Le brevet de Microsoft sur le double-clic sur PDA est accepté !

Posté par . Modéré par Christophe Guilloux.
Tags : aucun
0
3
juin
2004
Justice
Le journal Sydney Morning Herald rapporte qu'un brevet déposé par Microsoft sur le double-clic a été accordé par le US Patents and Trademark Office.

Le brevet stipule notamment qu'il porte sur "une fonction par défaut pour lancer une application si le bouton est appuyé pendant une courte (normale) période de temps. Une fonction alternative de l'application est lancée si le bouton est appuyé pour une longue (au-moins 1 seconde) période de temps. Et encore une autre fonction est appelée si le bouton est appuyé de multiples fois dans une durée de temps limitée (càd. "double-clic")." Il restreint cependant le champ d'application en parlant des « application buttons » des « limited resource computing device » - les boutons dédiés à des fonctions particulières sur les Palm, notamment.

Apparemment, cela ferait partie d'une politique globale de Microsoft visant à gagner de l'argent par l'application de brevet dont ils revendiquent la paternité (par rapport à la création de meilleurs logiciels, je suppose). Cf. le brevet sur la FAT, dernièrement.

Ce 13 juin, votez intelligemment, notamment sur la question des brevets !

NdM : merci également à Baptiste Malguy et asher.
  • # "prior art"

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    l'USPTO accorde vraiment ses brevets sans rien regarder, semble t'il.
    Non seulement ce brevet apparaît 20 ans après le premier Mac (1984), mais il faut aussi compter que les souris et double-clics existaient encore bien avant MacOS (le premier dont je me rappelle était sur Apple II, en particulier le logiciel de dessin, mais il y a sûrement la même chose dans les cartons d'archives du Xerox PARC).

    Et si on considère "bouton" dans son sens large, alors les montres digitales, chronomètres, radios, etc utilisent aussi cette technique pour lancer différentes actions selon la durée du "clic".

    Ce brevet repousse les limites de la connerie précédemment établies avec le 1-click shopping, les onglets et la barre de progression.

    Bref, de la merde, et le plus sympathique dans tout ça c'est qu'on risque bientôt la même chose.
  • # Arf

    Posté par . Évalué à 0.

    Si ca continue, ils vont bientot poser un brevet sur "le fait de poser un brevet" pasque dans la série brevet à la con, ils font pas mal

    Qu'est-ce qui leur donne le droit de breveter cela, pasqu'ils vont dire qu'ils ont inventé le double click?

    Je vois deja les futurs applications, avec 3 comportements differents lors du click, si on clique 1 fois rapidement, 1 fois en laissant appuyé ou si on double click.

    Les novices ont deja du mal avec la souris, mais là ca va devenir encore pire...
    • [^] # Re: Arf

      Posté par . Évalué à 1.

      Si je ne me trompe pas, ça a été le premier brevet déposé, pour éviter de se faire avoir.
  • # Lisez-bien...

    Posté par . Évalué à 7.

    Je pense qu'il faut tempérer cette annonce, en effet si on lit le texte du brevet il est clairement dit que ce brevet ne concerne que les "limited resource computing device". Donc les PDA et compagnie, mais pas le PC de Mr tout-le-monde...
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      En effet, c'est un peu rassurant (mais à peine).

      Je vois bien l'application dans le domaine des smartphones, mais Nokia va (devrait) leur tomber dessus - vous savez, le bouton du haut qui éteint le téléphone s'il est pressé longtemps, et qui amène le menu du "style" (fort, discret, silencieux) s'il est pressé rapidement... Il me semble que cette fonctionnalité existe depuis les tout premiers Nokia.
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Je vais répéter ce qui a déjà été dit dans ce journal http://linuxfr.org/~krap/13334.html(...) mais ma vieille montre digital qui a plus de 20 ans, je vais devoir payer Microsoft pour pouvoir régler l'heure et la date ???
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par . Évalué à 1.

      Mais quand on voit ce que demandera le futur MS-Windows Longhorn ... Les PC d'aujourd'hui font office de "limited resource computing device" !

      "Microsoft is expected to recommend that the "average" Longhorn PC feature a dual-core CPU running at 4 to 6GHz; a minimum of 2 gigs of RAM; up to a terabyte of storage; a 1 Gbit, built-in, Ethernet-wired port and an 802.11g wireless link; and a graphics processor that runs three times faster than those on the market today." (Microsoft Watch)

      Ce qu'on pourrait traduire par :
      "Microsoft est supposé recommander que le PC "moyen" pour Longhorn possède un processeur à double-coeur de 4 à 6 GHz, un minimum de 2 Gb de RAM, jusqu'à un Tb de stockage, une carte réseau 1 Gbit, une carte réseau sans fil (802.11g) et un processeur graphique qui tourne 3 fois plus vite que ceux sur le marché actuel" ...
      • [^] # Re: Lisez-bien...

        Posté par . Évalué à 1.

        Tu noteras le mot "suppose", qui est tout a fait approprie ici, vu que c'est une anerie ces specs supposees.
        On a Longhorn qui tourne sur des machines ici en version non-optimisee avec du debug code dedans, et ces machines sont loin d'etre de ce niveau.
        • [^] # Re: Lisez-bien...

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          Et sinon, sur le brevet en lui-même tu n'as rien à ajouter ?
          • [^] # Re: Lisez-bien...

            Posté par . Évalué à -1.

            cf. http://linuxfr.org/comments/423697,1.html(...) vu que j'aime pas me repeter.

            J'irais pas jusqu'a dire que cette idee va revolutionner l'informatique loin de la, mais le systeme brevete est bien plus qu'un simple double click/click long
            • [^] # Re: Lisez-bien...

              Posté par (page perso) . Évalué à -2.

              mmm mais tu donnes pas ton avis sur le sujet mm
              es tu du genre a penser que si microsoft a déposé ce brevet c'est que c'est forcement genial ? ou as tu un poil de sens critique ? :)
              • [^] # Re: Lisez-bien...

                Posté par . Évalué à -3.

                Ben si tu lis mon post....

                J'irais pas jusqu'a dire que cette idee va revolutionner l'informatique loin de la...

                Il me semble que mon avis est assez clair
                • [^] # Re: Lisez-bien...

                  Posté par . Évalué à -2.

                  Comme en termes choisis ces choses là sont dites... ;-) Doit-on comprendre que tu désapprouve ce genre de brevets et que tu estimes que c'est limite abusif et, quoi qu'il en soit, un digne représentant de la dérive des brevets?
                  • [^] # Re: Lisez-bien...

                    Posté par . Évalué à -3.

                    Desapprouve, pas forcement, je trouves pas que c'est un brevet super innovant, mais il apporte un quelque chose dans son champs d'application.
                    Il est limite a un certain type specifique de materiel, pour des fonctions bien limitees et definies, c'est pas un brevet s'appliquant a tout et n'importe quoi, donc je le considere pas comme abusif.

                    Maintenant, j'imagines bien que les gens opposes aux brevets ne sont pas du meme avis...
                    • [^] # Re: Lisez-bien...

                      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                      euhh franchement ... tu penses vraiment que pour ce brevet microsoft a inventer qqchose ????
                      • [^] # Re: Lisez-bien...

                        Posté par . Évalué à -1.

                        Si tu penses que seules des inventions vraiment importantes valent un brevet alors non, mais c'est pas le cas, des brevets peuvent etre deposes pour des choses qui ne vont pas forcement revolutionner quoi que ce soit.

                        Bref, c'est une histoire de jugement sur la limite entre inventif et pas inventif et ce qui est brevetable ou pas, et c'est un sacre sujet a troll ou personne ne sera d'accord avec personne.
                        • [^] # Je suis assez d'accord

                          Posté par . Évalué à -5.

                          Je suis assez d'accord avec Pas Bill Pas Gates
                        • [^] # Re: Lisez-bien...

                          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                          L'un des principes fondamentaux de la brevetabilité, c'est que "l'invention" doit être non évidente pour l'homme de l'art.

                          Maintenons, prenons n'importe quel designeur d'interface... en fait non, prenons n'importe qui, et disons lui "j'ai un seul bouton disponible pour l'application X et je veux pouvoir faire plusieurs choses avec ce bouton, que faire ?"

                          Je pense qu'il ne mettra pas longtemps à avoir l'idée de faire des clics courts ou longs, ou des multi-clics.

