La Fondation Eclipse déménage en Europe

Posté par  (site Web personnel) . Édité par ZeroHeure, Davy Defaud, tankey et Ysabeau. Modéré par Xavier Claude.
Étiquettes :
37
12
mai
2020
Communauté

La Fondation Eclipse, qui héberge de très nombreux projets open source, déménage officiellement en Europe. Comme elle l’annonce ce mardi, son siège bascule des États‑Unis à Bruxelles. Première étape d’un processus qui devrait durer quelques mois, la création d’Eclipse Foundation AISBL, une Association Internationale Sans But Lucratif.

Logo de la Fondation Eclipse

Les démarches administratives sont en cours et la nouvelle entité légale devrait voir le jour pendant l’été 2020.

Nous avons profité de l’occasion pour poser quelques questions à Gaël Blondelle, vice‐président de la fondation, qui a le bon goût d’être européen et basé à Toulouse !

La fondation Eclipse

Eclipse, ce n’est plus juste un EDI/IDE, et ce depuis longtemps. Au même titre que la tentaculaire Fondation Linux, la Fondation Eclipse est désormais un véritable écosystème autour du Libre et de l’Open Source, avec de la gouvernance, la gestion des aspects juridiques, les processus et infrastructure de développement.
C’est plus de 375 projets open source (principalement sous licence EPL) représentant 240 millions de lignes de code sur des sujets aussi variés que :

  • l’infonuagique (aka cloud) ;
  • l’informatique en périphérie (aka edge computing) ;
  • l’internet des objets (aka IoT) ;
  • l’intelligence artificielle ;
  • les véhicules connectés.

Au‑delà des projets informatiques, la fondation anime aussi quinze groupes de travail rassemblant des entreprises motivées pour collaborer sur un sujet spécifique, ainsi que des cycles de conférences (EclipseCon).

Déménagement en Europe

La fondation confirme donc officiellement son ancrage déjà très européen dans les faits. En effet, une très grande partie de ses membres stratégiques sont basés en Europe. Citons le CEA List, le DLR, Centre aérospatial allemand, l’institut Fraunhofer FOKUS, Obeo, Bosch, SAP, etc. L’Asie prend aussi une part très importante dans la fondation avec Fujitsu, Konduit, la fondation IOTA et tout récemment l’arrivée de Huawei annoncée lors du dernier Paris Open Source Summit.

L’objectif de la Fondation Eclipse semble donc de mettre en place de nouveaux relais de croissance sur le vieux continent, de se développer et d’aider au développement de l’écosystème autour du Libre et de l’Open Source via une position plus centrale géographiquement. L’objectif affiché est aussi de pouvoir participer et aider ses membres à participer plus facilement à des projets de recherche européens sur les technologies ouvertes.

Entretien avec Gaël Blondelle

Gaël Blondelle, vice‑président de la fondation, nous a donné quelques précisions.

Avec ce déménagement à Bruxelles, la Fondation Eclipse considère‑t‑elle que l’Europe est désormais le centre de gravité pour du Libre ?

Clairement, l’Europe aime de plus en plus l’open source ! Mais je dirais plus que l’Europe a l’opportunité de devenir ce centre de gravité open source.
On s’est rendu compte que deux tiers de nos organisations membres étaient basées en Europe. De même pour les « committeurs ». Et on sent que collaborer autour de l’open source est maintenant une chose normale pour de plus en plus d’organisations européennes. Une des forces de l’open source, c’est de fournir un cadre qui permet de collaborer à l’échelle de la planète, et nous souhaitons toujours avoir des membres partout dans le monde. Mais renforcer notre centre de gravité en Europe sera un vrai différenciateur par rapport aux autres grandes fondations généralistes dont le siège est en Californie.

Qu’est‑ce que cela va changer pour la fondation au quotidien ?

Pour les développeurs, rien ne change. D’ici quelques semaines, on va proposer une nouvelle forge basée sur GitLab et installée sur des serveurs en Europe. Ça s’ajoutera à nos serveurs au Canada et à la possibilité d’héberger un projet de la Fondation Eclipse sur GitHub.
Pour nous, c’est beaucoup de travail, surtout légal, pour transférer tous nos processus juridiques vers le cadre européen.

Des nouveaux projets à venir ?

Certainement, mais rien de confirmé pour l’instant. Mon rôle dans l’année qui vient, c’est de créer de l’enthousiasme, de faire de la Fondation Eclipse la fondation open source de référence en Europe. Je suis sûr que pour réussir, les grands projets en Europe doivent se baser sur l’open source. Je suis sûr qu’on en reparlera.

Aller plus loin

  • # Drapeaux

    Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

    Les 3 premiers liens sont en anglais contrairement à ce qu'annoncent leurs drapeaux.

  • # Motivations et export

    Posté par  . Évalué à 10 (+10/-0).

    Dans les motivations au déménagement, il n'y avait pas aussi les restrictions à l'exportation des États-unis ?

    Notamment les récentes sur la Chine (gênant pour travailler avec Huawei).

  • # l’Europe aime de plus en plus l’open source !

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5 (+8/-4).

    "Clairement, l’Europe aime de plus en plus l’open source !"

    Bah oui et non, hier je découvrait un projet de rapport sur les brevets logiciels et l'IA visant à niquer le libre, et le logiciel propriétaire aussi:

    https://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2014_2019/plmrep/COMMITTEES/JURI/PR/2020/05-12/1203550EN.pdf

    "as computer programs, cannot be patented, except under Article 52(3) of the European Patent Convention;"

    Le rapporteur est un député de la République en Marche…

    • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à -7 (+2/-11).

