'auteur du code qui décide explicitement de sa/ses licences, pas d'autres qui décident implicitement pour lui.

              L'histoire du permi de construire ça doit être légalement très bien spécifié.
            • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

              Posté par  . Évalué à 1.

              on peut tres bien lancé un appel publique de changement de licence, et que tous les gens qui sont contre devront se manifester avant 'telle date'. Si a partir de 'telle date' ils ne se sont pas manifesté on les supposera tactitement d'accord.

              La légalité d'une telle procédure doit être très proche de zéro.

              C'est le protocole utilisé pour les permis de construire [...] ou les brevets

              Parce que c'est prévu par la loi, spécifiquement pour ces cas-là.
              Pas pour le droit d'auteur (français) ni pour le copyright (anglo-saxon).
            • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

              > on peut tres bien lancé un appel publique de changement de licence,
              > et que tous les gens qui sont contre devront se manifester avant 'telle
              > date'. Si a partir de 'telle date' ils ne se sont pas manifesté on les
              > supposera tactitement d'accord.

              J'espère que jamais ton voisin de l'immeuble en face ne fera un tel appel dans sa cage d'escalier concernant ta voiture.

              Plus sérieusement tu ne peux *pas* considérer que l'absence de réponse est un accord positif. Pour utiliser un contenu sous copyright tu dois obtenir une autorisation. Tu l'as ou tu ne l'as pas. Si la personne n'a pas répondu logiquement tu ne l'as pas.

              > C'est le protocole utilisé pour les permis de construire

              La différence c'est que dans ton exemple tu lances un appel pour prendre connaissance de choses qui pourraient rentrer en conflit. Pour notre GPLv3 tu connais déjà les problèmes, tu fais seulement semblant de les ignorer. La différence est quand même importante.

              Seconde différence : C'est prévu par la loi ainsi, pas pour le copyright. On ne va certainement pas changer toute la législation mondiale rien que pour faire plaisir à la FSF.

              > si un brevet fait état d'un prior art, c'est a toi de te manifester, c'est
              > pas l'office des brevets américain qui va regarder exhaustivement

              Déjà l'office est sensé regarder à l'avance, si. Il y a bien aussi une phase de consultation mais ça ne t'empêche pas de contester après coup. Souhaites tu faire reposer Linux sur ce genre de sécurité ? pendant encore 70 ans la possibilité pour n'importe qui de remettre en cause le droit d'utilisation ? L'insécurité par les brevets est déjà assez forte sans en rajouter.

              > cela ne devrais pas etre recevable trop facilement

              Tu es en train de refaire la loi là. La loi n'impose pas à quelqu'un de se manifester ainsi. Ce n'est pas à toi de savoir si c'est recevable. Le fait que tu aies laissé du temps, que tu aies fait de la pub, ne change rien aux droits que les gens ont par la loi (et heureusement).
              • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

                Posté par  . Évalué à 2.

                Plus sérieusement tu ne peux *pas* considérer que l'absence de réponse est un accord positif. Pour utiliser un contenu sous copyright tu dois obtenir une autorisation. Tu l'as ou tu ne l'as pas. Si la personne n'a pas répondu logiquement tu ne l'as pas.

                Tu a jamais t'intéresser aux procédures pour constater le nombre de (légale ou pas) qui sont comme ca.
                L'exemple le plus parlant est la reconduction de contrat (c'est d'ailleurs souvent indiqué sur le contrat initial).

                Enfin je proposais juste une solution, qui vaut ce qu'elle vaut, mais évite certains éceuils style 'j'ai codé deux lignes, vous savez pas lesquels, et je creve sans descendance mais vous savez pas ni que je suis mort, ni que je suis sans descendance'.
                Vous faites quoi si vous decidez de changer quelquechose?
                vous vous paluchez à la main les millions de lignes de code en demandant a chacune 'qui la faite celle la' ?
                • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

                  Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                  > L'exemple le plus parlant est la reconduction de contrat (c'est
                  > d'ailleurs souvent indiqué sur le contrat initial)

                  Comme tu dis, c'est indiqué sur le contrat initial, donc prévu. Pas ici.
                  Ceci dit, même prévu, les tribunaux invalident régulièrement des clauses de ce style quand elles sont jugées disproportionnées. C'est entre autres arrivé aux FAI.

                  > Vous faites quoi si vous decidez de changer quelquechose?

                  On est bien conscients du problème, et la réponse est "aucune solution". Ta solution pourrait résoudre le problème, effectivement, *si* elle avait un fondement légal ou contractuel, ce qui malheureusement n'est pas le cas.
                  • [^] # Re: le beurre, l'argent du beurre et le cul de la cremiere

                    Posté par  . Évalué à 2.

                    les fai c'était quand meme pire :
                    ce n'était pas qu'une "reconduction tacite", mais un changement unilatéral sans préavis.
                    Ce qui est quand meme différent qu'une annonce avec préavis.
                    A noter les reconductions de contrat (en tout cas dans certains cas) sont encadrés par la loi : le détenteur doit etre prevenu au moins 2 mois avant échance du contrat (le délai dépend de la durée du contrat) , et si ce n'est pas fait, une lettre de résiliation de contrat a un effet immédiat (et non pas le prochain trimestre apres versement des sommes dues ou autre conneries).
                    Idem si il y a changement de contrat (en cas de changement de contrat : aucune pénalité ne peut etre appliqué si on accepte pas le nouveau contrat).

                    C'était juste pour dire que
                    OUI je ne suis pas juriste
                    OUI ma solution de 2 lignes manque reflexion

                    mais
                    NON, le concept existe quand meme dans la loi

                    Et enfin : on peut aussi demander 'es tu sur que la personne qui a dis que ce code appartenait a X est bien la vrai personne' : quel preuve a tu de l'identité du béneficiaire du copyright?
                    Ca aussi c'est une question pas forcément simple (le cas le plus extreme est bien entendu celui de SCO)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.