                          Alors, certes, cette méthode n'a peut être pas été utilisée (quoi que), donc on peut considérer qu'il n'y a pas de prior art (et encore, c'est de l'enc**age de mouches), mais par contre, il n'y a clairement pas "d'activité inventive"
                    • [^] # Re: Lisez-bien...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                      Dit pBpG, ne me dis pas que tu es pour les brevets logiciels quand même ?

                      Perso, même si Linus torvalds lui-même déposait un brevet, je trouverais ça très dommage.

                      Peut-être que tu n'es pas d'accord avec ton employeur sur ce sujet. (d'ailleurs il fut un temps, si je me souviens bien, ou même MS se disait contre les brevets logiciels.)
                      • [^] # Re: Lisez-bien...

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Dit pBpG, ne me dis pas que tu es pour les brevets logiciels quand même ?

                        Je trouves le systeme de brevets mal foutu mais de mon point de vue ne pas avoir de systeme de brevet serait pire, bref, faudrait ameliorer le systeme plutot que l'eliminer.
                        • [^] # Re: Lisez-bien...

                          Posté par . Évalué à 9.

                          Ce n'est pas la question, en général les brevets c'est sur des procédés. Sur un logiciel le source est protégé par le copyright (ce qui apporte autant que le brevet dans les autres domaines), donc les brevets ne concernent pas les procédés mais les idées, normalement non appropriables.

                          Autrement dit le logiciel a déjà un équivalent des brevets. Tu cherches à tromper en disant qu'il n'y en a pas.

                          Et finalement tu dis que tu es favorable à la privatisation des idées. Tu défends le point de vue extrémiste selon lequel les riches doivent pouvoir faire payer les autres pour l'application d'idées triviales (comme celle de la dépêche).
                          • [^] # Re: Lisez-bien...

                            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                            Quelle est la différence fondamentale entre l'idée de "je vais faire comme ça" et le procédé de "il faut faire comme ça" ?
                            La frontière est floue tout de même. Les critères c'est l'innovation et l'effet technique surtout. Après c'est forcément immatériel (c'est un procédé) et ça découle toujours directement d'une idée.

                            > Autrement dit le logiciel a déjà un équivalent des brevets.

                            Non, le copyright ou le droit d'auteur empêche la recopie, il n'empêche pas la réutilisation d'une découverte technique (ce qui est le but du brevet, que ce soit logiciel ou pas).

                            > Tu défends le point de vue extrémiste selon lequel les riches doivent
                            > pouvoir faire payer les autres pour l'application d'idées triviales

                            Et là tu perd toute crédibilité à mes yeux en caricaturant et détournant au plus haut point ce qu'il raconte.
                            • [^] # Re: Lisez-bien...

                              Posté par . Évalué à 5.

                              Quelle est la différence fondamentale entre l'idée de "je vais faire comme ça" et le procédé de "il faut faire comme ça" ?

                              Tu ne fais pas la différence entre une idée, un cahier des charges, voire un algorithme, et un procédé matériel, un plan détaillé ? Regarde les définitions, que veux-tu que je te dise, je ne vais pas le faire pour toi...

                              La frontière est floue tout de même.

                              Non. L'idée ne correspond pas à la manière de réaliser. Il est normal de protéger la manière (c'est à dire le code source, dans le domaine logiciel) mais pas l'idée, l'objectif, ou le cahier des charges si tu préfères.

                              Les critères c'est l'innovation et l'effet technique surtout. Après c'est forcément immatériel (c'est un procédé) et ça découle toujours directement d'une idée.

                              Bah non. Si ça se résume à une idée, c'est que ce n'est pas un procédé. Le procédé c'est le comment, le code source. L'idée c'est ce qu'il y a dans la documentation de l'interface.

                              Non, le copyright ou le droit d'auteur empêche la recopie, il n'empêche pas la réutilisation d'une découverte technique (ce qui est le but du brevet, que ce soit logiciel ou pas).

                              La prétendue "découverte technique" (c'est un bien grand mot) est un procédé, un plan, une manière de faire, qui se trouve matérialisée par un code source. Le code source est le plan, le procédé. Le copyright le protège déjà. Un brevet empêcherait d'avoir des logiciels similaires utilisant des méthodes (code source) complètement différentes. C'est comme si un brevet sur un procédé utilisé dans un moteur de voiture interdisait à tous les autres constructeurs de voiture d'utiliser un moteur (même un moteur sans le moindre rapport avec celui breveté).

                              Et là tu perd toute crédibilité à mes yeux en caricaturant et détournant au plus haut point ce qu'il raconte.

                              Je ne caricature pas, il suffit d'avoir regardé de près. Le copyright apporte ce que les brevets apportent ailleurs. Les brevets logiciels vont contre l'innovation, et ne servent que les plus riches, ceux qui peuvent se payer une batterie d'avocats. Je n'hésite donc pas à considérer les défenseurs de ces brevets comme des extrémistes néolibéraux, obsédés par le profit à tout prix - le profit déconnecté de tout mérite - intéressés par la création de monopoles et de privilèges au profit de ceux qui sont déjà les plus riches. Breveter un logiciel, c'est aussi breveter un algorithme, des maths, des idées. Le simple fait de vouloir breveter une chose aussi simple qu'une idée, c'est se présenter comme prédateur dans la société, pas comme participant.
                              • [^] # Re: Lisez-bien...

                                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                > Tu ne fais pas la différence entre une idée, un cahier des charges, voire un
                                > algorithme, et un procédé matériel, un plan détaillé ?

                                Un procédé n'est jamais matériel. Un procédé c'est une notion abstraite. Un algorithme *est* un procédé. C'est même uniquement ça.
                                Quand à un procédé il n'est jamais "créé", il est tout au plus découvert (ce qui est la définition réelle d'une invention). La seule chose qui démarque l'inventeur c'est d'avoir été le premier à avoir eu l'idée de procéder ainsi.

                                > Regarde les définitions, que veux-tu que je te dise, je ne vais pas le faire pour
                                > toi...

                                en gros "mais si c'est différent, c'est tellement évident que non je ne vais pas l'expliquer". Ça me fait penser aux enfants avec le "mais si je le sais mais je ne vais pas te le dire" quand on leur pose une question qui leur pose problème. Si tu fais une différence avec des critère concret vas y , expliques, moi je ne demande qu'à comprendre. Mais dire "vas voir ailleurs" en prenant de haut ça n'aide rien, et ça ne crédibilise en rien ton opinion.

                                > mais pas l'idée, l'objectif

                                La modification prévue pour les brevets et les logiciels, ou l'exception actuelle, ne changent *en rien* le fait que ce soit un procédé qui soit prevetable et pas un objectif.
                                Il y a là deux choses :
                                - les opposants anti-brevets qui ne savent pas de quoi ils parlent, et se basent sur l'"abstract" du brevet en croyant que c'est cette déclaration seule fait foi
                                - le fait que certains brevets complètement foireux passent (logiciels ou non d'ailleurs), mais ils passent déjà en dehors de la législation et même avec ce changement de règles ils resteront en dehors de la législation.

                                > Le code source est le plan, le procédé. Le copyright le protège déjà.

                                Le code source est en même temps bien plus et bien mieux que ça. Le code source c'est donner non seulement le procédé mais en plus la manière dont on le met en application (pour faire une analogie foireuse avec la cuisine, dans le procédé on te donne les composant et la manière de les intégrer et cuisiner, dans le code source on te dit aussi que le chef a un tablier vert pomme et que là il a mis 37 secondes 6 dixièmes pour tourner la sauce). Le copyright protège la mise une mise application spécifique du procédé, pas le procédé lui-même.
                                Je ne cherche là même pas à savoir s'il est bien ou pas de protéger le procédé (je serai plutot contre les brevets dans leur ensemble, logiciels ou pas) mais non, le copyright n'a pas le même champ d'application que le brevet.

                                > C'est comme si un brevet sur un procédé utilisé dans un moteur de
                                > voiture interdisait à tous les autres constructeurs de voiture d'utiliser un
                                > moteur (même un moteur sans le moindre rapport avec celui breveté).

                                Le copyright c'est comme si tu avais le droit de reprendre tout le principe d'injection et de combustion breveté mais pas avec les mêmes couleurs ou avec la même forme / enrobage.

                                Notes d'ailleurs que le premier à avoir fait un moteur à explosion aurait très bien pu le breveter dans son ensemble. Si actuellement on ne peut breveter que des sous ensembles ou des choses spécifiques c'est que le moteur en lui même n'est plus innovant (ce qu'il était au départ).

