Le client de courriel Eudora est devenu libre

50
26
juil.
2018
Bureautique

Pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, Eudora est un client de courriel pour Windows et macOS. Il est apparu en 1988 et a donc été l’un des premiers clients modernes et graphiques, contribuant à populariser le courrier électronique dans sa forme actuelle.

Note : cette dépêche est largement inspirée de l’annonce du Computer History Museum du 22 mai 2018, sans en être une traduction fidèle (oui, il aurait été possible de juste poster un lien, mais cela serait dommage).

Pour comprendre l’histoire d’Eudora, il faut d’abord comprendre le contexte de l’époque. Pour lire ses courriels, il fallait se connecter d’une façon ou d’une autre à un serveur (avec rlogin, l’ancêtre de ssh) et, ensuite, lancer diverses commandes pour récupérer ou composer les messages. Avec l’arrivée du Macintosh et des interfaces graphiques sur des machines à un prix accessible, il était grand temps de rendre le courriel facile et accessible à tous.

Développé par Steve Dorner, alors employé de l’université d’Illinois, il était publié en graticiel (freeware : gratuit, mais sans les sources).

En 1991, le développeur a été embauché par Qualcomm pour poursuivre à plein temps le développement d’Eudora. En effet, Qualcomm voulait déployer l’informatique pour tous ses employés, et il avait pour cela besoin d’un client de courriel approprié, convivial et facile à prendre en main. Cependant, Qualcomm voulait utiliser Eudora également sur des ordinateurs fonctionnant sous MS-DOS, puis sous Windows. Une deuxième version d’Eudora a donc été écrite pour ces systèmes (il ne s’agit pas d’un partage du code source de la version Macintosh, mais bien d’un logiciel entièrement différent, écrit en C++).

Comme le logiciel marchait bien dans cette utilisation interne, Qualcomm a décidé de continuer à le diffuser, d’abord sous forme d’un postcard ware (les utilisateurs étaient invités à envoyer une carte postale s’ils appréciaient le logiciel). Plusieurs milliers de cartes postales plus tard, et devant le nombre d’utilisateurs intéressés, Eudora est devenu un partagiciel (shareware) : une version gratuite mais avec un bandeau publicitaire et une version payante, au départ une vingtaine de dollars, mais plus tard le prix augmentera jusqu’à 75 dollars, avec une équipe de cinquante personnes travaillant sur le développement du logiciel.

Mais en 2006, Eudora avait de plus en plus de mal à trouver sa place. Deux raisons expliquent probablement cela. D’une part, l’adoption grandissante de Microsoft Outlook comme client de courriel dans les entreprises. Et, d’autre part, la version Macintosh d’Eudora n’a jamais été adaptée pour Mac OS X et ne fonctionnait que sous Mac OS 9 ou via l’émulateur « classic » fourni avec les versions suivantes. Malgré des utilisateurs fidèles et heureux de l’utiliser, il ne représentait pas de grands bénéfices pour Qualcomm, qui a finalement choisi de se recentrer sur ses activités principales (les circuits intégrés).

Une tentative de faire une version d’Eudora basée sur Thunderbird a été lancée, sans grand succès. Le logiciel est ensuite tombé dans l’oubli.

Mais c’était sans compter sur le Computer History Museum qui, depuis cinq ans, est en discussion avec Qualcomm pour pouvoir archiver les sources d’Eudora. Ils n’en sont pas à leur premier essai, puisque le musée propose aujourd’hui de télécharger (sous licence non libre) le code de MS-DOS, de son ancêtre CP/M, ou encore des premières versions de Microsoft Word ou d’Adobe Photoshop.

Cependant, Qualcomm a fait un choix différent. Plutôt que de publier les sources avec une licence restrictive, il a choisi de transférer le copyright au Computer History Museum et d’appliquer la licence BSD.

Comme souvent dans ce genre de cas, les sources publiées ne sont pas directement utilisables, car les parties de bibliothèques propriétaires utilisées ont été retirées. Il faudra donc remplacer les morceaux manquants.

La version pour Windows comporte presque 9 000 fichiers C++ pour un total de 458 Mio. La version Macintosh, elle, est écrite en C et comporte environ 1 500 fichiers, pour un total de 70 Mio.

Aller plus loin

  • # Bonne nouvelle

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    Merci pour cette dépêche qui réveille certains souvenirs :)
    Je me souviens avoir utiliser plusieurs années Eudora avant de passer au tout libre. C'était pour son époque un très bon logiciel plutôt ergonomique, efficace et rapide.
    Bien que de l'eau a coulé sous les ponts il est peu probable que cela le ressuscite. Cela reste une une excellente nouvelle de l'avoir en tout libre permettant de l'étudier, triturer, … dans tous les sens sans restriction.
    Beau travail du computer history museum, bon jeu de Qualcomm et merci aux rédacteurs d'avoir remis en avant une telle initiative.