      "de plus en plus" != à 100%, donc du coup ton "exemple" est hors sujet.

      Tu peux jouer à l'éternel râleur qui voit tout en noir et blanc pour surtout ne rien changer en pratique, d'autres savent relativiser et voir des changements positifs à d'autres endroits pour globalement inciter au fur et à mesure d'autres entités à évoluer dans la direction souhaitée.

    • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+6/-4).

      un projet de rapport

      Ah oui, forcément, un projet de rapport par un député c'est un sacré argumentaire.

      visant à niquer le libre, et le logiciel propriétaire aussi

      S'inventer des ennemis c'est rigolo au PMU du coin, mais ça ne fait pas vraiment avancer le sujet.

      L'Union Européenne investit massivement dans le logiciel libre. Dans les projets de R&D, les licences libres sont considérées comme des atouts de dissémination.

      Il y a encore du chemin à faire et, sur ce sujet, il faut remercier les organisations comme Eclipse et OW2 (pas de jaloux) qui agissent de manière constructive pour faire reconnaître l'open source auprès des instances politiques.

      En revanche, les discours paranoïaques - quasi-complotistes - tel que les tiens n'ont jamais servi à rien, sauf à décridibiliser le travail de ceux qui oeuvrent de manière constructive, j'en suis convaincu.

      • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4 (+4/-1).

        "En revanche, les discours paranoïaques - quasi-complotistes - tel que les tiens n'ont jamais servi à rien, sauf à décridibiliser le travail de ceux qui oeuvrent de manière constructive, j'en suis convaincu."

        Le discours n'est pas complotiste ni paranoïaque. Je m'éfforce juste d'alerter des textes légaux ultra-dangereux pour notre secteur/mérier, textes qui sortent tout droit de l'industrie des brevets.

        Si tu fais un peu de recherche, tu trouveras que ce rapport est très inspiré de l'Office Européen des Brevets et de ses nouvelles règles de Novembre 2019, dont l'unique objectif est d'encore étendre le champ du brevetable, une fois de plus.

        Et si ils pouvaient éviter le débat publique sur le sujet, ce serait encore mieux.

        • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+4/-2).

          Il est évident que de nombreux acteurs en Europe sont favorables aux brevets logiciels.

          En ce qui concerne la commission européenne, elle finance et supporte explicitement le logiciel libre et ce, j'insiste, grâce au lobbying d'organismes tels que Eclipse (et pas que).

          visant à niquer le libre

          Non. Ce texte vise à défendre les intérêts de certains acteurs économiques, incompatibles avec le logiciel libre.

          À partir de là, on peut se considérer une citadelle assiégée, dire que les autres sont tous des méchants qui veulent nous "niquer"… ou on peut essayer d'expliquer en quoi les brevets sont incompatibles avec le logiciel libre (encore que, même ceci est sujet à débat) et essayer de convaincre.

          Je pense que la 2ème approche est plus efficace.

          • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3 (+3/-1).

            "brevets sont incompatibles avec le logiciel libre (encore que, même ceci est sujet à débat)"

            La GPL de 1991 est pourtant claire sur le sujet:

            https://www.gnu.org/licenses/old-licenses/gpl-2.0.html

            "Finally, any free program is threatened constantly by software patents. We wish to avoid the danger that redistributors of a free program will individually obtain patent licenses, in effect making the program proprietary. To prevent this, we have made it clear that any patent must be licensed for everyone's free use or not licensed at all."

            Les lobbyistes des grandes entreprises ont toujours été actifs pour détruire/ignorer/déformer cette réalité.

            • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2 (+4/-3).

              La GPL de 1991 est pourtant claire

              La GPL exprime une position sur le sujet. La bible était pourtant claire sur un tas de sujet aussi.
              Je passerais sur le fait que Stallman s'est exprimé sur un tas de sujets qu'il maîtrisait mal…

              Il existe une kyrielle de licences considérées comme libre par l'OSI. Donc les nuances existent.

              "les lobbyistes", "l'Europe", "les grandes entreprises": j'admire ce sens de la nuance.

              Des grandes entreprises ont "offerts" l'usage de leurs brevets à la communauté du libre (je pense à Fraunhofer pour le mp3, mais je suis sûr que vous pourrez trouver un tas d'autres exemples).

              OW2 (et Eclipse également) participe régulièrement à des projets financés par la Commission Européenne, avec la responsabilité d'assurer la dissémination.

              Personnellement, je suis convaincu que les brevets logiciels sont mauvais pour le logiciel libre. En tant que représentant d'OW2, je soutient toute initiative pour promouvoir cette opinion pour autant qu'elle n'utilise pas des arguments caricaturaux et une vision "guerrière" du sujet (les bons, les méchants, etc).

    • [^] # Re: l’Europe aime de plus en plus l’open source !

      Posté par  . Évalué à 0 (+0/-1).

      L'Europe ce n'est pas l'Union Européenne. À aucun moment dans la réponse à la question, Gaël Blondelle ne parle des institutions européennes, mais uniquement d'entités localisées géographiquement et juridiquement en Europe.

      On peut imaginer qu'être placé à Bruxelles permet de faciliter le dialogue avec les institutions, mais le choix d'y placer le parlement était motivé par la positions géographique de la ville, centrale au continent.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.