                                > Le copyright apporte ce que les brevets apportent ailleurs

                                Je ne pense pas, ce qui est protégé n'est pas la même chose. Les industriels non plus d'ailleurs, sinon ils ne feraient pas de brevets.

                                > Les brevets logiciels vont contre l'innovation, et ne servent que les plus
                                > riches, ceux qui peuvent se payer une batterie d'avocats.

                                On est d'accord sur cette constation. D'ailleurs je n'ai pas assez de connaissances sur les autres industries mais je me demande sérieusement si le concept de brevet lui même est encore adapté à notre époque. Maintenant ça ne remet pas en cause mes interrogations et mes réflexions. Le problème majeur ici est que d'un coté les offices laissent passer n'importe quoi sans qu'il y ai réellement d'innovation ou de technicité, et que d'un autre coté l'historique fait que les brevets servent plus d'échange ou de moyen d'oppression plus que l'innovation. Mais ça à priori je ne vois pas en quoi ça découle du fait que ce soit logiciel ou pas. C'est à mon avis purement historique et lié à des manques de compétences ou vérification des offices dans le milieu informatique.

                                > Breveter un logiciel, c'est aussi breveter un algorithme

                                En quoi un algorithme est différent d'un procédé chimique ? Il s'agit dans les deux cas de décrire un plan d'action inventif et technique pour obtenir quelque chose d'utile. Je ne vois aucun critère vraiment important qui me permet de différencier les deux.

                                > c'est se présenter comme prédateur dans la société, pas comme participant

                                C'est bien ce qui me fait dire que le problème dans "brevet logiciel" c'est plus "brevet" que "logiciel". Le concept même de brevet est de réserver le monopole d'une façon de faire à quelqu'un, donc de réduire la diffusion d'une connaissance à court et moyen terme pour en assurer la divulgation à long terme. Et dans une société qui communique énormément je ne sais pas si le concept de brevet est encore nécessaire à cette divulgation sur le long terme.
                                • [^] # Re: Lisez-bien...

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Tu as raison de dire que les brevets bidons viennent perturber le débat.
                                  Prenons un bon brevet logiciel bien innovant et astucieux. Comment le critiquer ?
                                  http://cr.yp.to/patents/us/4200770.html(...)

                                  Néanmoins, faut voir que les brevets logiciels bidons, y en des tonnes.
                                  Distinguer un brevet bidon, d'un bon brevet, ca coute cher. Qui paye ?

                                  > En quoi un algorithme est différent d'un procédé chimique ?

                                  Admettons. Maintenant en quoi un algorithme est il différent d'une recette de cuisine, d'un discours politique ou d'une chanson. Ces oeuvres ne sont pas brevetables. Si on commencait à permettre de breveter des genres littéraires, le polar, l'alexandrin, le jazz, la nouvelle cuisine allégée, ca donnerait quoi ?

                                  Le système de brevet d'une manière générale est pragmatique. On sait que chaque brevet cause des dégats et on sait qu'il rapporte. Donc c'est à la personne qui veut breveter quelques choses de PROUVER que ca rapporte plus que ca ne fait de dégat.

                                  En ce qui concerne les brevets logiciels, tout ce qu'on a réussit à montrer c'est que ca rapportait à quelques avocats et experts des instituts de brevets, ainsi qu'a des consolidations de monopoles par création de portefeuilles.

                                  Les informaticiens et les entreprises innovantes ne s'attachent pas à lire des brevets logiciels. C'est ultra chiant. Le systeme des brevets logiciels va donc entretenir une grosse database de textes techniques superbement inutiles aux frais de la princesse.

                                  On peux s'en passer : le domaine informatique n'a pas à recevoir de lecon d'innovation de la part des avocats de la PI.
                                • [^] # Re: Lisez-bien...

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  Un procédé n'est jamais matériel. Un procédé c'est une notion abstraite. Un algorithme *est* un procédé. C'est même uniquement ça.

                                  Non par "procédé matériel" je veux dire qu'il décrit quelque chose de matériel, désolé c'était pas clair. L'algorithme non, et là de toute façon il n'y a pas débat, un algorithme n'est pas brevetable.

                                  Quand à un procédé il n'est jamais "créé", il est tout au plus découvert (ce qui est la définition réelle d'une invention). La seule chose qui démarque l'inventeur c'est d'avoir été le premier à avoir eu l'idée de procéder ainsi.

                                  Et c'est alors le procédé qui est breveté, pas l'idée d'arriver au même objectif quel que soit le procédé. (or un brevet logiciel c'est ce dernier cas).

                                  Si tu fais une différence avec des critère concret vas y , expliques, moi je ne demande qu'à comprendre. Mais dire "vas voir ailleurs" en prenant de haut ça n'aide rien, et ça ne crédibilise en rien ton opinion.

                                  Tu peux demander simplement merci, ça me paraissait beaucoup plus logique,dans une discussion, que tu aies la démarche de le faire toi-même, ce n'était pas pour ne pas répondre, juste que ça me paraissait plus logique et plus simple.... Pour l'explication, je l'ai donnée ensuite, et si tu regardes sur les sites à propos des brevets logiciels c'est expliqué en détail. Le procédé, ce qu'il faut protéger, c'est le détail, la manière de faire, et dans le logiciel ça correspond au code source. Les brevets logiciels ne concernent pas le code, mais de vagues idées qui pour le logiciel sont plus proches du cahier des charges et de l'analyse des besoins : on ne rentre pas dans le détail, juste l'idée, la finalité et quelques moyens utilisés (moyens, pas manière). Et donc contrairement au brevet classique qui doit protéger un seul procédé, celui découvert, le brevet logiciel ne protège pas un seul logiciel mais toute une catégories : ceux qui, localement, font la même chose, même si c'est par un procédé complètement différent !

                                  Voilà maintenant on peut utiliser d'autres termes si tu préfères, moi c'est ceux que j'ai rencontré le plus sur ce sujet, mais dis-nous si une utilisation te semble impropre.

                                  - les opposants anti-brevets qui ne savent pas de quoi ils parlent, et se basent sur l'"abstract" du brevet en croyant que c'est cette déclaration seule fait foi

                                  L'existence seule est critiquable, puisque la protection est déjà largement assurée par le copyright. Même si le brevet proposé est peu néfaste, il est au mieux inutile, et son existence facilite les abus (ton deuxième point). On voit ce que donne l'excès de lois et de règles : exactement le contraire de ce qu'elles sont censées faire, alors quand une protection est déjà présente, et que les brevets, au mieux inutiles, sont soutenus par des entreprises qui misent plus sur leurs avocats que leur créativité, c'est direct poubelle : ceux qui les défendent et qui en profiteront ne vont pas faire dans la finesse : si une version moins dangereuse passe mais qu'ils peuvent abuser ensuite (et il ne manque pas de moyens) ça ne va pas les déranger d'être dans la lettre et pas dans l'esprit... Je comprendrais ton point de vue dans un monde "idéal", mais en face, c'est pas des petits inventeurs modestes qui ont besoin de brevets pour vivre que l'on a, c'est des industriels de la "justice".

                                  Le copyright protège la mise une mise application spécifique du procédé, pas le procédé lui-même.

                                  C'est un peu croire que remplacer les compteurs i par des j change du tout au tout et que le copyright ne protège plus la version trivialement modifiée... Bon alors, par qui seront payés les experts qui nous feront la différence entre les deux...?

                                  Notes d'ailleurs que le premier à avoir fait un moteur à explosion aurait très bien pu le breveter dans son ensemble. Si actuellement on ne peut breveter que des sous ensembles ou des choses spécifiques c'est que le moteur en lui même n'est plus innovant (ce qu'il était au départ).

                                  Un bel exemple contre les brevets en général alors.

                                  Je ne pense pas, ce qui est protégé n'est pas la même chose. Les industriels non plus d'ailleurs, sinon ils ne feraient pas de brevets.

                                  Dans le logiciel ? La démarche est moins d'attaquer que d'éviter de se faire attaquer et de pouvoir contre-attaquer...

                                  On est d'accord sur cette constation.

                                  Ah, ben fallait commencer par là... Parce qu'après, je connais moins les autres domaines que l'info, alors peut-être sont-ils mauvais pour l'innovation ailleurs aussi, ça je n'en sais rien. Je ne serais pas surpris, pas tant sur le principe que la dérive probable de leur application.