    • [^] # Re: Bonne nouvelle

      Posté par  . Évalué à 6.

      Ah oui, c'est des vieux souvenirs. Eudora avait fait partie des logiciels que j'avais envisagés pour remplacer MS Internet Mail and News par une solution plus robuste (d'autant plus que je ne voulais surtout pas d'Outlook, qui était en train de remplacer ce dernier), puis je m'étais finalement décidé pour Pegasus Mail, choix que je n'ai jamais regretté. Au point que c'est un des deux logiciels qui m'a suivi sur linux (via Wine) quand j'ai migré, puis que j'ai fini par substituer par Claws-Mail.

      Pegasus est toujours développé, bien que le rythme ait largement décru. Il est gratuit mais pas libre, et David Harris, son concepteur, a perdu une grande opportunité il y a près de dix ans, quand différentes personnes lui ont proposé de porter son logiciel sous linux s'il en ouvrait le code (il a expliqué dans son blog pourquoi il ne le ferait pas). Ç'a sûrement été une occasion perdue pour empêcher sa lente descente aux enfers. D'ailleurs j'ai toujours rêvé d'un mix entre les fonctions uniques de Pegasus et celles de Claws, chacun des deux ayant des particularités bien pratiques (par exemple — mais pas seulement —, la possibilité de charger la liste des messages en attente sur le serveur, puis de cocher ceux qu'on voulait effacer sans les télécharger. À l'époque des modems 36k, c'était une fonctionnalité bien pratique. Ou celle d'anoter les messages, bien pratique également.)

      Pour rappel, David Harris, dans la version DOS de son programme, est celui qui le premier a implémenté un système de filtres dans un logiciel de mails.

      • [^] # Re: Bonne nouvelle

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4. Dernière modification le 02/08/18 à 20:52.

        Ah oui, que de souvenirs…

        Je me rappelle avoir installé Eudora sur une disette 3'½ à la fin des années 90 avec tout mon historique d'e-mails. Cette disquette me suivait partout : à l'école, chez moi, au bureau (j'étais apprentis).

        Dire que l'exécutable, les DLL, tous les e-mails et les pièces jointes tenaient sur une seule disette de 1.44 Mo !

        Après, je suis passé sur Outlook Express, vrai passoire à virus :-(

        Et quand l'application Mozilla s'est coupée en deux : Firefox et Thunderbird, je suis passé sur ce dernier avec soulagement :-)

        Commentaire sous licence Creative Commons Zero CC0 1.0 Universal (Public Domain Dedication)

    • [^] # Re: Bonne nouvelle

      Posté par  . Évalué à 0. Dernière modification le 11/09/18 à 05:34.

      En fait, on est en train d'écrire un nouveau version d'Eudora il y a trois mois, plus ou moins. En tant que le nom "Eudora" reste proprieté de Qualcomm, nous avons failli le renommer Hermès, mais c'est la même chose. Nous sommes une équipe de trois programmateurs et un chef de projet. https://sourceforge.net/projects/hermesmail Si vous savez programmer en C++, n'hésitez pas écrire un message sur le tableau de discussion.

  • # Disparition d'Eudora

    Posté par  . Évalué à 6.

    Merci pour la dépêche :) On peut aussi expliquer la disparition d'Eudora par l'omniprésence du client Outlook Express sur Windows (« offert » de force comme pour Internet Explorer) puis la popularisation des webmails dans les années 2000. Et puis la suite Netscape (puis Mozilla) était aussi livrée avec un client mail.

    • [^] # Re: Disparition d'Eudora

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4. Dernière modification le 27/07/18 à 00:06.

      J'ai surtout vu eudora dans le milieu universitaire à l'époque mais depuis c'est Thunderbird qui a pris le relai.

    • [^] # Re: Disparition d'Eudora

      Posté par  . Évalué à 2.

      Outlook Express n'est plus livré avec Windows depuis Windows Vista.

      Aussi, il n'a jamais été très utilisé tellement il était nul.

      Faut arrêter les fantasmes, Eudora s'est fait bouffer par GMail, comme tout le monde.

      "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

  • # Merci pour ce moment

    Posté par  . Évalué à 10.

    En plus de l’intérêt des informations qu’il apporte, j’ai trouvé ce journal trèS bien rédigé et donc agréable à lire.

    Merci à son auteur et aux modérateurs pour ce travail remarquable :)

    BeOS le faisait il y a 20 ans !

  • # Et le son, il est libre ?

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    C'était excellent, Eudora ! Vers la fin, il avait un système de classement des spams, avec des piments (1, 2 ou 3 piments), selon la probabilité de spam ou pas.
    C'était de loin le client mail le plus avancé que j'ai jamais utilisé.
    Je me rappelle aussi du son de notification qu'il avait, ça faisait genre "tatatatin-tatin" !

    Mais ça fait des lustres que je n'ai plus installé de client mail sur PC, maintenant.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.