                                  En quoi un algorithme est différent d'un procédé chimique ? Il s'agit dans les deux cas de décrire un plan d'action inventif et technique pour obtenir quelque chose d'utile. Je ne vois aucun critère vraiment important qui me permet de différencier les deux.

                                  Sais pas. Si c'est pareil, c'est que le procédé chimique doit aussi aller à la poubelle. Pour l'algo, c'est comme breveter des maths, et je trouve ça choquant (comme le vivant). Si le procédé chimique n'a rien de plus, même conclusion alors.

                                  C'est bien ce qui me fait dire que le problème dans "brevet logiciel" c'est plus "brevet" que "logiciel".

                                  Possible, les défenseurs utilisent tellement la comparaison, que l'on ne critique pas assez les brevets en eux-même.

                                  Suppression des brevets, parfait.
                          • [^] # Re: Lisez-bien...

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Autrement dit le logiciel a déjà un équivalent des brevets.

                            Rien à voir.
                            Imagine que ta société après des années de recherches et des milliards d'investissement invente un algo révolutionnaire, et s'empresse de mettre le logiciel sur le marché. Avec le seul copyright, rien n'empeche un concurent de désassembler le logiciel et de réimplémenter l'algo à sa sauce sans rien te devoir. Et ce en toute légalité puisqu'il n'a pas repompé ton code source. Avec le brevet, le concurrent peut aller se coucher (ou passer à la caisse si tu décides de vendre des licences), et ta boite peut tranquillement rentrer dans ses frais en vendant le fruit de ses recherches.
                            • [^] # Re: Lisez-bien...

                              Posté par . Évalué à 2.

                              C'est bien pour éviter des abus de ce genre (Breveter un algo) que les brevets interdisent par exemple de breveter des idées comme des démonstrations mathématiques.

                              Les brevets ne sont pas un droit, ni un moyen de gagner de l'argent, c'est une aide, une incitation à la recherche (Et pas une aide pour gagner plus de fric)
                              • [^] # Re: Lisez-bien...

                                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                > que les brevets interdisent par exemple de breveter des idées comme des démonstrations mathématiques.

                                Pas plus qu'un principe physique. La partie intéressante dans cette exclusion c'est le "[il est interdit de les breveter] en eux-même".
                                Par contre il est possible de breveter le fait de faire une suite définie de réactions chimiques (donc des principes physiques) pour obtenir un effet intéressant. Un algorithme étant bien une suite de principes mathématique .... la frontière est assez floue.

                                Voir http://jjdj.free.fr/article/(...) qui résume bien comment marche tout ça.

                                > Les brevets ne sont pas un droit, ni un moyen de gagner de l'argent, c'est une
                                > aide, une incitation à la recherche (Et pas une aide pour gagner plus de fric)

                                Et il faut avouer que, sans dire si c'est souhaitable ou pas, breveter un algorithme révolutionnaire de compression incite effectivement des gens à faire des recherches poussées pour en trouver un nouveau.
                                Il s'agit bien, contrairement à ce que tu dis d'assurer un revenu à celui qui fait une découverte (et dans l'optique de départ c'est pour encourager la divulgation des techniques, pas pour favoriser la recherche). Tu ne peux pas détacher le brevet du concept de rétribution financière (que ce soit par la vente de licence ou le monopole), c'est fait pour ça.
                            • [^] # Re: Lisez-bien...

                              Posté par . Évalué à 1.

                              Rien à voir.

                              Eh si.

                              Imagine que ta société après des années de recherches et des milliards d'investissement invente un algo révolutionnaire, et s'empresse de mettre le logiciel sur le marché. Avec le seul copyright, rien n'empeche un concurent de désassembler le logiciel et de réimplémenter l'algo à sa sauce sans rien te devoir. Et ce en toute légalité puisqu'il n'a pas repompé ton code source.

                              Et c'est bien normal si ce n'est qu'un algo. Fallait y réfléchir avant, ta boite peut dépenser du fric, c'est pas une raison pour avoir le droit de s'approprier le bien commun. Le concurrent a encore du boulot pour te rattraper, ça doit suffire, et si ça suffit pas, c'est la loi du marché, au revoir (si ça ne te plait pas, vois avec les intégristes du libéralisme à qui tu dois ça).

                              vec le brevet, le concurrent peut aller se coucher (ou passer à la caisse si tu décides de vendre des licences), et ta boite peut tranquillement rentrer dans ses frais en vendant le fruit de ses recherches.

                              Démarche écoeurante. Rémunérer l'invention est une chose, donner des privilèges aux conséquences aussi violentes et opposées au progrès et à la notion de société (sauf pour les capitalistes) en est une autre.
                        • [^] # Re: Lisez-bien...

                          Posté par . Évalué à 0.

                          Tu es finalement d'accord avec la ligne majoritaire du parlement européen (texte de la première lecture): pas d'interdiction des brevets mais une sérieuse limitation de leur portée destinée à éviter les dérapages.
                        • [^] # Re: Lisez-bien...

                          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                          Tu parles de l'existant parce que tu es aux USA. En Europe, on n'a pas (encore) de brevets sur les logiciels. Est-ce que ça a déjà vraiment posé problème? Est-ce vraiment un frein à l'inovation? Bof bof ...
                          • [^] # Re: Lisez-bien...

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Au contraire, les brevets sont un frein à l'innovation, c'est démontré. (cf site habituel).
                            • [^] # Re: Lisez-bien...

                              Posté par . Évalué à 5.

                              Les brevets sans limites sont un frein à l'innovation.

                              Le brevet a été inventé (!) pour encourager l'innovation, et notamment pour obliger les inventeurs à publier les détails de leur invention, afin de faire avancer la Science.
                              En contrepartie, il accorde un avantage à l'inventeur (sinon tout le monde garderait ses inventions secrètes), sous la forme d'un avantage concurrentiel : le monopole.
                              Ce monopole est à durée limitée, et est soumis à "l'entretien" du brevet, sous forme de redevance annuelle progressive.
                              (au passage il y a une foultitude de brevets qui sont tombés prématurément dans le domaine public faute de paiement, mais tout le monde se garde bien de le crier sur tous les toits que son brevet n'est plus valide. Pour être sûr il faut payer une recherche à l'OEB.)

                              Récompenser l'effort de recherche des entreprises me paraît tout à fait justifié, dans un cadre qui était à l'origine la révolution industrielle : grosses usines, industrie lourde, procédés mécaniques ayant une vitesse d'évolution assez faible.
                              Combien de PME ne vivent que parce que leur brevet a empêché le géant du secteur de s'approprier leur niche technlogique ?

                              Cependant l'époque a changé, et 20 ans maxi de monopole, c'est beaucoup trop, en tout cas dans des domaines où les performances doublent tous les 18 mois !

                              Le pb, c'est quand on commence à breveter des idées, et non plus des procédés. Une entreprise à alors le pouvoir, avec un brevet bien conçu, de verrouiller complètement un marché, sans apporter quoi que ce soit à la science. Avoir une récompense sans avoir investi en recherche. Le beurre et l'argent du beurre.

                              A la limite, ca ne me gênerait pas que les logiciels soient brevetables, à condition de respecter l'esprit du brevet : c'est une implémentation qui est brevetée, pas l'algorithme générique. Et l'objet de l'invention doit être divulgé dans le brevet, ici c'est le code source. Seraient alors passibles de contrefaçon seulement ceux qui recopieraient ce source, pas ceux qui en feraient une autre implémentation (avec une autre syntaxe, ou dans un autre langage).
                              Vous trouvez que ca ressemble au principe du copyright ? Vous avez raison !
                              A une différence quand même : l'obligation de publication, qui peut encourager l'innovation connexe, et facilite la diffusion une fois le brevet tombé dans le domaine public. Enfin je ne vais pas vous apprendre les avantages de l'Open Source ... (j'ai pas dit libre)

                              Pour conclure, je suis pour les brevets, mais dans un cadre précis.
                              Notamment, pas de brevet pour les logiciels et les méthodes commerciales, qui sont la porte ouverte au brevetage des idées, et qui sont déjà bien protégés.C'est exactement ce que le Parlement Européen a voté, donc continuons à défendre cette décision !
                              • [^] # Re: Lisez-bien...

                                Posté par . Évalué à 1.

                                Pourquoi considères tu que je parlais des brevets non logiciels ? Je parlais des brevets LOGICIELS, c'était évident.

                                D'autre part tu devrais apprendre une chose : ce n'est pas parce qu'une chose est "inventée" avec un certain but qu'elle atteint ce but dans la réalité.

                                La brevet LOGICIEL (c'est écrit assez gros comme ça, le monsieur comprend ?) est d'une part inutile en raison du copyright et d'autre part néfaste à l'innovation.
                                • [^] # Re: Lisez-bien...

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Je me doute bien qu'on parle surtout de brevets logiciels par ici. Je raisonnais un peu sur les brevets en général, histoire de changer. Et de se rendre compte que tout n'est pas tout blanc ou tout noir ;-)

                                  Note que je suis tout à fait d'accord avec toi : les brevets logiciels sont soit inutiles (identiques au copyright), soit néfastes (brevetage des idées).
                                  Dans le premier cas, c'est juste redondant mais pas méchant. Dans le second, c'est utile, mais pas pour nous : pour les grandes multinationales qui dominent le monde.
                                  • [^] # Re: Lisez-bien...

                                    Posté par . Évalué à 1.

                                    Ok mais à ta place j'éviterais dès le départ d'employer le terme de brevet si le brevet que tu souhaiterais avoir est à ce point proche du copyright. Sinon on est d'accord sur le fond.
                          • [^] # Re: Lisez-bien...

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Ben oui, c'est pas pour rien que Microsoft est un boîte américaine et pas européenne.


                            CQFD.
                            • [^] # Re: Lisez-bien...

                              Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                              Ben oui, d'ailleurs Gates était polonais et il est allé fondé sa boite aux US uniquement pour pouvoir faire des brevets logiciels.

                              Et la marmote ......
                              (faudrait pas non plus raconter n'importe quoi hein ... que MS soit aux US n'a rien à voir avec les brevets)
            • [^] # Re: Lisez-bien...

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              J'irais pas jusqu'a dire que cette idee va revolutionner l'informatique loin de la

              Ça je pense qu'à part les modérateurs qui ont laissé passer la news avec un titre aussi racoleur et ridicule, personne ne le nie (bravo les gars).

              Mais quand bien même le système breveté est *plus* qu'un simple double clic/clic long, j'avoue que j'ai un peu de mal à être convaincu d'une quelconque innovation là-dedans.
            • [^] # Re: Lisez-bien...

              Posté par . Évalué à 4.

              J'irais pas jusqu'a dire que cette idee va revolutionner l'informatique loin de la, mais le systeme brevete est bien plus qu'un simple double click/click long

              En effet ça ne va pas révolutionner grand chose puisqu'il n'y a strictement rien d'innovant. Et breveter des idées triviales, dépourvues d'innovation, c'est pas choquant pour les extrémistes du brevet, puisqu'un brevet logiciel, par définition, ne peut être que comme ça.
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      !!!

      C'est encore plus ridicule.

      On peut donc breveter un procédé qui existe dans un domaine dès qu'apparaît un nouveau domaine proche. C'est encore plus ridicule.

      (Et on aimerait avoir une idée précise de "limited resource computing device" : le moindre pda actuel dispose de plus de ressource qu'un mac de 84)
      • [^] # Re: Lisez-bien...

        Posté par . Évalué à 4.

        Je suis tout a fait d'accord. C'est completement ridicule, on peut breveter le meme truc sur les fonctions des autoradios ? Il n'y a strictement aucune inovation ici.
      • [^] # Re: Lisez-bien...

        Posté par . Évalué à 4.

        J'ai vu passer ici il n'y a pas longtemps que Microsoft avait obtenu (il y a qq mois) un brevet sur les interfaces multi-bureau.
        Vous savez, le truc qui existe sous X11 depuis environ 10 ans ...

        M$ a sans doute réussi à convaincre que leur procédé est différent, n'empêche qu'un tel brevet mérite difficilement le critère de nouveauté et d'amélioration de l'état de l'art. Tiens, il faudrait que j'aille voir le texte sur espacenet ...

        C'est pas celui-là, mais on se rapproche :
        http://l2.espacenet.com/espacenet/viewer?PN=US6061695&CY=fr&(...)

        Ah, le voilà !
        http://l2.espacenet.com/espacenet/viewer?PN=US2003189597&CY=fr&(...)
        Effectivement, il porte sur la prévisualisation en miniature des bureaux. C'est vachement nouveau, y'a ca dans fvwm ...

        Finalement, c'est surtout de rigueur dans l'évaluation de la nouveauté et de l'inventivité des inventions qu'il y a des progrès à faire. Sur ce point je soupçonne l'administration américaine de faire comme pour les contrats : toute clause abusive est nulle, mais tant que personne n'a fait de procès pour en avoir la confirmation, elle reste. Et le doute aussi.

        Donc si le multi-bureau n'est pas nouveau, vous avez le droit de contrefaire le brevet de M$, qui se fera débouter de son procès en contrefaçon pour brevet non valide. Enfin si vous êtes encore là pour le voir.
        • [^] # Re: Lisez-bien...

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          !!!

          C'est une blague ce brevet ?!?

          En cliquant sur le bouton "dessin", la figure montre clairement la patte de gnome en bas à gauche (le bouton 106)... Doit y'avoir un truc qui m'échappe, parce que Microsoft qui brevete un bout de Gnome, ça colle pas ...
          • [^] # Re: Lisez-bien...

            Posté par . Évalué à 1.

            Non, c'est pas une blague, le 1er avril est passé.
            Je n'avais même pas vu cette image, c'est encore plus navrant !
            Mais que fait la police ?

            Il paraît qu'aux Etats-Unis, c'est le premier qui dépose un brevet qui l'obtient, même si ce n'est pas lui qui a inventé. Bref, l'espionnage industriel serait autorisé avant le dépôt du brevet ... Qqun peut confirmer/infirmer ?
            • [^] # Re: Lisez-bien...

              Posté par . Évalué à 2.

              Bon, rectification, les logos Gnome et KDE sont juste là pour illustrer l'état de l'art.
              En fait, le brevet concerne plutôt un effet à la "exposé" sur MacOS X, mais avec les bureaux au lieu des fenêtres. Un prévisualisateur de bureaux virtuels qui prendrait tout l'écran en appuyant sur un raccourci.
              Personnellement, je ne vois pas trop l'intérêt, je préfère l'avoir en permanence dans un coin que sur tout l'écran de temps en temps. Mais ca confirme qu'il faut lire _tout_ le brevet, et pas juste regarder la première image ...
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par . Évalué à 5.

      en meme temps meme un bi-opteron avec 2go de ram est limité en resources ;)

      --> []
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par . Évalué à 4.

      Tout "computing device", mais vraiment sans exception, a des "limited resources" !!!
    • [^] # Lisez-bien... entre les lignes

      Posté par . Évalué à 2.

      Dans la mesure où MS essaye d'effacer le plus possible la limite entre PC et terminaux légers, en y implémentant un système et des applications portant les mêmes noms et offrant des fonctions proches de celles qui sont déployées sur PC, je trouve cette pseudo limitation peu crédible.
      Par ailleurs, ce genre de limitation ne devrait-elle pas être irrecevable ? Comment definit-on un "limited resource computing device" ? Comment le distingue-t-on d'un "computing device" ?
      Pourquoi le procédé ne serait-il pas valable sur un PC ? Si oui, pourquoi n'est-il pas breveté sur PC également sur PC ?

      En ce qui concerne la portée du brevet, je voudrais citer le commentaire que je faisait dans le journal de Psylo/krap :

      Il me semble que c'était pareil dans d'anciennes versions de Netscape Navigator. On obtenait alors le menu d'historique de la navigation.
      Ils ne font pas de recherche d'antériorité à USPTO ?
      Ils ne tentent même plus de cacher que seul le fric compte ?

      Un jour, il y aura du lynchage (virtuel) dans l'air ...


      Si c'est pareil pour Opéra, qu'en est-il de la version pour terminaux légers ?
    • [^] # Re: Lisez-bien...

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      c'est etrange mais il me semble que sur mon ipod j'utilise exactement ce genre de chose (pression plus ou moins long répété ex...) pour naviger et activer certaine option ...
  • # oui mais ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    "Ce 13 juin, votez intelligemment, notamment sur la question des brevets !"

    Juste une question : le brevet sur le double clic est-il un brevet logiciel ? (étant donné que c'est un acte materiel)

    Enfin, de toutes facons il n'a rien d'inventif, donc il sera sans doute cassé....
    • [^] # Re: oui mais ...

      Posté par . Évalué à 5.

      Juste un élément de réponse:
      Un algorithme implanté dans un FPGA est-il un logiciel ou du matériel? Qu'est-ce qu'un firmware?

      Je crois que la réponse se situe dans la différence entre logiciel (notion de service rendu) et programme (méthode pour rendre ce service)
    • [^] # Re: oui mais...

      Posté par . Évalué à 5.

      Juste une question : le brevet sur le double clic est-il un brevet logiciel ? (étant donné que c'est un acte materiel)

      Bah je m'en vais poser ta question de façon un peu différente : un brevet a-t'il besoin d'être logiciel pour être stupide ?

      Enfin, de toutes facons il n'a rien d'inventif, donc il sera sans doute cassé...

      C'est pas ça qui va me rassurer. Ce brevet va quand même faire perdre (à la boite qui va faire la démarche pour le casser) du fric qui aurait pu être utilisé autrement (pour financer de la recherche par exemple).
      Le minimum que devrait faire l'USPTO serait de refuser ce genre de brevet et de publier sur une page web un "Hall of Fame" des demandes de brevets les plus ridicules. Peut-être que ça en calmerait certains.
      • [^] # Re: oui mais...

        Posté par . Évalué à 2.

        Vu comment ca fonctionne aux Sates, ils seraient capables de se prendre un procès pour diffamation pour avoir osé dire que tel brevet était stupide (et implicitement telle entreprise qui dépose le brevet)
    • [^] # Re: oui mais ...

      Posté par . Évalué à 0.

      Je dirai presque... dommage que ce ne soit pas un brevet logiciel, cela aurait encore décrédibilisé davantage les partisans d'une reconnaissance des brevets logiciels !
  • # Et la recherche d'anteriorité ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    On est pas cencé faire une recherche danteriorité ..?
    Je me rapelle bien encore lancer des applications ou documents avec le double clic sur mon Finder 6 (ou MacOS) et Windows était à la traine ...
    C'est vraiment n'importe quoi !
    • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Je ne sais plus où j'avais lu que le Patent Office américain était submergé par des demandes et n'avait ni le personnel ni les compétences techniques pour juger de la pertinence de tous les brevets. En conséquence, leur politique serait de laisser passer tous les brevets et de laisser le soin aux tribunaux de régler les problèmes éventuels.
      • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je crois que ce n'est pas seulement un problème d'incompétence, mais plutôt de politique et de pognon:

        - en acceptant des brevets, même ridicules, le bureau des brevets gagne du pognon.
        - accessoirement, ça permet de mettre tous ces éléments technologiques dans le girond américain (principe: amasser un maximum de propriété intellectuelle afin de ramasser (eventuellement) un maximum de pognon par la suite, ou faire pression à l'extérieur des USA).


        Un pour tous, tous pourris.
        • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

          Posté par . Évalué à 3.

          - en acceptant des brevets, même ridicules, le bureau des brevets gagne du pognon.
          C'est vrai.
          accessoirement, ça permet de mettre tous ces éléments technologiques dans le girond américain (principe: amasser un maximum de propriété intellectuelle afin de ramasser (eventuellement) un maximum de pognon par la suite, ou faire pression à l'extérieur des USA).
          Ca par contre, c'est totalement faux. Si un brevet est déposé aux USA, il n'est valable que la-bas, et heureusement :-)
          En Europe, et en France en particulier, il y a une recherche d'antériorité beaucoup plus poussée. C'est une approche différente: c'est plus difficile d'avoir un brevet, et ça empèche de devoir aller directement au tribunal.
          • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

            Posté par . Évalué à 5.

            Si le bureau des brevets accepte tout, et qu'actuellement les entreprises américaines en profitent, cela rend plus compliqué l'implentation d'entreprises étrangères sur le sol américain.

            Dès qu'une boîte étrangère voudra vendre ses softs aux Etats-Unis, il faudra commencer par raquer velu, chez tous les possesseurs de brevets farfelus.

            C'est une forme de protectionisme (à peine) déguisé.

            M
      • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Si c'est le cas, il a presque autant d'utilite que le fait d'envoyer une enveloppe a l'INPI.
        Il ne servirais qu'a dater la demande et sans connaitre le prix d'un depot de brevet, je suppose que c'est un peu cheros pour le "service rendu".
      • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ben en fait, c'est un peu le principe des brevets.

        Les offices des brevets des différents pays rejettent un brevet quand le brevet est grossièrement non valide.

        Sinon, pour faire invalider un brevet, il faut que quelqu'un dépose une sorte de pleinte contre ce brevet, et qu'il montre qu'il est invalide.

        C'est bien là le problème PME Vs Grosses boites. Si MS ou autre grosse boite pose un brevet sur le double-clic (un vrai, pas comme celui-là qui est bien plus spécifique), et qu'une startup de 5 personnes veut utiliser la technologie, il faut qu'elle paye un avocat, aille en justice pour faire invalider le brevet. Les petites entreprises n'en ont en général pas les moyens ...
        • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

          Posté par . Évalué à -1.

          Sinon, pour faire invalider un brevet, il faut que quelqu'un dépose une sorte de pleinte contre ce brevet, et qu'il montre qu'il est invalide.

          C'est peut-être le cas de l'autre côté de l'Atlantique, mais sur le vieux continent, il me semble que le candidat à un dépôt de brevet doit d'abord lui-même donner des éléments suffisants pour prouver la validité du brevet qu'il souhaite déposer ! Et non l'inverse...
          • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Ce n'est pas ce que disait la bonne femme de l'INPI dont j'ai vu un exposé il y a quelques semaines. J'ai pas d'URL sous la main et je ne me souviens pas des détails non plus...

            D'ailleurs, il y a déjà un bon paquet de brevets sur des logiciels à l'OEB, alors que ce n'est pas valable jusqu'à nouvel ordre.
        • [^] # Re: Et la recherche d'anteriorité ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Euh ... c'est faux. En europe il y a des périodes publiques longues où chacun peut intervenir pour faire des remarques. Le double click n'a aucune chance de passer, enfin sauf si tout le monde fait semblant de ne rien voir.
  • # Correction

    Posté par . Évalué à 10.

    Pour reprendre rapidement le contenu du journal qui en parle ici :
    http://linuxfr.org/~krap/13334.html(...)
    Il ne s'agit absolument pas d'un brevet sur le double click, mais d'un brevet sur l'utilisation du long click et du double click sur les plateformes réduites (comprendre pas les PCs de maison) pour lancer toute une gamme d'application a partir d'un même bouton en fonction de la facon dont le bouton est cliqué.

    Le titre de la news est vraiment inadapté.

    Ceci étant, ca na change pas grand chose en ce qui concerne la validité du brevet. Il est trivial de faire un équivalent et donc le brevet aurait du être rejeté.

    Kha
    • [^] # Re: Correction

      Posté par . Évalué à 5.

      Si, il s'agit AUSSI du double-clic, mais cette partie n'apparaît pas dans le lien que tu as donné. Sur le schéma du brevet, on voit dans le structogramme qu'ils identifient si un bouton a été pressé, pendant moins de temps que z secondes, puis pressé à nouveau, ce qui lance une fonction de l'application.

      Donc selon moi c'est bien du double-clic. Et de toutes façons, on sait bien que le but de la manoeuvre et d'entraîner tout le monde sur le terrain des avocats et de l'interprétation du brevet.
      • [^] # Re: Correction

        Posté par . Évalué à 0.

        Quand un brevet decrit une methode faisant x ET y ET z ca veut pas dire que le brevet couvre x, y ou z independamment, le brevet couvre la methode entiere, pas les elements qui la constitue, donc _NON_, ce brevet ne couvre pas le double clic.

        Si tu veux savoir ce que ce brevet couvre, tu lis la partie claims du brevet, c'est ca qui est couvert par le brevet et rien d'autre.
        • [^] # Re: Correction

          Posté par . Évalué à 4.

          Un simple coup d'oeil montre que:

          25. The method of claim 23, further comprising alternately opening the application and opening the application and automatically causing a further action associated with the application to occur if the same application button is subsequently pressed and released more than one time within the first threshold time limit.

          Maintenant si on pinaille sur les détails pour faire passer le bouton de la souris et l'icône comme un bouton d'application (mais c'est le boulot des avocats ça, ils le feront mieux que moi) on a le double-clic. Et c'est bien tiré de ton fameux "claim".
          • [^] # Re: Correction

            Posté par . Évalué à -5.

            Tu ne sais pas lire un brevet

            1) Il est tres clairement specifie que c'est pour un "limited resources computing device", donc pas un PC, donc pas de souris
            2) Ton claim 25, il se base sur 23, si tu lis 23 :
            a) Il parle d'ouvrire une application si X se produit
            ET
            b) Il parle d'ouvrire une application x et lancer une action y si Z se produit

            Bref, ca n'a _RIEN_ a voir avec le double clic
            • [^] # Re: Correction

              Posté par (page perso) . Évalué à 8.

              Il est tres clairement specifie que c'est pour un "limited resources computing device", donc pas un PC

              Alors ça veut dire que les PC ont une puissance illimitée ?

              Chouette !
              Je vais aller racheter un PC tout neuf, alors...

              *<:o)X
              • [^] # Re: Correction

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Je vais aller racheter un PC tout neuf, alors...

                Mais non, tu n'as pas besoin, vu que ton PC actuelle a déjà une puissance illimitée...

                ... par contre ce qu'il faudrait c'est limiter la consommation en puissance des OS sur PC ;-)
                • [^] # Re: Correction

                  Posté par . Évalué à 0.

                  ... par contre ce qu'il faudrait c'est limiter la consommation en puissance des OS sur PC ;-)

                  Parfaitement, ainsi que la consommation des PC eux même. Parce que 300 W pour surfer, c'est un peu exagéré (et la chasse au gaspi alors ?).
                  • [^] # Re: Correction

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Dormais-tu pendant les cours de physique ?

                    Petit rappel : P = UxI

                    Ce n'est pas parce qu'une alim délivre au maximum 300W qu'elle les consomme tout le temps ! Autrement dit : ce n'est pas parce que ta voiture monte jusqu'à 7000tr/m en se gavant de 15l/100Km qu'elle continuera de les consommer si tu te bloques à 3000tr/min.

                    Exemple simple : un processeur comme l'Athlon XP 3200+ consomme 192 Watts environ. Un Via C3 800MHz consomme lui dans les 7W. Soit une différence d'environ 185W. Donc d'après toi, si tu changes uniquement le processeur dans une configuration, la consommation globale de l'ordi ne chutera pas ? (de 185W dans notre exemple). Damned ! alors pourquoi avoir introduit des technologies de régulation de fréquence dans les portables puisque peu importe la fréquence, la consommation reste identique ?!

                    Si tu consommes 300W juste pour surfer, je n'aimerai pas payer tes factures EDF... Ou alors achète un PDA
                  • [^] # Re: Correction

                    Posté par . Évalué à 0.

                    Heu... Tu m'expliqueras où tu as vu sue tous les PC consommer 300W juste pour surfer. Ca n'est pas parceque ton alim affiche "300W" qu'elle consome 300W dès que tu alumes ton PC hein ;)

                    C'est juste le maxi de ce que peut tirer ton matos derrière l'alim.

                    Après c'est clair que certains écrans consomment beaucoup.
                    Un PC "moyen" ne dois pas consommer plus de 150-200 Watts écran compris.

                    Pour calculer la conso d'un PC : http://www.eu-energystar.org/fr/fr_007.htm(...)
                    • [^] # Re: Correction

                      Posté par . Évalué à 1.

                      150/200 me semble sous dimensione...

                      Prend un exemple :

                      P4 2 Ghz
                      + carte mere
                      + 2 barettes memoire
                      + 2 HD
                      + 2 CD
                      + carte video et 2/3 cartes PCI
                      + les peripheriques externes (clavier, souris, modem usb, webcam...)
                      + un ecran LCD 17"
                      + un ecran CRT 17"

                      meme ecrans en veille ca fait deja bien plus que 200 W
            • [^] # Re: Correction

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              1) oui c'est clairement spécifié que c'est pour 'limited resources computing device" et non, ça peut aussi s'appliquer pour les ordinateurs si on ne prend pas ton interprétation de 'limited ressources computing device' (c'est le cas d'un ordi).
              2) Ce n'est pas le double clic en lui même, c'est vrai : c'est la succession : double-clic->ouverture d'application->autre action => en gros, l'usage principal du double clic.

              Outre le fait qu'il n'y a clairement pas eut de recherche d'antériorité : à croire que le mec qui a accepté ça n'a pas lu, ou n'a jamais vu un ordinateur (double-clic/ouverture d'appli/autre action paramétrée par l'utilisateur => presques toutes les applis le font depuis longtemps), mais en plus ça a clairement à voir avec le double clic : le double clic n'est pas bréveté, l'usage habituel du double clic lui l'est. Super.

              De mouches.... enc*leur de mouches.
              • [^] # Re: Correction

                Posté par . Évalué à 2.

                à croire que le mec qui a accepté ça n'a pas lu, ou n'a jamais vu un ordinateur
                Ou qu'il pense réellement que Microsoft a inventé ça...
      • [^] # Re: Correction

        Posté par . Évalué à 3.

        Si, il s'agit AUSSI du double-clic, mais cette partie n'apparaît pas dans le lien que tu as donné

        Non, il s'agit d'utiliser le double pour faire quelquechose de spécifique.
        Si une personne dépose un brevet sur l'utilsiation de la clef a molette pour clapouiller des galipeurs, ca n'est pas un brevet sur la clef a molette.

        Donc selon moi c'est bien du double-clic. Et de toutes façons, on sait bien que le but de la manoeuvre et d'entraîner tout le monde sur le terrain des avocats et de l'interprétation du brevet.


        Ca fait 25 a mon FUDometre ca....

        Sans vouloir te vexer, ce brevet est très trivial mais extrèmement clair. Le seul point d'ombre est sur la définition de bouton dont on peut se demander si il s'agit d'un bouton physique sur l'appareil ou d'un bouton logique dans une application (point de vue de non juriste : les deux, avec une forte tendance pour le logiciel quand même, la question est de savoir si un bouton physique peut être considéré comme un bouton de l'application OS.)

        A partir de la il y a une liste de tout ce que l'on peut faire via detection d'un temps de pression comparé a un niveau précédamment réglé.

        Cependant force est de contater que toutes les applications possibles citées dans le brevet trouvent assez facilement un antécédent.

        Kha
        • [^] # Re: Correction : bouton logique ou physique

          Posté par . Évalué à 2.

          Je ne comprends pas le problème :
          Il restreint cependant le champ d'application en parlant des « application buttons »
          Pour moi c'est clair : boutons logiques.

          Ai-je mal lu ?
          • [^] # Re: Correction : bouton logique ou physique

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Lis la description des « application buttons » plus bas dans le brevet. Ce sont des boutons physiques liés à telle ou telle action spécifique, un peu comme les boutons « Mail » etc. des claviers dits « multimédia ». Ceci dit, c'est quand même extrêmement peu clair, et le paragraphe qui précise le but du brevet n'est pas celui qui le définit légalement, tant ses termes sont imprécis. Le problème, à la rigueur, n'est pas là : le brevet est absurde est injustifié. Le prior art extrêmement facile à prouver. L'innovation plus que douteuse, puisqu'il ne s'agit que d'appliquer un concept existant depuis bien longtemps à un champ où ça ne nécessite même pas d'ajustement. Là est le problème, plus que de savoir s'il s'agit si ça marche sur calculette, si ça s'applique au stylet, etc.
        • [^] # Re: Correction

          Posté par . Évalué à 1.

          Non tu ne me vexe pas, et je ne trouve pas ce brevet aussi clair que tu le dis. Là ou je veux en venir, c'est que les termes de ce brevet par exemple sont sujet à discussion, et j'imagine jusqu'ou un avocat payé pour ça pourra couper les cheveux en quatre.
          Et que je ne pense pas que microsoft veuille se protéger d'une attaque d'Asus sur sa technologie de "bouton qui effectue une fonction lorsqu'on le double-clic/clic avec un délai X/insérez votre suggestion ici". C'est simlement suspect à mes yeux, voilà tout.
          • [^] # Re: Correction

            Posté par . Évalué à 4.

            Ce que je voulais dire c'est que le brevet est très clair sur un point essentiel :
            Il porte sur l'esemble

            1) detection du fait que le boutton est pressé
            2) detection du temps de pression
            3) Pression courte : comportement 1
            4) Pression longue relache : comportement 2
            5) Double click : comportement 3

            Et sur aucun des éléments séparéments (heureusement d'ailleurs parceque ce qui me génerait le plus c'est pas tant le double click que la detection de pression du boutton).

            Les différents types de comportement sont définis dans le brevet.
            (lancement d'applications, ouverture de fichiers, sauvegarde des données en cours etc...)

            Microsoft ne peut donc faire jouer son brevet que sur une application qui utilise 1) 2) 3) 4) (et eventuellement 5)) en meme temps. 1) 2) 3) 5) n'est pas couvert par le brevet pour autant que je puisse voir.

            De toute facon il y a déjà des antécédents très facile a trouver (surtout en audio/video) ou les platines numériques satisfont surement la définition « limited resource computing device » et utilsient ce genre de truc depuis des années.
            Sur une console avid (de mémoire) par exemple :
            Click simple sur le bouton de piste : ouverture de la piste en préenregistrement (avec création d'un fichier vide sur le disque dur)
            Click double : enregistrement immédiat
            Click long : sauvegarde des réglages
            Click triple : affichage d'une demande de confirmation de remise a zéro
            double Click long (ie 2eme click appuyé) : relance de la dernière macro active (fade, echo etc...)

            (N.B : je e sais pas si ce sont les réglages de bases ou bien les réglages du studio avec lequel j'ai un peu bossé).

            Donc tout ce que l'on peut voir ici c'est de l'argent fichu par les fenêtres par MS (c'est pas très grave, je crois qu'il leur en reste), pour un brevet qui n'est pas utilisé de facon courante (donc que l'on pourrait penser légitime) mais qui a un antécédent fort (Avid est premier mondial sur l'audio/video numérique).

            Donc on s'en moque un peu (en tout cas moi beaucoup).

            Kha
        • [^] # Re: Correction

          Posté par . Évalué à 2.

          En même temps ici c'est double clic pour effectuer une action... Je ne vois pas ce que tu peux faire d'autre avec un double clic...
  • # Keyman sur hp49

    Posté par . Évalué à 7.

    Rappelons que cette fonction e ete implemente sur hp49 par l'outil keyman..

    Une petit outil ma fois bien pratique sur ce genre de machine.
    cela dis, cje pense pas que le clic long soit une bonne idee pour les souris des desktop.
    deja que la notion de double clic est super complique a comprendre pour les neophites..
  • # IDIOT

    Posté par . Évalué à -6.

    completement idiot car comme il a été dit c'est apple qui a creer le double-clic

    allez bill laisse allez ta grandississante appetit de fric et laisse le monde tranquille.
  • # Et le click droit ... il est breuveté ?

    Posté par . Évalué à 0.

    Car si c'est pas le cas ... faudrait le faire ! :)
  • # Bienvenue dans le Futur

    Posté par . Évalué à -1.

    Nouveau brevet: Mitch à breuveté l'action du bouton pousoir a l'aide de l'une des extremité de la main ;) pour mettre en service un ordinateur ou tout autre machine qui s'en approche

    Qu'en pensez vous? C'est assez debile?
    • [^] # Re: Bienvenue dans le Futur

      Posté par . Évalué à -2.

      Tu travaille chez Krosoft pour avoir des idées pareil ;-)

      Moi je vais déposer un brevet sur l'action de poser la main sur la souris et la faire bouger, ce qui fait o miracle déplace une petite flêche à l'écran ..... vive le progrès :-)
  • # Hum hum !!

    Posté par . Évalué à 0.

    Le systeme embarque de microsoft pour telephone portable n est pas tres demande ,alors microsoft veux ca part sur les autres comme "symbia" ?

    Enfin moi je l interprete comme ca .
  • # C'est pour pocketpc

    Posté par . Évalué à 4.

    Ca m'a tout l'air de decrir le comportement de pocketpc :
    Avec le clique long qui fait surgir un menu (celui habituellement sous le clique droit).
    Clique long + déplacement = dnd.
    Double clique = autre action.

    Je pense que c'est plutôt fait pour contrer palm OS.
    • [^] # Re: C'est pour pocketpc

      Posté par . Évalué à 0.

      bon, tant qu'on touche pô au Yopy !


      -1 ??? ben kô ? bon, ben atchaô bon dimanche !
      ~~~~~~~~~~>{}
  • # ben j'ai la solution :-)

    Posté par . Évalué à -1.

    Rien à foutre ....

    j'ai posé un brevet pour une souris qui a un retardeur.

    Quand vous pressez un bouton, il faut attendre deux secondes avant de pouvoir le refaire.

    Qui dit mieux ?

    Le premier qui me pique mon idée je lui envoie mes avocats et mes hommes de main (c'est parfois les mêmes)

    C'est 500 euros la souris deux boutons qui existe aussi avec une option à 3 boutons (700 euros).

    Non je suis pas un voleur mais un commerçant averti...nuance

    Le design s'approche de celle de nos bons vieux AMIGA.
  • # Brevets à la va vite

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    D'apres Login de ce mois ci et le lien suivent :
    http://patft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO1&Sect2=HITO(...)

    Il apparait que l'office americain des brevets ce serait trompé en attribuant à Microsoft l'invention d'une variété de pomme (Adam's Apple). Le dossier de cette derniere s'etant glissé par erreur dans la pile de Microsoft.

    Celà montre bien le serieux de cette administration qui visiblement temponne à la va vite
    • [^] # Re: Brevets à la va vite

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Désolé pour Adam's Apple.
      Le nom de la pomme : Burchinal Red Delicious
    • [^] # Re: Brevets à la va vite

      Posté par . Évalué à 2.

      Mais que fait Apple ?

      Plus sérieusement, le brevet sur le vivant, c'est pas un sujet triste non plus.

      - Bonjour, je viens breveter une pomme !

      Et le brevet logiciel

      - Bonjour, je viens breveter l'utilisation d'un ustencile tranchant ou non pour éplucher les pommes et les autres fruits.
  • # ...

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Heureusement que la connerie n'est pas brevetée, sinon je vous explique pas les royalties que le "US Patents and Trademark Office" devrait reverser...
  • # Propagande

    Posté par . Évalué à -1.

    Ce 13 juin, votez intelligemment, notamment sur la question des brevets !

    Merci du conseil, camarade. Toutefois, je pense être assez grand pour faire mon choix tout seul.
  • # Ça concerne tout les PC....

    Posté par . Évalué à 2.

    une pression longue ou courte sur un bouton physique qui effectue des actions différentes.... Damned, le bouton power e n'importe quel PC l'éteint après 5 secondes de pressions et le met en veille sur une pression simple!

    Tous les couples boitier+CM sont concerné!

    Faudra tous payer ?

    Y sont fous ces Etats-Uniens!!!
    • [^] # Re: Ça concerne tout les PC....

      Posté par . Évalué à 2.

      En fait ce qui est protégé c'est appui court allumage, appui long sorti de veille. Dans ce cas, le bouton power est associé à l'application système d'exploitation.

      Par contre, appui court sortie de veille et appui long allumage semble ne pas être breveté. Étonnant non ?
  • # Reprenons les bases

    Posté par . Évalué à 6.

    Comme dit plus haut un brevet ne tient que par ses revendications (claims), ils sont mis dans un ordre de priorité, si la première revendication tombe toutes les autres tombent, si la 23° tombe les revendications à partir de la 23° sont caduques.

    1. A method for expanding the functionality of an application button on a limited resource computing device, comprising:
    (a) detecting that an application button associated with a limited resource computing device application has been pressed;
    (b) determining the length of time the application button has been pressed;
    (c) opening an application if the application button is released prior to the expiration of a threshold time limit; and
    (d) opening the application and automatically causing the application to display the last known state of the application if the application button is pressed, without being released, for a period equal to or in excess of the threshold time limit.

    En résumé, clic court j'ouvre une application, clic long j'ouvre une application dans son dernier état connu (pourquoi pas le contraire, c'est plus ergnomique). Les revendications suivantes propose d'autres actions en clic long, clic court et double clic. En gros Microsoft vient de breveter toutes les actions qui pourraient être associées à un bouton application (bouton destiné à ouvrir une application), le truc le plus étonnant c'est qu'il n'en ont trouvé que 27, ils manquent vraiment d'imagination. Au delà ce ne serait pas un "limited resource computing device".

    Au fait qu'est-ce qu'un "limited resource computing device" ? Pour mémoire Lisa, Mac, PC-XT et autres micro des années 80 sont tous moins puissants que nos téléphones GSM, DECT et autres PDA.

    J'ai une autre question, si l'application associée au bouton est programmable, s'agit-il toujours d'un bouton application ?

    Si c'est un brevet dit "défenssif" je dit bravo les artistes, j'adore le surréalisme, dadaisme, la pataphysique et les arts absurdes en général. Sinon, pauvre de nous !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.